Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 10:56

Hier jeudi, Xavier Compain, responsable national du PCF aux questions agricoles et forestières, était dans l'Eure, à la rencontre des salariés de la papeterie d'Alizay et de l'industrie des produits phytosanitaires.

Notre camarade Eric RUIZ, membre de la Commission nationale Pêche-Agriculture-Forêt, accompagnait Xavier Compain. Voici l'article qu'il nous a fait parvenir :

"L'année 2013 sera marquante à plus d'un titre pour tous ceux qui se préoccupe de l'avenir industriel, agricole et alimentaire de notre pays et de notre région. Entre la réouverture de la papeterie d'Alizay (ex M-real), les élections aux Chambres d'agriculture (31 janvier) et la réforme de la Politique Agricole Commune au niveau européen (juin), le calendrier 2013 est chargé.

On ne peut séparer ces questions de choix du modèle agricole ou de relance d'une filière papetière des questions d'environnement, de souveraineté alimentaire pour l'Europe, et des questions d'emplois industriels.

Au sein du Parti communiste, comme chez beaucoup de français, les questions agricoles semblent éloignées et n'intéressent pas beaucoup. C'est une erreur que la Commission nationale à laquelle j'appartiens essaie de dissiper depuis trois ans avec un certain succès au sein du PCF.

Si certains ne voient dans la forêt ou l'agriculture que des espaces naturels d'où toute activité humaine doit être proscrite, les communistes voient eux des secteurs vitaux pour chaque être humain, pour l'alimentation, le chauffage et la santé, des secteurs qui doivent concilier l'emploi et l'environnement.

On oublie souvent que l'agriculture est un secteur économique dont dépendent des centaines de milliers d'emplois en France ! Je ne veux pas parler seulement des paysans et des ouvriers agricoles, ni même des salariés des coopératives et des négoces, des sucreries euroises ou des linières. Je veux parler plus largement des emplois industriels, dans les entreprises de l'amont comme de l'aval.

Dans l'Eure, ces entreprises s'appellent Socopa (Le Neubourg), Brossard-Saveurs de France (Le Neubourg), Cluizel (Damville), Grand Marnier (Aubevoye), Syngenta (St Pierre la Garenne), Nufarm (Gaillon), Scotts France (Bourth), Yabon (Verneuil) ou Boursin (Pacy). Et, dans la filière bois, il y a bien évidemment la papeterie d'Alizay !

Ce sont plusieurs milliers d'emplois qui sont liés à l'industrie agricole et agroalimentaire dans l'Eure.

La visite dans l'Eure de Xavier Compain, ce jeudi 10 janvier, s'inscrit dans le cadre de la réflexion du Parti communiste français autour de ses propositions pour soutenir des filières bois et agricoles qui conjuguent emploi, environnement et revenu pour tous leurs acteurs. 100113---X-Compain---papeterie-Alizay-Eure--1-.JPG

Xavier Compain, au centre,
entouré des responsables syndicaux de la papeterie M-real et d'Arnaud Levitre

La première visite s'est déroulée à la papeterie d'Alizay, papeterie qui reprendra son activité d'ici quelques semaines après trois ans de lutte des salariés, soutenus fortement par les communistes du canton, notamment le maire d'Alizay et conseiller général, Gaëtan Levitre.

Pour que vive cette papeterie, il va lui falloir du bois. Du temps de la fabrication de pâte à papier, c'était 1 million de tonnes de bois que consommait annuellement la papeterie ! 30 % de la production normande sans compter le bois extérieur à la région, de Bourgogne notamment.

Avec la chaudière biomasse, il va falloir garantir les approvisionnements en bois à un moment où les industriels s'inquiètent à l'échelon national d'une pénurie de bois d'ici 15 ou 20 ans. Or, produire du bois, c'est réfléchir à 30 ans !

On voit la difficulté et le Parti communiste souhaite être dans le concret et dans l'utile en agissant en amont en faveur de cette filière ! Il serait nécessaire de renforcer la place de l'Office National des Forêts, qui a beaucoup souffert sous Sarkozy. De même, le démantèlement du frêt SNCF (en Bourgogne comme à St Etienne du Rouvray) est un souci pour l'acheminement du bois.

La deuxième rencontre s'est déroulée sur Gaillon, aves des salariés de la filière de production phytopharmaceutique. Le secteur de Gaillon possède deux usines de production appartenant aux groupes Syngenta et Nufarm et employant 250 salariés directs (hors sous traitants).

Les communistes, au sein du Front de Gauche, préparent un atelier législatif qui se tiendra au Sénat au printemps sur la question des produits phytosanitaires (les "pesticides").

Comment assurer une transition écologique en agriculture sans sacrifier l'emploi et le revenu des paysans ? Comment faire évoluer les pratiques paysannes et contrôler les modes de production et l'utilisation des pesticides sans que les firmes multinationales qui les produisent ne choisissent d'accentuer leurs délocalisations pour aller produire dans des conditions écologiques et sociales désastreuses leurs molécules dans des pays moins réglementés ?

Cette rencontre aura permis d'échanger les points de vue, de comprendre les attentes et les difficultés des salariés de la filière, de prendre date pour cet atelier législatif du printemps.

Pour le PCF, la transition écologique ne signifie pas fermer les usines et interdire du jour au lendemain l'utilisation de molécules chimiques, mais bien créer les conditions législatives et économiques, le cadre réglementaire, qui permette à l'agriculture et à l'industrie de s'adapter dans des délais brefs mais tenables aux nouvelles exigences environnementales et sanitaires exigées par les consommateurs et par les connaissances actuelles de la toxicité de ces produits.

Forêt et agriculture sont à la croisée de nombreuses questions majeures pour nos sociétés :

  • des questions environnementales, concernant la biodiversité et les pratiques culturales ou la transition énergétique vers des énergies renouvelables,
  • des questions sanitaires, concernant la qualité des produits et leur impact sur la santé,
  • des questions économiques, concernant la survie des filières, les coûts de production et les prix d'achat par les consommateurs, le revenu des acteurs de la filière,
  • des questions d'emplois, au sein des filières (production, conseil, contrôle, transformation,...) et des sous-traitant,
  • des questions d'aménagement du territoire, forêt et agriculture étant les seuls domaines économiques permettant de structurer les territoires ruraux et semi-ruraux, en dehors des services publics .

Cette journée de rencontres sur le terrain eurois est loin d'être isolée, le PCF rencontrant depuis des années les paysans, les forestiers, les syndicats de salariés de l'agriculture comme de la forêt, les chercheurs de l'INRA ou du CNRS, les associations spécialisées, etc.

Rencontrer, faire se rencontrer, échanger et produire des réflexions cohérentes et réalistes, c'est pour nous la meilleur démarche pour être utiles et efficaces, au bénéfice des filières, de ceux qui y travaillent, mais aussi du bénéfice du développement durable.

Ce qui sortira de ces réflexions et de ces rencontres, comme par exemple l'atelier législatif du printemps, servira de plan d'action national pour le parti communiste et ses élus, localement, nationalement ou au niveau européen.

Anticiper et réfléchir à l'avenir, c'est le rôle d'un parti politique conséquent !

Allier développement économique et préservation de l'environnement et de la santé, c'est une particularité du parti communiste !"

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 11:16

C’est officiel depuis ce matin !

La papeterie d’Alizay va voir son activité industrielle repartir !

L’annonce en a été faite ce matin par le président du Conseil général car c’est le département qui a joué le rôle de facilitateur dans ce dossier, entre le vendeur et les deux repreneurs, les salariés, le comité de défense, la Préfecture et l'état.

C’est la victoire de trois ans de luttes des salariés et de leur syndicats avec l’aide du Comité de défense et de développement animé par Gaëtan Levitre, maire et conseiller général communiste d’Alizay.

Il aura fallu batailler ferme pour vaincre les réticences et le fatalisme des élus et institutions sur ce dossier.

Là dessus, comme l'a rappelé Gaëtan Levitre, les communistes et les salariés ont été bien seuls à y croire au début de la lutte il y a trois ans.

Aujourd’hui, le dossier de la papeterie d’Alizay trouve une issue positive avec la reprise de la papeterie par le groupe thaïlandais AA et l’ouverture d’une chaudière biomasse par le groupe français Néoen (ex-Powéo).

250 emplois seront recréés sur ce site à court terme !

La particularité de ce dossier, c’est que la transaction entre le vendeur et les repreneurs passe par un rachat temporaire par un établissement public, l’Etablissement Public Foncier de Normandie : une "nationalisation" en quelque sorte.

Gaëtan Levitre, conseiller général du canton et principal animateur politique du comité de défense, s’est "félicité de cette victoire" lors de la session du Conseil général de ce matin, lundi 10 décembre, et a relevé que "l’exemple de M-real pouvait servir pour d’autres luttes où le terme de nationalisation a été avancé", par le ministre Arnaud Montebourg comme par des élus de droite comme de gauche. Nous voulons parler d’Arcellor-Mittal à Florange, bien évidemment.

L’idée de nationalisation temporaire avance !

François Hollande, durant la campagne présidentielle, s’était engagé à faire voter la "Loi M-real" qui permettrait une expropriation temporaire d’un site industriel qui a un repreneur viable si le propriétaire du site refuse de vendre.

Avec justesse, Gaëtan Levitre a redemandé ce matin, publiquement, que François Hollande tienne ses engagements et fasse rapidement voter cette loi.

Rendez-vous est donné par Gaëtan Levitre :

Jeudi 20 décembre

18 h

Salle des Fêtes d’Alizay

pour fêter cette victoire et accompagner les salariés sur leurs postes de travail.


Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 11:44

Celui qui fut aux Affaires européennes puis ministre de l'agriculture de Nicolas Sarkozy vient de se rendre compte de "l'exaspération" des français. Mais de l'exaspération sur quoi ? Il ne le dit pas.

Dans une entrevue accordée hier à "Paris-Normandie", celui qui s'est autodésigné leader de la droite normande, Bruno Le Maire, déclare qu'il "comprend l'exaspération voire l'inquiétude profonde d'un nombre croissant de français". Grand bien lui fasse ! Celui qui fut ministre du sérail sarkozyen à une époque où trois millions de français manifestaient contre la réforme des retraites et où 74 % des sondés se déclaraient hostiles à cette réforme, c'était en 2010, doit avoir un peu plus de temps pour enfin regarder ce qu'il se passe en bas de son appartement cossu à Paris.

Mieux, il enchaîne avec une belle vérité : "la vie est de plus en plus compliquée pour des milliers d'entre eux (de français)". C'est bien de s'en rendre compte pour quelqu'un qui est co-responsable d'un bilan politique et économique calamiteux qui a valu à son président chéri, Nicolas "Talonnette" Sarkozy et à sa majorité parlementaire d'être renvoyés dans l'opposition par le peuple souverain en mai et juin dernier !

Ce qui est plus triste, mais pas surprenant, c'est qu'à aucun moment ces cadres nationaux de la droite ne remette en cause leurs choix et leurs actes passés. Mieux ! Le fait de passer dans l'opposition efface d'office tout ce bilan négatif et c'est la nouvelle majorité, socialiste, qui se retrouve responsable du désastre social et économique de cinq années de sarkozysme et de dix années successives de droite au pouvoir.

Et bien non ! Nous n'oublions pas que vous êtes, monsieur Le Maire, responsable avec votre parti et ses alliés, de la situation dramatique dans laquelle se trouvent la France et l'Europe en appuyant un libéralisme débridé, tourné vers la finance et la rentabilité pour les actionnaires.

Vous avez dans votre bilan personnel les centaines de licenciements de Glaxo à Evreux en 2009, comme la difficile situation des papetiers de M-real à Alizay.

Vous avez œuvré également au dépeçage de notre agriculture en laissant Bruxelles imposer à la France des réglementations qui ouvrent nos frontières à des produits peut-être moins chers mais peu soucieux de l'environnement et du respect de la dignité paysanne et des droits des salariés. Vous avez soutenu les lois sarkozystes, LME et LRE, qui ont accru le pouvoir de la grande distribution sur les petits producteurs !...

Les français sont exaspérés ? Oui ! En effet !

Ils ne sont pas exaspérés par la nouvelle politique de François Hollande et de sa majorité ! Non !

Ils sont exaspérés par la continuité de cette politique avec celle du gouvernement précédent !

Les français ont voté en mai et juin dernier pour un changement. Ils vous ont rejeté, vous et votre libéralisme.

Mais les français constatent que le changement n'arrive pas, que ce gouvernement ne se démarque pas du gouvernement précédent ni sur l'Europe, avec le vote commun PS-UMP du TSCG, ni sur les salaires, avec la misérable augmentation du SMIC de juillet dernier, et encore moins sur la fiscalité avec le plan Ayrault et les 20 milliards d'euros de cadeaux supplémentaires pour le patronat.

Bruno Le Maire fait mine de découvrir l'exaspération des français mais ce n'est pas par compassion, ni par envie de changer en bien le quotidien des français. Pour cela, il faudrait qu'il fasse une grande autocritique de ses choix politiques de ces dernières décennies. Peut-être même qu'il rejoigne le camp anticapitaliste ? Mais, ça, c'est trop lui demander !

Si Bruno Le Maire s'inquiète de l'exaspération des français, c'est par pure stratégie politicienne, on l'aura compris.

Celui qui fut ministre, celui qui voulut être calife à la place du calife à la tête de l'UMP, celui qui rêve d'être un jour président de la République, Bruno Le Maire, est avant tout un carriériste politique qui défend un système économique qui enfonce le peuple dans la misère et la précarité, quitte à jouer sur le populisme et la démagogie de droite pour gagner des voix.

Exaspérant !

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 08:06

Pour rompre avec les sujets politiques et sociaux habituels, voici un peu de poésie, une pause automnale et bucolique dans un endroit magnifique : le parc du château d'Harcourt, au cœur de notre département.

Harcourt_Automnales-2012.jpgHarcourt, c'est un château médiéval bien conservé et son parc arboré, arboretum vieux de plus d'un siècle.

Chaque année, le Conseil général propriétaire des lieux organise un salon autour du jardin, les Automnales d'Harcourt.

Pour flâner, profiter du beu temps attendu, au milieu des arbres colorés et des stands variés, entre cactées, tulipes, arbres et autres fleurs, il y a beaucoup de raisons pour venir à Harcourt !

Les "Automnales d'Harcourt", c'est ce samedi et ce dimanche.

L'entrée est à 4 € pour les adultes, gratuite en dessous de 18 ans.

Harcourt, c'est près de Brionne, on y arrive par exemple par la D 613 (ex-N 13) entre Le Neubourg et Brionne ou par la D 438 entre Bourgtheroulde et Brionne.

Harcourt_Automnales-2012---2.jpg

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 09:20

Les huit parlementaires de l'Eure seront amenés à s'exprimer sur le Traité européen imposant l'austérité (TSCG) début octobre. Que comptent-ils faire ?

Notre Département compte cinq députés, trois de droite et deux socialistes, et trois sénateurs, tous de droite.

Les députés sont l'émanation des électeurs de leur circonscription tandis que les sénateurs représentent les collectivités locales de leur territoire. Ces élus sont sensés défendre l'intérêt à la fois de la nation et celui de leurs électeurs et devraient, sur des questions aussi importantes qu'un traité international, porter l'opinion majoritaire de ceux qui les ont mandé dans leur assemblée respective pour les représenter.

Or, jusqu'à présent, c'est un silence total de la part de nos parlementaires ! A droite, comme à gauche.

Nos camarades de la section Eure-Seine (Pont-de l'Arche, Louviers, Val-de-Reuil) ont interpelé en juin "leur" député, le socialiste François LONCLE, pour connaître sa position sur ce traité. Jusqu'à présent, c'est le silence total.

Pour notre part, sur notre circonscription, nous n'avons pas non plus entendu s'exprimer "notre" député, le sarkozyste Bruno LE MAIRE.

Comme excuse à son silence, il y a certainement pour une part sa bataille interne au sein de l'appareil UMP pour faire progresser sa carrière. Celui qui rêvait de remplacer COPE à la tête de l'UMP vient d'essuyer une défaite cinglante. Après l'échec des Présidentielles, le voilà avec une deuxième veste ! L'automne approche, les températures baissent : il pourra au moins s'en servir.

Maintenant, Bruno LE MAIRE est officiellement disponible pour ses administrés. Peut-être va t-il enfin nous dire ce qu'il compte faire sur cette question importante du traité Merkozy et sur la "Règle d'or" ?

A vrai dire, nous savons déjà ce qu'il en est.

Le silence de nos 5 députés et 3 sénateurs est plutôt un signe de gêne qu'autre chose : comme l'exigent leurs partis politiques, ils voteront tous en faveur du traité ! En bons petits soldats.

D'ailleurs, au PS, ces derniers jours ont été l'occasion de mises au point fermes de la direction du parti à l'égard de ceux qui auraient des doutes ou des vélléités d'indépendance. Ainsi, hier matin à l'occasion des journées parlementaires du PS, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a appelé à un "vote massif" en faveur du traité, demandant aux élus de sa majorité qui refusent de le voter à être "solidaires" avec l'action du président François Hollande. En clair, voter NON, c'est ne plus être solidaire du gouvernement ? Un aveu sur l'enjeu que représente ce traité et une menace contre les récalcitrants.

Plus tard, c'est François Rebsamen, le patron des sénateurs PS, qui lance un tout aussi clair "je souhaite que dans la conjoncture actuelle, aucune voix socialiste ne fasse défaut au vote de ce traité" ! Sinon quoi ?...

Au PS, une vingtaine de parlementaires seulement semblent tenir bon et refuser de signer un traité que nous dénonçons depuis le début.

C'est le cas de la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann (aile gauche du PS), qui considère ce texte comme "un obstacle majeur vers le retour de la croissance" et refuse de le voter. "C'est un vote de conscience", a souligné Mme Lienemann. "Ayons en mémoire nos engagements: compléter et renégocier le traité. Nous l'avons un peu complété, mais pas renégocié", a-t-elle lancé.

Ce qui est valable pour une certains députés et sénateurs socialistes doit l'être aussi pour tous les parlementaires de gauche comme de droite, notamment nos élus eurois.

Qu'ils soient POUR ou CONTRE ce traité, nous demandons aux parlementaires eurois, en conscience, de refuser de signer un traité dont l'importance nécessiterait un débat long et serein de la Nation entière et une consultation directe du peuple, par voie de référendum.

De leur côté, les parlementaires communistes et du Front de Gauche ont clairement dit qu'ils voteraient CONTRE ce traité. En cela ils tiennent leurs promesses de campagne, eux, et montrent leur respect de la souveraineté populaire.

Certains vont regretter d'avoir fait le choix de candidats socialistes en juin dernier plutôt que de renforcer le groupe Front de Gauche.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 10:02

Après avoir bouté Guy LEFRAND de la première circonscription, Bruno LE MAIRE s'attaque au conseiller général et maire de Verneuil et au conseiller général et ancien maire de Vernon. Ambiance purge politique.

Bruno LE MAIRE ne cache pas ses ambitions : être le seul maître à bord de la droite haut normande et prendre la mairie d'Evreux en 2014. Gare à ceux qui pourraient lui faire de l'ombre dans son camp !

On avait vu arriver l'énarque parisien il y a quelques années, patronné par Jean-Louis DEBRE, lui-même débarqué dde Paris quelques années auparavant. A 1 heure de l'Elysée, Evreux et le sud de l'Eure sont en effet des territoires attrayants pour des caciques parisiens en recherche de mandats locaux.

Après de premières guerres intestines qui avaient vu Bruno LE MAIRE triompher des potentats del'UMP régionale et devenir officiellement le leader de la droite en Haute-Normandie lors des élections régionales de 2010, l'ancien ministre de Sarkozy profite de l'après Législatives pour entamer une deuxième campagne de purge au sein de la droite euroise.

On savait déjà qu'il ne pouvait pas sentir Jean-Pierre NICOLAS, successeur "naturel" de Jean-Louis DEBRE à Evreux. La défaite de NICOLAS d'abord aux municipales d'Evreux en 2008 puis aux Législatives, il y a quelques semaines, a sérieusement affaibli ses positions au sein de l'UMP. Bruno LE MAIRE en profite pour lui asséner le coup de grâce, lui rendant hommage dans la presse la semaine dernière pour mieux lui demander de dégager en exigeant un "renouvellement des têtes". Opération guillotine.

Deuxième cible du sarkozyste parisien, Louis PETIET, maire et conseiller général de Verneuil. Bruno LE MAIRE a tout simplement décidé de le dégager aux prochaines municipales pour mettre à sa place Guy LEFRAND, petit soldat qui lui avait gardé sa place de député au chaud ses dernières années. Louis PETIET, candidat malheureux contre Bruno LE MAIRE en 2007, a dû apprécier cet ordre au relent d'oukase ! Va t-il se soumettre ?

Troisème cible de Bruno LE MAIRE : Jean-Luc MIRAUX. L'ancien maire de Vernon est sommé lui aussi de dégager au profit de Sébastien LECORNU, petit lieutenant du nouveau gouverneur de la droite normande puisqu'il travailla aux "affaires réservés" au cabinet de l'ex-ministre, suppléant du droitier député Franck GILARD dont il fut l'attaché parlementaire.

Le seul qui trouve grâce à ses yeux, c'est le maire de Bernay, Hervé MAUREY qui essuie pourtant des résultats catastrophiques pour la droite dans sa commune. Sa tête a failli tomber aussi ! Ouf ! Attaquer MAUREY, cétait attaquer MORIN. Bruno LE MAIRE préfère certainement attendre encore un peu avant de s'attaquer au leader du Nouveau Centre, potentiel rival à son ambition à droite.

Bruno LE MAIRE agit ainsi publiquement en petit dictateur. C'est qui qui décide qui garder et qui jeter et qui doit le représenter sur les territoires !

Tant pis pour les militants de droite, habitués de toute façon à suivre le chef !

Et tant pis aussi pour les électeurs, qui ne comptent pas dans cette répartition des fiefs par le roi LE MAIRE !

La caricature de ce mépris pour les citoyens, c'est la stratégie de Bruno LE MAIRE sur Evreux. L'ambitieux est tellement convaincu qu'il sera maire de la ville qu'il ne siège même pas au conseil municipal, alors qu'il en est un élu depuis 2008, et qu'il va jusqu'à annoncer sa démission à la suite des Législatives !

Les ébroïciens seront tellement fiers de voir monseigneur LE MAIRE s'intéresser à leurs pitoyables destins qu'ils se jèteront à ses pieds aux prochaines municipales ? C'est un peu ce que l'on ressent de ce mépris pour la participation au quotidien de la vie municipale à Evreux.

Bruno LE MAIRE, celui qui a trahi Dominique de VILLEPIN, a décidé d'être le maire d'Evreux et le leader incontesté de la droite en Haute-Normandie. Pour cela, il fera table rase de tous ceux qui feront obstacle à ses royales ambitions et à ceux qui pourraient lui faire de l'ombre !

S'il ne doit en rester qu'un à droite, ce sera lui !

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 09:07

Pétroplus qui repart et SeaFrance repris par ses salariés. A quand le tour de M-real dans l'Eure ?

Les journalistes continuent d'amuser la galerie avec le tweet de la compagne de François HOLLANDE en soutien au concurrent de Ségolène ROYAL aux Législatives.

Sérieusement : qu'est-ce qu'on s'en fout !

Pendant ce temps, ce sont des dizaines d'entreprises qui sont menacées par de grands plans de licenciements et, avec elles, des dizaines de milliers de salariés qui risquent de perdre leur emploi. C'est ça qui est important ! C'est sur cette question que nous devons concentrer nos énergies, dès maintenant, pour sauver ses emplois et marquer le quinquennat de HOLLANDE du poids de la pression sociale dès les premières semaines.

Avec la chute de SARKOZY et celle de sa majorité de droite, probablement, ne s'ouvre pas forcément une période plus favorable pour les travailleurs. La nouvelle majorité socialiste souhaite mettre ses pas dans ceux de l'Union européenne pour respecter ses ordres sur la rigueur budgétaire.

Il y a belle lurette que le Parti socialiste a tourné la page du socialisme et de la lutte des classes pour évoluer d'abord vers la sociale-démocratie avant de devenir un parti social-libéral. Son soutien à Maastricht en 1992 et au Traité Constitutionnel Européen de 2005 sont des signes clairs d'adhésion aux théories libérales, même si elles sont nuancées d'un peu de social !

Néanmoins, cette majorité sera plus sensible à la pression populaire. Elle sait d'où vient son électorat et qu'il attend beaucoup de cette "gauche" au pouvoir. Saisissons-nous de cette chance !

Entreprises : la mobilisation paie !

Ces dernières semaines, des dossiers industriels emblématiques ont montré des signes nets d'avancée.

C'est le cas du dossier marseillais Fralib (tisanes et infusions" Eléphant") où la longue mobilisation des salariés, soutenus par la population avec l'aide des élus et militants communistes, notamment, montre des premiers signes d'avancées. Le groupe hollandais Unilever commence à reculer dans sa volonté de fermer le site coûte que coûte.

C'est également le cas de SeaFrance, à Calais, pour qui la justice a choisi de confier la suite aux salariés de l'entreprise organisés en coopérative. Les bateaux vont pouvoir reprendre la mer en septembre. Dans ce dossier encore, ce sont les communistes qu sont au premier plan, nortamment notre eurodéputé Jacky HENIN et ancien maire de la ville, qui avait comme suppléant aux Législatives un délégué syndical de la section d'entreprise exclue à grand bruit de la CFDT.

C'est aussi le cas d'un dossier moins connu, celui de Véninov à Vénissieux, entreprise qui a inventé la toile cirée au siècle dernier, et qui vient d'être sauvée, avec le soutien de la population et des élus locaux, André GERIN, ancien député communiste, et Michèle PICARD, maire communiste de la ville.

Plus près de chez nous et encore plus récemment, ce sont les salariés de Pétroplus près de Rouen qui entrevoient enfin une issue à leur lutte pour sauver leur raffinerie. Après plusiseurs mois de lutte, ils viennent d'obtenir un contrat de plusieurs mois avec Shell. La raffinerie est repartie cette semaine ce qui permet non seulement de gagner du temps mais aussi de maintenir ce site en état de marche pour un nouveau repreneur.

Il y a d'autres entreprises en lutte comme Sealynx à Charleval, qui va de repreneur-voleur en repreneur-voleur et dont les salariés exigent d'être repris par leur client à 85 %, le groupe Renault.

Il y a aussi les salariés de Merck-Organon à Eragny-sur-Epte, près de Gisors. Eux se battent contre une multinationale qui souhaite fermer ce site de pointe, rentable, pour concentrer sa production et accroître encore un peu plus ses juteux bénéfices. Là aussi, les communistes sont en pointe au côté du maire et conseiller général communiste, Marcel LARMANOU.

M-real : combat exemplaire et victoire possible

Et, il y a également l'emblématique conflit pour sauver les 550 emplois directs de la papeterie M-real d'Alizay, dans l'Eure.

Cela fait deux ans que les salariés se battent, avec leur intersyndicale CGT/CFE-CGC, et avec le soutien d'un comité de défense organisé et animé par le maire et conseiller général communiste Gaëtan LEVITRE.

Le site est en veille. 18 salariés restent seulement sur le site.

Il reste toujours deux repreneurs potentiels, un groupe français et un groupe thaïlandais, tous les deux sérieux.

Mais le temps passe. Il faut que cette vente se fasse !

Avec les salariés et avec les élus locaux, nous devons soutenir les salariés de la papeterie et pousser le ministre de la réindustrialisation, Arnaud MONTEBOURG, à intervenir efficacement au nom du gouvernement.

En se sens, l'intersyndicale de M-real organise :

un rassemblement d'information et de soutien

devant la papeterie M-real d'Alizay

Mardi 19 juin

10 h

Nous y serons, au côté des salariés. J'espère que nous y serons nombreux, du canton de Pont-de-l'Arche mais aussi de tout le département.

Cette victoire serait symbolique et encourageante pour des salariés de dizaines d'entreprises menacées en France. Mais elle serait bien réelle et vitale pour 550 familles du département comme pour les centaines de sous-traitants et commerçants de la commune et des environs.

Alors, tous avec les M-real mardi 19 !

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 10:16

La venue hier de Pierre LAURENT, secrétaire national du PCF, sur Evreux et Vernon, aura mis l'éclairage sur l'intérêt d'un vote Front de Gauche aux Législatives de dimanche.

La visite était attendue et n'aura pas déçue.

Le secrétaire national du PCF, en clair son numéro 1, est venu soutenir les candidats du Front de Gauche dans l'Eure, notamment les candidats communistes.

La visite de Pierre LAURENT a commencé d'abord dans le quartier populaire de La Madeleine à Evreux où les difficultés sociales se compliquent avec une rénovation urbaine qui fait la part belle à des démolitions pour des immeubles qui pourraient très bien être seulement rénovés. La rencontre avec des responsables associatifs du quartier, Restos du coeur ou représentant des locataires, et une visite du quartier aura mis en évidence une approche de fonds différente sur cette question essentielle du logement entre la gauche "socialiste" et la gauche radicale, notamment communiste.

Pour le Front de Gauche, le droit au logement pour tous doit être assuré. Démolir des logements sociaux sans reconstruire d'autres logements est inacceptable ! Surtout dans une agglomération comme Evreux ou des centaines de familles sont en situation de mal logement.

Un peu plus tard dans l'après-midi, c'est le quartier de Nétreville, toujours à Evreux, qui accueille la visite du responsable national du PCF.

Une rencontre avec les habitants, notamment des jeunes et des animateurs, est organisée à la Maison de Quartier.

Le débat est riche et l'échange important sur les difficultés des habitants, notamment de la jeunesse, dans le quartier.

Les difficultés particulières des jeunes, pour trouver leur place dans cette société et pour prendre leur autonomie, sont particulièrement importantes quand de nombreux jeunes galèrent de petits boulots en emplois précaires, ce qui leur ferme la porte des locations et rend difficile le passage d'un permis ou l'achat d'un véhicule pour se déplacer et aller travailler.

Pour Pierre LAURENT et les candidats, cela démontre toute l'utilité du projet sur la jeunesse présenté à l'automne dernier par les députés communistes, projet qui répond globalement aux difficultés des jeunes. Le renforcement du groupe communiste et Front de gauche à l'Assemblée permettra de peser plus fortement dès cet été pour faire voter ce plan.

En fin d'après-midi, c'est un grand meeting départemental qui est organisé à Saint Marcel, près de Vernon.

200 personnes attendent le secrétaire national du PCF et les différents intervenants.

En attendant, c'est la compagnie "Jolie Môme" qui monte l'ambiance avec ses chansons réalistes et humoristiques, politiquement très engagées. Un vrai bonheur que découvrent de nombreux participants et qu'ils pourront encore découvrir en fin de meeting..

Quatre intervenants vont se succéder : Michèle ERNIS, conseillère régionale et représentante de la Gauche Unitaire (ex-NPA), Catherine PICARD, ancienne députée socialiste de la 5ème circonscription et aujourd'hui soutien du Front de gauche et de son candidat, Jean-Luc LECOMTE, maire adjoint de Vernon et conseiller régional, candidat du Front de Gauche sur la circonscription.

Enfin, Pierre LAURENT sera le dernier orateur de la soirée.

Parmi les moments forts de ces interventions, il y aura beaucoup d'arguments en faveur d'un vote massif pour le Front de Gauche.

Localement, les différents intervenants feront jour la nécessité de battre les candidats UMP qui avaient des responsabilités au gouvernement de SARKOZY, Bruno LE MAIRE, dans la 1ère circonscription, et Hervé MORIN, dans la 3ème. Ces personnages sont responsables, comme SARKOZY, du chômage, de l'explosion de la dette, de l'austérité, des reculs sociaux et des nombreux cadeaux faits au Capital et aux riches.

Le cas du député Franck GILARD, sur la circonscription Vernon-Gisors, est particulièrement affligeant, lui qui coanime le courant le plus extrémiste de l'UMP, le plus proche idéologiquement du Front National.

Voter Front de Gauche, c'est aussi se donner la garantie que la politique qui sera menée par Hollande sera bien une politique de gauche. En effet, un groupe parlementaire FdG puissant pèsera sur les votes à l'Assemblée nationale, donc sur les lois qui en sortiront. De même, un poids important du Front de Gauche sur le terrain, même là où ne sera pas élu son candidat, c'est mettre la pression sur les députés qui seront élus.

Elire des députés Front de Gauche, mettre les candidats Front de Gauche en tête au premier tour, c'est permettre l'élection de 10, 20 ou  30 députés Front de Gauche supplémentaire et empêcher que le PS et ses alliés aient seuls la majorité au Parlement, ce qui le laisserait libre de retomber dans les travers qu'on a connu autrefois, en  1983 comme en 1997.

Avoir des députés Front de Gauche, c'est aussi avoir des représentants de terrain, des militants du quotidien qui connaissent leur circonscription, qui y vivent, et qui sauront défendre les emplois de leur territoire et faire entendre les exigences de leurs électeurs.

Avoir des députés du Front de gauche, c'est aussi renforcer le mouvement social, trouver des relais aux revendications des associations et syndicats au sein de l'Assemblée.

Au soir d'une journée qui aura permis de rencontrer des habitants des quartiers populaires et de défendre l'alternative à gauche que constitue le Front de Gauche, on se rend compte du travail effectué depuis l'automne 2008 et le lancement d'un appel au Front de gauche par le PCF !

D'élections en élection, le Front de Gauche montre sa crédibilité, la nécessité de ruptures radicales avec trente ans de capitalisme débridé.

L'élection présidentielle a été un cap, une première étape avec le renvoi de Sarkozy et de son régime réactionnaire.

Les 10 et 17 juin, un deuxième cap peurt être franchi avec l'élection d'une majorité de gauche à l'Assemblée qui ne pourra se faire qu'avec les députés communistes et du Front de Gauche, une garantie que le changement annoncé ne se fera pas que dans les mots, mais aussi dans les actes.

  6 juin 2012 - Eure - Evreux - P Laurent à La Madeleine (20

Quartier de La Madeleine

Pierre Laurent avec les candidats de la 1ère et 2ème circonscription

6 juin 2012 - Eure - Vernon - Meeting département-copie-1

La compagnie "Jolie Môme" et ses tableaux musicaux et burlesques engagés

6 juin 2012 - Eure - Vernon - Meeting départementalP Laure

Pierre Laurent développe des arguments forts

en faveur des candidats du Front de Gauche

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 10:09

Meeting Rouen Mélenchon - Pierre Laurent - PCFPierre LAURENT, secrétaire national du Parti communiste accompagne les candidats du Front de Gauche aujourd'hui sur le terrain.

A 16 h 30, avec Sandrine COCAGNE et Thierry DESFRESNES, candidats sur la première circonscription, Valéry BEURIOT et Laurence CHAPELLE, candidats sur la deuxième circonscription, Pierre LAURENT sera sur le quartier de La Madeleine à Évreux. La rencontre se fera sous la halle du marché.

A 17 h 30, avec les candidats, c'est sur le quartier de Nétreville que Pierre LAURENT se rendra pour rencontrer des jeunes habitants du quartier. Rendez-vous est pris à la maison de quartier.

Enfin, la journée se poursuit à proximité de Vernon, avec un grand meeting départemental autour des candidats du Front de gauche des cinq circonscriptions euroises. Ce sera Salle du Virolet de Saint Marcel à 19 h.

Pour les communistes, comme pour le Front de Gauche, l'important c'est le terrain et le contact direct avec les habitants et les travailleurs. Rien d'étonnant de retrouver tout au long de la campagne, comme le reste de l'année, nos militants, nos élus, nos candidats et nos responsables nationaux, sur les marchés, dans les quartiers, aux portes des usines ou en réunions publiques.

Après tout, quoi de surprenant à voir sur le terrain des communistes qui vivent et habitent dans les mêmes villages et quartiers que tout un chacun et qui bossent dans les mêmes entreprises et les mêmes bureaux que les autres salariés ?

Le PCF et le Front de Gauche, ce sont des organisations politiques militantes, avec des gens issus des classes ouvrières et populaires. Notre force et notre moteur, c'est la combativité pour refuser les mauvais coups et exiger une meilleure justice sociale, une société plus libre et solidaire.

Nous espérons vous voir nombreux à La Madeleine, à Nétreville et à St Marcel aujourd'hui !

Ce sera l'occasion de débattre avec Pierre LAURENT et nos candidats, de vos problèmes, de vos attentes.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 08:24

Toujours battu dans les sondages, le candidat de l'alliance UMP-FN doit être battu le 6 mai et, après lui, ses candidats aux Législatives les 10 et 17 juin.

Après Marine Le Pen qui n'ose pas se mouiller en sa faveur (bein que...), c'est au tour de François Bayrou de lâcher le dernier candidat de droite encore en course.

Il s'agit d'une première historique : jamais auparavant un des deux candidats retenu pour le second tour ne s'était retrouvé sans aucun soutien d'au moins un candidat battu au premier tour ! Et comme il s'agit du président sortant, le symbole est encore plus fort.

Pour autant, si l'on en croit les sondages (faut-il les croire ?), les jeux ne serait pas fait et Sarkozy remonte à 47,5 % d'intentions de vote.

A se demander si les français ne sont pas maso ?

Sarkozy, c'est un bilan catastrophique pour le pays et les travailleurs, c'est un chômage qui a explosé et qui devrait dépasser les 10 % avant la fin de l'année, c'est plus de 200 milliards d'argent public pour renflouer les banques spéculatrices en 2008 et 2009 qui ont fait exploser la dette publique, c'est le recul de l'âge de la retraite, la fermeture de tribunaux, d'écoles ou d'hôpitaux, ce sont plus de 100 000 postes supprimés dans les services de l'Etat (premier licencieur de France !), c'est une dégradation des règles du travail qui accroissent la précarité, ce sont des dizaines de milliards d'euros de cadeaux fiscaux aux plus riches chaque année (niches fiscales, ISF, bouclier fiscal), c'est la guerre en Libye, l'alignement sur les Etats-Unis et l'OTAN, c'est l'annonce d'une austérité renforcée dans le cadre de traités européens imposés contre la volonté du peuple français (Traité Merkel et, souvenez-vous, le traité de Lisbonne en 2007 !),...

Avec tout cela, comment voter pour ce candidat le 6 mai prochain quand on est salarié, fonctionnaire ou ouvrier notamment, retraité, jeune ou patriote ?

Certes, le vote Hollande n'ouvrira pas les portes d'une société meilleure. Nous sommes d'accord.

La priorité aujourd'hui est bien d'en finir avec un pouvoir de droite qui mène depuis cinq ans une politique de régression sociale comme jamais la France n'en avait vécue depuis la Libération !

Le 6 mai, la priorité, c'est donc de battre Sarkozy et de la battre franchement.

La campagne s'arrête ce soir mais chacun, autour de soi, peut encore en parler à ses proches.

Mais ensuite ?

Ensuite, c'est à la majorité parlementaire actuelle, UMP et Nouveau Centre, qu'il faudra s'attaquer.

Sans députés pour appuyer Sarkozy, celui-ci n'aurait jamais pu mener la politique qu'il a mené. Toutes ses réformes, celles des retraites, de la Justice, Hadopi ou les budgets d'austérité, tout cela est à mettre sur le bilan des députés de droite. Et des candidats UMP.

Dans notre département, quatre députés sur cinq sont UMP alors que 50 % des eurois votent à gauche.

A l'occasion des Législatives, le 10 juin prochain, il sera nécessaire de punir sévèrement ces députés qui ont soutenu la politique de Nicolas Sarkozy.

Dans notre circonscription, quelle chance ! Nous aurons un ministre de Sarkozy comme candidat !

L'ex-villepiniste Bruno Le Maire, passé dans le camps adverse pour sa carrière, est aujourd'hui ministre d'une agriculture qui a perdu 25 % de ces effectifs depuis dix ans et qui voit disparaître ses élevages, ses maraîchers et ses arboriculteurs sur l'autel de la concurrence libre et non faussée, leitmotiv d'une droite au service des multinationales.

Pour les Législatives, la droite sera donc notre adversaire, celle de la classe ouvrière comme de tous les travailleurs.

Mais pour qui voter ?

Comme au niveau national, l'élection de François Hollande ne fera pas tout.

Bien timoré sur les question social, le futur président socialiste (le moindre mal, répétons-le !) devra s'appuyer sur une majorité parlementaire.

Si nous voulons une véritable politique de rupture avec les choix libéraux de ces trente dernières années et remettre l'Humain au coeur des choix politiques, avant la finance et l'égoïsme des capitalistes, il faudra que le prochain gouvernement soit aiguilloné par un Parlement réellement de la gauche combative.

Aux législatives, il ne devra pas y avoir de majorité sans Front de Gauche, sans députés communistes.

Les 10 et 17 juin prochain, dans la prolongation des Présidentielles, il sera nécessaire de poursuivre la poussée du Front de gauche et de faire élire un maximum de députés du Front de Gauche.

Pourquoi pas ici, dans notre circonscription ? Une victoire de la candidate communiste Sandrine COCAGNE face à l'emblématique ministre de Sarkozy Bruno Le Maire serait un symbole fort.

Alors, dans la foulée du 22 avril, renversons Sarkozy le 6 mai et Bruno Le Maire les 10 et 17 juin prochain !

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article