Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 14:12

Encore une fois, un internaute nous fait remonter le cas d'un de ses commentaires censuré par un "modérateur" d'Orange. Et ce n'est qu'un exemple !

Vous le verrez en dessous, la réponse que faisait cet internaute à un autre internaute était loin des critères avancés habituellement par ces sites pour justifier un refus de publication : insultes, propos dégradants, racistes ou appelant au crime, etc...

ici, l'internaute ne fait que démonter l'argumentation selon laquelle la situation économique en Allemagne est meilleure qu'en France.

Il est tellement fréquent de voir dans les commentaires publiés sur Orange (comme ailleurs malheureusement) des propos à la limite du racisme et la xénophobie, qu'on a du mal à voir dans la censure de ce commentaire sur l'Allemagne, autre chose qu'une volonté de faire taire ceux ou celles qui démontent la propagande libérale en cours.

Orange n'est pas seul en cause. Mais qu'un opérateur encore (un peu) lié à l'Etat se permette d'être à ce point un lieu où le libéralisme et la haine ont micro ouvert, en dit long sur les valeurs qui sont compatibles avec les intérêts boursiers !

Solidaire

----------------------------------------------

Il me semble que l'Allemagne est l'un des pays qui a réussi à se sortir de la crise et à redresser son économie. Résultats : l'Allemagne embauche, le chômage baisse, et les Allemands vivent mieux... Alors, ne soyons pas jaloux...

 
Statut : refusé
Hier à 15:06
 

Il vous "semble" mais les chiffres sont tout autre :
- selon Eurostat (donc l'Europe !), l'Allemagne compte 16,7 % de pauvres contre 13,6 % en France ;
- Le 15 mai dernier, le FMI (donc le monde des banquiers) s'inquiétait de la hausse de la pauvreté en Allemagne et incitait ce pays à y prendre garde !

Même si les chiffres du chômage peuvent paraître flatteurs (5,7%), il faut se rappeler que depuis Schroeder (soit disant "social-démocrate"), les chômeurs sont obligés d'accepter des boulots mal payés sous peine de perdre leurs allocations ! Même payés au lance-pierre, ils disparaissent des statistiques du chômage ! Et hop !...

Résultat : 9,6 % des travailleurs allemands ayant un emploi sont en situation de pauvreté !

Alors : jaloux des Allemands ? Pas vraiment !

Plutôt solidaire !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 08:59

Un communiqué du Parti communiste français revient sur le temps d'antenne accordé à notre formation. Un temps ridiculement court de 5 minutes pour une formation qui possède un groupe de députés et de sénateurs et qui présente 524 candidats.

Et il s'agit de la campagne officielle ! Pour le reste, cherchez une émission ou un journal télévisé où vous verrez un porte-parole du PCF !

Le premier qui gagne aura son portrait à la Une du blog pendant une semaine ! lol

Solidaire

-----------------------------------------------------

Suite au recours déposé par En Marche !, le Conseil constitutionnel s'est réuni pour réexaminer le temps d'expression audiovisuelle des formations politiques  lors de la campagne officielle des législatives. 

La préconisation du Conseil constitutionnel à l'attention du CSA augmente, à juste titre, le temps de parole, initialement prévu à 7 minutes, des formations représentées à l'élection présidentielle mais ne disposant pas de groupe de parlementaire. Ceci pour réduire l'écart avec le temps accordé au PS et à LR, respectivement 2h et 1h44 pour rappel.

En revanche, cette revalorisation n'est pas préconisée pour le PCF qui s'est vu attribué 5 pauvres minutes pour présenter le bilan de ses parlementaires et le programme de ses 524 candidats et candidates. Le prétexte de cette discrimination est que ce temps de parole a été fixé à l'Assemblée nationale dans le cadre d'une représentation proportionnelle entre les groupes parlementaires. Résultat, le PCF est scandaleusement spolié dans cette mascarade démocratique.

Suite à la décision du Conseil constitutionnel, ce temps d'antenne doit être revu.

André Chassaigne président du groupe PCF Front de Gauche à l'Assemblée nationale en appelle publiquement et par courrier officiel à l'intervention de Claude Bartolone, président de l'Assemblée Nationale et Pierre Laurent, secrétaire national de Parti communiste adresse également un courrier au président du CSA, Olivier Schrameck, pour que ce déni de démocratie soit corrigé sans délai.
 

Parti Communiste français

Paris, le 31 mai 2017.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 11:02

Les 11 et 18 juin prochain, les électeurs français renouvelleront leurs 577 députés.

Les sondages actuels laissent entrevoir un excellent score des candidats libéraux et de centre-droit de la coalition En Marche - Modem avec 29,5 % des voix. Derrière eux, la droite (Républicains + UDI) serait à 22 %, l'extrême droite à 18 %.

Les candidats de la France Insoumise et les candidats communistes recueilleraient 13,5 % des voix.

Il reste 10 jours pour mobiliser les électeurs de gauche, éclairer les salariés et les électeurs des milieux populaires sur les enjeux de ce scrutin et rallier un maximum de voix aux candidats présentés ou soutenus par le Parti communiste, le Front de Gauche ou la France Insoumise !

Une guerre éclair contre les droits des travailleurs

Le silence des médias sur les enjeux de ce scrutin permet aux candidats libéraux du mouvement En Marche d'espérer obtenir une confortable majorité à l'Assemblée nationale avant l'été, une majorité qui bénéficiera du soutien des députés de droite et du syndicat patronal MEDEF, pour entamer une réforme brutale de la législation qui protège les salariés : le Droit du Travail.

Alors que le gouvernement reçoit actuellement les partenaires dits "sociaux", syndicats de salariés et syndicats patronaux, c'est le silence le plus complet sur le contenu de la réforme qu'entend mettre en oeuvre le gouvernement du républicain Edouard Philippe.

Pourquoi ce silence ?

Tout bonnement parce que les objectifs visés par Emmanuel Macron sont incompatibles avec les attentes des Français en termes de protection de leur avenir et de celui de leurs enfants !

C'est ce que le programme présidentiel du candidat Macron laissait augurer : une attaque violente et rapide, pendant l'été de préférence, pour démanteler la protection actuelle des salariés au bénéfice des entreprises. C'est notamment le cas sur les montants des indemnités dont peuvent bénéficier les salariés en cas de licenciement économique ou de licenciement abusif.

Une forte hausse de la CSG

La Contribution Sociale Généralisée, belle arnaque inventée par un autre premier ministre issu du Parti socialiste (Michel Rocard), devait être temporaire. Elle est devenue permanente et va servir aujourd'hui de moyen au gouvernement pour pomper dans les revenus des salariés et des retraités, pour alléger les impôts des plus riches.

C'est aussi un enjeu de cette campagne législative : qui doit-on ponctionner ? Les salariés et les bas revenus, comme d'habitude ? Ou les grandes richesses, les exilés fiscaux et autres fraudeurs de l'impôts ? Avec Macron, les riches et les grandes entreprises dormiront tranquilles, d'où le soutien dont bénéficient les candidats d'En marche de la part du patronat.

Derrière, c'est notamment le financement de notre système de santé et de la Sécurité sociale qui est à nouveau en danger !

Une politique étrangère militariste et alignée sur la ligne des Etats-Unis

On l'a déjà vu avec le voyage du nouveau président au Mali ou ses propos lors de la visite de Vladimir Poutine, hier, à Versailles : la politique étrangère de la France restera inchangée sous Macron, dans la droite ligne de l'OTAN et des positions de Washington !

La France ne sera pas un ardent défenseur des peuples contre leurs régimes et contre les interventions étrangères sur leur sol. Elle continuera d'attiser le feu en Syrie, notamment, ou de soutenir les régimes qui contribuent au financement des mouvements terroristes islamistes (Al Qaïda ou DAESH), Arabie Saoudite ou Qatar en tête.

