Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 10:56

Les prix des produits de grande consommation ont continué d’augmenter en France en janvier, atteignant des augmentations de plus de 10% pour les pâtes et le riz, indique une étude du cabinet Nielsen publiée dans l’hebdomadaire LSA à paraître jeudi.


Ces augmentations se poursuivent alors que les matières premières agricoles baissent depuis l’été 2008 et que le contexte, avec la réforme du cadre législatif en vigueur depuis janvier, est censé entraîner une baisse des prix à la consommation.

En janvier, les prix des produits de grande consommation ont augmenté de 2% par rapport à janvier 2008 où ils avaient déjà grimpé de 2,5% par rapport à janvier 2007, selon Nielsen.


Les produits de grandes marques affichent l’augmentation la plus faible (+0,45%). Ceux à marques de distributeurs (MDD) ont augmenté de 2,6% et les produits dits de "premiers prix", vendus par les distributeurs classiques pour concurrencer le maxidiscompte, de 5,2%.

Par familles de produits, le riz a connu la plus forte augmentation en janvier (+11,2%), les pâtes alimentaires (+10,8%) et l’huile alimentaire (+8,4%). Le vin de table a augmenté de 8,1%, la farine de 5,7% et le lait en poudre de 5%.

Le prix du riz "premier prix" a explosé de 36,3% et celui en MDD de 14,6%.

Quant à l’huile moteur, Nielsen a noté une hausse de 11%.

L’ampleur des baisses est plus faible : les produits surgelés sucrés ont reculé de seulement 1,8%, les yaourts de 1,5% et les produits capillaires de 0,5%.


http://actualite.aol.fr/actualite-france/grande-consommation-les-prix-ont-continue/article/20090211062413672240762


Commentaire :

Les prix agricoles baissent, des agriculteurs mettent la clé sous la porte.
Les salariés de l'agroalimentaire sont parmi les plus mal payés en France et dépendent de quelques grands groupes en état de quasi monopole ( Nestlé, Danone, Lactalis, Bigard-SOCOPA, ...).
5 groupes de la grande et moyenne distribution détiennent l'essentiel du marché, sous leurs noms (Carrefour, Auchan, Leclerc, Super U, Intermarché) ou ceux de leurs filiales (Champion, ED, Netto, Leader Price,...).

Et pendant que la population française s'enfonce dans la crise, les prix des aliments de base continuent à monter ! Et les bénéfices de ces grosses entreprises aussi !

Ne comptons pas sur ce gouvernement pour agir ! On voit bien vers qui vont ses efforts.
C'est à nous de nous mobiliser pour obliger tous ces profiteurs à redonner les milliards d'euros qu'ils nous volent !

Solidaire
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 09:28

Les étudiants se mobilisent désormais au côté des enseignants-chercheurs pour sauver notre Université et notre Recherche.

Les mensonges honteux de Sarkozy, qui lui ont valu la réprobation publique de la pourtant respectueuse Académie des Sciences, ne peuvent cacher la réalité : la Recherche française fait partie des meilleures du monde ! Entre les nombreux Nobel de physique de ces dernières années, les médailles Fields en mathématiques, les découvertes en biologie et médecine, la place de la France dans la recherche sur l'atome, la qualité mondiale de nos sociologues et ethnologues, ... Comment peut-on affirmer que notre recherche est nulle ?

Les buts suivis par la Droite depuis 20 ans n'ont rien de scientifiques !

Ils visent deux objectifs : couper dans les dépenses publiques pour la Recherche et l'Enseignement supérieur et soumettre la Recherche au seul critère de la rentabilité immédiate pour les grandes entreprises.

Nulle avancée technologique, nul progrès social ne peut sortir sans une recherche tout azimut pour la connaissance théorique de notre univers !
On ne peut pas non plus sacrifier la formation de générations entières de futurs cadres de notre société pour de lamentables économies de bout de chandelle !

La Recherche et l'Enseignement sont des investissements à long terme.

Quand on forme un jeune, quand on soutient une recherche innovante, personne ne sait ce qu'il en sortira !
Par contre, chacun sait que si notre société n'investit pas dans la Recherche et dans sa jeunesse, elle se condamne à court terme.

Voilà pourquoi les communistes sont toujours au côté des étudiants, des lycéens, des enseignants et des chercheurs !

Solidaire



Etat de la mobilisation étudiante (mardi 10 février au soir) établi par la FSE (http://www.luttes-etudiantes.com)

Cet état de la mobilisation se concentre sur la mobilisation étudiante (il ne fait pas état des assemblées générales spécifiques au personnel). A compléter et corriger.


1ère Coordination nationale étudiante : Samedi 14 et dimanche 15 février à Rennes II


Manifestations du jeudi 5 février (chiffres des organisateurs en gras, chiffres de la police entre parenthèse) : environ 70 000 manifestants selon les organisateurs


Paris : 15 000 (3 600), Lyon : 8 000 (2 600), Toulouse : 6 000 (3 800), Marseille : 5 000 (1 500), Rennes : 4 000 (3 000), Bordeaux : 5 000 (3 800), Strasbourg : 2 000 (1 600), Nantes : 2 000 (1 200), Montpellier : 5 000 (850), Lille : 1 500 (700), Grenoble : 1 600 (1 300), Clermont Ferrand : 1 500, Rouen : 1 500, Poitiers : 1 000 (800), Tours : 1 000 (700), Dijon : 1 000 (550), Le Mans : 1 000, Nancy : 1 000, Orléans : 800 (800), Metz : 700 (300), Caen : 700, Angers : 600, Le Havre : 500 (300), Boulogne sur Mer : 450, Nice : 400 (300), Brest : 350 (200), Dunkerque : 300, Calais : 250,...


Manifestations du mardi 10 février (chiffres des organisateurs en gras, chiffres de la police entre parenthèse) : près de 100 000 manifestants selon les organisateurs

Paris : 50 000 (17 000), Lyon : 7 000 (5 000), Toulouse : 6 000 (3 000), Marseille : 6 000 (900), Montpellier : 4 000 (1 400), Strasbourg : 3 500 (2 200), Rennes : 3 000 (1 500), Bordeaux : (2500), Aix en Provence : 2 000 (1 700), Grenoble : 2 000 (1 200), Poitiers : 2 000 (1 000), Nice : 1 500 (700), Lille : 1 200 (1 000), Clermont Ferrand : 1 000 (600), Tours : 1 000 (600), Nantes : 2 000 (900), Le Mans : 800

Dans notre Région :
Caen : Mercredi 29 janvier, AG de 300 étudiants et personnels. Lundi 2 février, AG des étudiants de géographie vote la grève et l’abrogation de la LRU. Mercredi 4 février, AG des étudiants et personnels. http://unicaen.free.fr/ ;

Rouen : Mardi 3 février, AG de 1 000 étudiants vote la grève. Jeudi 5 février, AG de 600 étudiants. Lundi 9 février, AG d’UFR reconduisent la grève. http://greve-rouen.forumactif.net/ ;

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 09:52
Israël vote aujourd'hui.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le climat électoral glisse vers l'extrême-droite et le racisme.

Après une campagne militaire qui a causé plus de 1 300 morts civils chez les palestiniens, les grands partis israëliens ont obtenu ce qu'ils voulaient : que les électeurs n'aient en tête que la peur du palestinien !

En cela, les politiciens israéliens utilisent une technique vieille comme le monde, celle du bouc-émissaire !

Le jeu dangereux de la tension permanente avec les palestiniens et les pays arabes permet de faire oublier la crise économique qui gangrène Israël et appauvrit ses travailleurs. Ce jeu a aussi permis de faire oublier les problèmes de corruption de certaines personnalités politiques.

Cette politique de diabolisation des palestiniens entraîne malheureusement une partie de la population et la classe politique dans la spirale dangereuse du racisme.

D'une part, les morts palestiniens durant l'invasion de Gaza ne comptent pas. tout comme ne compte pas la détresse actuelle de ces millions de palestiniens emmurés dans leur propre pays.

D'autre part, l'ensemble des partis politiques israëliens, de l'extrême-droite aux travaillistes, a voté une motion interdisant aux deux blocs de partis arabes d'Israël de pouvoir se présenter, rejetant ainsi 1 israëlien sur 7 dans un statut de citoyens sans droits. il aura fallu l'intervention de la cour suprême pour que cette décision soit annulée !

Enfin, les scores électoraux annoncés d'un Likoud radicalisé et d'un Béteinou raciste prouvent que le corps électoral israélien a pris un virage dangereux, rejetant aux oubliettes l'idée d'un Israël pacifié, multiculturel et laïque.

Si la solution à la crise palestinienne ne peut venir d'une réaction de la population israélienne, peut-être dépend t-elle aussi de nous, comme autrefois avec l'Apartheid sud-africain ?

Deux soirées sont organisées sur la question palestinienne dans notre département :

- Vendredi 13 février à 18 h 30 à la salle du conseil municipal de Louviers, à l'initiative des communistes ;
- Jeudi 19 février à 18 h à la salle municipal de Saint-Marcel, à l'initiative de l'Université Populaire de vernon.
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 10:05
Deux semaines après la grande mobilisation sociale à l'appel des syndicats et une semaine après l'intervention de Nicolas Sarkozy à l'ORTF, les militants et sympathisants communistes des cantons de Saint-André, Damville, Nonancourt et Verneuil se réunissent à la mairie de Saint André ce mercredi 11 février à 18 h.

Si la remise des cartes est à l'ordre du jour, l'objectif essentiel de cette réunion est de renforcer la riposte populaire à la politique de crise menée par la Droite.

Alors que notre département subit durement la crise et que 798 emplois sont menacés rien que chez Glaxo - Evreux, le peuple doit reprendre les choses en main !

Licenciements boursiers, centaines de milliards d'euros pour les banques et entreprises, salaires bloqués et chômage pour les salariés : ça suffit ! Des solutions existent !

Les communistes ont des propositions pour sortir de la crise.
Repost 0
Published by Solidaire - dans Autour du canton
commenter cet article
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 23:15

Les organisations syndicales devraient "discuter des modalités d’une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle", assure le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, dans le Journal du Dimanche , à la veille d’une réunion des huit confédérations syndicales qui doit se tenir lundi. Ces dernières doivent décider des suites à donner aux manifestations du 29 janvier et aux pistes émises jeudi soir par le chef de l’Etat, qui les a invitées à une rencontre le 18 février.


"Tous les syndicats sont déçus, nous allons donc discuter des modalités d’une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle. Elle se dessine après le 18 février, date du rendez-vous avec le Chef de l’Etat car rien n’indique que nous en sortirons avec des réponses", affirme le secrétaire général de la CGT. Il reproche à Nicolas Sarkozy son refus de changer de cap : "Il veut poursuivre ses réformes mais la crise les invalide, les choses ont changé (...) par exemple, supprimer un poste de fonctionnaire pour deux départs en retraite est totalement inopportun."


Revenant sur l’intervention télévisée de jeudi soir , Bernard Thibault déplore que Nicolas Sarkozy n’ait pas apporté de réponse sur "la question du pouvoir d’achat". "Le sujet porte sur les salaires, dit-il, pour l’instant, il n’y a pas de réponse, je n’ai rien contre discuter de la fiscalité, mais c’est un sujet global et qui prend du temps, or les mesures pour le pouvoir d’achat s’imposent tout de suite." Sur le partage des profits évoqué par Nicolas Sarkozy, "cette promesse a été déjà formulée, sans effet", souligne le secrétaire général de la CGT, "ce sujet n’est pas inintéressant, mais il concerne seulement les entreprises qui ont des actionnaires".


http://www.lepoint.fr/actualites-societe/bernard-thibault-pour-une-nouvelle-journee-de-mobilisation/920/0/315010

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 10:18

La cour de Strasbourg a décidé que les procureurs, en France, ne représentent aucunement l’ « autorité judiciaire » alors que Nicolas Sarkozy veut leur donner tous les pouvoirs…


Tout démarre avec le cargo Le Winner, battant pavillon cambodgien.
Apprenant au printemps 2002 que le navire est susceptible de transporter de grosses quantités de drogue, les autorités maritimes françaises l’ont intercepté au large des Canaries et rapatrié à Brest. C’est le parquet de Brest qui dirige les premières mesures. Une information judiciaire est ensuite ouverte et l’enquête se déroule normalement. Au finish, plusieurs membres de l’équipage seront condamnés par une cour d’assises. Le capitaine grec Georgios Boreas prendra 20 ans de réclusion, le chef-mécanicien chypriote Symeon Theophanous, 17 ans et un marin, 12 ans de réclusion pour trafic de stupéfiants en bande organisée.

 

Mais ces derniers ne se sont pas laissés intimider par les fiers magistrats français. Ils ont saisi à Strasbourg la Cour européenne des Droits de l’Homme, assurant avoir été victimes d’une privation arbitraire de liberté. Ils soulignent qu’après l’interception du Winner, ils ont été détenus sur le bateau durant treize jours avant d’être transférés à terre, sous la surveillance des forces militaires françaises et hors du contrôle d’une autorité judiciaire. Ils assurent du coup ne pas avoir été « aussitôt » traduits devant un juge, comme l’exigent les textes.

La décision de la Cour de Strasbourg, datée du 10 juillet 2008, a créé la surprise dans le monde judiciaire. Selon elle, les magistrats du parquet français ne sont pas membres de l’autorité judiciaire. Messieurs Marin, Courroye et autres procureurs doivent se sentir dans leurs petits souliers…


Alors que faire du parquet s’il n’est pas autorité judiciaire ? « Il lui manque en particulier l’indépendance à l’égard du pouvoir exécutif pour pouvoir être ainsi qualifié », dit la Cour des Droits de l’Homme en condamnant la France. Que les procureurs ne soient pas indépendants du pouvoir exécutif, cela n’avait échappé à personne. Mais dans l’organisation judiciaire les membres du parquet sont néanmoins des magistrats à part entière… Bref, la Chancellerie cherche à se débarrasser de cette jurisprudence de la Cour qui s’impose en droit français : elle a fait appel et demandé qu’elle revoie sa copie. La chambre plénière se prononcera in fine.

Mais, depuis, l’annonce de Nicolas Sarkozy de supprimer le juge d’instruction pour confier l’enquête aux procureurs rend l’affaire inextricable.

Reprise d'un article de "Bakchich info" du 3 février 2008

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 09:48
Triste nouvelle hier sur Evreux.

Le groupe Glaxo Wellcome annonce 798 suppressions d'emplois sur les 2 000 salariés du site ébroïcien.

Les syndicats ont réagi immédiatement et un rassemblement de 500 personnes s'est tenu devant l'usine en fin de matinée. Les élus communistes d'Evreux y étaient, accompagné du Maire.

Pour tous, la lutte commence pour défendre ses salariés et s'opposer à ses licenciements ! Car Glaxo ne s'en cache pas : les affaires vont bien ! Ces licenciements sont donc boursiers.

Et le soir, nous voilà à entendre notre représentant de la Droite pérorer sur les coûts du travail qui seraient trop élevés en France et qui expliqueraient les délocalisations et pertes d'emplois. Dans la foulée, Nicolas Tsarkozy annonce la suppression de la Taxe Professionnelle, vieille revendication du patronat.

De tout son discours, la seule annonce faite par l'omniprésident a été ce cadeau de 8 milliards d'euros fait aux entreprises ! Pour les salariés, rien ! Que de vagues promesses !

De plus, ces 8 milliards d'euros financent nos collectivités locales (mairies, département). Ces collectivités ont en charge les routes, les collèges, la solidarité envers nos aînés (APA) et les handicapés par exemple.
Qui va compenser ces 8 milliards d'euros ? Nos impôts bien sûr !

Mais pour les salriés de Glaxo, la suppression de la Taxe Professionnelle n'aurait été d'aucune utilité !
Pas de concurrence ni de déficit chez Glaxo ! Seulement l'appétit démesuré des actionnaires et leur mépris de ceux qui produisent leurs richesses.
Repost 0
Published by Solidaire - dans Autour du canton
commenter cet article
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 09:17
HISTORIQUE !

«Nous partageons la conviction que la vivacité de notre démocratie repose sur la compréhension de notre temps pour laquelle les sciences humaines et sociales jouent un rôle éminent.» Dix éditeurs (Fayard, Erès, MSH, La Découverte, Actes Sud, Ed. Thierry Magnier, Les Prairies ordinaires, L'Atelier) cosignent un texte de soutien aux chercheurs, universitaires et enseignants actuellement mobilisés pour défendre l'autonomie de leurs activités.

 

 

 Nous, éditeurs de sciences humaines, forts de nos orientations et sensibilités distinctes, assumons avec conviction un effort commun et quotidien pour assurer une large diffusion à des travaux, recherches et documents qui nous semblent indispensables à la réflexion politique. Nous partageons la conviction que la vivacité de notre démocratie repose sur la compréhension de notre temps pour laquelle les sciences humaines et sociales jouent un rôle éminent. Cet effort de compréhension, pour être réel et efficace, repose sur trois piliers solidaires : une recherche stimulée et encouragée, sûre de ses moyens, un enseignement de qualité et ambitieux, une édition et une diffusion soutenues et vivantes. Or, ces trois piliers connaissent aujourd'hui des difficultés importantes largement aggravées par des orientations politiques inacceptables et inquiétantes.

 

Les décisions gouvernementales concernant l'organisation du système universitaire et des centres de recherches provoquent légitimement critiques et mobilisations. Elles continuent d'inquiéter parce qu'elles menacent les moyens humains et financiers et surtout l'autonomie d'une recherche qui est souvent caricaturée et dont la légitimité est trop régulièrement remise en cause. Qu'il s'agisse du financement de la recherche ou qu'il s'agisse de l'enseignement des sciences sociales à l'université ou au lycée, on constate une commune volonté : celle de valoriser les formes de pensée les plus convenues et les plus immédiatement utiles au monde économique. Comment ne pas faire un lien, en effet, entre le rappel de la nécessaire utilité des recherches en sciences sociales et la prétention de mieux enseigner les "fondamentaux de l'économie et de la sociologie" ou encore de "mieux faire connaître", c'est-à-dire plus positivement, le monde de l'entreprise, proposé comme modèle de toutes les institutions. Dans tous les cas, des pressions s'exercent pour réduire et réorienter la recherche et l'enseignement vers des objectifs purement utilitaristes.


La remise en cause du prix unique du livre (régulièrement réclamée par quelques parlementaires et lobbies) ne serait pas seulement un mauvais coup contre la librairie et le pluralisme de l'édition. Elle achèverait de mettre en péril les trois piliers qui assurent la vivacité des sciences humaines et sociales, et par la même une partie essentielle de ce qui participe éminemment à notre conscience démocratique : une recherche dynamique et indépendante, un enseignement sérieux et pluraliste, une édition et une librairie raisonnablement protégées et soutenues.


Notre profession connaît bien les difficultés que rencontre toute opération de diffusion et de partage des connaissances en sciences sociales. Mais si nous en connaissons le prix, nous en connaissons aussi l'indispensable valeur.


Plus largement, nous entendons ici manifester notre solidarité avec toutes celles et tous ceux qui, parce que chercheurs, universitaires ou professeurs du secondaire, ou simplement citoyens lecteurs, manifestent leur attachement à une réalité précieuse : celle de pouvoir penser notre société désorientée, ses tensions comme ses consensus, ses inégalités comme ses progrès, en un mot sa réalité, mais aussi et surtout de pouvoir penser les changements indispensables à un système qui apparaît de moins en moins capable de faire face aux défis fondamentaux du XXIe siècle.

 

 

Claude Durand,

PDG des éditions Fayard

Marie-Françoise Dubois-Sacrispeyre,

Directrice éditoriale des Editions Erès

Guy Dreux,

Directeur de la collection Troisième Culture

Editions Thierry Magnier

François Gèze,

PDG des éditions La Découverte

Jean-Michel Henny

Editions de la Maison des Sciences de l'Homme

Hugues Jallon,

Directeur éditorial des éditions La Découverte

Thierry Magnier,

Directeur des éditions Thierry Magnier et des éditions Actes Sud Junior

Françoise Nyssen

Présidente du directoire des éditions Actes Sud

Rémy Toulouse,

Directeur des éditions Les Prairies Ordinaires

Bernard Stephan

Directeur général des éditions de l'Atelier

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 10:27

Cela faisait bien 24 heures que l'on ne l'avait pas vu au Journal télévisé ! Nous voilà soulagés, Nicolas Tsarkozy est encore de ce monde.

Pour ceux qui espèrent quelque chose du discours de ce soir, nous pouvons vous annoncer, en exclusivité et sans boule de cristal : ce soir, avis de grand vent dans le landerneau politique !

Si vous n'êtes pas des groupies de notre vénéré omniprésident et que vous trouvez que les communistes sont mauvaise langue, il suffit de se tourner vers les déclarations passées de la Droite, anciennes ou récentes,  pour savoir que notre déception anticipée est fondée :

- D'abord, un petit rappel "historique" : lors de la campagne présidentielle, le candidat UMP se présentait comme le candidat de la croissance dont il disait qu'il "(irait) la chercher avec les dents !". Moins de deux ans après, on voit ce qu'il en est !

- Il y a tout juste un an hier, le déjà omniprésident s'était déplacé jusqu'à Gandrange, en Lorraine, et avait fait mine d'houspiller le patron indien d'Arcellor - Mittal. Il s'était engagé, la main sur le coeur, a ne pas laisser les salariés sur le carreau. Un an après, les salariés de l'usine ont posé une stèle mortuaire en marbre "en mémoire des promesses non tenues par Nicolas Sarkozy". Les gars sont en effet encore au chômage.

- Il y a quelques mois, devant ses ouailles, le même Tsarkozy éructait un discours méprisant sur le seul mode d'action des salariés : la grève. "Désormais, quand il y a une grève, personne ne s'en aperçoit !" affirmait-il.
Le fait qu'il intervienne aujourd'hui dans les médias n'est pas le signe d'un respect des idées des manifestants ou des syndicats mais le résultat du succès de cette journée. L'idée de ce soir est d'éteindre le feu d'une contestation sociale en hausse en endormant, une nouvelle fois, les "masses" sous un discours trompeur !

- Depuis des semaines, les ministres de Fillon, exécuteurs des basses taches de son président, affirment que les réformes en cours ne seront pas abandonnées : suppression de dizaines de milliers de postes de fonctionnaires, réforme des lycées, casse de la recherche et de l'enseignement supérieur, privatisation de La Poste, chasse aux sans-papiers, plan de relance en faveur des banques et des classes aisées, ...
Si toutes les réformes continuent, sans pauses ni modifications, à quoi bon une intervention télé ?

- Hier encore, l'un des porte-parole de l'UMP assénait l'interprétation "officielle" du succès des mobilisations sociales déjà entendue le 29 janvier au soir : " en ces temps de crise, les français ont peur et le Président de la République a pour fonction de les rassurer" ! Venez voir papa les enfants ! Il va vous raconter une histoire avant d'aller faire dodo pour pas que vous ayez peur !

- Et hier, enfin, dans le Val d'Oise, Sarkozy refusait toute idée de relance du pouvoir d'achat : "ça consiste à donner d’une main pour reprendre de l’autre. Ça a été fait deux fois en France et ça n’a servi à rien !" Il n'y a pas de sous pour nous mais il y en a pour les banques, les grandes entreprises, les actionnaires, les grands patrons,...

En clair, ce soir à l'ORTF, devant des journalistes béni-oui-oui, sa majesté Tsarkozy jouera encore une fois de la démagogie et des épaules pour nous dire qu'il continue sa politique antisociale et que les français devront à nouveau se serrer la ceinture pour que banques, grandes entreprises et riches continuent d'engranger les dividendes.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 10:23

La dictature molle avance :

Gros choc cette semaine.

La gendarmerie nationale est venue dans plusieurs écoles primaires de l’Hérault (à la demande de la direction de l’Education nationale ?) pour vérifier si les enseignants de CM2 faisaient bien passer les évaluations du Ministère. Les gendarmes voulaient savoir si des parents occupaient l’Ecole pour empêcher le déroulement de ces évaluations. Ils ont demandé aux directeurs des écoles de leur fournir le nom de parents, le cas échéant, ainsi que leur propre nom s’ils laissaient des parents occuper « leur » école.

Les gendarmes cherchent également à connaître l’identité des enseignants qui n’ont pas fait passer ces évaluations.


Comme vous le savez peut-être ces évaluations sont les ex-évaluations d’entrée en 6eme, que l’on fait passer au CM2 en janvier. Ces évaluations vont donc mesurer des compétences erronées puisque le programme de CM2 n’est pas terminé en janvier... Les résultats de ces évaluations seront forcément "mauvais", ce qui légitimera toutes les réformes en cours.


Par ailleurs, ces mêmes gendarmes sont présents lors des réunions d’information et de concertation lors des assemblées générales et des réunions entre l’IEN et les enseignants. Lors d’une réunion entre une IEN et ses directeurs d’école, des parents souhaitant s’exprimer, les gendarmes ont fait évacuer dans un calme relatif l’assemblée.

Les enseignants et les parents s’exposent à des sanctions administratives et/ou judiciaires.

Ces actions sont-elles en accord avec l’idée que nous avons de l’école ?

Sommes-nous fliqués au sens propre comme au figuré dans les écoles ?


http://www.humanite.fr/2009-01-26_Societe_evaluations-scolaires-tres-contestees

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article