Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 14:36

Isolé sur la scène international, François Hollande tente de sauver quand même SA guerre en Syrie.

La situation devient pathétique et grotesque : alors que l'ONU poursuit son enquête et est incapable de dire quel camp a utilisé des gaz de combat en Syrie, et alors que nombre de gouvernements bellicistes reculent sur ce sujet, Etats-Unis et Grande-Bretagne en tête, notre gouvernement socialiste et son président de la République s'obstinent à vouloir attaquer le gouvernement officiel syrien.

Va t-on y aller seuls et sans savoir qui est le coupable ?

Il ne suffit pas de voir en Bachar El Assad le "grand Satan", pour que cela serve de preuve !

Alors que se multipliaient les crimes imputés aux rebelles syriens, particulièrement aux islamistes armés et entrainés par l'Arabie Saoudite et le Qatar, une vidéo de propagande montraient dès juin des troupes rebelles fières de posséder des armes chimiques. Pire : des témoignages "rebelles" recueillis par des médias américains, viennent étayer la thèse du gouvernement syrien, d'une utilisation par les rebelles d'armes chimiques. Dans la vidéo, ceux-ci affirment avoir utilisé ces bombes en croyant qu'il s'agissait d'armes conventionnelles, faute d'une information donnée par leur fournisseur, l'Arabie Saoudite. Une thèse probable compte-tenu de l'amateurisme (si on peut dire !) du bombardement : zone civile par jour de vent.

Aujourd'hui, rien donc ne permet de conclure avec certitude quel est le camp qui a employé des gaz de combat !

Pourtant, notre gouvernement s'acharne à accuser le gouvernement syrien. Une obsession coupable qui pose la question de la véritable raison de notre volonté de guerre contre la Syrie.

A dédouaner de toute façon l'opposition, y compris les islamistes d'Al Qaïda, le discours gouvernemental français cache mal sa partialité et sa volonté de se servir de ces morts comme d'une justification émotionnelle pour intervenir au côté des rebelles.

Mais quels intérêts cela sert-il ? Qu'il s'agisse des chrétiens de Syrie, de Liban et d'Iraq, comme de nombreuses voix en France, une intervention militaire occidental ne ferait que détruire un peu plus le pays, qu'entraîner de nouvelles victimes civiles, qu'augmenter un peu plus le fossé entre une population syrienne qui fait bloc autour du régime, autant par patriotisme que par peur des islamistes, et les militants "syriens" de l'opposition.

Encore une fois, la ruine qui a suivi l'intervention occidentale en Iraq et en Libye devrait nous alerter, tout comme la destabilisation internationale en faveur des islamistes radicaux qui s'en est suivi !

Alors, pourquoi prôner encore maintenant une intervention "internationale" en Syrie, y compris hors cadre de l'ONU ?

Cette position jusquauboutiste de Hollande et Ayrault tranche avec le recul du Royaume-Uni (alliance des Travaillistes et d'une partie des Conservateurs), du Canada et même des Etats-Unis.

Lancé comme un petit roquet au pied de son maître américain, le régime français semble désormais tenir une posture de façade, après le retrait des Etats-Unis et deur fidèle allié britannique. Enfin, on l'espère ! Nous ne pourrions pas croire à une aventure militaire française isolée, dénoncée par l'ONU, par la Russie, la Chine, l'Iran, l'Egypte, la Jordanie et de nombreux autres pays du monde ?

A l'heure où le Qatar prend de plus en plus pied au cœur de notre République, via l'encadrement de centaines d'imams de banlieue et le rachat de clubs de foot, de châines de télé ou de fleurons du commerce français, il est à craindre que certains se laissent embobiner par les milliards d'euros que le Qatar annonce pour l'économie française.

Lors de la guerre du Golfe, le même François Hollande avait mené campagne pour que le Parlement puisse voter sur l'engagement de la France au côté des Etats-Unis, chose qu'il refuse aujourd'hui sur la Syrie !

Une erreur politique qui l'amènera à supporter seul la responsabilité d'un bain de sang au Moyen-Orient qu'auront beau jeu d'utiliser les ténors de la droite.

Après le Mali, nous voilà à la recherche de soutiens, financiers notamment, pour une nouvelle croisade, en Syrie cette fois.

Cette volonté gouvernementale d'aller coûte que coûte attaquer le gouvernement légal syrien ressemble de plus en plus à une intervention pour complaire à nos maîtres américains et qataris.

La France, le peuple français, n'ont rien à gagner dans ce conflit. Le peuple syrien et les peuples du Moyen-Orient non plus.

L'agressivité de notre gouvernement et son ministre des Affaires étrangères a fait écho à l'agressivité des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et des émirats du Golfe.

Aujourd'hui que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne sont sur le recul, notre pays se trouve particulièrement isolé sur la scène mondiale. Notre pays se retrouve en première ligne contre le droit international, au côté des rebelles islamistes et de leurs soutiens, les dictatures arabes de la péninsule arabique.

Pour sortir par le haut de cette crise, et pour être utiles au peuple syrien, il faut chercher la vérité des faits, pas l'inventer ! Il faut aussi tenir compte des réalités d'un pays où, qu'on le veuille ou non, le pouvoir en place possède encore le soutien de larges pans de la populations, parmi les minorités religieuses et ethniques (Alaouites, Chrétiens, Chiites, Druzes, kurdes) comme chez les syriens laïcs.

Ce n'est pas en bombardant un pays, en dehors de tout accord international, que l'on protège son peuple mais en obligeant les belligérants et ceux qui les financent, à l'étranger notamment, à se mettre à la table des négociations pour rétablir la paix.

C'est cette ligne que devrait défendre un gouvernement français indépendant et refusant de se laisser piéger dans des luttes d'intérêt qui ne la concernent pas !

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires