Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 11:04

Selon une journaliste de "L'Express", ancienne du "Figaro", les forces vives de la Nation se résument aux seuls riches.

Baissez la tête, retirez vos casquettes et saluez avec déférence vos patrons et vos bourgeois, pauvres manants que vous êtes ! Sans eux, vous ne seriez rien. Sans eux, pas de richesses, pas de travail !

Cette idée qu'on essaie de nous imposer, sous diverses formes, c'est l'idée que ce sont les entreprises, donc les patrons et les actionnaires qui produisent les richesses et les emplois. En clair, sans les riches, point de salut !

De cette affirmation fausse, découle logiquement le fait qu'il faut considérer comme normal, voire même comme souhaitable, que les entreprises dégagent toujours plus de profits au bénéfice de leurs seuls actionnaires. Et oui ! Si l'entreprise ne produit plus assez de profits, nos bons patrons vont fermer la boîte et nous laisser sur le carreau !

Enfin, ça, c'est le message qu'on nous assène quotidiennement ! L'image d'une société soumise aux lois du fric où ceux qui en ont beaucoup sont les rois. Et où les gens du bas-peuple, ouvriers, paysans, techniciens, fonctionnaires et cadres, sont à leur service en espérant pouvoir gagner de quoi vivre et faire vivre leur famille.

Cette société que l'on nous vend, c'est la société du Moyen-Âge où les capitalistes et le dieu-argent ont remplacé la noblesse et le dieu des chrétiens.

Parmi les nombreux médias au service de cette iédologie et de son message de soumission, il y a "L'Express".

Et parmi les nombreux gratte-papiers, grassement payés à faire passer ce message pour leurs maîtres, il y a Christiane Kerdellant.

En août, cette chroniqueuse, journaliste, ancienne directrice du Figaro Magazine, s’y colle dans un texte intitulé "La France victime du syndrome de Cuba". Sa chronique, on peut en être sûr, n'a qu'un seul but : flétrir à la fois la France et Cuba.

L’idée de sa chronique est de taxer la France du même immobilisme dans lequel "l’île des Castro" (sic) s’est figée depuis 50 ans. Bref, comme Cuba, "la France est à l’arrêt", "la croissance est en berne", "la France ne cesse de dévisser". Comme elle le dit elle-même, "le parallèle est osé". Mais il est bien plus qu’osé, il est imbécile, malhonnête, arrogant, mensonger, crapuleux et indécent.

Pas besoin de développer en quoi comparer Cuba et la France est à ce point débile. La taille des pays, leur histoire, leur démographie, leurs richesses naturelles, tout les différencie !

Cuba est un pays pauvre qui s'est rebellé contre le système capitaliste qui lui avait imposé une dictature militaire à la solde des Etats-Unis et l'avait transformé, au sens réel du terme, en "bordel des Etats-Unis". Depuis 1959, et la révolution menée par Castro, ce pays s'est orienté vers le socialisme, raison principale de la haine des Etats-Unis pour ce petit pays qui, depuis, vit dans l'angoisse d'une intervention US (depuis la base cubaine de Guantanamo !) et des attentats des opposants repliés à Miami. Les Etats-Unis cherchent aussi à étrangler économiquement l'île au travers un blocus économique dur dont la condamnation de BNP-Paribas par la justice américaine n'est qu'un aspect.

En face, il y a la France, cinquième économie du monde, puissance économique depuis des siècles, riche de son agriculture, de son sous-sol et d'une industrie développée depuis le début de la révolution industrielle.

Le message de Christiane Kerdellant, finalement, s'est de dire que si, selon elle, Cuba souffre, c'est parce que ce pays se refuse à laisser se développer une riche bourgeoisie et laisser entrer sur son territoire des multinationales étrangères qui, on n'en doute pas, viendrait à Cuba pour apporter richesses et dollars aux pauvres cubains abrutis par le socialisme et le rhum.

Et cette dame d'élargir sa pensée à la France.

Pour elle, les forces vives d’un pays, ce sont "les riches" qui, seuls selon elle, inventent, innovent. Sans les riches, point de salut !

Par conséquent, les pauvres sont responsables de leur propre indigence puisqu’ils n’ont aucune imagination et n’osent prendre aucun risque. Puis, sentencieuse, elle assène : "Un pays qui refuse la logique de l’économie de marché, est un pays mort-vivant".

Cette experte en propagande libérale oublie vite que ce sont les salariés et les artisans qui produisent les richesses et non les actionnaires, que ce sont ces salariés, les ingénieurs et les chercheurs qui innovent, inventent, découvrent et produisent des brevets.

Actionnaires, banquiers et financiers de tout poil ne font qu'acheter ces créations, par le salaire de leur personnel ou par le commerce des brevets, pour en tirer des bénéfices.

La logique dévastatrice de cette journaliste de "L'Express" plonge une part toujours plus grande de la population française non seulement dans la pauvreté (9 millions) mais de plus en plus dans la misère (2,5 millions) avec parallèlement un nombre de super-riches qui s’accroît, affichant des fortunes indécentes.

D’un côté donc une concentration accrue des richesses, de l’autre une explosion de la pauvreté ! Robespierre disait en son temps : "Le fléau des peuples ce sont les riches. L’intérêt du peuple est l’intérêt général, celui des riches est l’intérêt particulier". Rien n’a changé, seules les féodalités sont passées dans d’autres mains. Des féodalités qui nous enfoncent dans l’obscurantisme du Moyen-âge. C’est un dessein inhumain et mortifère.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires