Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 08:47

La droite française continue sa lepénisation et annonce une contre-manifestation antisyndicale le premier mai.

Certains commentateurs voient dans la dernière provocation du candidat sortant Nicolas SARKOZY une main tendue vers l'électorat FN. Il faut plutôt y voir, malheureusement, une évolution continue de la droite vers une radicalité conservatrice observable depuis plusieurs années.

Son initiative de rassemblement du premier mai fleure bon la nostalgie des années Pétain quand le régime de Vichy organisait des rassemblements "populaires" pour célébrer le travail, réunissant patrons et ouvriers autour de l'effort national, des métiers traditionnels, des paysans.

Cette "Fête du travail" façon Collaboration tentait d'effacer cinquante de "Fête des travailleurs" organisées par les syndicats et partis de gauche. Côté droite fasciste, il s'agissait de nier les différences sociales (différences de "classes") entre patrons et ouvriers, autour de corporations professionnelles, pour amener le salarié à intégrer un culte d'entreprise ; côté gauche radicale et communiste, il s'agissait de montrer l'unité des travailleurs face au capitalisme et au patronat pour défendre le droit au travail, à une rémunération correcte et aux droits sociaux.

Sarkozy, en 2012, évolue vers une version pétainiste du premier mai, opposant les "vrais travailleurs" qu'il représenterait aux "faux travailleurs" que représenteraient les syndicats. Quand on sait que les élections d'entreprise mobilisent jusqu'à 95 % des salariés d'une entreprise, on imagine à qui s'adresse Sarkozy : petits et grands patrons, gros paysans, ...

Le voilà donc qui annonce un rassemblement sur le Champ-de-Mars : "le 1er mai, nous allons organiser la fête du travail, mais la fête du vrai travail, de ceux qui travaillent dur, de ceux qui sont exposés, qui souffrent, et qui ne veulent plus que quand on ne travaille pas on puisse gagner plus que quand on travaille".

Depuis le début de sa campagne, le président-candidat dénonce les "corps intermédiaires" et s'est posé en défenseur de la "valeur travail" par opposition à "l'assistanat". Il s'en est pris à plusieurs reprises à la CGT et à la CFDT, qu'il a accusées de "faire de la politique" plutôt que de "défendre les intérêts des salariés". Sûr que lui, en bloquant le SMIC, en reculant l'âge de départ en retraite, en déremboursant les médicaments, en augmentant les taxes sur les mutuelles et sur les produits de base,lui, il serait un bon défenseur des salariés !? Hypocrisie et bobards pour gogos crédules !

Sarkozy serait donc la voix directe du peuple. Plus besoin d'intermédiaires !

Comme dans tout régime fasciste, le chef est le peuple, le chef parle pour le peuple. Exit les syndicats ! Exit la justice indépendante ! Exit les collectivités locales !

Cette comparaison entre la vision d'une République monolithique avec le Président Sarkozy en seul interlocuteur du peuple français et régime fasciste n'est pas exagéré : elle s'appuie sur la multiplication des lois liberticides (type HADOPI), des fichiers de police (jusqu'à la carte d'identité biométrique), des mesures anti-immigrés (condamnées par les associations de droits de l'Homme que l'on méprise en France et dont on se sert pour justifier les guerres à l'étranger), de la réforme des collectivités (qui va amener à l'extinction des communes et des Départements), etc...

En ce sens, la droite française connait une évolution radicale de sa stratégie depuis la création de l'UMP qui a mis fin aux contradictions d'un RPR né de l'héritage gaulliste (droite patriotique) mais déjà miné par son rôle de serviteur politique des intérêts des multinationales issu de la mondialisation capitaliste (droite ultralibérale).

Rien de surprenant à ce que la droite française connaisse un rapprochement politique de fonds avec l'extrême-droite.

C'est déjà ce qui s'est passé en Italie, lorsque Berlusconi s'est associé au parti post-fasciste du MSI.

C'est ce que nous avons déjà vu dans le sud de la France, avec des alliances locales entre la droite et le Front National, comme à Nice.

FN - UMP : deux projets libéraux qui se rapprochent

Ceux qui voient avec le FN une alternative à la classe politique traditionnel, au "système" ou à "l'establishment" comme disent les sous-lieutenants de la famille Le Pen, père et fille, doivent comprendre que droite et extrême-droite sont simplement des variantes politiques de la droite.

L'extrême-droite prônant une vision autoritaire du capitalisme camouflée sous un visage radical et favorable aux classes populaires.

