Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 08:21

Il peut faire le beau au G 20 notre nanoprésident. Sa taxation des banques restera dans les cartons, tout comme ses promesses creuses sur le pouvoir d'achat.

 

La vérité, c'est que de plus en plus de travailleurs se retrouvent au chômage, que l'austérité va toucher tous ceux qui bossent pendant que les riches, bourgeois et nantis continuent de bénéficier de niches et exonérations fiscales et que les membres du gouvernement sont les uns après les autres touchés par des scandales.

 

La France immorale de l'argent, du bling-bling et de la prébende s'affiche.

 

La courbe du chômage toujours mal orientée

 

Au mois de juin, Pôle Emploi a comptabilisé près de 2,7 millions de chômeurs de catégorie A, c'est-à-dire des salariés en recherche d'emploi et qui n'ont exercés récemment aucune activité, même de courte durée.

Si on ajoute les catégories B et C, chômeurs ayant exercés de courtes activités (CDD ou intérim), ce chiffre monte à 3,94 millions de travailleurs !

 

En un an, le chômage a grimpé de 7,1 % pour la cétégorie A et de 9,4 % pour l'ensemble !

 

Or, la politique de l'emploi public par le gouvernement va entraîner la disparition de 100 000 emplois supplémentaires au sein des services de l'Etat : éducation, intérieur, justice, environnement, fraudes, ...

 

De la même façon, toute politique d'austérité freine l'activité économique d'un pays, particulièrement la France où, traditionnellement, c'est la consommation qui tire la croissance !

 

En clair : suppressions de fonctionnaires et rigueur vont accentuer la hausse du chômage.

 

La moralisation du capitalisme par ceux qui n'ont pas de morale.

 

Nicolas le Petit, le Bonaparte hongrois, voulait nettoyer les banlieues au Karcher.

 

En dehors du fait que la violence en banlieue n'a jamais été aussi évidente (voir la mort par balle d'un jeune à Villiers-le-Bel ce dimanche), signe du bide total de la politique sécuritaire sarkozyenne, on pourrait désormais exiger que le gouvernement soit à son tour laver au Karcher !

 

Entre les ministres qui prêtent les appartements de fonction, payés par le contribuable, à leur famille, le ministre de l'intérieur condamné pour propos racistes ou l'ex-ministre des finances et actuel ministre de l'emploi, empêtré dans l'affaire Bettencourt, on ne peut pas dire que le gouvernement fasse preuve d'exemplarité ! Et on va reprocher aux jeunes de banlieue de mal se comporter ?...

 

Et ne parlons pas du nanoprésident, de son langage de charretier et de son goût immodéré pour tout ce qui brille !

 

Décidément, ce gouvernement est à l'image du capitalisme qu'il défend : immoral, pédant, arrogant.

 

En un mot : irréformable.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 08:32

Beaucoup de commentateurs ont noté la coïncidence entre la réception à l'Elysée du gréviste Henry et le silence du gouvernement sur un mouvement social très largement soutenu par la population et qui a réuni, excusez du peu, près de deux millions de personnes dans les rues.

 

Cette coîncidence n'est pas due au hasard.

 

Les mauvaises langues y verront un bras d'honneur du nanoprésident au peuple français. Peut-être pourrait-on y voir l'intérêt qu'il porte aux seuls problèmes des millionnaires ?

 

23 millionnaires en grève, même si certains sont noirs, voilà qui suscite l'intérêt du chef de la bande du Fouquet's !

Que le petit peuple grogne et s'inquiète de ne plus avoir de quoi vivre demain ? Quelle importance ! Il habite Neuilly, pas Saint Denis, La Madeleine ou Saint André de l'Eure !...

 

Il n'y a pas à être surpris des réactions de cadres de l'UMP minimisant la réussite de cette journée de mobilisation ni des commentaires haineux lus ici ou là sur le net ou dans la presse par des militants UMP ou FN. La mauvaise foi ou le déni de réalité sont des phénomènes courants chez ces gens là.

 

Car la réalité est crue, visible, palpable. La population française est très largement opposée à un report de l'âge de départ en retraite et à un allongement de la durée de cotisation.

Près de deux millions de manifestants en France hier, 10 000 sur Evreux, 66 % des français opposés à la réforme, 58 % prêts à descendre dans la rue, pas un coup de klaxon ou mouvement d'humeur chez les automobilistes bloqués par les manifestants, parfois pendant près d'une heure,... tout converge dans un même sens.

 

La pression monte, la contestation devient de plus en plus visible !

 

Sur Evreux, par exemple, nous sommes passés de 3 000 manifestants le 23 mars à 5 000 manifestants le 27 mai pour terminer à 10 000 ce 24 juin. Une évolution qu'on retrouve partout en France. Et ce, malgré l'absence de FO dans les cortèges !

 

Les grandes orientations gouvernementales sur la réforme seront discutées à l'automne au Parlement.

 

Le mouvement social a donc encore bien le temps de monter encore plus en pression pour mettre cette droite en déroute et imposer d'autres choix, des choix qui obligeront les revenus du capital à participer à une juste hauteur au financement des caisses de solidarité.

 

L'été arrive et la France risque de s'ensommeiller.

 

Les communistes vont profiter de la période pour poursuivre leur travail d'information et de sensiblisation des travailleurs aux causes profondes de cette crise du capitalisme et aux raisons de la remise en cause des mécanismes de solidarité que sont la retraite, la Sécu ou les services publics.

 

Un travail éminemment politique qui nécessite des moyens humains et financiers.

N'hésitez pas à contribuer à cet effort, avec vos cerveaux, vos bras ou financièrement !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 14:05

Cette journée de mobilisation intersyndicale (sans FO) est de loin la plus importante de l'année 2010 et frôle les deux millions de manifestants atteints début 2009. Le gouvernement va t-il enfin en tenir compte ?

 

Malgré l'absence de Force Ouvrière, ce sont tout de même près de 10 000 manifestants qui ont sillonné Evreux ce jeudi 24 juin. Un cortège majoritairement CGT où le secteur privé était fortement représenté, à commencer par les M-Real, qui viennent d'obtenir la suspension de leur plan social !

 

La mobilisation a été également très forte partout en France puisqu'on estime au minimum au double le nombre de manifestants. A Evreux, par exemple, nous étions déjà 5 000 le 27 mai !

 

Au final, c'est certainement autour de deux millions de manifestants en France qui auront battu le pavé dans plus de 210 villes contre la réforme des retraites. Un chiffre réalisé sans la présence de Force Ouvrière qui avait réuni près de 80 000 manifestants le 15 juin à Paris.

 

Comme l'an dernier, certains ministres utiliseront la méthode Coué en affirmant que 2 millions de manifestants ce n'est pas beaucoup comparés aux 60 millions de français. Je serai tenté de leur proposer d'organiser une manifestation de soutien au gouvernement Fillon et à sa réforme des retraites qu'on rigole un peu !

 

D'ailleurs, pourquoi l'UMP de Bruno Le maire et le Nouveau Centre d'Hervé Morin n'organisent-ils pas une manifestation sur Evreux pour soutenir cette réforme ? Peur du ridicule ou peur de se voir associés à ce projet réactionnaire ?...

 

De fait, au delà des deux millions de manifestants, ce sont de nombreuses grèves qui auront marqué cette journée. Dans le secteur public (transports, éducation, poste), comme insistent lourdement les médias, mais également dans le secteur privé.

 

Il est à noter, pour notre canton, la présence d'un premier cortège des salariés de Federal Mogul de Garennes sur Eure.

 

Particulièrement investis sur ce dossier, les communistes n'ont pas manqué le rendez-vous.

 

200 militants se sont égayés dans les cortèges syndicaux (essentiellement CGT) avec drapeaux, autocollants et tracts, plutôt que s'isoler derrière une banderole.

 

De nombreux élus communistes étaient présents, conseiller régional, conseillers généraux, maires, conseillers municipaux.

 

Andrée Oger, bien évidemment, n'a pas raté ce rendez-vous social.

 

Et maintenant ?

 

Malgré le bombardement médiatique autour de la Coupe du Monde et du psychodrame des Bleus, le mouvement social a réussi à briser le silence qui entoure l'opposition des français à la réforme des retraites. Encore récemment, "L'Humanité" publiait un nouveau sondage confirmant que deux tiers des français refusent le projet de la droite.

 

Dans cette guerre de classe que nous livre la droite, pour le compte des financiers, il est certain que le gouvernement ne reculera pas tout de suite. La campagne de mobilisation doit continuer, cet été y compris.

 

Les communistes continueront d'informer les citoyens sur les réelles motivations de la droite dans ce dossier et de proposer des solutions alternatives, crédibles et chiffrées, pour retrouver un système de santé et de retraites solidaire et équilibré.

 

2010---Manif-retraites-24-juin-013.jpg

10 000 manifestants ont parcouru les rues d'Evreux durant 1 h 30 

 

2010---Manif-retraites-24-juin-009.jpg

Les militants communistes étaient présents dans le cortège

avec leurs élus comme Jean-Luc Lecomte (avec son écharpe),

conseiller régional et maire adjoint de Vernon 

 

2010---Manif-retraites-24-juin-010.jpg

Les Federal Mogul participaient à cette manifestation.

Devant eux, Gérard Grimault (en costume gris),

 maire et conseiller général communiste de Brionne

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 08:43

Et oui ! Ici aussi, vous allez avoir droit à des commentaires sur l'équipe de France ! Mais c'est pour mieux rebondir (!) sur des questions sociales, rassurez-vous !

 

Je ne m'étendrai pas sur des questions purement sportives concernant la déroute de l'équipe de France en Afrique du Sud. Le plus surprenant est que certains croyaient aux chances de cette équipe alors que ses résultats frisaient la catastrophe depuis déjà plusieurs années. Il n'est qu'à voir ses difficultés pour se qualifier pour cette coupe ou la défaite face à la Chine quelques jours avant leur départ pour l'Afrique du sud..

 

Non, le côté sportif est secondaire.

 

Ce qui est dramatique, c'est l'esprit qui anime cette équipe et tous ceux qui en ont la charge.

 

Culte du secret et de l'isolement, comme à la Réunion ou pendant les entrainements, absence d'esprit d'équipe, individualisme, suffisance des sportifs, absence d'autocritique et de remise en cause de l'équipe dirigeante, insultes, dépenses exagérées,...

 

Cette équipe de France n'est malheureusement que le reflet de notre époque, marquée par le repli sur soi et l'individualisme.

 

Dans la France de Sarkozy, l'esprit collectif qui s'était exprimé en 1998 au travers de l'équipe "black-blanc-beur" a disparu au profit d'une mentalité mesquine, médiocre, basée sur l'argent clinquant, le m'as-tu-vu, utilisant l'insulte à l'excès. Un miroir de la France-d'en-haut qui nous gouverne, chef de l'Etat, ministres et grands patrons réunis.

 

Nous voilà avec une équipe composée de joueurs surpayés, exagérément surpayés, pour un niveau intellectuel plutôt bas. Des jeunes sortis de l'adolescence sans diplômes, sans éducation, et balancés dans un monde où ils sont surassistés, adulés comme des dieux et armés d'un chéquier bien trop gros pour leurs poches.

 

Comment s'étonner que cette argent les pourrissent ? Les voilà enfants gâtés, incapables de comprendre le symbôle qu'ils représentent et de respecter le public qui les fait vivre.

 

Il en est de même de l'encadrement de cette équipe, entre une Fédération sourde aux inquiétudes du public, trop occupée à négocier de juteux contrats avec les sponsors, et une ministre des sports, Roselyne Bachelot, qui intervient très tardivement et sans rien y connaître. Jouer le pompier quand la maison a brûlé et qu'on n'est pas pompier, cela ne sert à rien !

 

Et que dire de l'encadrement sportif, incapable de trouver une cohérence au sein de cette équipe. Le pouvait-elle avec cette génération pourrie gâtée ? Mystère. En tout cas, dans ses actes et ses discours, c'est toujours la méthode Coué du tout va bien. Jusqu'à Raymond Domenech hier soir, après la défaite et l'humiliante élimination, qui parle du match comme s'il ne s'était rien passé...

 

"On a les dirigeants qu'on mérite !" dit l'expression populaire. On pourrait rajouter dans la même veine que l'on a l'équipe de football qu'on mérite.

 

L'équipe de France est à reconstruire. Elle doit regagner la confiance populaire et se remettre au travail, collectivement et dans l'intérêt du groupe France.

 

Un peu comme notre gouvernement qui actuellement ne joue que pour accumuler des milliards dans certaines poches, oubliant le public, les français, les méprisant même !

 

Comme au football, il va falloir changer d'équipe gouvernementale et changer l'entraîneur en même temps. Profitons -en pour remettre à plat les règles du jeu, surtout l'esprit du jeu, pour qu'à l'avenir, ce soit l'intérêt du collectif France qui compte, pas seulement l'intérêt particulier de certains.

 

Commençons par Roselyne Bachelot qui, après le scandale de la Grippe A, est la ministre de l'échec du Groupe A.

 

Et pour une fois, on ne se plaindra pas si il y a 60 millions de sélectionneurs en France !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 10:41

Où manifester pour la journée de mobilisation intersyndicale du 24 juin ?

 

(01) Bourg-en-Bresse: 14h30, Champ de Foire.

(01) Belley : 17h30, Mairie.

(02) Laon :  15h00, Cité Administrative.
(02) St Quentin : 17h00, Place du Huit octobre
(02) Soissons : 17h00, place de la République
(02) Château-Thierry : 17h30, place Paul Doumer

(03) Montluçon : 15 h, place Jean Dormoy.

(03) Vichy : 15 h, place de la Poste.

(03) Moulins : 15 h. devant le lycée Banville.

(04) Digne : 10 h 30. place De Gaulle. 

(05) Gap : 10 h, Gare SNCF.

(05) Briançon: 10 h 30, place de l'Europe. 

(06) Nice : 10 h, Gare SNCF.

(07) Privas : 10 h 30, Préfecture.
(07) Annonay : 14 h 00, usine Faya.
(07) Aubenas : 15 h, Champ de mars.

(08) Charleville-Mézières : 10h, Place Ducale

(09) Pamiers : 10 h, Esplanade Miliane.

(10) Troyes : 10 h 30, Bourse du Travail.

(10) Bar-sur-Aube : 16 h, place Aubertin. 

(10) Romilly : 17 h,

(11) Carcassonne : 9 h 30, Square André Chenier.

(11) Narbonne : 10 h 30, Médiathèque.

(12) Rodez : 15 h 30, place des Armes.

(13) Arles : 10 h 30, place de la République

(13) Marseille : 10 h 30, Vieux Port.

(14) Caen : 10 h, Place Saint-Pierre.

(14) Lisieux : 10 h, Place Mittérand.

(14) Vire : 17 h, porte de l'Horloge.

(15) Aurillac : 10 h 30, place du 8 mai.

(15) Saint Flour : 17 h, allées Pompidou.

(16) Angoulème : 10 h 30, Gare.

(17) La Rochelle : 10 h 00, Préfecture.
(17) Saintes : 10 h 30, Palais de Justice.
(17) Rochefort : 10 h 30, Place Colbert.
(18) Bourges : 10h30, parking palais des congrès.

(18) Vierzon : 10h30, Forum République.
(18) St Amand Montrond : 10h30, Place Jean Giraud.
(18) La Guerche : 11h00, place du général de Gaulle.

(19) Tulle : 10 h,  Cité administrative.

(19) Brive la Gaillarde : 15 h,  place Thiers.

(19) Ussel : 15 h, place de la République.

(20) Ajaccio : 10 h, Place Abbatucci-Préfecture. 

(20) Bastia : ?

(20) Porto-Vecchio : ?

(21) Dijon : 14 h 30, Place de la Libération.

(21) Montbard : 17 h, Place Gambetta.

(22) St-Brieuc : 10 h 30, Place de la Liberté.

(22) Guingamp : 10 h 30, Place du Champs au Roy, devant l'Echiquier.

(22) Lannion : 11 h 30, devant le Tribunal.

(22) Dinan : 11 h 30, Esplanade de la Résistance.

(23) Guéret : 10 h 30, gare SNCF.

(24) Périgueux : 17 h, Palais de Justice.

(24) Bergerac : 17 h,  palais de Justice.

(24) Sarlat : 17 h, place de la Grande Rigaudie.

(25) Besançon : 14 h 30, Place de la Révolution.

(25) Montbéliard : 14 h, Champ de Foire.

(27) Evreux : 10 h, Pré du Bel Ebat.

(28) Chartres : 10 h 30, Place des halles.

(29) Brest : 10 h 30, Place de la Liberté.

(29) Morlaix : 10 h 30, Place de la Mairie.

(29) Quimper : 10 h 30, Place de la résistance.

(29) Quimperlé : 10 h 30, Coat Ker.

(30) Alès : 10 h, parking Fabio Lucci. 

(30) Nîmes : 16 h en Préfecture + rassemblement 17 h 30 devant la Maison Carrée.

(30) Uzès : 10 h, Esplanade.

(31) Toulouse : 14 h, Place Arnaud-Bernard.

(31) St Gaudens : 15 h, place Jean Jaurès.

(32) Auch : 17 h 30, Patte d’oie.

(33) Bordeaux : 11 h, Place de la VIctoire.

(33) Libourne : 17 h 30, Jardin public.

(34) Montpellier : 15 h, Peyrou.

(35) Rennes : 11 h, Place de la gare.

(35) St Malo : 11 h, place de l'ancienne gare.

(35) Fougères : 17 h, Sous-préfecture.
(35) Redon : 17 h 30, Sous-préfecture.

(36) Châteauroux : 10h00, place de la République.

(37) Tours : 10h, Place de la Liberté.

(38) Grenoble : 10 h, place de la gare.

(38) Bourgoin-Jallieu : 10 h, parking Diederichs.

(38) Roussillon : 10 h, place de la république.

(38) La Tour du Pin: 10 h, place des Halles.
(38) Vienne : 10 h, Champs de Mars.
(39) Dole : 10 h, avenue de Lahr.

(39) Lons-le-Saulnier: 15 h, Place de la Liberté.

(39) Saint Claude : 10 h, sous-préfecture.

(40) Mont-de-Marsan : 10h30, Place des arènes.

(41) Blois : 14 h 30, parc des Expos.

(41) Romorantin : 10 h 30, sous-préfecture.
(41) Vendôme : 10 h 30, place de la Liberté.

(42) St-Etienne : 10 h 30, Gare de Chateaucreux.

(42) Roanne : 10 h 30, devant la Sécurité Sociale.

(43) Puy-en-Velay : 10h30, Place Cadelade.

(44) Nantes : 10h00, place du Commerce.
(44) St Nazaire : 10h00, au Ruban Bleu.
(44) Ancenis : 10h00, Sous-préfecture.
(44) Châteaubriand : 10h00, place de la Mairie.

(45) Orléans : 10h30, Place du Martroi.

(45) Montargis : 10h30, Place du Pâtis.

(45) Gien : 10h30, Place Jean Jaurès.

(46) Cahors : 14 h, place Mitterrand
(46) Figeac : 14 h, lycée Champollion

(47) Marmande : 14h30, Esplanade de Maré.
(47) Agen : 15h00, place de la préfecture.

(48) Mende : 17 h, Place du Foirail.

(49) Angers : 10 h 30, place Leclerc.
(49) Cholet : 10 h 30, place Travot.
(49) Saumur : 10 h 30, place de la mairie.
(49) Segré : 17 h 00, place du Port.

(50) Cherbourg : 10 h 30, mairie
(50) St Lô : 10 h 30, mairie.
(50) Granville : 18 h, Agora.

(51) Reims : 10 h à la Maison des Syndicats ?

(52) Chaumont : 17 h, place du Boulingrin.

(52) Saint Dizier : 17 h 30.

(53) Laval : 10 h 30, Place de Hercé.

(54) Nancy : 14 h 00, place Dombasle.
(54) Longwy : 15 h 00 place Darche.

(55) Bar-le-Duc: 14h30, Place de La Gare.

(56) Lorient : 10 h, maison des syndicats Cosmao.
(56) Vannes : 10 h, la Rabine.
(56) Pontivy : 10 h, la Plaine.
(56) Belle Ile : 11 h, Embarcadère.

(57) Metz : 14h30, Place de la gare.

(58) Nevers : 16 h 30, Bourse du travail.

(58) Cosne sur Loire : 16 h 30, La Poste.

(59) Lille : 14h30, Porte de Paris.

(59) Armentières : 9 h 30, place Jules Guesde.

(59) Cambrai : 11 h 30, sous-préfecture.

(59) Douai : 9 h 30, hôtel de ville.

(59) Dunkerque : 15 h, place Jean Bart.

(59) Maubeuge : 10 h, rond point, Espace Rive Gauche.

(59) Valenciennes : 9 h 45, place d'armes.

(60) Creil : 10 h, place Carnot.
(60) Beauvais : 14 h 30, place jeu de paume.

(60) Compiègne : 10 h, cours Guynemer

(61) Alençon : 11 h, devant la préfecture. 

(61) Argentan : 15 h, devant
(61) Flers : 17 h, Mairie.

(62) Calais : 9 h 00, Hôtel de Ville.
(62) Boulogne : 9 h 30, quai Gambetta
(62) Béthune : 8 h 30, devant l'UL CGT.
(62) Arras : 10 h 00, place de la gare Sncf

(63) Clermont-Ferrand : 10 h, Place des Carmes.

(64) Bayonne : 10 h 30, place Sainte Ursule.
(64) Pau : 10 h 30, place de Verdun.

(65) Tarbes : 10 h à la Bourse du travail.

(66) Perpignan : 10 h, place de la Victoire.

(67) Strasbourg : 14h30, place Delattre de Tassigny.

(68) Colmar : 11 h, sous-préfecture.

(68) Mulhouse : 16 h 30, place de la Bourse

(69) Lyon : 10h30, départ de la Manufacture des tabacs.

(69) Villefranche sur Saône : 10h30, place du promenoir.

(70) Vésoul : 10 h, Mairie.

(71) Chalon-sur-Sâone : 4 rassemblements à 14h : Gare, Péage autoroute nord, Sous-Préfecture, Pont de Bourgogne  puis les 4 cortèges se rendent à la mairie en manifestation pour 17h00

(71) Le Creusot : 15 h, Pilon.

(71) Louhan-Cuiseaux : 10 h, place de la Poste.

(71) Mâcon : 15 h, place Geneves.

(71) Montceau les Mines : 17 h, place de la Mairie.

(71) Paray le Monial : 17 h, Mairie.

(72) Le Mans :  9 h 30, palais des congrès.

(72) La Flèche : 18 h, office de tourisme.

(72) Sablé : 10 h, champ de foire.

(73) Annecy : 14h30, place de la sous-préfecture.

(73) Chambéry : 14h30, place Caffe.

(73) St Jean de Maurienne : 14h30, Quai de l'Arvan.

(74) Annecy : 10 h, Préfecture.

(75) Paris: départ à 14h de République, en direction de Nation.

(76) Rouen : 10 h, Cours Clémenceau.

(76) Dieppe : 10 h 30, devant la gare.

(76) Le Havre : 10 h, Franklin ; départs de 5 lieux différents

(76) Eu : 10 h 30, place Guillaume Le Conquérant.

(76) Lillebonne: 16 h, théâtre Romain, après participation à la manif du Havre.

(76) Fécamp : 14 h 30, maison des syndicats, après participation à la manif du Havre.

(79) Niort : 11 h 30, Place de la Brèche. 

(79) Bressuire : 17 h, place Saint Jacques.

(80) Amiens : 14h30, maison de la culture.

(80) Abbeville : 17 h 30, place de l’hôtel de ville.

(80) Doullens : 10 h 30, place de la Mairie
(80) Feuquières en Vimeux : 14 h 30, mairie.

(81) Albi : 14h30, place du Vigan.

(82) Montauban : 15 h, place de l’Esplanade des Fontaines.

(83) Toulon : 10 h 00, place de la Liberté.
(83) Draguignan : 10 h 30, sous-préfecture.

(84) Avignon : 10 h 30, République.

(85) La Roche sur Yon : 14 h, place Napoléon. Précédé d'un pique-nique et grillades à 12 h.

(85) Fontenay le Comte : 10 h, Place Viète.

(86) Poitiers : 14h, Promenade des cours.

(87) Limoges : 10h, Place de la République.

(88) Epinal : 14 h 30, Préfecture.

(89) Auxerre : 15h, maison des syndicats, rue Max Quantin.

(89) Sens : 10 h, marché couvert.

(89) Tonnerre : 10 h, Salle polyvalente.

(90) Belfort : 10h00, maison du Peuple

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 08:35

C'est la crise ! Faut se serrer la ceinture ! On vit plus vieux et y-a plus de jeunes donc y faut reculer l'âge de la retraite !...

 

Que n'entend t-on pas de fausses vérités, assénées par les médias et le gouvernement ?

 

Des millionaires par millions

 

Le chiffre du jour, vous ne l'entendrez pas beaucoup dans les médias. A part "l'Humanité".

 

Ce chiffre, c'est 11,2 millions.

 

11,2 millions, c'est le nombre de millionnaires à travers le monde ! Un chiffre en hausse de 14 % sur 2009.

 

Ils sont 4,7 millions aux Etats-Unis, 1,2 millions au Japon, 670 000 en Chine. Ils sont près de 400 000 en France !

 

11,2 millions de millionnaires, cela représente moins de 1 % des foyers de la planète.

 

Ce 1 % se partage 38 % de la fortune financière privée mondiale soit 93 000 milliards d'euros.

 

Quand on vous dit qu'il y a la crise et qu'il n'y a plus d'argent !

 

Tuons les retraités !

 

Dans la même catégorie d'idées simples (mais fausses) répandues dans les esprits : il n'ya plus assez de salariés pour payer des retraités qui vivent de plus en plus vieux.

 

A se demander si quelqu'un ne va pas finir par proposer la réouverture des chambres à gaz pour se débarasser des "vieux" !

 

Quelle est donc cette civilisation qui considère que les séniors sont des poids (pas assez) morts pour la société ? Quelle est donc cette société qui considère que seul le travail compte et que l'enfance, la maladie et la retraite sont des coûts ?

