Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 12:52

Un sondage réalisé par l’institut Harris en Europe, aux USA, au Japon et en Chine, montre qu’une importante majorité réclame une augmentation de l’impôt pour les plus riches, avec 56% des britanniques, 65% des espagnols, 62% des américains qui sont de cet avis. Les résultats sont encore plus marqués lorsqu’il s’agit d’évaluer le fossé séparant riches et pauvres, jugé trop important par 76% des espagnols, 85% des français et 87% des allemands.


 Contre Info, 22 mars 2009


Une majorité, allant de 51% en France à 77% au Japon, estime que les gouvernements devraient imposer davantage les plus riches.

Les deux tiers des sondés ou plus, de 61% aux USA à 90% en Chine, réclament une baisse d’impôts pour les bas revenus.

Une écrasante majorité, de 76% en Espagne à 87% en Allemagne, juge trop important le fossé entre riches et pauvres, et un nombre comparable s’attend à ce que ce fossé s’élargisse dans les cinq ans qui viennent.

Interrogés sur les perspectives d’évolution des prix de l’immobilier, Ils sont 55% en Angleterre, 48% en Espagne et 47% aux USA a s’attendre à les voir baisser, mais seulement 23% en France et 25% en Italie à partager cet avis.


Résultats :

Le fossé entre riches et pauvres est-il trop large, insuffisant, adéquat ?
Réponse : trop important.

  Grande Bretagne :79% 
  France : 85% 
  Italie : 82% 
  Espagne : 76% 
  Allemagne : 87% 
  Etats-Unis : 78% 
  Chine : 80% 
  Japon : 64%

Seulement 1 à 2% des sondés estiment ce fossé insuffisant, à l’exception notable du Japon où ce chiffre atteint 8%.


Le fossé entre riches et pauvres va-t-il s’élargir, se réduire, ou rester constant dans les cinq ans ?
Réponse : s’élargir

  Grande Bretagne :78% 
  France : 85% 
  Italie : 76% 
  Espagne : 75% 
  Allemagne : 89% 
  Etats-Unis : 74% 
  Chine : 60% 
  Japon : 81%


Le gouvernement devrait-il taxer les riches plus, moins, ou rester au niveau actuel ?
Réponse : plus

  Grande Bretagne :56% 
  France : 51% 
  Italie : 59% 
  Espagne : 65% 
  Allemagne : 64% 
  Etats-Unis : 62% 
  Chine : 60% 
  Japon : 77%


Contre Info, avec Harris
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 10:01
Ah l'Amérique ! Le rêve américain ! ...

Le grand modèle de société de tout homme qui aspire au bonheur et à la démocratie en a pris un sacré coup deriière la tête depuis quelques années. La crise a fini de briser l'image d'Epinal qu'on voulait bien nous donner des Etats-Unis.

Il y avait bien eu Guantanamo et l'Irak, Georges Bush, les exécutions capitales et les attentats du 11 septembre.

Depuis début 2008, la crise s'annonçait mais politiques et économistes ont joué l'autruche pour ne pas voir la catastrophe arriver. Il est vrai qu'au début, elle ne concernait que des ménages pauvres endettés jusqu'au cou par l'achat de leur maison et qui se retrouvaient à la rue faute de pouvoir rembourser. C'était la crise des subprimes.

C'est d'ailleurs curieux que Sarkozy n'en parle plus, lui qui vantait ce système de crédit lors de la campagne des présidentielles ?

A l'automne 2008, l'effondrement du marché immobilier a entrainé l'effondrement du marché du crédit immobilier. L'effondrement du marché du crédit immobilier a entrainé l'effondrement du marché du crédit, en général, puis l'effondrement des établissements de crédits puis celui des banques.

Au final, c'est toute l'économie qui en a pris un coup dans la figure.

Retraite par répartition contre retraite par capitalisation

Pour sauver les actionnaires des banques et les spéculateurs, les grands argentiers publics (les Etats) ont investi des centaines de milliards d'euros d'argent public, tiré des poches des contribuables, pour renflouer des caisses privées mises en faillite par d'honorables truands en cols blancs.

Mais si banques et spéculateurs ont été sauvés, qu'en est-il des sommes versées par les particuliers ?

On en parle peu mais les fonds de pension des retraités américains ont fondu comme neige au soleil !

Ces fonds de pension qui servent à couler nos entreprises pas assez juteuses et à licencier des centaines de salariés à chaque fois, ces fameux fonds de pension ont perdu de leur superbe avec la crise.

Fin 2008, les fonds de pension américain avaient perdu déjà 2 000 milliards de dollars en 18 mois ! Oui, vous lisez bien : 2 000 milliards de dollars !

Et ces fonds de pension, c'est le système américain de retraite : le système par capitalisation que la droite souhaite instaurer en France à la place de notre système par répartition.

Le système par répartition repose sur un mécanisme de solidarité : les actifs et les entreprises paient des cotisations qui servent à financer les retraites de ceux qui ont cotisé avant eux.

Le système par capitalisation, c'est chacun pour soi : celui qui peut mettre de l'argent de côté place cet argent dans un fonds spéculatif que la banque place en Bourse ; l'objectif est la rentabilité maximale.

Avantages du système par capitalisation pour les partisans du libéralisme :
- les entreprises ne sont plus obligées de cotiser, la démarche est "volontaire" ;
- l'argent géré par répartition ne "travaille" pas puisqu'il est immédiatement redistribué alors que l'argent géré par capitalisation sert à la spéculation boursière et rapporte aussi des dividendes aux banques et fonds qui les gérent.

Aujourd'hui, les salariés américains qui avaient des revenus suffisants pour économiser en vue de leur retraite se retrouvent sans rien ! Des retraités se retrouvent sans ressources !

C'est ce système à l'américaine que souhaitent mettre en place la droite française par le biais des réformes de la retraite et des réformes fiscales en faveur des systèmes de placement.

Aujourd'hui, l'UMP et le MODEM font mine de vanter les mérites de notre système.

Comme le loup dans la fable des trois petits cochons, ne nous faisons pas avoir ! Laissons la porte fermée !

Les syndicats et militants de gauche, comme les communistes, qui se sont mobilisés pour défendre nos régimes de retraite ont été clairvoyants.

L'actualité aujourd'hui, face à la crise, c'est de renforcer notre système social en revenant sur les réformes, comme la réforme Juppé de 1995, qui ont affaibli notre régime de retraite, la Sécu, l'indemnisation des chômeurs et le système de santé !
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 09:05
Qui a entendu parler du Front de Gauche dans les médias ?

Si vous n'êtes pas de ceux qui restent  jusqu'à pas d'heure devant votre télévision ou près de votre radio pour suivre les émissions politiques, vous n'aurez certainement que peu de chances de voir ou d'entendre un représentant du Front de Gauche.

Pourtant, voici une liste innovante !

Alors que le peuple français sombre dans le marasme économique et subit une régression sociale historique, plusieurs partis de gauche se sont regroupés pour faire front face à ces attaques de la droite et du patronat.

A l'initiative du Parti Communiste, le tout nouveau Parti de Gauche de Jean-Luc Mélanchon s'est rapidement engagé dans la démarche. Puis, alors que se constituait le NPA et que celui-ci, finalement, optait pour la course en solitaire, une frange du NPA décide de rejoindre le Front de gauche et créé la Gauche Unitaire. Puis ce sont des cadres et militants chevènementistes qui lancent Socialisme et République pour rejoindre le mouvement. Y participent aussi des personnalités comme Léïla Chahid, porte-parole de la Palestine en France, de nombreux acteurs du mouvement social (Renault, Hôpitaux, Education, Poste,...) et du milieu altermondialiste comme Bernard Cassen et d'autres responsables d'ATTAC...

Et la semaine dernière, ce sont 41 économistes reconnus qui publiaient une lettre pour appuyer le Front de Gauche et justifier une nouvelle politique économique et sociale !

Le Front de Gauche se veut le pendant politique du mouvement social unitaire en cours.

Le Front de Gauche dérange. Avec deux députés européens sortants, riche de la troisième force politique française en termes d'élus (le PCF) et de fortes personnalités médiatiques, on devrait voir le Front de Gauche dans les médias. Que nenni !

Qu'importe ! La campagne de terrain continue !

Dans notre circonscription, ce sont 1 500 personnes qui ont participé au lancement de la campagne à Lille le 14 mars,  400 à Caen le 31 mars, plus de 700 à Rouen le 26 mai dernier ! ...

Les communistes et adhérents du parti de gauche étaient de toutes les manifs ces derniers mois avec près de 370 communistes le 19 mars. Nous étions les seuls militants politiques présents pour la journée d'action du 26 mai !

Et les distributions de tracts dans les quartiers, sur les marchés se suivent. Les réunions publiques, les repas avec débats connaissent une grande réussite comme à Gisors, Evreux ou Brionne il y a quelques temps.

A Saint André hier soir, nous sommes repartis remontés à bloc pour la fin de campagne !

Nous nous retrouverons sur le marché de Saint André, vendredi 5 juin, dès 9 h 30.

Le Front de Gauche n'est peut-être pas médiatisé mais il continue son chemin, sur le terrain, dans nos quartiers, nos villes et nos villages.

Chaque sondage qui passe attribue au Front de Gauche 0,5 % ou 1 % de plus.

Le 7 juin au soir, l'événement risque bien de se situer à gauche !

La gauche anti-libérale, la gauche du NON au traité de Lisbonne, la gauche pour une Europe sociale va créer l'événement le 7 juin !

Participez à cette grande soirée ! Votez et faites voter Front de Gauche !

Manifestation du 29 janvier 2009, cortège PCF

Manifestation du 19 mars - Cortège PCF

Michèle Lequilerier, factrice et candidate de l'Eure aux européeenes
Jacky Hénin, eurodéputé sortant et tête de liste du Front de Gauche


700 personnes au meeting de Rouen le 26 mai
Repost 0
Published by Andrée Oger - dans Dans le département
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 13:28
Il aura fallu attendre six mois pour que le Parquet de Paris jette l'éponge dans ce qu'on a appelé "l'affaire de Tarnac".

Et encore ! Julien Coupat devra demeurer en Ile de France, payer une rançon une caution, rendre son passeport,...

Ce qui ressemble de plus en plus à une pure manipulation politique semble prendre la voie de la farce. Farce policière, juridique et politique.
Quelques heures seulement après leur arrestation, il semblait clair pour tout le monde que le dossier des jeunes de Tarnac était vide : aucune preuve de leur présence sur les lieux du délit, aucun message ou courrier qui prouverait une quelconque vélléité "terroriste", pas de capacité technique ni de matériel pour réaliser des sabotages de caténair considérés par les techniciens SNCF comme très complexe et ..., le plus drôle de tout, une revendication des milieux antinucléaires allemands ! !

Le grand complot  terroriste sans victime levé par Michèle Alliot-Marie s'avère n'être qu'une baudruche gonflée par les services de communication de son ministère.
Ce qui est dommage pour le gouvernement, c'est qu'il ne se rend pas compte que la majorité de l'opinion ne croit plus en leur culpabilité et que ressortir cette histoire à la veille d'élections ne servira probablement pas à galvaniser la frange sécuritaire de l'électorat sarkozyste.

Après Tarnac, la droite va débusquer les terroristes jusque dans les chiottes ... des écoles !

Pour stimuler son électorat, le gouvernement s'appuie donc sur un deuxième ressort sécuritaire : celui de la peur de la jeunesse.

Faisant croire à une situation de guerre permanente dans les écoles et les collèges, l'équipe à Sarkozy parle de mener des fouilles à l'entrée des écoles, de mettre des portiques de sécurité, voire même de créer une sorte de brigade mobile spécialisée, des CRS pour gamins, en quelque sorte.

Et non ! Nos enfants ne vivent pas l'enfer dès qu'ils vont à l'école ! Rackett, viols, agressions au couteau et vandalismes ne sévissent que dans les fantasmes des conservateurs qui rêvent d'un monde blanc, aux cheveux courts et fréquentant l'église tous les jours.

L'utilisation de l'arme sécuritaire pour faire sa promotion électorale est habituelle à droite mais reste dégueulasse.

Non seulement, elle cache les causes des vrais problèmes de sécurité que vivent certains de nos concitoyens, mais elle stigmatise une partie de la population, notamment celle sui souffre justement de cette violence, pour servir les intérêts électoraux de certains hommes politiques.

On met des grilles, des caméras et des flics un peu partout mais qui s'attaque à la délinquance financière des spéculateurs et des paradis fiscaux ? Qui s'attaque à la violence sociale que sont le harcèlement professionnel, la précarité et le chômage ? ...

Les communistes et le Front de Gauche aimeraient bien que l'on parle de cette insécurité sociale et des responsables politiques et économiques de cette situation !

Mais ceux qui font les lois et contrôlent la police ne souhaitent pas se mettre eux-mêmes en accusation, évidemment ! Car c'est bien dans les rangs de la droite et des beaux quartiers que se cachent les véritables délinquants, ceux qui ruinent l'Europe, détruisent notre économie et pollue notre environnement avec leur libéralisme, leur loi du marché et leurs délocalisations.
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 08:49
Plus de 200 milliards d'euros d'argent publique ont été trouvés en fin d'année pour sauver le système financier mis en faillite par nos "grands" banquiers !
Plus de 6 milliards d'euros d'argent publique sont venus au secours de l'industrie automobile !
15 milliards d'euros de cadeaux fiscaux sont offerts tous les ans aux foyers aux plus hauts revenus !

Tout cet argent pour quel résultat ?

La courbe du chômage s'affole. L'Unédic annonce 639 000 chômeurs de plus en 2009. Les entreprises multiplient les licenciements boursiers. Des hauts gradés de l'UMP lancent des ballons d'essais sur le travail dominical, le travail en période congé maladie ou congé maternité.

Nous ne devons pas payer leur crise !

La droite française s'appuie sur les directives européennes pour casser nos acquis sociaux ? Retournons leur l'Europe dans les dents !

UMP, Modem, PS, Radicaux de gôche, Verts ont voté en faveur du Traité Constitutionnel Européen, Droite, Modem et radicaux ont même été jusqu'à trahir le vote des français contre le TCE le 29 mai 2005. Rappelons-leur leur vote pour ses élections européennes !

Communistes, socialistes du NON (Parti de Gauche), NPA unitaires, acteurs du mouvement social, nous avons constitué un Front de Gauche qui s'oppose à la ratification du traité ultralibéral de Lisbonne et qui portera les intérêts des salariés à Bruxelles !

Avec 41 députés européens au sein du groupe de la Gauche Unitaire Européenne, nous avons pu avertir de l'arrivée du TCE, nous opposer à la directive Bolkenstein, à la directive portuaire et à l'allongement de la semaine de travail à 65 heures !

Le 7 juin, ne laissons pas les partisans du libéralisme emporter ces élections !

Contre l'abstention, contre le libéralisme et pour une Europe des peuples, renforçons le seul groupe de gauche qui se batte pour les travailleurs européens : votons et faisons voter Front de Gauche !
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 09:21
Alors que partout en France le personnel hospitalier continue de se mobiliser, le département de l'Eure est en pointe dans la contestation de la réforme bachelot et le fameux projet de loi "Hôpital, patients, santé, territoire".

Les communistes sont présents sur tout les fronts pour préserver notre système médical et garantir partout l'accès à une médecine de qualité pour tous.

Notre département, et particulièrement nos cantons semi-ruraux, sont particulièrement affectés par la désertification médicale. Il est déjà difficile d'obtenir un rendez-vous pour certaines spécialités médicales dans notre secteur et sur Evreux. Que se passera t-il quand se seront des spécialités hospitalières complètes, telles les maternités, qui fermeront ?

Faudra t-il aller à Rouen ou Paris pour se faire soigner ?

Le regroupement des hôpitaux de Vernon et Evreux est à ce titre une aberration. Où est la logique territoriale dans ce regroupement ? Vernon et Evreux sont deux bassins de vie différents et tout eurois qui a afit le trajet entre les deux villes sait ce qu'il en est. C'est pourtant ce trajet que font parfois plusieurs fois par jour des membres du personnel de ces hôpitaux ! Pour les patients, cette question de trajets peut paraître anecdotique mais elle traduit le caractère purement administratif des décisions prises.

La logique comptable a pris le dessus sur les aspects médicaux et de carte sanitaire. Ces regroupements permettent de supprimer des postes ou des services complets dans les hôpitaux (35 suppressions de postes à Vernon !) avec, comme règle de calcul, une tarification à l'activité (T2A) faussée qui met l'hôpital public dans le rouge.

A court terme, ce sont des services complets qui risquent de fermer, comme les "petites maternités", mais aussi des services qui seront regroupés sur un seul site. Et tant pis pour les patients !

La riposte s'organise partout dans le département. Les communistes sont souvent à l'initiative comme avec le comité de défense de l'Hôpital de Gisors qui a rassemblé plus de 400 participants à un débat sur l'avenir de l'hôpital il y a à peine dix jours. les militants et élus communistes sont également très présents ailleurs dans le département comme à Vernon, avec nos élus municipaux, ou à Evreux.

Dernier fait d'armes : le rejet du budget de l'Hôpital Evreux-Vernon lundi 18 mai. Les représentants communistes au Conseil d'administration (Christian Jutel, conseiller régional, France Maisse, conseillère municipale d'Evreux, et jean-Luc Lecomte, conseiller municipal de Vernon) ont mené la fronde contre un budget qu'ils qualifient d' "aberration" avec un déficit d'emblée annoncé à 6 millions d'euros.

Les communistes ne laisseront pas démanteler le service public hospitalier au profits de cliniques qui ne feront que des actes lucratifs pour des patients qui auront les moyens de payer.

 L'Hôpital, comme l'Ecole, EDF, La Poste et d'autres, est un service public qui doit rester accessible à tous quelque soit le secteur où il vit et quels que soient ses revenus,
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 16:12
On ne s'étonne plus de rien !

Après les nombreux transferts du PS vers l'UMP de ces derniers mois, Allègre en dernier, voici que José Bové retourne à son tour sa veste !

Nous étions nombreux à dénoncer l'étrange équipage qui mène le chariot écolo pour ces élections européennes : Cohn-Bendit, l'écolo ultra-libéral partisan du OUI au référendum sur le Traité Constitutionnel Européen en 2005 en tête de liste (lire  L'écologie est incompatible avec le capitalisme ! ), Eva Joly, juge antiterroriste et écolo pour l'occasion, José Bové, ex-leader paysan et l'un des chefs de file de la campagne du NON de gauche à ce même référendum.

La campagne écolo à fond proeuropéenne avait déjà de quoi surprendre ceux qui ont connu tant d'écolos mené campagne pour le NON en 2005 et critiquer le poids des lobbies économiques et industriels dans l'institution européenne.

Par deux fois et avec exactement la même formule (merci l'agence de com' des Verts !), José Bové a pris à rebrousse-poil tous ceux qui avaient crû en lui : «J'ai voté non au Traité constitutionnel mais je n'ai pas fait campagne. Une campagne très écoutée au nom de vieux principes archéo-souverainistes qui nous ramèneraient au repli identitaire sur l'État-Nation» ( dans «Un Paysan pour l'Europe», livre paru le 7 mai et dans "Politis" de cette semaine)

Bové reprend texto le scandaleux slogan ouiouiste de l'époque : partisan du NON = gros fachos.

Plus gênant, il ment.

Pas fait campagne, José Bové ?

Oubliés les innombrables meetings du Non de gauche à nos côtés, avec Marie-George Buffet, Jean-Luc Mélanchon et Olivier Besancenot ? Oublié le zénith du Non de gauche à Paris? Oubliées les interventions communes lors de rassemblements de salariés, par exemple à la gare Saint Lazare ou à la gare de Lyon ? Oubliées ses nombreuses interventions de campagne dans les médias, à commencer par son intervention dans les spots télévisés de la campagne officielle, sur le temps de parole du PCF ? Oubliées enfin ses propres passes d'arme contre Cohn-Bendit à l'époque, comme à Maraussan dans l'Hérault le 29 avril 2005 ?....

Soit Bové commence à souffrir d'importants troubles de la mémoire et c'est inquiétant, vu son âge. Ou bien il ment.

Je penche plutôt pour l'option du mensonge.

Navrant !
Repost 0
Published by Andrée Oger - dans En France
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 09:19
Salaires . Selon une étude de la DARES, le nombre de salariés payés au minimum a clairement augmenté dans le privé en 2008.


Au 1er juillet 2008, date de la dernière revalorisation du salaire minimum, la France comptait 3,4 millions de salariés payés au SMIC (8,71 euros de l’heure, brut). Ils étaient 2,19 millions dans le seul secteur privé (hors intérim), soit 14,1 % des effectifs, contre 12,9 % en 2007. Cette nette augmentation de la proportion de smicards est imputable à un double mouvement, selon une étude du ministère de l’Emploi (DARES) : d’un côté, une augmentation du SMIC en 2008 (3,2 %) plus élevée qu’en 2007 (2,1 %), du fait de l’évolution de l’inflation sur laquelle le salaire minimum est indexé ; de l’autre, des hausses « moindres » des salaires de base, qui ont « progressé moins vite que les prix » dans la même période. Ainsi nombre de salariés ont-ils été « rattrapés » par le SMIC. Si les effectifs des smicards ont sensiblement augmenté, la faute n’en incombe donc pas, contrairement à la propagande du patronat et de la droite qui rêve d’en finir avec cette garantie, à une trop forte hausse du SMIC, celui-ci ayant simplement vu son pouvoir d’achat maintenu, mais aux politiques de « modération » qui ont conduit à un tassement des rémunérations se situant au-dessus du minimum.


Selon la DARES, le secteur public comptait 620 000 smicards en 2008 (10,4 % des effectifs). Dans le privé, deux branches concentrent à elles seules plus de la moitié des salariés payés au minimum : le commerce (18,1 %) et les services aux particuliers (33,2 %). Parmi les branches professionnelles qui se distinguent en accusant les plus forts taux de smicards, figurent la restauration rapide (2 salariés sur 3) et les entreprises de propreté (6 salariés sur 10).


L’étude souligne également que les salariés rémunérés sur la base du SMIC horaire « sont particulièrement nombreux au sein des très petites entreprises et parmi les salariés à temps partiel ». Ainsi 1 salarié sur 3 travaillant à temps partiel est payé au SMIC. De même que 30,1 % des personnels des entreprises de moins de dix salariés. Ce pourcentage tombe à 10,5 % dans les entreprises de 10 personnes ou plus, et à 7 % dans celles de plus de 500 salariés.


Le SMIC doit être revalorisé le 1er juillet prochain. Alors que le gouvernement a écarté l’idée d’un coup de pouce, l’ensemble des syndicats estiment qu’une telle mesure serait de nature à contribuer à la relance économique. Singulièrement si elle était répercutée sur les niveaux supérieurs de l’échelle des salaires. La CGT revendique un SMIC à 1 600 euros (brut), pour tenir compte de la hausse réelle du coût de la vie.


Y. H., "L'humanité" du 23 mai 2009


Commentaire :

Pour ces 3,5 millions de smicards et leurs familles, on aurait aimé un "bouclier social" de même ampleur que le bouclier fiscal généreusement octroyé par Nicolas Sarkozy et la droite à leurs amis des beaux quartiers.

15 milliards de cadeaux fiscaux aux plus riches, en ces temps de crise pour les salariés, c'est 15 milliards de trop !

15 milliards d'euros divisés par 3,5 millions de smicards, c'est 4 000 euros par smicard ! Certes, le calcul est simple, voire simpliste, mais la symbolique est grande ! Avec 4 000 euros dans la poche, un smicard va consommer, améliorer son ordinaire, peut-être s'offrir un week-end pas trop loin, en France ? En clair, relancer la consommation !

On aimerait bien savoir à quoi ont servi ces milliards d'euros chez les quelques centaines de milliers de foyers suffisament riches pour bénéficier du bouclier fiscal ? A racheter des actions à la baisse ? A passer une semaine à la Barbade ?...

Pendant que certains s'appauvriussent et que d'autres perdent leur emploi, il en est pour qui le gouvernement travaille à améliorer le sort. Les plus riches ...

Solidaire
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 18:53

Marie-George Buffet, secrétaire nationale du PCF, a appelé mercredi les électeurs de gauche à "transgresser les frontières politiques" le 7 juin comme lors du référendum européen de 2005 et à porter au Parlement européen "les luttes sociales"

Dans un entretien à l'Humanité Dimanche, Mme Buffet lance un appel à la "mobilisation populaire" pour les européennes du 7 juin, afin que le mouvement social "se traduise en réponses politiques". "Notre unité, nos luttes sociales doivent être portées au Parlement européen", dit-elle.

Accusant Nicolas Sarkozy et le gouvernement d'"organiser le silence" sur ces élections européennes, elle assure que, comme lors de la campagne référendaire de 2005 sur la constitution européenne, "l'effort militant et l'effort citoyen briseront ce mur du silence".

"Je voudrais m'adresser aux électeurs et aux électrices du PS, du PRG et du MRC. En 2005, ils ont su transgresser les frontières politiques pour former ce rassemblement extraordinaire qui a fait gagner le non. Je leur dis: faites comme en 2005, transgressez", lance-t-elle.

Selon Marie-George Buffet, dont le parti fait alliance avec le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon pour ces européennes, il ne faut pas "laisser les mains libres en France comme en Europe à ceux qui sont responsables et coupables de la crise".

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 07:32
On imagine bien le dépit des 10 000 voyageurs bloqués sur les quais du côté de Bordeaux. Certains auront certainement pestés contre la SNCF voire, pour les plus libéraux d'entre eux, appelés de leurs voeux la privatisation de la SNCF !

Sauf que l'incident qui a provoqué ce gigantesque chaos est justement dû à une entreprise privée du frêt : un bête accident de tractopelle mal arrimé qui dépasse à l'entrée d'un tunnel !

On peut se féliciter que ce tractopelle ne se soit pas détaché au croisement d'un train de voyageurs !

Si le privé n'a pas l'exclusivité des accidents, les syndicats relèvent que les chiffres des incidents ferroviaires sont en hausse depuis l'ouverture du frêt à la concurrence : manque de formation des personnels, pannes sur les équipements de sécurité, non respect de la signalisation,...

Et oui ! Les économies se font aussi sur la sécurité pour ces entreprises ! Et comme n'importe quel livreur de pizza, le conducteur de frêt est tenu de livrer sa marchandise dans les temps, quitte à forcer un peu le destin, parfois.

La Grande-Bretagne a montré les limites de la privatisation ferroviaire.

En Grande-Bretagne, les transports ferroviaires privatisés depuis longtemps sont parmi les plus chers d'Europe ; faire un voyage en Grande-Bretagne est devenu un véritable pari compte-tenu du nombre d'intervenants à contacter ; et le pire, c'est la qualité du service, entre entretien et retards ! Sans parler des accidents historiques qui ont eu lieu ces dernières années !

La Grande-Bretagne fait d'ailleurs doucement marche arrière depuis quelques années et reprend les investissements et l'entretien du réseau à sa charge. Le privé garde uniquement la partie la plus rentable : la partie commerciale ! Bien joué !

Crise ou pas crise, le fantasme libéral règne toujours en maître chez nos gouvernants, en France comme à Bruxelles. L'ouverture du marché ferroviaire aiguise les appétits des spéculateurs. L'intérêt du voyageur ne compte pas, ni sa sécurité.
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article