Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 09:57

Après des semaines de scandales multiples, Sarkozy et Fillon lachent Christian Blanc et Alain Joyandet. Les seconds couteaux tombent pour couvrir des scandales encore plus énormes.

 

Nous n'arrêtons pas de le dire : le régime sarkozyste est tellement intégré aux milieux financiers que ses hommes finissent par mélanger les genres et se servir de l'Etat pour leurs besoins personnels.

 

Christian Blanc saute pour des abus de cigares (le tabagisme nuit vraiment !) et Alain Joyandet démissionne pour un permis de construire illicite.

 

Par contre, on n'entend plus parler de nos deux ministres qui mettaient à disposition de proches des appartements de fonction payés par le contribuable ?

 

Plus important, c'est la survie au gouvernement de Eric Woerth qui est en jeu.

 

En pleine campagne de propagande gouvernementale pour convaincre les salariés qu'il n'y a plus de sous pour payer les retraites, les multiples facettes de ce qui devient l'affaire Bettencourt font un peu tâche.

Imaginez : la femme d'un ministre des finances qui gère la fortune de la femme la plus riche de France alors que celle-ci pratique l'évasion fiscale et qu'elle bénéficie d'un chèque de ristourne au titre du bouclier fiscal de 30 millions d'euros. Sans compter les lingots de l'héritier Peugeot !

 

C'est sûr qu'en pleine rigueur, avec des services publics qui sont sacrifiés, des hôpitaux menacés de fermeture (dont ceux de Pont-Audemer, Gisors et Bernay), des fonctionnaires dont on bloque les salaires et un régime de retraite que la droite veut étouffer, la démonstration est faite que ce gouvernement travaille dans l'intérêt unique des classes les plus aisées de ce pays. Ce que d'aucuns appellent "la bande du Fouquet's".

 

EDF annonce une hausse terrible de ses tarifs. Il y a de la tension dans l'air. Les fusibles sautent à l'Elysée.

 

L'idéal serait que cette tension monte encore un peu et que ce soit tout le réseau Sarkozy qui saute !

 

Fusibles.jpg

Christian Blanc et Alain Joyandet, premiers fusibles à sauter.

Ne vous inquiétez pas pour eux, ils ne sont pas grillés !

Comme Juppé, Carignon ou Balkany, ils resserviront l'UMP.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 08:48

Nous avons abordé sur ce blog la question du Honduras où le président élu a été victime d'un coup d'état par l'opposition, l'armée et l'église il y a un an maintenant (relire : Honduras : soutenu par les États Unis, Porfirio Lobo légitime le coup d’État en lui succédant  ).

 

Elu comme candidat de droite, Manuel Zelaya a eu le tort de s'attaquer aux possédants et aux Etats-Unis : augmentation du salaire de base ( Tant pis pour les compagnies bananières étatsuniennes !), fermeture de la base aérienne américaine, lutte contre la pauvreté,...

 

La population hondurienne est estimée à 6,5 millions d'habitants. 10 000 manifestants au Honduras (sous dictature), c'est 100 000 manifestants en France.

 

Solidaire

 


La résistance hondurienne dans la rue pour le premier anniversaire du coup d'Etat

resistencia

Près de 10 000 manifestants à Tegucigalpa ce lundi 28 juin

 

 Avec des mobilisations dans tout le pays, le Front national de résistance populaire (FNRP) a commémoré hier le premier anniversaire de la destitution de Manuel Zelaya et de son remplacement par Roberto Micheletti à la Présidence de la République, le 28 juin 2009

Samedi, des centaines de véhicules sont partis de Planeta Zipango [L'université nationale autonome] traversant le Périphérique et le boulevard des Forces armées, et ont réalisé dans la soirée une marche aux flambeaux puis une veillée dans le parc La Merced. Ils y ont placé sur le sol des croix blanches de papier avec les noms de 77 personnes qui seraient mortes dans la lutte menée cette année.

zelaya teguLundi dernier, des actions se sont tenues dans les grandes villes ainsi que dans la capitale, le point de départ étant les environs de la colonie Villanueva, où à 9h du matin, la manifestation a commencé par un sit-in.

A 10h30, ils ont commencé à se déplacer en direction de la « Place Colprosumah », située derrière la Résidence présidentielle, où ils sont restés une heure.

Par la suite, ils s'orientèrent vers le centre de Tegucigalpa, terminant la marche devant les marches du Congrès National, où les manifestants ont entonné l'Hymne national, les dirigeants prononcé leurs discours et lu une carte envoyée au FNRP par Zelaya, depuis la République Dominicaine.

 

Le coordinateur du FNRP, Juan Barahona, a fait remarquer que la mobilisation a été énorme, qui ont participé plusieurs milliers de personnes, et que cela répond aux attentes.


« La Résistance n'est pas simplement une organisation, c'est tout un peuple qui s'oppose à ce qui s'est passé le 28 juin de l'an dernier », a déclaré Barahona.

« Ce peuple demande et exige une Assemblée Nationale Constitutante pour une nouvelle Constitution de la République et le retour au Honduras de l'ancien président Zelaya Rosales », a-t-il affirmé.

 

La lettre de Zelaya


Les dirigeants des centrales syndicales ont participé à la mobilisaiton, lors de laquelle l'avocat Rasel Tomé a lu la lettre de Zelaya.

 

« Aujourd'hui les faits 'ex-post coup d'Etat' confirment ce que nous soupçionnions; les Etats-Unis (USA) étaient derrière le coup d'Etat », est-il dit dans sa déclaration.

 

resis1« Dès le début de cette tragédie et de  ce bond en arrière, le Département d'Etat a nié tout lien avec le coup d'Etat, y compris l'Ambassade américaine qui a exprimé sa condamnation, aujourd'hui on sait tout, tout indique que le coup d'Etat a été planifié sur la base militaire de Palmerola (…) par le Commandement-Sud des Etats-Unis et exécutés bêtement par des honduriens mal-intentionnés ».


Il soutient que les causes du renversement se trouvent dans « le changement dans les accords qui garantissaient des profits indûs aux multi-nationales pétrolières » et « le projet de reprise de contrôle de la base militaire de Palmerola, pour en faire d'un aéroport militaire un aéroport civil, pour les échanges commerciaux et le transport de passagers. »

C'est également en 2006 « que l'on a changé la politique monétaire ainsi que la politique salariale, avec des aides au transport et de meilleurs salaires pour les ouvriers, en contradiction avec les politiques restrictives du Fonds monétaire international (FMI) ».

« En 2007 et 2008, a été signé le Traité d'association avec Petrocaribe et avec les pays socialistes, avec l'adhésion à l'ALBA », et « en 2009, à l'Assemblée de l'Organisation des Etats américains, organisée à San Pedro Sula, on a réussi à révoquer les décrets d'expulsion de Cuba de l'OEA datant de 1962 ».

 

resistencia-en-honduras-400x266Zelaya a appelé la Résistance et le Parti Libéral « à maintenir leur unité et à poursuivre la collecte de signatures pour l'Assemblée nationale constituante et mon retour au Honduras ».


« Aujourd'hui plus que jamais, nous devons être tous debout pour soutenir la Commission Vérité constituée par la Plate-forme des droits de l'Homme ».

 

« La seule issue pour le Honduras est un nouveau consensus en faveur du dialogue politique, pour  que le peuple convoque la constituante, nous n'avons pas besoin que le gouvernement le fasse. »

 

« Que tant de crimes ne restent pas impunis, ni la rupture avec la démocratie, ni le coup d'Etat ni le putschiste qui l'a mené ».

 

« On obtiendra la reconnaissance internationale, seulement si on revient à la paix et à la démocratie et après 365 jours de souffrance, avec le retour de la barbarie et de la violence, je reste ferme et prêt à lutter jusqu'à la mort », conclut Zelaya Rosales.



(Article de la Tribuna – quotidien hondurien)

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 09:46
Après la France le jeudi 24 et l'Italie le vendredi 25, c'était au tour du peuple grec de se rebeller le mardi 29 juin (relire : Après la France le 24, c'est l'Italie qui a défilé le 25  ).

Des milliers de manifestants (plus de 35.000) défilaient mardi dans les principales villes grecques, à l'occasion d'une nouvelle grève générale qui perturbaient transports et services publics, pour protester contre la réforme des retraites, mesure phare du programme d'austérité du gouvernement social-démocrate.
Grèce : Des milliers de manifestants en grève générale
Sous des banderoles appelant au "Retrait de la réforme des retraites", "Cela ne passera pas", "Feu au FMI" et à la "Résistance" quand "L'injustice devient la loi", des milliers de personnes manifestaient en fin de matinée dans le centre d'Athènes, à l'appel du PAME, le front syndical et du Parti Communiste (KKE), pour dénoncer la cure d'austérité imposée pour redresser les finances du pays. Un autre défilé, à l'appel des deux grandes centrales syndicales grecques, la GSEE pour le secteur privé et l'Adedy pour les fonctionnaires, rassemblait également quelque milliers de manifestants, dans un autre quartier du centre de la capitale.

La grève, à l'appel des deux grandes centrales syndicales ainsi que du PAME, vise à protester contre le projet de réforme des retraites qui remet en cause des acquis sociaux. Cette cinquième grève générale depuis février affectait le trafic aérien, avec l'annulation d'une cinquantaine de vols intérieurs à destination des îles grecques. Toutes les liaisons internationales étaient cependant maintenues, les contrôleurs aériens ne s'étant pas joints à l'action afin de protéger le tourisme.

Grèce : Des milliers de manifestants en grève générale
Le trafic ferroviaire était également perturbé, mais les ferries fonctionnaient normalement au Pirée, près d'Athènes où environ un millier de garde-côtes et policiers étaient déployés pour empêcher une éventuelle action de blocage des syndicalistes du PAME (section des marins du PEMEN) et des communistes rassemblés près du port depuis tôt dans la matinée. Des piquets de grève mis en place mercredi dernier au Pirée par des militants communistes avaient bloqué des milliers de passagers grecs et étrangers.

La grève affecte aussi l'administration, les hôpitaux et les entreprises publiques, et prive le pays de toute information pendant 24 heures, le syndicat des journalistes s'étant rallié au mot d'ordre.
La Confédération des commerçants et artisans s'y est aussi associée.

Le texte sur la réforme du système de retraites qui doit être soumis au Parlement le 8 juillet, impose 40 annuités contre 37 auparavant pour quitter la vie active, prévoit des coupes (7% en moyenne) dans les pensions, bannit les départs anticipés et généralise à 65 ans l'âge légal de départ à la retraite. Le gouvernement socialiste s'est engagé à mettre en oeuvre ces mesures auprès de l'eurozone et du Fonds monétaire international, en contrepartie du sauvetage financier de la Grèce via des prêts de 110 milliards d'euros sur trois ans.
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 08:53

Plan canicule ou plan ridicule ?

 

Roselyne Bachelot vient de lancer en grandes pompes le plan canicule pour cet été. La ministre affirme ne pas avoir "d'inquiétudes particulières".

 

Bachelot doit certainement avoir des prévisions météo optimistes pour cet été car, sur le terrain, chacun constate que la dégradation de l'encadrement sanitaire de ce pays devient dramatique.

 

Entre les hôpitaux qui ferment, les postes de médecins et d'infirmier(e)s non pourvus, l'encadrement hospitalier est en berne en France.

La mise en place de la réforme Bachelot de la santé (Réforme Hôpital-Patients-Santé-Territoire), avec ses fermetures de service, et la purge dans les effectifs hospitaliers comme à l'AP-HP de Paris vont-ils contribuer à un meilleur encadrement sanitaire en France ?

L'appauvrissement de la France en médecin généraliste, particulièrement dans l'Eure (dernier département de France), va t-il améliorer le suivi des personnes âgées ?

 

Loin des discours forcément optimistes de la représentante du gouvernement, la réalité est bien différente.

 

Dehors avec un Alzheimer et les poignets cassés

 

Ce matin, j'ai pris connaissance d'un exemple dramatique de ce qu'entraine la politique gouvernementale en matière de santé dans notre département.

 

La belle-mère d'un de nos camarades subit les affres de la maladie d'Alzheimer depuis quelques mois : perte de repères, perte de mémoires. La semaine dernière, la pauvre dame s'est cassée les deux poignets.

Pour ces raisons, elle est hospitalisée depuis quelques jours dans une clinique du département.

 

Hier soir, à l'annonce du plan canicule,la clinique a contacté la famille de cette dame âgée pour lui demander de venir récupérer la vieille dame : la clinique n'était pas en capacité d'assurer un encadrement suffisant dans le cadre du plan canicule !

 

En clair, puisqu'il n'y a pas assez de personnel, on fout les malades dehors ! C'est scandaleux !

 

Que cette dame ait perdu toute autonomie intellectuelle et ne puisse pour le moment pas se servir de ses mains ne gène absolument pas l'établissement ! Et tant pis pour la famille qui devra trouver une autre solution (laquelle ?) à défaut de pouvoir arrêter le travail !

 

Ah si ! La solution existe ! Il y a des centres privés dans le département qui veulent bien prendre des personnes âgées atteintes d'Alzheimer pour 3 000 € par mois. Vous n'avez pas 3 000 € par mois pour votre maman ? Tant pis pour vous !

 

Roselyne Bachelot, après avoir géré avec le fiasco que l'on sait la vaccination contre la "terrible" Grippe A et la remotivation de l'équipe de France de football, se charge de couler l'hôpital public pour le bénéfice des cliniques privées.

 

En attendant, sur le terrain, la pénurie amène les administrations hospitalières a géré les patients comme du linge sale. Pas assez de personnel ? C'est pas grave, on refuse des patients.

 

Heureusement que Fillon et Sarkozy, grâce à leur réforme de la retraite, vont faire baisser la scandaleuse espérance de vie des français. En mourrant au travail, il y aura beaucoup moins d'Alzheimer et beaucoup moins de vieux en maisons de retraite. Tout se tient.

 

En attendant, dans l'Eure, une vieille dame aux poignets cassés cherche désespérément un point de chute.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 08:50

Et revoilà les hausses de prix du début juillet !

 

Alors que l'année scolaire se termine et que bon nombre de familles ont la tête dans les vacances, la traditionnelle série de hausse du mois de juillet tente de passer inaperçue.

 

Ainsi, le gaz augmente de nouveau. 5 % en moyenne. La hausse du gaz atteind 15 % déjà sur l'année !

Vive la privatisation de GDF ! Merci la droite !

 

Le timbre passe de 56 centimes à 58 centimes. Une belle hausse de 3,5 %.

Quand on sait que La Poste ferme des bureaux et supprime tous les ans des emplois par non renouvellement des départs en retraite... C'est sûr que l'entreprise sera rentable le jour où le gouvernement la privatisera !

 

Augmentation des billets SNCF de 2,5 % sauf pour ce qui est de la banlieue (Transilien), d'Optile et de la RATP pour lesquels la hausse est tout de même de 3,9 %. Une clientèle captive qui n'a pas les moyens d'échapper au racket d'un transport collectif en bétaillère.

 

Baisse de 700 à 500 € de la prime à la casse. C'est le moins grave, les petites voitures vendues par ce système étaient fabriquer à l'étranger de toute façon.

 

Et côté rémunérations, il y a des hausses également :

 

Les chômeurs vont connaître une fabuleuse hausse de 1,2 % des indemnités chômage et les fonctionnaires un extraordinaire + 0,5 % sur leurs traitements, dernière hausse avant un long moment si on écoute le gouvernement ! Quand on se souvient de la hausse que s'était attribué Sarkozy pour 2008, + 172 %, on comprend que c'était par prudence ! !...

 

Un simple rappel pour comparer tous les chiffres précédents : la hausse des prix en France (inflation) est de 1,6 % entre mai 2009 et mai 2010.

 

Et avec un chômage qui explose (+ 9,4 % en un an), on comprend mieux pourquoi le nombre de coupure de gaz pour défaut de paiement est passé de 6 000 sur l'année 2009 à 60 000 rien que sur les six premiers mois de 2010 !

 

N'y aurait-il pas un lien entre tous ces éléments et les déficits publics ?

 

Imaginez un gouvernement volontaire sur le plan économique, qui réorienterait les dépenses publiques, la fiscalité et les investissements bancaires vers la création d'emploi, le développement des filières (genre papetière) et les hausses de salaires !

 

Est-ce que cela n'aurait pas d'influence positive sur le pouvoir d'achat des français, la courbe du chômage, la croissance et, au final, sur le montant des impôts et cotisations sociales versés par les travailleurs et les entreprises ?

 

Malheureusement, tout ce la est du domaine de l'imagination car nous avons un gouvernement, qui, à l'inverse, défend les classes sociales dont il est issu et qui le soutiennent.

 

Avec Sarkozy, "travailler plus", c'est pour les travailleurs, et "gagner plus", c'est pour les spéculateurs.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 09:05

Grande victoire sociale ! On va enfin pouvoir jouer au poker sur internet ! Au poker et à d'autres jeux.

 

Alors que le problème de l'addiction au jeu est reconnu comme un problème de santé publique majeur, au même titre que les drogues ou l'alcoolisme, le gouvernement français prend volontairement le risque de multiplier le nombre de victimes de cette addiction en rendant cette activité légale.

 

Tant pis pour les victimes qui entrainent avec elles leurs familles dans la déchéance sociale, le surendettement, les saisies et les expulsions ! Car comme toute addiction, le jeu entraine des familles entières dans le malheur.

 

Et sans aller jusqu'à l'addiction, trouve t-on moral que des personnes souvent pauvres dépensent une partie de leurs maigres ressources dans l'espoir de sortir de leur quotidien ? Des sous qui pourraient leur servir certainement à autre chose : une meilleure alimentation, des soins médicaux parfois repoussés, la constitution d'un petit pécule pour les mauvais jours...

