Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 19:40

de Arnaud Mouillard

Il y a fort à parier que le débat musclé entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy à propos de la scolarisation des enfants handicapés fera date et restera comme l’un des moments d’anthologie de ce débat. "Scandalisée", Ségolène Royal a accusé son rival "d’immoralité politique"après qu’il ait parlé de l’accueil d’enfants handicapés dans les écoles.

Nicolas Sarkozy quand à lui, a reproché à la candidate socialiste de "perdre ses nerfs".

M.Sarkozy fait du sentimental, se disant revolté que les enfants handicapés ne peuvent pas avoir accès à l’éducation alors que Mme Royal avait mis en place un système crééant des emplois et permettant à ces enfants d’avoir accès à l’education (le plan Handiscol), plan que l’UMP a supprimé ainsi que les postes d’aide-éducateurs ce qui a ainsi rendu plus difficile l’intégration des enfants handicapés.

Sarkozy a ainsi été "mouché" à juste titre et avec argumentation à la clef par Ségolène sur la question de l’accessibilité des enfants handicapés dans les écoles.

Le discours démago de Sarkozy me dégoute vraiment, il a exploité de manière éhontée la détresse des parents d’enfants handicapés alors que c’est le gouvernement Raffarin qui a supprimé le plan handiscol crée par Ségolène Royal. Et après il s’étonne que Ségolène soit en colère après lui, heureusement qu’elle lui a dit ce qu’elle pensait.

Entendre Sarkozy reprocher à Ségolène son agressivité quand on sait comment il se comporte avec les autres (comme avec Azouz Begag ou les journalistes de France 3 par exemple), c’est du foutage de gueule n’ayons pas peur des mots.

Repost 0
2 mai 2007 3 02 /05 /mai /2007 19:22

Travailleurs étrangers . Les 19 salariés sans papiers de Métal Couleur Système viennent d’obtenir des titres de séjour et une réintégration dans l’emploi. Un cas d’école qui révèle la vraie nature des lois Sarkozy sur l’immigration : « La France, tu l’enrichis ou tu la quittes. »

Certains employeurs se font épingler. Alors le continent englouti des étrangers qui travaillent sous une fausse identité fait surface. Mais combien emploient, en toute illégalité, des personnes qui, du fait de leur statut illégal, sont corvéables à merci ? Le camouflage est bien organisé. Ces salariés bénéficient souvent de CDI, ils sont déclarés à l’URSSAF, payent des impôts, cotisent à la Sécurité sociale, au chômage et engrangent des droits à la retraite dont ils ne profiteront peut-être jamais. Le nom qui figure sur leur contrat de travail n’est pas le leur. Quand un patron est dénoncé, il jure pourtant de tout découvrir de la situation. Les salariés étrangers sont alors licenciés, sous le coup de procédures d’expulsion. La peur les pousse à se cacher.

À Bonneuil, dans le Val-de-Marne, les 19 salariés sans papiers licenciés de l’usine de peinture sur métaux Métal Couleur Système ont refusé ce scénario. Ils se sont battus pour obtenir l’autorisation de séjourner sur le territoire, battus pour être réintégrés dans l’entreprise ensuite. Ils viennent de gagner sur toute la ligne. Le préfet du Val-de-Marne a concédé un titre de séjour et de travail provisoire de trois mois, le temps de l’examen « au cas par cas » des dossiers. La préfecture a précisé que serait pris en compte le contrat de travail en CDI « auquel s’était engagé l’employeur ». En fin de semaine dernière, 11 promesses d’embauche étaient déjà actées. « L’affaire est en bonne voie pour gagner le titre d’un an », confie Caroline Aubry, responsable du secteur droits et libertés de la CGT du Val-de-Marne, qui vient d’accrocher une victoire pas banale à son fronton syndical. Souleyman, Boubou, Diakité et leurs collègues peuvent enfin respirer, faire des projets, trouver un logement rien qu’à soi, un rêve jusque-là inaccessible.

Les salariés sans papiers de Métal Couleur ne sont pas des oiseaux de passage. Tous travaillent dans l’usine depuis des années. Quand ils se laissent aller à la confidence, certains racontent avoir changé d’identité au sein de la même entreprise. Tout le monde savait. Et tout le monde se taisait. Alors quand, après une dénonciation, un agent de l’inspection du travail débarque dans l’usine et découvre la situation, tout le système s’écroule. Sur 64 employés, 19 travaillent avec de faux documents. Ils sont licenciés sur le champ. « De victimes, ils se retrouvent traités comme des délinquants », dénonce Caroline Aubry. L’employeur, lui, nie tout en bloc. Dit qu’il n’est pas au courant. Ce dont beaucoup doutent, parmi les salariés et les militants de la CGT.

L’employeur a beau répéter qu’il fait tourner une « entreprise familiale », il possède en fait 4 usines en région parisienne qui emploient elles aussi des salariés sans papiers. « Je travaille sur le site de La Ferté-sous-Jouarre, en Seine-et-Marne, depuis six ans. Nous sommes quatre salariés sans papiers, affectés aux travaux les plus durs. Moi, je bosse de nuit jusqu’à 3 heures du matin. Je dois dormir dans l’atelier en attendant le premier bus qui me ramène au foyer », raconte un jeune ouvrier, tandis qu’un autre, salarié de l’usine de Saint-Ouen-l’Aumône, dans le Val-d’Oise, décrit une situation similaire : « Nous sommes quatre avec de fausses identités. Moi, je travaille depuis six ans, à la peinture, là ou c’est le plus dur et toujours payé au SMIC. » Chez Métal Couleur, à Bonneuil, la plupart des employés en situation régulière confirment. « Nos collègues ne méritent pas ça. Les chefs leur donnent les postes les plus durs. Tout le monde était au courant qu’ils avaient de faux papiers. Il y a de l’abus de pouvoir », assure un jeune homme, employé dans l’entreprise depuis quatre ans.

« La filière patronale est très bien organisée. Exploiter la misère du monde pour faire baisser les coûts du travail en France, c’est inadmissible », s’insurge Patrick Douet, maire de Bonneuil (PCF) et candidat aux élections législatives, et qui s’est investi dans la bataille pour régulariser les 19 de Métal Couleur. « Le système pousse à choisir les immigrés en fonction de la demande du MEDEF. Le patronat a besoin de cette main-d’oeuvre qui a peur, longe les murs, accepte d’être maltraitée », dénonce Mohamed Brahmi, animateur du collectif Racisme et discrimination de la CGT. Devant la multiplication des cas - 17 employés maliens de l’entrepôt de distribution alimentaire Paris Store, à Thiais (94), ont été arrêtés la semaine - dernière et sont sous le coup de demandes d’expulsion -, Mohamed Brahmi espère que « les batailles que nous menons vont permettre d’ouvrir les portes des entreprises ». Pour Caroline Aubry, « cette victoire en appelle d’autres », car les travailleurs étrangers « participent à la richesse de la France et à sa diversité ».

Paule Masson

article paru dans "l'Humanité" du 30 avril 2007

Repost 0
1 mai 2007 2 01 /05 /mai /2007 10:27
Le Parti communiste français, ses militant-es, ses élu-es appellent à la mobilisation d’ici le 6 mai pour contrer Nicolas Sarkozy en votant et en faisant voter Ségolène Royal.

Le projet du candidat de la droite est clair : passer en force pour détruire notre système solidaire.

Les premières mesures annoncées sont emblématiques de ce projet. Dès cet été : l’instauration d’un « service minimum garanti en cas de grève », la création de peines planchers pour les récidivistes et la réforme de l’ordonnance de 1945, de nouvelles lois contre l’immigration et le regroupement familial, la fin des 35 heures et l’exonération
de charges sur les heures supplémentaires. Le signe est fort et sans ambiguïté : l’élection de Sarkozy inaugurerait un quinquennat de combat – contre les syndicats, contre les salariés, contre les migrants, contre les jeunes, contre les pauvres.

PDF - 133.7 ko
Avec lui le pire est certain !

Au-delà, son programme,

- C’est le droit quasi-illimité des patrons d’exploiter les salariés, avec la mise en place d’un contrat de travail unique copié sur le CNE ; l’augmentation du temps de travail au nom du principe « travailler plus pour gagner plus » (pas de hausse du SMIC et exonération des heures supplémentaires que je viens d’évoquer) ; l’obligation d’activité pour les bénéficiaires de minima sociaux.

