Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 16:35
Les élections à peine passées, la Droite commence son travail de sape de la société française, de sa démocratie comme des droits sociaux acquis depuis la Libération.
Avec comme futur premier sinistre François Fillon, l'homme qui a cassé le régime de retraite des salariés du privé, la Droite lance déjà plusieurs grands chantiers (de démolition) d'ici l'automne : une réforme des universités, la mise en place d'un "service minimum" dans les services publiques, la mise en place d'un nouveau contrat "jeune" et il participe au niveau européen à la réflexion sur un nouveau traité/accord constitutionnel.
En clair, la Droite de Sarkozy remet en marche tous les projets que le peuple français a fait échouer ses dernières années : une sélection "libre" à l'entrée des facs et leur ouverture aux financements privés ; des jeunes précarisés sur le marché de l'emploi ; la remise en place d'un traité européen ultralibéral. Parallèlement, il souhaite casser les armes démocratiques qui pourraient  empêcher sa politique nottament en diminuant le contre-pouvoir que représentent les syndicats.
Ne croyez pas que ces réformes se feront par référendum ! Sarkozy a clairement annoncé durant la campagne que tout accord sur un traité européen passerait seulement  par le Parlement. C'est pour éviter toute contestation sociale que Sarkozy et ses amis patrons souhaitent briser les ailes des syndicats. Le service minimum est là pour ça : les syndicats sont particulièrement forts dans les transports et l'administration. L'argument selon lequel ils ne seraient pas représentatifs est nul : Sarkozy compare le taux de syndicalisation (8 % ?) au taux de participation aux présidentielles ! Il devrait plutôt comparer les effectifs de l'UMP et ceux des syndicats. Sauf que là, il apparaîtrait que les 300 ou 400 000 adhérents "officiels" à l'UMP sont moins nombreux que les seuls adhérents de la CGT !
Mais rien n'est joué !
Dès le 10 juin, vous pourrez envoyer un signe fort au nouveau pouvoir en votant pour des candidats qui ont clairement défendu vos intérêts ces dernières décennies ! Seuls les communistes se sont opposés au CPE et au traité constitutionnel au Parlement !
Le 10 juin, il est possible de se rassembler et d'enrayer la machine de Droite en lui collant une majorité de Gauche à l'assemblée nationale !
Sur la circonscription, la Droite part divisée entre carriériste local et apparatchik parachuté. Nous pouvons faire tomber la circonscription à Gauche ! Faisons la tomber dans le camps d'une Gauche dynamique, efficace et fidèle à ses engagements !
Réaffirmons notre Non à un traité constitutionnel libéral et à un sous contrat pour les jeunes ! Votons et faisons voter pour Andrée Oger !
Repost 0
Published by Solidaire - dans Autour du canton
commenter cet article
13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 16:30

La gratuité des transports maritimes semble bien être la première grande réforme sociale du quinquennat de Mr Sarkozy. Cette mesure phare ne surprendra aucuns de ceux qui ont soutenu son action en tant que président de l’UMP (Usagers de la Marine Patronale). Il ne nous reste plus qu’à attendre les réformes à venir sur la gratuité de la restauration et l’hôtellerie de luxe, mesures attendues avec enthousiasme par chaque français et qui devraient voir le jour avant les prochaines grandes vacances (il semble toutefois souhaitable de réserver dès maintenant auprès du secrétariat de Mr Bolloré).

De plus, d’après des sources généralement bien informées, des négociations seraient déjà engagées entre notre prochain premier ministre et les responsables des syndicats de la joaillerie et de la Haute Couture française.

Avec Sarkozy tout devient possible !
Repost 0
12 mai 2007 6 12 /05 /mai /2007 13:26
Repost 0
11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 22:27

"Je souhaiterais lancer un appel solennel à tous les hommes et femmes de notre pays ainsi qu’à toutes les forces de gauche.

Les conséquences de la mise en oeuvre du programme de Nicolas Sarkozy pourraient être terribles. Je pense au risque de voir s’exacerber la précarité au travail. Je pense au risque de voir encore grandir les inégalités sociales.

Je pense au risque d’appauvrissement de l’école, de l’hôpital public et de tous les services publics. Je pense au risque de voir se dégrader encore les remboursements de soins et donc la possibilité pour chacune et chacun de se soigner.

Je pense aux atteintes aux droits syndicaux. Je pense aux retraites, aux discriminations comme à la poursuite de la construction libérale de l’Union européenne.

Face à tous ces risques, notre responsabilité suppose d’abord de donner les moyens aux hommes et aux femmes de résister à la politique attendue du prochain gouvernement. Nous allons donc lancer un certain nombre d’initiatives pour organiser la riposte à la droite, et plus largement pour exprimer et populariser des propositions alternatives crédibles à celles que voudra imposer le prochain gouvernement. Oui, nous allons tout faire pour contribuer à la résistance à la politique de la droite par une grande mobilisation populaire et citoyenne.

Je pense, pour ces prochaines semaines, pour cet été, à la volonté de remettre en cause le droit de grève dans les services publics, de réduire encore la fiscalité sur les ménages les plus riches ou enfin de s’attaquer aux régimes spéciaux de retraites. Je pense, pour cet automne, aux conclusions qui seront tirées de la tenue annoncée de quatre sommets sociaux sur le pouvoir d’achat, le contrat de travail, l’égalité salariale homme/femme et la réforme de la démocratie sociale.

Mais face à tous ces risques, nous avons aussi la responsabilité de tout faire pour créer également une véritable dynamique de mobilisation populaire et citoyenne aux législatives. Il faut assurer la victoire des candidats de gauche dans sa pluralité dans un maximum de circonscriptions pour mener à l’Assemblée nationale les batailles nécessaires pour contrer les projets de la droite.

J’insiste sur la nécessité que la gauche soit représentée dans sa pluralité à l’Assemblée nationale. C’est un gage d’efficacité. C’est un gage de juste représentation de la diversité des idées, des projets, des propositions qui existent aujourd’hui à gauche.

Dans ce cadre, j’insiste sur la nécessité d’une juste représentation de la force communiste à l’Assemblée nationale.

Face à une droite aussi résolue et agressive, les idées et l’engagement de la force politique la plus anti-droite de notre pays seront un atout indispensable. Et cette force, il s’agit bien du Parti communiste français.

Et cela pour plusieurs raisons : l’engagement de l’électorat communiste face à la droite n’est plus à démontrer, il fut encore le plus mobilisé dimanche. L’engagement des militants, des élus communistes, de députés, des quartiers populaires et des entreprises jusqu’à l’hémicycle de l’Assemblée nationale sera absolument déterminant pour bloquer, autant qu’il est possible, l’avancée des projets du futur gouvernement de Nicolas Sarkozy. Les députés communistes et républicains ont montré leur détermination contre les gouvernements Raffarin et de Villepin et leur capacité à développer des propositions alternatives.

De la même façon, alors que la gauche a souvent paru peiner, pendant la campagne présidentielle, par sa difficulté à opposer un véritable projet de société à celui de Nicolas Sarkozy, il sera décisif pour toute la gauche que le Parti communiste, comme force de proposition, porteur d’un projet alternatif, soit représenté comme il se doit à l’Assemblée.

Enfin, assurer l’élection de nombreux députés présentés et soutenus par le PCF, la présence d’un groupe communiste et républicain fort et nombreux ; partout se rassembler largement sur les candidats présentés et soutenus par le PCF sera aussi une garantie pour s’assurer que la gauche reste bien à gauche. C’est s’assurer d’une gauche qui serait plus attentive aux revendications populaires qu’aux sirènes du centre, car refonder la gauche, c’est l’ancrer dans un projet de transformation sociale dans les valeurs d’égalité, de justice, de liberté.

Aujourd’hui, le rôle des hommes et femmes de gauche, le rôle des forces de gauche est bien de tout faire pour qu’au lendemain des législatives, la majorité présidentielle puisse non seulement ne pas disposer des pleins pouvoirs, mais aussi que la gauche puisse disposer de la force et de la volonté nécessaires pour imposer dans le débat la prise en compte des besoins populaires.

C’est pourquoi je crois absolument nécessaire que partout où existe un réel danger qu’un député de gauche sortant soit battu, partout où existe la possibilité qu’un candidat de gauche batte un député sortant de la majorité, nous cherchions ensemble à créer la dynamique populaire nécessaire pour gagner.

Sauf peut-être à quelques exceptions, il ne s’agit pas, dans mon esprit, de proposer des candidatures uniques de la gauche dans toutes ces circonscriptions. Je ne pense pas que cela soit possible, ni souhaitable. L’expérience nous montre d’ailleurs que ce n’est pas forcément la meilleure condition pour rassembler.

Je souhaiterais juste que tous et toutes, nous assumions notre responsabilité en cherchant à être le plus efficace possible pour assurer la victoire de ces candidats de gauche, dans toute leur diversité.

Oui, le dialogue est nécessaire afin de trouver les moyens de favoriser la plus large dynamique possible pour arracher la victoire. J’y suis prête. J’y suis disponible. Je le fais en conscience, parce que dans une situation aussi lourde de conséquences pour notre peuple, nous avons le devoir de faire absolument tout ce qui est en notre pouvoir pour opposer la plus forte résistance possible à une droite toujours plus arrogante et dangereuse."

Conférence de presse, le 10 mai 2007 Paris

Repost 0
Published by Solidaire - dans Autour du canton
commenter cet article
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 13:29

Nous travaillerions trop peu selon Nicolas Sarkozy. Un préjugé insultant.
Par Guillaume DUVAL

QUOTIDIEN : lundi 7 mai 2007 (Guillaume Duval rédacteur en chef d'«Alternatives Economiques»)

Il faut, paraît-il, «réhabiliter la valeur travail». Nicolas Sarkozy en a fait le thème central de sa campagne victorieuse. Il considère manifestement que la paresse actuelle des Français est la cause principale des difficultés que rencontre le pays. Il s'agit là pourtant d'une contrevérité qui aurait dû en bonne logique lui coûter l'élection tant le propos est insultant à l'égard des 22,5 millions de salariés, qui travaillent dur chaque jour, et des 2 millions de chômeurs, qui aimeraient pouvoir en faire autant.
Rien n'est plus faux en effet que ce préjugé tenace d'une France paresseuse : les salariés français figurent au contraire parmi les plus productifs au monde. Selon les chiffres du Bureau des statistiques du travail (BLS), un Français qui occupe un emploi avait produit 71 900 dollars de richesses en moyenne au cours de l'année 2005. C'est certes moins que les 81 000 dollars produits par l'employé américain moyen, mais significativement plus que les 64 100 dollars d'un Anglais, les 59 100 d'un Allemand ou les 56 300 dollars d'un Japonais... Et même en matière de temps de travail, si Nicolas Sarkozy ne se contentait pas de répéter les poncifs que lui soufflent ses amis chefs d'entreprise, il saurait que les salariés français ne sont pas, et de très loin, ceux qui travaillent le moins en Europe. Selon Eurostat, l'organisme statistique officiel de l'Union, un salarié français travaillait en moyenne 36,4 heures par semaine au troisième trimestre 2006. Contre 36,1 dans l'ex-Union à quinze pays. Les Français travaillent presque aussi longtemps que les Anglais (36,5 heures) et significativement plus que les Danois (34,6 heures) dont le modèle social est si envié, ou que les Allemands (34,5 heures) champions du monde de l'exportation. Sans parler des Néerlandais qui ne restent en moyenne que 29,8 heures au travail chaque semaine. Dans l'ex-Europe à quinze, c'est en Grèce (39,9 heures) et au Portugal (39,2 heures) qu'on travaille le plus longtemps. Rattraper la Grèce et le Portugal, est-ce cela l'ambition de Nicolas Sarkozy pour l'économie française ?
Contrairement à ce que laisse entendre le nouveau président de la République, les salariés français ne sont donc pas des paresseux ni les chômeurs de l'Hexagone des profiteurs. Pour autant, il ne fait guère de doute que les entreprises françaises rencontrent des difficultés importantes. Elles sont souvent à la peine sur les créneaux high-tech en expansion et s'en sortent nettement moins bien sur le marché mondial que les entreprises allemandes. Et cela bien que le travail soit sensiblement plus cher outre-Rhin : 33 dollars de l'heure en 2005 pour un ouvrier de l'industrie contre 24,6 en France selon les chiffres du BLS. Si la paresse des salariés n'est pas en cause, ni le coût de leur travail, est-ce que les raisons de ces difficultés ne seraient pas à chercher plutôt en priorité du côté de la tête des entreprises ? Du côté de la faible qualité de leurs dirigeants et de l'inefficacité de leurs modes de gestion ? Quand on observe, par exemple, le gigantesque gâchis que l'incurie d'un Arnaud Lagardère, actionnaire de référence, combinée à la soif de pouvoir d'un Noël Forgeard, a provoqué au sein d'Airbus, on se dit en effet que c'est surtout au niveau de ses élites économiques, de leur recrutement et de leurs habitudes de fonctionnement, que l'économie française aurait besoin d'une «rupture».

http://www.liberation.fr/rebonds/252132.FR.php
Repost 0
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 18:03
Certes, le résultat est là : affligeant mais incontestable !
Certes, l'Eure à elle aussi majoritairement choisie Sarkozy !
Et pourtant, les premiers éléments que l'on peut tirer de ces élections montrent qu'il est encore possible d'espérer un ressaisissement de la gauche aux législatives.
Non ! La France n'a pas basculé subitement dans l'idéologie national-conservatrice ! Face à une droite dure et décomplexée, jouant sur les peurs, les rancunes et les idées du Front national, le Parti Socialiste a joué une partition modérée, s'essayant à la recomposition politique au centre et s'appuyant sur l'échec de 2002 pour dépouiller ses partenaires de gauche. Maigre réussite !
Et pourtant le peuple de gauche existe encore ! Exit la victoire contre le CPE ? Exit la victoire du Non au référendum sur la constitution européenne ? Comme le montrent les résultats et les sondages, la mobilisation des jeunes, des ouvriers et des employés en faveur de la candidate de gauche a été forte. Des bastions de droite ont montré des signes de faiblesse : Rouen a voté Royal, tout comme Le Havre ! Dans l'Eure, Evreux a voté à près de 50 % pour Royal !
Les 10 et 17 juin prochain, lors des législatives, il est possible de contrer cette droite et son leader Sarkozy. Pour cela, nous avons besoin de candidats qui assument leurs idées et qui soient les relais des nombreuses luttes sociales actuelles, des jeunes qui se sont battus contre le CPE, de tous ceux qui refusent l'Europe libérale et la logique de l'argent-roi ! Mais, il doit s'agir d'une gauche d'engagement, pas d'une gauche de témoignage !
Les 10 et 17 juin, face à cette droite dure et face aux volontés de recomposition politique qui amènerait le PS au centre, le peuple de gauche a besoin de candidats d'une gauche de conviction et d'élus qui sortent de ses rangs ! Le Parti Communiste n'a jamais renié ses idées et ses racines ! Ses candidats, dans l'Eure comme partout en France, seront les porte-voix  des jeunes, des quartiers, de la France qui travaille face à la France des yachts et des riches évadés fiscaux !

Solidaire.

Pour plus d'infos, je vous invite à lire le rapport  au Conseil National du PCF du 9 mai concernant l'analyse des élections et les perspectives politiques :
http://www.pcf.fr/spip.php?article1588
Repost 0
Published by Solidaire - dans Autour du canton
commenter cet article
8 mai 2007 2 08 /05 /mai /2007 17:11

Nicolas Sarkozy n’en finit plus de prendre la mesure de la fonction que lui ont confié les français.

Son élection à la Présidence de la République est incontestablement pour lui l’aboutissement d’une ambition personnelle toujours affichée. Mais une victoire pour quoi faire ?

Nicolas Sarkozy part en vacances : second acte politique depuis son électionLes premiers pas de Nicolas Sarkozy en tant que futur président de la République laissent songeur : après une bonne bouffe au Fouquet’s (l’un des restaurants les plus chers de Paris - et donc du monde), le voila qui a besoin de repos et qu’il annonce qu’il va commencer par ... prendre des vacances.

Manger et dormir, deux actes politiques forts pour débuter un quinquennat.

En pensant à la France qui travaille, à ces millions de salariés qui chaque matin s’entassent dans les transports en commun ou les embouteillages, on se demande comment Nicolas Sarkozy peut oser renvoyer une telle image de diléttantisme.

A moins qu’il n’ait des problèmes de digestion suite à sa soirée au Fouquet’s ...



De : cannes solidaire
lundi 7 mai 2007
Repost 0
6 mai 2007 7 06 /05 /mai /2007 21:27
Déclaration de Marie-George Buffet consécutive au 2ème tour des élections présidentielles
 
Aujourd’hui les françaises et les français ont voté massivement. Nicolas Sarkozy a été élu Président de la République.

En cet instant, je pense surtout à celles et à ceux qui sont les premiers menacés par les projets du nouveau Président de la République. Je pense aux salariés qui s’épuisent au travail sans en retirer les moyens de vivre dignement, aux retraités, aux jeunes des milieux populaires, à toutes les victimes des inégalités et des discriminations, aux chômeurs et aux précaires. Je veux leur dire que les communistes seront à leurs côtés. Partout, sur tous les terrains, nous prendrons avec elles et avec eux les initiatives permettant de faire face avec détermination et responsabilité.

Je veux dire ensuite aux femmes et aux hommes de gauche, aux démocrates, que je partage ce soir leur désarroi, leur amertume et leur très grande inquiétude.

Je le dis avec solennité : l’élection du président de l’UMP, et le grave échec de la gauche, constituent une véritable catastrophe politique. Pour la première fois depuis la Libération se trouve porté aux plus hautes responsabilités de l’Etat un homme qui a repris à son compte la plupart des grands thèmes politiques de l’extrême droite et qui porte ouvertement le programme économique et social ultra-libéral du Medef. Notre système social, déjà très abîmé par des années de politiques libérales, nos droits démocratiques sont en danger. Il faut se rassembler pour faire barrage à la politique que la droite va vouloir mettre en oeuvre. J’appelle, dans l’urgence, à une mobilisation de toutes les forces de gauche pour organiser la riposte.

Le Parti communiste ne baissera pas les bras. Partout, dans les villes, les quartiers et les entreprises, ses militantes et ses militants, ses élu-e-s municipaux, départementaux et régionaux, ses parlementaires seront aux côtés de notre peuple pour s’opposer à la casse sociale et aux atteintes aux libertés. Face à toutes les attaques, elles, ils travailleront sans relâche au rassemblement de toutes celles et tous ceux qui ont le progrès social au cœur, de tous les démocrates pour organiser la vigilance et la lutte.

Dès ce soir, j’appelle à un sursaut des forces vives de la gauche pour faire des élections législatives une réaction à la défaite très lourde que nous venons de subir. Il ne faut pas laisser tous les pouvoirs entre les mains de Nicolas Sarkozy. Il faut que toutes celles et tous ceux qui veulent contribuer à la riposte puissent faire front ensemble pour élire le plus grand nombre possible de députés résolus à s’opposer à la droite.

J’appelle les électrices et les électeurs de gauche, dans ce cadre, à élire de nombreux députés présentés ou soutenus par le Parti communiste. Elles, ils seront, avec un groupe parlementaire, une force indispensable de résistance à la droite, et autant de points d’appui essentiels au soutien des luttes et des mobilisations sociales.

Au-delà, je veux dire que la défaite de Ségolène Royal ce soir, après celle de 2002, pose à toute la gauche des questions cruciales. L’importance du résultat de Nicolas Sarkozy montre qu’il a réussi à rendre crédibles au delà-même de l’électorat de droite, dans leur brutalité, les réponses qu’il apporte aux problèmes de notre société. L’échec de la gauche révèle à l’inverse l’exigence de faire vivre les valeurs d’égalité, de liberté et de justice sociale dans un projet politique en prise avec l’Europe et le monde dominés par le capitalisme financier globalisé.

Cet échec est celui de chacune des forces qui composent la gauche. Elles sont toutes placées – le Parti communiste aussi – devant leurs responsabilités pour en comprendre les raisons et reconstruire l’espoir en ouvrant une véritable perspective de changement. Je suis fermement décidée à m’y engager.

Plus que jamais, notre peuple a besoin d’une grande force de résistance et de proposition. J’appelle toutes celles et tous ceux qui veulent s’engager dans les batailles à venir à rejoindre le Parti communiste français.

Repost 0
3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 20:23
Un point de vue intéressant du parti luxembourgeois "la gauche" sur la situation politique française. A méditer. (solidaire)

Article paru dans GOOSCH.lu n°142 du 26 avril 2007

Gauche européenneL’échec de Le Pen répète l’échec de Haider en Autriche et de la Ligue du Nord en Italie. Elle ne signifie pas la disparition de la droite autoritaire et xénophobe mais par son intégration dans le néo-conservatisme ce qui augmente son pouvoir de nuisance. Le succès de Sarkozy sonne le glas du gaullisme et du rêve d’une Europe européenne. Il s’inspire du modèle de Bush, Berlusconi et Aznar et poursuit le but d’un ensemble impérial atlantique. Cette option risque de réveiller en Allemagne la droite dure (Oettinger, Seebohm, Mertz, Huber) et concentre en elle tous les dangers d’une dérive autoritaire.

Bayrou ne pourra pas arbitrer le duel présidentiel sans mettre en danger son projet. Les appels à Strauss-Kahn et à Delors et les avances de Kouchner, Cohn-Bendit, Rocard montrent cependant qu’il s’agit de détacher une partie de la social-démocratie de la gauche. Ce scénario correspond à ce qui est en train de se passer en Allemagne avec le gouvernement Merkel-Müntefering et en Italie avec la fusion des Démocrates de Gauche (ex-PCI) et de la «Margarita» de Prodi et de Rutelli, bientôt rejoints par l’aile droite de l’ancienne Démocratie Chrétienne dans un parti démocrate à l’américaine avec comme programme le social-libéralisme, c.à.d. l’acceptation du libéralisme économique avec un visage plus humain.

A la gauche de la gauche seul Olivier Besancenot émerge du naufrage. Il a échappé à l’attraction du vote utile en faisant entendre un message clair. C’est le succès de son talent plus que la preuve de la vitalité de la LCR ou d’une option révolutionnaire. La LCR reste un parti sans implantation locale et sans organe de presse véritable. Sa tentation sera de prolonger son succès pour construire seul l’espace politique à gauche d’une social-démocratie qui vire au centre.

L’échec de la gauche anti-libérale en France est du à sa dispersion, elle est donc provisoire. Arrivera-t-elle à ramasser les débris, à se remettre debout et à recommencer là où elle s’est arrêtée en décembre pour construire un large rassemblement anti-libéral, uni et divers, dépassant l’esprit de chapelle, implanté dans les syndicats et dans les communes, pesant d’un poids réel sur l’échiquier politique et social? C’est ce qui est en train de se réaliser en Allemagne avec la «Linke» qui a réussi sa fusion et en Italie avec le rapprochement entre Rifondazione Comunista, le PDCI, les Verts et la gauche du DS.

Socrate

[fr] Source: http://www.goosch.lu/
Repost 0
3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 19:40

de Arnaud Mouillard

Il y a fort à parier que le débat musclé entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy à propos de la scolarisation des enfants handicapés fera date et restera comme l’un des moments d’anthologie de ce débat. "Scandalisée", Ségolène Royal a accusé son rival "d’immoralité politique"après qu’il ait parlé de l’accueil d’enfants handicapés dans les écoles.

Nicolas Sarkozy quand à lui, a reproché à la candidate socialiste de "perdre ses nerfs".

M.Sarkozy fait du sentimental, se disant revolté que les enfants handicapés ne peuvent pas avoir accès à l’éducation alors que Mme Royal avait mis en place un système crééant des emplois et permettant à ces enfants d’avoir accès à l’education (le plan Handiscol), plan que l’UMP a supprimé ainsi que les postes d’aide-éducateurs ce qui a ainsi rendu plus difficile l’intégration des enfants handicapés.

Sarkozy a ainsi été "mouché" à juste titre et avec argumentation à la clef par Ségolène sur la question de l’accessibilité des enfants handicapés dans les écoles.

Le discours démago de Sarkozy me dégoute vraiment, il a exploité de manière éhontée la détresse des parents d’enfants handicapés alors que c’est le gouvernement Raffarin qui a supprimé le plan handiscol crée par Ségolène Royal. Et après il s’étonne que Ségolène soit en colère après lui, heureusement qu’elle lui a dit ce qu’elle pensait.

Entendre Sarkozy reprocher à Ségolène son agressivité quand on sait comment il se comporte avec les autres (comme avec Azouz Begag ou les journalistes de France 3 par exemple), c’est du foutage de gueule n’ayons pas peur des mots.

Repost 0