 

La morale n'a rien à voir avec cette banalisation du jeu. Le jeu a un rôle de somnifère social dans une société française particulièrement inégalitaire et où s'appauvrissent de plus en plus de français.

 

Car les jeux de hasard sont les miroirs aux alouettes qui permettent aux pauvres de rêver à des lendemains meilleurs quand la société ne leur offre plus d'espoirs. D'où l'importance de gains les plus élevés possible.

Pourtant, au lieu d'un gagnant à 20 millions d'euros, on pourrait avoir 10 gagnants à 2 millions d'euros ou 100 gagnants à 200 000 euros. Mais 200 000 euros, ça ne fait rêver personne ! Pourtant, ce système multiplierait par 100 le nombre de vainqueurs !.. Mais là n'est pas l'objectif, vous l'avez compris.

 

Par ailleurs, faire miroiter des montants de plusieurs dizaines de millions d'euros pour UN SEUL gagnant par tirage contribue à maintenir l'idée qu'on ne peut sortir de la misère qu'individuellement.

 

Non, dans sa prise de décision, le gouvernement n'a eu que faire des problèmes de l'addiction au jeu, du surendettement ou des souffrances des familles !

 

Le principal intérêt de cette légalisation du jeu, c'est la taille du marché qui s'ouvre aux intérêts privés donc les bénéfices à réaliser. On estime le nombre potentiel des joueurs de poker en ligne régulier à 1,5 million pour un chiffre d'affaires de 300 millions d'euros en 2010 et de 500 millions d'euros en 2011.

 

Un marché encore récemment sous contrôle de l'Etat (PMU + Française des Jeux) et désormais privatisé : un nouveau terrain de chasse pour des capitaux spéculatifs en recherche de rentabilité financière.

 

La nouveauté c'est que la droite ne fait même plus l'effort de camoufler ses actes derrière un discours social démagogique.

 

On aurait bien aimé pourtant voir Sarkozy justifier l'arrivée du poker. Lui qui souhaitait aller chercher la croissance avec les dents, s'il le fallait, a surtout réussi à faire croître la richesse de ses amis de la Haute.

Peut-être nous aurait-il vanté les mérites égalitaristes du poker, où chacun compte pour un quelles que soient ses origines sociales ?

 

En tout cas, quand un gouvernement ne propose plus à son peuple que des jeux de hasard comme espoir de lendemains meilleurs, c'est qu'il est en bout de course.

 

Et pourquoi ne pas créer un loto des retraites ? Le gagnant bénéficierait d'une retraite à taux plein dès 60 ans ?

 

Personnellement, sur cette question, je préfère ne pas laisser mon destin au hasard.

Après le rendez-vous réussi du 24 juin, les syndicats proposent le  7 septembre comme journée d'action sur les retraites.

 

L'occasion de virer cette équipe de croupiers véreux à la tête d'un jeu capitaliste dont les règles sont truquées par avance.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 09:26

La garden party élyséenne du 14 juillet supprimée, des ministres qui devront réduire leurs pléthoriques équipes et des hauts fonctionnaires qui se partageront un parc automobile un peu réduit. Quels efforts !...

 

Décidément, l'équipe Sarkozy ne sait plus quoi faire pour tenter de faire oublier les très nombreux scandales qui éclaboussent l'équipe gouvernementale depuis quelques mois.

 

Qu'on résume quelques événements récents : Sarko équipe un nouvel Airbus pour ses petits déplacements (175 millions d'euros), Bachelot claque plusieurs centaines de millions d'euros pour un vaccin et des masques inutilisés au bénéfice de firmes privées, deux ministres mettent à disposition de membres de leur famille des appartements de fonction, payés par le contribuable, un secrétaire d'Etat se fait payer par le contribuable pour 12 000 € de cigares en une année, le ministre de l'intérieur, Herr Hortefeux, est condamné pour injures racistes, Eric Woerth se trouve dans une polémique pour des soupçons de conflits d'intérêt autour de la milliardaire Bettencourt,...

Entre incompétence, clientélisme, condamnations et utilisations de biens publics à des fins personnelles, c'est une certaine "image de la France" qui apparait. Celle du Fouquet's, des yachts, des tenues Dior.

 

Dans le même monde, les banques ont encaissé des centaines de milliards d'euros d'argent public et serrent la vis aux PME et aux salariés à la recherche de crédits. Une fois renflouée les caisses des banques, il faut remplir les poches des actionnaires et des hauts responsables !

 

Pendant ce temps là, on demande aux français de payer plus cher son électricité, son gaz (+ 12 %), de travailler beaucoup plus longtemps pour toucher une pension de retraite plus petite, de perdre d'années en années du pouvoir d'achat, de voir leurs services publics se dégrader ou bradés aux copains du Fouquet's, de voir leurs enfants condamés au chômage quand il ne s'agit pas d'eux tout simplement. La liste pourrait continuer longtemps.

 

Alors, effectivement, quand on demande tant d'efforts à une majorité de salariés condamnés à trimer pour survivre afin de renflouer les comptes en banque des spéculateurs, il faut de temps en temps que le haut de la pyramide fasse mine de faire aussi des efforts.

 

C'est le cas avec ces annonces !

 

Nous ne verrons pas de ministres au Formule 1 ou chez Flunch lors de déplacements officiels. Ils ne prendront pas non plus le métro ou les bus pour aller le mercredi matin montrer leur allégeance à Sarkozy.

 

Toutes ces annonces sont des économies secondaires.

 

Ces économies ne changeront pas les revenus pléthoriques de nos ministres et les armadas de conseillers, chauffeurs et cuisiniers qui les servent. Elles ne changeront pas non plus le déséquilibre scandaleux qui existe entre la petite minorité de millionnaires et milliardaires qui se partagent l'essentiel des richesses de ce pays et les dizaines de millions de français qui comptent leurs sous tous les mois pour ne pas finir interdits bancaires. Pour ceux qui ne le sont pas déjà.

 

De la poudre aux yeus, un nuage d'encre, du flan... Utilisez l'expression que vous voulez !

 

L'important est que la crise capitaliste retombe sur le dos des victimes et que les responsables s'en sortent plus que bien, cherchant en plus à se faire du beurre sur notre dos.

 

Un peu moins de caviar sur les toasts ministériels ? Bel effort !

Pour moi, les oeufs de lump ont déjà été retirés de ma liste de course. Trop chers.

 

Caviar

Chaque ministre et chacun de ses vingt conseillers recevra dans sa ration de survie quotidienne une petite boîte de caviar.

Un minimum vital pour tout bourgeois qui veut garder un peu de dignité.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 13:11

10 000 manifestants à Cagliari et Bari; 20 000 à l'Aquila en présence du secrétaire-général de la FIOM Maurizio Landini; 25 000 à Palerme; plus de 40 000 à Rome; 70 000 à Naples et Milan; 80 000 dans toute la Vénitie et enfin 100 000 à Bologne avec à la tête du défilé la vice-secrétaire de la CGIL, Susanna Camusso.  

bologna 25 giugno

La journée de grève générale convoquée par la seule CGIL, ce mercredi 25 juin a mobilisé plus de 1 million de manifestants, qui sont descendus dans la rue aux quatre coins de l'Italie.

 

Les taux de grévistes calculés par le gouvernement, avec les 2% annoncés par le ministre du Travail, frisent le ridicule puisque cela supposerait qu'il y aurait presque moins de grévistes que de manifestants.

 

La CGIL a tenu à rétablir la vérité et a mis en avant la forte mobilisation dans les transports urbains (50% de grévistes à Rome ou Milan) ou encore dans le transport aérien (plus de 80 vols annulés à Fiumicino-Rome). La FIOM avance le chiffre de 70% de grévistes chez les métallurgistes, avec des pics à 95% à IVECO-Milan, ou 90% à Maserati-Modène.

 

Les principales mesures du gouvernement de droite :

 

2,68 milliards d'euros d'économies sur le dos du personnel de la Santé. De l'autre Gelmini, ministre de l'éducation, maintient le cap des 120 000 suppressions de postes dans l'Education Nationale en 3 ans. Avec l'année prochaine, déjà 60 000 postes en moins dont 25 000 emplois d'enseignants.

 

La recherche ne sera pas épargnée par la casse de l'Education nationale avec la fermeture de 40% des instituts de Recherche.


Aucun secteur de la fonction publique n'est épargné par le plan d'austérité, avant tout avec la réduction annuelle de 10% des budgets des ministères entre 2011 et 2013. Cette baisse de 20% devrait se traduire dans l'immédiat par le non-renouvellement des contractuels et par le gel des embauches.


L'objectif fixé par le gouvernement reste le remplacement de seulement 20% des fonctionnaires partant à la retraite... et pendant ce temps on demande aux fonctionnaires ayant droit à la retraite après avoir cotisé 40 ans de rester un an de plus.

