Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 10:53

11,7 % de chômeurs dans la zone euros en octobre et 10,7 % dans l'Europe des 27 : les politiques de rigueur montrent leurs résultats !

Selon les chiffres d'Eurostat, l'institut européen des statistiques, le taux de chômage de la zone euro s'est établi à 11,7% de la population active en octobre, contre 11,6% le mois précédent. Dans l'Union européenne à 27 la situation s'est également dégradée puisque le taux de chômage atteint désormais 10,7 % contre 10,6 % un mois plus tôt.

Il s'agit de niveaux records.

Selon les estimations d'Eurostat, 25,913 millions d'hommes et de femmes étaient ainsi sans emploi au chômage en octobre 2012 dans l'Union européenne à 27. Et sur ce total, 18,703 millions l'étaient dans la seule zone euros. En un mois se sont donc 204.000 européens (dont 173.000 dans la seule zone euros) qui ont perdu leur emploi.

Sur un an, la dégradation de la situation est encore plus impressionnante puisque l'Union européenne à 27 compte 2,16 millions de chômeurs de plus et la zone euro 2,174 millions de sans emplois supplémentaires !

Sur un an, le taux de chômage a augmenté dans seize Etats membres, dont la France, a baissé dans neuf et est resté stable en seulement en Autriche et en Slovénie.

Les plus fortes hausses ont été enregistrées en Grèce (de 18,4% à 25,4% entre août 2011 et août 2012), à Chypre (de 9,2% à 12,9%),en Espagne (de 22,7% à 26,2%) et au Portugal (de 13,7% à 16,3%).

Du côté des baisses, celles qui ont été les plus marquantes l'on été en Estonie (de 11,5% à 9,6% entre septembre 2011 et septembre 2012), en Lituanie (de 14,2% à 12,4%), et en Lettonie (de 15,7% à 14,2% entre les troisièmes trimestres 2011 et 2012). Dans ces trois pays baltes, on peut néanmoins se poser des questions compte-tenu du nombre de jeunes qui quittent le pays à la recherche d'un avenir meilleur (relire : Emigration et chute de la natalité : des tigres baltes en coma démographique  ).

La réalité sociale de notre belle Europe, c'est que le chômage et la misère progressent partout. Même la vertueuse Allemagne est concernée avec un appauvrissement des travailleurs pauvres et des chômeurs (relire : Le modèle allemand : un pays riche peuplé de pauvres de plus en plus pauvres  ).

Faut-il repousser sur d'autres, Chine en tête, la responsabilité de cette situation ?

La situation de l'emploi en Europe et les difficultés grandissantes de nombreuses familles pour se loger et se nourrir (voir ce qu'en disent les associations caritatives) ne sont pas à chercher à l'étranger. Les chiffres de la croissance faible traduisent une réalité : nos économies produisent toujours d'importantes richesses, un peu plus chaque année (entre 0 et 2 % de croissance du PIB).

Mais alors ? Si nos pays continuent d'être riches, pourquoi chômage et misère augmentent-ils ?

Depuis désormais une trentaine d'années, la pensée ultralibérale s'est imposée dans les schémas de fonctionnement à la Bourse comme à la tête des multinationales, diffusant son venin auprès d'une classe politique majoritairement soumise aux intérêts des classes possédantes (droite, extrême-droite) ou ayant abandonné depuis longtemps la volonté de changer le monde (sociaux-démocrates).

Depuis des années, la crise puis la dette publique sont devenues les meilleurs arguments pour mettre en place des politiques d'austérité sensées régler ces questions qui, si on n'y fait rien (c'est ce qu'on essaie de nous faire croire), finiront par tuer notre 'économie.

Privatisations, réductions des services publics, blocages ou baisses des salaires et des pensions, allègements fiscaux pour les entreprises et les plus riches, hausses de taxes,... Partout en Europe les gouvernements appliquent les mêmes recettes pour un même résultat : l'échec.

Enfin... pas vraiment un échec puisque des chiffres tout aussi officiels (INSEE, banques suisses) montrent que les très très riches continuent d'accumuler toujours plus de richesses ce qui est finalement le but ultime du système capitaliste : l'accumulation de capital.

C'est qu'il y a une différence entre le but déclaré de l'austérité (réduire la dette publique et rendre compétitive notre économie) et le but réel (réduire la part de l'état dans l'économie au profit du privé, réduire le coût du travail et accroître la rétribution du capital).

il ne s'agit pas de vue de l'esprit ! Certains l'assument pleinement !

Nicolas Beytout donne des leçons de libéralisme tous les matins sur France Inter. L'ancien du Figaro et des Echos nous fait également la morale, à nous, pauvres prolétaires inquiets de notre petit avenir ! Il y a un peu plus d'une semaine, il s'appuyait sur la perte du triple A de la France pour expliquer que c'était désormais aux marchés de décider des choix économiques et non plus aux politiques. Des intérêts privés décidant du destin de l'ensemble de l'humanité au lieu des représentants élus du peuple, voilà une définition d'un régime oligarchique remplaçant la démocratie !

Sur le dossier Arcelor-Mittal, il dénonçait les velléités de nationalisation, expliquant que si les Etats-Unis avaient nationalisé un temps leur secteur automobile, eux, "c'était pour protéger les actionnaires" !

Et oui ! Pour ce partisan du libéralisme extrême, l'état ne doit plus intervenir dans l'économie que si les intérêts des actionnaires sont en jeu ! Un peu comme avec la refinanciarisation des banques privées, lors du krach financier de 2008 !

Ce que dit tout haut Nicolas Beytout bêtement, c'est ce que reconnait à demi-mot le ministre britannique des finances, le chancelier de l'échiquier George Osborne : les politiques actuelles d'austérité n'ont pas d'efficacité sur la crise et le chômage. Pour sûr, puisque ce n'est pas leur rôle !

Chantre de la rigueur, George Osborne a mis en oeuvre une cure drastique depuis l'arrivée au pouvoir de la coalition conservateurs-libéraux démocrates en 2010.

Prise en tenaille entre l'austérité et la crise de la zone euro, l'économie britannique, qui a connu un léger rebond au troisième trimestre, pourrait de nouveau se contracter au quatrième trimestre, selon la Banque d'Angleterre.

Dimanche, afin de préparer le terrain à une révision à la baisse de ses objectifs, le ministre a admis sur la chaîne BBC1 que "réduire la dette britannique et nous remettre de la crise financière va prendre manifestement plus de temps que ce que nous avions espéré". C'est clair ! Le gouvernement britannique faisait miroiter une croissance de 2 % en 2013 alors que les prévisions sont au mieux de 0,9 % !

Les britanniques sont loin de voir le "bout du tunnel" comme le promettait en 1974 un autre chantre du libéralisme, notre Valéry Giscard d'Estaing national !

Trente ans de libéralisme et quatre ans d'austérité renforcée n'ont à aucun moment et dans aucun pays démontrés une quelconque efficacité sur le chômage et la dette publique, bien au contraire ! C'est bien durant cette période que le chômage de masse et l'endettement des états ont connu leur véritable explosion !

Le but réel du libéralisme et de l'austérité est à voir dans les chiffres faramineux des richesses détenues par quelques uns et dans les résultats financiers des grandes multinationales, en énorme croissance d'années en années.

A l'inverse du discours ambiant sur la nécessité de continuer la purge dans les services publics et dans la rémunération du travail, maquillé en "coût", être moderne et innovant, c'est tourner le dos à ces politiques de régression social et s'attaquer aux oligarchies financières qui contrôlent aujourd'hui nos économies, à l'image des chefs d'état d'Amérique du sud.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires