Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 16:38

Le système démocratique va mal en France. Mais que dire des Etats-Unis ! !...

Il est de bon ton, depuis toujours, de vanter les mérites des Etats-Unis, ce pays de la liberté, venu nous sauver (gratuitement) en 1944, protecteur de la démocratie à travers le Monde (de manière désintéressée), le pays des cow-boys, des grands espaces, le pays où tous les rêves se réalisent (pour qui veut bien bosser !), et ainsi de suite.

Le "rêve américain", écorné dans l'esprit général après la crise de 2008 et les scandales immobiliers, continue néanmoins d'être entretenu sciemment en France.

Pourtant, si on vous parle d'un pays créé en massacrant et soumettant les populations locales, un pays qui intervient militairement et politiquement dans les pays voisins, un pays où des millions d'enfants vivent dans la misère, un pays où moins d'un électeur inscrit sur deux participe aux élections (ne parlons pas des électeurs non inscrits sur les listes électorales !), un pays où seuls deux partis politiques se partagent le pouvoir depuis toujours,... vous vous dîtes qu'il ne peut pas s'agir de ces Etats-Unis dont on nous vante les charmes par séries interposées ?

Et bien si !

Aux Etats-Unis, un enfant sur quatre vit dans la misère. Ces chiffres sont encore plus élevés si cet enfant est noir ou latino.

Les Etats-Unis se sont créés sur les cadavres des amérindiens, réduits à vivre dans des réserves souvent misérables ou à subir les affres de l'aculturation.

Les Etats-Unis sont les champions du monde de l'intervention à l'étranger, depuis Cuba en 1895, la Corée ou le Viet-Nam durant la guerre froide, et l'Iraq, la Libye ou la Somalie plus récemment. Sans parler des interventions masquées, comme en Amérique latine (dans "l'arrière-cour des Etats-Unis", ça veut tout dire !) sous Pinochet, Stroessner, Videla et consorts, ou en Syrie actuellement.

Vous pouvez prendre la liste de tous ces pays où sont intervenus les Etats-Unis : dans aucun d'entre eux, l'intervention yankee n'a laissé de bons souvenirs !

Et, côté démocratie, le renouvellement des Sénateurs et représentants est un exemple de parodie démocratique : deux partis seulement se partagent le pouvoir depuis la création des Etats-Unis ! On ne peut pas parler de régime à parti unique mais pas loin !

Le coût des campagnes électorales et le système électoral lui-même empêche toute alternative d'exister politiquement. Au final, Parti républicain et Parti démocrate sont les objets politiques de grands lobbies économiques et financiers, qui mènent de ce fait des politiques économiques voisines, en faveur des milieux patronaux et financiers. Restent des différences de valeurs, de conservatisme religieux comme différences entre ces deux forces.

Les citoyens des Etats-Unis ne se trompent pas, d'ailleurs. Si les chiffres sur les électeurs potentiels qui ne sont pas inscrits sur les listes électorales ne sont pas communiqués, on sait bien que moins de la moitié des électeurs inscrits se déplace les jours de vote.

Le "rêve américain" tient plus du fantasme maketing que de la réalité concrète.

Comme pour les séries, les hamburgers ou les boissons au cola, les Etats-Unis sont passés maître dans l'art du conditionnement des masses et de l'acceptation de leur modèle dominant par les élites étrangères.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 11:35

Nos médias l'oublient volontiers mais, avant l'accession au pouvoir de Blaise Compaoré, au Burkina Faso, ce pays a eu pour président le leader communiste Thomas Sankara.

De 1983 à 1987, et le putsch de Compaoré durant lequel il est assassiné, Sankara mène une politique progressiste et anti-impérialiste qui déplaira fortement aux anciennes puissances coloniales, France en tête.

Devant l'ONU, Thomas Sankara défend le droit des peuples à pouvoir manger à leur faim, boire à leur soif, et à être éduqués. Il est l'un des principaux moteurs du Mouvement des pays non-alignés et dénonce les régimes néo-coloniaux voisins, notamment la Côte d'Ivoire et le Mali. Ces deux pays organisent d'ailleurs plusieurs campagnes militaires contre le Burkina Faso avec l'aide... de la France.

Bref ! Thomas Sankara est l'homme à abattre.

Blaise Compaoré sera l'homme de main de la France et des Occidentaux dans le renversement de Sankara.

On comprend mieux comment le régime corrompu et autoritaire de Compaoré a pu tenir aussi longtemps !

L'arrivée au pouvoir, à nouveau, de militaires, n'augure pas d'une évolution démocratique du pays. La jeunesse burkinabée et l'opposition sauront-elles déjouer les pièges des Occidentaux et de leurs alliés locaux ?

25 ans après sa mort, Thomas Sankara reste la référence pour nombre de Burkinabés qui n'hésitent pas à brandir son portrait dans les manifestations.

Solidaire

Burkina---Portrait-de-Sankara---Octobre-2014.jpg


Mariam Sankara, veuve du Président Thomas Sankara a, dans une lettre, félicité le peuple burkinabé pour «avoir réhabilité» le prédécesseur de Blaise Compaoré au pouvoir. Elle exhorte aussi les familles qui pont perdu les leurs lors des manifestations ayant conduit à la chute de Blaise Compaoré «de saisir la justice nationale et internationale» pour que le président déchu «répondre de ses crimes».

Mariam, veuve de Thomas Sankara: Blaise Compaoré «doit répondre de ses crimes»
«Je tiens à remercier les burkinabè qui ont contribué (…) à éviter le chaos politique dans lequel Blaise Compaoré et ses amis voulaient plonger le Burkina Faso», a écrit Mariam Sankara. Avant de signifier que Blaise et ses «sbires ont endeuillé le peuple», dont Mme Sankara partage la douleur. Pour cela, dans sa lettre, Mariam Sankara exhorte les «familles éplorées à saisir la justice nationale et internationale pour que Blaise Compaoré réponde de ses crimes».

La veuve de l’ancien président du Burkina, Thomas Sankara assassiné en 1987, est d’avis que l’image de médiateur de la sous-région dont Blaise Compaoré s’est drapé ne doit pas le disculper.
«Ce monsieur qui était sollicité comme médiateur dans les conflits, était en réalité celui qui les attisait. Des pays comme l’Angola, le Libéria, la Sierra Leone, le Mali, la Guinée et la Côte d’Ivoire ont subi ses manœuvres de déstabilisation», explique Mariam Sankara. Avant de conclure: «Non, il (Blaise Compaoré) ne doit pas couler des jours paisibles à Yamoussoukro. Il doit répondre de ses actes et crimes de sang».
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 10:35

Week-end d'élections dans le monde : Brésil, Uruguay, Tunisie et Ukraine votaient.

4 pays aux destins et aux réalités bien différentes votaient ce week-end. D'un côté, deux pays voisins d'Amérique latine, le Brésil et l'Uruguay, votaient pour les Présidentielles. Plus près de chez nous, la Tunisie, aux prises avec l'islamisme, et l'Ukraine, en pleine guerre civile, renouvelaient leurs parlements.

Ces réalités ont amené, logiquement des résultats différents, riches d'espoir pour les peuples uruguayen, brésilien et tunisien, beaucoup plus sombres en Ukraine. Les commentateurs français, eux, adaptent leurs analyses à la ligne politique de leurs actionnaires, sans lien avec les réalités politiques de ces pays.

Les élections brésiliennes et ukrainiennes sont celles dont le traitement est le plus clairement politique.

3 millions de voix d'écart... seulement !

D'un côté, une élection brésilienne où, dès le départ, les lobbies économiques français propriétaires des médias avaient fait le choix de la défaite de la présidente sortante Dilma Roussef. Les nombreux reportages sur ces élections montraient "l'irrésistible ascension" de la candidate verte Marina Silva jusqu'à son échec complet au 1er tour de l'élection, le 5 octobre dernier.

Première désillusion pour nos médias et premier échec de l'intox sur le Brésil !

Avec le deuxième tour, c'est l'espoir de voir le candidat de droite gagner qui s'envole. Dilma Roussef l'emporte avec 51,64 % des voix devant Aecio Neves lors d'un second tour qui a mobilisé près de 80 % des électeurs !

La déception de nos médias les laisse amer et ce sont des commentaires aigris qui parlent de la "courte" victoire de la présidente sortante avec "seulement" 3 millions de voix d'avance dans un pays désormais "coupé en deux".

Oserait-on rappeler à nos journalistes les scores des Présidentielles françaises ? En 1974, Giscard-d'Estaing était élu avec "seulement" 50,81 %. En 1981, François Mittérand l'emportait avec tout juste 51,76 %. Plus près de nous, François Hollande battait Nicolas Sarkozy en mai 2012 avec 51,64 % des voix soit un écart moindre que celui de Dilma Roussef face à son adversaire !

Et ne parlons pas de l'abstention en France !...

Victoire des pro-européens en ukrainiens ?

A l'inverse du Brésil, nos médias français ont fait depuis longtemps le choix du gouvernement de Kiev contre ses opposants et la Russie.

C'est ainsi que la presse française se félicite du résultat des élections ukrainiennes qui se sont pourtant déroulées en pleine guerre civile, empêchant le vote de tout l'est russophone du pays, sans parler de la Crimée, et dans des conditions de pression sur les listes d'opposition, celles des anciens partisans du Parti des Régions, comme sur les candidats et militants communistes.

Au final, moins de 41 % des électeurs ukrainiens se sont rendus aux urnes : 50 % dans deux régions pro-occidentales de l'ouest (!) et moins de 30 % dans toutes les régions où vivent des "minorités", notamment tout l'ouest russophone. 

Rien d'étonnant dans ces conditions à voir des résultats en faveur des "pro-européens" calqués sur des territoires qui votaient traidtionnellement pour ces forces politiques. Quant aux 70 % attribués dans nos médias aux forces pro-européennes, ils sont à nuancer puisque l'extrême-droite a percé durant ces élections.

Une majorité d'abstentionnistes et des partis d'opposition muselés, une partie du territoire privée de parole : et on parle de vote démocratique ?

Le climat anti-russe dans nos médias rend aveugle nos journalistes.

Uruguay : la gauche confirme

Le successeur du Président sortant, le très populaire et simple Pepe Mujica, sera certainement issu des rangs de la même alliance politique, le Frente Amplio.

Avec 46 % des voix, Tabaré Vazquez devrait retrouver le poste de Président qu'il occupait de 2005 à 2010.

AVec une croissance de 4 % et un chômage à 6 % de la population active, le pays a connu une nette amélioration de sa situation économique au profit du peuple.

Une gauche comme ça manque en France !

Tunisie : les laïcs en tête ?

Plus près de chez nous, nos voisins de Méditerranée ont du mal à sortir de la révolution qui a fait chuté le régime Ben Ali.

La montée en puissance des islamistes d'Ennahda, soutenus et financés par les pétromonarchies du Golfe, a longtemps menacé et menace encore les droits des Tunisiens. Des femmes tunisiennes particulièrement !

Avec ces élections législatives, marquées par la désunion des forces politiques, la crise économique et les menaces djihadistes, l'abstention a été forte, à près de 60 %.

Mais, malgré tout, le camp laïc aurait réussi a battre les islamistes, cela grâce à la récente constitution d'un parti fourre-tout, Nidaa Tounès, regroupant syndicalistes et ancien du régime Bourguiba !

A gauche, le Front populaire où figurent les communistes, semble avoir passé le cap des élections. Il aura des députés à l'assemblée.

4 pays différents aux situations politiques et à l'Histoire bien différente.

Pourtant, par nos médias, n'en parvient qu'une réalité déformée, tronquée, parfois manipulée.

La neutralité des journalistes est un leurre, comme celle de nombreux élus locaux.

L'information, comme la politique, est différente selon que l'on accepte les règles du jeu d'une société inégalitaire ou que l'on se situe en dénonciation, en révolte pour changer la donne.

Le traitement des élections, particulièrement en Ukraine et au Brésil, montre comment l'influence des intérêts économiques et stratégiques amène les journalistes à tolérer l'intolérable en Ukraine et à rêver des changements au Brésil, bien loin du choix de ces peuples.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 12:36

Evo Morales, président de Bolivie, vient d'être reconduit pour un troisième mandat avec 60 % des vois au premier tour !

Evo Morales sera donc 5 années de plus le président de la Bolivie. Celui qui a commencé comme défenseur des producteurs de coca a acquis une notoriété et un soutien populaire incomparable.

Ce n'est pas en France que cela arriverait ! Et, d'ailleurs : pourquoi ?

En dehors de Mittérand en 1988, puis de Chirac en 2002, dans les circonstances particulières d'un duel avec l'extrémiste de droite Jean-Marie Le Pen, aucun président français n'a pu être réélu deux fois par les Français. A chaque fois, le mécontentement populaire a entrainé le président sortant dans un jeu d'alternance qui ne convainc plus les électeurs.

Evo Morales fait partie de cette génération de présidents sud-américains, arrivés au pouvoir portés par la rue, par les populations défavorisées et les indigènes, comme Hugo Chavez en son temps.

Cette génération de présidents, à la différence des nôtres, a respecté sa parole de lutter contre la misère, le chômage et la corruption. Vénézuéla, Equateur ou Bolivie font partie des pays qui connaissent en ces domaines les évolutions les plus positives au monde. Pendant ce temps là, nos puissances capitalistes d'Europe, fortes de leurs économies développées, connaissent le chemin inverse. Chômage, précarité et misère grandissent chaque jour un peu plus en France et en Europe.

Paradoxe ? Pas vraiment !

Tout est une question de choix politique !

"Les barricades n'ont que deux côtés" disait Elsa Triolet. En politique également.

Soit, vous faites le choix de servir les intérêts du peuple, soit vous faites le choix de servir ceux de la finance et des actionnaires. C'est ce dernier choix que font ceux qui se succèdent à l'Elysée.

Mais, pour gagner une élection, il faut convaincre le peuple de voter pour soi, quitte à raconter de gigantesques bobards, à prononcer des phrases que reprendront en choeur les médias du système, comme le "travailler plus pour gagner plus" de Nicolas Sarkozy ou le "mon ennemi, c'est la finance !" de François Hollande.

Le décalage entre le discours électoraliste nécessaire pour se faire élire et la politique au service des puissants, provoque une désillusion croissante dans l'électorat populaire, entrainant l'astention ou le vote pour une extrême-droite qui se donne l'apparence de la virginité politique.

La réalité politique, comme celle des barricades, classe les forces entre celles qui aujourd'hui servent le capital, les grands patrons, et celles qui servent le peuple, les travailleurs. La manipulation politique et médiatique vise à faire oublier ce distingo.

En Amérique du sud, les lignes politiques sont plus claires. Des années d'un libéralisme féroce et d'une répression politique et syndicale par des régimes soutenus par les puissances occidentales, tout cela a provoqué une prise de conscience forte dans les milieux populaires de la réalité d'une lutte des classes où une poignée de riches bourgeois, s'appuyant sur l'armée, la police et la justice, imposait la misère au reste du peuple pour son unique enrichissement.

Des mouvements sociaux et indigènes sont nés des forces politiques et des leaders qui ont conquis le pouvoir, démocratiquement, et qui, aujourd'hui, changent les sociétés sud-américaines malgré les résistance des riches familles, des grands propriétaires terriens et des multinationales, des Etats-Unis notamment, qui se gavaient sur le dos de ces pays.

En s'attaquant aux monopoles, aux multinationales et aux grandes familles, ces Chavez, Morales ou Correa, se créent de solides inimitiés dans leur pays et à travers le monde, mais ils réalisent leurs programmes de progrès sociaux, de redistribution des richesses nationales vers le peuple. Leur popularité et les scores électoraux de leurs majorités viennent de là.

L'exemple d'Evo Morales en Bolivie, comme ceux d'Hugo Chavez et de Nicolas Maduro au Vénézuéla, prouvent qu'un chef de l'Etat et sa majorité peuvent redonner du pouvoir au peuple, redistribuer des richesses et recréer de l'emploi malgré les résistances des banques et des financiers.

Cette volonté d'appliquer une politique populaire en France, on voit bien que le Parti socialiste ne l'a plus, que la droite ne l'a jamais eu non plus. Les désaveux successifs des Français, en 2012 pour Sarkozy et sa majorité UMP-UDI, actuellement pour Hollande et sa majorité PS-PRG, sont la traduction concrète de ce sentiment de trahison, d'abandon. 

Il faut donc regarder plus à gauche, vers le Parti communiste et le Front de Gauche, pour trouver les forces politiques vraiment transformatrices en France, celles qui sortiront notre pays de l'ornière libérale, de cette politique de casse sociale qui ne profite qu'aux spéculateurs financiers.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 09:59

Le courage des miliciens kurdes suffira-t-il à contrer le nombre et l'armement des djihadistes de Daesh ?

Si l'opinion publique soutient les combattants kurdes face aux islamistes radicaux, en est-il vraiment de même de la part des gouvernements ?

L'offensive qui a mené les djihadistes de DAESH aux abords de Kobané ne s'est pas faite en 1 jour. Il aura fallu près de dix jours pour que le front recule jusqu'à Kobané. Des journées qui auraient pu prêter à réaction de la part de la communauté internationale, ici comme sur d'autres fronts.

Mais les combattants kurdes de Syrie sont épaulés par les combattants kurdes de Turquie, proches du PKK, qui sont venus épaulés leurs frères dans un élan compréhensible de solidarité.

Or, le combat des Kurdes de Turquie pour la reconnaissance de leur identité fait l'objet d'une répression de la part des pouvoirs successifs à Ankara. La lutte armée menée par le PKK est une conséquence de cette répression.

La Turquie joue double-jeu sur le dossier de Kobané, affirmant d'un côté son soutien au combat des Kurdes mais espérant, d'un autre côté, l'élimination des rebelles kurdes, notamment des militants kurdes de Turquie. Et puis, n'oublions pas que le gouvernement islamiste d'Erdogan a soutenu la rébellion syrienne, notamment son aile islamiste, en permettant l'entrée en Syrie de matériel militaire et de djihadistes venus d'autres pays du monde.

La Turquie, pivot essentiel des Etats-Unis dans cette région, bénéficie de ce fait du soutien discret sur le dossier Kobané.

Si les troupes et les chars turcs massés près de Kobané n'interviennent pas, c'est parce qu'ils sont là pour éviter toute infiltration islamiste en Turquie et éviter, à l'inverse, toute entrée de rebelles kurdes vers la Syrie. D'ailleurs, malgré des accords avec les forces kurdes d'Iraq, le gouvernement turc a refusé le transit par son territoire de 2 000 à 3 000 combattants kurdes d'Iraq qui devaient venir épauler les combattants de Kobané.

Avec ce choix turcs de laisser écraser les Kurdes de Kobané, on comprend mieux les tergiversations occidentales. Quelques bombardements imprécis ont été menés, histoire de donner l'illusion que les occidentaux soutiennent les Kurdes. Ça, c'est pour l'opinion publique internationale !

L'idée turque relayée par François Hollande d'une zone tampon à la frontière, c'est un moyen d'occuper militairement le territoire syrien, au détriment du droit international (quoi qu'on pense de Bachar El Assad), et de reporter côté syrien toutes les bases arrières de la rébellion syrienne, actuellement en territoire turc. Rébellion dont les islamistes composent désormais l'essentiel des forces, qu'ils soient du Front Islamique (pro-saoudien), d'Al Nosra (branche officielle d'Al Qaïda) ou de Daesh (l'Etat Islmaique).

La révolte des Kurdes, en Europe comme en Turquie, vise à dénoncer cette passivité turque et occidentale, cette hypocrisie qui laisse filer le temps en espérant que l'écrasement des Kurdes ne tarde pas trop.

Comme pour la cause palestinienne, la cause kurde est prisonnière d'impératifs de géopolitique qui évacuent les notions de liberté, de souveraineté des peuples et les droits de l'Homme.

La France brillerait sur la scène internationale si elle agissait clairement en faveur des Kurdes de Kobané et d'ailleurs.

L'alignement aveugle de la France sur l'OTAN, donc sur les Etats-Unis, empêche malheureusement notre pays d'avoir une politique étrangère qui lui permette de retrouver l'image d'un pays soucieux des droits humains et de la liberté des peuples à vivre libres et en paix.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 14:01

Malgré des choix européens à son service exclusif, l'Allemagne est elle aussi sur le point d'entrer en récession.

Après une croissance en recul de 0,2% au deuxième semestre, le troisième trimestre s'annonce tout aussi difficile. Au point que certains économistes envisagent désormais une récession en Allemagne, ce qui serait un choc pour le pays le plus puissant d'Europe, toujours prompt à donner des leçons de bonne gestion à ses voisins.

C'est l'industrie allemande, la plus forte d'Europe, qui plonge. La production industrielle a baissé de 4% sur un mois en août, sa plus forte baisse depuis janvier 2009.

Si la production plonge, c'est à cause des commandes à l'industrie, en recul de 5,7%. « La conjoncture industrielle traverse actuellement une phase de faiblesse », reconnaît le ministère allemand de l'Économie, qui refuse de s'alarmer. Pourtant, la production de biens d'équipement a dévissé de 8,8% et la production automobile de 25,4% !

Avec des obligations de travail pour les chômeurs, à des salaires frôlant parfois l'esclavagisme, le taux de chômage est toujours historiquement bas, à 6,7%. Pourtant, malgré ce système pénalisant pour les chômeurs, le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté au mois de septembre : 12.000 chômeurs supplémentaires alors que les analystes s'attendaient à une baisse d'environ 2000 personnes.

En clair, l'économie allemande connait un sacré coup de froid !

Depuis des mois, on voit partout en Europe François Hollande supplier l'Allemagne et sa chancelière quémander un changement de politique monétaire de l'Union européenne. Finalement, ce n'est ni le poids de la France, ni la force de conviction de notre Président qui vont faire changer d'avis les décideurs économiques allemands mais, peut-être, la réalité économique ? Peut-être...

En tout cas, l'Union européenne est montrée du doigt au niveau mondial comme étant le membre malade de l'économie planétaire. Même le FMI y va de sa critique. C'est pour dire !

Avec une Europe du sud qui souffre toujours de la crise capitaliste que l'on fait payer aux populations de ces pays, le reste de l'Europe n'est pas non plus particulièrement en grande forme. C'est le cas de la France.

Alors, pourquoi nos gouvernements et le super gouvernement de Bruxelles s'obstinent-ils à poursuivre des politiques qui sont partout en échec ?

Comme en France, la réponse est à chercher dans les super-profits qu'accumulent les plus grandes entreprises européennes, les géants du capitalisme capables de jouer la carte de la délocalisation de l'emploi et de l'optimisation fiscale, terme diplomatique pour couvrir des méthodes permettant aux multinationales de payer un minimum d'impôts.

Autant la politique de Bruxelles est dictée par Berlin, autant les politiques de chacun des états européens sont dictées par leurs places financières respectives.

Au final, cette Europe de la crise et de la récession est une machine à reprendre du pouvoir d'achat et des acquis sociaux aux travailleurs d'Europe pour permettre aux actionnaires et aux banques d'augmenter toujours plus le rendement de leurs placements. Croissance et plein emploi ne sont pas des objectifs réels, seulement des propos de campagne destinés à convaincre les travailleurs, salariés ou indépendants, qu'ils doivent accepter de ce sacrifier pour espérer, un jour prochain, peut-être, retrouver un peu de pouvoir d'achat et des miettes de croissance.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 09:21

A ceux qui affirment que le conflit en Ukraine est celui des bons démocrates de Kiev contre les méchants séparatistes à la solde de Moscou, voici le témoignage d'une députée d'opposition sur ce qu'elle vit actuellement dans la "nouvelle" Ukraine.

Le Parti des Régions est celui de l'ancien président Ianoukovitch, renversé par un putsch en début d'année. Il semble bien difficile pour ce parti, pourtant libéral, de pouvoir s'exprimer malgré les 30 - 35 % qu'il a réalisé aux élections de 2011.

Quant au Parti communiste et ses 11 % des voix, il est désormais en cours d'interdiction et plusieurs de ses leaders ont été torturés par les milices d'extrême-droite qui soutiennent l'actuel gouvernement. La maison du Président du PC ukrainien, dans la banlieue de Kiev, a d'ailleurs été incendiée au printemps et le siège du KPU, saccagé et occupé par l'extrême-droite.

A vouloir s'opposer à Poutine, on en vient à soutenir des gens infréquentables, comme l'on fait nos gouvernements en Syrie contre Bachar El Assad ou en Libye contre Mouammar Kadhafi.

Et tant pis pour les civils !

Solidaire


DECLARATION de la députée ukrainienne ELENA BONDARENKO

 

Mes amis, voici ma déclaration ! Je demande de la diffuser un maximum. Ceux qui ont la possibilité de la traduire, qu’ils le fassent.
« Moi, Elena Bondarenko, députée du Parti des régions, me trouvant dans l’opposition à l’actuel pouvoir en Ukraine, je veux déclarer que ce pouvoir s’abaisse jusqu’aux menaces directes d’élimination physique des représentants politiques d’opposition en Ukraine, jusqu’à priver de leur droit de parole l’opposition au parlement et en dehors, et même à la complicité de crimes non seulement contre ces représentants politiques mais contre leurs enfants. Des menaces constantes, l’interdiction non formulée de la présence des opposants sur les ondes de la plupart des chaînes ukrainiennes, une persécution déterminée, ce sont là déjà les attributs de la vie courante d’un député en Ukraine. Tous ceux qui appellent à la paix en Ukraine sont immédiatement inscrits par le gouvernement sur la liste des ennemis du peuple, comme ils le furent, par exemple, dans l’Allemagne des années 30-40 du siècle dernier ou au temps de la politique de McCarthy aux USA.
Il y a quelques jours, le ministre des Affaires intérieures de l’Ukraine, Arsen Avakov, qui est un ardent partisan du dénommé « parti de la guerre » en Ukraine, a déclaré la chose suivante : « Quand Elena Bondarenko monte à la tribune faire un discours, la main cherche tout de suite le revolver ».
Je souligne que c’est un homme investi de la fonction de premier policier de l’état qui dit une chose pareille. Il y a exactement une semaine, le porte-parole du parlement ukrainien Alexandre Tourtchinov m’a privée de la même façon de mon droit de parler à la tribune en tant que représentante de la fraction d’opposition du « Parti des régions ». Il m’en a privée simplement parce que j’ai déclaré que « le pouvoir qui envoie l’armée bombarder des civils est criminel ». Après quoi, il a donné avec magnanimité la possibilité aux radicaux du parlement d’appeler à fusiller l’opposition. Rappelant que, à la fin de l’année dernière, quand les extrémistes commençaient à s’armer à Kiev, on avait tiré sur ma voiture et que ce fait avait été enregistré par les organes de police sur ma déclaration, je considère ce genre de menaces avec le plus grand sérieux. J’informe également tous ceux qui ne le savent pas encore que le pouvoir actuel couvre des criminels, qui ont osé lever la main sur le fils d’un autre opposant politique, Vladimir Oleinik. Rouslan Oleinik, qui occupe la fonction de procureur de district, a été roué de coups sur son lieu de travail, à la suite de quoi sa vie et sa santé se sont trouvées menacées. Au lieu d’enquêter sur cette agression contre un procureur dans l’exercice de ses fonctions et sur cette intimidation monstrueuse à l’égard d’un opposant et de sa famille, le pouvoir a licencié ledit procureur. J’entends chaque semaine mes collègues parler des passages à tabac de leurs collaborateurs, des perquisitions dans les entreprises de leurs partisans, des menaces et même des attentats sur leurs vies, leur santé et leurs biens.
L’espace informatif ukrainien est presque complètement épuré de cette information, et les Ukrainiens ordinaires ne devinent même pas que se déroule en Ukraine une lutte criminelle contre l’opposition, que le droit à la libre parole donné par la Constitution est malmené de toutes parts. Ces mêmes rédactions qui, surmontant leur peur, travaillent honnêtement s’exposent aux agressions des groupuscules nationalistes, or les organisateurs et les participants de ces pogroms des rédactions, même identifiés par des vidéos et du matériel photographique, ne sont pas tenus responsables. J’en appelle aux structures internationales qui déclarent leur attachement aux principes démocratiques, pour qu’elles ne se contentent pas de prêter attention à cela mais qu’elles se mettent au travail afin que soient conservés et observés les droits démocratiques et les libertés des citoyens ukrainiens. Les méthodes de la junte de Kiev dans sa lutte pour le pouvoir, et plus exactement dans sa lutte pour l’édification d’une dictature en Ukraine n’ont rien de commun avec la notion de « démocratie ».
L’inactivité de la communauté internationale à l’égard de ces faits criants seront considérés comme de la complicité et de l’approbation silencieuse envers tous les crimes qui se commettent à présent en Ukraine.
Le monde libre perd encore un avant-poste, l’Ukraine. Tous ceux qui se battent, non en paroles, mais dans les faits, pour la démocratie, les droits et la liberté de l’homme peuvent ensemble faire beaucoup. Car nous sommes les seuls à pouvoir arrêter la junte et la guerre fratricide en Ukraine !
Avec tout mon respect. 
La députée populaire d’Ukraine Elena Bondarenko

3-sebastopol-armee-russe-cassini-16eb3

 

 

 

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 12:50

A tout ceux qui s'énervent lorsque le gouvernement putshiste de Kiev est décrit comme pourri par l'extrême-droite nostalgique de la collaboration avec le régime hitlérien (leader : Stefan Bandera), voici quelques éléments qui montrent l'évolution "démocratique" que soutiennent nos pays, la France en premier lieu !

Et les mêmes soutiennent une rébellion syrienne qui a enfanté l'Etat Islamique !

Solidaire


Aujourd’hui le parlementaire Nestor Shufrich a été battu par des voyous du Secteur droit.  Les policiers sont restés immobiles, se contentant de regarder la scène.

Regardez par vous-même (vidéo en russe sans sous-titres, mais ce n’est pas nécessaire pour saisir l’ambiance).

 

A Kharkov, un homme a été trouvé empalé sur la grille d’une église, son corps attaché à la grille par du ruban d’électricien. On a trouvé des gants chirurgicaux sur les lieux. D’après les témoins, l’homme a été tué par des militants de Secteur droit, qui le soupçonnaient d’être un sympathisant de la Novorussie.  D’après le rapport officiel de la police, cet homme s’est empalé lui-même, et vraisemblablement, après avoir fait ça, il a trouvé le temps et l’énergie pour s’attacher solidement à la grille avec le ruban.
 
Un homme empalé sur une grille à Kharkov

Un homme empalé sur une grille à Kharkov

Alors que l’Ukraine progresse rapidement dans son choix de civilisation, l’Union européenne maintient ses sanctions à l’égard de  la Russie [1], considérant que l’accord de paix de l’Ukraine n’est pas pleinement efficace.

 

 

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 08:51

Effarant !

Une chanson qui rapporte de l’argent a des gens qui n’en ont jamais composé 1 siècle après sa première diffusion, grâce qu droit d’auteur. Ou comment transformer un droit des personnes en taxe privée.

Une véritable parabole du milieu artistique et, finalement, du capitalisme.

Ou comment le bizness et l'appa^t du gain vampirise la culture, la création et la recherche scientifique. On le voit actuellement avec la privatisation du génôme humain ou la volonté des multinationales des semences d'interdire la pratique multiséculaire et naturelle d'utilisation des semences fermières par les paysans.

Ce capitalisme sans âme finira par tuer la création et la planète.

Solidaire


Un article de Brice Miclet sur Rue89 à relire ici : http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2014/08/17/happy-birthday-to-you-warner-veut-lacher-machine-a-sous-254251.

Elle est la chanson anglophone la plus connue selon le Livre Guinness des records. Pourtant, « Happy Birthday To You » n’est jamais tombé dans le domaine public. C’est la Warner qui, depuis qu’elle a obtenu les droits du morceau en 1990, empoche environ 2 millions de dollars par an de royalties.

Dès qu’elle est fredonnée dans un film, dans un concert, à la radio ou à la télévision, dans l’une de ses trente-quatre traductions officielles, la machine à sous se met en route.

Depuis cinq ans, plusieurs recours en justice tentent de prouver que la major aurait abusé du droit américain. En vain pour le moment. Pourtant, les arguments sont rodés et les plaidoiries bien ficelées.

Rien ne prouve que les sœurs Hill soient les auteures

Si « Happy Birthday To You » a vraisemblablement été écrite aux alentours de 1912, la Warner n’en détient les droits que depuis 1990, lorsqu’elle a racheté la société The Summy Company, pour 15 millions de dollars, elle-même propriétaire de la chanson depuis 1935. Une bonne affaire. Sauf qu’il y a débat.

Pour comprendre ce marasme juridique, il faut faire un bond dans le temps de 121 ans. En 1893, les sœurs Patty et Mildred J. Hill, institutrices à la Little Loomhouse de Louisville, dans le Kentucky, se mettent à composer des chants pour leurs élèves. Petit succès local, les enfants du coin reprennent régulièrement ces airs.


Partition de « Good morning to all »

Un recueil de leurs chansons sort, intégrant notamment le chant « Good Morning To All ». Elles passeront ensuite plusieurs années à écrire des versions différentes de ce morceau, modifiant les paroles pour les adapter à toutes sortes d’événements, mais conservant la même mélodie.

Parmi ces versions : « Happy Birthday To You ». Mais celle-ci n’est pas présente dans le songbook, et n’est donc pas protégée. Rien ne prouve que les sœurs Hill en soient les auteures. C’est pourtant celle-ci qui restera dans l’histoire.

En 1921, 28 ans après son écriture et conformément au droit américain, « Good Morning To All » tombe dans le domaine public. Mais rien concernant la version « Happy Birthday To You », qui devient de plus en plus populaire. Les sœurs Hill ne touchent donc rien de ce succès.

En 1935, une société décide cependant de leur venir en aide. The Summy Company dépose officiellement la version « Happy Birthday To You ». C’est là que ça se complique. Pour ce faire, Jessica Hill prétend que les arrangements de cette version sont originaux, car la première note du morceau est doublée afin de permettre de prononcer les deux syllabes de « Happy », qui remplace « Good ».

« Happy Birthday To You », pour une seule note, est donc protégée pour la première fois, près de 25 ans après son écriture.

Jusqu’à 150 000 dollars pour chaque violation

A partir de là, chaque prestation publique de la chanson est facturée en royalties. Comme cette interprétation par Lino Ventura dans « Les Tontons Flingueurs » en 1963.

Durant plusieurs décennies, The Summy Company reçoit les droits de « Happy Birthday To You », jusqu’à ce que l’entreprise soit rachetée par la Warner en 1990. Désormais, chaque violation de la loi concernant la chanson peut coûter jusqu’à 150 000 dollars (environ 112 000 euros), et ceux jusqu’en 2030 (95 ans après le dépôt du morceau).

Sauf que certaines voix commencent à s’élever contre le bien-fondé de cette détention. Surtout lorsque l’universitaire Robert Brauneis décide de publier une étude détaillée visant à prouver que la Warner outrepasse ses droits.

Plusieurs arguments y sont avancés :

  • D’abord, le fait d’avoir déposé « Happy Birthday To You » en 1935 en invoquant une modification de la mélodie et des arrangements est remis en question. En effet, une mélodie ne peut être déposée deux fois, un copyright doit être original. Le fait d’avoir doublé la première note ne paraît pas suffisant aux yeux de Brauneis. Etant donné que « Good Morning To All » est tombée dans le domaine public dès 1921, il doit en être de même pour sa mélodie, et donc pour « Happy Birthday To You ».
  • Selon Brauneis, la chanson « Good Morning To All » serait elle-même une reprise d’un vieux chant religieux afro-américain. Encore un argument qui remet en question l’originalité de « Happy Birthday To You », pourtant impérative pour qu’elle soit déposée. Une thèse appuyée par le fait que l’une des sœurs Hill, Mildred, est devenue au fil des ans une experte reconnue de ce type de chants religieux.
  • La chanson « Good Morning To All » a été déposée en 1893 et est tombée dans le domaine public 28 ans plus tard, en 1921, conformément à la loi américaine. Sauf que les sœurs Hill avaient la possibilité de renouveler le copyright pour 28 ans supplémentaires, et ne l’ont pas fait. Dans ce cas, comment accepter qu’un morceau (« Happy Birthday To You ») soit protégé quatorze ans après que sa source (« Good Morning To All ») soit tombée dans le domaine public ? Brauneis estime que si les sœurs Hill avaient réellement voulu protéger leur chanson, elles auraient au moins dû faire renouveler le copyright de l’original.

Un document de 68 pages, consultable en téléchargement gratuit, détaille ce travail de recherche absolument remarquable.

La Warner ne lâche pas l’affaire

En 2013, une réalisatrice américaine, souhaite faire un documentaire sur l’histoire de « Happy Birthday To You ». Etant donné que son film contient un passage où un groupe de personnes chante la chanson, elle verse 1 500 dollars à la Warner/Chapell Music. Mais décide finalement d’attaquer la major en justice, s’appuyant sur les travaux de Robert Brauneis.

Débouté une première fois par la Cour fédérale du district sud de New York, Jennifer Nelson et son avocat ont fait appel, réclamant le remboursement des 1 500 dollars versés par la réalisatrice et le remboursement de tous les royalties perçus par la Warner depuis fin 2009. Le jugement soit être rendu en novembre prochain.

En attendant, la Warner exerce toujours son droit sans partage sur la chanson. A tel point que la série documentaire américaine « Eyes On The Prize », traitant des droits civiques aux Etats-Unis et sortie entre 1987 et 1990, est encore aujourd’hui interdite de rediffusion pour contenir un passage où Martin Luther King entonne le fameux chant.

S’il est donc prouvé que « Happy Birthday To You » est bien libre de droits depuis 1921, la Warner devra rembourser les royalties réclamés depuis fin 2009. Si la Cour juge que même le dépôt « Good Morning To All » n’était pas conforme, puisque la chanson serait déjà tirée d’un vieux chant religieux, la Warner devra reverser des dizaines de millions de dollars.

En attendant, il est encore possible de contourner le copyright. En tuant le personnage qui s’apprêtait à la chanter, comme dans « The Game » de David Fincher :

Ou en en faisant sa propre version, comme dans « Alice au Pays des Merveilles » :

Mise à jour : ou encore, nous signale Guillaume42 sur Twitter, comme le Colbert Show qui chante Hapy Birthday sur la musique de l’hymne américain, juste pour éviter d’engraisser la Warner...

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 13:43

Nous publions ici une tribune de José Fort, parue dans "L'Humanité".

Ce très bon billet rappelle que les islamistes de l'Etat Islamique sont les enfants des politiques occidentales, formés, armés et soutenus longtemps par l'Occident, contre le régime laïc syrien en 2011, contre le régime laïc irakien de Saddam Hussein dix ans avant.

Aujourd'hui, ces monstres possèdent des arsenaux made in USA et des financements qui proviennent de "nos alliés" saoudiens ou qataris, des acheteurs de pétrole venant de marchés illégaux, issu des puits conquis sur l'état syrien ou l'état iraquien, et des ventes d'œuvres d'arts volées dans ces pays pour le compte de riches collectionneurs occidentaux.

L'Europe et l'Occident paient les conséquences de leurs politiques désastreuses au Moyen-Orient, comme c'est aussi le cas en Libye et en Afghanistan. Le soutien total de nos pays à la politique criminelle d'Israël en Palestine contribue également à la destabilisation du monde arabe et au renforcement de la haine antioccidentale dans les populations arabes et musulmanes.

Dénoncer aujourd'hui les exactions des islamistes contre les chrétiens et les musulmans qui leur résistent, c'est une belle hypocrisie !

Comme le baron Frankenstein, nos dirigeants fabriquent eux-mêmes leurs monstres, qu'ils manipulent un temps, qui leur échappent ensuite et qui servent, finalement, à justifier de nouvelles guerres, de nouvelles lois toujours plus liberticides.

Cesser de soutenir les régimes qui financent les djihadistes, comme les pétromonarchies, combattre le crime organisé qui achète illégalement le pétrole de ces pays et leurs richesses archélogiques, soutenir les forces multiculturelles et laïques qui se battent dans ces pays et exiger une paix juste et durable en Palestine ou au Kurdistan, voilà concrètement des choix politiques qui assècheraient les causes des tensions locales et les financements des groupes intégristes !

Peu de chances malheureusement que ces choix viennent des forces politiques intégrées au jeu libéral et pro-américain actuel !

Solidaire


Irak : ce sont des monstres mais ce sont vos monstres

Les djihadistes de « l’Etat islamique en Irak et au Levant » sont des monstres. Personne ou presque ne le conteste. Mais s’en tenir à ce constat et à la compassion pour les populations martyrisées relève de l’escroquerie. Ces monstres ont été enfantés par le prix Nobel de la paix Obama, Hollande et la plupart des dirigeants occidentaux.

D’ou vient l’argent ? D’où viennent les armes ?

L’organisation terroriste dispose de moyens financiers considérables. L’argent provient de plusieurs pays du Golfe alliés de Washington et bien en vu à Paris, de braquages comme celui de la succursale de la banque centrale irakienne à Mossoul au début du mois de juin avec un butin de 425 millions de dollars, du commerce du pétrole avec la production de plusieurs raffineries comme celles de Tikrīt et Baiji et ... du pillage d’antiquités vendus au prix fort en Occident par des réseaux mafieux.

D’où viennent les armes ? Un grand merci au grand Sam et à ses copains de Londres et de Paris. Le matériel fourni aux opposants à Bachar el Assad est passé à 90% entre les mains des Djihadistes avec en prime les reliquats des arsenaux libyens ainsi que des blindés, des tanks et de l’armement lourd de fabrication étasunienne pris à l’armée irakienne en déroute.

Les talibans en Afghanistan avaient été armés par Reagan au nom de la défense du « monde libre » avec les résultats que l’on connaît. Les « contras » au Nicaragua avaient bénéficié des mêmes largesses.

Du temps du dictateur nicaraguayen Somoza, à Washington les officiels avaient pour habitude de dire : « Somoza est peut-être un fils de pute, mais c’est notre fils de pute. » Les dirigeants occidentaux pourront désormais dire eux aussi à propos des djihadistes : « ce sont des monstres, mais ce sont nos monstres. »

José Fort

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article