Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 09:08

Pour booster une rentrée qu'ils souhaitent forte en luttes, les fédératons communistes de Haute-Normandie appelaient à un meeting hier soir à Rouen. Autour de 400 personnes, militants et sympathisants, ont répondu présents.

IMGP0700.JPGLa politique, ce n'est pas que les petites phrases, les querelles de personnes et les scandales qui secouent la droite ou DSK. La politique, c'est le quotidien de la population, ce sont les luttes, c'est l'espoir d'une société plus juste et d'un avenir meilleur. Avec ce meeting, les communistes de Haute-Normandie ont voulu remettre la vie des citoyens, des "vrais gens", sur le devant de la scène.

Organisée en quinze jours, cette initiative a réuni autour de 300 participants, salariés du public comme du privé, retraités, étudiants et chômeurs.

Les témoignages ont été nombreux, sur la santé et la protection sociale, sur l'abandon des aides alimentaires aux plus démunis par l'Europe, sur le combat des salariés du ferroviaire pour défendre le service public et le frêt, sur le combat des papetiers d'Alizay, sur les services publics en général.

IMGP0712.JPGSébastien Jumel, maire de Dieppe, et Jean-Paul Lecoq, député-maire de Gonfreville-l'Orcher, nous ont brossé le portrait d'une population qu'ils connaissent bien et qui souffre, mais une population qui cherche aussi des solutions, des perspectives, et que les mois à venir doivent aider à retrouver le chemin de la lutte. Face à une société capitaliste qui court à la catastrophe et emmène le monde à sa perte, il faut se mobiliser, se rassembler, pour construire un autre projet de société, plaçant "l'humain d'abord". Comme le dira Jean-Paul Lecoq, "le capitalisme est en train de s'effondrer ; il nous faut d'urgence construire une alternative si nous ne voulons pas finir sous ses décombres !". Sébastien Jumel, de son côté, insistera sur "la dynamique que nous devons impulser à notre démarche de Front de gauche pour que celle-ci devienne un véritable Front populaire".

Le dernier intervenant a été notre député européen, Jacky Hénin.IMGP0734.JPG

Revenant sur une Europe qui coupe les ressources aliementaires aux plus démunis mais soutient les banques et les mesures d'austérité, l'eurodéputé a vertement dénoncé ce système capitaliste qui protège les puissants et a provoqué lui-même une crise financière et une dette publique qui servent aujourd'hui à étrangler les travailleurs ! Il dénonce particulièrement le groupe Renault qui demande 24 millions d'euros pour des formations bidons à destination de salariés dont certains ont trente-cinq ans de boîte et sont jetés à la rue sans considération et sans aides !

Le message de Jacky Hénin, comme celui des autres intervenants, est bien un message de lutte, la lutte pour construire l'espoir d'un changement véritable, depuis la rue et jusque dans les urnes.

C'est finalement un appel à mobilisation qui a été lancé : mobilisation autour des M-Real, avec leur action de ce matin à Alizay ; mobilisation des 6 octobre, pour les retraités, et 11 octobre, pour l'ensemble des salariés.

Les seuls combats perdus sont ceux que l'on ne mène pas : les communistes ont bien l'intention d'aller au combat, d'abord dans la rue, avec les salariés en lutte, et ensuite dans les urnes, dans une dynamique de rassemblement, de Front de gauche.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 09:14

Les chefs d'Etat des 8 plus grandes puissances n'ont pas choisi le premier bled venu pour se réunir et parler à nouveau de la crise. Question standing, c'est Deauville, cité balnéaire des riches parisiens qui accueillera les délégations internationales. pour les protéger, la moitié des effectifs français de CRS ! Preuve de la popularité des invités qui s'attendent certainement à une cohue de groupies ?

Côté opposants, justement, tout un collectif d'organisations, de syndicats et de partis politiques appelle à protester contre ce sommet. Le PCF et la Jeunesse Communiste font partis de ces signataires.

Le slogan de ce collectif : "les peuples d'abord, pas la finance !"

