Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 10:04
Stands, débats et musique seront au rendez-vous de cette nouvelle édition de la Fête de l'Humanité normande, les 1er et 2 novembre prochain au parc des expos de Rouen.
Tout le programme est à lire sur le lien suivant :
Fete-de-l Huma-Normandie Fete-de-l Huma-Normandie

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
21 octobre 2008 2 21 /10 /octobre /2008 10:00
Annoncée depuis plusieurs jours, la venue de Marie-Georges BUFFET à Renault Sandouville semble gêner du monde.
C'est ce matin, mardi 21 octobre, que la secrétaire nationale du PCF est attendue par les ouvriers de Renault Sandouville.
Les communistes de l'usine et de la circonscription sont en première ligne, au côté des syndicats, pour défendre l'avenir industriel du site et du bassin d'emploi. On se souviendra, par exemple, des interventions des députés communistes de Seine-Maritime (Daniel PAUL et Jean-Paul LECOQ) auprès du gouvernement et de la direction du groupe Renault.
A la différence d'autres personnalités, la venue de Marie-Georges BUFFET n'est pas exceptionnelle puisqu'elle était déjà venue rencontrer les ouvriers de Sandouville début 2007.
Interdite d'entrée
La secrétaire nationale du PCF et députée est la seule personnalité interdite d'entrée à Sandouville depuis le début de la crise ! Jusque là, la direction de Renault ouvrait ses portes à qui le souhaitait. La venue de notre camarade n'aurait pas provoqué d'arrête de travail ni la mobilisation de centaines de CRS et d'agents du RAID, comme lors de la venue de Nicolas SARKOZY.
Alors, pourquoi interdire Marie-Georges BUFFET d'entrer ?
Peut-être parce que le PCF est la seule organisation politique qui dérange vraiment ?
Les communistes de Renault, relayés par leurs élus et le PCF au niveau national, font des propositions solides de réindustrialisation du site (avec le moteur R9M par exemple) et de renationalisation partielle de Renault.
Par ces temps de crise du système, la dénonciation de la politique financiariste de Carlos GHOSN, PDG de Renault, risque de porter. Les discours récents du PDG de Renault annonçant un objectif de dividende par action multiplié par 2,5 en 4 ans auront du mal à passer auprès d'une opinion dégoûtée par les milliards d'euros dilapidés par les spéculateurs.
Force est de constater que localement et nationalement, les communistes et leurs élus font la démonstration sur le terrain que d'autres choix économiques sont possibles et que l'on ne pourra pas résoudre la crise financière et la crise économique sans profondément repenser le partage des richesses en France et dans le Monde.
Ces analyses, nous les avons faites depuis des années. Elles se réalisent de manière dramatique actuellement.
En face, du côté des actionnaires, tous les beaux discours de circonstance de la Droite ne cachent pas ses actes : pendant la crise, son gouvernement continue sa politique antisociale et de casse des services publiques !

Ce n'est pas parce qu'on ferme la porte d'une usine au nez de la responsable du PCF que les communistes changeront de discours ! Même dans la rue, nous sommes au côté des Renault et de tous ceux qui luttent.
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 09:03

LE HAVRE (Seine-Maritime), 13 oct 2008

Les accès de l’usine Renault de Sandouville (Seine-Maritime) était bloqués, lundi matin, par des salariés de la CGT qui protestent contre les suppressions de postes et les conditions de départ de leur établissement, a-t-on appris auprès de la CGT.

"Aujourd’hui rien n’est fait pour les 1.000 salariés concernés par le plan de départ. On veut un plan clair et précis", a indiqué à l’AFP Josiane Kharo, déléguée CGT du comité d’entreprise de Sandouville.

Le blocage des 4 portes d’entrée de l’usine est assuré par quelque 400 salariés au chômage technique cette semaine, a-t-on précisé de même source.

http://www.agefi.com/Quotidien_en_ligne/News/index.php?newsID=199984&PHPSESSID=0b3339eb0f926bc68782e56bb4bbaf6f

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 08:50
A l’heure où le site de Sandouville se bat pour son avenir, le PCF propose au Mondial de l’automobile que l’Etat passe de 15% à la minorité de blocage dans le capital de Renault.

"Cela donnerait à l’Etat la possibilité de s’opposer à des choix stratégiques lourds de conséquences", a dit Daniel Paul, député de Seine-Maritime.

Vous pouvez retrouver le texte prononcé par Daniel Paul, député et en présence de Marie-George Buffet députée et secrétaire nationale du PCF sur le site du journal "L'Humanité en cliquant sur le lien suivant :

http://www.humanite.fr/Renault-le-PCF-pour-une-minorite-de-blocage

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 12:26

06/10/2008 12h09

Le président Nicolas Sarkozy visite lundi matin avec le PDG de Renault Carlos Ghosn l’usine du constructeur automobile à Sandouville (Seine-Maritime), où un millier d’emplois doivent être supprimés dans le cadre d’un plan social, a annoncé vendredi l’Elysée.

Une partie des salariés de l’usine, située près du Havre, ont cessé le travail lundi matin, a-t-on appris de source syndicale.

Des grévistes se sont regroupés à l’appel de la seule CGT devant les portes de cette usine de 3.700 salariés fragilisée par la mévente de la nouvelle Laguna et minée par le chômage économique. "Sarkozy, t’es foutu les Renault sont dans le rue", ont scandé les manifestants, au nombre de 300 environ, qui ont allumé un feu de pneus et lancé des pétards.

Dans le rassemblement, figuraient des salariés de l’usine Renault de Cléon, près de Rouen et de sous-traitants comme Faurecia ou Plastic omnium. "Nous prenons acte de la construction d’un véhicule utilitaire en 2012 (annoncé par l’Elysée, mardi dernier, NDLR) mais nous nous interrogeons sur les volumes et sur ce que nous faisons d’ici là", a dit Fabrice Leberre délégué CGT.

A l’intérieur de l’usine, des salariés CGT qui voulaient approcher de la salle où le président Nicolas Sarkozy devait être reçu ont été repoussés par la police et maintenus à distance.

"Je n’ai jamais vu la police rentrer dans l’usine depuis qu’elle existe, même en 68, c’est une honte", a déclaré Lionel Lepage, délégué CGT.

"Avec les journées de chômage, les salariés perdent 400 euros par mois, ils veulent payer leur maison et des cadeaux à leurs enfants pour Noël, et voila ce qu’on leur fait", a dit un autre délégué CGT, Nicolas Guermonprez.

Mardi à l’Elysée, le PDG de Renault s’est engagé devant le chef de l’Etat à assurer la pérennité de ses sites français, notamment celui de Sandouville où doit être construit à partir de 2012 un nouveau véhicule utilitaire.

Le groupe français a annoncé mi-septembre la suppression de 2.000 emplois dans ses filiales de dix-neuf pays européens dont la France, essentiellement par des départs volontaires.

Ce plan a suivi de deux mois l’annonce de 4.000 départs volontaires sur les sites français de la maison mère, dont 1.000 à l’usine de Sandouville.

Les syndicats de Renault ont voté contre le plan prévoyant 4.000 départs volontaires en France, vendredi lors d’un Comité central d’entreprise (CCE) dont l’avis est consultatif, au cours duquel la direction a présenté des mesures d’accompagnement renforcées.

La direction de Renault n’a pas souhaité communiquer sur le contenu de ces mesures avant la tenue des comités d’établissements les 6 et 7 octobre. Dans un communiqué, elle a répété qu’elles concerneront "3.000 personnes non directement liées à la fabrication, auxquelles s’ajouteraient environ 1.000 personnes à l’usine de Sandouville" en Seine-Maritime.

Après l’annonce de ce dernier plan, le secrétaire d’Etat à l’Emploi Laurent Wauquiez avait jugé jeudi que Renault devait "assumer la reconversion" des bassins d’emploi concernés par ses mesures de "départs volontaires".

Dans un entretien accordé aux Echos vendredi, son collègue de l’Industrie, et porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, a indiqué que l’Etat conserverait ses 15% du capital du constructeur automobile, estimant que sans cette participation, "il n’aurait sans doute pas obtenu les garanties" données mardi par Carlos Ghosn à Nicolas Sarkozy.

http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?news=5940464

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 16:03
de CGT RENAULT

Le personnel n’accepte pas le chantage et de nouvelles pertes financières dues au chômage organisé par la direction.

Depuis hier, 11h20, les salariés de Sandouville sont très majoritairement en grève suite à l’annonce de 15 jours de chômage en octobre pour les salariés des secteurs de la Laguna et l’Espace. Aucune production n’est assurée. Pour novembre, la direction prévoit à nouveau 15 jours de chômage pour les salariés du secteur Laguna.

Les salariés vont travailler une semaine sur deux jusqu’à la fin de l’année. A partir du 12 novembre, la cadence journalière du secteur Espace et Vel satis descendra à 6 minutes de temps de cycle au lieu de 3 minutes actuellement.

Pour janvier 2009, la direction annonce également que l’ensemble du personnel de Sandouville travaillerait en horaire normal, avec encore du chômage tous les 15 jours pour le secteur Laguna, "tant que la direction de Sandouville n’auraient pas 1 000 volontaires pour quitter l’entreprise" comme annoncé au CE d’hier.

A défaut d’obtenir « des départs volontaires », la direction de Renault entend pénaliser une nouvelle fois les salariés avec des pertes financières d’au moins 350 € par mois (un P1cs perd 35 € par jour) en organisant des jours de chômage.

Rien ne justifie l’organisation de journée de chômage à Sandouville ou de journées non travaillées dans les autres sites de RENAULT.

En créant un climat de sinistrose dans tous les établissements de Renault, la direction espère ainsi conduire les salariés à quitter l’entreprise faisant passer le message « qu’il vaut mieux partir maintenant plutôt que subir un éventuel licenciement demain »

• Les salariés ne sont pas dupes, ils connaissent la situation de Renault qui au cours des 5 dernières années à cumulé 15 milliards d’€ de profits et qui disposent de plus de 6 milliards de trésorerie.

• Les salariés savent que le problème réside dans l’unique objectif d’atteindre 6% de marge opérationnelle en 2009, avec le versement de 1 300 millions de dividendes promis aux actionnaires.

Ce ne sont pas les salariés qui doivent payer la facture d’une stratégie qui tourne le dos à l’intérêt collectif des salariés et des populations. Le chômage ravage déjà les populations dans toutes les régions où Renault est présent. En voulant licencier 5 000 salariés en France, ce sont au moins 20 000 à 30 000 emplois qui risquent de renforcer la longue liste des sans emploi (sous-traitants équipementiers…). Ce dont RENAULT a besoin, c’est d’une autre stratégie industrielle et sociale. RENAULT n’a pas besoin de 6% de marge opérationnelle pour assurer la conception et la fabrication de véhicule répondant à la capacité du pouvoir d’achat des populations et aux enjeux écologiques.

Ce ne sont pas les marges qu’il faut privilégier, mais les volumes.

Concevoir et fabriquer là où l’on vend.

La coordination CGT appelle les salariés de tous les sites de Renault à ne pas laisser la direction casser notre entreprise au profit de quelque uns et à porter l’exigence d’une autre stratégie industrielle et sociale.

Le capital humain doit être au cœur de la stratégie industrielle et sociale de RENAULT


Conseil municipal le havre
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 15:29
La CGT a appelé mardi les salariés de Renault en France à faire grève jeudi contre le plan de 3.000 départs volontaires annoncé par le constructeur automobile et le millier de suppressions d’emplois supplémentaires prévu à Sandouville (Seine-Maritime).

La CGT, premier syndicat représenté chez Renault, appelle à un "mouvement de grève national jeudi" sur tous les sites français du groupe, a déclaré mardi à la presse Fabien Gâche, délégué syndical central CGT du groupe, avant le début d’un comité central d’entreprise (CCE) consacré au plan de départs volontaires.

Ces suppressions d’emploi représentent "l’échec de Carlos Ghosn", a estimé M. Gâche. Le président de Renault "avait promis monts et merveille, qu’il parviendrait quoi qu’il arrive à un niveau très important de rentabilité et de marge opérationnelle, donc c’est un échec pour lui", a-t-il dit.

"Ces suppressions d’emploi ne sont pas justifiées, aujourd’hui c’est la marge financière qui détermine le niveau d’activité dans les établissements. Il faut revenir à des choses beaucoup plus saines" a-t-il déclaré. "Il ne faut pas que ce soit le niveau de marge qui détermine le niveau d’activité, mais qu’elles soient mises en corrélation" a-t-il ajouté.

"Sur trois ans, depuis 2005, 10.000 salariés ont perdu leur emploi chez Renault. C’est comme si Renault avait fermé l’équivalent de deux usines" a affirmé le responsable syndical.

"Nous allons proposer aux autres syndicats de nous suivre", a ajouté M. Gâche en précisant que la CGT allait rencontrer Carlos Ghosn mercredi.

Renault emploie 87.000 personnes en Europe, dont 63.000 en France.

Le 24 juillet, Renault avait annoncé un sévère plan d’économies comportant la suppression de quelque 5.000 emplois en Europe, et présenté le même jour un résultats en hausse pour le premier semestre (1,467 milliard d’euros).

"L'Humanité" du mardi 9 septembre 2008

Repost 0
Published by Andrée Oger - dans Dans notre Région
commenter cet article
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 18:17
Fillon, comme Darcos, prend les français pour des cons.
Lors de son passage à Saint Valéry en Caux, à l'occasion de la rentrée scolaire, le premier ministre de l'omniprésident a tenté de démontrer la validité de la politique gouvernementale en terme d'éducation.
Lui qui proclame lors de la conférence de presse "Nous voulons une profession enseignante reconnue, respectée, dotée des moyens de réaliser sa vocation" s'empresse dans le même temps de donner un coup de poignard dans le dos des enseignants du lycée qu'il vient à peine de visiter : pour justifier les baisses du nombre d'enseignants dans l'Education Nationale, il cite comme exemple le lycée de Saint Valéry où "il y a 630 élèves et 63 enseignants". Sous entendu 1 enseignant pour 10 élèves !
Je n'imagine pas que nos ministres soient débiles ou incompétents et qu'ils confondent l'école primaire et le lycée ! En primaire, effectivement, nos bambins ont un maître d'école et un seul tout au long de l'année et on peut diviser le nombre d'élèves d'une école par le nombre d'instituteurs pour faire une moyenne du nombre d'élèves par classe (même si ce n'est pas aussi simple mais ...).
Dans le secondaire, les calculs se compliquent !
Quand on rentre au collège puis au lycée, le nombre d'enseignants par classe se multiplie : un prof en français, un en histoire-géo, 1 en maths, etc ... Diviser le nombre d'élèves d'un collège par le nombre d'enseignants qui y travaille est complètement débile ! Et pourquoi ne pas compter le personnel de cantine, le gardien et le personnel de ménage pendant qu'on y est ?
Il s'agit là d'un bel exemple de manipulation des chiffres ! Avec cette "logique adaptée", Fillon tente de justifier la baisse des effectifs enseignants en France : 11 200 en moins en 2008 ; 13 500 en 2009 ; ... !!!
"Gouverner, c'est prévoir"
Autre manipulation : la démographie des élèves expliquerait la baisse "nécessaire" des effectifs enseignants.
Sauf que les chiffres officiels du ministère de l'Education, celui qui paie Darcos, montrent une remontée des effectifs du secondaire dès 2011 : effet concret du babyboom de 2000. Alors que les effectifs par classe explosent déjà actuellement, comment l'Education Nationale va t-elle géré les effectifs supplémentaires à venir ?
Les causes de cette politique n'ont rien de démographique mais sont purement idéologiques : alors que les allègements fiscaux pour les plus riches et les entreprises sont devenus des règles d'or, les budgets jugés secondaires doivent être sabrés. L'éducation, comme le social et la santé font partie de ces secteurs : les classes supérieures, auxquels appartiennent nos dirigeants, n'envoient pas leurs gamins à l'Ecole publique, ni dans les hôpitaux publiques et n'ont pas besoin d'aide sociale !
Alors, pour faire passer la pilule auprès des manants, il ne reste que le mensonge et la démagogie.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
4 août 2008 1 04 /08 /août /2008 18:27

 

Des milliers d’emplois supprimés chez Renault

Au moment où Renault annonce des résultats en hausse pour le premier semestre 2008, la marque indique qu’elle va supprimer 5.000 postes en Europe. Un chiffre sous estimé selon la CGT, qui estime que 6.000 emplois sont menacés.

La CGT de Renault a affirmé jeudi que le constructeur automobile allait supprimer un total de 6.000 emplois en Europe, dont «1.000 à l’usine de Sandouville» (Seine-Maritime).

Les suppressions d’emplois vont concerner «à peu près 5.000 salariés de structure (ingénieurs, techniciens, dépanneurs...) auxquels il faudra ajouter 1.000 ouvriers de l’usine de Sandouville puisque que Renault a annoncé que cette usine ne tournerait plus qu’avec une seule équipe», a déclaré à l’AFP Fabien Gâche, délégué central de la CGT au sein du constructeur automobile

Renault confirme partiellement ses chiffres et souligne qu’il s’agit d’un plan de départs volontaires.

La marque indique qu’en Europe, environ 10 % des 47.000 emplois "non affectés directement à la production" vont disparaître, soit 4.700 postes. En outre, à l’usine de Sandouville (Normandie), une des deux équipes de production va être supprimée. Renault ne précise pas dans quelle mesure la France va être touchée par ces coupes. L’usine de Douai (Nord) ne serait pas concernée.

"Ce plan est encore en cours d’examen, précise Renault. Il devra passer devant les instances représentatives sociales."

L’affaire est d’autant plus sensible que la marque annonce jeudi un chiffre d’affaires et une marge en hausse pour les 6 premiers mois de 2008. La marque impute les suppressions d’effectifs à «la dégradation de l’environnement macro-économique» depuis le lancement du plan Renault Contrat 2009 qui «dépasse les hypothèses les plus pessimistes du plan».

leparisien.fr

http://www.leparisien.fr/economie/des-milliers-d-emplois-supprimes-chez-renault-24-07-2008-54735.php

Je précise que cette info est largement confirmée ce jour par le Canard Enchaîné (qui parle lui de 7000 emplois) et parle aussi de Guyancourt, Rueil Malmaison et Choisy le roi...

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 20:17

AMSTERDAM (Reuters) - Philips Electronics confirme son intention de supprimer 279 emplois dans son usine de téléviseurs à Dreux (Eure-et-Loir) dans le cadre de son plan de réorganisation de ses opérations en Europe.

Le projet a été transmis au comité d’entreprise, a indiqué un porte-parole du groupe néerlandais.

Philips cherche à améliorer ses marges en réduisant les coûts de sa branche téléviseurs en Europe, soumise à forte concurrence.

En avril, le groupe a annoncé le transfert au japonais Funai Electric des activités de téléviseurs situées jusqu’à présent en Amérique du Nord.

La concurrence est particulièrement rude aux Etats-Unis face aux marques à bas coûts, comme Vizio du taïwanais Amtran, mais les activités européennes ont été également déficitaires en Europe au premier trimestre.

Philips estime qu’il perdra de l’argent dans les téléviseurs cette année pour renouer avec les bénéfices en 2009 grâce à l’opération avec Funai, a indiqué en avril le directeur financier du groupe Pierre-Jean Sivignon.

Le porte-parole de Philips n’a pas voulu dire si la vente des opérations européennes du groupe dans les téléviseurs était envisagée.

Gilbert Kreijger, version française Danielle Rouquié

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans notre Région
commenter cet article