 

 

Sur le plan des libertés individuelles, le gouvernement de Berlusconi décrète la loi de la jungle au détriment des salariés. Ainsi, les conditions de travail et salariales fixées jusqu'ici par des conventions collectives nationales seraient désormais déterminées par des accords séparés, de branche et surtout d'entreprises, tandis que l'individualisation du contrat de travail deviendrait la norme.


Parmi les mesures les plus frappantes, l'introduction de la notion d'arbitraire dans le licenciement d'un salarié et la remise en cause du droit à porter les litiges entre employeurs et employés devant un juge, comme cela est constitutionnellement reconnu.

 

Car la suppression des conventions collectives, la non-justification des licenciements et enfin le droit à porter un conflit avec son patron devant une Cour sont autant de droits constitutionnellement garantis, et que le gouvernement et le patronat cherchent désormais à détruire méthodiquement.

 

L'Italie, la Grèce : un prélude à des réformes encore plus dramatiques en France

 

Ces mesures gravissimes pour les libertés, la justice sociale et le droit de vivre une retraite décente, en bonne santé, sont reprises un peu partout en Europe.

 

Loin d'être simplement des mesures d'austérité, ces décisions de la droite constituent d'abord des décisions idéologiques en faveur d'une régression sociale généralisée en Europe.

 

Après avoir étouffées les indépendances nationales grâce à l'Union européenne, les capitalistes tentent le jackpot en s'appuyant sur une crise que leur système et leur gestion à provoquer.

 

Si ces réformes passent, nous, et nos enfants après nous, vivrons dans un monde qui ressemblera au monde du XIXème siècle, sans protection du salarié face à son employeur, sans système de santé publique, avec une éducation au rabais pour les classes populaires et avec une retraite de misère pour des salariés épuisés et non rentables pour les employeurs. Ce que certains manifestants français résumaient par "Métro-Boulot-Caveau".

 

Comme en Grèce, au Portugal, en Espagne, en Italie, la riposte des travailleurs est au rendez-vous. Elle doit être encore plus forte à la rentrée contre cette offensive de classe historique.

 

Mais, pour être victorieuse, cette riposte populaire ne doit pas être seulement défensive. Comme dans toute bataille, repousser des assauts ne confère qu'un répit, jamais une victoire !

 

Alors, soyons offensifs ! Exigeons des mesures fortes contre le capital ! La création d'un pôle bancaire public, le retour des services publics essentiels sous contrôle de l'Etat, la fin des exonérations de charges sociales inutiles pour les entreprises, la taxation des charges financières à 8 %, le retour à l'âge de dé part en retraite avec 60 ans avec 37,5 annuités pour tous et, enfin, des hausses de salaires conséquentes pour tous, à commencer par le SMIC à 1 500 €.

Et pourquoi pas le maximum ? Le contrôle de l'économie par le peuple souverain, c'est-à-dire le socialisme ?

 

Là, oui, nous contrerons la droite et le MEDEF et nous créerons les conditions pour une amélioration substantielle des conditions de vie pour tous et l'équilibre définitif des comptes sociaux.

Côté retraite, les mesures concernent la pension « ancienneté », équivalent de la retraite à taux plein française. Elle passera à 61 ans pour tous pour 2013, puis 63 ans en 2015 et enfin 66 ans en 2050.


Une mesure a symbolisé l'injustice de cette réforme : le passage de 60 ans à 65 de l'âge de départ à la retraite des femmes fonctionnaires... au nom de l'égalité Homme/Femme.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 08:21

Il peut faire le beau au G 20 notre nanoprésident. Sa taxation des banques restera dans les cartons, tout comme ses promesses creuses sur le pouvoir d'achat.

 

La vérité, c'est que de plus en plus de travailleurs se retrouvent au chômage, que l'austérité va toucher tous ceux qui bossent pendant que les riches, bourgeois et nantis continuent de bénéficier de niches et exonérations fiscales et que les membres du gouvernement sont les uns après les autres touchés par des scandales.

 

La France immorale de l'argent, du bling-bling et de la prébende s'affiche.

 

La courbe du chômage toujours mal orientée

 

Au mois de juin, Pôle Emploi a comptabilisé près de 2,7 millions de chômeurs de catégorie A, c'est-à-dire des salariés en recherche d'emploi et qui n'ont exercés récemment aucune activité, même de courte durée.

Si on ajoute les catégories B et C, chômeurs ayant exercés de courtes activités (CDD ou intérim), ce chiffre monte à 3,94 millions de travailleurs !

 

En un an, le chômage a grimpé de 7,1 % pour la cétégorie A et de 9,4 % pour l'ensemble !