Car, encore une fois, ceux qui s'auto-désignent pour régler la crise, ce sont les pays qui gèrent la crise capitaliste et la font payer aux peuples ! Partout, ce ne sont que plans d'austérité, accélération des privatisations, hausse du chômage et blocage des salaires. Tout cela pour éponger les ardoises payées par les gouvernements afin de sauver le secteur bancaire et financier. Pendant ce temps, les profits des entreprises ont repris leur course folle !

A l'inverse de ces choix d'austérité, les organisations altermondialistes et les communistes refusent de laisser à la finance la maîtrise de l'économie ! Ceux qui ont plongé l'économie dans le marasme s'en sortent sans une égratignure et profitent de la crise pour accroître leur maîtrise sur le monde ! Jusqu'à la prochaine crise ? C'est inadmissible !

Les peuples arabes ont montré la voie d'une possible chute de la dictature des marchés.

Les peuples occidentaux, à commencer par le peuple français, doivent pouvoir reprendre le contrôle de leur économie, de leur monnaie, et des richesses créées par eux-mêmes. Reprendre le contrôled es secteurs clés de l'économie et impulser une dynamique de reconquête des droits sociaux sont les objectifs que doit se fixer une gauche combative pour contrer la guerre de classe que mène la tyrannie financière contre les peuples.

Le G8 sera l'occasion de s'opposer à cette logique.

Deux rendez-vous nous sont offerts :

A Evreux

Samedi 14 mai

de 14 h à 16 h 30
Caravane contre le G8 en centre-ville

à 17 h
Meeting de mobilisation à la Maison de quartier de La Madeleine

 

Au Havre

Samedi 21 mai
Manifestation internationale contre le G8
départ 15 h de la Gare SNCF

Dimanche 22 mai
10 h à 16 h
Forum Citoyen - Université du Havre

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 09:35

Les salariés de la Société des autoroutes Paris Normandie (SAPN) sont appelés à faire grève ce vendredi et à laisser passer gratuitement les automobilistes sur l'A13 et l'A29 par l'intersyndicale CGT-CFDT-Unsa-FO.

"Les salariés sont excédés par le décalage entre les bons résultats de l'entreprise et la proposition salariale de la direction en faveur d'une augmentation collective de 1,2% et de 0,4% pour les hausses individuelles", selon Patrick Levasseur, responsable FO.

La SAPN fait partie "des sociétés qui distribuent de confortables dividendes à ses actionnaires et qui ne donnent que le minimum à ses salariés" selon l'intersyndicale.

Il est vrai que les sociétés d'autoroutes se portent bien. Très bien même !

Les 6 sociétés d’autoroutes françaises (APRR, ASF, Cofiroute, Escota, Sanef, SAPN) ont ainsi réalisé un chiffre d’affaires en 2010 dépassant les 8 milliards d’euros.

Les trois plus grandes sociétés d’autoroutes françaises (Cofiroute, Autoroutes Paris-Rhin-Rhône, Autoroutes du Sud de la France) ont réalisé en 2009 un bénéfice cumulé de 1,29 milliard d’euros. Cofiroute, filiale du groupe Vinci, au chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros, réalise un taux de profit de 24% : charmant, non ?

Il est vrai que les automobilistes ont subi une hausse des tarifs des péages entre 9,7% et 18 % de 2004 à 2010 et que ces recettes représentent 82 % du chiffre d'affaires des sociétés d'autoroute. Pour la SAPN (A13 entre autres), la dernière hausse, en début d'année, a été de 2,48 % soit près du double de l'inflation !

Des salaires qui patinent pour des travailleurs qui vivent, pour beaucoup, avec le risque d'accidents, le bruit et les gaz d'échappement, des tarifs d'autoroutes qui grimpent continuellement et des conditions de circulation aux limites du tolérable pour les automobilistes, voilà les ingrédients qui permettent aux sociétés d'autoroute de réaliser de si confortables bénéfices.

Grâce à ces "bons" résultats, les actionnaires sont grassement rétribués. Ils se sont partagés 42 millions d'euros de dividendes en avril 2010.

Les dirigeants de ces sociétés sont d'ailleurs généreusement payés pour ce travail : le directeur général délégué d’APRR a ainsi bénéficié de revenus annuels de 430.000 euros en 2009.

Mais n'oublions pas également que les sociétés d'autoroutes étaient publiques jusqu'en 2005 et que c'est la droite qui a confié leur gestion au privé, notamment le géant capitaliste Vinci (Construction, eau, routes). La Cour des Comptes, présidée à l'époque par Philippe Seguin (pourtant de droite) avait dénoncé à l'époque le bradage des autoroutes, vendues pour 14 milliards d'euros alors qu'elles étaient estimées à 24 milliards d'euros ! Une bonne affaire !

Au final, ce sont les contribuables qui ont financé la construction des autoroutes durant des décennies par le biais des impôts et des péages mais, au final, ce sont des entreprises privées qui héritent du patrimoine à moindre frais.

Une privatisation presque comme une autre.

Comme pour d'autres entreprises publiques privatisées, c'est toujours le contribuable qui finance les investissements durant des décennies pour, au final, que ce soient des actionnaires qui finissent par en toucher les bénéfices ! Cela a été le cas des banques et assurances, de Renault, Thomson, France Télécom, EDF, GDF, ... et bientôt La Poste et la SNCF. Avec la double peine de l'usager qui voit les tarifs flambés pour des services au rabais, les privatisations se traduisent toujours par de mauvaises surprises.

Pour les salariés, en dehors de la perte du statut de fonctionnaire pour les nouveaux embauchés, les salaires ne suivent jamais l'évolution des profits.

Avec ce mouvement de grève, les syndicats réalisent l'unité entre salariés et usagers qui devrait être la norme pour tout conflit relevant du service public, actuel ou passé. Plus facile à faire sur les autoroutes que pour France Télécom ou GDF !

En tout cas, courage aux salariés des autoroutes ! Leur combat est juste et rejoind les intérêts des usagers de la route.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 13:39

L'édition 2010 de la Fête de l'Humanité en Normandie s'est close hier soir sur un incontestable succès populaire.

L'actualié nationale fait la part belle à l'immoralité et aux scandales qui secouent et divisent la droite. Au delà de l'affaire Woerth-Bettencourt, de l'affaire de l'hippodrome de Compiègne (Woerth encore), il y a surtout le scandale de Karachi et des rétrocommissions qui illustre le grenouillage à droite entre ex-chiraquiens, villepinistes, ex-balladuriens et sakozystes. Des histoires de personnes, des histoires de gros sous et des morts au bout.

Dernière affaire en date, la colère de Patrick Devedjian qui accuse Sarkozy d'avoir fomenté son éviction de la tête de la puissante fédération UMP des Hauts-de-Seine pour se venger des malheurs de son fiston sur Neuilly. Ambiance.

Pendant ce temps là, les communistes continuent de travailler à la construction d'un nouveau projet à gauche. Et face à une société qui ne défend plus que la loi du plus fort, la loi du plus riche, les communistes valorisent les qualités humaines de solidarité et de fraternité.

Nouvelle illustration ce week-end avec la Fête de l'Humanité en Normandie. Pendant deux jours, stands politiques, syndicaux, associatifs ou de collectivités ont accueilli les visiteurs.

Des concerts, grands ou petits, des débats, nombreux, et des expositions ont permis aux visiteurs de se détendre et de réfléchir au sens de cette société et aux meilleurs moyens pour la changer.

Au final, si les chiffres d'entrées ne sont pas encore connus, il se parle d'un doublement, voire d'un triplement des vignettes d'entrées vendues ! Vu la quantité de visiteurs en soirée, c'est une hypothèse réaliste !

L'an dernier, ce sont 6 000 visiteurs qui avaient fait le déplacement à l'Huma normande.

Comme quoi, comme pour sa grande soeur parisienne, la Fête de l'Humanité sur Rouen devient un rendez-vous incontournable pour ceux qui refusent une société du fric et de l'égoïsme.

104_3932.JPG

Durant l'inauguration, samedi midi

104_3939.JPG

Avec la CGT, débat sur les maladies professionnelles

104_3960.JPG

Une assistance attentive

104_3969.JPG

Le restaurant eurois a proposé un menu succulent tout le week-end

104_3965.JPG

La soirée, les allées étaient noires de monde

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 09:53
C'est tout bête, mais il a fallu attendre quasiment les derniers jours avant les élections pour que certains journaux et la télévision publique aient l'idée d'expliquer l'utilité des Régions.

Ceci étant, même si au travers des articles de ce blog nous avons abordé la question sous différents aspects, nous n'avons pas consacré d'article spécifique à la Région, sa raison d'être et ses fonctions. Erreur corrigée aujourd'hui.

Donc : à quoi ça sert une Région ?

Administrativement parlant, la Région est une collectivité territoriale qui a pris son essor grâce aux lois de décentralisation de 1983.
Au fil du temps, elle a hérité de compétences nouvelles dont l'Etat s'est séparé.

Aujourd'hui, les Régions ont en charge plusieurs grandes missions :
- la gestion des lycées : construction, entretien, rénovation et (depuis peu) les personnels non enseignants ;
- la formation professionnelle et l'enseignement professionnel ;
- les transports régionaux : lignes de bus, TER et autres trains régionaux, routes ;
- l'aménagement du territoire : économiquement (aides aux entreprises,...), écologiquement (Parcs naturels régionaux), le tourisme, la santé, etc...

Ces missions sont donc importantes et constituent des enjeux politiques majeurs : quelle attitude de la Région face à la baisse du nombre d'enseignants et à la fermeture de filières au lycée ? Quelle politique de la Région sur la formation professionnelle alors que l'Etat se désengage au profit du privé ? Quel développement des TER quand SNCF et Etat abandonne les lignes régionales qui ne rapportent pas assez ou abandonnent les centres de frêt ferroviaire (Sotteville-les-Rouen) ? Quelle action économique vis-à-vis d'entreprise qui licencient ? ...

Sur ces questions, il peut y avoir une approche de gauche. Cette approche ne doit pas se limiter à gérer la pénurie de manière humaniste, au mieux, mais s'opposer frontalement à la dilapidation des services publics par découpe.

Sans politique d'opposition à cette régionalisation de la pénurie, les Régions finiront par perdre toute cohérence entre elles et par organiser une concurrence entre elles à celle qui attirera le plus de capitaux et d'entreprises au détriment de la voisine.

Cette politique de destruction de l'Etat-Nation au profit de Régions concurrentes est peut-être souhaitée par l'Europe et par les libéraux, mais ce n'est pas notre vision des choses !

Nous souhaitons une France forte et solidaire, un fonctionnement démocratique et des collaborations entre Etats souverains dans le respect des intérêts de chacun. Pour cela, les Régions doivent devenir des pôles de résistance à la politique libérale de la droite et fonctionner selon des règles de solidarité et démocratie citoyenne.

C'est tout le sens de ces élections régionales : quelle orientation donner à la politique des Régions ?

Le Front de Gauche a fait le choix de Régions pôle de résisance au libéralisme, pour une gauche combative solidaire, écologique et citoyenne. Loin des dogmes libéraux ou de la simple gestion des affaires courantes.
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 09:31
Encore une semaine avant le premier tour des élections régionales. Les derniers sondages confirment ce que de nombreux militants du Front de Gauche ressentent sur le terrain, une pousée de la liste menée par Sébastien Jumel. Encore faut-il que les électeurs se déplacent aux urnes dimanche !

Paris-Normandie, ce lundi, publie un sondage sur les intentions de vote des haut-normands pour le scrutin régional de dimanche prochain.

Avec la prudence nécessaire à l'analyse d'un sondage, tous les chiffres donnent une poussée à gauche très significative. Si on additionne les pourcentages pronostiqués pour les listes Front de Gauche - PS/radicaux - Europe Ecologie, on obtient 53 % alors que la liste d'union de ces mouvements en 2004 avait recueilli 39 % des voix.
Parmi ces listes, le Front de Gauche, avec 8 % (contre 6, 84 % aux Européennes), tire son épingle du jeu, tout comme la liste PS-Radicaux, avec 36 %.
En baisse à gauche : Europe Ecologie (9 % contre 13 % aux Européennes de juin 2009) et le NPA (2 % contre 6 %).

A droite, c'est la déconfiture ! 25 % pour la liste sarkozyste de Bruno Le Maire et Hervé Morin, 3 % pour le Modem !
Seul le FN maintient relativement son odeur de rance à un niveau (trop) important : 10 % (contre 16 % en 2004 et 9 % aux Européennes).

En Haute-Normandie, comme ailleurs, le pouvoir en place se dirige vers un désaveu populaire majeur.
Bruno Le Maire et Hervé Morin, ministres de Sarkozy,, avec un quart seulement des voix, pourront-ils encore se targuer de représenter une quelconque "majorité présidentielle" ? Le rejet de la politique agricole de ce gouvernement exprimé lors du salon de l'agriculture désavoue encore plus celui qui en est le ministre, Bruno Le Maire.

A gauche, malgré sa jeunesse, le Front de Gauche confirme sa percée. De sondage en sondage, c'est une hausse tranquille mais continue. Certes, ce n'est pas encore la "Révolution" ! Mais ce score annoncé marque le retour d'une gauche combative, anticapitaliste et fière de ses valeurs.

La grande incertitude reste l'abstention, estimée entre 46 et 50 %.

A chacun de nous de contribuer à la prise de conscience de nos voisins et amis sur l'importance de ce scrutin.
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 14:26
Le calendrier de campagne des militants communistes et de leurs partenaires du Front de Gauche est chargé depuis des semaines et pour dix jours encore. Mais le succès est là ! Les réunions font le plein.

Mener une campagne est une épreuve. Physiquement et nerveusement.

Loin des vociférations d'une poignée de râleurs invétérés qui imaginent que les militants font "ça" à longueur de journée, concilier une campagne électorale à son travail et à sa vie de famille est parfois difficile, souvent épuisant.
Mais quand l'accueil est là, c'est quand même mieux !

Depuis fin décembre, le Front de Gauche s'organise et lance sa campagne. Pas évident de fonctionner à plusieurs voix, avec différents partis et des candidats indépendants ! Et pourtant, elle tourne, cette campagne !

Fin février, le premier grand rendez-vous était donné à la Halle des Expos d'Evreux. 250 participants pour le moins avaient répondu présents.

Depuis, les réunions s'enchaînent, les kilomètres à pieds sur les marchés s'accumulent, les collages et distributions de tracts se multiplient, les porte-à-porte s'organisent. On estime que Sébastien JUMEL a déjà rencontré près de 10 000 hauts-normands, rien qu'au travers des réunions et meetings publics.

Saint André : du monde et beaucoup d'espoir

Mercredi 3, à l'initiative des communistes de la section Saint-André-Damville, une réunion publique était organisée à la mairie de Saint André . 30 personnes ont répondu présents à l'invitation, un chiffre important pour une réunion publique en semaine et au même moment qu'avait choisi le Crédit Agricole pour son assemblée locale.
Serge MASSON, maire de Saint André, est venu saluer l'assistance, une communauté d'agglo l'obligeant à être absent.
Avec Andrée OGER, deux autres candidats ont pris la parole : Géraldine JUTEL et Didier MASSE. Eric RUIZ, pour le PCF, et Bernard BONNECHERE, pour le Parti de Gauche, représentaient le Front de Gauche.

Autour des enjeux régionaux et nationaux de ces élections, les candidats ont exprimé les motivations qui les ont amenés à accepter d'être sur la liste de la Gauche Combative. Volonté de résistance, d'apporter sa contribution au débat à gauche, de faire émerger une gauche radicale et constructive,...

L'échange avec la salle a été nourri. D'évidence, beaucoup de participants souhaitent un changement profond de politique et une gauche moins gestionnaire et plus affirmée. La dimension innovante du Front de Gauche a permis de débattre du nécessaire lien entre mouvement social et perspectives politiques et entre base et élus.

Fraternité oblige, un petit apéritif a suivi, amenant les participants à continuer les discussions de manière plus informelle.

Rouen : un millier de haut-normands pour insuffler un nouveau souffle dans leur Région

Jeudi 4, encore en pleine semaine, le Front de Gauche organisait son dernier grand rendez-vous régional à Rouen, à la Halle des Expositions.
Succès indéniable avec une salle pleine à craquer bien que prévue pour 1 000 personnes !

Là encore, en partant de la réalité économique des normands, des annonces inquiétantes faites par la droite, sur les retraites et sur l'emploi public, par exemple, les différents intervenants ont démontré la nécessité et la possibilité de faire autre chose dans notre Région et en France. Cet autre chose, c'est une politique de gauche, sociale, écologique et citoyenne, une politique radicalement en rupture avec les choix capitalistes actuels.

Dans une ambiance surchauffée, ce sont Jean-Luc LECOMTE et Sébastien JUMEL qui ont conclu ce meeting. Les deux têtes de liste départementales peuvent se gargariser d'une campagne menée tambour battant sans l'appui de kador nationaux, à l'inverse de nos concurrents !

Toute cette énergie semble porter ses fruits. Lancé fin 2008, le rassemblement unitaire à gauche que constitue le Front de Gauche commence à être connu, reconnu et à rassembler largement toutes les forces de transformation sociale.
Une semaine de campagne reste à mener. 7 jours pour convaincre les dubitatifs, les victimes de la crise et ceux qui n'y croient plus que leur destin est entre leur main, qu'ils peuvent dire stop ! ou laisser faire.

Le 14 au soir, les français peuvent réserver une surprise à la droite et au MEDEF. Les normands pourront renvoyer dans leurs bureaux parisiens le ministre de la crise agricole et le ministre de la guerre.
La Gauche Combative à sa liste, celle menée par Sébastien JUMEL au niveau régional et par Jean-Luc LECOMTE dans l'Eure.
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 10:50
Au moment où se tient le salon de l'Agriculture à Paris, il est bon de se rappeler que Bruno Le Maire, chef de file UMP dans notre Région, est aussi ministre d'un monde agricole que sa politique a contribué à sinistrer. BLM reste discret sur le sujet, on le comprend.
Par contre, le Front de Gauche présente un paysan comme tête de liste en Aquitaine, Raymond Girardi, responsable national du MODEF, le mouvement de défense des exploitants familiaux.

Alors que l'emploi va mal et que nos concitoyens ont de plus en plus de difficultés à boucler leurs fins de mois, il est un secteur qui ne devrait pas être en crise : le secteur agricole. Crise ou pas crise, le besoin de se nourrir est toujours là !

Pourtant, le monde paysan poursuit son naufrage.

Des milliers de fermes disparaissent chaque année, victimes du bétonnage ou, plus souvent, de la faillite de l'exploitant et de l'absence d'un jeune pour reprendre l'exploitation. Ce qui reste de la ferme part en général à l'agrandissement : la ferme est dépecée au profit d'un ou de plusieurs voisins.

Cette évolution a connu un coup d'accélérateur depuis l'arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy et ses multiples cadeaux aux grands groupes de la distribution, notamment par la Loi dite de "Modernisation de l'Economie" (LME).
La dérégulation complète des marchés agricoles par l'Union européenne, selon le bon vieux crédo libéral, a fini par provoquer l'effondrement généralisé des cours des matières premières agricoles au profit des multinationales de l'agroalimentaire (Groupes laitiers, viande ou plats préparés). Paysans et consommateurs sont les seuls à ne pas profiter de cette dérégulation.

En bon gestionnaire libéral, Bruno Le Maire a accepté toutes les décisions élyséennes et européennes. Loin de défendre ou de promouvoir notre agriculture, il est l'un des responsables de la crise agricole que connait actuellement notre pays. Normal quand on est dans le camps des spéculateurs et des grands groupes industriels et financiers !

En face, du côté des paysans, seul le Front de Gauche présente un agriculteur comme tête de liste régionale !

Raymond Girardi est le secrétaire général du MODEF, un syndicat agricole bien implanté dans le sud de la France, notamment chez les producteurs de fruits et légumes et chez les viticulteurs.
Ce syndicaliste agricole est notamment connu pour être l'organisateur depuis des années des grandes opérations de vente de fruits et légumes que mènent conjointement son syndicat et le PCF en Région parisienne tous les ans.

Défendre l'aménagement du territoire, l'emploi rural, le revenu paysan et le pouvoir d'achat des consommateurs, voilà les motifs de son engagement pour ces Régionales.

Pour le monde paysan et ceux qui veulent continuer à se nourrir, un beau duel s'annonce, à distance, entre un technocrate libéral et un paysan progressiste. Espérons qu'en Normandie le monde paysan comprenne enfin qui est réellement de son côté !

Bruno-Le-Maire-avec-Sarkozy.jpgUn technocrate libéral et sarkozyste ?

Raymond-Girardi.jpgou un syndicaliste paysan ?
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 14:16
Jeudi 25 février après-midi, François Fillon a fait le déplacement sur le site Thalès d'Ymare, à l'ouest de Rouen. Une visite organisée pour soutenir la candidature du ministre UMP Bruno Le Maire à l'occasion des Régionales.
Pendant que ces messieurs conversaient dans les bureaux, les CRS donnaient la charge contre 150 salariés et citoyens venus plaidés le dossier de la papèterie M-Real d'Alizay.

Comme dans tout festival, il y a les événements publics, montrés à l'antenne, et les images "OFF", que vous ne verrez pas.

Bruno Le Maire est en panne pour ces élections régionales.
Membre d'un gouvernement dont la politique est rejeté par la population et responsable d'une agriculture en pleine crise, le candidat de la droite libérale cherche des soutiens "médiatiques" pour remobiliser son électorat.

La venue de François Fillon à Ymare avait cet objectif.

Sauf que près de 150 personnes avaient fait le déplacement depuis la ville voisine d'Alizay, salariés de la papèterie M-Real, élus ou citoyens solidaires. Quand le ministre qui a en charge la filière forestière (Bruno Le Maire, cqfd) et le premier ministre passent à proximité d'une entreprise où les salariés luttent pour sauvegarder leurs emplois, pas étonnant que ces salariés cherchent à approcher les ministres !

D'ailleurs, le cabinet du premier ministre avait pris les devants et fixé un rendez-vous à une délégation.

Ce qui était moins attendu par les salariés, c'est l'accueil par des dizaines et des dizaines de CRS agressifs.

Il n'aura pas fallu longtemps avant que charges, matraques et gaz lacrymogènes viennent exprimer aux ouvriers de M-Real tout le dédain du ministre-candidat et du premier ministre.

Bien que pacifique, la manifestation des M-Real s'est ainsi retrouvée réprimée par les CRS.

Pendant ce temps-là, entre deux poignées de mains, nos ministres faisaient les beaux devant caméras et appareils photographiques de la presse régionale et nationale. Un moyen sûr pour éviter que les journalistes assistent aux charges de CRS à l'extérieur de l'usine !

Bilan de la journée : une opération de communication électorale rondement menée auprès des médias et des salariés de M-Real matraqués et repoussés comme des délinquants.

Bruno Le Maire et François Fillon sont bien de la même école que leur maître à penser Nicolas Sarkozy : place nette là où ils vont sinon gare à la matraque !

Un courage politique que l'on retrouve avec la fuite de Sarkozy face au monde paysan à l'occasion du Salon de l'Agriculture. Gageons que Bruno le Maire sera moins discret sur l'agriculture cette semaine qu'il ne l'est sur ce sujet depuis plusieurs semaines en Haute-Normandie !
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 09:22
Les déclarations récentes de Chantal Jouanno, tête de liste UMP à paris, en faveur d'un péage urbain ont trouvé un écho favorable auprès de Daniel Cohn-Bendit. Quand la droite conservatrice et l'écologie libérale se retrouvent sur le dos des travailleurs....

Certes, nous ne sommes pas en Région Parisienne mais beaucoup de nos concitoyens eurois font quotidiennement le trajet vers Paris et sa banlieue pour le travail.

Les habitants du Département qui font le voyage tous les jours pour la Région Parisienne utilisent deux modes de transport : le train ou la voiture.

Ceux qui voyagent en train connaissent les difficultés de tout banlieusard : tarifs élevés, ponctualité aléatoire, pannes et fréquences insuffisantes. Cela quelques soient les gares empruntées : Vernon, Gisors, Bueil, Evreux, Verneuil,...
La saturation des réseaux, le vieillissement des infrastructures et le manque de personnel pour l'entretien deviennent sérieusement problématiques.

Pour les automobilistes, outre le danger et la fatigue que représente tout trajet en voiture, il y a le coup annuel (Carburant, péages, usure de la voiture) et les longues heures perdues en bouchons et ralentissements. L'éloignement continuel des salariés de leur lieu de travail, à cause du coût de la vie en Région Parisienne, et le manque de transports en commun expliquent l'essentiel de ces difficultés.

Pierre Laurent, tête de liste communiste du Front de Gauche en Île de France parlait samedi dernier sur France 3 de triple peine pour les grands banlieusards : un choix de domicile pas forcément choisi mais basé sur les moyens du salarié, un temps de trajet très long et un coût de déplacement élevé. Il parlait des transports en commun mais cette triple peine est valable également pour les usagers de la route.

Voilà donc que Chantal Jouanno, tête de liste UMP pour les Régionales à Paris, propose l'instauration d'un péage urbain en Île de France ! Rappelons que mme Jouanno est (officiellement) vernonaise et secrétaire d'état à l'environnement. Même si, polémique aidant, elle a tenté de faire machine arrière depuis, sa proposition a eu le temps de rallier certaines voix, notamment celles de Daniel Cohn-Bendit, leader d'Europe-Ecologie, et celle d'Yves Jégo, ex-ministre de Sarkozy et député UMP de Seine-et-Marne.

En quoi cette idée de péage urbain est-elle particulièrement dégueulasse ?

Comme je le rappelais un peu plus tôt, le banlieusard qui utilise sa voiture pour aller travailler est déjà désavantagé dans sa vie de tous les jours : fatigue, distance, coûts,...
En instaurant une taxe aux entrées de la Capitale, c'est donc une nouvelle peine qui s'abattrait sur ce salarié : une peine financière sous forme de taxe !

Qu'on ne s'y trompe pas ! Les démentis actuels d'une partie de la droite cachent mal la réalité d'un débat en cours au sein de l'UMP. Ce n'est qu'une question de temps.

Cette mesure de péage urbain rejoint la Taxe Carbone dans la catégorie des nouveaux impôts qu'impose la droite à ceux qui n'ont pas d'alternatives à la voiture ou au chauffage au fioul.

Ce gouvernement et son président s'étaient proclamés les champions du pouvoir d'achat. Ils devaient diminuer les impôts.

Les seuls impôts qui ont diminué ce sont ceux des riches avec le bouclier fiscal, la suppression des droits de successions ou la suppression annoncée de la Taxe Professionnelle.

Pour les usagers de la route comme pour ceux de la SNCF, c'est toujours moins de confort, plus de retard et pour plus cher !

Il est navrant de voir que certains, sous prétexte d'écologie, intègrent si facilement ces logiques de taxation des travailleurs. On aimerait les voir pester contre les héliports et contre les délocalisations polluantes. Mais l'écologie, pour quelqu'un comme Cohn-Bendit, n'est qu'un paravent qui cache une complicité avec les logiques libérales européennes (relire : Daniel Cohn-Bendit, chantre de l'écologie libérale  ).

Pour ce qui nous concerne, nous proposons de renforcer le service public ferroviaire, notamment par une politique d'investissement par l'Etat dans les infrastructures ferroviaires et d'embauche de personnel pour l'entretien des rames et des voies.
Nous proposons en Région Parisienne, l'instauration d'une carte Navigo à tarif unique pour tous sur la base du tarif des zones 1-2 (la carte Unigo !) afin de démocratiser le transport en commun francilien.
En Haute-Normandie, nous proposons la gratuité des transports publics pour les salariés sur leur trajet domicile-travail et pour les lycéens et étudiants sur leurs trajets scolaires. Tout ceci financé par les entreprises et les collectivités.

Loin de la logique écolo-libérale et libérale-conservatrice de taxation des salariés, le Front de Gauche propose une autre logique, basée sur le développement des transports en commun, par leur renforcement matériel et humain.
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article