L'extrême-droite a toujours été une roue de secours du capitalisme en période de crise aigüe, un moyen de contrer des revendications sociales trop fortes qui risquaient de miner le consensus politique autour des avantages des classes dominantes : Hitler est arrivé au pouvoir en 1933 avec le soutien de la droite allemande alors que la république de Weimar (issue de la défaite de 14-18) était en pleine crise et menacée par la montée des communistes et des sociaux-démocrates ; Franco a renversé la République espagnole en 1939, avec le soutien de l'Eglise et du patronat espagnol alors que le gouvernement de gauche entamait de grandes réformes, notamment agraires ; Pinochet à pris le pouvoir au Chili en 1973 alors que le président socialiste démocratiquement élu, Salvador Allende, menaçait les avantages des multinationales, US notamment, par des nationalisations (Comme les mines de cuivre,....) ; idem avec le Salvador dans les années 80 où les Etats-unis ont financé les milices d'extrême-droite des "Contras" pour renverser le gouvernement local ; etc.

Aujourd'hui, alors que le capitalisme connait une crise profonde, la droite ne propose que l'austérité ("Règle d'or") et des reculs sociaux au peuple français, avec les conséquences que l'on voit en Grèce, en Espagne ou en Irlande.

Comme dans ces pays, la révolte sociale peut être forte en France aussi. Les expériences passées de 1936 avec le Front populaire et de 1968 ont de quoi inquiéter les cercles dirigeants et les profiteurs du système.

Pour parer tout risque de révolte et de colère sociale, la parade est de dénoncer des victimes imaginaires, quotidiennement : un mensonge répêté des centaines de fois finit par devenir une vérité : telle est leur stratégie !

Plutôt que dénoncer la financiarisation de l'économie et le bilan de trente ans de libéralisme, la droite finit par faire comme l'extrême-droite : dénoncer les immigrés, les fonctionnaires, les bénéficiaires des minimas sociaux, les syndicalistes,...

Dans ce contexte, on en arrive aujourd'hui à avoir un discours et des pratiques de la droite officielle qui s'approchent dangereusement des pratiques et d'un discours d'un régime d'extrême-droite.

Rien de surprenant dans ce durcissement de crise du parti de la finance et du patronat à voir son leader organiser un rassemblement du premier mai volontairement opposé à celui des syndicats.

Encore un effort et les cortèges de l'UMP et du Front National finiront par fusionner : ils sont déjà tellement proches idéologiquement !

Newsweek sarkozy europe extreme droite

Sarkozy en nouveau visage de l'extrême-droite européenne
la Une du magazine nord-américain "Newsweek" en 2009

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chloé 25/04/2012 10:50


Je suis affligée par le score du Front National dans notre département et encore plus affligée par la dérive de Nicolas Sarkozy et des militants de l'UMP !


Hier, j'entendais Nicolas Sarkozy affirmer que Marine Le Pen était compatible avec la République. C'est une rupture complète du cordon sanitaire républicain avec ces ennemis de la République ! En
2002, la gauche avait clairement appelé à voter Chirac pour faire barrage à Jean-Marie Le Pen et Chirac avait tenu une posture digne face à l'extrême-droite. Tout ça serait fini ?


Et j'ai lu dans la presse ce matin que Sarkozy avait renouvelé en meeting ses propos sur les "racines chrétiennes de la France". Encore un message à destination des durs de l'extrême-droite.


Il a même lancé "le travail libère !". Cela m'a fait froid dans le dos ! Je me souviens de mes cours d'histoire et du message à l'entrée d'Auschwitz, "Arbeit macht frei" soit en français
: "le travail rend libre !".


Cet homme se rend t-il compte de ce qu'il dit et de ce qu'il fait ?


Les militants UMP et les électeurs UMP se rendent-ils compte qu'ils sont en train de vendre leur âme au diable pour un plat de lentilles ?


J'espère que les électeurs communistes et du Front de Gauche iront faire barrage à ce type le 6 mai prochain ! Et j'espère sincèrement que de nombreux électeurs de droite et du MODEM se
désolidariseront du candidat UMP !

Solidaire 25/04/2012 11:38



Bonjour Chloé,


Vous trouverez justement aujourd'hui un large extrait du communiqué de presse de la Fédération euroise du PCF, au soir du 22 avril, qui va justement dans votre sens. Avec nos commentaires qui
vont dans le même sens, cela va sans dire.


Et j'espère que notre ministre de la désagriculture et candidat à l'élection législative, Bruno Le Maire, se désolidarisera publiquement des prises de position de son leader ! ? Car, s'il se
tait, ce sera  comme le dit le proverbe : qui ne dit rien consent !