 

Deux idées simples pour sortir du débat entre allongement de la durée de cotisation et recul de l'âge de départ en retraite :

- premièrement, la hausse vertigineuse du chômage et les pressions sur les salaires représentent une perte nette pour la Sécu et pour les caisses de retraites qui se chiffre en milliards d'euros ; en effet, pour la première fois depuis la création de l'INSEE en 1949, la masse salariale en France est à la baisse ! 464,5 milliards d'euros en 2009 contre 479,8 milliards d'euros en 2008 !

- deuxièmement, la productivité des salariés français croit nettement plus que les salaires et cotisations sociales ; + 143 % pour la productivité depuis 1993 contre + 19 % pour l'ensemble des cotisations sociales : la différence est passée dans les dividendes aux actionnaires !

 

Bref ! Si on veut réellement régler le problème des retraites, il faut d'abord assainir la situation de l'emploi en france, en terme de chômage et de hausse des salaires et, ensuite, se poser la question de la répartition des richesses créées par le travail entre revenus financiers et salaires.

 

La crise, ce sont les financiers et les spéculateurs qui l'ont provoquée, c'est à eux de la payer !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 16:21
Un jour avant celui du 18 juin, oui, les communistes résistaient bien avant 1941. Sinon, pourquoi le Parti Communiste aurait-il été interdit dès 1939 ?
L’appel longtemps «oublié» de Charles Tillon du 17 juin 1940
L'appel de Charles Tillon (Photo) du 17 juin 1940 :
"Les gouvernements bourgeois ont livré à Hitler et à Mussolini : l’Espagne, l’Autriche, l’Albanie et la Tchécoslovaquie... Et maintenant, ils livrent la France. Ils ont tout trahi.

Après avoir livré les armées du Nord et de l’Est, après avoir livré Paris, ses usines, ses ouvriers, ils jugent pouvoir, avec le concours de Hitler , livrer le pays entier au fascisme. Mais le peuple français ne veut pas de la misère de l’esclavage du fascisme. Pas plus qu’il n’a voulu de la guerre des capitalistes. Il est le nombre : uni, il sera la force.

-Pour l’arrestation immédiate des traîtres
-Pour un gouvernement populaire s’appuyant sur les masses, libérant les travailleurs, établissant la légalité du parti communiste, luttant contre le fascisme hitlérien et les 200 familles, s’entendant avec l’URSS pour une paix équitable, luttant pour l’indépendance nationale et prenant des mesures contre les organisations fascistes.

Peuple des usines, des champs, des magasins, des bureaux, commerçants, artisans et intellectuels, soldats, marins, aviateurs encore sous les armes,

UNISSEZ VOUS DANS L’ACTION !"

-------------------------------------------------------------
Commentaire :
 
Certains tentent de réécrire l'histoire, mettant communistes et fascistes sur le même plan.
 
Mais :
- n'est-ce pas la droite et le patronat français qui clamaient en 1936 "plutôt Hitler que le Front Populaire" ?
- n'est ce pas la France et le Royaume-Uni qui ont honteusement abandonné la République espagnole aux mains du fasciste général Franco quand les soviétiques, pourtant en pleine guerre civile, ont tenté de leur venir en aide ?
- n'est-ce pas la France qui a interné les républicains espagnols qui se réfugiaient en france, après l'effondrement de la République espagnole, organisant des camps de détention dans le sud de la France, comme à Argelès ?
- les démocraties occidentales n'ont-elles pas tolérées puis collaborées avec les dicatures fascistes espagnole et portugaise jusqu'à leur chute ?
- n'est-ce pas l'appareil d'éta français et, avec lui, une grande partie des industriels français (notamment les Renault) qui se sont mis au service de Pétain, de son "Etat Français" puis de la collaboration en 1940 ?
 
Quoiqu'en disent tous ceux qui ont peur d'une résurgence du communisme, le nazisme et le fascisme sont des régimes politiques intimement liés au capitalisme. Oui, le communisme est dangereux ! Il est dangereux pour ceux qui exploitent, pour leurs intérêts égoïstes qui jettent à la rue des dizaines de milliers de travailleurs chaque semaine dans le monde, qui pillent les ressources naturelles pour leurs seuls bénéfices.
 
Le PCF est le SEUL parti qui se soit entièrement rangé dans le camps de la résistance.
 
Aujourd'hui, le PCF est le seul parti de masse qui entre en résistance contre une nouvelle attaque des nantis contre le droit des peuples et la démocratie !
 
Solidaire
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 09:16

Pierre Laurent a déclaré : "C'est malheureusement pas une surprise, on voit bien que le gouvernement avait prévu en fait ces mesures depuis le début". Et de prévenir : "Cette bataille n'est pas terminée parce qu'on voit bien que l'opinion publique est opposée" - Interview RTL

 
Ce projet n'est "malheureusement pas une surprise. On voit bien que le gouvernement avait prévu ces mesures depuis le début. Il a gagné du temps, attendu pour annoncer la réforme au début de l'été", a déclaré M. Laurent sur RTL, dénonçant un "calendrier scandaleux".

Mais "cette bataille n'est pas terminée, car on voit bien que l'opinion publique est très largement opposée à ça", a-t-il ajouté. "On va vers un renforcement assez dramatique des inégalités devant le droit à la retraite".

