Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 09:26

Article publié dans le Numéro 1866 du 3 août d'Avante, hebdomadaire du Parti Communiste Portugais

 

L'étude initiale avait été publiée en mars par Open Europe

 

Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

 

Les commissaires qui terminent en Octobre leur mandat de cinq ans recevront chacun, en moyenne, plus d'un million d'euros en pensions et allocations de « transition » et de « réinsertion », révèle une étude du groupe britannique indépendant Open Europe.

 

Quand ils quittent l'exécutif communautaire, les commissaires reçoivent ce qu'on appelle « l'allocation de transition », équivalente à 65% de leur salaire pendant une période de trois ans. Il s'agit prétendument d'une aide à la réintégration professionnelle des commissaires, bien que l'on se dispense de dire qu'aucun d'entre eux ne se retrouve sans emploi après leur départ de Bruxelles.

 

Ainsi, José Manuel Barroso, dans le cas où il devrait quitter son poste de Président de la Commission, recevrait en trois ans un total de 439 609 euros qu'il toucherait même s'il trouvait entre temps un emploi bien rémunéré comme l'ont fait de nombreux anciens commissaires.

 

Par exemple, Martin Bangeman, ancien responsable européen aux télécommunications, après avoir quitté la Commission, a rejoint les rangs de Telefonica, le géant espagnol du secteur. L'italien Mario Monti, ancien commissaire européen à la concurrence, a retrouvé immédiatement un poste dans la banque d'investissement Goldman Sachs. Un autre de ses collègues, le britannique Leon Brittan, également responsable à la concurrence, a été recruté par la banque suisse UBS Investement Bank. Et même l'ancien commissaire au Commerce, Peter Mandelson, est passé directement de la Commission au gouvernement britannique.


Mais au-delà des « parachutes dorés », les commissaires ont l'assurance d'une vielleisse sans souci grâce aux généreuses pensions européens qui seront payées par les contribuables. Dans le cas de Barroso, selon les calculs d'Open Europe, il touchera pour les cinq ans qu'il a passé à la tête de la Commission, une pension annuelle de 62 644 euros jusqu'à la fin de ses jours.


Du reste, dans la même veine, seulement en retraites, l'actuelle Commission Européenne coûtera aux contribuables quelque chose comme 36 millions d'euros, en supposant une espérance de vie moyenne de 16,7 ans après qu'ils aient atteint l'âge de la retraite.


 

Des salaires du même ordre

 

A tout cela, il faut ajouter les non moins fabuleux salaires des commissaires qui représentent une dépense totale de près de 41 millions d'euros dans ce mandat. Si nous y incluons les retraites et les allocations, l'équipe des 27 commissaires a un coût total supérieur à 79 millions d'euros.


Un « simple » commissaire gagne près de 240 000 euros par an, recevant plus de 36 000 euros en allocations de résidence et plus de 7 000 euros en allocations de représentation. En tout, sa rémunération pour cinq ans s'élève à 1 410 204 euros.


Barroso, en sa qualité de président, reçoit bien plus, soit 293 073 euros de salaire annuel, ce à quoi s'ajoutent 43 960 d'allocations de résidence et 17 000 euros d'allocations de représentation. Au total, à la fin de ce mandat, Barroso recevra 1 770 254 euros. Pas mal pour cinq ans de travail.


En terme de comparaison, Open Europe fait remarquer que le salaire annuel de Barroso est supérieur à celui du président des Etats-Unis, Barack Obama, qui touche 400 000 dollars par an.


Site d'Avante: http://www.avante.pt/

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 08:32
Notre Grand Omniscient Leader va trancher aujourd'hui le montant de la taxe carbone.

Comme dans toute bonne république bananière, le débat démocratique sur l'intérêt d'une nouvelle taxe et sur sa conception a été tout bonnement oublié. Le plus drôle a été de voir Borloo se vanter que nous étions "en démocratie" "puisque le gouvernement débat de la question" ! Drôle de conception de la démocratie !

C'est donc Tsarkozy qui va décider, lui qui sait tout, lui qui voit tout.

Les médias ont néanmoins vendu la mèche en annonçant une taxe à 14 € la tonne de CO2. Un montant bien en dessous des 32 € souhaités par les écolos, partisans du retour à l'ère pré-industrielle.

Cette discussion de marchands de tapis effectuée à la va-vite montre la gène dans laquelle se trouve la droite :
- Elle sait que cette taxe est impopulaire : les français, notamment les plus pauvres, n'acceptent pas qu'on augmente les prélèvements sur leurs revenus au moment où la crise frappe si durement tant de familles et alors qu'une poignée d'actionnaires et de traders continuent de se gaver sur leur dos ;
- Elle sait que cette taxe est inefficace : l'essentiel des émissions de CO2 en France sont dus aux transports et à l'industrie or cette taxe n'empêchera pas les camions de rouler et les entreprises d'augmenter leurs prix pour compenser les pertes financières dûes à cette taxe !
- Elle sait que la taxe carbone ne servira pas à financer l'environnement : les effets d'annonce sur l'utilisation qui sera fait de l'argent ainsi récupéré (4,5 milliards d'euros par an tout de même !) n'engagent que ceux qui y croient ; par le passé, les mêmes annonces avaient été faites pour la vignette automobile ("pour les vieux"), la CSG ou le CRDS ("Temporaires" et "juste le temps de boucher le trou de la Sécu").

Alors, pour éviter que la population ne prenne conscience du mensonge que constitue cette taxe, le gouvernement et Tsarkozy font vite, très vite. Noyé dans le brouhaha médiatique autour de la grippe porcine, le lancement de cette taxe a du mal à générer le débat démocratique qu'il devrait.

Relocalisations industrielles = travailler plus et polluer moins

La taxe Carbone rejoind ainsi au Panthéon des arnaques fiscales la célèbre CSG (Cotisation Sociale Généralisée) créée elle aussi par Rocard (le Monsieur "Pôles" de Sarkozy, cherchez le rapport ?).

La CSG a été lancée en 1990 et ne devait être que transitoire. Elle a donc maintenant 19 ans !
Son taux était de 1,10 % à l'origine. Il est désormais de 7,50 % pour les salaires et de 6,50 % pour les retraites !

Aujourd'hui, notre omniprésident devrait annoncer également que chaque famille devrait toucher un "forfait" pour alléger sa facture. Pourquoi redistribuer d'un côté ce qu'on prélève d'un autre ? Ne va t-on pas voir ce "forfait" perdre de son importance avec le temps, au gré des lois de programmation budgétaires, pendant que le montant de cette Taxe  augmentera ?...

Et ce chèque de 100 ou 150 € pour une famille avec deux enfants ne représente qu'une partie du surcoût de cette taxe estimé à 300 € par an.

Pour lutter contre les gaz à effet de serre en France :
- Ne faudrait-il pas mieux développer le ferroutage ou le transport fluvial pour décharger les routes de ces millions de camions qui larguent leurs gaz d'échappement sur nos routes et autoroutes ?
- Ne faudrait-il pas mieux réfléchir à de meilleures dessertes de nos gares SNCF (notamment dans l'Eure pour aller vers Paris, Dreux, Rouen ou Caen) ce qui permettrait à plus de salariés d'utiliser les transports en commun ?
- Et que dire des services de proximité en zone rurale comme les médecins, La Poste, les épiceries, tous ces services qui font vivre nos villages et nous évitent des kilomètres inutiles ?
- Pourquoi ne pas réfléchir à une grande politique d'investissement de l'Etat et des collectivités pour diminuer la consommation énergétique des habitations ?
- Au niveau industriel, relocaliser les productions permettrait d'éviter également bon nombre de kilomètres sur route et sur mer aux produits que nous consommons. Savez-vous qu'un jean représente 16 000 kilomètres entre la fabrication du coton, l'endroit où il est tissé, teint cousu, la fabrication des boutons, l'assemblage du tout et le lieu de vente ?

Ce n'est pas la voie prise par ce gouvernement parce que cela irait contre le sacro-saint marché et les règles de libre circulation des marchandises.

Voilà donc un candidat qui se présentait comme "le candidat du pouvoir d'achat", qui devait "aller chercher la croissance avec les dents" et qui est devenu le président de la République de la Récession !
Voilà un candidat qui voulait diminuer les impôts et qui n'a tenu sa promesse que pour quelques milliers de nantis avec son bouclier fiscal ! Pour les autres, cela n'a été que baisse des remboursements de santé, moindre qualité des services publics, hausses EDF et GDF et, maintenant, création de cette Taxe Carbone.

Oui, parlons Grippe A !

Pendant qu'on occupe les esprits, la droite et le patronat nous dépouillent de nos revenus, de nos avantages sociaux et de nos emplois.

A l'intitiative de la CGT, plusieurs syndicats de salariés appellent à une journée de mobilisation le 7 octobre. Cela ne suffira pas à faire reculer le gouvernement, mais cela peut permettre de déclencher la riposte politique aux attaques de plus en plus violentes du Capital contre les intérêts des salariés !
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 14:18

Grave ou pas grave ?

La grippe A H1N1 mobilise médias et gouvernement depuis des semaines. C'est sûr que pour faire de l'audience et effrayer les citoyens, l'utilisation de termes comme "pandémie", "virulence" ou "virus" est efficace !

Pour l'heure, 2 100 personnes à travers le monde sont mortes de ce virus en plus de 6 mois.
Pour rappel, ce sont 500 000 morts par an qui sont imputables à la grippe saisonnière ! !

En France, 2,5 millions de personnes sont touchées chaque années par la grippe saisonnière et 4 000 à 6 000 français perdent la vie chaque année à cause d'elle malgré un nombre important de vaccinés (le vaccin est gratuit pour les plus de 65 ans et pour les métiers "à risque").

Pour la grippe A, on en est actuellement à une dizaine de décès, la plupart en Polynésie et concernant des personnes ayant d'autres problèmes graves de santé.

La seule crainte repose actuellement sur la contagiosité du virus.
Dans une hypothèse très pessimiste, 40 % des français pourraient être touchés. Ce chiffre parait quand même étrange quand on voit qu'au Mexique, pays de 110 millions d'habitants, seuls 22 000 cas et 200 morts ont été recensés depuis janvier alors que ce pays, le premier touché au monde, n'a pas encore le vaccin ! Même là bas, les chiffres les plus pessimistes tablent sur 1 million de malades supplémentaires d'ici la fin de l'hiver ! 1 sur 110 millions d'habitants soit 1 % ! !

Alors pourquoi cet emballement médiatique et politique ?

Si l'application du principe de précaution peut être une bonne chose, il ne faut pas exagérer non plus. Fermetures d'écoles et interdictions de se saluer dans les entreprises se multiplient. Un climat de psychose s'installe chez certains.

Créer une psychose ne serait ce pas ça finalement l'objectif ?

Alors que la France continue de perdre des emplois et de fabriquer de la misère, alors que la droite continue de détruire nos avantages sociaux au profit des groupes capitalistes, la grippe A sert de chiffon rouge pour détourner l'attention de la plèbe.

Mieux, Roselyne Bachelot, qui a le titre de ministre de la santé, annonçait il y a quelques semaines que la France a déjà dépensé 1,5 milliards d'euros contre la grippe A, entre les vaccins et les masques.

1,5 milliards d'euros quant il n'y a plus de sous dans les caisses de l'Etat ? Autant d'argent qui permettra à  certaines boîtes d'accroître leurs bénéfices. Car, côté emploi, on le sait sur Evreux avec Glaxo : une commande "miraculeuse" de vaccin n'a pas inversé la courbe des licenciements !

Et pendant ce temps là aussi, on expérimente le télétravail scolaire. Un malade par ici et on ferme la classe, et pourquoi pas, l'Ecole ou le Collège entier ?

Pratique cette épidémie au moment d'une rentrée scolaire qui s'annonçait chaude compte-tenu de la suppression de 13 500 postes enseignants sans compter les AVS (Auxiliaires de Vie Scolaire) ! !

Dans la même veine, un plan anti-grippe concocté par Michèle Alliot-Marie pour la Justice n'augure rien de bon.

En cas de pandémie de grippe A, le ministère de la Justice n'hésiterait pas à bouleverser les procédures pénales. Des audiences seraient confiées à un juge unique. Les gardés à vue ne verraient leur avocat qu'au bout de 24 heures. Les délais de détention provisoire seraient prolongés...

Des restrictions du droit des justiciables inquiétantes de la part d'un gouvernement qui passe son temps à durcir les règles judiciaires et à renforcer les pouvoirs de la police.

Avec tout ces éléments, on ne m'ôtera pas de l'idée que la grippe A tombe à point pour un gouvernement aux abois socialement et économiquement.

Entre épouvantail pour occuper les esprits de la population et excuse pour restreindre les droits des citoyens et, qui sait à l'avenir, les libertés de rassemblement et de manifestation, la grippe mexicaine est accueillie comme une aubaine par la droite, tel un vaccin qui permettra de faire tomber la fièvre sociale.

Car la première mesure contre un risque pandémique ne serait-elle pas de restreindre les mouvements de populations, notamment les voyages en provenance ou à destination de pays fortement "touchés" ? Sur ce plan, rien de solide n'a été fait, preuve que l'arrêt de la "pandémie" n'est pas la préoccupation principale du gouvernement.

Face à une hémorragie sociale et à une gangrène des acquis sociaux, le premier mal contre lequel doit lutter la population française, c'est contre le capitalisme !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 10:42
Avec les universités d'été et les premiers mouvements de rapprochement en vue des élections régionales de 2010, les lignes de séparation traditionnelles entre camps politiques semblent se brouiller. Semblent seulement.

Des verts qui virent au bleu, voire au brun. Des oranges qui virent au rose. Des roses de plus en plus pâles. Des bleus qui brunissent.... La palette de couleurs de notre échiquier politique est toute mélangée si on écoute les médias.

L'info la plus commentée a été le rapprochement du Modem et du PS en vue des élections régionales. Le centre, ni à droite - ni à gauche, a opté pour une stratégie d'alliance avec le PS. C'est un peu l'union des éclopés des européennes pour éviter la phagocytose par l'UMP.

L'autre info de cette rentrée, c'est l'accueil favorable des Verts (Cécile Duflot, Cohn-Bendit) vis-à-vis de la taxe carbone de Sarkozy. Les Verts, qui annoncent des listes autonomes aux régionales, préparent-ils le grand bond vers des alliances au second tour avec l'UMP, comme leurs cousins allemands ? Cohn-Bendit y serait-il pour quelque chose ?

Plus ancien, le rapprochement UMP-De Villiers traduit un renforcement sur sa droite (son extrême-droite) du mouvement sarkozyste. L'UMP veut définitivement absorbé les thèses et l'électorat du FN.

Des ruptures ou des évolutions anciennes ?

Peut-on dire que ces annonces traduisent de profonds changements politiques en France ? Oui et non.

Pour les Verts, la dernière campagne des européennes a montré l'évolution politique de ce mouvement autrefois progressiste vers un discours prônant l'intégration européenne forcée et l'application d'une politique écologique brutale pour les consommateurs mais conciliante pour les entreprises. La position des Verts lors du référendum sur le Traité Constituonnel Européen et le revirement idéologique de Bové en sont des symptômes anciens (relire : Avec Europe-Ecologie, Daniel Con-Bandit fait basculer les Verts à droite  ).

Leur rapprochement avec l'UMP est donc dans la logique des choses puisqu'ils sont d'accord sur l'essentiel : le cadre politique et économique ultralibéral dans lequel doivent fonctionner la France et l'Europe.

Pour le MODEM et le PS, c'est le goût amer de la défaite aux européennes qui entraîne un sauve-qui-peut général. Néanmoins, le rapprochement est aussi idéologique : le PS n'a nullement remis en cause ses choix sociaux-libéraux des dernières décennies. Le poids de personnalités comme DSK, directeur du FMI, ou de Ségolène Royal, admiratrice de Tony Blair, illustrent cette acceptation du système capitaliste mondialisé au sein de l'appareil socialiste. Les centristes, pro-européens convaincus, sont favorables à toutes les mesures de libéralisation de l'économie et du marché du travail décidées au niveau européen et national.

Pour ce qui de l'intégration du MPF de Villiers au sein de l'appareil UMP, c'est aussi une évolution logique tant le discours sécuritaire, anti-immigré et libéral est au coeur de l'idéologie de la droite actuelle.

De ce fait, on voit des Verts qui penchent vers une droite de plus en plus à droite et un centre-gauche qui se rapproche du centre-droit. Comme en Italie sous Berlusconi (relire : Dérive à l'italienne pour la droite française  ).

Et la gauche dans tout ça ?

Les seuls qui ne font pas dans le mélange des couleurs, ce sont les forces qui se sont rassemblées en Juin dernier, à l'occasion des élections européennes, au sein du Front de Gauche.

Qu'ils s'agissent des anciens PS du Parti de Gauche (JL Mélanchon) ou des anciens NPA de la Gauche Unitaire (C Piquet), une même volonté d'ancrer leur action dans une dynamique sociale et unitaire anime ces organisations.

Les communistes ont réaffirmé également leur engagement à promouvoir une alternative crédible à gauche, en rupture avec vingt ans de libéralisme. La Fête de l'Humanité sera le premier cadre d'une discussion franche et ouverte sur les objectifs et la méthode.

Ensuite, ce seront les adhérents du Parti communiste qui auront le délicat devoir de trancher les orientations de leur parti.

Même si certains rêvent d'une recomposition à l'italienne, où les repères politiques seraient volontairement flouttés pour égarer les salariés, les communistes et de nombreuses forces à gauche continuent de vouloir servir l'intérêt populaire et les valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité actuellement mises à mal. A gauche, l'espoir est là !

S'il ne doit en rester qu'une, la couleur qui ne sera diluera pas sera la couleur rouge !
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 08:32

Simple "piste de travail" ou décision déjà arbitrée ? Une augmentation de 25% du forfait hospitalier (actuellement de 16 euros) et d’une nouvelle mesure de déremboursement sont bien envisagées

Forfait Hospitalier : Une hausse de 25% et de nouveaux déremboursements

Le gouvernement qui prépare le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2010, présenté en octobre au Parlement, envisage d’augmenter de 16 à 20 euros le forfait hospitalier. Autre hypothèse avancée par le Journal du Dimanche, la baisse de remboursement des médicaments à "prescription médicale facultative", c’est-à-dire disponibles sans ordonnance mais qui peuvent être partiellement remboursés s’ils sont prescrits par un médecin (paracétamol, aspirine notamment). Ils ne seraient plus remboursés qu’à 15% au lieu de 35% actuellement.

Le gouvernement écarte donc toujours une réforme du financement de la Sécurité sociale qui permettrait de couvrir les besoins sanitaires et sociaux. Les pistes envisagées risquent de provoquer un nouveau recul de la couverture sociale. Ces deux mesures feraient peser sur les assurés, notamment sur les plus modestes, une nouvelle menace quant à l’accès aux soins.

Réaction du groupe communiste et du parti de gauche du Sénat (CRC-PG) :

L’augmentation de 25% du forfait hospitalier - la plus forte jamais connue – aurait pour effet, si elle était maintenue, de peser sur les malades, notamment sur les plus fragiles au plan médical et économique. Pourtant, on sait déjà, à l’occasion d’une étude menée par les associations de malades sur les conséquences des franchises médicales, que plus d’un tiers des français renoncent aux soins ou hiérarchisent entre ceux qui leur paraissent urgents et ceux qui semblent pouvoir attendre.

En réalité, cette décision apparaît, à l’heure où le gouvernement entend diminuer une nouvelle fois les cotisations sociales en les remplacant partiellement par la taxe carbonne, comme un impôt pesant sur les malades.

Ce mode de financement de notre protection sociale, assis sur le modèle assurentiel, est contraire à l’esprit du Conseil National de la Résistance, qui, au sortir de la guerre a su inventer un modèle unique au monde, reposant sur la solidarité. Progressivement, loi après loi, le Gouvernement déconstruit ce modèle social, et espère transférer la majorité des dépenses de santé de la sécurité sociale vers les mutuelles complémentaires, comme l’atteste par ailleurs l’impôt sur les mutuelles levé l’an dernier à l’occasion du PLFSS pour 2009.

Mais ce transfert vers les mutuelles repose en réalité sur les capacités financières des françaises et des français eux-mêmes à payer leurs mutuelles. Encore une fois, ce seront les français les plus modestes, ceux qui n’ont pas de mutuelle, qui subiront les effets néfastes d’une mesure reposant plus sur les capacités contributives de chacun, que sur la solidarité nationale entre les malades et les biens portants.

Les Sénatrices et Sénateurs du groupe CRC-SPG s’opposeront à toutes tentatives législatives allant dans ce sens.

Commentaire :

Cette nouvelle attaque de la droite contre nos acquis sociaux va dégrader encore un peu plus l'offre de soin déjà mal en point dans notre pays.

Raison de plus pour retrouver le chemin de la mobilisation sociale !

Sur les questions de santé, les communistes de l'Eure répondent présents. Samedi 12 septembre, sur le stand de l'Eure à la Fête de l'Humanité, aura lieu un débat sur la situation de la santé en Normandie à 17 h 30 avec des responsables des comités de défense des hôpitaux publics de l'Eure, un responsable syndical des urgentistes et un député de Seine-Maritime.

Ne laissons pas une minorité de nantis spéculer sur la santé des dizaines de millions de salariés que nous sommes !

Solidaire
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 08:25
Depuis la chute du mur de Berlin, que n'entend t-on nos grands défenseurs de la démocratie s'élever contre le Communisme, désormais rabaissé au niveau du nazisme à la demande de la droite conservatrice européenne !

S'il est inutile et malhonnête de nier les dérives autoritaires des régimes qui se revendiquaient du socialisme, il est important de garder en mémoire que ceux qui critiquent ces régimes sont d'ardents défenseurs du système capitaliste. Etre juge et partie n'est jamais un signe de neutralité.

Et puisque du côté des profiteurs, on tire à boulets rouges (un comble !) sur le communisme, pourquoi ne devrions-nous pas mettre le capitalisme devant ses réalités ?

Deux exemples comparatifs : les "démocraties" occidentales critiquent beaucoup le "régime" vénézuelien et son président Hugo Chavez mais saluent constamment la démocratie étatsunienne ; avec les vingt ans de la chute du mur de Berlin reviennent les images d'est-allemands morts en essayant de passer le mur mais on ne nous parle pas beaucoup des milliers de clandestins qui meurent chaque année en voulant pénétrer la forteresse européenne.

Hugo Chavez : le seul dictateur élu et ayant une presse d'opposition

Depuis plusieurs années, médias et défenseurs auto-proclamés des Droits de l'Homme (genre BHL ou Gluckstein) dénoncent le régime vénézuelien. A la suite des Etats-Unis, ils présentent Chavez comme un leader populiste qui ne respecterait pas les Droits de l'Homme et musèlerait l'opposition.

Curieux dictateur que ce Hugo Chavez ! Réélu à chaque élection lors de campagnes électorales considérées comme honnêtes et transparentes par tous les observateurs internationaux (ONU, OSCE) et possédant une presse d'opposition tellement importante (toutes les chaînes télé privées et de nombreux journaux et radios) qu'il a dû lancer Telesur pour s'assurer un accès médiatique plus "favorable" !

De l'autre côté de l'échiquier sud-américain, la Colombie pro-américaine est le pays des narcotrafiquants, des groupes paramilitaires d'extrême-droite, de la corruption au plus haut sommet de l'Etat. Des centaines de colombiens, syndicalistes, militants de gauche et journalistes, sont assassinés tous les ans dans l'indifférence générale des médias français. Bah oui ! La Colombie est une démocratie puisqu'elle défend la libre concurrence et la propriété privée !...

Quant au phare de la démocratie occidentale, les Etats-Unis, on peut se poser des questions.

Si je vous parle d'un pays qui pratique la torture de manière illégale, qui enlève des ressortissants étrangers, où sévit la peine de mort et dont les chefs de l'Etat sont élus alors qu'ils ont moins de voix que leur opposition et que la fraude électorale à grande échelle est avérée ? Si je vous parle d'un pays connu pour fomenter des coups d'Etat à l'étranger et pour financer des organisations jugées terroristes ? Classeriez-vous ce pays dans la catégorie des démocraties ?

Et pourtant il s'agit bien des Etats-Unis ! La réélection de Bush en 2004 s'est effectivement déroulée dans des conditions douteuses (rappelez-vous du décompte des voix en Floride dont le gouverneur était le frère de Bush !) et avec, au final, un décompte des voix défavorable à Georges Bush ! Même lors du dernier scrutin, des centaines de milliers de citoyens américains ont été radiés sur demande d'organisations pro-républicaines sur des critères fallacieux et sans qu'ils le sachent. Evidemment, il s'agissait de noirs ou de latinos plus favorables à Obama.
Quant aux coups d'Etat, pas besoin de dessins. Sur les organisations "terroristes", parlons d'Al Qaeda du temps de l'Afghanistan socialiste, par exemple.

Le mur de l'argent tue plus que le mur de Berlin

Autre élément de la propagande occidentale, la dénonciation des victimes du mur de Berlin.

Avec le vingtième anniversaire de l'annexion de la RDA par la RFA, nous avons droit actuellement à des piqûres de rappel sur la monstruosité que constituait cette RDA. Ilest vrai que ces rappels sont nécessaires puisque même la population de l'ex Allemagne de l'Est ne semble pas convaincue de la nocivité des régimes socialistes (relire : Une majorité d’Allemands de l’Est nostalgiques de l’ex-RDA  ).

Alors, pour nous convaincre que la RDA c'était vraiment pas bien, les médias nous ressortent des images d'archives où on voit des citoyens allemands (des deux Allemagne, d'ailleurs) s'attaquer au mur sous le regard médusé de méchants policiers et militaires est-allemands qui ne tentent nullement de les en empêcher. Etrange dictature ?

Au final, de 1961 à 1989, ce sont 200 citoyens est-allemands qui sont morts en tentant de passer ce mur.

Et depuis 1988, ce sont environ 1 500 citoyens du monde qui meurent CHAQUE ANNEE aux frontières de l'Europe en tentant de pénétrer la forteresse capitaliste, chiffres officielles. Parmi eux, tous ne sont pas noyés dans des embarcations surchargées en Méditerranée, boat-people modernes ; de nombreux citoyens sont morts tués par balle, notamment sur les marches orientales du royaume de la consommation.

J'utilise volontairement le terme de "citoyens". Les autorités parlent de "clandestins", terme choisi pour stigmatiser ces humains en quête d'un avenir meilleur et les sortir de la communauté des Hommes. Un peu comme ci la RFA avait parlé de "clandestins" à propos des est-allemands qui tentaient de passer le mur et les avait elle-même refoulés.

Mais, sur ce sujet aussi, il y a deux poids-deux mesures.

D'un côté de pauvres est-allemands qui fuient une dictature sanguinaire communiste, de l'autre des "clandestins", sorte de délinquants modernes qui viennent à notre insu faire on ne sait pas trop quoi mais certainement pas du bien.

Confusion volontaire

Dans le domaine de la propagande, le choix des termes est important.

En stigmatisant constamment les régimes politiques qui sortent de la norme capitaliste, les responsables politiques et économiques de nos régimes tentent de faire passer l'idée que démocratie et libéralisme sont intimement liés.

Nos grands démocrates entretiennent ainsi volontairement la confusion entre nature politique et nature économique de l'Etat.

Ainsi, être démocrate signifierait être partisan de la propriété privée des moyens de production, défendre la libre circulation des capitaux et des marchandises et vouloir la concurrence libre et non faussée, dogmes du capitalisme libéralisé actuel.

Au contraire, exiger que les secteurs vitaux de l'économie soient sous contrôle de la collectivité (l'Etat) ou, du moins régulés, exiger que la répartition des richesses tienne compte des besoins et des efforts de chacun, tout cela ferait de vous un dangereux dictateur potentiel.

La privatisation de la santé et de l'éducation ? C'est pour le bien de la démocratie voyons !
Les délocalisations et la casse des avantages sociaux ? C'est parce que nous sommes des démocrates !
La déforestation en Amazonie, le développement anarchique de l'automobile et de la société du gaspillage ? Ce sont les Droits de l'Homme, pardi !

Et si vous n'êtes pas d'accord, nos grands démocrates finiront par vous mettre en prison : on ne doit pas s'opposer au rouleau compresseur de la démocratie ! Les irakiens et les afghans en savent quelque chose.
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 08:00
Depuis le 24 août 2009,  Housseb (6 ans) et Liana (8 ans)  MOVSISSIAN sont enfermés avec leurs parents au centre de rétention de Oissel. Ils ne mangent plus  et sont malades.


Cette famille arménienne / azérie a été arrêtée le 24 Août au matin dans la chambre d'hôtel qu'elle occupe à Vernon.  

Arrivés en France en 2006, Monsieur et Madame Movsissian   ont été déboutés du droit d’asile.

Quand ils ont reçu une Obligation de Quitter le Territoire, ils n'ont pas compris.


Housseb et Liana  devaient et doivent  rentrer jeudi   au CP et en CE1 : à l'école  du Château Saint Lazare de Vernon. Ils y sont parfaitement intégrés, et parlent  français.



Le juge des libertés qui les a
maintenus  en rétention  stipule que » le centre de rétention est "un endroit adapté aux familles et   que  si les enfants manquent la rentrée des classes en France, ils pourront la faire dans leur pays natal ". C'est faire peu de cas du Droit des Enfants et des conséquences traumatiques générées par cette succession de situations dramatiques: l'arrestation, la rétention et l'éventuelle expulsion.


La place des enfants n'est pas  au centre de rétention.


Le droit à l’éducation est un droit fondamental. La place de ces fillettes est à l’école.


Il faut que Housseb et Liana fassent leur rentrée, dans leur  classe,  le 3 Septembre, avec  leurs camarades, afin d'y poursuivre les apprentissages fondamentaux dans lesquels elles sont engagées depuis plusieurs années avec courage et motivation ...


C’est  pourquoi  nous demandons à Madame la Préfète de l'Eure, d’user de son pouvoir discrétionnaire  et de donner les instruc
tions nécessaires pour faire libérer  cette famille,  de toute urgence, pour des raisons humanitaires.

Pour signer la pétition en faveur de leur libération :
http://www.educationsansfrontieres.org/article21983.html

 CE SOIR, LUNDI 7  SEPTEMBRE A 18 Heures : RASSEMBLEMENT DEVANT LA PREFECTURE DE L'EURE

Commentaire :

Voilà la France des Droits de l'Homme façon Sarkozy !

On condamne les Contis qui défendent leur emploi, on emprisonne des enfants mais on laisse des financiers couler notre économie, des actionnaires mettre à la rue des centaines de milliers de salariés et leurs familles, on accorde généreusement une amnisitie déguisée à 3 000 fraudeurs fiscaux qui ont des comptes en Suisse mais les innocents, les honnêtes sont condamnés.

Question de valeur !

Solidaire


Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 11:23
Des millions d’enfants et d’adolescents retrouvent aujourd’hui le chemin de l’école. Je tiens à souhaiter à chacun d’eux, ainsi qu’aux personnels de l’Education nationale, une excellente nouvelle année scolaire.


On le sait, cette rentrée s’annonce très difficile. Avec 60 000 enseignants en moins dans les classes depuis 2003, les classes seront encore plus chargées... et le temps disponible de chaque enseignant pour suivre chaque enfant plus réduit.


Derrière les beaux discours, la réalité est là : la droite organise la pénurie de cours et d’enseignants quitte à sacrifier l’avenir du plus grand nombre. C’est un véritable scandale. Comment alors ne pas partager l’inquiétude des parents qui se demandent si leur enfant aura demain toutes les connaissances, les diplômes, les qualifications ouvrant l’accès aux emplois de son choix ?


Face au choix de l’appauvrissement de l’Education nationale et de sa soumission aux principes libéraux de la marchandisation du savoir et de la concurrence entre établissements, il y a urgence à imposer un autre chemin pour l’école. Un chemin visant la construction de chaque individu, son épanouissement, l’éducation de son esprit critique, son insertion dans le monde professionnel : c’est bien la réussite de tous et toutes que nous devons viser.

Pour cela, l’école doit redevenir une priorité pour notre société ; des moyens conséquents doivent être mobilisés pour lutter contre les inégalités scolaires : 150 000 enseignants et 45 000 personnels d’encadrement doivent être recrutés en cinq ans ; un fonds national contre les inégalités scolaires doit être mis en place pour assurer la réussite de tous et toutes.


C’est le sens de la bataille que les communistes lancent pour cette rentrée, aux côtés des enseignants et des parents d’élèves, pour changer l’école et en faire l’affaire de chacun d’entre-nous.


Marie-George Buffet

députée, secrétaire nationale du PCF

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 08:51

Vendredi 11 septembre s'ouvrira la nouvelle édition de la Fête de l'Huma, au parc du Bourget.

L'édition 2008 avait battu des records d'affluence avec près de 600 000 visiteurs.

Cette nouvelle édition s'annonce de la même veine avec de nombreux concerts.

Rien que la journée du vendredi, avec les concerts de Cocoon, Keziah Jones et Manu Chao, devrait faire le plein.
Samedi, ce sont Maxime Le Forestier, Les Wampas, Arthur H, The Kooks et Deep Purple qui animeront la scène principale de la Fête de l'Humanité.
Dimanche, changement d'ambiance avec la 2ème symphonie de Rachmaninov par l’Orchestre Français des Jeunes / Radio France, Julien Clerc puis Mellino, chanteur des Négresses vertes, groupe emblématique des années 80.

La Fête de l'Huma, ce sont aussi des dizaines de concerts sur les scènes Jazz, Zeb'Rock ou Pays du Nord, sans compter les groupes et chanteurs présents sur certains stands ou, enfin, les bandas qui égaient les allées de l'Espace Midi.

Cette grande fête est avant tout populaire. On est loin de Neuilly, du XVIème arrondissement des Rolex et du bling-bling ! L'Huma, c'est la fraternité, l'égalité et la solidarité par delà les générations, les sexes et les origines ethniques.

Sur la Fête, vous trouverez des stands de nombreux pays du monde, depuis l'Irlande ou l'Allemagne jusqu'au Vénézuela, la Chine ou l'Afrique du Sud. Vous trouverez aussi des stands d'associations de lutte contre le SIDA, contre la pauvreté, contre le racisme, et des espaces consacrés aux livres avec des dizaines d'écrivains, connus et à connaître,...

Enfin, l'Huma s'est un journal qui assume ses choix politiques, communistes. La Fête est aussi l'occasion de rencontres, de discussions spontanées ou de débats organisés sur les centaines de stands des départements et communes de France.

Les communistes de l'Eure vous accueilleront sur leurs 5 stands : stand départemental de l'Eure, stand d'Evreux, stand de Pont de l'Arche - Val-de-Reuil, stand Risle-Charentonne et stand de Vernon.

Autour d'un verre, de cochon grillé (Pont de l'Arche), d'une part de tarte (Evreux), pendant la tombola (Risle-Charentonne), lors d'une dégustation de "Noyau de Vernon" (Vernon) ou simplement en passant, venez discuter avec les communistes de votre coin !

Ah oui !...

Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, chez les cocos on se tutoie !


Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 09:09
Seize ministres et secrétaires d’État en exercice ont répondu à l’invitation de Laurence Parisot.

Eux aussi recherchent sans doute des mondes nouveaux.

On notera également la présence du président du groupe UMP à l’Assemblée, Jean-François Copé, d’un vice-président de la Commission européenne Jacques Barrot, d’un ancien premier ministre UMP Alain Juppé et de l’inévitable conseiller spécial du président, Henri Guaino.
Côté anciens ministres, les socialistes Laurent Fabius, Hubert Védrine et Michel Rocard complètent la galerie. Jacques Voisin (CFTC), Bernard Van Craeynest (CGC) et Jean-Claude Mailly (FO) sont également de la partie.

Cherie Blair, la femme de l’ancien premier ministre britannique, l’ancien président polonais Lech Walesa, la présidente de la Lituanie Dalia Grybauskaité, l’ancien otage Clara Rojas et le président du patronat russe comptent parmi les invités étrangers.

On notera aussi le traitement médiatique complaisant et important de cette université d'été. L'occasion pour Laurence Parisot de botter en touche sur la question des sommes faramineuses que touchent les dirigeants d'entreprises : "ce n'est pas eux qui sont la cause de la crise !" Ben voyons ! C'est de la faute des salariés ?

Dans ce marigot patronal, il n'est pas étonnant de voir autant de représentants de la droite. Plus triste est la présence de représentants syndicaux ou socialistes.

Le congrès de la CGT est prévu en fin d'année. Il est fort probable que les médias ne seront pas aussi présents ! Au service de grands groupes capitalistes, il est aussi fortement probable que le ton sera plus incisif, critique pour ne pas dire assassin.

Pour s'en convaincre, il n'est qu'à voir le traitement médiatique de l'université d'été du PCF (28-29-30 août dernier). Vous n'en avez pas entendu parler ? Tiens ! Tiens !...
Pourtant, ce sont 500 militants, cadres et élus, qui ont participé à ces trois jours. Et le PCF est le troisième parti de France en terme d'élus (députés, sénateurs, députés européens, conseillers généraux, régionaux et municipaux), membre d'exécutifs régionaux qui seront à renouveler en 2010.

Dans le débat politique "démocratique" français, les médias nationaux font un formidable travail d'écrémage en faveur des forces dominantes. Espérons que les journalistes auront leurs récompenses !
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article