Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 10:49

Le chaos ou le sursaut. La France, entre dérive antirépublicaine et sursaut populaire.

11 novembre 1940 : une centaine d'étudiants défient l'occupant allemand et vont commémorer l'armistice de 1918 sur la tombe du soldat inconnu.

11 novembre 2013 : une centaine de militants d'extrême droite, FN, RPF, Œuvre française (néo-pétainistes) mêmés, défient la mémoire des victimes de la première guerre mondiale en violant le moment de recueillement national par leurs insultes au premier des français, le Président de la République.

Les communistes sont loin de soutenir François Hollande et son gouvernement. Les choix politiques actuels, dans la continuité de ceux de la droite, ne servent pas les intérêts des travailleurs de France mais ceux des spéculateurs et actionnaires, et ceux des grands patrons du CAC40.

Les communistes ont également une lecture très critique de la guerre de 14-18, un affrontement entre impérialismes qui entrainera la mort inutile de millions de soldats, dans chaque camps, et ouvrira la porte au fascisme et au nazisme. Dès 1914, avec Jean Jaurès et le journal "L'Humanité", ceux qui allaient fonder le Parti communiste en 1920 s'opposaient à cette guerre.

Pour autant, qu'il s'agisse d'un Président critiquable mais démocratiquement élu ou d'une monstrueuse guerre pour des intérêts impérialistes, les communistes respectent la mémoire de ces millions de victimes, civils et soldats, envoyés se faire massacrer par vagues entières dans d'absurdes campagnes, pour les objectifs égoïstes de dirigeants au service des intérêts économiques de quelques centaines de puissantes familles. Le 11 novembre est, à ce titre, le jour où nous devons nous souvenir de la monstruosité de la guerre, des destructions et des conséquences durables de cette guerre et de l'absurdité de la mort de millions de Français ou d'Allemands, mais aussi de soldats venus de nos colonies de l'époque, d'Anglais, de Belges, d'Autrichiens, de Hongrois, de Canadiens, de Russes, etc.

On peut détester le Président de la République mais choisir de le faire un 11 novembre, c'est consciemment, volontairement choisir un jour de recueillement et d'unité nationale en souvenir des victimes de la guerre de 14-18.

Le symbole que constitue cette date, nous le rappelons en début d'article avec la première manifestation de résistance civile à l'Occupation en 1940 par de jeunes étudiants et lycéens parisiens.

La portée symbolique du 11 novembre n'échappe pas non plus à une extrême-droite issue des rangs de la Collaboration et de la lutte contre la République.

C'est le contenu politique de la manifestation menée bruyamment par l'extrême droite hier, lors des cérémonies officielles du 11 novembre. Pour ces partis, il n'ya plus de moment sacré de la République, il n'y a plus de respect pour ceux qui sont morts, surtout s'ils se sont battus contre l'Allemagne.

Au delà du 11 novembre, d'autres atteintes à la République

Cette absence de respect pour une date majeure du calendrier républicain, avec le 8 mai et le 14 juillet, s'ajoute à d'autres dérives, d'autres actes qui montrent le fractionnement de notre société sous les coups de mouvements fortements influencés par les ailes les plus dures, les plus réactionnaires, de la droite française. En cela, je rejoins l'éditorial de L'Humanité qui parlaient de "factieux", d'éléments issues de factions qui tentent de cliver notre société, de la mener à la rupture, d'opposer République et citoyens et, en fin de compte, d'opposer les citoyens entre eux.

L'objectif est, au final, l'éclatement de notre contrat républicain, l'établissement du chaos pour mettre fin au pacte social issu de la Résistance en 1945 de la part de ceux qui n'ont pas digéré la victoire du peuple de France contre une élite économique acquise à la Collaboration.

Le tableau est peut-être dur, en apparence, mais il y a de cela dans la situation que traverse notre pays.

Déjà, dans le discours radical de certains participants au mouvement dit des "bonnets rouges" en Bretagne, il y a une forme d'antirépublcanisme par le rejet du contrat de solidarité national que représente l'impôt égal pour tous. C'est même l'impôt, en général, qui est dénoncé. C'est pourtant la base sans laquelle ne peut exister un Etat !

Croit-on vraiment que la droite, ou pire l'extrême-droite, supprimeraient l'impôts si ces courants politiques arrivaient au pouvoir ? Illusions et démagogie.

Par ailleurs, le refus de certains maires d'une droite ultracatholique ou homophobe de marier des couples de même sexe constitue une violation calire et nette d'une Loi dont ils doivent être, constitutionnellement, les premiers défenseurs sur les territoires ! C'est également une première en France !

Enfin, le phénomène anti-écotaxe déborde de son cadre. Aujourd'hui, ce sont les radars automatiques qui deviennent l'objet de campagnes organisées de sabotage.

Encore une fois, l'utilité de ces radars automatiques peut être discutée malgré des chiffres de mortalité routière en baisse, mais le sabotage de ces radars est parfaitement illégal et l'organisation méthodique de leur destruction dans certaines régions nécessite une coordination que seules peuvent posséder des mouvements radicaux.

A souffler sur les braises du poujadisme, une partie de la droite française va voir s'enflammer un brasier dont elle ne réchappera pas indemne, antiparlementarisme oblige, et dont ne bénéficieront que les franges les plus radicales de la droite.

En ce sens, crise économique majeure en France comme en Europe et crise politique du système parlementaire, favorisent l'émergence d'une contestation de droite de la République et de ses fondements, la Loi et l'impôt. Revient en mémoire l'image des ligues factieuses des années 20 et 30 en France qui ont failli renverser la République et la démocratie bourgeoise en 1934.

Dans ce contexte noir, le peuple s'est uni pour se faire entendre en 1936, avec le Front Populaire et les grandes grèves de 1936, arrachant à la droite et à la bourgeoisie de grandes conquêtes sociales.

La France de 2013 est elle aussi sur le fil du rasoir.

Soit le peuple ne réussit pas à dépasser ses clivages et son apathie actuelle et elle laisse la voie libre à ceux qui provoqueront son éclatement au profit de régimes capitalistes durs.

Soit le peuple réussit à se rassembler pour refuser l'effondrement social provoqué par un capitalisme débridé et mondialisé, et impose ses exigences de travail pour tous, d'un revenu décent et de progrès social au travers de la protection sociale et de la retraite.

Comme en 1936, les forces politiques, syndicales et sociales doivent être en capacité de surmonter leurs différences pour s'unir autour d'exigences simples et actuelles.

Le Front de Gauche n'est pas le Front Populaire. Le Parti communiste d'aujourd'hui n'est pas celui de 1936.

Pourtant, la possibilité existe d'utiliser ses outils pour recréer le cadre d'un Front populaire de 2013 qui, logiquement, ne sera pas celui de 1936, mais qui saura en être le digne héritier.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires

Hannibal Lecteur 13/11/2013 10:57


Et sans parler de ce racisme assumé par certains, notamment les insultes contre Christiane Taubira des anti-mariage pour tous et du journal d'extrême-droite "Minute" !

Solidaire 13/11/2013 12:09


Un oubli de ma part ! Merci de nous le rappeler ! Une gamine de 10 ans proposant une "banane" à la "gueunon" Taubira lors d'un rassemblement des anti-mariage pour tous et une Une de ce torchon
qu'est "Minute" rappelant l'incident, voilà où mène la haine raciste décomplexée ! La violence verbale des racistes et antisémites prend de l'assurance et les violences d'extrême-droite montrent
que le passage à l'acte n'est plus très loin ! Attendrons-nous des pogroms contre des Rroms ou de véritables descentes d'extrême-droite dans des quartiers populaires pour réagir ?