Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 09:57

C'est le dernier gadget politique en date : faut-il ou non punir les clients des prostitués ? Pendant ce temps, l'avenir économique des 300 millions d'européens se joue entre quelques chefs d'état et les marchés financiers.

Il est des députés qui savent où sont les priorités du moment.

Ainsi, Danielle Bousquet, députée socialiste, propose une loi pour punir de fortes amendes et de prison les clients des prostitué(e)s. Et, du coup, le sujet fait du buzz un peu partout dans les médias.

Au moment où les peuples européens se débattent dans une crise économique dont leurs élites sont responsables et alors que le tandem Merkel-Sarkozy s'apprête à entériner une importante réforme de  l'Europe qui imposerait l'austérité pour toujours aux peuples du continent, il se trouve une socialiste pour considérer judicieux de lancer un débat sur la légalité de la prostitution. On croit rêver ?

S'agit-il de quelqu'un que Lénine aurait qualifié "d'idiot utile" du capitalisme ? L'approche des élections est un moment tentant pour faire parler de soi quand on n'a été qu'un obscure député pendant son mandat.

Ou est-ce volontairement un écran de fumée pour éviter un débat public sur l'intérêt d'une telle réforme de l'Europe, voire même sur sa légalité ?

On sait que nombre de socialistes sont favorables au fédéralisme européen et à la fameuse règle d'or qui imposerait l'austérité permanente aux gouvernements donc aux peuples. François Hollande lui-même a déjà annoncé qu'il mènerait une politique d'austérité s'il était élu. On se souvient également du soutien du Parti socialiste au Traité de Maastricht en 1992, celui qui imposa l'Euro, et au Traité Constitutionnel Européen, en 2005.

Cacher la misère sexuelle de ce pays

Quoi qu'il en soit, même si nous ne soutenons pas, loin de là, la prostitution, il s'agit d'un sujet autrement plus compliqué à gérer qu'en punissant simplement les clients. Les lois qui condamnent le racolage ont déjà entrainé beaucoup de prostitué(e)s à pratiquer leur activité plus clandestinement, les rendant plus vulnérables aux agressions, aux proxénètes, et compliquant les mesures d'hygiène et les contacts avec les associations qui les suivent. Pour beaucoup, cette loi entrainerait un peu plus la prostitution dans la clandestinité, marginalisant celles et ceux qui la pratiquent.

Il n'y a certainement pas de solutions miraculeuses pour régler cette question autour d'un "métier" que l'on peut probablement cataloguer dans les plus vieux du monde (Chasseur et paysan viennent certainement en premier !). D'ailleurs, aucune société n'a jamais réussi à éradiquer cette activité. Et je n'ai pas non plus de solution.

Une piste serait peut-être de lutter contre ces réseaux mafieux qui font du trafic d'êtres humains comme d'autres font du trafic de drogues ou du trafic d'armes ? La marchandisation de l'économie concerne aussi les humains : le capitalisme met bien les salariés en concurrence.

En tout cas, pousser à la clandestinité ne supprimera pas la prostitution et compliquera sa prévention.

Exploitation sexuelle contre exploitation capitaliste

Mais, plutôt qu'en faire des tonnes sur des sujets marginaux, nos députés n'ont-ils rien de mieux à faire en ces temps de crise du capitalisme ?

Car, c'est bien la crise du capitalisme qui est la cause des soucis principaux de nos compatriotes : emploi, pouvoir d'achat, avenir de leurs enfants, retraite,...

Nous n'avons de cesse, sur ce blog, de démontrer que cette crise et la dette dont on nous rabat les oreilles depuis des mois sont des constructions artificielles, bâties par des décennies d'allègements fiscaux au bénéfice des grosses entreprises et des plus riches, et qui servent d'arguments à des coupes sombres dans les salaires et les acquis sociaux des travailleurs pour enrichir un peu plus les actionnaires des grosses entreprises et les plus riches.

Les aveux arrachés à nos chefs d'Etats, Sarkozy et Obama en tête, sur la responsabilité des marchés financiers dans l'explosion de la crise, en 2008, sont oubliés, tout comme les promesses de moralisation du capitalisme.

Au contraire, ces discours sur la nécessité de rassurer les marchés et de conserver notre note triple A auprès d'agences de notation affiliées à ces marchés financiers, tout cela prouve à quel point nos gouvernements occidentaux sont soumis aux règles du capitalisme et à ceux qui en bénéficient.

Pas surprenant, dans ce contexte, qu'il n'existe toujours pas de loi pour punir ceux qui provoquent des catastrophes économiques, en pillant volontairement une entreprise, en la délocalisant pour augmenter les dividendes des actionnaires ou en spéculant sur les denrées alimentaires ou énergétiques, au risque de mettre en danger des millions de citoyens, comme lors des émeutes de la faim au début des années 2000.

Ainsi, il n'y a pas de loi qui permette à l'Etat, à une collectivité ou à des salariés de reprendre en main une entreprise dont les propriétaires refusent la vente. Ce droit d'expropriation serait bien utile pour les salariés de la papèterie M-real d'Alizay, qui tentent toujours de sauver leur usine, rentable et qui a un repreneur, et les 700 emplois qui en dépendent.

Les députés communistes ont déposé une loi en ce sens. Curieusement, elle fait moins le buzz que celle contre la prostitution. Les journalistes préfèrent parler des putes que des salariés, question de valeur.

De la même façon, les médias nous présentent l'austérité et la réforme de l'Europe comme des fatalités, des remèdes de cheval, des purges nécessaires pour sauver l'euro et l'Europe, donc les les peuples. Sans débat, sans vote des français certainement. La France est en guerre économique, une guerre contre son propre peuple.

C'est là que trouve tout le sens du titre de cet article : "Une loi contre les clients des prostitués mais toujours rien contre les patrons-voyous !"

De gauche comme de droite, il se trouvera toujours des élus ou des ministres pour surfer sur l'émotion d'un fait divers et proposer une nouvelle loi sensée protéger encore mieux le citoyen, ou bien pour sortir du chapeau un sujet polémique et voyeuriste, comme la prostitution, afin de faire parler de lui.

Par contre, à gauche comme à droite, il ne reste pas grand monde pour offrir au peuple d'autres perspectives qu'un avenir maussade et misérable.

Les russes, ce dimanche, ont montré qu'ils ouvraient les yeux sur vingt ans de mensonge au sujet du capitalisme et ont donné, malgré les bourrages d'urnes et les campagnes d'intimidation, un important soutien aux communistes.

Croire que l'on peut faire mieux sans changer profondément les règles de fonctionnement de cette société, donc sans s'attaquer aux dogmes libéraux, c'est du charlatanisme.

Aujourd'hui comme hier, les seuls qui prônent un changement de fond des règles de la société, ce sont les communistes. Comme en 1992 et en 2005, nous nous opposerons à cette construction européenne qui nie les droits des peuples à disposer de leur destin et qui donne tout pouvoir aux marchés, aux capitalistes.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article

commentaires