Ce faisant, notre pays restera en première ligne face aux attaques terroristes, sans contribuer à en éteindre les foyers, faute de politique pour en résoudre les causes et en réduire les financements.

Les 11 et 18 juin, prolonger le vote des Présidentielles

Avec 13,5 % des voix attendus en faveur des candidats issus des formations qui ont mené campagne pour Jean-Luc Mélenchon, on est encore loin des 19,2 % enregistré par le candidat de la gauche alternative il y a quelques semaines.

C'est pourtant en envoyant un fort contingent de députés communistes ou insoumis à l'Assemblée nationale que les salariés, les retraités et les petits indépendants pourront voir leurs intérêts défendus face aux puissances de la finance et de l'économie libérale mondialisée. Le "potentiel" est de 100 à 200 députés !

C'est d'autant plus possible qu'il faut regarder les résultats par circonscription électorale (au nombre de 577 évidemment !) et non au niveau national : beaucoup de circonscriptions peuvent mettre nos candidats en position de force au premier tour avec 25, 30 ou 35 % des voix !

Chacun, à son niveau, peut contribuer à gagner des voix pour nos candidats : en parlant à ses proches, en distribuant des tracts dans les boîtes aux lettres ou au porte-à-porte, en collant des affiches, etc.

Contactez-nous ! Aidez-nous à gagner un maximum de voix pour les candidats de la résistance populaire et de l'insoumission aux lois de l'argent !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 10:56

Jean-Paul Lecoq (maire PCF de Gonfreville L'orcher et candidat aux législatives en Seine Maritime) sur sa page Facebook. Rappelons que le groupe Lafarge a commercé avec les terroristes de Daesh !

 
Le cimentier Lafarge utilise le CICE pour supprimer des emplois
 
"Un document confidentiel interne au groupe Lafarge m'a été remis. 

Il vient confirmer le scandale du CICE que nous dénonçons depuis des années. Ce dispositif de soutien aux entreprises (enfin plutôt aux actionnaires...) inventé par HOLLANDE et MACRON pour créer des emplois a servi en fait à transférer de l'argent public pour accroître les profits. 

Le groupe LAFARGE, et ce n'est pas un cas isolé, a bénéficié du CICE et a... licencié ! 

Ce document montre bien commun le CICE est associé à la réduction de la masse salariale, c'est-à-dire tout le contraire de sa vocation annoncée. Rappelons que LAFARGE-HOLCIM, numéro 1 mondial du ciment, a mis en place un vaste plan social qui a conduit, chez nous, à la fermeture de la cimenterie de St Vigor d'Ymonville et la suppression d'une centaine d'emplois l'année dernière."
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 15:42

Comme un spectacle bien orchestré, l'annonce de l'entrée au gouvernement du député eurois Bruno Le Maire ne surprend personne. Et pour cause !

Que voilà un gouvernement que l'on pourrait qualifier de "bien à droite" !

Avec Edouard Philippe, maire Les Républicains du Havre, comme premier ministre, on devait s'attendre à avoir un gouvernement plutôt libéral. On est servi !

La nomination de Bruno Le Maire, député Les Républicains de notre circonscription (jusqu'en juin !) et ancien ministre de Sarkozy, sonne comme une confirmation de l'orientation clairement libérale de ce gouvernement. Cela d'autant plus qu'il occupe le stratégique ministère de l'économie !

Il est vrai que le programme d'Emmanuel Macron était ostensiblement libéral lui-même et sentait fort l'évolution social-libérale du Parti socialiste, à l'image des mouvements qu'ont suivi le Parti travailliste britannique sous Tony Blair ou le Parti Social-Démocrate allemand sous Gerhard Schroder.

D'ailleurs, le patron des patrons, Gattaz, ne s'y est pas trompé et se félicitait hier du tandem Macron-Philippe : les amis de la finance sont aux affaires !

On se demande ce que fait Nicolas Hulot à bord de cette galère ??

Pour le moins, ces éléments ne viennent que confirmer nos analyses durant la campagne présidentielle sur la nocivité que sera la présidence Macron pour les travailleurs de France.

Le secours ne viendra pas des Républicains chez qui ne restent que les éléments les plus conservateurs socialement, ni d'un Front National en crise et où les éléments de programme vaguement étatistes et sociaux sont remis massivement en cause au regard de l'échec présidentiel de l'héritière du parti lepéniste.

Les travailleurs ont la possibilité d'envoyer à l'Assemblée nationale, dans 3 semaines, une quantité inédite de députés de la gauche radicale et communiste.

C'est sur ces députés, communistes, Front de Gauche et France Insoumise, que nous pourrons nous appuyer pour mettre en échec la politique de droite qui s'annonce.

Aux électeurs de Mélenchon, de Hamon, de Poutou, de Arthaud, et même aux électeurs sincèrement de gauche de Macron, d'agir pour que la nouvelle majorité parlementaire qui surgira des urnes mi-juin soit le reflet de leurs attentes d'un vrai changement de cap dans la politique économique et sociale française.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 10:50

A ceux qui croyaient qu'Emmanuel Macron était un Président de gauche, la nomination d'un premier ministre issu des Républicains sonne comme un réveil douloureux !

Lendemain de cuite pour les électeurs d'Emmanuel Macron. Les vapeurs d'alcool du Champagne à peine passées, les illusions sur la nouvelle façon de faire de la politique s'envolent également : En Marche ne fait que recycler de vieilles recettes et de vieilles idées libérales !

Avec la nomination d’Édouard Philippe, député-maire Les Républicains du Havre, comme Premier ministre, la présidence Macron prend sa véritable tournure : ni de gauche, ni de gauche.

Dans l'Eure, on voit même se recycler des anciens socialistes qui ont quitté le navire lorsqu'ils ont senti que la marque PS n'était plus porteuse. C'est le cas de Bruno Questel, conseiller général socialiste puis conseiller départemental sans étiquette sur Bourghteroulde. C'est le candidat macroniste sur la 4ème circonscription de l'Eure pour les Législatives : côté renouvellement, on fait mieux ! Pire ! En Marche ne présente pas de candidat sur notre circonscription pour ne pas gêner Bruno Le Maire ! Un cadeau pour un autre possible transfuge des Républicains !

Le tintamarre sur le renouveau cache de vieilles recettes du libéralisme. Chacun sait donc maintenant à quoi s'en tenir : la majorité parlementaire que le Président réclame aux français lors des élections législatives serait faite pour donner au gouvernement les mains libres et engager dès l'été le laminage du Code du travail, des dépenses et des services publics, des budgets des collectivités locales.

Les travailleurs ont tout à perdre à donner ce blanc seing au nouveau gouvernement. Ils ont au contraire besoin du plus grand nombre possible de députés issus des forces de gauche qui refusent la dérive libérale et autoritaire, et parmi eux de beaucoup de députés communistes et Front de gauche pour rendre les batailles à venir au Parlement et les nouvelles politiques solides et durables.

Sur la 1ère circonscription de l'Eure, celle de Saint-André / Evreux / Verneuil, nous appelons à voter pour la candidatures de rassemblement de Mariata Konté.

Repost 0
Published by Solidaire
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 10:51

Les élections présidentielles ont montré la crise qui secoue un monde politique refusant de répondre aux attentes populaires. Plutôt que de s'attaquer au fond du problème, la nature profondément injuste d'un système capitaliste basé sur l'accumulation de richesses, la recomposition politique actuelle ne fait que redistribuer les cartes, finir de brouiller les frontières entre une gauche de renoncement et une droite triomphante.

La tambouille politicienne s'accompagne d'une valse des étiquettes : les mêmes commis appliqueront les mêmes recettes !

En Marche arrière !

Du côté vainqueur de la Présidentielle, c'est une opération vérité qui confirme ce que nous affirmons depuis des années : les solutions proposées par les libéraux de droite sont les mêmes que celles proposées par les libéraux qui se disaient de gauche.

Les masques tombent et les adversaires d'hier se retrouvent dans un mouvement présidentiel qui ne fait que recycler les carriéristes du Parti socialiste (en tout cas, ceux qui ont anticipé leur retournement de veste !), ceux du centre-droit (MODEM en tête) et même certains de droite.

Le renouveau des idées ? Un recyclage des généralités libérales dominantes.

Le renouveau des cadres ? Il n'est qu'à voir les députés sortants et autres anciens ministres qui constituent le premier rang de l'équipe Macron pour comprendre que c'est une autre manière de recycler le système !

Nuit des longs couteaux au Front National

Du côté de l'extrême-droite, les règlements de compte ont sonné dès les résultats de la présidentielle connus. Les coups sont partis de l'aile historique du parti frontiste, les nostalgiques du père fondateur, et des libéraux nationalistes, qui dénoncent les thématiques trop sociales et trop étatistes de la campagne de Marine Le Pen.

Parmi les critiques du dimanche 7 mai au soir, Marion Maréchal - Le Pen a fini par jeter l'éponge. Celle qui représentait l'aile conservatrice et radicale du FN, qui avait soutenu Jean-Marie Le Pen, se dérobe finalement.

Même si le FN a verrouillé sa communication en mettant en avant le seul argument familial de cette démission, beaucoup ne sont pas dupes et son abandon suscite la colère des nostalgiques qui misaient sur elle pour évincer sa tante.

Les règlements de compte ne sont pas finis !

Parti socialiste : on s'éclate !

Les rats quittent-ils le navire solférinien ?

Entre ceux qui ont fuit avant le naufrage pour rejoindre Macron, ceux qui fuient après le naufrage, comme Manuel Valls, et ceux qui créent leurs mouvements (Hamon d'un côté, Aubry, Hidalgo d'un autre côté), le Parti socialiste fait un tour dans la centrifugeuse.

Que va t-il rester de la social-démocratie française ?

Une seule tête à la France Insoumise

On le pressentait pendant la campagne, avec la manière dont les thèmes et les idées du programme de Jean-Luc Mélenchon avaient été préparés : l'horizontalité affichée des décisions cache mal la verticalité de l'organisation !

Ainsi, impossible de déroger à une charte pour qui veut se présenter à l'élection législative sous la bannière France Insoumise ! Kit de campagne obligatoire et programme commun pour tous !

Comme à l'armée, la FI ne veut voir qu'une seule tête ! La diversité ? Connait pas !

La fracture avec le Parti communiste, mais aussi avec d'autres composantes de la gauche alternative (comme Ensemble !), tient à ce rigorisme.

Pour sûr, la recomposition est en cours. Sur des bases de recyclage et de règlements de compte.

Mais cela ne répond toujours pas à la question de fonds : que faire pour changer un système politique et économique qui plombe la France, l'Europe et le Monde depuis des décennies ?

Et si le communisme était encore l'avenir ?

Repost 0
Published by Solidaire
commenter cet article
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 09:20

Le candidat libéral, Emmanuel Macron, bat largement la candidate d'extrême-droite, Marine Le Pen. Mais, 1 électeur sur 3 a refusé de choisir entre les deux : un record !

Certes, Emmanuel Macron est élu avec plus de 66 % des voix exprimées !

Une victoire nette mais pas un plébiscite : même les analystes des médias du système ont dû reconnaître que beaucoup d'électeurs avaient fait ce choix par "défaut" ou pour contrer le Front National. Il sera difficile pour le candidat libéral de nous refaire le coup de Chirac en 1997, affirmant qu'il avait été élu avec le soutien de 80 % des électeurs !

Ce résultat démontre aussi la partielle inefficacité de la campagne de dramatisation et de pression sur les électeurs, de gauche notamment, qui refusaient de voter pour le candidat de la finance :

  • L'abstention a atteint un niveau record pour une élection présidentielle en France, dépassant celle du premier tour, ce qui n'était jamais arrivé !
  • A cette abstention s'ajoutent les plus de 4 millions d'électeurs qui ont refusé de choisir entre l'un des deux finalistes et leurs programmes respectifs, libéral pour l'un, nationaliste pour l'autre.

Au final, le grand enseignement de ce second tour, c'est que le nouveau président de la République ne bénéficie pas du soutien d'une majorité de Français ! Avec seulement 44 % des électeurs inscrits qui l'ont désigné, Emmanuel Macron commence son mandat avec le pire résultat jamais enregistré pour un président sous la cinquième république !

D'ailleurs, 61 % des Français souhaitent qu'il ne bénéficie pas d'une majorité absolue à l'Assemblée selon un sondage !

Emmanuel Macron n'est donc pas soutenu par le peuple français !

Quant à l'extrême-droite, la personnalité de Marine Le Pen et la campagne de manipulation de l'image du Front National, pour faire passer ce parti pour le parti du peuple contre les élites, ont permis à l'héritière de Saint-Cloud d'atteindre 10 millions de voix. Un score énorme mais loin de ses espérances et, surtout, là aussi, un vote par défaut plutôt qu'un vote d'adhésion.

Ce second tour confirme le premier tour avec une élection "par défaut" plutôt qu'une élection de choix.

Seul le vote pour la candidature de Jean-Luc Mélenchon a incarné une véritable identité, celle d'une gauche radicale, progressiste, opposée à la finance et à la mondialisation libérale.

Les 20 % de Jean-Luc Mélenchon au 1er tour de la Présidentielle sont une base pour construire le vote du 1er tour des législatives, dans un mois.

D'autres électeurs, poussés vers le vote "utile" Macron peuvent rejoindre cette énorme base électorale comme énormément d'électeurs de l'extrême-gauche voire du PS.

L'unité de la gauche de combat peut permettre de transformer l'essai du premier tour de la Présidentielle et offrir au peuple l'occasion d'envoyer à l'Assemblée un nombre historique de députés vraiment de gauche, capables de contrer la politique autocratique, par décret, et libérale annoncée par Macron et ses supporters, ex-PS ou ex-Républicains.

C'est l'enjeu de la campagne Législative qui commence ! Mobilisons-nous !

-----------------------------------------

Les résultats du second tour de la présidentielle :

Inscrits : 47.568.588
Abstentions : 12.101.416 soit 25,44% des inscrits 
Votes blancs : 3.019.724 soit 6,35% des inscrits 
Votes nuls : 1.049.532 soit 2,21% des inscrits 

Votes exprimés : 31.397.916 soit 66,01% des inscrits 

Emmanuel Macron : 20.753.798 soit 43,63% des inscrits 
Marine Le Pen : 10.644.118 soit 22,38% des inscrits 

Aucun des candidats : 16.170.672 soit 33,99% des inscrit
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 08:53

Même si les sondages laissent apparaître une probable victoire d'Emmanuel Macron dimanche prochain, beaucoup d'électeurs hésitent encore sur leur choix.

L'époque où les électeurs suivaient largement les consignes de vote de leurs partis ou candidats est révolue : c'est probablement plus la faute à l'affaiblissement du débat politique, donc de la conscience politique des Français, qu'à une quelconque autonomie des électeurs.

Ceci étant dit, cela ne doit pas nous empêcher de présenter notre point de vue sur la question.

Hier, la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon publiait le résultat d'une consultation auprès de ses sympathisants.

Sur 509 550 soutiens revendiqués, ce sont à peine la moitié d'entre eux (47 %) qui se sont exprimés, soit 243 128. Signe d'un découragement (que leur candidat ne soit pas au second tour) ou, possiblement, d'un doute sur la position à adopter.

Ce doute, on le retrouve dans le résultat de la consultation, avec 34,83 % des votants qui se sont exprimés en faveur d'un vote Macron ; les autres se répartissent entre vote nul/blanc ou abstention.

Rien ne dit que les 7 millions d'électeurs de Jean-Luc Mélenchon suivront cette consigne, ou qu'ils se répartiront dans les mêmes proportions entre le vote Macron, le vote blanc ou nul, ou l'abstention !

La position des communistes

Par principe face à l'extrême-droite, Pierre Laurent s'est exprimé dès le soir du premier tour au titre de secrétaire du Parti communiste pour appliquer la règle du barrage républicain contre Marine Le Pen, en votant Macron.

Au sein du Parti communiste, le débat est moins tranché.

A vrai dire, le choix se résume entre deux positions : voter Emmanuel Macron ou ne pas choisir.

Il n'est en effet pas envisageable de voter Marine Le Pen lorsque l'on est attaché aux valeurs républicaines de Liberté, d'Egalité et de Fraternité ! La stratégie du FN et de son équipe dirigeante consiste à passer pour ce que ce parti n'est pas : le parti du peuple contre l'élite.

L'extrême-droite, de tout temps, à chercher à passer pour un parti du peuple, un parti ouvrier. Au final, ce sont les valeurs fondamentales de ces forces réactionnaires qui sont appliquées lorsqu'ils arrivent au pouvoir :
- des suppressions de liberté, comme le droit d'association et d'opinion (vu dans les mairies FN) ;
- le musellement de l'opposition et de la presse, comme on le voit avec les propos du FN contre les journalistes, notamment autour des affaires qui salissent ce parti ;
- l'interdiction des syndicats, comme on le pressent dans les propos extrêmement agressifs de Marine Le Pen et de son équipe contre eux, particulièrement contre le plus revendicatif, la CGT 
- la mise en place de politique de ségrégation selon des critères racistes ou religieux, autrefois les Juifs, aujourd'hui les Français d'origine maghrébine, noire africaine ou les musulmans.

Reste donc à trancher entre : voter Emmanuel Macron et s'abstenir ou voter nul/blanc.

Emmanuel Macron, c'est la Loi "travail", sur laquelle il a clairement dit ne pas vouloir revenir. C'est un banquier d'affaires, une création de François Hollande et des milieux d'affaires pour donner l'impression d'un renouveau de la politique française : tout changer pour ne rien changer !

Le programme d'Emmanuel Macron, nous l'avons dénoncé, combattu.

Emmanuel Macron président, c'est encore plus de libéralisme, de dérégulation du marché du travail, de soumission aux marchés financiers via l'Europe et les traités commerciaux internationaux (CETA, TAFTA), c'est moins de services publics avec la suppression de 150 000 postes de fonctionnaires, et c'est des cotisations sociales de moins pour les entreprises et des impôts supplémentaires pour les salariés (TVA, CSG).

Le programme d'Emmanuel Macron est donc incompatible avec le nôtre !

Faut-il voter pour un homme comme celui-là ?

Ne pas voter Macron équivaut à voter Le Pen ?

La question de faire barrage au Front National et d'une mobilisation massive contre Marine Le Pen, pour montrer que l'extrême-droite n'est pas une force politique banale, mais un poison, est un argument solide.

Il est donc parfaitement compréhensible que de nombreux électeurs progressistes envisagent, à contre-coeur, de voter pour le libéral Macron.

Pour autant, doit-on diaboliser ceux qui refusent de voter pour Emmanuel Macron et considérer qu'ils font le jeu du Front National ?

C'est vrai qu'il suffit d'une voix pour que Macron soit élu président et que l'on peut donc "jouer avec le feu" en refusant de donner sa voix à Macron.

Pour beaucoup de ceux qui refusent de voter Macron, il y a l'idée qu'un résultat du second tour qui montrerait que des millions d'électeurs du premier tour se sont abstenus et que des millions d'autres ont voté blanc ou nul afin de montrer leur rejet des deux finalistes, serait un message fort envoyé au vainqueur : celui d'un peuple qui ne se reconnait pas dans le nouveau président.

Voter Macron pour faire un barrage massif au Front National ou refuser de choisir pour montrer son rejet des deux candidats, pour des raisons différentes : deux stratégies, deux analyses qui se valent.

L'important pour nous, c'est que la mobilisation populaire autour des candidats progressistes, du Parti communiste, du Front de Gauche ou de la France Insoumise, ne faiblisse pas !

Si, aux Législatives de juin, les électeurs confirment leur engagement du premier tour, voire l'amplifie, ce sont 100 à 200 députés d'une gauche combative qui seront envoyés à l'Assemblée nationale.

C'est ce vote aux Législatives qui comptera pour bloquer toute politique régressive de l'Elysée et pour porter la voix des travailleurs, celles de leurs luttes et de leurs attentes sociales.

Repost 0
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 11:01

«Dans les années 30 en Allemagne, l'extrême gauche n'a pas voulu choisir entre les sociaux-démocrates et les nazis."

Ce matin, sur RTL, l'ancien maire de Paris et soutien à Emmanuel Macron, Bertrand Delanoé, n'a pas hésité à faire un parallèle entre le refus de Jean-Luc Mélenchon a appelé à voter Macron et la période de montée du nazisme en Allemagne.

Bertrand Delanoé joue le falsificateur de l'Histoire. Falsificateur de l'Histoire en Allemagne mais aussi falsificateur, par omission, de l'Histoire de France !

Rappelons que les communistes allemands ont subi une forte répression de la part du gouvernement social-démocrate de Gustav Noske en 1919 : les dirigeants du parti communiste allemand (KPD), Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg, ont ainsi été exécutés sur son ordre en janvier 1919. Par la suite, les communistes ont été les premiers opposants à la montée du Parti National-Socialiste d’Adolf Hitler.

En 1931, 103 militants communistes et 79 militants nazis meurent dans des affrontements entre les deux camps. A l’arrivée d’Hitler au pouvoir en 1933, avec l’aide de la droite, le parti communiste est dissous et ses militants poursuivis et déportés. C’est notamment le cas d’Ernst Thalmänn, arrêté le 3 mars 1933 et qui sera exécuté le 17 août 1944.

Voir une collaboration des communistes allemands à la montée du nazisme est une vision typiquement anticommuniste, courante chez les anciens socialistes.

Le vote des députés socialistes en faveur de Pétain

Bertrand Delanoé devrait se souvenir de l’histoire politique de son propre camp.

Les communistes français ont bataillé dès les années 30 contre le fascisme en France, notamment au travers du Front populaire.

En 1940, avec la guerre, le Parti communiste français est interdit et ses élus aussi.

Lorsqu’en juillet 1940 les députés de l’assemblée nationale sont appelés à voter les pleins pouvoir à Pétain, homme de droite réactionnaire et boucher de Verdun, 90 parlementaires socialistes de la SFIO (Section Française de l’Internationale Ouvrière, ancêtre du PS) et la quasi-totalité des Radicaux vont voter en sa faveur.

Ce sont donc bien les socialistes et les radicaux qui ont sabordé la République et permis l’arrivée au pouvoir de Pétain et de sa clique de collaborateur au régime nazi !

Le mensonge ne fait pas honneur à celui qui le pratique même si, en politique, c’est une tare assez répandue.

Face à un Macron, homme de la finance et du capitalisme mondialisé, que Mélenchon ait du mal à trancher pour le second tour, cela peut se comprendre.

Aux hommes politiques et aux partis qui se sont succédés au pouvoir ces dernières décennies de se remettre en cause : ce sont leurs actes et leurs bilans qui sont à l’origine du retour de l’extrême-droite en France !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article