Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 10:22
Un message des Jeunes Communistes :

Pour la reussite de tous !


Comme les lycées, les universités sont touchées par des suppressions massives de postes. Ce que prépare Darcos pour les lycées est dans le même esprit que la mise en concurrence des facs, des filières et des étudiants . Nous faisons des études de plus en plus longues, mais les emplois et les salaires ne suivent pas.


emplois precaires stages,... On rejette la faute sur l’education et les jeunes.


 Depuis 2002, toutes les réformes ont un seul objectif : individualiser les formations et fragmenter les savoirs. En cassant les filières, le bac et les diplômes du supérieur, ils veulent des générations qui ne peuvent plus revendiquer des droits communs (un même salaire par exemple).

 Au lieu d’un diplôme reconnu, chacun sera doté d’un « référentiel de compétences » (la liste des options suivies). L’employeur fera pression en disant « ton collègue a telles compétences et demande ce salaire, toi tu demandes combien ? ».

 La production des savoirs est soumise aux intérêts des capitalistes. Les chercheurs des universités produisent ce qui est enseigné dans tout le système éducatif et font la « recherche fondamentale » (par opposition à la recherche appliquée, qui sert directement dans l’économie). En laissant le contrôle des universités aux entreprises, ce sont elles qui définiront demain quelles sont les recherches à mener.


Des droits nouveaux Pour changer nos vies et la société !


Nous voulons aller plus loin pour changer reellement les choses ! Pour rendre concrets nos mots d’ordre, pour la réussite de tous et l’émancipation de chacun, pour changer réellement l’ensemble du système éducatif... Exigeons :

 > Droit à une formation de qualité Pour lutter contre l’éducation au rabais que nous promet la droite, pour faire du lycée un lieu de formation de qualité... Définissons ensemble les éléments indispensables à un socle commun de connaissances d’ambition.

 > Droit d’être formé dans de bonnes conditions Puisqu’on ne naît pas cancre ou bonne élèves, les inégalités sociales, territoriales sont déterminantes dans les différences de réussite scolaire. Luttons pour de bonnes conditions d’apprentissages avec des classes à taille humaine,. Pour réunir les conditions de la réussite de tous et les moyens qui vont avec...

 > Droit de choisir son parcours de vie Pour que l’école aide chacun à définir et à construire son parcours de vie, pour définir une école qui a pour objectif de répondre aux besoins de chacun Déconstruisons les idées reçu sur la hiérarchisation des filières, sur les finalités de l’école… pour une école des réussites

 > Droit à la citoyenneté Pour que le lycée soit un endroit d’émancipation citoyenne, pour que les lycéens construisent leurs idées tout en exerçants leurs droits citoyens. Pouvoir s’exprimer, exprimer son opinion, afficher, débattre,… Ouvrons le lycée sur le monde en y faisant rentrer de nouveaux débats.


Sarkozy prétend vouloir l’autonomie des jeunes. chiche ! Mais à la hauteur de nos ambitions.
Pour nous, l’autonomie passe par la mise en place de 3 allocations (étude, recherche du premier emploi, formation et retour à l’emploi).
Exigeons pour chacun l’accès aux soins, au logement, aux transports... Faisons de la culture, des loisirs, des vacances… des droits pour
tous !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 10:14
Il devra se présenter au tribunal le 18 février pour avoir vendu « l’Humanité Dimanche » au marché Dejean, dans le 18e arrondissement de Paris, où il est présent depuis vingt ans. Nous mettons en place un comité de soutien pour dénoncer ce déni de démocratie.


Lounis est là. Comme chaque dimanche.
Bonnet rouge enfoncé sur son visage poupin, la jovialité pétillant dans ses yeux, babillard, c’est un Poulbot mué en homme râblé. Quant à son présentoir, au carré sur un bout de trottoir, l’« HD » bien en vue, c’est comme une borne, un repère dans la fourmillante Goutte-d’Or, ce quartier populaire du 18e arrondissement parisien. Voire beaucoup plus : « C’est un lieu de débat convivial, une tribune utile à la vie du quartier où les gens viennent parler de leurs problèmes », assure Sylvain Soufflet, venu en voisin tailler une bavette.  Lounis écoute les uns, tend un tract aux autres, affiche la même disponibilité pour tous. Qu’importe qu’il ait quitté son travail à 5 heures du matin la veille. Ouvrier du Livre aux Nouvelles Messageries de la presse parisienne (NMPP), il a charrié des quintaux de papier journal sur les quais du centre de Stains (Seine-Saint-Denis). Dehors, toute la nuit, lui qui traîne des problèmes cardiaques depuis l’enfance. Mais dans son sourire, immuable, aucune trace de lassitude. Voilà vingt ans que Lounis tient ce poste, vend aussi l’« HD » sur un autre marché le samedi matin, colle des affiches, distribue des tracts… « Toujours sur le terrain. Je suis admiratif de son engagement, avoue M. Geoffroy, le poissonnier du marché. Et puis il est prévenant, d’une grande gentillesse… Alors, qu’on vienne l’emmerder, c’est inadmissible ! » Le fait est qu’il a été interpellé sur ce marché en 2007 par la police pour « vente de marchandises dans un lieu public sans autorisation ».
La marchandise en question, c’était l’« HD ». « Plusieurs fois déjà, des policiers étaient venus me chercher des histoires. À chaque fois, ils avaient abandonné parce que les gens autour réagissaient. Mais là, ils n’ont pas voulu céder. On était un mois et demi avant la présidentielle… », explique Lounis.
À la section du PCF à laquelle il appartient, des camarades lui ont proposé de payer l’amende. Il a refusé : « Il faut se battre pour la liberté d’expression politique, particulièrement aujourd’hui. » Il passera donc devant les juges. « Ça fait partie de la vie militante, prend-il avec philosophie. Quand on défend des valeurs très fortes, il faut s’attendre à de vives confrontations. » Il aura 50 ans et un jour quand il se présentera devant le tribunal. Dont presque trente années au service du PCF. « Le Parti, c’est un peu ma famille, celle qui m’a ouvert au monde », affirme cet homme, qui n’a vraiment connu son autre famille, biologique, qu’à l’adolescence. De problèmes de santé en soucis d’argent, ses parents ont été obligés de placer Lounis dans une famille d’accueil. Comme d’ailleurs quatre autres de ses six frères et soeurs. Puis il s’est rapidement émancipé, commençant à travailler dès 16 ans et s’installant dans un foyer de jeunes travailleurs à sa majorité. « À cette époque, je préférais lire “l’Équipe” plutôt que “l’Huma”, s’amuse-t-il. Jusqu’à ce que, au travail, je rencontre une femme, une vraie battante, qui était syndiquée à la CGT. C’est elle qui m’a fait prendre conscience des enjeux de classe. » Il s’est syndiqué à son tour, a adhéré aux Jeunes communistes en 1981, s’est également engagé auprès du Secours populaire français… Jusqu’à devenir le « militant convaincu et attachant, sur qui on peut toujours compter », que salue Gérald Briand, le maire adjoint (PCF) du 18e. Comme tous ceux qui s’engagent à ses côtés. Au marché Dejean, le poissonnier s’approche : « Vous avez de la chance d’en avoir un comme ça… Il faut le défendre ! »

FRED GARGAUD
fgargaud@humadimanche.fr
Signez la pétition en ligne :
http://www.humanite.fr/Au-tribunal-pour-avoir-vendu-l-Humanite-dimanche-dans-la-rue-Signez-la-petition-en

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 15:58
Alors que le Président de la République s’attaque à l’épreuve de culture générale dans les concours adiministratifs, les universitaires contre attaquent en dénonçant son inculture...

"Illiteratus rex quasi asinus coronatus est". Cette citation tirée de Politicratus, ouvrage de Jean de Salisbury écrit au XIIème siècle, est le nouveau slogan proposé par les universitaires en réponse au discours de Nicolas Sarkozy lors de ses voeux à l’éducation nationale où le président avait été particulièrement virulent (voir la vidéo).

Les universitaires n’étant pas violents mais un rien potaches, les voici qui organisent en gare d’Avignon, la cité des papes, une lecture gratuite de la Princesse de Clève, fustigée par notre Leader Masimo, lequel goûte assez peu les auteurs classiques, leur préférant évidemment la lecture d’un compte de résultats. Pire, En Sorbonne, haut lieu universitaire mondial, on a assisté à un discours particulièrement percutant d’un président excédé mais qui a su néanmoins faire rire l’assistance (vidéo en fin d’article). A Chambéry, dans une lettre adressée à Xavier Darcos, un enseignant retraité vient de refuser les palmes académiques, au motif que son bilan de carrière, au vu de la réforme en cours, constitue un échec et ne mérite pas les honneurs...

Ainsi les enseignants et enseignants-chercheurs optent désormais pour des actions plus proches de la population, laquelle devient solidaire du mouvement malgré une propagande particulièrement dure (lire notamment l’article du Figaro, journal indépendant, dans lequel Jean Robert Pitte chercheur et gastronome, se répand amèrement sur ses collègues, à l’appui de chiffres invérifiables).

Culture contre bling bling, littérature contre presse people, humour contre tyrannie, pacifisme contre violence et provocation, information contre propagande, les universitaires ont adapté leur stratégie et gagnent progressivement la sympathie des Français, à l’inverse du président de la République et de ses ministres qui chutent dans les sondages.

Pour compenser la chape de plomb d’une presse obscurantiste, Internet devient le média privilégié où circule une information libre et indépendante. Un drôle de boulot pour l’officine de barbouzes qui a été chargée de surveiller et repérer les leaders d’opinion sur le net par les ministres de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur (lire l’article de Rue89). Un bel exemple de dépense de l’argent public pour une mission qui consiste à dénoncer la liberté d’expression. Eric Besson n’est pas le seul à relancer cette vieille tare vichiste qui en d’autres temps conduisit juifs, communistes, franc maçons et homosexuels dans les camps de la mort. A quand un Veld’hiv pour les fonctionnaires ?


Article "Agoravox"
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 10:39

«La situation socio-économique à l'origine du puissant mouvement social qui paralyse la Guadeloupe ne relève ni du hasard, ni d'un malentendu, encore moins d'un accident de l'histoire.

Il s'agit de l'accélération brutale de la crise structurelle qui mine le pays depuis déjà bien longtemps, sous la conjonction de deux phénomènes : La mise en œuvre de la politique capitaliste anti-sociale et anti-démocratique agressive du gouvernement français d'une part, et l'explosion de la crise du système capitaliste mondialisé, d'autre part.

La réalité objective de la crise structurelle de la société guadeloupéenne a été mise en évidence depuis 1958 dans la résolution constitutive du Parti Communiste Guadeloupéen. Son évolution constamment étudiée et vulgarisée, de même que les voies pour en sortir : la lutte des masses au grand jour et l'unité des forces anti-colonialistes et anti-capitalistes.
La déclaration du Comité Central du 11 mai 1999 : «La Guadeloupe avance vers une déflagration» appelant à paralyser le système qui, à l'époque, a «tétanisé» les forces politiques et sociales a été un jalon important dans l'éveil des consciences et a contribué à faire naître le mouvement d'aujourd'hui.
Dix ans après, suite aux différentes actions, luttes et réflexions menées par les forces sociales, les associations culturelles et de défense, les partis politiques, ensemble ou séparés, le processus de développement socio-historique de notre pays est arrivé à cette étape : la paralysie du système de domination coloniale.

Pour sortir de cette paralysie annoncée en 1999 et réelle aujourd'hui, nous avons deux nouvelles étapes à franchir.

La première est la sortie victorieuse de la bataille menée avec détermination par les masses populaires sous la direction de «Liyannaj Kont Pwofitasyon» contre toutes les « pwofitasyon » et toutes les discriminations dans notre pays.

Contrairement à ce que disent le Secrétaire d'Etat et le Président du Medef, nous ne sommes pas tous responsables de cette situation de déclin économique, de la flambée des prix, du chômage, de la misère sociale et morale qui frappent des milliers de Guadeloupéens.

Les responsables que sont l'Etat colonial français, les capitalistes parasitaires de France, de Martinique et de Guadeloupe, les élus guadeloupéens assimilationnistes et intégrationnistes doivent répondre sans atermoiement aux revendications des salariés et des citoyens, contenues dans la plate-forme du LKP.

Le Collectif «LKP» qui a déjà remporté une grande victoire morale sur tous ces décideurs, qui avaient pris l'habitude de regarder les travailleurs et le peuple guadeloupéen pour moins que rien, a le mérite de montrer au monde et aux Guadeloupéens eux-mêmes qu'il y a une autre Guadeloupe de compétence, de courage, d'intelligence, de solidarité et d'honnêteté qui émerge de la faillite du système.

La deuxième est la conquête d'un pouvoir politique guadeloupéen. L'incapacité ou le refus de l'Etat colonial et des patrons capitalistes, l'impuissance des assemblées locales majeures à apporter des réponses concrètes et fiables aux revendications du peuple ont conduit à la paralysie du système. Cela indique clairement que :

• C'est la faillite de la gouvernance politique tricéphale basée sur le mensonge, le vèglaj, la communication aliénante.
• C'est la faillite du système de l'assistanat économique sur lequel s'est développé un capitalisme parasitaire.
• Les contradictions entre les intérêts des travailleurs et du peuple guadeloupéen d'une part et ceux des capitalistes français, martiniquais et guadeloupéens d'autre part sont arrivées à maturité. Il faut les résoudre en faveur du peuple.

Le mouvement enclenché par le «LKP » place les forces politiques qui luttent contre la domination coloniale et l'exploitation capitaliste face à leurs responsabilités.

Ce mouvement fait la démonstration que dans la vie, c'est l'unité d'action sur la base d'objectifs démocratiquement arrêtés qui ouvre la voie du possible.

Le Parti Communiste Guadeloupéen qui, à son XIè congrès des 9 et 10 février 2008, a appelé à la construction d'un Front Patriotique pour un Etat Autonome de Guadeloupe, invite toutes les forces politiques, sociales et culturelles, toutes les personnalités guadeloupéennes, engagées dans le combat pour l'émancipation de la Guadeloupe, à poursuivre le mouvement du «Liyannaj » sur le terrain politique.

C'est la voie pour que le combat exemplaire mené par le peuple guadeloupéen en confrontation directe avec le système colonialiste et capitaliste français, ne soit pas sans lendemain.»


Commentaire :

Après la Guyane, une mobilisation populaire et fortement politisée s'est développée aux Antilles. Une mobilisation qui réunit, au sein du LKP, toutes les forces syndicales, politiques et sociales progressistes de l'ïle. Les réunionnais sont en passe de suivre la même voie !
Un exemple à suivre aussi en Métropole pour en finir, ici aussi, avec la Pwofytasion !

Solidaire

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 09:52

Jacques Michon, maire de Waziers, répond à l'inspecteur d'Académie qui lui demandait une liste du personnel municipal disponible pour assurer l'accueil des enfants pendant la grève du 29 janvier. Il y propose quelques noms qui valent le détour...

Estimant, vu le nombre de grèvistes dans sa commune, être "dans l'incapacité d'assurer quelque service d'accueil que ce soit", et affichant ouvertement son opposition à "cette loi qui demande aux voisins de régler ses propres conflits de couple", Jacques Michon propose toutefois quelques pistes : l'Inspecteur et le personnel de l'Inspection de l'Education Nationale, le personnel du RASED, le Sous-Préfet, le Préfet de Région, et, pour changer les couches, Monsieur DARCOS, Ministre de l'Education Nationale.

 

 
PS : Jacques Michon est conseiller général communiste.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 09:33
Eric Zemmour est un des commentateurs les plus présents sur nos antennes, notamment dans les (pseudo) débats télévisés (I-télé, France 5,...) où on évite soigneusement d'inviter des intervenants trop à gauche.
Sans contradicteurs en face de lui, Eric Zemmour s'arroge le droit de donner des sentences à tout bout de champs sur tout sujet. Pourquoi lui ?

Tels nos grands esprits à l'indignation sélective, BHL, Fienkelkraut ou autres Glucksman, Eric Zemmour choisit toujours ses cibles : la gauche, les syndicats, les beurs,...

De là à voir chez cet homme une sorte de porte-voix officieux de la droite la plus détestable ?....

Celui qui a défendu la notion de "Races" en dépit des réalités scientifiques et en assumant le contenu politique de ce terme s'est fendu d'une envolée contre des instituteurs qui annonçaient emmenés leurs enfants à "la lutte" le jeudi 29 janvier. Et de traiter ces instituteurs de "polpotistes" de vouloir ainsi embrigader des gamins de 8 ans en les emmenant à une manifestation !...

Sauf que la "lutte" en question correspondait aux championnat de France de lutte gréco-romaine ! !

Pas de bol !

Quand la haine des enseignants et des syndicats fait tenir à un "invité permanent" des propos faux et insultants pour la énième fois, on attend autre chose que des excuses !

A vous de juger :

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 09:22
C'est confirmé ! Notre économie entre en récession.
Les chiffres officiels publiés hier annoncent une croissance négative de notre économie avec un Produit Intérieur Brut en recul de "au moins 1 %" comme le reconnait désormais le gouvernement.

A quoi auront servi les 260 milliards d'euros d'argent publique distribués aux financiers, aux banques et aux entreprises ?

A peine 24 heures après l'annonce d'un plan de 6 milliards d'euros pour les deux grandes marques françaises de l'automobile avec OBLIGATION DE NE PAS LICENCIER, Peugeot-Citroën annonçait des suppressions de postes ... sans licenciements ! De qui se moque t-on ?

Alors que des dizaines de milliers de salariés perdent leur emploi, CDI, CDD ou intérim, les entreprises annoncent des dividendes maintenus ou en hausse pour leurs actionnaires.

Ainsi, à elles seules, les 40 entreprises qui constituent le CAC 40 ont versé 54, 2 milliards d'euros de dividendes pour leurs actionnaires en 2008 ! Cela représente 900 € par français !
Total annonce un bénéfice record de 13,9 milliards d'euros pour 2008, en hausse de 14 % sur 2007 ! Merci la flambée du pétrole !
Même PSA qui annonce des chiffres dans le rouge n'est pas à plaindre. Depuis des années, les actionnaires du groupe ont touché 1 milliards d'euros de bénéfices par an ! Les salariés n'en ont rien vu ! Et aujourd'hui, les chiffres avancés par PSA ne cachent-ils pas, dans la colonne des dépenses, des provisions faites en prévision de ces suppressions de postes ?

Le gouvernement a annoncé qu'il poursuivrait ses réformes, coûte que coûte. En clair, les français devront se serrer encore plus la ceinture : les réformes engagées vont entraîner la casse de nombreux outils de la solidarité nationale comme le système de santé, le système éducatif ou la présence des services publiques de proximité.
La disparition de dizaines de milliers de postes de fonctionnaires est aussi une catastrophe au moment où les entreprises licencient car ce sont autant de débouchés professionnels en moins pour des jeunes, diplômés ou non, en recherche d'emploi !

L'Etat se met entièrement au service du système dont il est l'émanation.

Ses priorités sont de préserver les intérêts des classes dominantes, qu'on les appelle nantis, gros actionnaires, spéculateurs ou grands bourgeois.
Pour le bas peuple dont nous faisons tous parti, ce sera l'austérité, le chômage, la précarité, les restrictions de vacances, de soins, de loisirs, d'alimentation et un contrôle policier plus sévère pour empêcher une quelconque vélléité de révolte dans nos rangs.

Cette crise réveille l'un des moteurs de l'histoire de l'Humanité, la lutte des classes !

Tout ce que les classes dominantes ont repris des acquis des travailleurs depuis l'après-guerre ne leur suffit pas. Dans un Monde qu'ils modèlent dans leur intérêt égoïste, nous ne comptons pas !
A nous qui représentons 95-98 % de la population de nous battre pour défendre nos intérêts et ceux de nos enfants !
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 14:22
La droite, toutes tendances confondues, se renforce. Un danger pour la paix comme pour la question sociale.

Dans "L'humanité" du 11 février 2009 :

Le récit de notre envoyée spéciale.

Jérusalem, Envoyée spéciale.


Les premières estimations sont tombées à 22 heures mardi soir en Israël à la fermeture des bureaux de vote. Près de 5,2 millions d’électeurs israéliens étaient appelés aux urnes pour élire leur nouveau gouvernement au terme d’une campagne dominée par la guerre menée contre les Palestiniens à Gaza, la surenchère militaire et un climat de racisme anti-arabes.


Selon les premiers résultats, Tzipi Livni, jusque là ministre des Affaires étrangères et son parti Kadima, arriverait en tête avec 30 sièges sur 120 à la Knesset, suivi de près par le Likoud de Benjamin Netanyahou qui obtiendrait 28 sièges. Avec 15 sièges, le parti d’extrême-droite d’Avigdor Lieberman, Israël Beitenou, serait en troisième position devant le Parti travailliste d’Ehoud Barak.

Des résultats qui confirmeraient les derniers sondages pré-électoraux mais encore susceptibles de modifications. Ils risquaient en effet d’évoluer dans les prochaines heures. Reste que ce que nous avions constaté s’est avéré exact : l’écart s’est progressivement resserré entre le parti de Tzipi Livni et celui de Benjamin Netanyahou qui avait jusque-là fait la course en tête. Le chef du Likoud s’en était inquiété, appelant lors de ses différentes apparitions à voter « utile », expliquant que seul un Likoud fort donnerait un gouvernement stable. L’extrême droite de Lieberman n’a pas atteint les 19 sièges que lui avaient prédit les sondages mais avec 15 sièges, il deviendrait la troisième force politique du pays devant le Parti travailliste (13 sièges) qui enregistre son score le plus bas de toute l’histoire d’Israël.


A gauche, la coalition Hadash dont la principale force est le Parti communiste israélien obtiendrait un tiers de voix supplémentaires par rapport à 2006, ce qui, si cela était confirmé, lui permettrait d’obtenir 4 ou 5 sièges à la Knesset contre 3 dans la dernière législature. « Nous sommes à la fois tristes pour le pays de constater le tournant à droite de l’opinion publique juive israélienne, et soulagés que, selon les premiers résultats, ce ne soit pas un parti d’extrême-droite comme le Likoud ou Israël Beitenou qui soit en tête », a indiqué à l’Humanité Efraïm David, responsable du Parti communiste israélien.


Mais au-delà de ces résultats, « aucun des trois partis arrivés en tête ne sont en capacité de trouver des solutions aux problèmes du pays qui sont la paix et l’occupation d’une part, la crise du capitalisme d’autre part ».

Vont maintenant commencer les grandes manœuvres pour constituer une majorité à la Knesset, le parlement israélien. Si Tzipi Livni est arrivée en tête avec son parti, Benjamin Netanyahou détient, lui, une majorité de droite si l’on additionne les sièges de son parti, des partis religieux et celui de Lieberman.


Contrairement à ce qui s’était passé en 2006 lors du dernier scrutin, il n’y a pas eu de surprise. La liste dite des « retraités » a disparu et les partis religieux, comme le Shass – qui ont toujours utilisé leur capacité à faire ou défaire une majorité – ont perdu de leur pouvoir. Reste que se confirme le déplacement à droite du curseur politique israélien. Ce qui n’augure rien de bon pour le processus de paix avec les Palestiniens pas plus qu’une politique sociale apte à combattre la récession qui s’installe en Israël.


Charlotte Bozonnet

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 10:56

Les prix des produits de grande consommation ont continué d’augmenter en France en janvier, atteignant des augmentations de plus de 10% pour les pâtes et le riz, indique une étude du cabinet Nielsen publiée dans l’hebdomadaire LSA à paraître jeudi.


Ces augmentations se poursuivent alors que les matières premières agricoles baissent depuis l’été 2008 et que le contexte, avec la réforme du cadre législatif en vigueur depuis janvier, est censé entraîner une baisse des prix à la consommation.

En janvier, les prix des produits de grande consommation ont augmenté de 2% par rapport à janvier 2008 où ils avaient déjà grimpé de 2,5% par rapport à janvier 2007, selon Nielsen.


Les produits de grandes marques affichent l’augmentation la plus faible (+0,45%). Ceux à marques de distributeurs (MDD) ont augmenté de 2,6% et les produits dits de "premiers prix", vendus par les distributeurs classiques pour concurrencer le maxidiscompte, de 5,2%.

Par familles de produits, le riz a connu la plus forte augmentation en janvier (+11,2%), les pâtes alimentaires (+10,8%) et l’huile alimentaire (+8,4%). Le vin de table a augmenté de 8,1%, la farine de 5,7% et le lait en poudre de 5%.

Le prix du riz "premier prix" a explosé de 36,3% et celui en MDD de 14,6%.

Quant à l’huile moteur, Nielsen a noté une hausse de 11%.

L’ampleur des baisses est plus faible : les produits surgelés sucrés ont reculé de seulement 1,8%, les yaourts de 1,5% et les produits capillaires de 0,5%.


http://actualite.aol.fr/actualite-france/grande-consommation-les-prix-ont-continue/article/20090211062413672240762


Commentaire :

Les prix agricoles baissent, des agriculteurs mettent la clé sous la porte.
Les salariés de l'agroalimentaire sont parmi les plus mal payés en France et dépendent de quelques grands groupes en état de quasi monopole ( Nestlé, Danone, Lactalis, Bigard-SOCOPA, ...).
5 groupes de la grande et moyenne distribution détiennent l'essentiel du marché, sous leurs noms (Carrefour, Auchan, Leclerc, Super U, Intermarché) ou ceux de leurs filiales (Champion, ED, Netto, Leader Price,...).

Et pendant que la population française s'enfonce dans la crise, les prix des aliments de base continuent à monter ! Et les bénéfices de ces grosses entreprises aussi !

Ne comptons pas sur ce gouvernement pour agir ! On voit bien vers qui vont ses efforts.
C'est à nous de nous mobiliser pour obliger tous ces profiteurs à redonner les milliards d'euros qu'ils nous volent !

Solidaire
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 09:28

Les étudiants se mobilisent désormais au côté des enseignants-chercheurs pour sauver notre Université et notre Recherche.

Les mensonges honteux de Sarkozy, qui lui ont valu la réprobation publique de la pourtant respectueuse Académie des Sciences, ne peuvent cacher la réalité : la Recherche française fait partie des meilleures du monde ! Entre les nombreux Nobel de physique de ces dernières années, les médailles Fields en mathématiques, les découvertes en biologie et médecine, la place de la France dans la recherche sur l'atome, la qualité mondiale de nos sociologues et ethnologues, ... Comment peut-on affirmer que notre recherche est nulle ?

Les buts suivis par la Droite depuis 20 ans n'ont rien de scientifiques !

Ils visent deux objectifs : couper dans les dépenses publiques pour la Recherche et l'Enseignement supérieur et soumettre la Recherche au seul critère de la rentabilité immédiate pour les grandes entreprises.

Nulle avancée technologique, nul progrès social ne peut sortir sans une recherche tout azimut pour la connaissance théorique de notre univers !
On ne peut pas non plus sacrifier la formation de générations entières de futurs cadres de notre société pour de lamentables économies de bout de chandelle !

La Recherche et l'Enseignement sont des investissements à long terme.

Quand on forme un jeune, quand on soutient une recherche innovante, personne ne sait ce qu'il en sortira !
Par contre, chacun sait que si notre société n'investit pas dans la Recherche et dans sa jeunesse, elle se condamne à court terme.

Voilà pourquoi les communistes sont toujours au côté des étudiants, des lycéens, des enseignants et des chercheurs !

Solidaire



Etat de la mobilisation étudiante (mardi 10 février au soir) établi par la FSE (http://www.luttes-etudiantes.com)

Cet état de la mobilisation se concentre sur la mobilisation étudiante (il ne fait pas état des assemblées générales spécifiques au personnel). A compléter et corriger.


1ère Coordination nationale étudiante : Samedi 14 et dimanche 15 février à Rennes II


Manifestations du jeudi 5 février (chiffres des organisateurs en gras, chiffres de la police entre parenthèse) : environ 70 000 manifestants selon les organisateurs


Paris : 15 000 (3 600), Lyon : 8 000 (2 600), Toulouse : 6 000 (3 800), Marseille : 5 000 (1 500), Rennes : 4 000 (3 000), Bordeaux : 5 000 (3 800), Strasbourg : 2 000 (1 600), Nantes : 2 000 (1 200), Montpellier : 5 000 (850), Lille : 1 500 (700), Grenoble : 1 600 (1 300), Clermont Ferrand : 1 500, Rouen : 1 500, Poitiers : 1 000 (800), Tours : 1 000 (700), Dijon : 1 000 (550), Le Mans : 1 000, Nancy : 1 000, Orléans : 800 (800), Metz : 700 (300), Caen : 700, Angers : 600, Le Havre : 500 (300), Boulogne sur Mer : 450, Nice : 400 (300), Brest : 350 (200), Dunkerque : 300, Calais : 250,...


Manifestations du mardi 10 février (chiffres des organisateurs en gras, chiffres de la police entre parenthèse) : près de 100 000 manifestants selon les organisateurs

Paris : 50 000 (17 000), Lyon : 7 000 (5 000), Toulouse : 6 000 (3 000), Marseille : 6 000 (900), Montpellier : 4 000 (1 400), Strasbourg : 3 500 (2 200), Rennes : 3 000 (1 500), Bordeaux : (2500), Aix en Provence : 2 000 (1 700), Grenoble : 2 000 (1 200), Poitiers : 2 000 (1 000), Nice : 1 500 (700), Lille : 1 200 (1 000), Clermont Ferrand : 1 000 (600), Tours : 1 000 (600), Nantes : 2 000 (900), Le Mans : 800

Dans notre Région :
Caen : Mercredi 29 janvier, AG de 300 étudiants et personnels. Lundi 2 février, AG des étudiants de géographie vote la grève et l’abrogation de la LRU. Mercredi 4 février, AG des étudiants et personnels. http://unicaen.free.fr/ ;

Rouen : Mardi 3 février, AG de 1 000 étudiants vote la grève. Jeudi 5 février, AG de 600 étudiants. Lundi 9 février, AG d’UFR reconduisent la grève. http://greve-rouen.forumactif.net/ ;

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article