Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

6 novembre 2007 2 06 /11 /novembre /2007 15:29

Quatre universités sont bloquées et deux fermées mardi. La ministre de l’Enseignement supérieur Valérie Pécresse appelle les syndicats étudiants "au dialogue".

Lentement mais sûrement, les étudiants manifestent leur défiance vis-à-vis de la réforme sur l’autonomie des universités. Les blocages sporadiques d’universités se sont multipliés mardi matin. A Tours, des chaises et des tables interdisaient l’accès aux salles de cours de la Faculté de Lettres des Tanneurs. Une scène similaire a accueilli les étudiants de la faculté de Perpignan et de l’université Toulouse-Le Mirail dont le blocage avait été voté mardi dernier. Cela porte à six le nombre d’établissements paralysés. Depuis le 30 octobre, les départements de lettres et de psycho-socio de l’université de Rouen sont clos. Depuis hier le site de Tolbiac (Paris I) est fermé administrativement après que 200 étudiants ont occupé ses locaux. Même situation à Aix-en-Province où le site d’Aix-Marseille n’a pas rouvert ses portes depuis la semaine dernière.

Déjà la semaine passée, les blocages avaient refait leur apparition dans une dizaine d’universités dont Rennes, Aix-en-Provence et Montpellier. Des sites où les militants d’extrême gauche et d’organisations comme Sud ou la CNT (anarcho-syndicalistes) sont bien implantés. Les étudiants réclament le retrait de la loi Pécresse sur l’autonomie des universités mais pas uniquement. A Toulouse, Basile Mouton du collectif des étudiants a expliqué ne pas faire de « distinction des revendications entre étudiants et travailleurs. ». « On assiste à une casse des systèmes de solidarité : Sécurité sociale et retraites, que les étudiants vont aussi payer", a-t-il ajouté.

"Un mouvement non justifié"

La ministre de l’Enseignement supérieur a essayé d’apaiser les esprits en invitant les syndicats étudiants au dialogue et soulignant la « concertation intense menée au ministère ». Elle a estimé sur France Info que le mouvement « pas justifié » et assuré être très « attentive » à l’évolution de la situation.

Valérie Pécresse a défendu sa réforme affirmant que « donner l’autonomie aux universités, c’est un investissement de l’Etat ». Les facultés ont ainsi cinq ans pour devenir autonome dans les domaines budgétaire et de gestion de leurs ressources humaines. Les établissements volontaires pourront même être propriétaires de leurs biens immobiliers.

Mais l’épreuve de force reste encore à venir : d’après l’UNEF, des assemblées générales sont prévues dans toutes les universités de France d’ici au 20 novembre, date de la mobilisation dans la Fonction publique. Une journée de grève à laquelle les principaux syndicats d’étudiants et de lycéens appellent à rejoindre.

http://www.lefigaro.fr/france/20071...

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
5 novembre 2007 1 05 /11 /novembre /2007 23:14

Un petit clip fait maison. Par les ch'tis rouges !


Repost 0
Published by Andrée Oger - dans En France
commenter cet article
4 novembre 2007 7 04 /11 /novembre /2007 18:57
Quand on vous dit qu'il faudra se serrer la ceinture ! Un peu de civisme, camarades fonctionnaires ! Comment voulez-vous que l'on paye les retraites de nos élus et celles de nos militaires (voir http://andree-oger-pour-deputee.over-blog.com/article-12995911.html ) si on paye les votres !

Repost 0
Published by Andrée Oger - dans En France
commenter cet article
2 novembre 2007 5 02 /11 /novembre /2007 11:01

 

- Voir les 500 premieres fortunes françaises, de 23 072 M€ à 60 M€.
http://www.challenges.fr

 

Les économies réalisées dans la fonction publique et par la suppression des régimes spéciaux sont une goutte d’eau dans l’océan des déficits français.
Le non-remplacement des départs à la retraite et la réforme des régimes spéciaux sont les seules mesures envisagées pour alléger le déficit de l’Etat et celui de la Sécurité sociale. Pour le moment en tout cas. Mais ces ressources seront insuffisantes, et le gouvernement ne s’en tiendra pas là. (...)
Fonctionnaires, régimes spéciaux : des économies ou des cacahuètes ? par Michel Husson.

 

L’argent perdu de la Sécu ... est du côté des riches !
Alors que Sarkozy veut faire croire que l’assurance-maladie serait malade des patients irresponsables et des petits fraudeurs, c’est ailleurs que se trouvent les vraies pertes d’argent pour la Sécu :
23 milliards d’euros par an perdus chaque année à cause des exonérations de cotisations patronales sans contrepartie réelle pour l’emploi ou les salaires . (...)
Franchises médicales : l’argent perdu de la Sécu ... est du côté des riches ! par PRS.

 

1 000 contribuables dont la fortune est supérieure à 15,5 millions d’euros profiteront chacun d’une baisse d’impôt de 270 000 euros. L’Observatoire des inégalités publie les estimations de l’Assemblée nationale. (...)
Qui va profiter du bouclier fiscal ? par l’ Observatoire des inégalités.

 

Mais bon : de 24% à 16%, ça fait 8% de moins dans la poche de l’état et 8% de plus dans la poche du gros actionnaire ! Bien sûr, ce tour de passe-passe va rapporter davantage à l’état en 2008, car les dividendes seront taxés 2 fois : une fois au titre de l’impôt sur le revenu pour ceux de 2007, et une fois au titre du prélèvement libératoire pour ceux de 2008. Mais après ?
Après, c’est un manque à gagner pour l’Etat de 300 à 500 millions d’euros par an (selon les sources) ! ! ! Etat dont, rappelons-le, la faillite a été annoncée par le premier ministre ! (...)
Le gavage éhonté des riches se poursuit en douce, par SuperNo.

 

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
1 novembre 2007 4 01 /11 /novembre /2007 11:01
Extrait d'un article paru sur le site Acrimed, qui décortique le discours simpliste autour de la "baisse de niveau" des élèves et de "l'échec de l'école". Instructif !

En janvier 1989, les sociologues Christian Baudelot et Roger Establet commençaient un petit livre jouissif (Le niveau monte) par ces mots : « Avec l’ombre des marronniers dans la cour, l’odeur de la craie, l’agitation anxieuse de la rentrée, la baisse du niveau fait partie des éléments qui composent le paysage intemporel de l’école : on a beau la découvrir chaque année avec le même effroi comme un scandale inouï, on la déplore aujourd’hui dans les mêmes termes qu’hier ». Et les vilains spécialistes de citer quelques glorieux hérauts de cette « vieille idée de vieux » : « Le baccalauréat est devenu dérisoire. Notre élite ne sait pas raisonner, elle ne sait pas exposer » (René Soudée, 1936), « L’enseignement secondaire se primarise… Les élèves n’ont ni l’orthographe, ni vocabulaire exact et varié, ni connaissances grammaticales, ni analyse logique, ni méthode d’exposition écrite ou orale » (Paul Laumonnier, 1929), « J’estime que les trois quarts des bacheliers ne savent pas l’orthographe » (Victor Bérard, 1899), « L’orthographe des étudiants en lettres est devenue si défectueuse que la Sorbonne s’est vue réduite à demander la création d’une nouvelle maîtrise de conférences, dont le titulaire aurait pour principale occupation de corriger des devoirs de français des étudiants de la faculté de lettres » (Albert Duruy, 1886), « Les copies fourmillaient encore de fautes de langage et d’orthographe ; il semblerait que, dans nos lycées et collèges, on n’apprenne plus la langue française » (Girardin, 1864), « D’où vient qu’une partie des élèves qui ont achevé leurs études, bien loin d’être habiles dans leur langue maternelle, ne peuvent même pas en écrire correctement l’orthographe » (Lacombe, 1835).

Retrouvez l'article complet : http://www.acrimed.org/article2740.html

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
31 octobre 2007 3 31 /10 /octobre /2007 11:01
LA BOUTIN DE LA REPUBLIQUE

La très inquisitrice Christine Boutin a fait interdire l’accès aux plateaux de FRANCE 5 aux membres du Droit au Logement. Bienvenue dans un monde de droite.

"Revu et corrigé" est la prétendue émission de décryptage des médias de France 5 destinée à remplacer le fameux "Arrêt sur Image" de Daniel Schneidermann (émission supprimée juste quelques jours après l’élection de Sarko Ier). L’honorable présentateur de "Revu et corrigé" Paul Amar a organisé cette semaine un débat sur les mal-logés, avec notamment notre très aimée ministre de la ville, Christine Boutin, et la journaliste du Nouvel Observateur, Florence Aubenas.

PAS AU PROGRAMME DE LA RUPTURE

Au cours du débat, la journaliste a révélé, et en direct s’il vous plaît, que la Boutin de la république avait fait interdire la venue sur le plateau de Jean-Baptiste Heyraud, porte-parole du DAL (Droit au Logement). On se doutait bien un peu que les débats publics, démocratiques et non faussés n’étaient pas au programme de la "rupture". A la différence de Cécilia.

Face à ce coup de théâtre dans une maison pourtant aussi bien tenue que France Télévision, la ministre de la bible s’est trouvée bien embarrassée. A croire que Florence Aubenas avait pété en direct. « Lorsque j’ai posé la question du pourquoi de l’absence de Jean-Baptiste Heyraud, Christine Boutin a commencé par faire une espèce de petit entrechat, de faire un peu comme si elle n’avait pas compris », a déclaré la journaliste sur le site internet du Nouvel Observateur. (Lire ici)

AMAR PRIS SUR LE FAIT

Le pauvre Paul Amar, visiblement gêné, était confondu, pris tel un gamin la main plongée dans le sac de bonbons. Las, ce traître à la France Sarkozyste est allé jusqu’à passer aux aveux : « Effectivement, on avait pensé à un débat mais on a fait comprendre (sic) à notre rédacteur en chef Pascal Petit que vous ne souhaitiez pas débattre avec Heyraud » a-t-il indiqué en s’adressant à la Boutin.

A noter que ce n’est pas la première fois depuis quelques années qu’un média est accusé de satisfaire aux demandes de certains politiques de droite gouvernementale en ce qui concerne le choix des sujets abordés ou des intervenants.

C’est si beau la rupture...

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 12:09
de Roberto Ferrario

A l’issue d’une marche pour l’emploi de trois jours apportant 4.000 CV de chômeurs à l’Élysée, en démonstration de riposte à la politique de Nicolas Sarkozy, plus de 5.000 militants communistes ont défilé ce samedi 27 octobre à Paris.

Le reportage audio et video de Bellaciao et d’autres...

 

 


Manifestation organisée par le Parti communiste français à l’occasion de l’arrivée des marcheurs "sans emplois" venus du Nord de la France le 27 octobre 2007.
Cette manifestation s’est terminée avec les interventions du député du Nord Alain Bocquet et celle de Marie George Buffet secrétaire nationale du PCF.
A noter que ces images sont exclusives puisque aucune chaîne de télévision n’a daigné couvrir cet évènement.


Près de 5000 militants communistes ont défilé ce samedi à Paris pour protester contre la politique du président de la République. "Il y a de quoi s’inquiéter sur la capacité de la gauche à donner la riposte politique indispensable à ce qui s’abat sur notre peuple, sur notre pays", a notamment déclaré Marie-George Buffet, secrétaire nationale du PCF. Une manière de rappeler que le parti bouge encore, à quelques mois des municipales.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 12:01

L’hebdomadaire Profession politique révèle une note interne de l’Elysée qui recommande de faire passer la rémunération annuelle du chef de l’Etat de 101 488 à 240 000 euros, soit une augmentation de 140%. A titre de comparaison, le Premier ministre émarge à 20 000 euros bruts par mois contre 8300 pour le chef de l’Etat. Cette noté signée de la main d’Emmanuelle Mignon, directrice de cabinet de Sarkozy, a été transmise au rapporteur de la mission budgétaire Pouvoirs publics à l’Assemblée.

 

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
29 octobre 2007 1 29 /10 /octobre /2007 17:01

En visite vendredi chez les cheminots grévistes en région parisienne, Nicolas Sarkozy, interpellé par un syndicaliste FO à qui la réforme des retraites ferait perdre 700 euros par trimestre, a déclaré que ces « décotes » ne s’appliquaient qu’aux futurs salariés, en contradiction avec le projet de loi de son ministre.

Extrait du dialogue

Commentaire : un délégué FO proche de la retraite évoque le manque à gagner pour ceux qui partiront sans avoir cotisé pendant quarante ans.

Syndicaliste FO : Je suis allé sur le site que la présidence de la SNCF a mis en place sur intranet, j’ai fait mon calcul. Je perds 700 euros par trimestre.

Nicolas Sarkozy : Les bonifications, les décotes, moi je pense que tout ceci ne peut s’appliquer que pour ceux qui ne sont pas déjà rentrés dans la SNCF.

Choeur des syndicalistes : Ah ! Ah ! Eh bien, écoutez, c’est nouveau Monsieur le Président.

Dans Libération, Cédric Mathiot, parle d’annonce choc ou d’énorme boulette, c’est selon. En effet :

« La décote fait partie des trois piliers intangibles du document d’orientation qui a été remis aux syndicats le 10 octobre, au même titre que la durée de cotisation à 40 ans pour la retraite à taux plein et l’indexation des pensions sur les prix. En affirmant que les décotes ne s’appliqueront qu’aux nouveaux entrants et ne toucheront pas les cheminots en poste, Sarkozy lâche donc une annonce explosive. »

Selon Libération, la déclaration présidentielle a mis sérieusement dans l’embarras la SNCF, qui refuse de commenter la déclaration.

Les syndicats, eux, prennent le président au pied de la la lettre. FO se réjouit d’avoir « gagné sur l’un des trois points les plus importants », et la CGT « prend acte ».

Interrogé par Libération, le ministre Xavier Bertrand se contente de « confirmer les éléments du document d’orientation. »

 

 

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
29 octobre 2007 1 29 /10 /octobre /2007 11:01

Voici une bien belle leçon de justice en faux-semblant que vient d’administrer Philippe Courroye, le procureur préféré de Sarko Ier, dans l’affaire de l’appartement de Neuilly. L’ancien juge terrible de la galerie financière vient en effet d’étouffer – mais très intelligemment – ce dossier qui, avait défrayé la chronique au début de l’année, sensible pour l’Élysée. L’acquisition par Nicolas et Cécilia d’un magnifique duplex de l’île de la Jatte dans leur bonne ville de Neuilly, avec un rabais de 300 000 euros par rapport au coût du marché aurait pu être une épine gênante dans le pied non pas du Président (immunité oblige) mais au moins dans celui de sa future ex-femme, non protégée des foudres de la justice. Ouf ! le bon proc’ vient de réussir la prouesse d’enterrer cette l’affaire tout en sauvant sa réputation d’indépendance à laquelle il tient tant. Un tour de force exécuté en trois temps.

Premier mouvement : ouvrir le dossier. Sitôt nommé à Nanterre au printemps dernier, Courroye se saisit courageusement de la plainte d’un particulier pour ouvrir une enquête préliminaire. Il n’y était nullement obligé : le plaignant n’était pas fondé à porter l’affaire en justice. La plainte de ce particulier, résidant du XXème arrondissement de Paris et donc nullement contribuable de Neuilly était même légalement irrecevable. Courroye aurait donc parfaitement pu s’asseoir dessus en respectant scrupuleusement le code de procédure pénale. Deuxième temps : confier l’affaire à des flics de confiance. Pour diligenter son enquête, Courroye saisit un service de police des plus sûrs. Non pas la PJ de Nanterre, la plus proche de Neuilly mais les fidèles flics de la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE), l’équipe d’enquêteurs avec laquelle il travaillait en confiance lorsqu’il sévissait au pôle financier.

Dernière astuce : faire semblant d’enquêter. La BRDE a commencé par entendre le plaignant, un certain Marc Salomone, 56 ans, homme de ménage le soir et procédurier obsessionnel le reste du temps. Une audition d’abord gentillette menée par un aimable commandant… qui s’est terminée par un incident quand le commissaire du service a fait irruption dans la salle d’audition pour faire consigner sur PV « le crime » de Salomone, celui d’avoir prévenu certains journalistes de son petit rendez-vous Château-des-rentiers. Une mention idéale pour faire passer un plaignant de bonne foi pour un dangereux activiste anti-Sarko et achever de le décrédibiliser ! Puis les flics de la BRDE sont également allés interroger la promotrice immobilière octogénaire à l’origine du rabais, la désormais célèbre madame Lasserre, qui faisait la pluie et le beau temps sur le marché immobilier de Neuilly à l’époque. Une audition sans risque puisqu’elle n’allait évidemment pas dénoncer un cadeau qu’elle avait elle-même offert, sauf à se retrouver accusée d’abus de bien social.

Enfin, les enquêteurs sont allés poser quelques questions de pure forme avec le vendeur effectif du duplex des Sarko, alors employé du groupe Lasserre. Là encore sans risque d’entendre des horreurs. D’abord, à l’époque, le sieur Xavier Mellone s’était contenté d’effectuer les visites de l’appartement avec Cécilia, sans avoir son mot à dire sur le prix. Ensuite, celui-ci est aujourd’hui le propriétaire d’une agence immobilière ayant pignon sur rue à Neuilly. On le voit donc mal prendre le risque de heurter sa clientèle sarkozyste en jouant le rôle de la balance… L’enquête s’est donc arrêtée là. Les artisans ayant réalisés, à la demande du couple Sarko mais aux frais de la bonne madame Lasserre, de somptueux travaux dans l’appartement de l’île de la Jatte, n’ont même pas été entendu. Les flics ont peut-être eu du mal à les retrouver, puisque la plupart d’entre eux ont fait faillite. Mais dans ce cas, il leur aurait suffit de demander les nouvelles coordonnées aux journalistes, puisque plusieurs d’entre eux avaient retrouvé leur trace au printemps dernier…

Visiblement, le bon procureur Courroye, sûrement soucieux d’une justice rapide (et efficace pour l’Élysée), a préféré clore les débats au plus vite.

Source : www.bakchich.info

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article