- C’est la France transformée en « paradis fiscal », avec la suppression des droits de succession et, dans les faits, de l’ISF ; l’allègement de la taxe professionnelle ; la multiplication des zones franches…

- C’est la casse comme jamais des services publics et de la protection sociale, avec de nouvelles privatisations ; le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite (c’est-à-dire, d’ici à 2015, d’un poste sur quatre dans la santé et l’éducation !) ; la fin de la carte scolaire ; la liberté d’implantation des écoles privées ; la poursuite de la loi Fillon contre la protection sociale et la suppression des régimes spéciaux ; de nouvelles exonérations de cotisations patronales… *- C’est la chasse aux immigrés et le pillage des compétences dans les pays pauvres. *

- C’est la soumission à l’Europe libérale et aux États-Unis, avec la proposition d’un « mini-traité » sauvegardant les institutions et les politiques libérales de l’Union européenne et la dénonciation devant Bush de « l’arrogance française » – sans doute au nom de la défense de « l’identité nationale »…

Et toutes ces propositions ont été ponctuées au fil de cette campagne de discours recyclant directement ceux de Le Pen – la « racaille », le « Kärcher », « La France, aimez-la ou quittez-la », la pédophilie inscrite dans les gènes, etc., etc. –, de mises au point revendiquant haut et fort la volonté de capter l’électorat lepéniste, au point que l’hypothèse d’une alliance entre la droite et l’extrême droite a été ouvertement évoquée, qui pourrait aller jusqu’à la présence de ministres du Front national dans un futur gouvernement.

Ensemble, nous avons la responsabilité d’empêcher qu’un tel homme, qu’une telle politique s’applique avec tant de violence à notre nation.

Les législatives : C’est voter "pour" la politique que vous voulez !

Beaucoup d’électrices et d’électeurs ont voté « utile » dés le premier tour par peur d’un nouveau 21 avril. Animé-es par des réflexions stratégiques plus que politiques, beaucoup se sont vus privés du débat, du choix de société auquel ils étaient confrontés : emplois, salaires, sauvegarde de notre système de solidarité nationale, orientation européenne et actions face à la mondialisation dévastatrice, aucun des deux candidats n’a su nous montrer clairement ses choix pour la France.

Les législatives sont une élection d’autant plus déterminante : nous pourrons choisir la politique que nous voulons. Nous pourrons élire les représentants de ce que nous voulons - au plus près de nous dans les circonscriptions - : ces élus sont ceux qui proposent, discutent et votent les lois qui feront la France de demain.

Sortis du piège du bipartisme et des présidentielles, ils pourront porter nos éxigences à l’assemblée nationale.

Notre pays en a assez de l’injustice sociale, des bas salaires, de la crise du logement, des reculs du droit du travail.

Les élections législatives permettront d’affirmer clairement la volonté d’une gauche décidée à rompre avec le libéralisme, à s’engager pour les droits sociaux et démocratiques, à porter l’espoir du progrès social.

Repost 0
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 09:23
Depuis des mois qu'on vous le dit que Sarkozy c'est la droite qui s'assume, la droite dure, en clair, la droite réactionnaire !
L'homme qui applique en banlieue le célèbre "allumer le feu" de son évadé fiscal de soutien pour mieux stigmatiser et réprimer les quartiers, cet homme souhaite passer pour l'ami des ouvriers, l'ami des travailleurs !
Foutaises ! Cet homme est l'ami des ouvriers comme les patrons sont les amis de leurs salariés ! Hier à Bercy, le sieur Sarkozy de Nagy avait dans son sillage une cohorte de grands patrons, plus discrets que les beaufs médiatisés, mais plus conscients de défendre leurs intérêts en étant là !
Et après plusieurs discours contre les 35 heures, contre la limitation du temps de travail (le fameux "travailler plus pour gagner plus"), voilà qu' il dénonce et souhaite liquider les acquis de mai 68 !
Mais quels sont-ils ces acquis ? Délégués du personnel, comités d'entreprise notamment. A cela, il faut ajouter les conquêtes pour les droits des femmes qui découlent de mai 68 comme le droit à la contraception !
La France moderne de Sarkozy c'est le retour à la France des années 50, le chômage et la précarité en plus ! Belle vision d'avenir ? Oui, pour les patrons, enfin débarasser des syndicats et des obligations sociales ! Une vision d'avenir aussi pour la droite conservatrice française qui rêve du retour des valeurs chrétiennes aux commandes d'une république bien trop laïque.
Quand on vous dit que Sarkozy c'est la droite décomplexée : jugez sur ses actes ! jugez sur ses propos !
Repost 0
26 avril 2007 4 26 /04 /avril /2007 19:31
L'arithmétique semble désormais être le seul guide des deux candidats qui se départageront le poste de Président le 6 mai prochain. Une arithmétique douteuse qui considèrent les électeurs comme des billes que l'on peut négocier dans la cour de l'école avant le coup de sifflet qui marque la fin de la récréation. Ségolène Royal est convaincue d'avoir dans sa poche les billes des candidats situés à sa gauche ; Nicolas Sarkozy pense avoir gagner celles de Le Pen et de De Villiers. Du coup, les voilà jouant, chacun à  sa manière, les amabilités pour arracher les billes de leur "nouveau copain" Bayrou !
Mais les électeurs sont-ils des billes ? Depuis le 22 avril, on assiste au triste spectacle d'une candidate dite de gauche qui courtise le centre-droit en lui promettant des ministères et du roi du karcher qui menace les élus UDF de sa badine électorale s'ils ne rabattent pas leurs électeurs vers sa candidature ! Superbe !
Pour ce qui est des électeurs de droite, je ne sais pas, mais, pour les électeurs de gauche, je peux le dire : nous ne sommes pas des billes !
Nous souhaitons une autre politique, en rupture avec les choix libéraux menés en France depuis 20 ans ! Des choix qui n'ont fait qu'accroître le chômage et la précarité, qui ont appauvri les classes moyennes mais permis l'explosion des richesses des nantis et la flambée des cours en Bourse ! Ces choix, les électeurs de gauche les ont exprimés aussi à l'occasion du référendum sur la constitution européenne !
Alors, répétons-le ! Le 6 mai, Sarkozy doit être battu ! Il pourra rejoindre les Juppé, Raffarin et De Villepin au musée des battus de la droite.
Mais, dès le 7 mai, salariés du privé et du public, jeunes et retraités, des quartiers populaires méprisés aux villages de campagne oubliés, nous devons nous rassembler pour créer la dynamique qui portera le message des "travailleurs" face aux "fainéants de la Bourse" : priorité à la population, au logement et au travail !
C'est le sens de la candidature d'Andrée Oger aux législatives de juin ! C'est le sens du combat communiste depuis 1920 !
Repost 0
23 avril 2007 1 23 /04 /avril /2007 18:11
Karcher pour les banlieues, charter pour les familles sans-papiers, jeunes considérés comme des délinquants, vision génétique de la délinquance et de la pédophilie, Sarkozy pioche ses idées dans les mêmes pots rances que les ultras de tout poil : ultranationalistes, fanatiques religieux (chrétiens ou islamistes), ...
Pour ceux qui ont encore des doutes, voici un petit reportage signé Karl Zéro :

Repost 0
22 avril 2007 7 22 /04 /avril /2007 20:06
Nicolas Sarkozy est un homme dangereux qui a délibérément choisi de reprendre les thèses insupportables du Front National afin de devenir le candidat de la droite et de l’extrême droite. Il doit absolument être battu. Lucide sur les insuffisances et les ambiguïtés du programme de la candidate socialiste, j’appelle sans hésitation tous les hommes et toutes les femmes de gauche, toutes et tous les démocrates, à voter et faire voter le 6 mai Ségolène Royal.

Je lance cet appel avec d’autant plus de force que la situation est difficile. Avec moins de 40% des suffrages exprimés, la gauche réalise un de ses plus bas scores sous la 5ème République.

J’appelle les communistes, toutes celles et tous ceux qui, dans leurs diversités, ont fait avec moi une campagne magnifique de mobilisation et de détermination, à ne pas relâcher leur effort.

Jusqu’au 6 mai, il nous faut tout faire pour battre Nicolas Sarkozy. C’est vital pour notre peuple qui subirait sans cela, durant cinq ans, la politique ultra-libérale d’une droite décidée à en finir une fois pour toutes avec notre système social.

Ce que je veux dire, enfin, c’est que malgré ce résultat évidemment très loin de nos espérances, nous avons mené un beau combat. Jamais nous n’avons voulu céder à ces discours selon lesquels il ne serait pas possible, en France, de changer les choses en grand.

Tout au long de la campagne, j’ai pu mesurer combien les attentes qui se sont manifestées puissamment dans les luttes contre les réformes Raffarin, dans la campagne contre la constitution libérale de l’Europe ou pour arracher le retrait du CPE sont toujours présentes et attendent des réponses de la gauche.

Pendant toutes ces semaines, les militantes et militants communistes, les nombreux élus qui m’ont soutenu, les acteurs et actrices du mouvement social, les hommes et les femmes qui furent à nos côtés pendant cette campagne, ont montré une grande résolution à faire gagner en France les idées de progrès social et d’humanité.

Ces idées là, quoi que l’on nous dira ces prochaines semaines, sont et resteront toujours vivaces. Et le Parti communiste sera toujours là pour les relayer, les renforcer dans les luttes, les porter aux côtés de tous les hommes et femmes de France qui aujourd’hui rêvent d’une vie enfin meilleure.

Je veux le redire ici. Il n’y en France aucune fatalité au chômage, à la misère, à la vie telle que l’on veut nous l’imposer. Alors continuons le combat, dès demain pour battre la droite et pour imposer aux élections législatives, dans quelques semaines, le changement dont notre pays a besoin.

Repost 0
22 avril 2007 7 22 /04 /avril /2007 20:01

En battant tous les scores de participation sous la 5ème République, notre peuple vient de montrer l’importance capitale qu’il donnait à ce scrutin manifestement dominé par une question centrale : pour ou contre Nicolas Sarkozy.

Exacerbé par le présidentialisme et la médiatisation, cet enjeu a dominé tous les autres. A gauche, le dramatique danger de voir l’emporter une coalition de la droite et de l’extrême droite a produit un véritable effet de souffle du vote dit « utile » qui a joué massivement en faveur de Ségolène Royal, et même pour une part de François Bayrou. Il a particulièrement joué sur les électrices et électeurs les plus déterminés à faire gagner la gauche, et notamment un grand nombre d’électrices et d’électeurs communistes. Ces résultats ne sauraient traduire l’audience réelle du Parti communiste dans notre pays.

Repost 0
19 avril 2007 4 19 /04 /avril /2007 19:09

  de : Gérald Briant

     Incroyable ! On aura tout vu, tout entendu. Voilà maintenant que les Dupont et Dupond de la droite se lancent dans un concours à coup de citations de figures célèbres du communisme.

    Après Nicolas Sarkozy qui avait pris une sacrée avance en s’accaparant Guy Môcquet, Jean Jaurès et hier dans une interview pour Le Figaro, la pensée d’Antonio Gramsci,  théoricien marxiste et ancien dirigeant du Parti Communiste Italien (Berlusconi doit bien rigoler…) voici donc l’ineffable François Bayrou qui se lance dans le concours.

    Hier soir devant des milliers de Bayrouistes en folie, mais si       vous savez les débiles légers qui portent un tee-shirt orange avec "Sexy centriste" marqué dessus…, le leader de l’UDF a déclamé le poème d’Aragon, la rose et le réséda en hommage à des résistants communistes et catholiques.

De plus en plus fort ! Moi je suggère à tous ces communicants, professionnels du bonneteau d’appeler directement au vote Marie-George Buffet.

Comme dit l’adage, mieux vaut l’original que la copie. Quand on vous dit que le communisme, c’est furieusement tendance !

Repost 0
18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 22:03

Un appel de « l’Humanité » :

Pendant deux mois, notre pays a connu une mobilisation exceptionnelle pour exiger le retrait du CPE. Les millions de lycéens, d’étudiants, de salariés engagés dans ce mouvement ont finalement obtenu gain de cause. Or, des milliers de jeunes, interpellés lors des manifestations de ces dernières semaines alors qu’aucun de leurs agissements ne peut être assimilé à un comportement de « casseurs », sont condamnés à la chaîne par les tribunaux. Cet acharnement répressif est d’autant plus inadmissible que les exemples abondent qui révèlent l’injustice et l’arbitraire de ces arrestations et le plus souvent de ces condamnations. Alors que le CPE a vécu, il serait totalement incompréhensible que le pouvoir continue à vouloir faire payer sa défaite aux jeunes engagés dans ce mouvement. Nous demandons l’arrêt de toutes les poursuites engagées contre des jeunes anti-CPE et l’amnistie des peines déjà prononcées à leur encontre.

Premiers signataires : Cédric Clérin (MJC), Razzye Hammadi (MJS), Bruno Julliard (UNEF), Tristan Rouquier (FIDL), Karl Stoeckel (UNL), Patrick Le Hyaric (directeur de l’Humanité), Pierre Laurent (directeur de la rédaction de l’Humanité), Nicole Borvo (sénatrice, PCF), Jean-Pierre Dubois (président de la Ligue des droits de l’homme), Maryse Dumas (CGT), Frédéric Dutoit (député, PCF), Fondation Abbé-Pierre,Henri Leclerc (avocat, président d’honneur de la Ligue des droits de l’homme), Dominique Noguères (avocate), Irène Terrel (avocate), Michel Toubiana (président d’honneur de la Ligue des droits de l’homme)Jean-Jacques de Felice (avocat), Mouloud Aounit (MRAP), Jean-Claude Amara (Droits devant), Jean-Baptiste Eyraud (DAL), Charles Hoarau (comité chômeurs, CGT des Bouches-du-Rhône).

Si, vous aussi, vous voulez signer cet appel, rendez-vous sur le site web de "l'Humanité" :

http://www.humanite.fr/petition/meta828136
Repost 0