Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 13:32

Mobilisation réussie contre la Loi El Khomri. Continuons la mobilisation !

5 000 manifestants à Evreux, un chiffre important et en forte hausse. La capitale de l'Eure suit en cela la courbe de croissance d'une mobilisation nationale qui a réuni près d'1,2 million de manifestants ce 31 mars.

Et cette mobilisation est à l'unisson d'une opinion publique qui s'exprime à plus de 70 % contre le projet de loi de casse du Code du Travail.

 
Tour de France des mobilisations (mis à jour)
 
"Il y a une très forte mobilisation. (...) ça va au-delà de ce qu'on avait prévu", s’est réjoui le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez. "Il faut que le gouvernement prenne en compte ce qu'il se passe dans la rue." "Les premières manifestations sont beaucoup plus importantes que le 9 mars. Le gouvernement doit ouvrir les yeux", a réagi sur Twitter son homologue de FO, Jean-Claude Mailly.

Au côté des salariés, ce sont les étudiants et lycéens qui se sont fortement mobilisés avec près de 200 lycées bloqués.

Le spectre du CPE hante le pays. Il est encore temps d'arrêter la crise sociale qui menace.

Le gouvernement doit comprendre qu'il court à l'échec. S'il veut sauver les meubles, il doit montrer qu'il écoute la population et l'électorat de gauche.

Pour notre part, comme avec les syndicats et les organisations de jeunesse, nous continuons d'exiger le retrait immédiat de ce texte de loi !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 13:47

Répression contre une manifestation d'opposition... en Chine, ....à Cuba,... au Vénézuéla... euh !!! non ! En France ? !

Titre provocateur pour une violence inadmissible quel que soit le contexte, ici, celle d'un policier français contre un jeune lycéen. Quelle que soit la raison pour laquelle le mineur avait été interpellé par la police (d'évidence peu graves puisqu'il a été libéré), il était sous le contrôle de la police donc sous sa responsabilité.

La vidéo qui tourne sur le net à ce sujet est édifiante car elle montre à quel point le jeune était passif, sans aucune agressivité, et donc, à quel point la violence de ce policier était gratuite.

Ce n'est pas la première fois que de telles images sont montrées en France, signe qu'il existe au sein de nos forces de l'ordre un certain laisser-aller quant au respect de la personne humaine (pour être poli). Souvenons-nous de Rémi Fraisse, décédé en Octobre 2014 au Lac de Sivens, ou, il y a plus longtemps, de Malik Oussekine, décédé en 1986 durant le mouvement Devaquet.

Hier, face à des lycéens qui lancent des œufs, on peut parler de réaction disproportionnée. Heureusement que nos forces de l'ordre ont été moins agressives lors des manifestations d'agriculteurs ces dernières semaines car les "troubles à l'ordre public" étaient autrement plus importants !

Notre précédent article parlait des violences policières aux Etats-Unis et du non respect des Droits de l'Homme dans ce pays en concluant que de telles violations des Droits valaient des qualificatifs peu flatteurs à certains pays.

Il est clair que la Patrie des Droits de l'Homme ne mérite pas son nom quand ceux qui ont pour mission d'en faire respecter les Lois se conduisent de cette façon.

Au delà de la justice qui doit être rendu à ce jeune lycéen, c'est aux responsables de l'Etat, au Ministre de l'Intérieur et aux Préfets de police de donner les ordres à leurs troupes pour que, sur le terrain, elles gardent une certaine neutralité quant à la contestation sociale qui s'organise.

Quant on compare la discrétion des policiers face aux débordements agricoles en Bretagne ou au Salon de l'Agriculture, on en arrive à se demander pourquoi les mouvements de jeunes et les mouvements sociaux, en général, sont si souvent confrontés à des actes de violence gratuite de la part des forces de l'ordre ?

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 09:37

Un président des Etats-Unis en voyage officiel à Cuba et revoilà le couplet sur les Droits de l'Homme !

Si beaucoup de choses peuvent être critiquées à Cuba, ce n'est certainement pas sur les droits primordiaux de toute femme et de tout homme : le droit à vivre dignement, à se nourrir, se loger et se soigner. Sur ces questions, la petite île cubaine, victime d'un terrible blocus américain depuis les années soixante, a réussi à sortir sa population de la grande pauvreté. On est loin de sa voisine Haïti !

A l'inverse, nos grands médias omettent systématiquement de parler des 15 % de citoyens des Etats-Unis qui vivent sous le seuil de pauvreté ou des 1 000 civils victimes de la police en 2015 !

Ce qui passerait pour des crimes d'Etat à Cuba ou en Chine, tombe dans la rubrique Faits-divers quand il s'agit des Etats-Unis ou d'un pays occidental.

Et puisque nos grands médias parlent à toute heure des Droits de l'Homme, reprenons certains articles de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme et le cas des Etats-Unis :

  • Article 2 : "1.Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation". Mais aux Etats-Unis, chacun sait qu'il vaut mieux naître blanc et riche pour bénéficier d'une bonne scolarité, d'une couverture médicale de qualité (la Sécu n'existe pas : les Conservateurs y voient la main du communisme !), d'une justice plus nuancée et d'une police moins agressive.
  • Article 5 : "Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants". La peine de mort entre t-elle dans la catégorie des traitements non cruels et humains ?
  • Article 9 : "Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé." Une pensée pour les prisonniers de Guantanamo ou d'Abou Ghraïb qui ne bénéficient pas de cet article ni du suivant, qui concerne le droit à la justice indépendante.
  • Article 12 : "Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes." Les écoutes de la NSA concernent les chefs d'Etat étrangers, les diplomates et les grandes entreprises européennes mais aussi le simple citoyen américain.
  • Article 15 : "1. Tout individu a droit à une nationalité." Ah zut ! Cet article concerne François Hollande, Manuel Valls et ceux qui se prétendent encore socialistes mais qui ont depuis longtemps vendu leur âme à la finance.
  • Article 19 : "Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. " Du temps de Mac Carthy, et encore actuellement de manière plus informelle, il ne fait pas bon être communiste aux Etats-Unis. Il est plus facile d'y défendre les idéaux nationaux-socialistes publiquement que de vouloir s'attaquer à la toute puissance de Wall-Street !
  • Article 21 : "3. La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote." Les Etats-Unis, pays où le président peut être élu avec moins de voix que son concurrent (voir Bush junior !) grâce au système des Grands électeurs, et où deux formations politiques contrôlent la vie politique depuis toujours. Pour nos médias, un parti unique, c'est une dictature mais deux partis "uniques", c'est la démocratie : quelle blague !

Bref ! Nous pourrions continuer longtemps ainsi.

Vous voyez bien que le concept de droits de l'Homme et la notion de démocratie sont à géométrie variable. 
Voit-on autant de critiques sur les régimes africains ou sur les dictatures pétrolières de Moyen-Orient quand un chef d'Etat occidental part en voyage d'affaires dans l'un de ces pays ?
Nos médias appartiennent quasiment tous à des grands groupes financiers et industriels qui n'ont aucunement l'intention de saborder le système économique et politique qui permet le maintien en place de leur pouvoir.
Ecoutez les médias mais écoutez-les avec une oreille critique !
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 09:51

La Loi El Khomri va aggraver la précarité des jeunes et des femmes.

Alors que la jeunesse se mobilise à nouveau contre la loi El Khomri, nous revenons brièvement sur les conséquences de cette loi au travers d'un exemple concrète et simple, qui brise le discours de propagande du gouvernement.

Valls ou El Khomri défendent l'idée que cette loi permettrait de réduire la précarité des jeunes. Argument faux, uniquement utilisé pour convaincre les plus suivistes des partisans du gouvernement. En tout cas, ceux qui restent.

Ainsi, la Loi El Khomri permet de déroger localement au paiement des heures supplémentaires.

Imaginons un grand magasin franchisé (Supermarché, magasin de vêtements, etc.).

Beaucoup d'emplois y sont à temps partiel imposé. C'est le cas des caissières qui ont des contrats de 30 h hebdo maximum. Pas de quoi vivre dignement, notamment pour les nombreuses mères isolées qui occupent cette fonction ! Cela d'autant plus que les employeurs ne se gênent pas pour modifier au jour le jour la durée de travail de leurs employées en fonction de l'affluence en magasin ce qui perturbe grandement la vie familiale.

Avec cette loi, l'employeur pourra imposer de déroger aux accords nationaux notamment vis-à-vis du paiement des heures supplémentaires.

Pensez-vous que cela arrangera la situation financière des employé(e)s du magasin ?

Avec le chômage actuel, croyez-vous que ces salarié(e)s auront la possibilité de refuser cette décision, voire de quitter leur emploi pour aller chercher mieux (moins pire !) ailleurs ?

La réponse est bien entendue NON aux deux questions.

De fait, les employé(e)s de ces magasins, notamment celles qui occupent des emplois peu rémunérés et avec des temps partiels imposés (comme les caissières), se verront contraintes de travailler plus longtemps certaines journées en perdant des contreparties financières.

Il s'agit bien d'une précarisation aggravée.

Malgré les discours et les pseudos-reculades, la Loi El Khomri reste profondément déséquilibrée et renforce un peu plus le pouvoir de l'employeur au détriment des droits des employés.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 15:43

Une première mobilisation réussie le 9 mars, quoiqu'en disent les médias !

Entre 400 000 et 500 000 manifestants à travers la France, dont beaucoup de jeunes. Deux rassemblements dans l'Eure, à Evreux et Louviers. La journée de mobilisation du 9 mars a été un beau succès au regard du peu de temps laissé pour mobiliser salariés et jeunes.

Si les étudiants mobilisent à nouveau le mercredi 17 mars, les syndicats, eux, se concentrent sur la journée du 31 mars.

Face à un gouvernement arc-bouté sur son texte, il y a fort à parier que la mobilisation va monter d'un cran !

Depuis l'élection de François Hollande, nous n'avons eu de cesse de dénoncer des choix politiques qui tournent le dos aux engagements électoraux du candidat socialiste. Encore une fois, après la Loi Macron et les nombreux cadeaux au patronat (comme avec le Crédit d'impôt Compétitivité Emploi), le gouvernement a fait le choix d'une politique de droite musclée.

La déchéance de nationalité, mesure exigée par le FN, défendue et votée par une coalition surprenante de députés socialistes et de droite, a clairement montré le basculement du gouvernement et de l'appareil socialiste dans le camp de la droite.

Avec cette réforme du Code du Travail, c'est clairement le choix du patronat qui est fait par ce gouvernement. Il n'y a d'ailleurs qu'un seul syndicat pour soutenir ce texte : le MEDEF, syndicat patronal !

Même au sein du PS, la pilule a le goût de cyanure et nombreux sont les militants et cadres socialistes à refuser le suicide politique, le renoncement complet aux idéaux réformistes.

On a d'ailleurs vu de nombreux socialistes, y compris dans l'Eure, participer aux manifestations de mercredi. C'est le cas du Mouvement de la Jeunesse Socialiste, dont les drapeaux ont été remarqués dans les cortèges.

C'est à ce moment crucial de la vie de la gauche française qu'Emmanuel Macron choisit de jouer sa partition personnelle en sortant du chapeau une association de groupies, la "Gauche Libre", qui revendique 2 500 adhérents. Un chiffre bien entendu sujet à caution pour une association qui aurait pu aller plus loin dans la logique et s'intituler "La Gauche Libérale". Voire "les Libéraux".

Il n'y a donc plus de gauche au pouvoir en France. Il n'y a plus d'écologistes non plus mais des personnalités qui furent des cadres d'Europe Ecologie Les Verts.

Alors, sans regrets, allons combattre cette droite drapée dans les couleurs d'une gauche socialiste moribonde !

Le 31 mars, sonnons le tocsin de cette réforme du code du travail et entamons le travail de reconstruction d'une vraie gauche, une gauche des valeurs de progrès, une gauche au service des travailleurs et de la jeunesse !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 16:56

Mercredi 9 mars, première journée de mobilisation contre la loi "Travail" de retour à l'époque de Germinal.

Dans l'Eure, deux rendez-vous :

  • à Evreux, à 12 h devant la Préfecture (CGT, FO, FSU, Solidaires), avec le soutien du PCF ;
  • à Louviers, à 12 h au parvis de l'Eglise (Lycéens, PCF, NPA).

Déjà 1,2 million de personnes ont signé pour le retrait de cette loi sur le site de la pétition "Loi Travail : Non merci !".

Hollande et Valls sont passés à droite ? Leur majorité repose désormais sur la mansuétude de la droite ?... Au peuple et aux électeurs de gauche de les faire reculer !

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 11:35

Les blocages routiers, les dégradations au Salon de l'Agriculture et les insultes au Président de la République, sont des signes évidents du désarroi qui secoue le monde agricole français, celui de l'élevage en particulier.

Nombreux sont les Français qui comprennent la détresse du monde paysan mais qui s'interrogent sur le sens des blocages routiers ou des dégradations régulières d'infrastructures publiques commises par ces mêmes paysans : quel sens donné à des actions qui perturbent le quotidien des Français sans toucher les principaux responsables de la crise agricole actuelle ?

Nous faisons partie de ceux-là.

La destruction du stand du ministère de l'agriculture hier ou les insultes au Président de la République sont des signes du drame que traversent beaucoup d'agriculteurs mais ne se justifient pas pour autant. Les mêmes auraient-ils osé les mêmes actions du temps de Nicolas Sarkozy ? C'est pourtant ce dernier qui, au début de son mandat présidentiel, a donné les clefs de la filière agricole à la Grande distribution au travers des Lois LME et LRE !...

Malheureusement, nos agriculteurs restent sous le feu d'une propagande qui les conduit à poursuivre dans la voie d'un modèle agricole en pleine faillite.

Tout comme ceux qui prônent toujours plus d'austérité et de libéralisme économique pour soigner les maux de l'austérité et du libéralisme, le monde agricole prône la poursuite d'un modèle agricole qui a dévoré ses propres enfants, faisant disparaître 1 exploitation chaque minute en France.

Course à l'agrandissement, culte de la productivité et du rendement, et simplification des pratiques agricoles sur l'exploitation, sont les maîtres mots de ceux qui orientent les choix de la profession, depuis le syndicalisme dominant en passant par les coopératives, les chambres d'agriculture ou les organismes techniques. La crise agricole, qui ne date pas d'hier (malheureusement !), a obligé certains à mettre de l'eau dans leur vin en parlant vente à la ferme ou diversification. Des solutions individuelles qui ne remettent pas en cause le schéma dominant : produire en masse au moindre coût pour proposer des produits "compétitifs" aux industriels de l'alimentation et aux marchés mondiaux.

Dans ce système productiviste, c'est la course aux charges réduites qui doit dégager une marge financière sur l'exploitation. La question des prix d'achat trop bas est posée, les coupables connus mais, derrière, ce sont toujours des baisses de charges sociales qui sont exigées, rarement des hausses de prix ! Les producteurs de porcs bretons ou les producteurs laitiers connaissent par cœur ce système où leur survie n'est plus une préoccupation de la part des acheteurs industriels ou même de certaines de leurs propres coopératives.

Mais quand la profession agricole va t-elle remettre en cause son modèle de développement économique ?

A l'heure de la mondialisation économique, on comprend que certains agro-businessmen voient tous les bénéfices qu'ils peuvent tirer de cette frénésie exportatrice de l'agriculture française. On lit régulièrement dans la presse agricole des textes autour de la "vocation" de la France à nourrir le monde. Le revers de la médaille, c'est qu'une frontière ouverte l'est dans les deux sens et que les importations au moindre coût font mal à notre agriculture.

Et, pour importer moins cher, le libéralisme permet l'entrée en France de produits élaborés selon des critères sociaux et environnementaux douteux, à coup d'hormones pour le bœuf américain, de saccage des dernières forêts tropicales pour le soja ou l'huile de palme, à coup de pesticides interdits ou d'OGM, y compris en Europe, ou en surexploitant de la main d'oeuvre immigrée, voire des enfants.

Baisser les charges ne résoudra pas ce problème !

Simplifier la paperasserie serait certainement une bonne chose, pour le confort de vie des agriculteurs en tout cas, pas sur leur niveau de vie !

L'environnement et le social pour sauver l'agriculture ?

Certains demandent d'en finir avec les "contraintes" environnementales. C'est vivre hors du temps ! Les préoccupations de santé publique et la prise de conscience collective des dégâts des pesticides et du réchauffement climatique sur l'environnement et la survie même de l'Humanité, rendent ce discours complètement décalé et obsolète.

Bien au contraire, renforcer les règles environnementales et sociales est la solution pour notre agriculture, à la fois pour la rendre pérenne, en garantissant la survie des sols et des écosystèmes, mais aussi pour lutter contre ces importations à bas prix qui ne respectent aucun de nos critères de respect de l'environnement et des règles sociales.

On le voit bien avec la bio. Des règles environnementales strictes et des coûts du travail supérieurs n'empêchent nullement la filière bio de progresser, en termes de surfaces cultivées et d'emplois agricoles, comme en termes de vente au consommateur. 10 % de hausse du marché bio l'an dernier : quelle autre filière agricole peut en dire autant ?

Des prix, pas des primes !

La deuxième piste pour sortir de la crise agricole, c'est de remettre en cause le pouvoir des grandes centrales d'achat et des géants de l'agro-industrie dans la filière.

Depuis des années, le PCF exige la mise en place d'un coefficient multiplicateur qui permet d'encadrer l'écart entre le prix d'achat au producteur et le prix de vente au consommateur. Ainsi, des poires achetées 0,30 € le kilo au producteur dans la Drôme ne pourraient pas finir à 2,50 ou 3 € sur l'étal du supermarché. Avec un coefficient de 1,5, ces poires seraient vendues à 0,45 € le kilo au consommateur !

Avec un tel coefficient, un géant de la distribution qui veut faire sa marge sur le prix de vente aura tout intérêt de mieux rémunérer le producteur :

  • acheté 0,30 € au producteur, le kilo de poires laisse 0,15 € de marge pour le grossiste, le transformateur et le distributeur ;
  • acheté 1 € le kilo (cas extrême !), la marge monte à 0,50 € par kilo !

Autre piste proposée, celle de l'établissement d'un calendrier des importations avec les autres pays producteurs. En calant des périodes d'importations pour les fruits et légumes étrangers (Marocains, espagnols,...), on évite la concurrence avec les produits français en période de récolte.

Le modèle agricole français est à bout de souffle.

Baisse des charges sociales et suppression des règles environnementales n'offriront au mieux qu'un répit aux exploitations de taille modeste.

Redonner du souffle à l'agriculture française passe par la mise en place d'un nouveau modèle agricole, basé sur la qualité, la proximité et le respect de valeurs environnementales et sociales fortes, un modèle qui permettra de proposer des produits de bonne qualité au consommateur tout en protégeant nos producteurs des importations lointaines et ne respectant pas ce cahier des charges.

Redonner du souffle à l'agriculture française passe également par la redéfinition des règles de répartition des richesses au sein de la filière, de manière à ce que le producteur puisse vivre de son travail.

Finalement, comme les salariés, les paysans doivent faire face à une confiscation du produit de leur travail par une minorité. Les consommateurs salariés et les paysans ont beaucoup plus de points communs qu'ils ne le perçoivent.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 13:27

Nous reprenons ici l'explication de la Loi de casse du code du travail proposée par la ministre El Konnerie pour le compte de Manuel Valls.

Avec cette réforme, la gouvernement issu du Parti ex-socialiste va plus loin que la droite n'aurait osé le faire. C'est une véritable trahison du monde salarié par un gouvernement qui ose encore se dire de gauche, voire "socialiste". Trahison des valeurs et des mots pour servir au mieux les intérêts des classes possédantes, notamment le grand patronat et les spéculateurs.

Espérons que les travailleurs, l'ensemble des syndicats, y compris ceux qui habituellement avalent tout, et les militants de gauche seront capables d'organiser la riposte populaire que cette réforme mérite.

Comme vous le verrez sur cette explication, c'est en bond en arrière énorme que propose Hollande et Valls via cette réforme.

Vous pouvez d'ors-et-déjà signé la pétition lancée par quelques militants syndicaux, de manière spontanée, en cliquant sur Loi travail : non merci !

-------------------------------------------------------------------------

La ministre du travail propose une réforme qui transforme en profondeur le code du travail.

Parmi les éléments proposés dans le projet actuel

☞ En cas de licenciement illégal, l’indemnité prud’homale est plafonnée à 15 mois de salaire.

☞ Les 11 heures de repos obligatoire par tranche de 24 heures peuvent être fractionnées.

☞ Une entreprise peut, par accord, baisser les salaires et changer le temps de travail.

☞ Les temps d’astreinte peuvent être décomptés des temps de repos.

☞ Le dispositif « forfaits-jours », qui permet de ne pas décompter les heures de travail, est étendu.

☞ Les apprentis mineurs pourront travailler 10 heures par jour et 40 heures par semaine

☞ Le plancher de 24 heures hebdomadaires pour un contrat à temps partiel n’est plus la règle dans la loi.

☞ Il suffit d’un accord d’entreprise pour que les heures supplémentaires soient 5 fois moins rémunérées.

☞ Une mesure peut-être imposée par référendum contre l’avis des syndicats représentants 70 % des salariés.

☞ Une entreprise peut faire un plan social sans avoir de difficultés économiques.

☞ Après un accord d'entreprise, un-e salarié-e qui refuse un changement dans son contrat de travail peut être licencié.

☞ Par simple accord on peut passer de 10h à 12h de travail maximum par jour.

Salarié-e-s ou non : cette réforme nous concerne toutes et tous !

Interpellez la ministre du travail et demandez lui de renoncer à ce projet.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 10:30

Et non ! Il ne s'agit pas d'une cellule du Parti communiste mais bien d'une cellule de prison !

L'orage gronde à nouveau pour Nicolas Sarkozy autour du financement de sa campagne des Présidentielles. Son avocat a beau tenter l'enfumage en se félicitant de la "mise en examen" de son client, il n'en reste pas moins que le candidat Sarkozy est redevable de ses comptes de campagne, comme tout candidat. Or, ce sont 30 millions d'euros de dépassement de frais de campagne qui auraient été dissimulés par l'équipe de campagne de Nicolas Sarkozy !

Quand on sait à quel point la Commission des comptes de campagne est devenue pointilleuse sur les dépenses des candidats, allant jusqu'à demander aux candidats communistes des dernières élections départementales de justifier le moindre kilomètre fait durant la campagne et le moindre achat de colle pour affiche !... Des justifications pour quelques euros alors pour 30 millions d'euros de trop !....

Jean-Marie aussi !

L'autre orage qui se rapproche menace Jean-Marie Le Pen et, plus largement, le Front National. Ce parti, qui se présente toujours comme le monsieur Propre de la politique, connait les mêmes travers que tous les partis du système dès qu'il accède au pouvoir : la tentation de profiter des financements publics est trop forte !

Déjà, à l'automne dernier, c'est le parti de la fille à papa, "Jeanne", qui a subi les foudres de la justice. Jeanne et ses dirigeants sont soupçonnés d'avoir surfacturé des kits de campagne obligatoires pour les candidats FN. Une façon courante de faire remonter des sous dans les caisses d'un parti. A ce titre, le FN est poursuivi pour recel d'abus de biens sociaux et complicité d'escroquerie

Cette fois-ci, ce sont les suites judiciaires de révélations faites l'an dernier qui menacent le FN et le patriarche de la maison familiale. L'Europe se pose des questions quant à 20 attachés parlementaires du FN sensés travailler uniquement à Bruxelles mais qui occupent d'importantes fonctions au sein du parti d'extrême-droite.

Encore une fois, la blogosphère d'extrême-droite crie au complot.

Il sera difficile cette fois-ci d'expliquer aux Français comment un attaché parlementaire basé à Bruxelles et payer grassement pour un emploi à temps-plein peut, en même temps, occuper une fonction de permanent du FN au siège de Nanterre ou en Province ? La justice soupçonne ainsi le FN de détournement de fonds public et de faire bénéficier à ses cadres d'emplois fictifs.

Alors qu'il se trouve déjà en difficultés pour les primaires de la droite, Nicolas Sarkozy risque bien, cette fois-ci, de voir s'éloigner ses dernières chances de revenir aux manettes de la France.

Quant au Front National, souhaitons que la justice démontre publiquement l'imposture que représente ce parti pour la démocratie et l'honnêteté en politique. Peut-être que ces électeurs ouvriront enfin les yeux, après les avoir fermés durant la dernière campagne des Régionales sur ses précédents démélés judiciaires ?

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 16:33

Et maintenant Jean-François COPE !

Après Alain Juppé, François Fillon, Jean-Frédéric Poisson, Hervé Mariton, Nadine Morano ou encore Frédéric Lefèbvre, c'est Jean-François Copé qui annonce sa candidature à la primaire à droite.

Cela fait 7 candidats déclarés.

Nicolas Sarkozy, lui, n'a toujours pas annoncé sa candidature au motif qu'il était "président de la famille" politique des Républicains. Mais tout le monde sait qu'il pense tout les matins, en se rasant, redevenir président de la République en 2017.

Et même Bruno Le Maire serait sur les rangs ! L'Eure n'est pas assez importante pour nos carriéristes de droite : elle leur sert juste de tremplin et d'implantation locale à 1 heure de Paris ! C'était le cas avec Jean-Louis Debré, c'est le cas avec Hervé Morin ou Bruno Le Maire.

Selon des décomptes officiels, on en serait à 11 candidats à droite ?!... Ahurissant !

Mais que l'on ne se moque pas car, pour les primaires de "Gauche", il commence à y avoir du monde aussi !

Dans ce vacarme, on oublie la politique et les citoyens pour faire de la querelle de personne le coeur du débat politique français. Un peu comme aux Etats-Unis, les Républicains et les Démocrates tentent de monopoliser le débat politique un an avant le scrutin présidentiel.

Avec la complicité des médias, ils tentent ainsi de restreindre la démocratie au choix (pipé d'avance) entre deux camps aux programmes voisins.

C'est le schéma politique ronronnant que prône le système capitaliste partout dans le monde. Une fausse alternance entre deux courants qui servent les intérêts des banques et des multinationales : conservateurs et sociaux-démocrates allemands, conservateurs et travaillistes anglais, droite populaire et socialistes espagnols, républicains et démocrates américains,...

La crise économique de 2008 a eu tendance à faire voler en éclat ce schéma un peu partout dans le monde, notamment en Europe, au profit d'une gauche alternative en Grèce, en Espagne ou au Portugal, au profit de parti néo-fascistes en Italie, en France ou en Hongrie.

Dans tous les cas, ces forces politiques restent bloquées par un système politique et économique asservi à la finance mondiale et aux outils à son service : Union européenne, FMI, Banque Centrale Européenne,...

Finalement, la seule vraie alternative est de choisir l'une des variantes du modèle capitaliste ou le renverser au profit d'un système qui mette l'Humain au coeur de la société, un modèle socialiste de société.

Pas sûr que ce débat soit abordé lors des primaires de droite ! Certainement pas non plus durant les primaires de "gauche" ! Malheureusement.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article