 

Or, la politique de l'emploi public par le gouvernement va entraîner la disparition de 100 000 emplois supplémentaires au sein des services de l'Etat : éducation, intérieur, justice, environnement, fraudes, ...

 

De la même façon, toute politique d'austérité freine l'activité économique d'un pays, particulièrement la France où, traditionnellement, c'est la consommation qui tire la croissance !

 

En clair : suppressions de fonctionnaires et rigueur vont accentuer la hausse du chômage.

 

La moralisation du capitalisme par ceux qui n'ont pas de morale.

 

Nicolas le Petit, le Bonaparte hongrois, voulait nettoyer les banlieues au Karcher.

 

En dehors du fait que la violence en banlieue n'a jamais été aussi évidente (voir la mort par balle d'un jeune à Villiers-le-Bel ce dimanche), signe du bide total de la politique sécuritaire sarkozyenne, on pourrait désormais exiger que le gouvernement soit à son tour laver au Karcher !

 

Entre les ministres qui prêtent les appartements de fonction, payés par le contribuable, à leur famille, le ministre de l'intérieur condamné pour propos racistes ou l'ex-ministre des finances et actuel ministre de l'emploi, empêtré dans l'affaire Bettencourt, on ne peut pas dire que le gouvernement fasse preuve d'exemplarité ! Et on va reprocher aux jeunes de banlieue de mal se comporter ?...

 

Et ne parlons pas du nanoprésident, de son langage de charretier et de son goût immodéré pour tout ce qui brille !

 

Décidément, ce gouvernement est à l'image du capitalisme qu'il défend : immoral, pédant, arrogant.

 

En un mot : irréformable.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 08:32

Beaucoup de commentateurs ont noté la coïncidence entre la réception à l'Elysée du gréviste Henry et le silence du gouvernement sur un mouvement social très largement soutenu par la population et qui a réuni, excusez du peu, près de deux millions de personnes dans les rues.

 

Cette coîncidence n'est pas due au hasard.

 

Les mauvaises langues y verront un bras d'honneur du nanoprésident au peuple français. Peut-être pourrait-on y voir l'intérêt qu'il porte aux seuls problèmes des millionnaires ?

 

23 millionnaires en grève, même si certains sont noirs, voilà qui suscite l'intérêt du chef de la bande du Fouquet's !

Que le petit peuple grogne et s'inquiète de ne plus avoir de quoi vivre demain ? Quelle importance ! Il habite Neuilly, pas Saint Denis, La Madeleine ou Saint André de l'Eure !...

 

Il n'y a pas à être surpris des réactions de cadres de l'UMP minimisant la réussite de cette journée de mobilisation ni des commentaires haineux lus ici ou là sur le net ou dans la presse par des militants UMP ou FN. La mauvaise foi ou le déni de réalité sont des phénomènes courants chez ces gens là.

 

Car la réalité est crue, visible, palpable. La population française est très largement opposée à un report de l'âge de départ en retraite et à un allongement de la durée de cotisation.

Près de deux millions de manifestants en France hier, 10 000 sur Evreux, 66 % des français opposés à la réforme, 58 % prêts à descendre dans la rue, pas un coup de klaxon ou mouvement d'humeur chez les automobilistes bloqués par les manifestants, parfois pendant près d'une heure,... tout converge dans un même sens.

 

La pression monte, la contestation devient de plus en plus visible !

 

Sur Evreux, par exemple, nous sommes passés de 3 000 manifestants le 23 mars à 5 000 manifestants le 27 mai pour terminer à 10 000 ce 24 juin. Une évolution qu'on retrouve partout en France. Et ce, malgré l'absence de FO dans les cortèges !

 

Les grandes orientations gouvernementales sur la réforme seront discutées à l'automne au Parlement.

 

Le mouvement social a donc encore bien le temps de monter encore plus en pression pour mettre cette droite en déroute et imposer d'autres choix, des choix qui obligeront les revenus du capital à participer à une juste hauteur au financement des caisses de solidarité.

 

L'été arrive et la France risque de s'ensommeiller.

 

Les communistes vont profiter de la période pour poursuivre leur travail d'information et de sensiblisation des travailleurs aux causes profondes de cette crise du capitalisme et aux raisons de la remise en cause des mécanismes de solidarité que sont la retraite, la Sécu ou les services publics.

 

Un travail éminemment politique qui nécessite des moyens humains et financiers.

N'hésitez pas à contribuer à cet effort, avec vos cerveaux, vos bras ou financièrement !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article