Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

28 mai 2015 4 28 /05 /mai /2015 10:09

Beaucoup de figures de la Résistance se sont associés aux communistes pour s'étonner de l'absence de figure communiste de la Résistance parmi les quatre personnalités choisies par François Hollande pour intégrer le Panthéon hier.

Pourtant, la place des communistes au sein de la Résistance (dès 1940, n'en déplaise aux anticommunistes !) est un fait historique et le nombre de grandes figures de la Résistance membres ou proches du Parti communiste ne manquent pas comme Henri Rol-Tanguy, le Colonel Fabien, André Manouchian, Marie-Claude Vaillant-Couturier ou... Martha Desrumeaux, comme le rappelle dans l'article ci-dessous Bernard Gensane.

Décidément, François Hollande est fâché avec l'Histoire et avec la gauche !

Solidaire

---------------------------------------------------------------------------------------

Un article de Bernard GENSANE sur le Grand Soir :

"Quand j’étais enfant à Hénin-Liétard et que l’on parlait de déportés politiques, le nom de Martha Desrumaux revenait systématiquement.

Martha naît en 1897 à Comines, une petite ville proche de Lille. Elle commence à travailler à neuf ans comme femme de ménage puis comme ouvrière dans le textile.

Elle adhère à la CGT à treize ans, puis, deux ans plus tard, aux Jeunesses socialistes.

En 1921, elle rejoint le Parti communiste.

En 1917, elle prend la tête d’un mouvement de grève dans le textile.

En 1925, elle dénonce la guerre coloniale au Maroc.

En 1927, elle est la première femme élue au Comité Central du PCF.

En 1936, elle est une figure de proue du Front populaire dans le Nord. Elle est la seule femme présente lors de la signature des accords Matignon. Elle organise la solidarité avec les forces républicaines espagnoles. Elle joue son propre rôle dans le film de Jean Renoir La vie est à nous.

En août 1940, dans le nord de la France sous administration directe de l’armée allemande, elle organise la grande grève patriotique de mai-juin 1941. 100 000 mineurs débrayent, refusant de fournir du charbon pour l’occupant. Dénoncée par le préfet, Martha est arrêtée par la gestapo.

Elle est mise au secret à la prison de Loos et déportée à Ravensbrück. Elle y organise l’entre-aide et la solidarité avec Geneviève De Gaulle-Anthonioz et Marie-Claude Vaillant-Couturier.

Libérée par l’Armée rouge, elle est rapatriée par la Croix-Rouge en 1945 mais revient malade du typhus.

Elle réintègre les organes dirigeants de la CGT.

En 1944, elle est élue au conseil municipal de Lille.

L’année suivante, elle est élue député communiste du Nord.

La maladie l’oblige à ralentir ses activités. Elle continue cependant son action auprès de la Fédération nationale des Déportés, proche du Parti communiste.

Elle meurt le 30 novembre 1982, le même jour que son mari, ouvrier métallurgiste et syndicaliste.

Trop communiste pour entrer au Panthéon ? Comme Marie-Claude Vaillant-Couturier ?"

URL de cet article 28684 http://www.legrandsoir.info/j-aurais-bien-vu-martha-desrumaux-au-pantheon.html

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 13:14

Le capitalisme dans toute sa splendeur et dans toute sa logique : pour que certains montent, beaucoup doivent être écrasés.

Solidaire

-------------------------------------------------------------

Lu sur Bastamag :

2,5 millions d’euros : c’est la prime que va recevoir le PDG de Lafarge, Bruno Lafont, pour son rôle dans la fusion avec le suisse Holcim.

Les deux plus grandes entreprises de ciment du monde pèseront ensemble 35 milliards d’euros de chiffre d’affaires et plus de 130 000 salariés. L’ « indemnité exceptionnelle » accordée à Bruno Lafont par le Conseil d’administration de Lafarge s’ajoutera à sa rémunération de 1,8 million (part fixe et variable) ainsi qu’au 722 860 euros de stock-options en actions prévus en 2014. Soit plus de 5 millions d’euros en 2015.

Pour le Conseil d’administration de Lafarge, cette prime se justifie pour « tout le travail accompli depuis un an ». « Il a été l’architecte du projet et il a travaillé pour la défense de son groupe avec un impact limité pour l’emploi en France », explique, à l’AFP, « une source proche du groupe ».

Le cimentier emploie 63 000 personnes dans le monde, dont 5300 en France (8,5% des effectifs).

Les salariés de Lafarge, eux, ne semblent pas à la hauteur des efforts déployés par leur patron. Suite à la fusion, une première série de 380 postes seront supprimés dans le monde, dont 166 en France (203 postes supprimés à Paris et Lyon, moins les 37 postes créés en Isère).

Ces chiffres peuvent paraître anodins au vu du nombre d’employés concernés. Mais les effectifs en France de l’entreprise du CAC 40 n’ont cessé de chuter depuis 2012 : moins 3000 salariés en trois ans (voir notre fiche concernant Lafarge).

Et les syndicats s’inquiètent de futures restructurations d’ampleur au sein des deux groupes fusionnés. « Des dizaines de milliers de travailleurs seront probablement essaimés ou mis à pied à la suite de cette fusion, mais la direction refuse toujours de consulter les syndicats », s’inquiétait en janvier Jyrki Raina, secrétaire général de la Fédération syndicale internationale de l’industrie, IndustriALL. Les syndicats avancent le chiffre de 15 000 salariés qui pourraient perdre leur emploi (lire ici).

Ils n’ont probablement pas été aussi méritants que Bruno Lafont.

Article de Ivan Du Roy à retrouver ici

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 10:41

"Nous Pouvons !". Le slogan des Indignés espagnols est devenu le nom d'un mouvement, Podemos, qui bouscule droite et social-démocratie en Espagne.

L'Espagne était appelée aux urnes ce dimanche. Les élections municipales s'accompagnaient du renouvellement de plusieurs parlements régionaux.

Ce qu'annonçaient les sondages s'est réalisé : la gauche radicale, représentée par Podemos, a connu une forte poussée, à la fois aux Municipales et aux Régionales. La droite au pouvoir, empêtrée dans ses politiques d'austérité et plusieurs scandales, connait une lourde défaite, tout comme un Parti socialiste qui continue de plonger.

Madrid, fief de la droite depuis 1991, voit l'alliance autour de Podemos et du Parti communiste talonner la droite (Parti populaire, PP) avec 20 élus contre 21 de droite. Derrière, le Parti socialiste (PSOE) s'effondre mais conserve 9 élus qui feront la différence.

A Barcelone, deuxième ville du pays, la droite nationaliste catalane (CiU), aux commandes depuis toujours, perd sa première place au profit dune alliance entre Podemos et la gauche communiste avec 11 élus contre 10 à la droite. Derrière, la gauche possède des réserves avec la gauche nationaliste républicaine (ERC, 5 élus), le Parti socialiste (4 élus) et la gauche marxiste (CUP, 3 élus) tandis que la droite nationaliste catalane aura du mal à faire alliance avec les indignés de droite (Ciutadans, 5 élus) et la droite fédéraliste (PP, 3 élus).

A Valence, l'alliance de gauche radicale Compromis talonne également la droite (9 élus contre 10), suivie des indignés de droite (Ciudadanos) et des socialistes. Les alliances risquent de faire chuter la droite sur cette autre grande ville.

Il en est de même à La Corogne, à Saragosse, à Séville (où c'est le PSOE qui pourrait rafler la mise).

Au niveau des régions autonomes, la droite connait un fort recul qui profite aux Indignés, essentiellement à Podemos.

Comme en Grèce, où c'est la parti de gauche radicale qui a renversé le bipartisme droite / social-démocratie, l'Espagne connait sa révolution citoyenne avec l'irruption des Indignés au travers, essentiellement, du mouvement populaire de gauche Podemos.

Si la gauche communiste, autour de Izquierda Unida (IU, Gauche Unie), connait localement des reculs, la somme des forces Podemos et IU, ainsi que des mouvements républicains de gauche (BNG en Galice, ERC en Catalogne) et des marxistes de CUP, montre que la gauche antisystème et républicaine est la grande gagnante de ces élections, confirmant les Européennes de 2014.

L'alternative existe en Europe. Elle s'incarne au travers de cet investissement citoyen au sein du mouvement social, syndical et associatif et de son incarnation politique, la gauche radicale.

En France, nous avons besoin aussi de cette alternative politique radicale, qui fasse tomber un bipartisme PS / UMP qui ne profite qu'au système financier et qui brise l'élan d'une extrême-droite dont le programme ne fera qu'aggraver les tensions sociales et raciales.

Il est temps que les militants de gauche, associatifs, syndicalistes, communistes, écologistes ou socialistes, s'unissent enfin pour mettre leurs idées en commun et faire renaître l'espoir d'un changement qui tourne le dos à trente ans de libéralisme et de soumission aux lois du marché et de la finance.

C'est cet esprit qui anime le PCF et qui s'exprime au travers d'une plateforme de propositions à discuter, "La France en Commun" qui sera bientôt proposée aux militants et simples citoyens qui veulent construire cette alternative.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 08:57

Les 60 % de votes en faveur de la motion sociale-libérale s'accompagnent d'une désertion militante du PS.

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS et tenant de la motion A, peut crier victoire. C'est de bonne guerre !

En pourcentage, effectivement, son camp semble conforté au sein du Parti socialiste avec 60 % des votes des militants.

Pourtant, sur le fonds et en données brutes, la victoire est loin d'être réelle !

Même si le camp des "frondeurs" ne recueille que 30 % des voix, la division est réelle et profonde au sein du PS. Pour une fois, il ne s'agissait pas de querelles de chefs, de choisir quel tribun préférait les militants, mais de choix politiques profonds.

La division est donc, pour une fois, profondément idéologique au Parti socialiste.

Mais, au delà de ces pourcentages, ce vote a été marqué par deux phénomènes :

- Une abstention encore importante, de presque un cotisant sur deux (45 %), qui interroge sur la mobilisation des militants à jour de leurs cotisations ;

- Une forte érosion du nombre de cotisants depuis le dernier congrès puisque le PS a perdu plus de 40 000 cotisants ! Ils n'étaient plus que 131 000 à pouvoir prendre part au vote hier soir.

Ce scrutin interne au PS traduit aussi une démobilisation militante énorme depuis le scrutin précédent, à la veille des élections Présidentielles.

Cette démobilisation vient essentiellement de militants déçus par la politique libérale menée depuis 2012 par François Hollande et son gouvernement avec le soutien de l'appareil du Parti socialiste. Il s'agit donc de militants de gauche qui n'ont pas pris part au vote et ont favorisé sans le vouloir l'aile libérale du PS.

La déception et la démobilisation de militants sincèrement de gauche au sein du PS a, finalement, le même résultat que lors des dernières municipales et départementales où l'abstention des électeurs de gauche a entrainé la prise de mairies et de cantons par la droite.

Se pose la question de l'avenir. L'avenir de la gauche et celle de notre peuple.

Le combat de certains militants au sein du PS pour ramener ce parti sur une ligne progressiste et sociale est noble mais sera, au mieux, de longue haleine.

La question actuelle est bien de construire dès maintenant une alternative politique et sociale, une dynamique de rassemblement des militants de gauche refusant cette dérive libérale qui détruit notre société et sa base sociale et qui offre un marchepied vers le pouvoir à une extrême-droite menaçante.

Sur le terrain, autour des combats pour l'emploi (Evérial, Altuglas), pour défendre nos trains et nos gares, menacés par le rapport Duron, pour refuser l'austérité et les conséquences des lois Macron, pour défendre l'éducation publique, laïque, gratuite et de qualité, les militants de gauche doivent se retrouver.

Pas besoin d'attendre les prochaines élections, les Régionales de décembre prochain, pour se rassembler !

C'est la démarche actuelle du Parti communiste qui, au delà du Front de Gauche, tend la main aux militants et syndicalistes, aux ouvriers et aux intellectuels, à tous ceux qui souhaitent construire une dynamique de rassemblement contre les purges austéritaires et les diktats libéraux des marchés et de l'Europe.

En Grèce, en Espagne et ailleurs, des peuples se dressent contre la machine libérale et des élites politiques, économiques et médiatiques qui défendent ces politiques.

Le peuple français peut faire de même !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 14:48

Nouvelle réforme négative passée par la force par ce gouvernement PS.

Alors que nombre de communes françaises se battent, avec leurs enseignants et les parents d’élèves, pour sauver des classes primaires menacées de fermeture, le gouvernement vient d’imposer une profonde réforme des collèges qui soulève pourtant énormément de critiques.

Encore une fois, Manuel Valls et sa majorité font peu de cas du débat démocratique et de l’écoute des personnes concernées, en l’occurrence les enseignants et les parents d’élèves ! Même le Parlement est court-circuité sur un dossier majeur, celui de l’éducation, qui aurait pourtant nécessité un débat profond et un minimum d’accord de la part des acteurs de l’enseignement !

Sur le fonds, cette méthode à la hussarde offre encore à la droite la possibilité d’apparaître comme étant à l’écoute des préoccupations des Français alors que son projet pédagogique, dans la foulée des réformes destructrices qu’elle a appliquées en son temps (notamment en primaire, avec la suppression des RASED), amènerait encore plus d’inégalités entre élèves au collège.

Très loin du projet de la droite, les syndicats enseignants et les forces de gauche (les vraies) dénoncent non seulement une méthode mais aussi un contenu qui vide un peu plus le contenu pédagogique des enseignements et, sous prétexte d'interdisciplinarité, instaure un monstre administratif là où existait pourtant déjà un travail transversal souple.

Il est temps de mettre à plat les difficultés du système éducatif français pour y apporter des solutions humaines et financières qui permettent, enfin, de renforcer l’accès de nos enfants et de notre jeunesse à une éducation de qualité, citoyenne, réellement gratuite.

C'est ce que défendent depuis toujours, face à la droite (Devaquet, Monory, Bayrou, CPE, Autonomie des Universités,...) ou du PS (Jospin, Fioraso, Réforme du collège,...) le Parti communiste et les organisations de jeunes, Jeunesses Communistes et Union des Etudiants Communistes.

Cela passera fatalement par des arbitrages, soit en faveur des citoyens et des salariés, en général deux catégories identiques, ou en faveur d'une austérité qui ne profite qu'aux banques et aux grands groupes économiques et financiers.

Malheureusement, à l’heure où ce gouvernement ne réfléchit qu’en termes d’économies financières, est-il encore capable de concevoir que l’intérêt général et l’avenir de notre jeunesse ne sont pas des postes budgétaires qu’il peut réduire ?

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 09:00

La Loi Macron a été adoptée par le Sénat avec l'appui des seuls sénateurs UMP et UDI.

On pourrait presque s'en moquer si les conséquences de cette loi n'étaient pas si négatives pour le monde du travail : le gouvernement de Valls et Hollande s'est trouvé une nouvelle majorité au Sénat grâce aux élus de droite !

En effet, la Loi Macron n'a été approuvée que par 229 sénateurs UMP et UDI !

Les socialistes se sont très majoritairement abstenus à part quelques sénateurs de l'aile gauche du PS qui, autour de Marie-Noëlle Lienemann, ont voté contre, tout comme les sénateurs communistes et écologistes.

De là à dire que ce gouvernement a fini sa mutation...

Les électeurs de gauche, particulièrement les militants socialistes qui vont bientôt votés pour leur Congrès, doivent se poser la bonne question : le Parti socialiste soutient-il encore un gouvernement de gauche ?

Comme beaucoup d'électeurs de François Hollande de 2012, nous avons déjà notre avis sur la question.

Après les départementales, les communistes et leurs alliés du Front de Gauche mèneront une liste indépendante aux élections régionales de décembre pour insister sur notre rejet de cette conversion assumée du gouvernement au libéralisme.

Pour l'instant, côté PS, il n'est pas question de liste commune aux Régionales 2015 avec l'UMP et l'UDI. Le rapprochement parlementaire est certainement encore trop récent ?

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 14:57

François Hollande arrive à Cuba. Une première qui met les journalistes dans tous leurs émois et qui donne lieu à nouvelle vague d'anticastrisme primaire.

Depuis que les Etats-Unis ont accepté, enfin, de revenir doucement sur le blocus économique qu'ils imposaient à Cuba, nos journalistes semblent découvrir que Cuba s'ouvre au monde.

Pourtant, Cuba est déjà depuis longtemps un pays ouvert sur le monde, une destination touristique prisée et un pays exportateur de produits de qualité, à commencer par le rhum et les cigares.

Cuba est aujourd'hui le pays d'Amérique latine le mieux placé en termes d'éducation et de santé, selon les Nations Unies elles-mêmes. Sa position est tellement enviable que ce petit pays de 11 millions d'habitants se permet d'envoyer des médecins dans d'autres pays depuis déjà de nombreuses années, comme à Haïti après le séisme de 2010, ou, plus récemment, en Afrique de l'ouest contre l'épidémie d'Ebola ou au Brésil ( Si ! Si !) pour soulager les populations des régions amazoniennes isolées.

D'un point de vue géopolitique, le blocus imposé à Cuba à coûter énormément d'argent à l'île, puisque les Etats-Unis sont les voisins immédiats de Cuba donc le débouché naturel des échanges économiques de ce pays. Les difficultés financières de l'île repose beaucoup sur ce blocus. Avec la chute de l'Union soviétique et des pays socialistes, au début des années 9, Cuba a perdu également ses principaux partenaires économiques, ce qui a logiquement aggravé la situation des Cubains.

Pour compliquer la situation cubaine, il faut aussi se souvenir que les Etats-Unis ont réussi à imposer aux entreprises étrangères ce blocus, avec des sanctions économiques terribles pour celles qui oseraient défier le diktat américain. BNP-Paribas en a fait l'amère expérience récemment.

Mais, depuis le début des années 200, avec des réformes économiques internes et, surtout, l'arrivée au pouvoir de dirigeants indépendants et progressistes en Amérique du sud, Cuba a retrouvé des partenaires à la fois proches et fiables pour commercer. C'est le cas avec la création de l'ALBA, l'Alliance bolivarienne des Amériques, avec le Venezuela, l'Equateur et la Bolivie notamment, une sorte de marché commun où l'intérêt des peuples prime sur celui des multinationales (à la différence de l'Union européenne !).

Autant dire que l'économie cubaine s'ouvre depuis déjà quelques temps au monde et que les difficultés cubaines ne sont pas forcément liées aux seuls défauts réels du système socialiste cubain mais aussi, et surtout, aux dégâts d'un blocus imposé par le puissant voisin américain.

Si les journalistes parlent de Cuba, c'est aussi pour se demande si cette "ouverture économique", qu'ils n'avaient pas vu jusque là, va s'accompagner d'une "ouverture politique" ?

Mais de quoi parle t-on ?

D'une ouverture vers un système parlementaire à l'occidental qui s'est auto-proclamé démocratique ?...

Avec plus de 50 % d'abstention et des candidats qui trahissent leurs engagements une fois élus, peut-on vraiment se féliciter du "modèle" occidental, français ou nord-américain ?...

On peut critiquer le système cubain mais, encore faut-il le connaître !

Et quel média français nous explique-t-il comment fonctionne le système électoral cubain ?

Cuba connait des élections. Les candidats sont désignés à la base, par les électeurs, selon un système unique où le Parti communiste n'a pas le droit d'intervenir, même si le poids démographique du PCC influe logiquement sur les débats.

Les dernières élections municipales, il y a quelques semaines, ont d'ailleurs vu des dissidents agréés par l'Occident "démocratique" se présenter et être balayés par le scrutin électoral. Ingrats de Cubains !...

Bref ! Cuba renoue économiquement avec le développement, après des années d'étranglement des Etats-Unis. Logiquement, Cuba cherche à développer des partenariats, non pas pour favoriser le développement d'un capitalisme financier sur l'île, comme le rêvent certains journalistes, mais pour faire venir des technologies et des emplois nouveaux au bénéfice des Cubains.

Pour ce qui est de la démocratie, que nos gouvernements occidentaux apprennent déjà à écouter leurs populations, à respecter leurs engagements électoraux et à respecter le vote de leurs citoyens (Traité Constitutionnel Européen notamment) avant de venir donner des leçons de démocratie aux peuples du reste du Monde !

D'autant plus que les dernières campagnes démocratiques, à coup de bombes en Afghanistan, en Iraq, en Libye ou en Syrie, ont provoqué les résultats que l'on sait.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 09:16

Les 1000 personnes les plus fortunées résidant au Royaume-Uni possèdent 763 milliards d'euros au total, en 2015.

Pour figurer dans cette liste, il faut disposer d'au moins 139 millions d'euros.

Les niveaux records des marchés boursiers mondiaux ont particulièrement stimulé les grandes fortunes britanniques, estime le Financial Times. En effet, désormais, les 1000 personnes les plus riches vivant au Royaume-Uni possèdent 547 milliards de livres (763 milliards d'euros), selon un classement paru dimanche 26 avril dans un supplément du Sunday Times.

C'est plus du double par rapport à 2009 (112% de plus précisément), durant la crise financière !

Désormais, pour faire partie des 1000 britanniques les plus fortunées, il faut disposer d'au moins 100 millions de livres (139 millions d'euros). C'est 15 millions de livres de plus qu'en 2014 !

Par ailleurs, le Royaume-Uni compte désormais 117 milliardaires en 2015, soit 13 de plus que l'année dernière.

Et en France, c'est kif-kif !

Alors, chers amis, quand on vous parlera de la crise et de la nécessité de "faire des efforts", de renoncer à vous soigner, à demander une augmentation ou à partir à la retraite à 60 ans, vous saurez quoi répondre !

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 08:54

Pour que vivent nos commerces et pour des emplois stables, c'est l'emploi industriel qu'il faut défendre !

Revoilà le "Village des Marques" de Douains ! Depuis plusieurs années, la création de cette gigantesque zone commerciale en bordure d'autoroute A13, près de Vernon, fait parler d'elle régulièrement.

De votes en délibérations, presque toutes les instances élues du secteur ont voté contre, y compris les élus de droite qui y siègent.

Sauf que, dans le dos des électeurs, ces mêmes élus de droite poussent le dossier dans les instances administratives et s'entendent avec le promoteur du projet pour se partager un pactole de 4 millions d'euros ! C'est ce qui se déroule actuellement.

Le 6 mai prochain, ce dossier reviendra en commission départementale avec, ce coup-ci, le soutien de la droite. Les élections sont passées, ces gens peuvent désormais tourner le dos à leurs propos de campagne et à la défense des commerces de proximité.

Par ailleurs, Paris-Normandie en parlait en fin d'année dernière, un accord serait discuté avec le Promoteur du "Village des Marques", le groupe Mac Arthur Glenn, et plusieurs agglomérations du secteur dirigées par la droite (le Grand Evreux Agglo, la CAPE de Pacy-Vernon et la CASE de Louviers-Val-de-Reuil notamment) pour se répartir une enveloppe de 4 millions d'euros.

Avec ce projet, on nous parle de créations d'emplois, d'activité économique, etc... Du vent !

Encore une fois, il s'agit d'abord de déplacer les consommateurs d'un secteur à l'autre puisque la création d'une zone commerciale n'augmente pas miraculeusement l'argent du consommateur dans son porte-monnaie ! L'argent qu'il dépensera au Village des Marques, il ne le dépensera pas ailleurs !

Fatalement, le chiffre d'affaire des commerces de cette nouvelle zone commerciale diminuera celui des autres commerces, petits et grands, présents dans un rayon estimé d'une cinquantaine de kilomètres ! Faites le calcul ! Evreux, Saint André ou la Vallée d'Eure sont concernés !

Au niveau de l'emploi, on sait ce que proposent les grandes zones commerciales : bas salaires, temps partiels, emplois précaires et horaires décalés avec travail le week-end. Des emplois, on le répète, qui se feront au détriment d'emplois dans les commerces qui péricliteront.

D'un point de vue environnemental, ce projet est également une aberration. Entre les dizaines d'hectares de bonnes terres agricoles qui vont disparaître et le flux de véhicules, camions et voitures, qui va exploser sur ce secteur, pas sûr que la nature du côté de Vernon apprécie !

Malheureusement, on le sait depuis longtemps, la droite considère la Normandie comme un parc touristique pour Parisiens en week-end. Tourisme et commerces de luxe sont les deux seuls horizons qu'entrevoient nos élus de droite pour nos territoires !

Au contraire, notre région bénéficie d'outils industriels forts (Pharmacie, Chimie, Cosmétique, Automobile, Agro-alimentaire...), de grands ports et d'infrastructures routières nombreuses qui sont des appuis pour développer un emploi industriel moderne et durable.

Mais, pour cela, il faudrait soutenir notre industrie et arrêter de cautionner les délocalisations et les fermetures de site qui répondent le plus souvent à des stratégies financières des groupes industriels.

Il faudrait revoir complètement des dispositifs comme le Crédit d'Impôt Compétitivité Emploi ou le Crédit d'Impôt Recherche qui représentent nationalement des dizaines de milliards d'euros d'argent public reversés aux entreprises sans aucune contrepartie mesurable sur l'emploi.

Nous soutenons l'initiative des communistes de Louviers-Val-de-Reuil qui ont lancé une pétition contre ce Village des Marques, pétition que vous pouvez signer en ligne en cliquant ici, et nous exigeons, nationalement, une nouvelle politique économique et industrielle de relance de l'activité autour du développement durable et des filières d'avenir.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 08:37

La sempiternelle rengaine du complot, agitée par la direction du FN, va t-elle suffire à tromper les électeurs qui croient dur comme fer que l'extrême-droite est LA seule alternative à la classe politique française ?

Décidément, les affaires pleuvent sur le Front National !

Il ne s'agit plus de questions de valeurs, des idées nauséabondes qui se cachent derrière le discours "politiquement correct" du FN new-look de Marine Le Pen, mais bien d'affaires réelles où les intérêts financiers des cadres du FN sont en jeu.

Riwal

Il y a toujours le dossier du financement de "Jeanne". "Jeanne", c'est un micro-parti, une pompe à fric pour personnalité politique comme en possèdent de nombreux carriéristes de droite.

C'est le micro-parti de Marine Le Pen. Le FN a bien compris comment se servir du système qu'il dénonce pour son propre intérêt. Ou celui de ses dirigeants.

"Jeanne" est sur le devant de la scène à cause de Frédéric Chatillon , proche de Marine Le Pen et ancien d'une milice ultra-violente d'extrême-droite bien connue sur les campus parisien, le GUD.

Frédéric Chatillon et d'autres de ses proches sont accusés d'avoir surfacturés du matériel électoral sur le dos de candidats FN, via la société Riwal, pour aspirer des finances publiques vers le micro-parti de Marine Le Pen.

La menace est réelle. Le dossier solide.

L'image de marque du FN est en jeu puisqu'une condamnation dans ce dossier mettrait l'extrême-droite dans les pas des partis politiques qu'il dénonce.

Emplois fictifs européens ?

Le deuxième dossier se situe au niveau de l'Europe.

Le FN dénonce à longueur d'année cette Union européenne qui desservirait les intérêts de la France (ceux des travailleurs serait plus exact, mais bon, ce n'est pas le sujet !).

Dans les faits, les indemnités parlementaires des députés européens du FN arrondissent agréablement les fins de mois des cadres du FN sensés siéger à Bruxelles.

Au delà, ce sont les soupçons qui pèsent sur la réalité des emplois de 20 attachés parlementaires du groupe FN qui posent question. Le parlement européen dénonce le fait que les indemnités liées à ces parlementaires servent en fait à payer des cadres du FN qui exercent des responsabilités nationales ou régionales en France.

Attaché parlementaire, c'est un boulot à temps complet, notamment au niveau européen d'où aujourd'hui émanent la majorité des règlementations et lois appliquées en France. Il s'agit bien d'une fonction qui nécessite une présence quotidienne à Bruxelles ou Strasbourg, incompatible avec des responsabilités politiques importantes en France.

De là à parler d'emplois fictifs...

Compte en Suisse pour Jean-Marie Le Pen

Les ouvriers et employés qui votent FN l'oublient souvent : le FN n'est pas un parti d'ouvrier mais une entreprise familiale gérée par des millionnaires, la famille Le Pen.

D'après Mediapart, Jean-Marie Le Pen a "détenu un compte caché chez HSBC, puis à la Compagnie bancaire helvétique (CBH), à travers un trust placé sous la responsabilité légale de son majordome, Gérald Gérin." "Ce dernier est le trésorier des associations de financement Cotelec et Promelec".

Il serait question d'un trust basé aux îles vierges britanniques (Caraïbes), un paradis fiscal bien connu des fraudeurs riches du monde entier.

2,2 millions d'euros serait ainsi cachés depuis des années par le créateur du FN. Un pactole et une richesse dont a largement profité sa fille, à la fois parce que l'argent de Le Pen a permis de financer le FN des débuts, mais aussi parce que Marine Le Pen a pu grandir dans la soie et faire de longues études grâce à la fortune de papa.

Décidément, l'année 2015 est mal partie pour le FN !

Non seulement, ses résultats électoraux sont en demi-teinte, avec les espoirs déçus de gagner des départements, mais les magouilles financières rattrapent déjà un parti qui, sans jamais avoir de grandes responsabilités nationales, c'était construit sur une image de propreté et de parti en dehors du système !

Si le FN arrivait au pouvoir, imaginez les possibilités financières qui s'ouvriraient pour ses cadres !

Malheureusement, il serait fort à craindre que nous n'en entendions jamais parler, l'extrême-droite ayant toujours l'habitude de museler presse et justice lorsqu'elle accède au pouvoir.

Le FN ne cache d'ailleurs pas son aversion pour les médias et pour les juges.

Alors, pour éviter ses tentations trop fortes de richesses faciles mais illégales, protégeons le Front National : laissons-le là où il est, dans les couloirs sombres de l'Histoire, loin du pouvoir !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article