Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 09:29

François Hollande s'est livré à un surprenant éloge des réformes du marché du travail allemand, lors des célébrations jeudi 23 mai à Leipzig des 150 ans du parti social-démocrate (SPD), en présence de la chancelière (de droite) Angela Merkel.

François Hollande, qui se présentait encore comme "socialiste" plutôt que comme "social-démocrate" lors de sa grande conférence de presse à l'Elysée le 16 mai, a notamment vanté les réformes lancées en 2003 par l'ancien chancelier SPD Gerhard Schröder pour flexibiliser le marché du travail allemand.

Ces réformes, sensées doper la compétitivité allemande, ont  en réalité aggraver la pauvreté. Elles ont notamment créer une obligation faite aux chômeurs d'accepter des jobs précaires payés 2 € de l'heure (16 € la journée !) : que du bonheur pour les patrons !

Ces réformes restent controversées dix ans plus tard, y compris au sein du SPD. C'est dire !

Les sociaux-démocrates allemands ont voté avec le parti de la chancelière tous les plans de sauvetage de la zone euro, depuis le début de la crise, même s'ils n'ont eu de cesse de critiquer la politique d'austérité imposée, selon eux, par Angela Merkel. Double langage.

Voir françois Hollande tenir un discours de gauche le 16 mai et vanter la soumission libérale exemplaire du SPD une semaine après, nous rappelle son discours anti-libéral du Bourget ("Mon ennemi, c'est la finance !") qui a précédé de peu une visite courtoise à la City londonienne, antre du capitalisme anglo-saxon, durant la campagne présidentielle 2012.

Double langage là aussi !

Solidaire


 

A lire : le  grain de sel de Norbert Arndt, dirigeant du syndicat allemand VerDi de Hernen, dans "L'Humanité".

Le modèle allemand, c’est une entreprise de redistribution de la richesse du bas vers le haut à laquelle nous assistons depuis maintenant vingt ans. C’est cela en fait que l’on recommande si fortement à toute l’Europe. L’Allemagne est au centre de cette politique

Travailleurs pauvres, misère sociale, voilà le modèle allemand et le bilan des réformes de Gerhard Schröder
Et le sort réservé aux salariés allemands n’a rien d’un exemple à suivre.
Sur le papier, le niveau du chômage est certes moins élevé ici que dans d’autres pays européens. Mais c’est un formidable trompe-l’œil car, ici, on vit sous le règne de la précarité et de la misère au travail.
Après la mise en place de "l’agenda 2010" (réformes antisociales de l’ex-chancelier Schröder), les emplois hors convention collective sont devenus légion.
Nous sommes à l’âge d’or de ces sociétés d’intérim, de ces marchands d’hommes qui jouent sur les statuts des jobs sous-payés et à couverture sociale allégée. La situation ne cesse de se dégrader pour la population de ma ville, 
Herne (170 000 habitants près de Bochum – NDLR). On y recense pas moins de 3 500 travailleurs pauvres inscrits au bureau d’aide sociale. On les appelle des cumulards (Aufstocker). En effet, comme leurs revenus salariaux se situent en dessous des minima sociaux, ils sont autorisés à les cumuler avec une somme complémentaire fournie par l’organisme public. Pour s’en sortir, certains vont jusqu’à exercer trois ou quatre emplois de ce type en même temps.
La prospérité est réservée au centre des grandes métropoles comme Munich ou Stuttgart.
Dès que l’on passe à la périphérie, c’est la chute des niveaux de vie qui est à l’ordre du jour.
Ici, dans ma ville, un enfant sur quatre est tributaire de l’aide sociale.
Sur 170 000 habitants, 21 300 ont 
réclamé un soutien pour faire face à leurs dépenses de chauffage cet hiver.
Et pour les plus anciens, le choc est encore plus terrible. Le revenu moyen des retraités à Herne se situe à 705 euros par mois. C’est la conséquence des réformes de l’assurance vieillesse, avec la mise à mal croissante du système de base par répartition qui se traduit aussi, depuis le début de cette année, par un report à soixante-sept ans de l’âge de départ légal.
Et les populations de Herne et de toute la région commencent à subir de surcroît, maintenant, le retour du bâton du modèle de l’austérité imposée à toute
l’Europe. Les commandes à l’industrie se réduisent. L’usine Opel de Bochum va fermer dès l’an prochain. Cela signifie la suppression de 3 000 emplois. Sans compter les postes induits chez les sous-traitants et autres fournisseurs du site. Ce pays est rattrapé par la crise que ses autorités successives ont semée."

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires