Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 15:23

 de Roberto Ferrario

Rome. Plus de 300.000 communistes sont descendus dans la rue samedi 11 octobre, à l’appel de la première manifestation de "Refondation Communiste" depuis qu’elle a été éliminée du Parlement aux législatives d’avril et depuis le changement de son secrétaire au dernier congrès...

"Aujourd’hui la gauche communiste s’est remise en mouvement contre le gouvernement Berlusconi alors que le Parti Démocrate, dirigé par Walter Veltroni, ne fait pas d’opposition, ni sociale, ni politique", a déclaré Paolo Ferrero, le nouveau secrétaire du PRC, les manifestants sont descendus dans la rue contre la politique économique et sociale de Berlusconi et le patronat italien, dénonçant aussi les coupes budgétaires qui frappent le système scolaire, les atteintes à la laïcité et le risque de "dictature".

Dans une autre partie de la ville, des milliers de personnes ont assisté au lancement d’une pétition contre la loi qui protège Silvio Berlusconi de toutes poursuites pénales.

"Quand la dictature est à la porte, on doit résister immédiatement pas quand il est trop tard", a déclaré Antonio Di Pietro

Présent à cette manifestation, le prix Nobel de littérature italien Dario Fo a critiqué une loi "inconstitutionnelle" qui n’aurait "jamais été acceptée dans un autre pays civilisé".

Le dramaturge a aussi assuré qu’il ne serrait jamais la main de Berlusconi car "quand je l’aperçois je m’éloigne de lui".

3.500 stands sont installé dans tout le pays afin de recueillir les 500.000 signatures nécessaires à l’organisation d’un referendum sur l’abrogation de cette loi votée en juillet peu après le retour de Berlusconi au pouvoir.

Ce texte suspend les poursuites pénales pour les quatre plus hauts responsables de l’Etat (président de la République, chef du gouvernement, président des deux Chambres) pendant la durée de leur mandat. Elle intéresse avant tout Berlusconi qui a vu les deux procès intentés contre lui à Milan arrêtés en raison de cette disposition.

"Refondation Communiste" soutien cet référendum mais bien qu’allié au parti de Di Pietro, le PD a refusé de s’associer à cette initiative...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 08:46
360 000 000 000.

Ecris ainsi, la somme que le gouvernement français met sur la table pour arrêter l'effondrement du système financier semble irréel.
360 milliards d'euros, c'est tout simplement 8 fois le déficit cumulé de la sécurité sociale et 36 fois son déficit annuel. Cette somme représente aussi plus de 7 fois le déficit du budget national !

Et après, nos chantres (chancres ? Cancres ?) du libéralisme viennent nous expliquer le pourquoi de la rigueur, le besoin impérieux de supprimer 30 000 postes de fonctionnaires alors que le chômage monte, l'impossibilité de rembourser les soins médicaux à 100 %, etc ... !

Ces milliards ne sortent pas d'un chapeau. Ils seront prélevés d'une manière ou d'une autre dans nos poches.

Au final, cet argent servira à garantir les avoirs des spéculateurs qui ruinent chaque année un peu plus notre économie.

Réjouissez-vous prolétaires ! Vos maîtres vont pouvoir continuer à faire la fête !
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 08:34
Notre pays, comme le monde entier, est brutalement plongé dans une des plus graves crises économiques de son histoire. Captés par la spéculation sur les marchés financiers au lieu de s’investir dans l’économie réelle, les énormes profits réalisé par la mise en concurrence et la surexploitation des salariés du monde entier ont alimenté une gigantesque bulle financière qui est en train d’exploser. Les dégâts financiers sont déjà considérables. Aux États-Unis, 2000 milliards de dollars (20% des retraites gérées par les fonds de pension) sont partis en fumée.

Face au désastre, les grands de la terre se réunissent en urgence (G4, G7, Eurogroupe…) pour renflouer le système financier. Des sommes fabuleuses, qui se comptent en milliers de milliards de dollars, sont mobilisées par les Etats pour boucher les trous aux frais des contribuables. Mais rien n’y fait jusqu’à présent. La sphère financière s’affole et les bourses connaissent un plongeon sans équivalent.

Cette crise d’ampleur historique ne s’arrêtera pas à la sphère financière. L’immobilier, par où la crise a démarré, est déjà touché de plein fouet. Si on ne fait rien d’efficace, la crise bancaire va mettre en très grande difficulté les PME, et toute l’activité productive. Avec d’importantes conséquences sur le chômage, déjà en hausse très nette depuis l’été. L’économie mondiale est entrée en récession. Elle risque de prendre une ampleur catastrophique, affectant les salaires, l’emploi, les retraites, le logement, l’accès à la santé, les services publics. C’est la vie quotidienne de chacune et chacun d’entre nous qui est menacée.

Les mesures annoncées aujourd’hui par le Président de la République, après la réunion hier de l’Eurogroupe, la mobilisation de milliards d’euros pour sauver les banques ne s’attaquent pas aux choix et aux pratiques qui ont conduit à la catastrophe d’aujourd’hui.

Le Président de la République en appelle à « l’union nationale ». Mais il propose que cette union se fasse autour des recettes libérales qui sont à la racine même de la crise en favorisant une nouvelle fois un système irresponsable. Ces mesures sont absolument insuffisantes. Il est complètement vain de prétendre « moraliser » le capitalisme. C’est le système lui-même qui est en crise parce qu’il est obsédé par les profits, la rentabilité et l’enrichissement de quelques uns au détriment de l’intérêt général, du développement de toutes et tous, et de la préservation de la planète. Un système qui va de crise en crise : sociale, alimentaire, écologique, financière, et nourrit des tensions et des conflits de plus en plus graves.

Dans la très grave situation où nous sommes, le Parti communiste appelle les citoyennes et les citoyens, les militants syndicalistes et associatifs à se mobiliser sous toutes les formes possibles. Il appelle les économistes de gauche qui veulent contribuer à ce mouvement à travailler ensemble pour faire émerger des propositions fortes et convergentes. Il appelle les personnalités et les forces politiques de gauche à se rassembler d’urgence pour porter ensemble un plan de mesures efficaces pour stopper et sortir de la crise. Et dessiner ainsi une alternative politique de gauche forte et audible.

Dans les jours qui viennent, il organisera mille rencontres dans tous le pays afin de débattre avec toutes celles et tous ceux qui le souhaitent des véritables solutions à la crise. Dès aujourd’hui, il lance une pétition visant à soutenir cette démarche et de premières propositions :

  Mesures d’urgence

1. Il faut des mesures efficaces et justes pour sauver le système de crédit, vital pour notre économie. Mais en prenant des garanties contraignantes à l’égard des spéculateurs qui sont responsables de cette crise.
- - Pas d’argent public sans pouvoir de gestion. S’il doit venir au secours d’un établissement financier , comme Dexia, l’Etat doit pouvoir contrôler sa stratégie et sa gestion. Et quand il l’estime justifié, compenser l’aide apportée par une nationalisation durable de ses actifs sains, contribuant ainsi à la constitution d’un grand pôle financier public.
- - Organiser et exiger la transparence absolue du système bancaire. L’argent et la monnaie sont des biens communs, nécessaire à tous. Ils doivent être maîtrisés par tous les citoyens
- - Suppression du boulier fiscal pour les plus riches.
- - Refus de toutes nouvelles privatisations, à commencer par celle de La Poste, qu’il faut stopper de toute urgence.
- - Plan de développement et de modernisation des services publics
- - Augmentation des salaires et des pensions

2. On trouve des centaines de milliards pour sauver le système financier. Un effort équivalent peut et doit être fait pour les simples gens dont l’activité et la consommation sont le cœur vital de l’économie. Il faut pour cela des mesures d’urgences permettant de rétablir vraiment la confiance en protégeant les salariés et les familles.
- - Garantie absolue des dépôts bancaires des petits et moyens épargnants : cette mesure doit être prise dans toute l’union européenne dès le Conseil du 15 octobre.
- - Garantie des rémunérations en cas de licenciement
- - Garantie du logement, interdisant les expulsions, y compris pour les accédants touchés par la crise des crédits relais.

 Des réformes de fond pour s’attaquer à la logique folle du capitalisme.

1. Réorienter l’argent vers l’économie réelle. Nous proposons de réunir immédiatement un Grenelle du développement, avec tous les acteurs sociaux et économiques, pour décider des moyens de réorienter l’argent vers les salaires et le pouvoir d’achat, l’emploi et la formation, l’investissement, la santé, l’éducation et la recherche et toutes les dépenses socialement utiles.

2. Créer un grand pôle public du crédit. Autour de la banque des Dépôts et Consignations, des Caisses d’épargne, des banques mutualistes, de l’Oséo, de la banque postale, et les banques privées qui seraient renationalisées, ce pôle public doit avoir pour mission devrait impulser une politique de crédit favorisant l’investissement utile, et pénalisant lourdement les crédits à visée spéculative.

3. Contrôler les mouvements de capitaux. Il faut revenir sur l’aberrante liberté de circulation des capitaux qui alimente l’incendie financier. Dans le même sens, il faut engager une lutte acharnée contre les paradis fiscaux, dont l’existence, au sein même de l’Europe, permet à des capitaux considérables d’échapper à tout contrôle.

4. Aller vers un nouveau traité fondateur de l’Union européenne. La banque centrale européenne, aujourd’hui esclave des marchés financiers, doit être mise au service du développement de l’industrie et des services. En remettant en cause son « indépendance » à l’égard des pouvoirs politiques. Mais aussi en allant vers un nouveau traité mettant fin au pacte de stabilité, au dogme de la « concurrence libre et non faussée, et au choix du dumping social et fiscal.

5. Mettre le poids de la France et de l’Europe au service d’une refonte des institutions internationales à vocation économique et financière. Ayant pour but de favoriser un co-développement durable de tous les peuples, cette refonte doit s’accompagner de la création d’une monnaie commune mondiale mettant fin à l’hégémonie désastreuse du dollar.

Relevé de décision du Comité Exécutif National
- Parti communiste français

Paris, le 13 octobre 2007

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 09:03

LE HAVRE (Seine-Maritime), 13 oct 2008

Les accès de l’usine Renault de Sandouville (Seine-Maritime) était bloqués, lundi matin, par des salariés de la CGT qui protestent contre les suppressions de postes et les conditions de départ de leur établissement, a-t-on appris auprès de la CGT.

"Aujourd’hui rien n’est fait pour les 1.000 salariés concernés par le plan de départ. On veut un plan clair et précis", a indiqué à l’AFP Josiane Kharo, déléguée CGT du comité d’entreprise de Sandouville.

Le blocage des 4 portes d’entrée de l’usine est assuré par quelque 400 salariés au chômage technique cette semaine, a-t-on précisé de même source.

http://www.agefi.com/Quotidien_en_ligne/News/index.php?newsID=199984&PHPSESSID=0b3339eb0f926bc68782e56bb4bbaf6f

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 08:28

L’ancien premier ministre Edouard Balladur (UMP) a estimé aujourd’hui que l’"on peut dépasser la limite des 3 % à titre provisoire", en référence aux critères de Maastricht, qui prévoient notamment un déficit public contenu sous la barre des 3 % du PIB, aujourd’hui à "Dimanche soir politique" (Itélé / Le Monde / France Inter).

"On peut dépasser la limite des 3 % à titre provisoire, à condition d’être bien déterminé à revenir en dessous le plus rapidement possible", a déclaré M. Balladur, ajoutant aussitôt : "Je ne voudrais pas que l’on saisisse cette occasion pour un débat entre pro et anti-européens".

Henri Guaino, conseiller spécial du président de la République, avait déclaré le 2 octobre que "temporairement", face à la crise financière, les critères de Maastricht n’étaient "pas la priorité des priorités", des propos qui avaient provoqué l’émoi au sein du gouvernement et des parlementaires UMP.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/10/12/01011-20081012FILWWW00125-maastricht-depasser-les-balladur.php


Commentaire

:
En clair, il faut respecter le traité de Maastricht, sauf quand la situation exige de ne pas le respecter.
On se souviendra que ce traité avait été adopté par référendum avec 51 % des voix en septembre 1992 et que le seul grand parti de gauche à s'y être opposé était le PCF.
L'ouverture des marchés et des services publics à la concurrence et l'impossibilité pour les Etats de gérer librement leurs déficits constituaient deux éléments majeurs de ce traité clairement libéral.
On voit bien pour qui roulent nos gouvernants : quand c'est le "petit peuple" qui souffre à cause d'une loi du marché toute puissante, il faut respecter les dogmes du libéralisme ; quand ce sont leurs amis actionnaires et spéculateurs qui perdent de l'argent, c'est sauve qui peut et "A l'aide l'Etat !".
Solidaire
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 13:05

Sujet un peu plus léger par les temps qui courent : les tribulations de notre surexcité de président. Ou comment SArkozy fait le représentant de commerce pour quelques grands groupes français aux frais du contribuable.
Solidaire




S’envoler avec la compagnie Air Sarko implique de bien attacher sa ceinture de sécurité, parce qu’il faut suivre Nicolas Sarkozy. Anecdotes savoureuses d’un journaliste qui suit les voyages présidentiels depuis plusieurs années…

Atteint de bougeotte aiguë, notre Président a effectué, lors de ses dix premiers mois de la présidence, l’équivalent de cinq tours du monde. Soit trois fois plus que Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand et Jacques Chirac réunis.

Éreintant journalistes, ministres et conseillers qui l’accompagnent, Nicolas Sarkozy effleure les pays qu’il visite, bouleverse les protocoles. Mais en excellent VRP, il parvient toutefois à rapporter quelques contrats.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 08:40

The Job

Grand Prix 2008 du 10e Festival des Très Courts

La crise est bien là, mais le futur ressemblera t il pour autant à ça ? Une vision qui ne déplairait pas à Ken Loach.

 



The job
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 08:50
A l’heure où le site de Sandouville se bat pour son avenir, le PCF propose au Mondial de l’automobile que l’Etat passe de 15% à la minorité de blocage dans le capital de Renault.

"Cela donnerait à l’Etat la possibilité de s’opposer à des choix stratégiques lourds de conséquences", a dit Daniel Paul, député de Seine-Maritime.

Vous pouvez retrouver le texte prononcé par Daniel Paul, député et en présence de Marie-George Buffet députée et secrétaire nationale du PCF sur le site du journal "L'Humanité en cliquant sur le lien suivant :

http://www.humanite.fr/Renault-le-PCF-pour-une-minorite-de-blocage

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 08:48

54% des Français veulent une transformation radicale. Un sondage CSA exclusif cette semaine dans l’Humanité Dimanche.

Dans le magazine, Marie-George Buffet, Cécile Duflot, François Hollande et Olivier Besancenot réagissent à cette enquête et donnent leurs propositions pour sortir de la crise.

Interrogés par CSA pour le compte du numéro de l’Humanité- Dimanche du 9 au 15 octobre, les Français souhaitent à 54 % une transformation radicale ou en profondeur du système capitaliste contre 40 % qui voudraient seulement l’aménager sur quelques aspects ou le laisser tel quel (4 %).

60 % des personnes interrogées – dont 60 % des cadres – jugent que nous avons à faire avec « une crise générale du système capitaliste  » et non « une crise boursière passagère qui provient de quelques excès des marchés, notamment américains ».

Cette même enquête montre que 73 % des Français refusent les privatisations de La Poste, 84 % de la santé, 71 % de l’énergie, 68 % des transports en commun…

Marie-George Buffet, Cécile Duflot, François Hollande et Olivier Besancenot réagissent à ce sondage dans les colonnes du magazine.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 13:42

Patrick Kron, le PDG d’Alstom dont l’action a perdu 20 % en cinq jours, tient à rassurer tout le monde : « la liquidité n’est pas un souci pour Alstom », explique-t-il dans les Echos de mercredi 8 octobre. On est forcé de le croire. La certitude, c’est que ce patron sarkozyste a bien été inspiré d’exercer ses stock options fin septembre, juste avant que le titre qui valait alors 65 euros ne commence sa chute jusqu’à moins de 40 euros. « Pour les options qui m’ont été attribuées en 2004, je pouvais vendre à partir du 18 septembre ce que j’ai fait, sans porter de jugement sur ce que pouvait être le l’évolution ultérieure du cours », indique-t-il au quotidien.

Entre le 19 et le 23 septembre, détaille l’AMF (l’Autorité des marchés financiers), Patrick Kron a donc tout balancé par dessus bord. Il est amusant de constater que c’est après qu’il a vendu de gros volumes d’actions que le cours du groupe a commencé à être déstabilisé. Lundi 29 septembre, alors que le CAC 40 se maintenait, l’action du constructeur des TGV a fini à 51,7 euros alors qu’elle avait terminé la semaine précédente à 58,6 euros.

Le montant total des cessions réalisées par Kron dépasse en réalité les 13 millions d’euros évoqués dans une des questions posées par les journalistes des Echos. Le PDG s’est bien gardé de rectifier : la somme atteint plus de 16,5 millions d’euros. Chapeau : en ces temps difficiles, il fallait y arriver !

Vu dans "Bakchich info"

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article