Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 09:46

Le pari était osé : réunir 25 000 personnes un dimanche de mars à Paris, en pleine campagne électorale. Avec 100 000 personnes, le Front de Gauche a explosé ses prévisions !

Reprendre la Bastille ! C'était le slogan de la mobilisation pour la journée de dimanche 18 mars organisée par le Front de Gauche. Reprendre la Bastille pour que le peuple reprenne le pouvoir en France et avance vers une sixième République, démocratique, sociale et écologique.

Avec la dynamique actuelle de la campagne du Front de Gauche, les meetings se remplissent bien au delà des espérances initiales, au point qu'il faut désormais surdimensionner les salles prévues à l'origine, augmenter les budgets, multiplier les meetings même ! La réussite du meeting de Rouen, le 6 mars dernier, avec ses 10 000 participants en est un exemple concret.

Lancée il y a quelques semaines, l'idée d'une grande marche populaire, le jour anniversaire du début de la Commune de Paris, pour illustrer la volonté du Front de Gauche de changer réellement la démocratie française, cette idée était ambitieuse. L'objectif de 25 000 participants l'était tout autant.

Alors hier, quand la marée humaine aux couleurs rouges du Front de Gauche, du Parti communiste, de la Jeunesse Communiste et des partenaires du Front de Gauche s'est assemblée place de la Nation, au départ du cortège, nous savions que nous vivions une grande journée ! L'objectif était pulvérisé !

Au lieu de 25 000 participants attendus, ce sont 100 000 citoyens qui ont entamé une marche pour une sixième République, pour que le peuple reprenne le pouvoir sur l'oligarchie financière.

100 000 manifestants et combien d'eurois ? Pas facile à dire !

Dans cette foule, il a été difficile de recréer les cortèges prévus sur le papier. les cars d'Evreux, Vernon et Gisors se sont retrouvés, mais ceux de Brionne, Beaumont, Louviers ou Alizay n'ont pu les rejoindre. Et des dizaines de participants, venus en covoiturage, ont rejoint le rassemblement sans jamais retrouver le cortège normand.

Peu importe ! La chaleur humaine, ce sentiment de fraternité qui anime les cortèges de gauche, tout cela compte plus qu'un cortège !

Le flot humain, sur les deux kilomètres de parcours, a bien eu du mal à arriver. Un vrai bouchon !

La prise de parole de Jean-Luc Mélenchon, place de la Bastille, a pris dans cette ambiance un ton particulier, aux accents gaulliens.

La sollenité de l'événement et son succès, ont donné un discours concis, 20 minutes, plein de valeurs révolutionnaires, celles de 1789 et de l'abolition des privilèges, celles de 1871 et de la Commune, celles de 1936 et du Front populaire, celles de 1945, de la Libération et du Conseil National de la Résistance. Des références historiques, oui, mais aussi des exemples de souveraineté populaire et de grandes conquêtes sociales, associant mouvements sociaux et puissance politique des forces révolutionnaires.

De ce discours, retenons la volonté d'une Constitution qui renforce le contrôle du peuple sur son destin, contrôle par le parlement au pouvoir étendu, contrôle des travailleurs sur les décisions stratégiques qui concernent leur entreprise, droit de préemption des entreprises qui ferment par les salariés, droit des femmes à disposer de leur corps, notamment droit à l'avortement, droit de chacun à mourir dans la dignité, droit des homosexuels, droit du sol, et aussi le droit de la Nation de contrôler l'eau et l'énergie, en nationalisant les entreprises concernées.

Le Front de Gauche a appelé à prendre la Bastille. 100 000 citoyens ont répondu présents. La Bastille est tombée.

C'est désormais à la dictature financière de tomber. Le peuple doit reprendre la main sur l'économie et sur les richesses qu'il produit.

Après la Bastille, c'est au tour de la Bourse d'être emportée dans l'insurrection citoyenne. Tel est l'objectif du Front de gauche  !

Repost 0
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 09:52

Devinette :

Combien a coûté l'aller-retour Paris-Nice pour le TGV spécial affrêté par l'UMP pour le meeting de Villepinte ?

Réponse : 10 €.

Combien la SNCF demande t-elle pour un aller-retour Paris-Marseille pour le TGV spécial affrêté par le Front de Gauche pour la manifestation de dimanche ?

Réponse : 130 € !

10 € pour l'UMP et 130 € pour le Front de Gauche pour des voyages équivalents, voilà qui laisse entrevoir pour qui vont les choix politiques de la direction de la SNCF et de son PDG, Guillaume Pépy !

En tant normal, la direction de la SNCF utilise le terme de "clients" pour parler des voyageurs qu'elle transporte. En période de mouvements sociaux, c'est le retour du terme "usager".

Ces gens-là ont le service public à la bouche quand cela sert leurs intérêts ! Le reste du temps, c'est la course au profit et les gros salaires qui les motivent !

Vivement le Front de Gauche et le retour d'un véritable service public !

Repost 0
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 10:02

Pour préparer en musique la marche de demain de Nation (14 h) à la Bastille, voici un titre qui sonne bien la révolte !

Allez Ridan ! Allez JL Mélenchon ! Allez Sandrine Cocagne ! Allez le Front de Gauche !

Reprenons la Bastille ! Place au peuple !

Repost 0
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 10:12

Des sidérurgistes accueillis à coups de gaz lacrymogène, des salariés sélectionnés pour apparaître au côté du président, la droite aime la classe ouvrière sage, soumise, acceptant son destin. Pas celle qui se bat !

Les images des CRS face aux 250 métallurgistes d'ArcellorMittal de Florange ont occupé à juste titre une partie des journaux télévisés hier soir. Ces images illustrent à merveille la vision qu'a la droite des ouvriers.

Que des ouvriers viennent à l'Elysée en petit comité pour écouter les bobards de Sarkozy, c'est acceptable : cela donne une image positive du candidat UMP, celle d'un président préoccupé par le sort des ouvriers. En clair, cela sert la cause de l'UMP !

Que des ouvriers manifestent à Paris, à proximité du siège de campagne de l'UMP ou au pied de la Tour Eiffel, c'est inacceptable : cela donne une image négative du candidat UMP, celle d'un président qui fait des promesses mais que les ouvriers doivent mettre sous pression pour qu'il agisse réellement. Et ça, c'est pas bon pour Sarko !

Rien d'étonnant donc à ce que ce soit les CRS qui accueillent puis délogent les manifestants venus demander une rencontre avec un membre de l'équipe de campagne de Sarkozy.

Les commentaires de Sarkozy sur ces événements sont assez illustratifs de la manière dont il souhaite utiliser les gens et les problèmes des travailleurs. Depuis la Marne, il accuse : "les syndicalistes devraient défendre les salariés, pas faire de la politique" ! Tiens ! Organiser une manif pour exiger des actes en faveur de la survie d'un site de 2 500 salariés, ce n'est pas défendre les salariés ?

Et Sarkozy reconnait aussi dans cette phrase qu'il a abandonné l'idée d'influer sur l'emploi et l'économie car, oui, les choix politiques peuvent avoir une influence sur l'économie et l'emploi ! C'est bien vrai : en trente ans de libéralisme et de dérégulation de l'économie, les politiciens libéraux ont abandonné aux financiers le contrôle de l'économie.

Ce que ne reprennent pas les médias, par contre, ce sont les propos du président et de ses sbires sur les syndicats, considérant que ceux qui manifestent, ce sont des syndicalistes professionnels, qui ne représentent rien, et qu'il faut différencier des "vrais" ouvriers de Florange !

Quatre cars ont fait le déplacement de Lorraine. Pour ceux qui savent combien coûte un car pour un tel voyage, on comprend aisément que les syndicats ont dû limiter le nombre de cars !

Ses attaques répétées contre le syndicalisme, on les retrouve dans son discours contre "les corps intermédiaires", prônant un lien direct entre patrons et salariés. C'est aussi l'idée de supprimer la primauté des accords de branche sur les accords d'entreprises : la prochaine étape de la dérégulation sociale voulue par le patronat et la droite, c'est de supprimer les pouvoirs des syndicats pour isoler les salariés.

Qui peut croire qu'un salarié seul pourra négocier des conditions de travail et de salaires supérieures à celles qui ont été acquises de haute lutte par des décennies de mobilisations sociales collectives, avec l'aide des syndicats ?

L'UMP et Sarkozy voient surtout dans toute organisation collective de la classe ouvrière et des travailleurs, syndicale, politique ou mutualiste, un danger pour les privilèges de la bourgeoisie dont font partis les patrons et les gros actionnaires des entreprises.

Les syndicalistes sont, par définition, l'image de ce que détestent les patrons et les notables du capitalisme : des ouvriers qui s'engagent, qui se battent et qui veulent entrainer les autres ! Une classe ouvrière consciente et active. Quelle horreur pour les actionnaires !

La casse des solidarités entre travailleurs, c'est le moteur des politiques de la droite et de l'extrême-droite depuis toujours : monter les français les uns contre les autres, c'est détourner l'attention des travailleurs et désorganiser la défense collective de nos acquis. C'est ce qui se cachent derrière les sempiternelles attaques contre les travailleurs immigrés, contre les fonctionnaires, contre les jeunes (tous des fainéants !), contre les syndicats,... Diviser pour meiux régner !

On retrouve cette stratégie au Front national qui cultive chez les ouvriers une haine de l'étranger, comme si la crise et les délocalisations étaient dues aux immigrés qui vivent en France et qui connaissent, plus que les travailleurs nés en France, les conséquences de cette crise du capitalisme en termes de chômage et de pauvreté !?

La montée du chômage, de la pauvreté et de la délinquance, sont les enfants d'une société capitaliste qui n'a qu'un mot à la bouche : le profit ! Le profit pour les plus riches et l'égoïsme individuel comme valeur morale.

Les travailleurs, eux, n'ont que leur nombre comme force. C'est donc, à l'inverse, la solidarité qui doit nous guider !

C'est cette valeur de solidarité entre travailleurs qui guide toute l'histoire du mouvement communiste français et que porte le PCF au sein du Front de Gauche.

Loin de cette haine de droite et d'extrême-droite pour le travailleur qui se défend, le PCF et le Front de Gauche cherchent au contraire à développer cet esprit de résistance, d'initiative, de révolte citoyenne !

D'ArcellorMittal à Florange à M-real sur Alizay, de Saint André à la Bastille, travailleurs de tous les pays et de toute la France, unissez-vous ! Le drapeau rouge est votre drapeau ! C'est pour cela que c'est celui du Parti communiste et du Front de Gauche.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 11:01

Il a suffi qu’un candidat se prononce pour une taxation augmentée des revenus au dessus d’un million d’euros annuels, pour qu’il y en ait, économistes officiels ou bien pensants reconnus, qui soient saisis d’un sentiment mêlé de colère et d’effroi. « Mais vous vous rendez compte ? Les riches vont partir ! » Autrement dit que va-t-on devenir sans eux ?

En effet la question mérite sûrement d’être posée : que peut devenir un pays sans ses riches et « leurs » limousines, « leurs » propriétés, « leurs » usines. On n’est pas ici à Caracas (au Vénézuela de Chavez, NDR)où, sans doute par "mépris pour les riches" et aucune "reconnaissance de leur réussite", un maire a pu confisquer des terrains de golf pour y construire à leur place des logements sociaux…

Toute la vie française serait menacée jusque dans sa dimension sportive puisque même les footballeurs concernés par cette mesure n’hésiteraient pas à quitter le territoire… et on les comprend. Enfin pas nous, eux. Eux qui se font du souci devant une telle mesure. Et ils expliquent en quoi celle-ci est profondément injuste (sic !).

L’autre matin sur France Inter, des journalistes affublés du titre d’éditorialistes se lamentaient. « Taxer des footballeurs c’est aussi inefficace qu’injuste. On sait tous (Ah bon ?) que si les footballeurs sont bien payés, c’est parce qu’ils ont une carrière courte et que les taxer fortement les empêchera de mettre de l’argent de côté pour l’après compétition ».

Effectivement on n’y avait pas pensé. En dessous d’un million d’euros par an, soit 83 ans de salaire d’un smicard, "on le sait tous", on ne peut pas faire d’économies.

Ce qui est quand même curieux c’est que le même candidat propose dans la foulée d’augmenter le plafond du livret A et cela ne déclenche aucune tempête médiatique.

Pourtant suivant leur logique cela aurait dû !

A quoi ça sert d’augmenter le plafond de ce livret si toutes celles et tous ceux qui gagnent moins d’un million par an – soit 99% de la population (chiffres officiles, NDR) – ne peuvent pas y placer la moindre économie ! Mais passons…

Passons aussi sur le fait que pas un de ces médias bien pensants ne remette en cause le fait que le sport jadis amateur, soit devenu une industrie du spectacle où des hommes (surtout) et des femmes se vendent au plus offrant pour des salaires qui dépassent l’entendement et où la notion de loisir gratuit a complètement disparu.

Passons enfin sur le gadget de l’impôt lié à la nationalité : l’histoire nous montre que les riches n’ont jamais eu de patrie...

Cette question du million acceptable ou dépassable a donc mobilisé les médias pendant quelques jours pour un de ces débats dans lesquels ils tentent de nous entraîner.

Pourtant le débat pourrait être tout autre et poser la question suivante : à partir de quel montant un revenu devient « pas acceptable » pour reprendre l’expression de l’auteur de la proposition qui a occupé la scène ?

On pourrait par exemple s’interroger sur le fait que la CGT revendique selon les branches une échelle des salaires de 1 à 5 ou de 1 à 7, soit grosso modo, avec un SMIC revalorisé, un plafond de revenus de 10.000 € par mois, ce qui fait (à peine ?) 120.000 € par an. On est là très loin du million : c’est trop peu ? Un tel plafond serait-il une catastrophe nationale ? Ce serait contraindre des milliers de gens à la misère ?

Il fut un temps pas si éloigné ou un autre candidat à la présidentielle avait déclaré : « Au dessus de 40 000F par mois on prend tout ! » Ce qui avait bien plu dans les chaumières et fait frissonner dans les châteaux. Si on se rappelle qu’à l’époque le SMIC était aux alentours de 5000F cela reviendrait à peu près à reprendre aujourd’hui la même formule pour celles et ceux qui gagnent plus de 10.000 € par mois soit environ 10% de la population (Il s'agissait du candidat communiste Georges marchais, vous l'auriez deviné ! NDR)

Cela poserait bien sûr bien autrement la question de la répartition des richesses dans nôtre pays et obligerait à répondre à celles et ceux qui diraient affolés « Mais ce n’est pas possible ils vont tous partir ! » qu’après tout les privilégiés de notre temps peuvent partir s’ils le veulent comme l’ont fait avant eux leurs ancêtres aristocrates déchus de 1789. Il existe des moyens de garder la richesse là où elle a été créée.

Cela suppose la maitrise des banques, des entreprises et de la monnaie par le peuple qui crée les fortunes, qu’aujourd’hui ce petit monde s’accapare.

Je vous entends déjà dire « oui mais ça c’est carrément révolutionnaire ! ». Oui sans doute. Et pas hypocrite à la différence de ce débat surréaliste sur les "pauvres" multi-millionnaires par lequel on tente de nous faire croire que François Hollande est de gauche.

Charles Hoareau

Tiré du site Rouge Midi

Repost 0
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 10:43

Comme le dit Andrée OGER elle-même et comme nous le disions sur ce site, la Journée de la Femme tend à tourner au folklore. Un folklore bon teint et loin des revendications sociales et politiques que devraient défendre femmes et hommes pour une véritable égalité et pour le progrès social de tous !

Mardi 8 mars, au Conseil général, c'est Andrée OGER qui a eu, honneur de l'âge, l'occasion d'accueillir les nombreuses participantes à une cérémonie consacrée à la Journée de la Femme.

Voici son discours ! Un discours politique alors que les droits des femmes, comme ceux des travailleurs, sont sur le reculoir.

Solidaire


"Bonjour à toutes et à tous,

Je vais vous faire une confidence, cette journée de la Femme je la trouvais un peu inutile, un peu folklorique. Cela fait des années qu’on nous accorde une journée d’attention mais que les droits que nous espérons ne suivent pas. Beaucoup de bruit pour pas grand chose.

Au contraire, il arrive même qu’on se serve de cette idée d’égalité pour réduire encore nos droits.

Pensez par exemple aux assurances auto !

Les femmes bénéficiaient de tarifs réduits parce qu’on sait qu’elles causent moins d’accidents. Au nom de l’égalité on a supprimé cela. Il faut qu’hommes et femmes payent la même chose pour le plus grand profit des compagnies d’assurance !!!

Et pourtant, j’entends comme vous à la radio, à la télé, depuis hier soir que les statistiques confirment bien que sur 100 accidents , 20 sont causés par les femmes et  que 80 par les hommes. Comprenne qui pourra.

Mais il y a plus grave ! 

Vous n’ignorez pas que nous sommes en pleine campagne électorale pour les Présidentielles. J’ai eu l’amère surprise de constater que l’un des programmes qui nous est soumis, propose de ne plus rembourser l’avortement. Il n’y aura plus que les femmes aisées qui pourront avorter

Je suis scandalisée. Les femmes de ma génération ont mené,  dans notre pays, un vrai combat pour le droit à la contraception et à l’avortement.

C’est inacceptable ! 

Et le pire peut-être pour moi, c’est que c’est précisément une femme qui  propose ce retour en arrière tout en militant en même temps pour le retour à la peine de mort. Il faut le savoir et le dire autour de nous.

Mais les femmes ont eu leur rôle de pionnières dans beaucoup de changements. Toutes les révolutions commencent par les femmes : 

- en 1789 ce sont des milliers de femmes qui ont marché sur Versailles pour réclamer du pain au roi les 5 et 6 octobre. Elles finissent par ramener le boulanger, la boulangère et le petit mitron de Versailles à Paris où le roi sera bien obligé de signer l’abolition des privilèges qui avaient été voté dans la nuit du 4 août par les députés ;

- en 1917, le 8 mars, des milliers de femmes défilent à Saint Petersbourg, capitale de la Russie des Tsars, pour exiger du pain , le retour de leur maris (on est en pleine guerre mondiale), la Paix et la République. Dès le lendemain c’est la grève générale puis l’insurrection et enfin la chute du tsar. 

Et oui, les femmes ont un rôle à jouer. Elles montrent souvent l’exemple au volant comme pour les changements de sociétés !!!

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 09:51

Mardi 6 mars, Hall des Expos de Rouen. Parmi les nombreuses propositions de Jean-Luc Mélenchon, au nom du Front de Gauche, figure l'idée d'un impôt destiné aux exilés fiscaux.

Reprenant un cas qu'il connait bien, celui des députés européens qui paient les impôts de la Belgique, siège de l'Union européenne puis la différence avec les impôts français, Jean-Luc Mélenchon propose d'élargir ce système à tous ceux qui sont partis en Suisse, au Luxembourg ou dans un autre paradis fiscal afin d'échapper au fisc français. Cette mesure, qui vise autant les grandes fortunes des affaires que celles du sport, permettrait de faire rentrer dans les caisses de l'Etat des sommes collossales, issues des richesses produites en France, en faisant payer aux exilés fiscaux la différence entre ce qu'ils paient dans leur pays d'accueil (d'exil) et ce qu'ils devraient payer en France. C'est ce qu'il appelle, un impôt différentiel.

Avec cet impôt, l'intérêt d'un exil fiscal serait sérieusement atténué, pour ne pas dire nul ! D'autant plus que Jean-Luc Mélenchon propose également d'interdire aux exilés fiscaux toute responsabilité exécutive dans une entreprise installée en France et, pour les sportifs, le droit de porter le maillot de l'équipe nationale.

Pour le Front de Gauche, celui qui travaille en France doit payer des impôts en France. Ce n'est pas négociable.

Alors, lorsque on entend hier soir sur TF1, Nicolas Sarkozy proposer cette idée, comme si elle venait de lui, on se demande si le poste n'est pas dérèglé ?

Ce Sarkozy, tout de même ! Que ne fera t-il pas pour remonter dans les sondages ! Entre une soudaine compassion pour les français et des provocations extrémistes à destination de l'électorat réactionnaire, le candidat de la droite UMP manœuvre pour ratisser un électorat populaire qui lui échappe.

Ne nous trompons pas ! Entre les promesses de campagne du candidat Sarkozy et ce qu'il fera, il y aura le même écart qu'entre les promesses du candidat Sarkozy de 2007 et le bilan du président Sarkozy de 2012 ! C'est Docteur Jekyll et Mister Hyde !

Nous prend t-il vraiment pour des gogos ?

Déjà en 2007, nous n'avions de cesse de dénoncer la démagogie de celui qui fut ministre de l'intérieur et ministre des finances de Chirac pendant cinq longues années. Sa campagne autour du slogan "travailler plus pour gagner plus" et autour de son image de futur "président du pouvoir d'achat", tout cela s'est transformé le soir même de son élection en "président des riches", avec une soirée passée au Fouquet's, sur les Champs Elysées, avec l'aristocratie financière.

Elu en mai, il a fait voté dès juin le bouclier fiscal et la Loi de Régulation de l'Economie, deux mesures qui ont offert aux plus riches une protection fiscale absolue, et aux grandes entreprises de la distribution, un contrôle accru sur les prix d'achat aux paysans. Et ne parlons de la suite, nous en parlons souvent ici !

Le Sarkozy 2012 sent bien qu'une partie de son électorat à suivi le chant de la sirène brune Le Pen (qui mènera la France dans des eaux troubles où elle se noiera). Depuis des années, à coup de chasse aux immigrés, de mesures policières et de phrases douteuses, la droite française dérive elle aussi vers le FN. Il ne s'agit plus seulement de mimer le FN pour reconquérir son électorat, non ! Dasormais, il semble bien qu'une partie de la droite française, héritière du gaullisme au travers du défunt RPR, ait enterré la Résistance et le nécessaire cordon sanitaire entre les républicains et l'extrême-droite en créant l'UMP et en choisissant Sarkozy comme leader.

Mais, Sarkozy sait qu'il a été élu en créant un mirage social qui a embobiné de nombreux travailleurs en 2007. Pour se maintenir au pouvoir, Sarkozy sait qu'il doit ouvrir des perspectives sociales aux ouvriers et employés de France.

Or, le social et le souci des difficultés des travailleurs, ce n'est pas une préoccupation des cadres d'un parti qui représente les beaux quartiers des villes bourgeoises des Hauts-de-Seine !

Que connait Sarkozy, ancien maire de Neuilly des difficultés des habitants de La Madeleine à Evreux ou de nos villages autour de Saint André ? Que connait Bruno Le Maire, responsable du programme de Sarkozy, aux habitants de notre circonscription, lui qui habite un très chic quartier parisien et qui ne vient ici que pour faire briller son image ?

Rien.

Ne connaissant rien aux difficultés du peuple français et n'ayant donc rien à leur proposer, la droite de Sarkozy et Le Maire va chercher dans les programmes de la gauche radicale des critiques du système et des propositions pour donner un vernis social à sa campagne, un nouveau mensonge comme en 2007.

Hypocrisie numéro 1 : la semaine dernière, Sarkozy découvrait que la majorité des entreprises du CAC 40 ne paye pas d'impôts sur les sociétés, malgré des profits énormes. C'est pourtant grâce aux mesures fiscales que la droite a mis en place et face à l'existence des paradis fiscaux que cela est possible !

Hypocrisie numéro 2 : cette semaine, Sarkozy découvre que les retraites chapeaux existent, alors que c'est une mesure que dénoncent les communistes et les syndicats depuis des années, notamment depuis 2008 alors que des entreprises délocalisaient et licenciaient des milliers de salariés alors que leurs grands patrons partaient avec des retraites indécentes en fin de mandat !

Hypocrisie numéro 3 : voilà que Sarkozy veut lutter contre l'évasion fiscale des plus riches alors que ceux qui en bénéficient font partie de ces propres soutiens, artistes (comme Halliday), grands patrons et même anciens sénateurs  (Paul Dubrule en Suisse) !

Le pire, c'est que cette illusion sociale semble convaincre une partie de l'électorat populaire !

Pour combattre cette démagogie qui navigue entre les poubelles du fascisme et l'espérance sociale, c'est aujourd'hui le Front de Gauche, avec Jean-Luc Mélenchon et le Parti Communiste, qui mènent aujourd'hui la campagne la plus clairement antifasciste et la plus construite politiquement. Que Sarkozy en vienne à reprendre nos thèmes est un signe !

Avec à nouveau un sondage à 10 % et un progrès de 1 % en quelques semaines, Jean-Luc Mélenchon retient l'attention d'un nombre croissant de nos concitoyens, notamment chez les travailleurs des classes populaires.

Pour battre Sarkozy et sa sirène brune, nous devons amplifier l'impact de la campagne du Front de Gauche et la place du Parti communiste sur le terrain !

Vous pouvez participer à cette dynamique ! Rejoignez-nous !

Repost 0
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 09:47

Spectacle bien monté d'un Sarkozy qui fait des promesses en contradiction avec ses actes et ses engagements actuels auprès de Bruxelles.

50 000 personnes pour acclamer le petit président des riches, nous dit-on : c'est bien. C'est bien mais, finalement, ce n'est pas beaucoup quand on réfléchit au fait qu'il s'agit du premier meeting de Sarkozy, président sortant et candidat de la principale force de droite, et que ce meeting s'est tenu à Villepinte, au coeur d'un bassin de 11 millions d'habitants.

Jean-Luc Mélenchon, de son côté, à attirer 10 000 personnes à Rouen le mardi 6 mars dernier, en semaine, donc, et dans un bassin de vie de 3 millions d'habitants. Un meeting de Rouen qui faisait suite aux succès des meetings précédents comme Villeurbanne (10 000 personnes) ou Montpellier (10 000 personnes également).

Et, ce dimanche 18 mars, à 14 h, le Front de Gauche avec le PCF organisent une marche vers la Bastille pour exiger de refonder la République, autour des valeurs sociales et écologiques. Nous devrions faire mieux que Sarkozy et être bien plus de 50 000 à écouter le candidat du Front de Gauche à la Bastille ce samedi là !

Côté contenu, entre regrets et vantardises, Nicolas Sarkozy a tenté de faire croire qu'il avait tiré des leçons de son mandat. On serait tenté de dire enfin ! il est temps !

Sauf que, là encore, la réalité de ses actes passés et, surtout, de ses engagements actuels, confirment qu'il s'agit d'un discours, d'une façade sensé attirer les électeurs, pour les berner comme il les a berné en 2007.

Comment croire au souci pour les difficultés des français de la part de quelqu'un qui est aux manettes de notre économie depuis 10 ans et qui n'a eu de cesse de créer des taxes et impôts pour les travailleurs et les pauvres afin d'alléger les taxes et impôts pour les riches ?

A aucun moment Sarkozy n'a dit regretter le bouclier fiscal, la suppression de la Taxe Professionnelle, l'allègement de l'ISF et les niches fiscales ! Que des mesures qui profitents aux entreprises et aux riches !

A aucun moment, Sarkozy n'a dit regretter les hausses de TVA, comme la TVA réduite (au 1er janvier dernier !), ou les taxes sur les sodas ! Des taxes qui touchent d'abord les petits consommateurs !

Sarkozy se moque complètement des soucis et des difficultés des français, pour la plupart salariés, retraités ou artisans ! Il veut même alléger encore un peu plus les charges sociales des entreprises et transférer les coûts de cette mesure sur les salariés, ce qu'il nomme avec culot la "TVA sociale".

Le plus cynique dans son discours, c'est bien le passge sur l'Europe.

Entendre Sarkozy critiquer l'Europe qui ne protège pas, c'est une chose qui fait mal aux oreilles et la vérité quand on se souvient de son engagement pour le OUI à Maastricht et le OUI au traité Constitutionnel Européen, traités qui ont induit l'euro, l'ouverture des frontières, la libre circulation des marchandises et des capitaux, en clair, tout ce qui a amené les délocalisations, la fuite des entreprises, les concurrences étrangères et le dumping social !

Comment oublier que c'est lui qui a forcé en 2007 le passage au Parlement du TCE, rejeté par référendum par le peuple français en 2005 ? Comment oublier  que c'est lui qui tente d'imposer actuellement, avec l'Allemagne, un nouveau traité européen encore plus libéral et renforçant l'austérité et le contrôle de Bruxelles sur la nation française sans consulter le peuple français ?

Entendre en même temps les cadres de l'UMP et les médias accepter sans sourciller ses attaques contre Schengen et contre l'Europe, serait presque amusant si les enjeux n'étaient pas aussi importants car il s'agit de l'avenir du peuple français et de ceux de toute l'Europe !

Alors que les communistes et le Front de Gauche défendent depuis des années un modèle social européen qui encadre la finance et le patronat sous les quolibets et attaques assassines des journalistes, entendre un Sarkozy dénoncer l'Europe comme une machine à créer des soucis est véritablement affligeant. Surtout qu'il n'attaque l'Europe que sur l'aspect de la libre circulation des personnes !

Comme le FN, le candidat Sarkozy et l'UMP rêvent d'une Europe fortesse pour les gens et passoire pour les capitaux !

Tente t-il de convaincre les français avec des arguments aussi faciles à démonter ?

En tout cas, les communistes seront sur le terrain, non seulement pour démolir l'alliance idéologique qui se noue entre UMP et FN, mais aussi pour montrer qu'il est possible de construire une autre société, basée sur la solidarité, sur le développement durable et sur une autre répartition des richesses.

Repost 0
Published by Solidarité - dans En France
commenter cet article
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 09:59

Premier mai ou huit mars, l'institutionnalisation des grandes dates du mouvement ouvrier finit par rendre "capitalist friendly" (compatible au capitalisme) des journées de lutte historiquement révolutionnaires.

Qui se souvient que c'est Philippe Pétain, en pleine Occupation, qui a rendu férié le premier mai ? Jusque là, il s'agissait d'une journée de lutte et de grèves organisée mondialement par les syndicats ouvriers et les partis communistes sous le nom de "fête des travailleurs" avant que le pétainisme ne transforme cette journée en "fête du travail". Un glissement sémantique qui traduit une évolution de contenu pour tenter de briser l'élan des luttes ouvrières et intégrer les travailleurs à un corporatisme qui tentait de faire croire que patrons et ouvriers avaient les mêmes intérêts.

Cette journée du 8 mars suit le même chemin, celui de l'institutionnalisation, de l'embourgeoisement.

On voit fleurir les initiatives apolitiques ici ou là avec cadeaux ou fleurs aux collègues femmes dans les entreprises, comme ci désormais le combat pour l'émancipation de la femme se limitait à une attention de la part de son patron ou de son compagnon une fois par an ?

Le sens du 8 mars et le combat pour l'émancipation de la femme dépassent largement ce cadre consensuel !

J'ai récemment publié ici une pique contre ces mouvements féministes qui venaient de décrocher la suppression des cases "mademoiselle" et "nom de jeune fille" des documents administratifs comme s'il s'agissait d'une immense victoire pour les femmes françaises. Là aussi, s'il s'agissait du plus gros souci des femmes d'aujourd'hui, la société française serait presque parfaite ! (relire : Grande victoire féministe : on ne pourra plus dire "mademoiselle" ! )

C'est que la journée du 8 mars est d'abord un rappel. Celui d'une société où les femmes sont aujourd'hui maltraités socialement et servent, parmi les travailleurs, de laboratoire de la précarité, au même titre que les immigrés sans papiers, serais-je tenté de dire.

Aujourd'hui, les femmes représentent 80 % des contrats précaires et 85 % des temps partiels imposés. Avec les salaires et les conditions de vie qui en découlent, notamment dans le commerce.

Aujourd'hui, à qualification égale, une femme gagne toujours moins qu'un homme. Pour un temps plein, l'écart de salaire est encore de 20 % !

Aujourd'hui, les femmes à responsabilité sont moins nombreuses que les hommes. On parle beaucoup de la parité en politique mais il faut aussi noter que seulement 2 % des grands patrons français sont des femmes !

Et nous pourrions aborder les questions de l'avortement, de l'accès à la contraception, droits qui reculent sous les coups idéologiques et les reculs de la prévention et de la protection sociale. C'est ce que veulent accentuer le Front National et Marine Le Pen en déremboursant l'IVG.

Nous pourrions parler aussi des reculs sociaux avec la montée des intolérances religieuses, qui renvoient certaines femmes au Moyen-Âge, avec les violences conjugales, toujours présentes, ou avec les charges familiales, toujours supportées en grande partie par les femmes.

Dans ce déséquilibre hommes - femmes, il y a une part de mentalité, de poids culturel, oui ! Mais pas seulement.

Les écarts de salaire, les déqualifications ou la précarité majoritairement féminine sont d'abord des sujets économiques. Il s'agit d'exploiter d'avantage les femmes que les hommes comme sont exploités désormais plus les jeunes qui arrivent sur le marché du travail ou comme sont exploités depuis toujours les immigrés qui entrent en France, belges, espagnols ou polonais autrefois, maghrébins, nord africains ou asiatiques aujourd'hui.

Cela ne date pas d'hier. Karl Marx disait déjà au sujet de l'exploitation accrue des femmes que "la femme est le prolétaire de l'homme". Elle l'est toujours.

C'est pourquoi, depuis toujours, les communistes se sont battus pour l'égalité réelle entre hommes et femmes. Dès 1925, alors que les femmes n'avaient pas le droit de vote (il faudra attendre 1945 !), le PCF présentait des femmes aux élections municipales. L'élection était de fait invalidée puisque les femmes ne pouvaient exercer de mandats électifs, n'ayant pas le droit de vote ! Ce sera le cas de Augustine Variot à Malakoff. Et c'est en Union Soviétique que siègera pour la première fois une femme dans un gouvernement : il s'agit d'Alexandra Kollontaï, en 1917.

Aujourd'hui encore, le PCF avec le Front de Gauche considèrent qu'il ne peut y avoir de progrès social sans progrès des droits des femmes, qu'il ne peut y avoir de progrès des libertés et de l'égalité en France sans que progressent les libertés des femmes et l'égalité des sexes. C'est ce qu'a rappelé en meeting Jean-Luc Mélenchon à Rouen mardi soir.

Car, en bons révolutionnaires, nous n'oublions pas que ce sont des manifestations de femmes qui sont à l'origine des grands mouvements sociaux dont nous nous revendiquons. C'est le cas de la marche de milliers de femmes sur Versailles, les 5 et 6 octobre 1789, qui ramena Louis XVI à Paris et l'obligea à signer l'abolition des privilèges décidée par l'assemblée le 4 août. C'est aussi le cas de la Révolution russe lorsque le 8 mars 1917 (23 février dans le calendrier russe), des milliers de femmes défilent à Saint Pétersbourg pour exiger du pain, le retour de leur mari du Front (on est en pleine guerre mondiale) , la paix et .. la république ! En cinq jours, on passe à la grève générale puis à l'insurrection et, enfin, à la chute du tsar Nicolas II. Russie---23-fevrier-1917---8-mars---marche-des-femmes.jpg

Et nous n'oublions pas que, quand il y a progrès, il peut y avoir un retour en arrière, préjudiciable à tous. Ainsi, l'extrême-droite allemande, avec Adolf Hitler, retirera dès 1936 le droit de vote des femmes et la possibilité à des femmes d'accéder à des postes à reponsabilités dans la justice et les hôpitaux.

Droit des femmes et droits des travailleurs sont liés.

La bataille pour l'égalité des sexes est partie prenante de la lutte des classes entre travailleurs et capitalistes.

Le 8 mars, comme le 1er mai, sont des jours de lutte ouvrière avant d'être des journées consensuelles.

Le 8 mars, pourquoi pas ? Mais le combat pour l'égalité des sexes, ce n'est pas qu'une fleur ou une pensée une fois par an, mais un combat quotidien, lié intégralement au combat pour l'émancipation humaine.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 13:55

Ambiance survoltée et révoltée au Parc des Expos de Rouen ce mardi 6 mars pour le meeting de Jean-Luc Mélenchon.

Les meetings du Front de Gauche avec Jean-Luc Mélenchon n'en finissent pas de créer la surprise. De ville en ville, il faut à chaque fois prévoir plus large, plus grand.

Hier soir, à Rouen, la dynamique a joué à plein. Prévu pour accueillir 9 000 personnes, le parc des Expos était plein à craquer. Les organisateurs et certains médias parlent de 10 000 personnes.

Diffusé également sur internet, le meeting de Rouen a aussi dépassé des records avec10 000 connexions recensées !

Dans les 3 salles (deux équipées d'écrans), beaucoup de jeunes et beaucoup de drapeaux de la Jeunesse Communiste. De nombreuses délégations d'entreprises étaient présentes, depuis les M-real d'Alizay, les Pétroplus, les dockers, les Carrefour, les 3 Suisses, et d'autres encore !

Surtout, en dehors de la grande masse de convaincus, militants ou simples sympathisants, se trouvaient de nombreux curieux, plutôt de gauche mais hésitants. Le Front de Gauche commence à attirer de nouveaux visages !

Trois intervenants se sont succédés. Martine Billard, sénatrice de Paris et présidente du Parti de gauche, Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, et Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de Gauche à l'élection présidentielle.

Trois grands thèmes ont occupé les interventions : le nouveau traité européen, la fraude fiscale des riches et des entreprises et les droits des femmes.

Pierre Laurent a galvanisé les participants autour de la nécessité impérieuse pour la démocratie et pour le peuple français, de continuer la bataille contre le Mécanisme Européen de Stabilité et contre le nouveau traité européen concocté dans le secret par Angela Merkel avec le soutien de Nicolas Sarkozy. "Comment considérer un Président et une République qui souhaitent mettre en place des référendums sur les immigrés et sur les chômeurs mais qui refusent de consulter le peuple de France sur un traité qui va changer l'avenir du pays et soumettre ses choix aux volontés de l'Europe ?" s'est-il écrié !

Il rappellera le combat de 2005 jusqu'à la victoire du NON au Traité Constitutionnel Européen et le choix des irlandais d'organiser un référendum. Pour le secrétaire national du PCF, "un gouvernement de gauche ne pourra se passer d'une consultation populaire sur ce traité."

Jean Luc Mélenchon arrive à la tribune dans une ambiance déjà bien chauffée par Pierre Laurent.

C'est lui qui démontera les arguments sur la dette publique et sur la volonté de stigmatiser les pauvres, les bénéficiaires du RSA, quand ce sont les grandes entreprises et les grandes fortunes qui se domicilient à l'étranger pour échapper à l'impôt français, quand elles ne pratiquent pas tout simplement l'évasion fiscale dans des paradis fiscaux !

C'est ainsi qu'il cite des noms et des chiffres. De quoi faire grincer des dents dans les beaux quartiers.

En cas de victoire du Front de Gauche, la lutte contre l'évasion fiscale et la fraude sera renforcée et les peines de justice appliquées. De cette façon, ce seront des dizaines de milliards d'euros qui seront rappatriés en France et des sommes colossalles qui serviront à l'Etat pour pérenniser les 850 000 emplois précaires de la Fonction publique et pour renforcer la présence des services publics au plus près des populations, notamment en zone rurale.

Rien qu'au Luxembourg, les banques françaises détiennent pour 109 milliards d'euros de liquidités sur leurs comptes ! De quoi combler de sacrés trous ! !

Jean Luc Mélenchon reviendra longuement aussi sur les droits des femmes. Avec l'extrême-droitisation de la droite française et les propositions de Marine Le Pen, ce sont des mesures comme la remise en cause de l'IVG qui sont avancées dans cette campagne, ou bien la fausse bonne idée d'un salaire parental (sous le seuil de pauvreté) qui renverrait la femme au foyer, tandis que l'idée d'autoriser les adoptions prénatales reviendrait à autoriser les mères porteuses et à faire des femmes pauvres des poules pondeuses pour femmes riches !

"Sans progrès des droits des femmes, pas de progrès des droits des travailleurs ! " rappelle Jean-Luc Mélenchon.

Au delà des sujets abordés, ce sont à nouveau les Le Pen et Sarkozy qui ont été la cible principale du candidat du Front de Gauche. Jean-Luc Mélenchon parle d'ailleurs d'un "programme conjoint" entre UMP et FN tant les discours tendent à se ressembler.

Fier du rouge du drapeau du Front de Gauche, volonté fier de l'héritage du combat communiste, de la Résistance, du Front Populaire et même de la révolution de 1789, Jean-Luc Mélenchon aura dynamité la soirée. De nombreux salariés présents, hésitants en début de soirée, sont repartis convaincus.

Ils rejoignent ainsi les millions de travailleurs qui désormais souhaitent la victoire de la gauche combative, d'un programme qui met l'Humain d'abord, avec Jean-Luc Mélenchon comme porte-parole.

De sondage en sondage, le candidat du Front de Gauche grimpe : 0,5 % par ci, 1 % par là.

Hier soir, un premier sondage plaçant Jean-Luc Mélenchon à 10 % a été rendu public, de quoi renforcer la conviction des militants que le mouvement impulsé par le Front de Gauche, auprès des travailleurs, pour redonner de l'espoir et de l'élan à une gauche vraie, ce mouvement est désormais enclenché.

Le Front de Gauche n'a que trois ans mais commence sérieusement a bousculé le consensus politique d'acceptation des régressions sociales.


Prochain rendez-vous : Dimanche 18 mars, 14 h Place de la Nation à Paris, jour anniversaire du déclenchement de la Commune de Paris et le début de la campagne officielle, le Front de gauche organise une grande journée d'initiative pour une VIeme république avec pour point d'orgue : un grand meeting Place de la Bastille. Des cars seront organisés. Contactez-nous !

  Meeting Rouen Mélenchon - Foule

Au milieu de la foule...

Meeting Rouen Mélenchon - M-real et Arnaud Levitre

Une délégation de M-real avec Arnaud Levitre, candidat aux Législatives

Meeting Rouen Mélenchon - Pierre Laurent - PCF

Pierre Laurent, PCF, incisif sur le traité européen de Sarkozy et Merkel

Meeting Rouen Mélenchon - Jean Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon, pour une sixième République, sociale, laïque et écologique

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article