Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 10:38

Alors que les appels à la négociation se succèdent, le nouveau pouvoir ukrainien joue l'épreuve de force.

Aux dernières nouvelles, le nouveau pouvoir issu du putsch contre président élu Ianoukovitch organise des élections le 25 mai prochain. Des élections dont on se demande bien ce qu'elles vont avoir de démocratiques tant les forces qui ont renversé le gouvernment précédents montrent leur volonté d'imposer leurs choix par tout les moyens, y compris la force.

Le parallèle est assez facile à faire entre les débuts des événements en Ukraine où l'on nous présentait les opposants au président Ianoukovitch comme les gentils donc leurs occupations de locaux administratifs et de la place Maïdan à Kiev comme des actions d'un peuple contre son despote.

Qu'importait alors la violence des événements, les saccages des ministères, les miliciens armés tirant sur la police !

Aujourd'hui, le pouvoir a changé de main mais pas les méthodes.

Les occupants de locaux administratifs sont aujourd'hui qualifiés de sécessionistes. Les gentils, se sont aujourd'hui les autorités !

Qu'importe à nos médias et à nos gouvernements occidentaux que ce nouveau pouvoir ait constitué une garde nationale en s'appuyant sur les milices qui occupaient Maïdan et où dominent les militants néo-nazis ! Qu'importe la chasse au russophones dans le centre et l'ouest du pays, l'interdiction des forces politiques d'opposition dans les régions de l'ouest ou la multiplication des agressions à caractère politique dans le pays !

Pour nos médias et nos gouvernants, qui font toujours front quand les intérêts géopolitiques des multinationales sont en jeu, les partisans de l'Union européenne sont, de toute façon, dans le camp de la liberté et de la démocratie. Ceux d'en face, quelles que soient leurs motivations, sont forcément des terroristes, des assaillants, des sauvages, des traitres, de pauvres cons manipulés. Des méchants, quoi.

On nous présente la situation en Ukraine de manière caricaturale, avec ce bon gouvernement démocratique ukrainien face à la Russie qui manipule des éléments russophones armés pour détruire l'Ukraine.

Bien évidemment, les choses ne sont pas si simples.

Qui peut croire que l'ensemble des ukrainiens a accepté le renversement de Viktor Ianoukovitch ? Largement dominant aux dernières élections dans les régions actuellement en rébellion, dans le sud et l'est du pays, il compte encore beaucoup de partisans.

Au delà, de nombreux ukrainiens n'ont peut-être pas accepté la méthode qui a amené au changement de pouvoir à Kiev et qui se définit, dans les faits, par un putsch armé.

Enfin, la présence connue et assumée de milices d'extrême-droite au sein du nouveau pouvoir et de sa nouvelle armée, ainsi que le discours clairement anti-russe (et antisémite) qui règne à Kiev, ont de quoi légitimement inquiéter bon nombre d'ukrainiens qui ne veulent ni d'une chasse aux russophones (quasiment 50 % des ukrainiens !) ni d'un régime fasciste !

D'ailleurs, que sait-on de se que pensent les ukrainiens ? Personne ne leur a demandé ce qu'ils en pensaient ? A commencer par nos grandes démocraties !

C'est là que les élections du 25 mai, organisées par le nouveau pouvoir entrent en jeu. Qui va pouvoir se présenter et est-ce que toutes les forces politiques auront la même liberté d'expression ?

Et, en termes de démocratie, il ya de quoi avoir peur.

L'interdiction dans l'ouest du Parti des Régions, officiellement toujours vainqueur des dernières élections législatives, et l'interdiction en cours, au niveau national, du Parti communiste (120 000 adhérents, 14 % des voix aux dernières élections) ont de quoi interpelé sur la légitimité du scrutin !

Qui plus est, à un mois de la date fatidique, la situation interne au pays n'augure rien de bon sur le déroulement de la campagne électorale, notamment dans l'est et le sud du pays, acquis aux forces politiques opposées au nouveau pouvoir.

D'ailleurs, l'envoi de blindés à Slaviansk, après de premières provocations de l'extrême droite, démontre que le nouveau pouvoir cherche à régler par la force les différents qui sont apparus dans le pays suite au putsch des pro-européens et de l'extrême-droite.

Jusque là, l'armée ukrainienne refusait de tirer sur la population. Les 6 blindés récupérés par les pro-russes la semaine dernière n'ont pas été arrachés à l'armée : ce sont leurs équipages qui ont pactisé avec la population locale et qui sont passés avec armes et bagages dans le camp opposé ! Une réalité qui s'est déjà traduite par le passage de troupes entières de l'armée, de policiers, de forces anti-émeutes (Berkut) et d'agents des reseignements (SBU) dans le camp des anti-Maïdan ces dernières semaines. Nos médias oublient évidemment ces événements qui démontrent que les opposants au pouvoir de Kiev ne sont pas seulement constitués d'une poignée de militants pro-russes armés, épaulés de troupes spéciales russes sans indentification, comme le laissent croire nos médias.

La situation en Ukraine laisse augurer le pire.

Face à un nouveau pouvoir ukrainien arriver aux affaires par un coup de force et qui multiplie les actes antidémocratiques et les répressions violentes contre ses opposants, la tension monte chez ces opposants qui duc oup, multiplient les occupations de locaux administratifs, les barrages et les grèves (mineurs du Donbass notamment).

Au lieu de jeter de l'huile sur le feu, en bon toutou des Etats-Unis, notre gouvernement devrait au contraire exiger que le nouveau pouvoir de Kiev laisse une totale liberté politique au peuple ukrainien, qu'il chasse des rues et de son armée les milices d'extrême-droite qui font régner la terreur dans l'ouest et le centre du pays, et qu'il ouvre enfin des négociations avec les représentants des frondeurs de l'est, en garantissant notamment une plus grande autonomie aux régions russophones.

La négociation et l'apaisement sont les seul moyens d'éviter une guerre civile en Ukraine et l'éclatement du pays.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires