Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 11:35

Nos médias l'oublient volontiers mais, avant l'accession au pouvoir de Blaise Compaoré, au Burkina Faso, ce pays a eu pour président le leader communiste Thomas Sankara.

De 1983 à 1987, et le putsch de Compaoré durant lequel il est assassiné, Sankara mène une politique progressiste et anti-impérialiste qui déplaira fortement aux anciennes puissances coloniales, France en tête.

Devant l'ONU, Thomas Sankara défend le droit des peuples à pouvoir manger à leur faim, boire à leur soif, et à être éduqués. Il est l'un des principaux moteurs du Mouvement des pays non-alignés et dénonce les régimes néo-coloniaux voisins, notamment la Côte d'Ivoire et le Mali. Ces deux pays organisent d'ailleurs plusieurs campagnes militaires contre le Burkina Faso avec l'aide... de la France.

Bref ! Thomas Sankara est l'homme à abattre.

Blaise Compaoré sera l'homme de main de la France et des Occidentaux dans le renversement de Sankara.

On comprend mieux comment le régime corrompu et autoritaire de Compaoré a pu tenir aussi longtemps !

L'arrivée au pouvoir, à nouveau, de militaires, n'augure pas d'une évolution démocratique du pays. La jeunesse burkinabée et l'opposition sauront-elles déjouer les pièges des Occidentaux et de leurs alliés locaux ?

25 ans après sa mort, Thomas Sankara reste la référence pour nombre de Burkinabés qui n'hésitent pas à brandir son portrait dans les manifestations.

Solidaire

Burkina---Portrait-de-Sankara---Octobre-2014.jpg


Mariam Sankara, veuve du Président Thomas Sankara a, dans une lettre, félicité le peuple burkinabé pour «avoir réhabilité» le prédécesseur de Blaise Compaoré au pouvoir. Elle exhorte aussi les familles qui pont perdu les leurs lors des manifestations ayant conduit à la chute de Blaise Compaoré «de saisir la justice nationale et internationale» pour que le président déchu «répondre de ses crimes».

Mariam, veuve de Thomas Sankara: Blaise Compaoré «doit répondre de ses crimes»
«Je tiens à remercier les burkinabè qui ont contribué (…) à éviter le chaos politique dans lequel Blaise Compaoré et ses amis voulaient plonger le Burkina Faso», a écrit Mariam Sankara. Avant de signifier que Blaise et ses «sbires ont endeuillé le peuple», dont Mme Sankara partage la douleur. Pour cela, dans sa lettre, Mariam Sankara exhorte les «familles éplorées à saisir la justice nationale et internationale pour que Blaise Compaoré réponde de ses crimes».

La veuve de l’ancien président du Burkina, Thomas Sankara assassiné en 1987, est d’avis que l’image de médiateur de la sous-région dont Blaise Compaoré s’est drapé ne doit pas le disculper.
«Ce monsieur qui était sollicité comme médiateur dans les conflits, était en réalité celui qui les attisait. Des pays comme l’Angola, le Libéria, la Sierra Leone, le Mali, la Guinée et la Côte d’Ivoire ont subi ses manœuvres de déstabilisation», explique Mariam Sankara. Avant de conclure: «Non, il (Blaise Compaoré) ne doit pas couler des jours paisibles à Yamoussoukro. Il doit répondre de ses actes et crimes de sang».
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 10:35

Week-end d'élections dans le monde : Brésil, Uruguay, Tunisie et Ukraine votaient.

4 pays aux destins et aux réalités bien différentes votaient ce week-end. D'un côté, deux pays voisins d'Amérique latine, le Brésil et l'Uruguay, votaient pour les Présidentielles. Plus près de chez nous, la Tunisie, aux prises avec l'islamisme, et l'Ukraine, en pleine guerre civile, renouvelaient leurs parlements.

Ces réalités ont amené, logiquement des résultats différents, riches d'espoir pour les peuples uruguayen, brésilien et tunisien, beaucoup plus sombres en Ukraine. Les commentateurs français, eux, adaptent leurs analyses à la ligne politique de leurs actionnaires, sans lien avec les réalités politiques de ces pays.

Les élections brésiliennes et ukrainiennes sont celles dont le traitement est le plus clairement politique.

3 millions de voix d'écart... seulement !

D'un côté, une élection brésilienne où, dès le départ, les lobbies économiques français propriétaires des médias avaient fait le choix de la défaite de la présidente sortante Dilma Roussef. Les nombreux reportages sur ces élections montraient "l'irrésistible ascension" de la candidate verte Marina Silva jusqu'à son échec complet au 1er tour de l'élection, le 5 octobre dernier.

Première désillusion pour nos médias et premier échec de l'intox sur le Brésil !

Avec le deuxième tour, c'est l'espoir de voir le candidat de droite gagner qui s'envole. Dilma Roussef l'emporte avec 51,64 % des voix devant Aecio Neves lors d'un second tour qui a mobilisé près de 80 % des électeurs !

La déception de nos médias les laisse amer et ce sont des commentaires aigris qui parlent de la "courte" victoire de la présidente sortante avec "seulement" 3 millions de voix d'avance dans un pays désormais "coupé en deux".

Oserait-on rappeler à nos journalistes les scores des Présidentielles françaises ? En 1974, Giscard-d'Estaing était élu avec "seulement" 50,81 %. En 1981, François Mittérand l'emportait avec tout juste 51,76 %. Plus près de nous, François Hollande battait Nicolas Sarkozy en mai 2012 avec 51,64 % des voix soit un écart moindre que celui de Dilma Roussef face à son adversaire !

Et ne parlons pas de l'abstention en France !...

Victoire des pro-européens en ukrainiens ?

A l'inverse du Brésil, nos médias français ont fait depuis longtemps le choix du gouvernement de Kiev contre ses opposants et la Russie.

C'est ainsi que la presse française se félicite du résultat des élections ukrainiennes qui se sont pourtant déroulées en pleine guerre civile, empêchant le vote de tout l'est russophone du pays, sans parler de la Crimée, et dans des conditions de pression sur les listes d'opposition, celles des anciens partisans du Parti des Régions, comme sur les candidats et militants communistes.

Au final, moins de 41 % des électeurs ukrainiens se sont rendus aux urnes : 50 % dans deux régions pro-occidentales de l'ouest (!) et moins de 30 % dans toutes les régions où vivent des "minorités", notamment tout l'ouest russophone. 

Rien d'étonnant dans ces conditions à voir des résultats en faveur des "pro-européens" calqués sur des territoires qui votaient traidtionnellement pour ces forces politiques. Quant aux 70 % attribués dans nos médias aux forces pro-européennes, ils sont à nuancer puisque l'extrême-droite a percé durant ces élections.

Une majorité d'abstentionnistes et des partis d'opposition muselés, une partie du territoire privée de parole : et on parle de vote démocratique ?

Le climat anti-russe dans nos médias rend aveugle nos journalistes.

Uruguay : la gauche confirme

Le successeur du Président sortant, le très populaire et simple Pepe Mujica, sera certainement issu des rangs de la même alliance politique, le Frente Amplio.

Avec 46 % des voix, Tabaré Vazquez devrait retrouver le poste de Président qu'il occupait de 2005 à 2010.

AVec une croissance de 4 % et un chômage à 6 % de la population active, le pays a connu une nette amélioration de sa situation économique au profit du peuple.

Une gauche comme ça manque en France !

Tunisie : les laïcs en tête ?

Plus près de chez nous, nos voisins de Méditerranée ont du mal à sortir de la révolution qui a fait chuté le régime Ben Ali.

La montée en puissance des islamistes d'Ennahda, soutenus et financés par les pétromonarchies du Golfe, a longtemps menacé et menace encore les droits des Tunisiens. Des femmes tunisiennes particulièrement !

Avec ces élections législatives, marquées par la désunion des forces politiques, la crise économique et les menaces djihadistes, l'abstention a été forte, à près de 60 %.

Mais, malgré tout, le camp laïc aurait réussi a battre les islamistes, cela grâce à la récente constitution d'un parti fourre-tout, Nidaa Tounès, regroupant syndicalistes et ancien du régime Bourguiba !

A gauche, le Front populaire où figurent les communistes, semble avoir passé le cap des élections. Il aura des députés à l'assemblée.

4 pays différents aux situations politiques et à l'Histoire bien différente.

Pourtant, par nos médias, n'en parvient qu'une réalité déformée, tronquée, parfois manipulée.

La neutralité des journalistes est un leurre, comme celle de nombreux élus locaux.

L'information, comme la politique, est différente selon que l'on accepte les règles du jeu d'une société inégalitaire ou que l'on se situe en dénonciation, en révolte pour changer la donne.

Le traitement des élections, particulièrement en Ukraine et au Brésil, montre comment l'influence des intérêts économiques et stratégiques amène les journalistes à tolérer l'intolérable en Ukraine et à rêver des changements au Brésil, bien loin du choix de ces peuples.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 15:59

Depuis le décès accidentel de Christophe de Margerie, il est interdit de critiquer le bilan du patron de la plus grande entreprise de France.

Concerts de louanges et insultes à ceux qui, à l'image de Gérard Filoche, ne se joignent pas à la cohorte des pleureuses, voilà le spectacle médiatique que nous vivons depuis la mort accidentel de Christophe de Margerie, le patron du géant pétrolier Total.

Il est donc interdit de critiquer le bilan d'un patron ?

Pourtant, même si on ne doit jamais se féliciter du décès de quelqu'un, le bilan de Christophe de Margerie à la tête du groupe Total est loin d'être rose !

Sans aller bien loin, on peut aller sur trois aspects : l'aspect fiscal, l'aspect environnemental et l'aspect salarial.

Pour ce qui est du fisc, doit-on rappeler que Total est l'entreprise française qui dégage le plus gros chiffre d'affaires mais qui paie le moins d'impôts ?

Par des montages fiscaux bien connus, le Bénéfice Mondial Consolidé, le groupe ne réalise officiellement en France que des pertes en France sur ses activités de raffinage et d'exploitation des stations-service et n'a ainsi pas payé l'impôt sur les sociétés en 2012 et 2013. Il devrait en plus toucher 80 millions d'euros au titre du crédit d'impôt compétitivité emploi en 2017 ! Beaucoup de petites et moyennes entreprises doivent grincer des dents !

Pourtant, avec un chiffre d’affaires de près de 190 milliards d’euros en 2013, le pétrolier a versé 5,4 milliards d’euros de dividendes à ses actionnaires et payé 11,1 milliards d’euros d’impôts sur les bénéfices de par le monde, là où il a des forages et où il ne peut échapper à l'impôt !

Pour ce qui est de l'environnement, il faut se rappeler de l'Erika qui s'est échoué sur nos côtes le 12 décembre 1999 et de la longue bataille pour que Total reconnaisse ses torts et contribue aux frais de nettoyage et de dépollution !

Plus récemment, des dossiers concernent Total en Arctique, au Canada, avec les schistes bitumeux, ou en République Démocratique du Congo autour d'un projet de forage aux abords d'une importante réserve naturelle ! Sans parler du saccage annoncé de la Patagonie !

Enfin, côté emplois, les salariés français du groupe Total sont de moins en moins nombreux, au gré des réorganisations.

Dernier site en date, la raffinerie de La Mède dans les Bouches-du-Rhône, menacée de fermeture.

Alors, effectivement, si on ne peut que déplorer le dramatique accident qui aura coûté la vie à Christophe de Margerie, aux deux pilotes et à l'hôtesse de l'air qui l'accompagnaient, le droit au bilan existe et celui-ci montre bien que le patron de Total faisait partie des ardents défenseurs d'un libéralisme mondialisé qui offre des avantages aux actionnaires en mettant en concurrence les travailleurs et en optant pour des pays et des projets pour lesquels les règles environnementales ne pèsent pas bien lourd.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 16:03

226 voix pour le projet de recettes de l'Etat quand la majorité parlementaire est de 289 députés.

Le vote de confiance de l'assemblée nationale pour le gouvernement Valls version 2 avait déjà montré que Manuel Valls ne bénéficiait pas du soutien d'une majorité de parlementaires.

Avec le vote de la partie recettes du projet de loi de finances pour 2015 (PLF 2015), rebelote.

Ce projet de loi primordial n'a été approuvé, mardi 21 octobre à l'Assemblée nationale, que par une courte majorité : 266 voix pour, 245 contre et 56 abstentions.

On est donc encore en dessous des 289 députés qui constituent la majorité à l'Assemblée nationale !

Deux votes majeurs et deux votes minoritaires ! Et pourtant, ce gouvernement continue ?

Valls et Hollande ne bénéficient plus du soutien majoritaire des Français, comme l'a montré la Bérézina des Européennes. Ils n'ont plus de majorité parlementaire.

Il est temps de changer les choses ! Une majorité de gauche existe à l'Assemblée Nationale. Il suffirait que soit nommé un gouvernement qui souhaite mener une politique... de gauche !

Mais, pour amener à ce résultat, encore faudrait-il que les députés socialistes qualifiés de "frondeurs" aillent au bout de leur démarche !

Comme le dit l'expression : "Abstention, piège à cons !".

C'est un peu exagéré mais quand même ! A quoi sert l'abstention de 39 députés socialistes sur ce projet de recettes puisque, au final, rien ne change ?

Plutôt que s'abstenir, ces députés socialistes devraient assumer courageusement le programme sur lequel ils ont été élus. Valls et Hollande seront certainement mécontents mais leurs électeurs, eux, seront certainement fiers de leurs députés !

La démocratie française est au fonds du trou avec un président rejeté par plus de 80 % des Français et un gouvernement qui ne rassemblement plus qu'une courte majorité relative à l'Assemblée !

Il est temps de redonner du tonus à la gauche combative, au PCF et au Front de Gauche !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 09:15

Le retour de Martine Aubry dans les médias a forcé les loups libéraux à sortir du bois socialiste.

A quoi joue Martine Aubry ? On ne sait pas très bien.

Depuis sa mairie de Lille, qu'elle ne donne pas l'impression de vouloir quitter, Martine Aubry s'est lancée dans une dénonciation en règle des choix politiques gouvernementaux par presse interposée.

Si le bilan de Martine Aubry comme ministre du travail est loin d'être glorieux, avec sa réforme des 35 heures qui a fait perdre du pouvoir d'achat à des millions de salariés, ses propos mettent en évidence la dérive libérale du gouvernement actuel.

Il n'en aura pas fallu plus pour que fusent de toutes parts des critiques contre elle et ses propos.

Pas besoin de revenir sur les propos des uns et des autres, les sites d'infos en ligne et la presse télévisée sont là pour inonder chacun de ces informations !

Tout juste soulignera-t-on les propos d'un cadre socialiste, publiés sur BFM Télé hier, qui dénoncent "la social-démocratie" de Martine Aubry : en voilà un qui renie l'essence même de ce que devrait être le Parti socialiste !

Le PS n'est plus socialiste, c'est-à-dire qu'il ne souhaite plus l'avènement d'une société socialiste via des réformes. On le savait déjà.

Le PS ne serait donc plus social-démocrate, c'est-à-dire souhaitant des améliorations sociales dans le cadre de la démocratie capitaliste : ça c'est nouveau !... En tout cas, officiellement.

Car, de Macron à Valls, les commentaires des plus hauts responsables gouvernementaux confirment la voie libérale choisie par le gouvernement... socialiste.

Et c'est finalement le chef, François Hollande, qui conclue cet enterrement en règle de la voie socialiste en France en affirmant que, non seulement il ne changera pas de cap, mais que, au contraire, les réformes vont s'accélérer !

Réformer ? Réfomer ? Certes !... Mais pour quoi faire ?

D'évidence, en écoutant les uns et les autres, il ne faut pas s'attendre à ce que la direction du PS change d'orientation par elle-même.

Question : les militants socialistes ont-ils encore un poids face à leurs dirigeants ? Pourront-ils, et même, voudront-ils réorienter la politique de leur gouvernement vers plus de justice sociale et de redistribution des richesses ?

Si même Aubry est balancée aux orties de cette façon, il est à craindre qu'une parole de gauche au PS soit devenue inaudible, et peut-être même pire : inacceptable !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 11:41

Le ministre de l'Economie explique qu'avec son projet de développement des autocars en France "les pauvres voyageront plus facilement". Une nouvelle insulte du PS envers ceux qui souffrent au quotidien des errements de la finance dont Macron est issu.

Après les "illettrées" de Gad, Macron évoque "les pauvres" en autocar
La langue d’Emmanuel Macron a encore fourché. Alors qu’il présentait ce mercredi 15 octobre son projet d’assouplissement de la réglementation du transport par autocar en France, le ministre de l’Economie a expliqué que cette réforme pourrait "bénéficier aux pauvres qui voyageront plus facilement".
"Pour qui cette réforme est-elle bonne ? Elle est bonne pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer dans les transports en commun parce que le train est trop cher. Donc quand on me dit, 'les pauvres voyageront en autocar', j'ai tendance à penser que c'est une caricature, mais les pauvres qui ne peuvent pas voyager voyageront plus facilement [...] parce que l'autocar c'est 8 à 10 fois moins cher", a-t-il lâché devant la presse.
Emmanuel Macron, arrivé au gouvernement avec une image de technocrate brillant et d’ex-financier aisé, avait déjà commis un faux pas dès sa première intervention dans les médias, en parlant des salariées "illettrées" de l'entreprise bretonne Gad.
A trop traîner dans les hautes sphères de la bourgeoisie, les "nouveaux cadres" socialistes finissent par afficher le même mépris de classe et la même méconnaissance du quotidien et des attentes des Français que nombre de cadres de l'UMP !
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 11:05

C'est Bruxelles qui gouverne la France grâce aux traités européens défendus par les forces politiques du système.

Traité de Maastrich et Traité de Lisbonne, combattus en leur temps par les communistes et le Front de Gauche, ont donné les clefs de la France et de son économie à une Union européenne dirigées par des commissaires non élus mais nommés selon leur degré de soumission aux dogmes libéraux.

Le risque de voir rejeter le budget français par Bruxelles est une conséquence directe de ces traités.

Si la France ne se soumet aux ordres des commissaires européens, ce seront d'importantes sanctions financières qui frapperont notre pays, des sanctions en milliards d'euros.

Dans un entretien accordé vendredi à Reuters, le président de l'Eurogroupe, le néerlandais Jeroen Dijsselbloem, a déclaré : «Nous avons l'impression que le projet de budget de la France est assez loin de l'objectif, à la fois en terme de déficit nominal et de mesures effectives, concernant le déficit structurel et le nombre et la qualité des réformes qui doivent être réalisées. Donc (…) l'ambition doit être revue à la hausse».

«On leur a donné deux ans et la question est Comment ont-ils utilisé ce temps ? Pour être tout à fait franc, je crois qu'ils n'ont pas utilisé ce délai pour des réformes», avait encore déclaré jeudi le président de la zone euro devant un centre de réflexion de Washington.

En clair, la France doit respecter coûte-que-coûte la sacro-sainte règle libérale des 3 % de déficits quitte à sacrifier l'emploi, les investissements publics ou la Sécu dans l'affaire !

"Il faut respecter la France, c'est un grand pays." Manuel Valls n'a plus que la rhétorique aujourd'hui pour protester contre le risque réel de voir Bruxelles et ses commissaires politiques libéraux refuser le budget de la France. Sauf que, sa responsabilité et celle de sa majorité sont complètes dans ce fiasco annoncé : n'ont-ils pas accepter voter par le Parlement un traité de Lisbonne que François Hollande avait affirmé vouloir "renégocier" s'il se faisait élire Président de la République ?

Par ailleurs, il faudrait aussi mettre ses menaces en cohérence avec ses actes quant on entend, à nouveau, Emmanuel Macron se lancer dans de nouvelles annonces libérales pour, justemen, respecter les règles imposées par Bruxelles !

Quant à la droite, elle ne manque pas non plus de culot en donnant des leçons au governement actuel ! C'est quand même Nicolas Sarkozy qui a négocié le traité de Lisbonne avec Angela Merkel !

Chaque jour, cette Europe montre un peu plus son vrai visage, celui d'une structure anti-démocratique, éloignée des préoccupations des peuples pour se concentrer sur son objectif unique : déréguler économiquement et socialement les pays européens pour offrir aux multinationales et au secteur financier un marché complètement libéralisé, où règles sociales et fiscales seraient supprimées.

Tout ceux qui, depuis des décennies, nous chantent les charmes des traités européens successifs, ceux qui ont sacrifié la démocratie en imposant par le Traité de Lisbonne en 2007 ce que les Français avaient refusé par le TCE en 2005, par référendum, ces politiciens et journalistes peuvent bien aujourd'hui simuler la colère ou prendre des postures de fierté : ils ont cédé le pouvoir du peuple français aux technocrates de Bruxelles donc aux marchés financiers !

PS, PRG, Verts-EELV, MODEM, UDI ou UMP ont fait le choix de l'Europe libérale, l'Europe de la finance, et sacrifiés du même coup les acquis sociaux de notre pays, notre modèle social.

Aujourd'hui, reprendre les rênes de notre avenir passe non seulement par une confrontation politique avec cette Union européenne mais également par la rupture avec les schémas de pensée idéologique libéraux qui, de Paris à Bruxelles, privent les nations de leurs droits et les peuples de leurs richesses.

Défendre en même temps la souveraineté nationale et prôner une politique tournée vers la satisfaction des besoins populaires, seuls les communistes le proposent, avec leurs alliés du Front de Gauche.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 12:36

Evo Morales, président de Bolivie, vient d'être reconduit pour un troisième mandat avec 60 % des vois au premier tour !

Evo Morales sera donc 5 années de plus le président de la Bolivie. Celui qui a commencé comme défenseur des producteurs de coca a acquis une notoriété et un soutien populaire incomparable.

Ce n'est pas en France que cela arriverait ! Et, d'ailleurs : pourquoi ?

En dehors de Mittérand en 1988, puis de Chirac en 2002, dans les circonstances particulières d'un duel avec l'extrémiste de droite Jean-Marie Le Pen, aucun président français n'a pu être réélu deux fois par les Français. A chaque fois, le mécontentement populaire a entrainé le président sortant dans un jeu d'alternance qui ne convainc plus les électeurs.

Evo Morales fait partie de cette génération de présidents sud-américains, arrivés au pouvoir portés par la rue, par les populations défavorisées et les indigènes, comme Hugo Chavez en son temps.

Cette génération de présidents, à la différence des nôtres, a respecté sa parole de lutter contre la misère, le chômage et la corruption. Vénézuéla, Equateur ou Bolivie font partie des pays qui connaissent en ces domaines les évolutions les plus positives au monde. Pendant ce temps là, nos puissances capitalistes d'Europe, fortes de leurs économies développées, connaissent le chemin inverse. Chômage, précarité et misère grandissent chaque jour un peu plus en France et en Europe.

Paradoxe ? Pas vraiment !

Tout est une question de choix politique !

"Les barricades n'ont que deux côtés" disait Elsa Triolet. En politique également.

Soit, vous faites le choix de servir les intérêts du peuple, soit vous faites le choix de servir ceux de la finance et des actionnaires. C'est ce dernier choix que font ceux qui se succèdent à l'Elysée.

Mais, pour gagner une élection, il faut convaincre le peuple de voter pour soi, quitte à raconter de gigantesques bobards, à prononcer des phrases que reprendront en choeur les médias du système, comme le "travailler plus pour gagner plus" de Nicolas Sarkozy ou le "mon ennemi, c'est la finance !" de François Hollande.

Le décalage entre le discours électoraliste nécessaire pour se faire élire et la politique au service des puissants, provoque une désillusion croissante dans l'électorat populaire, entrainant l'astention ou le vote pour une extrême-droite qui se donne l'apparence de la virginité politique.

La réalité politique, comme celle des barricades, classe les forces entre celles qui aujourd'hui servent le capital, les grands patrons, et celles qui servent le peuple, les travailleurs. La manipulation politique et médiatique vise à faire oublier ce distingo.

En Amérique du sud, les lignes politiques sont plus claires. Des années d'un libéralisme féroce et d'une répression politique et syndicale par des régimes soutenus par les puissances occidentales, tout cela a provoqué une prise de conscience forte dans les milieux populaires de la réalité d'une lutte des classes où une poignée de riches bourgeois, s'appuyant sur l'armée, la police et la justice, imposait la misère au reste du peuple pour son unique enrichissement.

Des mouvements sociaux et indigènes sont nés des forces politiques et des leaders qui ont conquis le pouvoir, démocratiquement, et qui, aujourd'hui, changent les sociétés sud-américaines malgré les résistance des riches familles, des grands propriétaires terriens et des multinationales, des Etats-Unis notamment, qui se gavaient sur le dos de ces pays.

En s'attaquant aux monopoles, aux multinationales et aux grandes familles, ces Chavez, Morales ou Correa, se créent de solides inimitiés dans leur pays et à travers le monde, mais ils réalisent leurs programmes de progrès sociaux, de redistribution des richesses nationales vers le peuple. Leur popularité et les scores électoraux de leurs majorités viennent de là.

L'exemple d'Evo Morales en Bolivie, comme ceux d'Hugo Chavez et de Nicolas Maduro au Vénézuéla, prouvent qu'un chef de l'Etat et sa majorité peuvent redonner du pouvoir au peuple, redistribuer des richesses et recréer de l'emploi malgré les résistances des banques et des financiers.

Cette volonté d'appliquer une politique populaire en France, on voit bien que le Parti socialiste ne l'a plus, que la droite ne l'a jamais eu non plus. Les désaveux successifs des Français, en 2012 pour Sarkozy et sa majorité UMP-UDI, actuellement pour Hollande et sa majorité PS-PRG, sont la traduction concrète de ce sentiment de trahison, d'abandon. 

Il faut donc regarder plus à gauche, vers le Parti communiste et le Front de Gauche, pour trouver les forces politiques vraiment transformatrices en France, celles qui sortiront notre pays de l'ornière libérale, de cette politique de casse sociale qui ne profite qu'aux spéculateurs financiers.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 09:59

Le courage des miliciens kurdes suffira-t-il à contrer le nombre et l'armement des djihadistes de Daesh ?

Si l'opinion publique soutient les combattants kurdes face aux islamistes radicaux, en est-il vraiment de même de la part des gouvernements ?

L'offensive qui a mené les djihadistes de DAESH aux abords de Kobané ne s'est pas faite en 1 jour. Il aura fallu près de dix jours pour que le front recule jusqu'à Kobané. Des journées qui auraient pu prêter à réaction de la part de la communauté internationale, ici comme sur d'autres fronts.

Mais les combattants kurdes de Syrie sont épaulés par les combattants kurdes de Turquie, proches du PKK, qui sont venus épaulés leurs frères dans un élan compréhensible de solidarité.

Or, le combat des Kurdes de Turquie pour la reconnaissance de leur identité fait l'objet d'une répression de la part des pouvoirs successifs à Ankara. La lutte armée menée par le PKK est une conséquence de cette répression.

La Turquie joue double-jeu sur le dossier de Kobané, affirmant d'un côté son soutien au combat des Kurdes mais espérant, d'un autre côté, l'élimination des rebelles kurdes, notamment des militants kurdes de Turquie. Et puis, n'oublions pas que le gouvernement islamiste d'Erdogan a soutenu la rébellion syrienne, notamment son aile islamiste, en permettant l'entrée en Syrie de matériel militaire et de djihadistes venus d'autres pays du monde.

La Turquie, pivot essentiel des Etats-Unis dans cette région, bénéficie de ce fait du soutien discret sur le dossier Kobané.

Si les troupes et les chars turcs massés près de Kobané n'interviennent pas, c'est parce qu'ils sont là pour éviter toute infiltration islamiste en Turquie et éviter, à l'inverse, toute entrée de rebelles kurdes vers la Syrie. D'ailleurs, malgré des accords avec les forces kurdes d'Iraq, le gouvernement turc a refusé le transit par son territoire de 2 000 à 3 000 combattants kurdes d'Iraq qui devaient venir épauler les combattants de Kobané.

Avec ce choix turcs de laisser écraser les Kurdes de Kobané, on comprend mieux les tergiversations occidentales. Quelques bombardements imprécis ont été menés, histoire de donner l'illusion que les occidentaux soutiennent les Kurdes. Ça, c'est pour l'opinion publique internationale !

L'idée turque relayée par François Hollande d'une zone tampon à la frontière, c'est un moyen d'occuper militairement le territoire syrien, au détriment du droit international (quoi qu'on pense de Bachar El Assad), et de reporter côté syrien toutes les bases arrières de la rébellion syrienne, actuellement en territoire turc. Rébellion dont les islamistes composent désormais l'essentiel des forces, qu'ils soient du Front Islamique (pro-saoudien), d'Al Nosra (branche officielle d'Al Qaïda) ou de Daesh (l'Etat Islmaique).

La révolte des Kurdes, en Europe comme en Turquie, vise à dénoncer cette passivité turque et occidentale, cette hypocrisie qui laisse filer le temps en espérant que l'écrasement des Kurdes ne tarde pas trop.

Comme pour la cause palestinienne, la cause kurde est prisonnière d'impératifs de géopolitique qui évacuent les notions de liberté, de souveraineté des peuples et les droits de l'Homme.

La France brillerait sur la scène internationale si elle agissait clairement en faveur des Kurdes de Kobané et d'ailleurs.

L'alignement aveugle de la France sur l'OTAN, donc sur les Etats-Unis, empêche malheureusement notre pays d'avoir une politique étrangère qui lui permette de retrouver l'image d'un pays soucieux des droits humains et de la liberté des peuples à vivre libres et en paix.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 14:01

Malgré des choix européens à son service exclusif, l'Allemagne est elle aussi sur le point d'entrer en récession.

Après une croissance en recul de 0,2% au deuxième semestre, le troisième trimestre s'annonce tout aussi difficile. Au point que certains économistes envisagent désormais une récession en Allemagne, ce qui serait un choc pour le pays le plus puissant d'Europe, toujours prompt à donner des leçons de bonne gestion à ses voisins.

C'est l'industrie allemande, la plus forte d'Europe, qui plonge. La production industrielle a baissé de 4% sur un mois en août, sa plus forte baisse depuis janvier 2009.

Si la production plonge, c'est à cause des commandes à l'industrie, en recul de 5,7%. « La conjoncture industrielle traverse actuellement une phase de faiblesse », reconnaît le ministère allemand de l'Économie, qui refuse de s'alarmer. Pourtant, la production de biens d'équipement a dévissé de 8,8% et la production automobile de 25,4% !

Avec des obligations de travail pour les chômeurs, à des salaires frôlant parfois l'esclavagisme, le taux de chômage est toujours historiquement bas, à 6,7%. Pourtant, malgré ce système pénalisant pour les chômeurs, le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté au mois de septembre : 12.000 chômeurs supplémentaires alors que les analystes s'attendaient à une baisse d'environ 2000 personnes.

En clair, l'économie allemande connait un sacré coup de froid !

Depuis des mois, on voit partout en Europe François Hollande supplier l'Allemagne et sa chancelière quémander un changement de politique monétaire de l'Union européenne. Finalement, ce n'est ni le poids de la France, ni la force de conviction de notre Président qui vont faire changer d'avis les décideurs économiques allemands mais, peut-être, la réalité économique ? Peut-être...

En tout cas, l'Union européenne est montrée du doigt au niveau mondial comme étant le membre malade de l'économie planétaire. Même le FMI y va de sa critique. C'est pour dire !

Avec une Europe du sud qui souffre toujours de la crise capitaliste que l'on fait payer aux populations de ces pays, le reste de l'Europe n'est pas non plus particulièrement en grande forme. C'est le cas de la France.

Alors, pourquoi nos gouvernements et le super gouvernement de Bruxelles s'obstinent-ils à poursuivre des politiques qui sont partout en échec ?

Comme en France, la réponse est à chercher dans les super-profits qu'accumulent les plus grandes entreprises européennes, les géants du capitalisme capables de jouer la carte de la délocalisation de l'emploi et de l'optimisation fiscale, terme diplomatique pour couvrir des méthodes permettant aux multinationales de payer un minimum d'impôts.

Autant la politique de Bruxelles est dictée par Berlin, autant les politiques de chacun des états européens sont dictées par leurs places financières respectives.

Au final, cette Europe de la crise et de la récession est une machine à reprendre du pouvoir d'achat et des acquis sociaux aux travailleurs d'Europe pour permettre aux actionnaires et aux banques d'augmenter toujours plus le rendement de leurs placements. Croissance et plein emploi ne sont pas des objectifs réels, seulement des propos de campagne destinés à convaincre les travailleurs, salariés ou indépendants, qu'ils doivent accepter de ce sacrifier pour espérer, un jour prochain, peut-être, retrouver un peu de pouvoir d'achat et des miettes de croissance.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article