"On a un gouvernement qui est habitué à pratiquer le coup de force" et pour y faire face, "il faudra des mobilisations très importantes", a-t-il dit.

Invité de France 2 Marie-George Buffet a de nouveau dénoncé "la parodie de négociation" qui a précédé l'annonce du projet, regrettant qu'on n'ait "tenu aucun compte de nos propositions".

Commentaires :
 
Pour les salariés, c'est la totale ! Non seulement, par la rigueur, nous payons les frais d'une crise dont nous ne sommes pas responsables, mais maintenant, la réforme des retraites va faire supporter l'essentiel des efforts financiers sur le dos des salariés. Selon les syndicats, les salariés représentent 85 % des efforts alors que les salaires (et cotisations sociales) ne représentent moins de 40 % des richesses créées en france contre plus de 60 % pour le capital (Actions, dividendes, ...) !
 
Il s'agit donc bien d'une réforme dogmatique qui continue la grande politique menée en Europe, selon les règles du traité de Lisbonne, et qui méneront vers une concentration encore plus importante des richesses dans les mains des capitalistes.
 
Sauf si les peuples se mobilisent, comme le font les grecs, les portugais ou les espagnols.
 
Dans le silence des médias (ou le bruit des vuvuzelas), se prépare la manif du 24 juin.
 
Rendez-vous le matin à 10 h au Parc du bel-Ebat à Evreux !
 
Solidaire
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 10:11

Ce mercredi a lieu la session plénière du Conseil général, l'assemblée de tous les conseils généraux en réunion solenelle où sont votées les décisions adoptées en commissions.

 

C'est l'occasion également de présenter les décisions de politique générale, les motions et voeux des élus aux ministères et au gouvernement.

 

Cette assemblée plénière est souvent l'occasion de passes d'armes entre majorité (de gauche) et opposition (UMP)., En règle générale, ces échanges restent courtois même s'ils sont vifs.

 

Pas cette fois.

 

Les deux premières  interventions des élus de l'opposition, à la suite du discours du président, ont été incroyablement agressives et polémiques.

 

Claude Lacout, conseiller général de Vernon, a tiré une première salve extrêmement virulente à la suite du discours du président. Reprochant au président d'attaquer de manière politique le gouvernement, l'élu UMP est parti baïonnette au fusil en repoussant toute responsabilité du gouvernement actuel dans la crise. Pour défausser le gouvernement français de ses choix politiques, il cite les gouvernements sociaux-démocrates espagnols, grecs et portugais. Nous avons même eu droit à un écart vers la Corée du Nord et la Russie de Medvedev ! ! Cherchez le rapport !

 

Dans la foulée, c'est Jean-paul Legendre, conseiller UMP du Neubourg, qui plus suavement met en doute le respect de l'Etat par la majorité du Conseil général. Pour cela, il s'appuie sur la non présence de la Préfète.

 

Evidemment, accuser le président du Conseil général donc la majorité de faire de la politique politicienne et d'être contre l'Etat, donc contre la République, c'est tenter de manière polémique de décrédibiliser toute critique de la politique gouvernementale et de salir l'esprit dans lequel travauillent les conseillers généraux de gauche, celui de défense de l'intérêt collectif de leurs administrés, les eurois.

 

Quelle mouche a donc piqué la droite ?

 

Nationalement la droite UMP-Nouveau Centre est en perte de vitesse et de crédibilité. on le voit autant à chaque élection que dans les sondages de popularité ou les questions de société comme les retraites.

L'écart entre les propos du gouvernement et ses actes pésent pour beaucoup.

D'un côté, des déclarations sur l'emploi et la réduction des déficits, de l'autre, une explosion du déficit public, une politique d'austérité et des suppressions de postes par dizaines de milliers, notamment dans les services publics d'état.

D'un côté des allègements fiscaux pour les plus riches, une suppression de la taxe professionnelle pour les entreprises et des centaines de milliards d'euros pour la finance, de l'autre, de l'austérité, des suppressions d'emplois, des économies sur le dos de la Sécu et une réforme néfaste des retraites.

 

D'autre part, localement, les élus de droite n'ont pas de critiques à faire à la majorité de gauche du Conseil général.

Dexia, la banque de collectivités locales, place d'ailleurs notre département dans le haut du panier en terme de gestion. Les conseillers généraux UMP ont d'ailleurs voté tous les rapports des commissions soumises au vote lors de cette session !

 

A moins d'un an des élections cantonales, les élus de droite du Conseil général tentent le pari d'attaques tout azimut contre le Conseil général pour sauver leurs sièges.

L'objectif est de reporter sur la majorité départementale des conséquences financières et sociales liées aux politiques libérales menées sur les plans nationaux et européens par les partisans 'un capitalisme débridé.

 

Les élus communistes l'ont bien compris.

 

Dans un premier temps, c'est Marcel Larmanou, conseiller général et maire de Gisors, qui a mis la droite devant ses contradictions : des choix libéraux qui entrainent une crise du système historique mais un refus d'assumer ces choix localement.

 

A sa suite, Gaëtan Levitre, conseiller général de Pont-de-l'Arche, s'est appuyé sur la bataille pour l'emploi qu'il mène avec les salariés de la papèterie M-Real pour repousser dans les cordes les élus de droite. Facile de faire des reproches à une gauche qui critique la politique du gouvernement quand Bruno Le Maire, leader départemental de la droite et membre de ce gouvernement, n'assume pas ses engagements pris publiquement pour défendre les 400 emplois menacés par l'arrêt de la pâte à papier sur ce site !

 

En difficulté politique nationalement et dans le département, la droite euroise cherche la polémique pour fuir ses responsabilités.

Les eurois sauront le temps venu rappeler aux élus UMP leur responsabilité dans les choix politiques menés par leur parti au niveau national et par leur gouvernement.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 10:11

La Peste et le Choléra.

 

La Peste, c'est l'Union européenne qui veut que la SNCF se transforme en Société Anonyme.

Le Choléra, ce sont les agences de notation qui attaquent la SNCF, l'affaiblissant financièrement face aux banques.

 

Et l'Etat, c'est le vecteur de la maladie, la puce ou le rat, au choix.

 

La comparaison est peut-être osée mais ce qui se passe contre la SNCF, dans le dos des usagers (sur leur dos), tient quasiment du complot.

 

Première étape : l'Union européenne veut obliger la France a transformé la SNCF en Société Anonyme, comme elle l'a fait pour La Poste. But de la manoeuvre : officiellement, c'est pour préparer la SNCF à entrer dans un cadre concurrentiel ; en réalité, cette transformation en SA est la première étape vers une privatisation, comme cela a été le cas d'EDF et de GDF.

 

Deuxième étape : le gouvernement français accepte d'ouvrir des secteurs économiques rentables à la concurrence, faisant perdre des marchés importants à la SNCF.

 

Troisième étape : les agences de notation déclassent la SNCF de AAA à AA+, un déclassement qui veut dire que la SNCF passe d'emprunteur à "fiabilité maximale" au stade de "emprunteur à bonne fiabilité". Pourquoi ? Parce qu'avec les nouvelles règles européennes, l'Etat ne pourra plus à l'avenir garantir les prêts de la SNCF.

Résultat : les banques vont prêter de l'argent à la SNCF à des taux plus élevés ce qui va coûter des millions d'euros à l'entreprise publique ! Sur le dos de qui ? Devinez !

 

Le rouleau compresseur capitaliste continue de s'attaquer à ce qui reste d'un Service Public déjà fortement dégradé par une gestion commerciale.

 

L'ouverture à la concurrence amène de nouvelles entreprises qui, par leur statut privé, cherchent avant tout à faire des bénéfices.

 

Celui qui croit que cette concurrence sera bénéfique pour le consommateur-usager-client se met le doigt dans l'oeil !

 

Comme en Grande Bretagne, les opérateurs privés auront des concessions sur certaines lignes. En clair, la desserte des gares d'Evreux, de Bueil ou Verneuil sera assurée par une seule compagnie privée. Il n'y aura pas de choix ; la clientèle sera captive : ce sera cette entreprise ou rien.

 

En fait de progrès, nous voilà revenus au chemin de fer du XIXème siècle quand des compagnies privées exploitaient leur propre réseau comme la célèbre PLM  (Compagnie des Chemins de Fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée) ou l'Ouest (Compagnie des Chemins de Fer de l'Ouest) qui desservait la Normandie et la Bretagne.

 

Une situation à laquelle avait mis fin le Front Populaire en créant la SNCF en 1938.

 

Ce qui est différent, c'est que ces entreprises privées, si la privatisation va à son terme, bénéficieront d'infrastructures entièrement payées par l'Etat et la SNCF donc par le contribuable : gares, voies, électrification et informatisation, lignes TGV, matériel roulant, ...

 

Pour l'heure, le désengagement financier de l'Etat et la politique commerciale de la SNCF entrainent une dégradation continue des services assurés par la SNCF :

- Fermetures de gares ou horaires restreints ;

- Lignes supprimées ou moins bien desservies ;

- Matériel vieillissant sur les lignes secondaires (Type Dreux-Argentan) ;

- Entretien du matériel et des voies moins bien assuré : pannes et retards de plus en plus fréquents ;

- Politique tarifaire incompréhensible MAIS hausse des tarifs de banlieue et grande banlieue ;

- Abandon du Frêt ferroviaire comme cette année le projet d'arrêter les "wagons isolés" ;

- dégraissages successifs à la SNCF.

 

La fuite en avant capitaliste transforme toute activité en source de profits. Les entreprises privées en situation de quasi monopole sur leur secteur font peu de cas des besoins des populations et de la qualité de leurs prestations : on le voit déjà pour l'eau, la téléphonie, l'internet ou la restauration collective.

 

Pour s'ouvrir de nouveaux marchés, les capitalistes cassent les monopoles publics, lentement mais sûrement.

 

C'est ce qu'ils essaient de faire avec la retraite (Capitalisation), la santé (Mutuelles, cliniques) ou l'enseignement (Ecoles privées, soutien scolaire).

 

Dans ce grand jeu spéculatif, chacun a son rôle : Union européenne et gouvernements libéraux (pour casser les règlementations), banques et agences de notation (pour enfoncer les services publics et placer les fonds), entreprises privées et bourses (pour encaisser l'argent).

 

Tant qu'on laissera les mains libres aux spéculateurs, banques, agences de notation, technocrates européens et politiciens libéraux responsables de cette crise du capitalisme et de la régression sociale de ces vingt dernières années, on continuera d'aller vers de nouveaux reculs des services publics et vers encore plus de chômage et de misère pour la grande majorité des français.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article