Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 09:38

Il ne se passe pas un jour sans que Sarkozy ne fasse sa promotion avec l'aide des médias. Hier, c'était sur son "plan de relance". Encore une fois, mensonges et poudre aux yeux étaient d'actualité.

Cette fois-ci, voilà que Nicolas Sarkozy vante son plan de relance et se gargarise du bilan-globalement-négatif-de-son-mandat-mais-pas-trop-négatif-quand-même !

A écouter le Président du Fouquet's, hier soir, la situation française ne serait pas si mauvaise comparée à celle de la Grèce ! Et d'agiter l'épouvantail grec en accusant les socialistes (la gauche en général) de vouloir plonger la France dans une situation aussi dramatique.

C'est sûr que par rapport à la Grèce, la France semble aller un peu mieux ! Elle va également mieux que Haïti ou que le Bengladesh ! Est-ce une façon de faire le bilan de sa politique économique ?

Ce qu'oublie de dire Nicolas Sarkozy, c'est que si la France va mieux, ce n'est pas grâce à lui !

Il semble avoir oublié, tout comme les médias par ailleurs, que l'OCDE met sur le compte du système social français l'amortissement de l'onde de choc qu'a constitué l'effondrement économique du capitalisme en 2008 et 2009. Pour les experts internationaux, ce qui a sauvé l'économie française et les travailleurs de notre pays, ce n'est ni l'Europe, ni la libéralisation économique, mais bien les outils de protection sociale hérités de la gauche et des communistes comme la Sécurité Sociale avec sa protection sociale et son système de retraite, la Fonction Publique et ses emplois stables, le système d'indemnisation chômage et les aides sociales existantes (RSA, allocations familiales, CMU,...).

Par ailleurs, Nicolas Sarkozy agite l'épouvantail de la dette grecque pour menacer le peuple français si jamais il avait envie de se débarasser de lui pour mettre à la place un président issu du PS.

Là aussi, il devrait faire attention ! L'épouvantail de la dette française porte en effet un visage : le sien !

N'oublions pas que c'est Nicolas Sarkozy qui porte la responsabilité de l'explosion de la dette française !

Dès son arrivée, il a coupé une partie des vivres de l'Etat en instaurant un bouclier fiscal en faveur des classes aisées. Un bouclier fiscal dont les élus de droite annoncent régulièrement la remise en cause sans jamais y toucher : une façon de faire croire qu'ils agissent en faveur de l'égalité sociale sans jamais toucher aux avantages des classes sociales dont ils sont issus.

Lors de la crise, pour sauver le secteur bancaire et le secteur financier, comme tous les chefs d'Etat des grandes puissances capitalistes, il a injecté des centaines de milliards d'euros d'argent public. De l'argent public que la France n'avait pas et qu'elle a emprunté à des taux élevés à ceux-là même qui étaient à l'origine de la crise et à qui elle prêtait cet argent ! Une boucle financière qui permet aujourd'hui aux institutions bancaires privées d'afficher des résultats positifs et aux Etats de devoir faire d'énormes efforts de remboursement de leurs toutes nouvelles dettes.

Sur cette question des finances publiques, les chiffres sont terribles contre Nicolas Sarkozy et sa majorité. Non seulement, ils n'ont rien fait pour amortir l'impact de la crise financière mais ils remettent en cause tous les mécanismes qui ont justement limités les conséquences de cette crise du système : retraites, aide sociale, RSA, contrat de travail,...

Ce sont bien leurs choix politiques en 2008 qui ont entrainé l'explosion de la dette publique française !

Ce discours sur la bonne gestion de son gouvernement et d'une droite vertueuse est la partie mensongère de ses propos.

Pour la partie "poudre aux yeux", il faut regarder du côté de son "plan de relance".

35 milliards d'euros seraient injectés pour la recherche et l'investissement dans des secteurs comme l'automobile, les nouvelles technologies, etc..

Au PS, certains économistes de droite, comme Michel Sapin, disent pourquoi pas ?

Au risque de passer pour négatif, je rappelle simplement que chaque pays occidental a son propre programme de relance, sur des créneaux voisins ou identiques. Au lieu de chercher des collaborations pour tirer les peuples vers le haut, les stratégies étatiques restent enferrées dans la notion de compétition internationale, de concurrence. En clair, rien ne garantit que ces sommes injectées permettront à nos industries (privées) d'obtenir un "avantage concurrentiel" sur les industries étrangères donc d'améliorer les bénéfices de ces entreprises (et peut-être l'emploi ?) au détriment des entreprises de nos voisins ! Le couplet sur le "coût du travail trop élevé" en France risque de nous être ressorti rapidement.

D'autre part, la défense de la recherche publique, elle aussi soumise aux restrictions budgétaires de l'Etat et aux suppressions de postes de la Fonction publique (RGPP), commence un peu tardivement. Si il y a un peu d'argent réservé à la recherche publique d'ailleurs !

N'oublions pas que nos entreprises françaises commencent à délocaliser également leurs centres de recherche ! C'est le cas dans l'Eure avec l'entreprise pharmaceutique SANOFI à Val-de-Reuil qui supprime 5 000 emplois en France.

Et puis, défendre l'innovation, c'est d'abord défendre l'industrie et ses emplois.

Là dessus, on ne peut pas dire que le gouvernement soit très réactif.

Les fermetures chez Arcellor, Continental, Molex,... ont fortement marqué l'actualité sociale ces dernières années en France. Plus près de chez nous, les suppressions de postes chez Glaxo-SmithKline à Evreux (Pharmacie), Atlas à Evreux, par exemple, ou les menaces qui pésent chez Sealinx à Charleval (Automobile), MSD-Organon près de Gisors (Pharmacie) ou M-Real à Alizay (Papeterie), malgré la présence sur notre territoire de poids lourds de la majorité de droite (Hervé Morin, Bruno Le Maire) montrent également le décalage entre le discours officiel de la droite et sa passivité (voire sa complicité) dans les faits.

Avec l'appui des médias, Sarkozy et l'UMP préparent les élections présidentielles.

En bons politiciens, ils trompent le peuple français en s'attribuant des mérites imaginaires et en tirant des plans sur la comète pour l'avenir industriel du pays.

La réalité est plus simple : la droite est du côté des plus riches, des spéculateurs, des actionnaires et des capitaines d'industrie. Cela passe, avec la mondialisation capitaliste, par la mise en concurrence des travailleurs de tous les pays et se traduit par l'effondrement industriel et social de notre pays. Le reste n'est que discours, mensonges et poudre aux yeux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires