Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 14:08

Malgré des résultats décevants aux Municipales et aux Européennes, les communistes et le Front de Gauche doivent accentuer leurs efforts pour fédérer le peuple de France contre la dérive ultralibérale actuelle.

Les médias se moquaient du Front de Gauche en début d'année, cherchant à déboussoler les électeurs et les militants des forces qui le constituent en jouant sur les désaccords réels qui existaient pour les élections municipales, à Paris en particulier.

Certains annonçaient même la mort du Front de Gauche au lendemain de la campagne des Européennes.

Certes, Municipales et Européennes n'auront pas été des moments forts de la toute récente histoire du Front de Gauche, entre pertes de municipalités, comme Gisors dans l'Eure, et perte d'un député européen, Jacky Hénin dans notre circonscription.

Pourtant, avec 1 200 713 voix le 25 mai dernier (6,33 % des exprimés en Métropole), les listes du Front de Gauche font mieux qu'aux élections européennes précédentes, en 2009, avec 1 041 911 voix et 6,05 %.

La déception vient, outre la perte d'un député, d'un progrès trop limité au regard de la situation nationale et d'un contexte politique marqué par l'effondrement de la gauche au pouvoir, socialistes et écologistes, et par la poussée de la vague brune marine.

Et l'explosion du Front de Gauche, tant annoncée et espérée par les médias, n'a pas eu lieu !

Au contraire, les deux "leaders" du Front de Gauche, l'ex-candidat aux Présidentielles Jean-Luc Mélenchon, et le secrétaire national de sa principale composante, le PCF, Pierre Laurent, sont aujourd'hui en phase contre le budget "rectificatif" présenté par le gouvernement et sur le besoin de rassembler ceux qui dénoncent, chez les socialistes comme chez les verts, ce budget d'austérité.

C'est d'ailleurs uniquement de la gauche de transformation sociale que pourra venir un vrai changement national !

Qui peut croire encore à un changement volontaire de stratégie du gouvernement socialiste après deux ans de trahison des engagements de campagne de François Hollande ? En tout cas, les électeurs n'y croient plus !

La droite, quant à elle, ne propose rien de bien différent.

Son opposition actuelle est purement politicienne et tactique. Elle cherche seulement à se démarquer des choix politiques du gouvernement socialiste et à créer de la polémique en espérant récupérer une partie des mécontents.

Mais, les ravages des politiques de Sarkozy, tellement comparables aux politiques actuelles, sont encore dans tous les esprits.

Et le scandale Bygmalion révèle au grand jour une facette de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012 qui colle finalement bien avec l'image bling-bling de son quinquennat et le goût de la démesure du personnage. Fausses factures et campagne ruineuse risquent de décrédibilser pour un moment certains carriéristes de l'UMP.

A qui profite la situation ?

Omniprésente dans les médias, l'extrême-droite, notamment sa guide, Marine Le Pen, est volontairement mise en avant.

Le système met toutes ses forces médiatiques à guider la colère populaire vers un exutoire d'extrême-droite.

Inversement, les forces de gauche, Parti communiste et Front de Gauche en premier, sont écartés des médias, même lorsqu'ils font un travail militant et parlementaire intense.

L'action syndicale est caricaturée, la volonté d'opposer les grévistes au reste de la population est évidente.

On l'a vu avec la grève de la SNCF et la démagogie autour des lycéens qui ne pourraient pas passer leur bac alors que la grève vient après des mois de démarches pour amener le gouvernement à entamer des négociations sur une réfome ferroviaire qui, à moyen terme, entrainera une privatisation des trains avec, à la clé, des accidents et des lignes fermées, comme au Royaume-Uni ou en Suède actuellement.

On le voit aussi avec les intermittents qui sont accusés de mettre en péril des festivals qui n'existeront plus quand le tissu des intermittents aura disparu suite à la réforme gouvernement du régime de ces précaires de la culture !

Le capitalisme est en crise profonde. L'outil "Union européenne" continue de servir les intérêts des multinationales et des spéculateurs financiers contre les intérêts des peuples européens.

Dans ce marasme, les partis politiques de gestion du capitalisme, de droite comme de gauche, sont en crise également car leur intégration dans le système les rend incapables d'apporter des solutions à la crise causée par le capitalisme et aggravée par l'Europe.

C'est donc bien en s'attaquant au système lui-même, à ses fondamentaux, que l'on trouvera des réponses aux problèmes d'emploi, de pouvoir d'achat et de dégradation de l'environnement que rencontrent nos pays.

Pour cela, s'attaquer au système financier, à la répartition des richesses entre capital (Banques et actionnaires) et travail (Salariés et artisans), est la base de toute politique alternative en France comme en Europe. En attendant de s'attaquer au capitalisme lui-même !

C'est donc bien de la gauche radicale, de la gauche de transformation sociale, que viendra l'alternative aux politiques libérales de ces trente dernières années.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 12:27

Le plan d'économies de 50 milliards d'euros proposé par le gouvernement dans le cadre du projet de loi de finances rectificative "pourrait entraîner la suppression de 250.000 emplois à l'horizon 2017", selon la rapporteure générale du Budget citée lundi par Les Echos.

Pour une fois, c'est une personne proche du sérail gouvernemental qui lâche l'info !

Ce plan d'économies "aurait un impact négatif sur la croissance de 0,7 % par an en moyenne entre 2015 et 2017, et pourrait entraîner la suppression de 250.000 emplois à l'horizon 2017", écrit la députée Valérie Rabault dans un rapport cité par le quotidien économique.

Voilà qui a le mérite d'être clair et de confirmer ce que les communistes n'ont de cesse de dire : réduire les investissements publics, c'est réduire d'autant l'argent investit dans l'économie réelle, car 50 milliards d'argent public en moins, c'est autant de moins pour les infrastructures collectives, les routes, les stades, les musées, les salles des fêtes, les associations et clubs sportifs, les aides diverses données aux familles,...

Pour ce qui est des 250 000 emplois de moins, il s'agit des emplois induits par les réductions d'investissement, autant dans le secteur de la construction que dans l'artisanat et les services aux collectivités. Il faut y ajouter les emplois non remplacés dans la fonction publique.

Au delà du fantasme sur le nombre de fonctionnaires qui serait "trop important", fantasme entretenu par les milieux économiques et la droite pour justifier les privatisations, des emplois de fonctionnaires en moins, ce sont des emplois en moins pour les jeunes en recherche d'emplois et des services qui ne sont plus correctement assurés au public !

Pour en revenir à la rapporteure générale du Budget, après son annonce terrible sur l'impact des coupes économiques gouvernementales, elle tempère par la suite ces prévisions en estimant qu'"une partie de cet impact sera neutralisée par l'adoption concomitante de mesures fortes en faveur de la réduction des charges des entreprises et du pouvoir d'achat des ménages dans le cadre du pacte de responsabilité et de solidarité".

Selon elle, et en contradiction avec ses premiers propos, le gain de croissance escompté serait de 0,6 point avec 190.000 créations d'emplois d'ici 2017.

On sait que ce Pacte de responsabilité, dénoncé par les syndicats, le PCF et de nombreux socialistes, est un voeu pieu qui n'engage absolument pas les patrons. Des cadeaux sans garantie aucune ! Autant dire qu'une nouvelle réduction des charges des entreprises aurait l'effet habituel, celui d'augmenter la part des profits sans diminuer le chômage.

D'autre part, elle rajoute dans son rapport que l'impact du plan d'économies doit être apprécié "au regard de l'importance des risques financiers auxquels s'exposerait notre pays en l'absence de rétablissement des comptes publics", appelant à trouver le bon équilibre entre relance de la croissance et plan d'économies, afin de "garantir que les effets récessifs seront suffisamment compensés pour ne pas hypothéquer la reprise".

Ce discours sur la "menace" qui pèserait sur notre pays est bien un discours libéral, un discours de soumission aux désirs des marchés financiers. Avec les traités de Maastricht puis de Lisbonne, la France a abandonné san souveraineté économique et monétaire au monde de la finance. Peut-être serait-il temps de la reprendre ? Peut-être la France pourrait-elle faire entendre sa voix auprès des spéculateurs ?

Alors que le projet de budget rectificatif est examiné par les députés à partir de lundi et qu'un vent de fronde secoue les parlementaires PS contre les économies envisagées, le Premier ministre Manuel Valls a appelé dimanche sa majorité à la "loyauté".

Du côté des communistes et du Front de Gauche, c'est un refus définitif des coupes budgétaires.

Si l'Etat doit faire des économies, c'est dans la multitude de dispositif d'exonérations fiscales mis en place ces vingt dernières années et qui n'ont jamais eu aucun impact positif sur l'emploi, leur raison d'être officielle !

Der même, peut-être faudrait-il enfin s'attaquer pour de vrai à la fraude fiscale et ses 60 milliards d'euros qui échappent à la France annuellement ?

Bref ! La rapporteur du budget a lâché le morceau : sauf grande mansuétude des spéculateurs, les économies budgétaires qu'impose le gouvernement à la France coûteront chers en emplois.

Les travailleurs et l'emploi seront là nouveau es grandes victimes des politiques d'austérité imposées par l'Europe et nos politiciens depuis trente ans et la mise en place des dogmes ultralibéraux.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 10:18

Depuis le début de la semaine, nos chères têtes blondes se sont lancées à corps perdus dans les épreuves du baccalauréat. Si l’on a beaucoup parlé de l’impact supposé des grèves des cheminots sur le bon déroulement de la session d’examen, on parle beaucoup moins, si ce n’est pas du tout, du contenu même des épreuves. Erreur. Certaines d’entre elles, édifiantes, en disent long sur la volonté de formatage sur les questions économiques de ces citoyens en herbe.

Quand le bac formate au néolibéralisme
Mais, c’est un toute autre sujet d’épreuve sur lequel s’est arrêté Marianne. Celui de Sciences économiques et sociales (Bac ES) qui s’est tenu ce jeudi 19 juin. Dans la première partie de l’épreuve, intitulée « mobilisation des connaissances », les candidats devaient répondre à deux questions qui nous ont fait sérieusement tiquer.

1. Comment la flexibilité du marché du travail peut-elle réduire le chômage ?

Suivi d'une deuxième question un peu moins orientée, mais qui accolée à la première interroge...

2. À quels risques économiques peuvent s’exposer les pays qui mènent une politique protectionniste ?

Sidérant. Ces deux questions qui ont donc pour but de « mobiliser les connaissances » économiques de nos chers lycéens acquises tout au long de leurs études, signifient-elles qu'elles ne se limiteraient qu’au seul dogme du libre-échange ?

« C’est aberrant. Les bras m’en tombent », réagit d'ailleurs Thomas Coutrot, économiste et statisticien, membre des Economistes atterrés et porte-parole d’Attac à l’énoncé de ces deux questions. « C’est une vision folle de l’apprentissage des thèses économiques, totalitaire même. Dès le plus jeune âge, on veut leur faire intégrer que la mobilité et la flexibilité est un idéal économique et que c’est une évidence que la société doit s'y soumettre. La seule solution, ce serait que la société se réforme pour coller à l’idéal libéral. C’est dramatique. »

http://www.marianne.net/Quand-le-bac-formate-au-neoliberalisme_a239596.html
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 15:19

par Frédéric Lemaire, le 17 juin 2014 sur ACRIMED

Plus de 10 ans après sa première publication, notre « lexique pour temps de grèves et de manifestations » est plus que jamais d’actualité. « Prises d’otage », « galère des usagers », « grogne syndicale », etc. La grève des cheminots, entamée mardi soir, signe le grand retour de la langue automatique d’un journalisme officiel plus ou moins ouvertement hostile aux mouvements sociaux.

« L’opposition entre les lycéens qui vont passer le bac et les terribles grévistes qui les en empêcheraient, l’opposition entre les usagers et les grévistes, c’est une thématique idéologique de droite » note Claude Askolovitch, dans son éditorial du 14 juin sur I-télé. Et de conclure, sans que l’on sache s’il ironise ou s’il s’en félicite vraiment : « Voir les socialistes faire du Figaro, c’est nouveau, donc c’est intéressant ».

Mais si le gouvernement a « parlé à droite  » comme semble s’en réjouir Askolovitch, une partie des médias n’a pas manqué de lui emboîter le pas. À commencer par Le Monde, qui titre sobrement son éditorial du 13 juin : « SNCF : il faut savoir arrêter une grève ». Le « journal de référence », devenu journal officiel, reprend à son compte l’injonction du gouvernement.

« "Compromis", "intérêts de tous" : voilà des mots que les grévistes n’entendent pas. » L’éditorialiste du Monde, en manque d’inspiration, a-t-il pioché dans notre « lexique » pour rédiger son éditorial, cousu de la langue automatique du journalisme brise-grève ? « Il y a dans ce mouvement de grève une grande irresponsabilité de la part de syndicats qui accréditent l’idée que, décidément, ils préfèrent le conservatisme à la réforme . »

Le Monde rabroue les syndicalistes qui « n’obtiendront rien », vont « perdre la bataille » et dont la grève est injustifiée car elle « perturbe la vie quotidienne des usagers », « menace le bac » mais surtout, parce qu’elle est « illisible » pour l’opinion publique. Tellement « illisible » que Le Monde ne daigne dire un mot du contenu de la réforme ni des revendications des grévistes.

Comme un écho ironique à l’éditorial de la chefferie du Monde, le blog des « décodeurs » sur lemonde.fr publie un article le même jour : « Mais au fait, pourquoi la SNCF fait grève ? » Bonne question, à laquelle le lecteur trouvera des éléments de réponse plus factuels que la charge anti-syndicale de la Une du quotidien papier. On y apprend, entre autres, que la « menace sur le bac » brandie par le gouvernement et Le Monde est à relativiser ; ou encore que les deux syndicats (CGT-Cheminots et Sud-Rail) qui appellent à la continuation de la grève représentent une majorité des salariés – même si l’article met en avant les « fractures » et luttes internes syndicales.

Le Monde fait-il du Figaro ? Ni une, ni deux, ce dernier – qui consacre une double page à la « galère des usagers » – monte le ton : la France « se déglingue », elle n’est « plus capable d’assurer correctement la tenue des épreuves du baccalauréat » à cause de « quelques cheminots syndiqués », peste l’éditorialiste Yves Thréard. Des privilégiés nuisibles qui bloquent la France « pour un oui ou pour un non », pour des motifs « inacceptables ».

Le Parisien n’est pas en reste, à l’image des Unes que nous avons publiées ici. « C’est parti pour une journée de galère pour les usagers de la SNCF » commente en vidéo sur leparisien.fr l’éditorialiste du quotidien, raccord avec la ligne éditoriale de l’édition papier. Avec, à la clé, une « question du jour » qui annonce la couleur : « SNCF : Faut-il limiter le droit de grève ? »

Dans le même registre, le Figaro va plus loin : « Faut-il interdire le droit de grève dans les transports publics ? » interroge le quotidien conservateur sur son site.

Impossible de poursuivre ce bref tour d’horizon de la presse nationale sans évoquer les tauliers de L’Express et du Point, qui n’ont pas manqué de tirer à boulets rouges sur les cheminots. Leur grève évoque à Franz-Olivier Giesbert une France « toujours à cran, éruptive, plombée par les boulets des corporatismes ». L’éditorialiste du Point, jamais avare de métaphores douteuses [1], en tire une conclusion aux subtils accents totalitaires : « n’est-il pas temps d’essayer de guérir la France sans lui demander son avis, quitte à la brutaliser un peu ? »

Dans un de ses désormais célèbres éditoriaux vidéo, Christophe Barbier décerne quant à lui un « carton rouge » aux grévistes de la SNCF (entre autres). Selon lui, « le recours à la grève n’est pas une bonne formule », cela fait d’eux des « preneurs d’otage » et incite « à certaines violences ».

Notons que Libération ne se mêle pas à ce concert de dénonciations de la grève des cheminots. En fait le conflit social est tout simplement absent de la Une du quotidien, comme des billets des éditorialistes qui lui préfèrent l’actualité irakienne et la coupe du monde de football.

Le son de cloche n’est pas si différent chez les chroniqueurs à la télévision ou à la radio. Arlette Chabot, sur LCI, peine à comprendre la raison pour laquelle les syndicalistes luttent contre une réforme qu’ils ont voulu, et ce malgré les concessions du gouvernement. La continuation de la grève relèverait d’une « surenchère » due à la « division syndicale ».

Pédagogue mais intraitable, Nicolas Doze douche les espérances des manifestants sur BFM-TV : la réunification de la SNCF ? Impossible, à cause de l’Europe. Le maintien du statut des cheminots ? Impossible, dans le nouveau cadre européen. Éponger la dette de l’entreprise, en grande partie le résultat des investissements dans les lignes à grande vitesse ? Impossible : ce serait l’équivalent d’une subvention publique, interdite… par Bruxelles.

La chronique de politique de France info consiste, quant à elle, en une longue exégèse de ce que dit et pense « l’exécutif ». Quelques exemples :

- « Le modèle de la crise sociale version 1995 ne peut s’appliquer à ce mouvement. Aujourd’hui, le gouvernement parie sur le fait que cette grève n’est pas comprise, et par conséquent, qu’elle n’est pas populaire. »

- « L’exécutif ne semble pas ressentir les prémices d’une crise sociale. Comme s’il était convaincu qu’il s’agissait d’une simple crispation de la CGT, débordée par sa base »

- « Lundi, ce ne sont pas des salariés au pouvoir d’achat en berne qui seront pénalisés, mais leurs enfants ou leurs proches, des lycéens qui vont passer leur Bac. Le distinguo devrait peser dans les AG ce weekend end. C’est que veut croire, et espérer, l’exécutif. »

Laissons à Claude Askolovitch, que nous citons en ouverture de cet article, le mot de la fin (ou presque). Avec cette hypothèse lumineuse : au fond, si le gouvernement de gauche emploie le « vocabulaire idéologique » de l’adversaire – en jouant les usagers contre les grévistes – n’est-ce pas que « peut-être, tout simplement, la réalité est-elle de droite » ?

***

Askolovitch se rend-il compte qu’associer aussi nettement l’opposition des usagers et des grévistes au « vocabulaire idéologique » de la droite revient à conclure que, pour le paraphraser, la majorité des grands médias « parlent à droite » ? Peut-être. Après tout, qu’est-ce que cela aurait de si étrange, puisqu’il semble penser que « la réalité est de droite » ? Le problème qui demeure, et qui est un problème démocratique, c’est que ce constat soit apparemment partagé, consciemment ou non, par une majorité d’éditorialistes, de chroniqueurs et de chefferies éditoriales… Le traitement médiatique de la grève des cheminots ne fait qu’en apporter une nouvelle preuve.

Frédéric Lemaire


Cette analyse des médias assez parlante pose finalement la question de la démocratie et des libertés.

Comme le posait si justement un sujet de philosophie au bac, cette année, "suffit-il d'avoir le choix pour être libre ?".

Finalement, comme pour les produits de consommation, nous avons plein de médias différents, plein d'emballages qui nous refilent la même soupe !

Une idéologie dominante = un message martelé à l'infini dans les médias.

Nul part, vous trouverez trace d'une interview d'un gréviste autrement que sous la forme d'une petite phrase. Hormi le journal "L'Humanité", aucun média n'apporte un quelconque soutien aux grévistes ou, au moins, un semblant de traitement équitable en se demandant si leurs raisons valent de faire grève !

La différence entre nos régimes qui se revendiquent démocratiques et les régimes totalitaires, c'est la multitude des supports médiatiques qui diffusent le message officiel, celui de l'idéologie dominante.

Solidaire

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 08:26

La perte de crédibilité du gouvernement affecte aussi le Parti socialiste.

10 % d'adhérents en moins en deux ans, c'est 25 000 socialistes en moins au PS !

La déroute militante du Parti socialiste suit sa conversion politique au libéralisme et son alignement sur Bruxelles et les choix sarkozystes que denonçait un PS alors dans l'opposition.

Il faut donc croire que ces 25 000 adhérents perdus se situent plutôt dans les rangs des socialistes sincères, ceux qui rêvent d'une France plus solidaire, d'une meilleure répartition des richesses et d'une politique économique et industrielle indépendante et crétrice d'emplois ! ?

Le nouveau premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, reconnait cette perte mais n'y voit pas de lien avec les échecs électoraux récents.

Qui de l'oeuf ou de la poule est né en premier ? On connait le débat.

Pour ce qui concerne le PS, l'érosion en termes d'adhérents est probalement un facteur des pertes électorales plutôt qu'une cause : quand vos militants désertent vos rangs, il n'y a plus personne pour diffuser vos idées, mener campagne, convaincre.

Il n'est pas bon pour la gauche française que des militants probablement sincères du PS quittent le champs politique et laissent le terrain aux éléments les plus libéraux de la sociale-démocratie ! On le voit dans les propos d'un Hollande, d'un Valls ou d'un Cambadélis, face au rejet du PS et de ses politiques par les Français, le PS répond qu'il va continuer dans le même sens et, même, qu'il va accélérer ses réformes !

En clair, le PS ne tient aucun compte du désaveu populaire, dans les sondages comme dans les urnes, ni même du désaveu de ses propres militants !

Le PCF a connu une hémorragie militante dans les années 85 à 95. L'amalgame entre sa participation au gouvernement socialiste de 1981 à 1983 et la trahison de la rigueur en 1983, la chute des pays socialistes et les campagnes anti-communistes qui ont suivi, puis la Mutation entamée par Robert Hue, ont vidé les rangs du PCF.

Le Parti communiste a su tenir bon, tirer des conclusions et rebondir en assumant son identité communiste tout en s'ouvrant politiquement, notamment avec la création du Front de Gauche en 2008.

Aujourd'hui, le PCF peut compter sur un nombre stable d'adhérents (135 000), entre un rajeunissement par l'arrivée d'étudiants et de salariés jeunes, et le départ de camarades plus âgés.

On peut espérer que les dizaines de milliers de militants PS sauront ouvrir leurs yeux sur la nécessité de continuer le combat politique.

S'ils ne font pas le choix du PCF, les socialistes déçus du PS doivent faire le choix du Front de Gauche, seule alternative pour une gauche radicale, une gauche de transformation sociale en France.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 08:13

    Nous publions aujourd'hui une tribune de Jean Ortiz, universitaire communiste d'origine espagnole, grand connaisseur de ce pays.

La situation économique tragique de l'Espagne, proche de celle de la Grèce, a permis aux Espagnols d'ouvrir les yeux sur la réalité d'une société entièrement aux mains de quelques grandes fortunes. Les fortes baisses du Parti socialiste (PSOE) et de la droite (PP : Parti Populaire) aux élections européennes se sont accompagnées d'une poussée abstentionniste et de la gauche radicale (Izquierda Unida) menée par le Parti communiste d'Espagne (PCE), signes d'un rejet de la classe politique traditionnelle.

On parle là-bas de PPSOE, acronyme du PP et du PSOE, pour désigner cette fausse alternance qui mène l'Espagne depuis la transition "démocratique" de 1978, deux ans après la mort du dictateur fasciste Franco, grand allié des Etats-Unis.

L'abdication de Juan-Carlos, roi désigné par Franco, n'est pas due à un hasard du calendrier mais bien à un rejet populaire de ce système hérité du franquisme et d'une monarchie qui multiplie les scandales alors que le peupe s'enfonce dans la misère.

Les médias français relaient la succession dynastique comme un conte de fée alors que des manifestations monstres ont rassemblé l'Espagne républicaine dans les jours qui ont suivi l'abdication de Juan-Carlos.

Cet événement révèle deux choses :

- la démocratie à l'occidentale n'est qu'une démocratie de façade puisqu'on impose au peuple ses dirigeants, ce que comprennent aussi beaucoup de Français, de manière confuse, en s'abstenant ;

- les médias français traitent les sujets d'actualité étrangère (mais pas que eux) de manière orientée, pour nous faire gober le message du système : rien ne doit changer !  

Solidaire


"Alors que 62% des Espagnols se prononcent pour un référendum entre monarchie et république, le PPSOE a rejeté de l'ordre du jour des Cortes une proposition de loi en ce sens, déposée par Izquierda Unida.

Le parti unique espagnol, le PPSOE, bras politique de la confédération patronale (la CEOE) vient d'approuver la "loi d'abdication", "organique", sur mesure, pour verrouiller la succession royale par un véritable coup de force après de répugnantes manœuvres : 299 voix pour, 19 contre (IU et ERC), 23 abstentions. Ah! elle est belle, leur démocratie occidentale! Relevons la tête lorsqu'ils s'acharnent contre Cuba; le Venezuela... Ne jouons pas les autruches lorsqu'ils s'érigent en donneurs de leçons.

Alors que 62% des Espagnols se prononcent pour un référendum entre monarchie et république, le PPSOE a rejeté de l'ordre du jour des Cortes une proposition de loi en ce sens, déposée par Izquierda Unida. Il faut passer en force, et rapidement, pour éviter tout débat sur la forme de l'Etat. Comme Franco le disait en 1969, "la situation est verrouillée, bien verrouillée".

Les uns et les autres s'accrochent aux pactes rances de la transition, totalement caducs, qu'ils nous resservent aujourd'hui, mais le peuple espagnol n'en veut plus; il attend une alternative politique stable, crédible, large, radicale. C'est le défi devant lequel se trouvent toutes les forces de la gauche de transformation sociale. Le PSOE s'enfonce dans la crise; des sections de bases et les jeunes se prononcent pour la république. L'opération "sauvetage de la monarchie" ne sert qu'à gagner du temps. L'exigence d'un processus constituant en tant que seule réponse à la gravité de la situation du pays prend de l'ampleur. Une nouvelle Espagne est en marche. "

Tribune de Jean Ortiz
http://humanite.fr/couronnement-dun-nouveau-roi-le-ppsoe-544399#sthash.tuXmVMAl.dpufPPSOE.jpg

       "A vos ordres mon Capital !"

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 13:45

A l’occasion de la grande grève cheminote en cours, le Parti communiste a souhaité donner sa position sur une casse du service public ferroviaire commandité par l’Union européenne et exécutée par étape par tous les gouvernements successifs.

L’expérience étrangère, britannique notamment, prouve que la privatisation du rail est facteur de hausse des tarifs, de retards plus nombreux voire même de multiplication des accidents. On est loin des promesses faites de baisse des prix et d'amélioration des services !

La même situation se retrouve en France en téléphonie et sur l'électricité où la concurrence privée n'a jamais entrainé de baisse des prix. Par contre, l'éloignement des services rend toute assistance complexe lorsqu'une panne ou des difficultés techniques apparaissent.

La situation du rail se dégrade en France par manque d'investissement dans du matériel fiable et dans l'entretien du matériel et des voies : l'accident de Brétigny-sur-Orge nous rappelle tristement les conséquences de ces politiques d'économie.

Facteur de développement économique et touristique, moyen de transport économe en carburants fossiles, alternative au tout camion, la voie ferrée doit rester dans le giron public et bénéficier d'investissement pour garantir un accès de qualité pour tous les voyageurs, salariés ou vacanciers, et pour le transport de marchandise.

C’est pourquoi, par communiqué, "le PCF apporte tout son soutien aux revendications portées par les cheminots mobilisés pour le retrait de la réforme ferroviaire qui sera présentée à l’Assemblée le 17 juin prochain.

Ce texte, qui prétend réunifier RFF et SNCF afin de réduire les coûts d’une structure en doublon, prépare en réalité l’élargissement de l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire exigée par l’Union Européenne. Le gouvernement entend en effet créer une société unique en façade, mais trois entités dans les faits, pour renforcer la séparation entre gestion des infrastructures et exploitation du réseau.

Le scénario est écrit à l’avance. L’exploitation des voies, éminemment rentable, sera captée par le marché privé tandis que les infrastructures seront laissées à la seule responsabilité du secteur public, qui se retrouvera seul à rembourser la dette de 44 milliards d’euros qui devait financer un réseau ferré public et de qualité. Avec le libéralisme, c’est toujours la même rengaine : privatisation des profits et nationalisation des pertes.

Le PCF condamne fermement cette prise en otage du bien collectif et de l’investissement public par la concurrence privée, et s’associe aux propositions formulées par les syndicats en grève. Il demande une réunification réelle de la SNCF et de RFF au sein d’un organisme public possédant le monopole du chemin de fer et de son exploitation. C’est seulement à cette condition que sera garanti un service public juste et efficace.

Le ferroviaire ne peut être laissé aux mains de la concurrence et du marché. C’est un enjeu stratégique national, une garantie fondamentale de la souveraineté de la France et de l’égalité des territoires.

Par ailleurs, le PCF soutient la proposition faite par la CGT de confier à une structure de défaisance la dette du système ferroviaire. Il est inacceptable que celle-ci pèse sur les conditions de travail et de vie des travailleurs du rail, ou sur les investissements en rénovation et modernisation du matériel et du réseau.

La lutte contre le démantèlement du service public, est l’affaire de tous les Français. Le PCF appelle le gouvernement à refuser de s’engager dans le sillon des politiques d’ouverture à la concurrence, dont les effets plus que néfastes ne sont plus à prouver."

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 08:53

La querelle entre le fondateur et l'héritière de la maison Front National est-elle une véritable opposition idéologique ?

Après le retrait du site internet du Front National d'une vidéo plus qu'explicite où Jean-Marie Le Pen renoue avec ses provocations antisémites. Quoiqu'il s'en défende, a posteriori, parler d'envoyer Bruel dans une prochaine "fournée" est lourd de sous-entendu, avec la notion de four et de groupe que contient ce mot.

Certes, le Front National, par la voix de Marine Le Pen et de ses caporaux, a vite tenter de prendre ses distances avec les propos du fondateur. Même si l'un des cadres du FN refuse l'antisémitisme, le terme officiel, par la voix de Marine Le Pen, c'est "faute politique". Il y a dans cette expression, là aussi, une volonté de ne pas dénoncer clairement le fonds des propos tout en en critiquant la forme.

De fait, le Front National sait pertinemment qu'il ne peut pas rejeter ce qui fait son fonds historique, ce qui soude le coeur militant de l'extrême-droite : la haine de l'autre, le juif, le musulman, l'immigré ou le rrom.

Ces dernières années ont été riches d'exemples de militants faisant le salut nazi, posant devant le drapeau nazi, tenant des propos racistes explicites.

Ces militants et candidats frontistes ont été exclus, certes, mais ils ont été exclus car leurs actes ont été rendus publics.

Dans sa campagne de dédiabolisation, le FN ne peut se permettre de laisser transparaître les "valeurs" qui sont les siennes. Il faut apparaître comme un parti certes différent, un parti de contestation de l'ordre actuel, mais pas un parti repoussoir !

Dans sa course au pouvoir, le FN sait que s'il continue d'être considéré comme un parti d'extrême-droite, avec ce que l'Histoire a montré de l'extrême-droite, il sera toujours un parti minoritaire, même lorsqu'il arrive au second tour d'une élection présidentielle, comme en 2007.

D'où cette volonté de rejeter le qualificatif de parti d'extrême droite et les propos ou actes qui laisseraient apparaître le vrai visage du FN.

Mais, pas besoin de travestir la réalité, de l'amplifier puisque d'exclusions en petites phrases, les cadres et militants FN laissent régulièrement perler leur haine du juif et de l'étranger, ou leur nostalgie des régimes totalitaires !

Même Marine Le Pen s'est laisser-aller en participant l'an dernier au bal des nostalgiques du nazisme à Vienne !

Et puis, il suffit de lire un programme du FN, ce que ne font pas nombre d'électeurs de ce parti, pour y retrouver les vieilles thématiques de l'extrême-droite contre les immigrés, contre les institutions républicaines, pour la peine de mort et la défense de "valeurs chrétiennes" réactionnaires, ou contre les droits sociaux des travailleurs, notamment le SMIC ou le droit de se syndiquer.

Deriière la querelle entre père et fille, se cache avant tout un combat de stratégie pour permettre au FN d'accéder au pouvoir, localement et nationalement : assumer publiquement ses idées ou se masquer derrière un masque de vertu ?

La stratégie actuelle voulue par Marine Le Pen et ses caporaux semble réussir comme le montre les résultats de l'extrême-droite aux Européennes. Le risque, assumé, est de se fâcher avec une vieille garde et les éléments les plus radicaux pour qui le nouveau visage du FN peut apparaître comme une trahison.

Quoi qu'il en dise, le FN reste un parti d'extrême-droite.

Derrière un discours de victime et d'apparente défense des "Français", le FN n'est pas l'ennemi du système économique qui étrangle notre économie et les travailleurs, de ce pays comme de partout en Europe, mais l'ennemi du système politique parlementaire.

Le FN n'est pas l'ennemi de l'Europe parce qu'elle est libérale mais parce qu'elle est une porte vers l'étranger.

Le FN n'est pas le défenseur des petits contre les grands, mais d'une France traditionnaliste qui n'existe plus, catholique, artisanale et repliée sur elle-même.

Le FN ne redonnera pas la parole aux Français, il la retirera aux étrangers, aux opposants à son système, syndicats ou ennemis politiques.

Le FN ne ressoudera pas la France autour d'un projet positif, il continuera de diviser les Français selon leurs origines, leurs religions, leurs choix idéologiques, pour le plus grand profit de multinationales et d'un monde de la finance qui, lui, est uni.

Ce qui divise aujourd'hui le FN, ce n'est pas l'objectif, la philosophie, mais bien la stratégie, la manière d'avancer ses pions, frontalement selon Jean-Marie Le Pen et l'aile radicale, sournoisement selon Marine Le Pen et ses soutiens.

Pour la France comme pour les travailleurs, le Front National est présenté comme une alternative à un système politique qui a perdu toute crédibilité après trente années d'alternance entre une droite affairiste et une gauche sociale-démocrate qui mènent des politiques semblables. Mais le FN n'est pas une alternative car son programme est également libéral.

Le FN joue en France le rôle de tous les partis d'extrême-droite, de tout temps et partout dans le monde.

Comme le Parti nazi en Allemagne dans les années 30 ou le parti fasciste en Italie dans les années 20, l'extrême-droite sert de soupape de sécurité à la colère populaire en période de crise et de solution politique alternative aux partis de gouvernement quand la colère populaire est trop forte et menace l'organisation même de la société capitaliste.

En Allemagne, en 1933, le Parti communiste pesait plus de 30 % des voix, tandis qu'en Italie, le Parti communiste connaissait une poussée militante et électorale importante aux élections de 1926. L'Espagne venait de basculer dans la République et connaissait une politique sociale très progressiste à la veille de la guerre civile déclenchée par Franco, l'armée et l'Eglise. L'arrivée au pouvoir des forces fascistes stoppera le risque de révolution communiste et devait permettre, au contraire, d'éradiquer les idées communistes.

D'alternative politique, il n'y en a qu'une. Celle qui prône le renversement ou le dépassement du capitalisme et la mise en place d'un autre système économique, basée sur la satisfaction des besoins humains et sociaux, le socialisme.

Le Front National est un parti du système capitaliste, opposé uniquement au système parlementaire actuel.

Derrière les querelles internes entre le fondateur et les jeunes loups du parti, le FN demeure partisan d'un régime dur, autoritaire, basé sur la ségrégation raciale et religieuse, un parti qui entrainera l'explosion du monde du travail et la concurrence entre travailleurs en France sur ces critères ethniques, pour le plus grand profit des entreprises.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 09:18

Le Secrétaire national du PCF défend le Parti communiste d'Ukraine, menacé d’interdiction. 

Alors que sur le terrain, les combats deviennent de plus en plus violents entre l’armée et les séparatistes de l’Est et que quatre nouveaux observateurs internationaux ont disparu avec leur chauffeur, Pierre Laurent, le Secrétaire national du Parti Communiste Français a exprimé hier sa solidarité au Parti Communiste Ukrainien « menacé d’interdiction ».

« Dans la situation extrêmement difficile que traverse l’Ukraine, avec la poursuite d’affrontements meurtriers dans l’est du pays, le PCF exprime sa solidarité avec le Parti Communiste d’Ukraine mis pratiquement dans l’impossibilité d’exercer normalement son activité politique et qui est aujourd’hui menacé d’interdiction, à la suite d’une décision prise par l’ex-présidence intérimaire du pays », écrit dans un communiqué le PCF. « Rien ne peut justifier une telle mesure à l’encontre d’un Parti qui a toujours prôné, dès le début de la crise ukrainienne, le dialogue et la négociation politiques, la nécessité de donner la parole au peuple pour réformer les institutions du pays, pour ouvrir la voie notamment à plus d’autonomie pour les régions et conjurer ainsi les risques d’un séparatisme mettant fin à l’intégrité territoriale de l’Ukraine », ajoute-t-il. 

Dialogue politique

Pour le PCF, « la priorité de la France devrait être d’agir d’urgence pour un cessez-le-feu immédiat dans l’est du pays, en repartant des accords du 17 avril à Genève, favorisant ainsi la reprise d’un dialogue politique entre toutes les forces politiques ».

Petro Simonenko, Secrétaire général du Parti Communiste d’Ukraine, avait été reçu le 28 mai à l’Assemblée nationale par André Chassaigne, Président du Groupe Gauche Démocrate et Républicaine, puis au siège du Parti Communiste Français par Pierre Laurent.

A noter que c'est le procureur général, Olge Mahnitsky qui conduira l'enquête contre le KPU.

Or, Ce procureur est issu des rangs de Svoboda, force d'extrême-droite. Un peu comme en 1933 quand les nazis ont voulu démontrer que des communistes étaient derrière l'incendie du Reichstag (le Parlement) ce qui avait été l'excuse pour interdire un PC allemand (KPD) alors à 30 % et seule force organisée s'opposant à la montée du nazisme.

L'armée ukrainienne, infiltrée par les radicaux d'extrême-droite de Pravy Sektor (Grade Nationale) est impliquée dans la tuerie d'Odessa qui a coûté la vie à une quarantaine d'opposants au régime de Kiev, brûlés vifs dans un batiment qui n'a pas brûlé (!). Par contre, dans ce cas, aucune enquête des autorités ukrainiennes et encore moins de réactions vives des défenseurs officiels et autoproclamés des Droits de l'Homme, qu'il s'agisse de l'Union européenne ou de BHL !...

Et on ose nous présenter les ukrainiens opposés au régime illégitime de Kiev comme des marionnettes à la solde de Moscou ?

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 12:27

En pleines cérémonies du 70ème anniversaire du Débarquement, nos médias réécrivent l'Histoire.

L'ampleur des préparatifs et des qualités techniques qui ont permis le Débarquement sont indéniables. Le courage de ces soldats, venus d'un peu partout dans le monde, pour affronter une côte blindée par un solide Mur de l'Atlantique, restera dans l'Histoire.

Le cinéma, américain surtout, et les cérémonies annuelles, perpétueront pour encore longtemps le souvenir de cette bataille et des durs combats qui ont suivi.

Ici, à quelques encablures des côtes, nous savons le prix payé par les civils et par les villes lors des intenses combats pour reprendre les communes normandes aux mains des troupes nazies. Evreux, Rouen, et d'autres, ont payé le prix du sang sous les bombardements alliés et les exactions nazies.

Là où nos médias et nos gouvernements réécrivent l'Histoire, c'est lorsqu'ils affirment que le Débarquement a été le tournant de l'Histoire, le moment où les forces de la liberté ont commencé à libérer l'Europe du joug fasciste.

C'est archi-faux !

Le tournant de l'Histoire de la seconde guerre mondiale s'est joué à l'est, à Stalingrad entre le 17 juillet 1942 et le 2 février 1943.

La Bataille de Stalingrad a marqué le coup d'arrête de l'expansion nazie en Europe et une victoire des troupes alliées soviétiques qui retournera complètement la dynamique. En juillet 1943, la dernière grande offensive nazie, à Koursk, se termine en déroute avec des milliers de morts et des centaines de chars détruits.

Dès lors, le front de l'est ne fera que se déplacer vers l'ouest, avec le progrès des troupes soviétiques.

Dans l'Histoire de la seconde guerre mondiale, le Débarquement n'arrive que bien plus tard, le 6 juin 1944, plus d'un an après Stalingrad. Certains historiens affirment d'ailleurs que l'objectif du débarquement était de gagner de vitesse l'Armée rouge, d'arriver à Berlin avant elle, pour éviter que les soviétiques n'acquièrent trop de puissance en Europe.

D'ailleurs, à la Libération, les Français donnaient à 58 % l'Union soviétique comme premier responsable de la victoire contre le nazisme, loin devant des Etats-Unis qui ne recueillaient que 20 % !

Il faut aussi se rappeler que le mur de l'Atlantique était alors défendu par des troupes allemandes de second ordre, le régime nazi concentrant ses efforts sur le front de l'est.

D'ailleurs, fin mars 1945, 26 divisions allemandes demeuraient sur le front occidental  contre 170 divisions sur le front de l’Est, qui combattirent farouchement jusqu’au 9 mai (date de la libération de Prague) !

La dernière grande bataille à l'ouest, celle des Ardennes, entre décembre 1944 et janvier 1945, 9 000 soldats américains trouvèrent la mort et les troupes allemandes négocièrent dans la foulée leur rédition tandis que l'armée rouge perdit plusieurs centaines de milliers d'hommes dans les dernières semaines de la guerre, dans la bataille pour la prise de Berlin.

Les Etats-Unis perdirent, sur les fronts du Pacifique et d’Europe, 290 000 soldats de décembre 1941 à août 1945 soit 1% du total des morts soviétiques de la « Grande guerre patriotique », près de 30 millions !

D'ailleurs, drôle de combat contre le fascisme que celui des "alliés" occidentaux quand on laissa les espagnols et les portugais croupir dans des régimes fascistes, les dictatures de Franco et Salazar, jusqu'en 1974 (Révolution des oeillets au Portugal) et 1978 en Espagne ! ?

La réécriture de l'Histoire va même plus loin puisque la série "Résistance" de TF1 affirme s'inspirer de faits réels mais nie la réalité de l'engagement politique des héros dont elle affirme raconter l'Histoire. Un engagement communiste qui date d'avant-guerre pour les jeunes dont parle la série.

Malgré le courage et l'ampleur de cette importante bataille que représenta le Débarquement, la réalité historique attribue aux soviétqiues le tournant de l'Histoire et le début du reflux nazi en Europe. N'en déplaise aux médias et politiciens anticommunistes.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article