Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 14:18

Grave ou pas grave ?

La grippe A H1N1 mobilise médias et gouvernement depuis des semaines. C'est sûr que pour faire de l'audience et effrayer les citoyens, l'utilisation de termes comme "pandémie", "virulence" ou "virus" est efficace !

Pour l'heure, 2 100 personnes à travers le monde sont mortes de ce virus en plus de 6 mois.
Pour rappel, ce sont 500 000 morts par an qui sont imputables à la grippe saisonnière ! !

En France, 2,5 millions de personnes sont touchées chaque années par la grippe saisonnière et 4 000 à 6 000 français perdent la vie chaque année à cause d'elle malgré un nombre important de vaccinés (le vaccin est gratuit pour les plus de 65 ans et pour les métiers "à risque").

Pour la grippe A, on en est actuellement à une dizaine de décès, la plupart en Polynésie et concernant des personnes ayant d'autres problèmes graves de santé.

La seule crainte repose actuellement sur la contagiosité du virus.
Dans une hypothèse très pessimiste, 40 % des français pourraient être touchés. Ce chiffre parait quand même étrange quand on voit qu'au Mexique, pays de 110 millions d'habitants, seuls 22 000 cas et 200 morts ont été recensés depuis janvier alors que ce pays, le premier touché au monde, n'a pas encore le vaccin ! Même là bas, les chiffres les plus pessimistes tablent sur 1 million de malades supplémentaires d'ici la fin de l'hiver ! 1 sur 110 millions d'habitants soit 1 % ! !

Alors pourquoi cet emballement médiatique et politique ?

Si l'application du principe de précaution peut être une bonne chose, il ne faut pas exagérer non plus. Fermetures d'écoles et interdictions de se saluer dans les entreprises se multiplient. Un climat de psychose s'installe chez certains.

Créer une psychose ne serait ce pas ça finalement l'objectif ?

Alors que la France continue de perdre des emplois et de fabriquer de la misère, alors que la droite continue de détruire nos avantages sociaux au profit des groupes capitalistes, la grippe A sert de chiffon rouge pour détourner l'attention de la plèbe.

Mieux, Roselyne Bachelot, qui a le titre de ministre de la santé, annonçait il y a quelques semaines que la France a déjà dépensé 1,5 milliards d'euros contre la grippe A, entre les vaccins et les masques.

1,5 milliards d'euros quant il n'y a plus de sous dans les caisses de l'Etat ? Autant d'argent qui permettra à  certaines boîtes d'accroître leurs bénéfices. Car, côté emploi, on le sait sur Evreux avec Glaxo : une commande "miraculeuse" de vaccin n'a pas inversé la courbe des licenciements !

Et pendant ce temps là aussi, on expérimente le télétravail scolaire. Un malade par ici et on ferme la classe, et pourquoi pas, l'Ecole ou le Collège entier ?

Pratique cette épidémie au moment d'une rentrée scolaire qui s'annonçait chaude compte-tenu de la suppression de 13 500 postes enseignants sans compter les AVS (Auxiliaires de Vie Scolaire) ! !

Dans la même veine, un plan anti-grippe concocté par Michèle Alliot-Marie pour la Justice n'augure rien de bon.

En cas de pandémie de grippe A, le ministère de la Justice n'hésiterait pas à bouleverser les procédures pénales. Des audiences seraient confiées à un juge unique. Les gardés à vue ne verraient leur avocat qu'au bout de 24 heures. Les délais de détention provisoire seraient prolongés...

Des restrictions du droit des justiciables inquiétantes de la part d'un gouvernement qui passe son temps à durcir les règles judiciaires et à renforcer les pouvoirs de la police.

Avec tout ces éléments, on ne m'ôtera pas de l'idée que la grippe A tombe à point pour un gouvernement aux abois socialement et économiquement.

Entre épouvantail pour occuper les esprits de la population et excuse pour restreindre les droits des citoyens et, qui sait à l'avenir, les libertés de rassemblement et de manifestation, la grippe mexicaine est accueillie comme une aubaine par la droite, tel un vaccin qui permettra de faire tomber la fièvre sociale.

Car la première mesure contre un risque pandémique ne serait-elle pas de restreindre les mouvements de populations, notamment les voyages en provenance ou à destination de pays fortement "touchés" ? Sur ce plan, rien de solide n'a été fait, preuve que l'arrêt de la "pandémie" n'est pas la préoccupation principale du gouvernement.

Face à une hémorragie sociale et à une gangrène des acquis sociaux, le premier mal contre lequel doit lutter la population française, c'est contre le capitalisme !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 10:42
Avec les universités d'été et les premiers mouvements de rapprochement en vue des élections régionales de 2010, les lignes de séparation traditionnelles entre camps politiques semblent se brouiller. Semblent seulement.

Des verts qui virent au bleu, voire au brun. Des oranges qui virent au rose. Des roses de plus en plus pâles. Des bleus qui brunissent.... La palette de couleurs de notre échiquier politique est toute mélangée si on écoute les médias.

L'info la plus commentée a été le rapprochement du Modem et du PS en vue des élections régionales. Le centre, ni à droite - ni à gauche, a opté pour une stratégie d'alliance avec le PS. C'est un peu l'union des éclopés des européennes pour éviter la phagocytose par l'UMP.

L'autre info de cette rentrée, c'est l'accueil favorable des Verts (Cécile Duflot, Cohn-Bendit) vis-à-vis de la taxe carbone de Sarkozy. Les Verts, qui annoncent des listes autonomes aux régionales, préparent-ils le grand bond vers des alliances au second tour avec l'UMP, comme leurs cousins allemands ? Cohn-Bendit y serait-il pour quelque chose ?

Plus ancien, le rapprochement UMP-De Villiers traduit un renforcement sur sa droite (son extrême-droite) du mouvement sarkozyste. L'UMP veut définitivement absorbé les thèses et l'électorat du FN.

Des ruptures ou des évolutions anciennes ?

Peut-on dire que ces annonces traduisent de profonds changements politiques en France ? Oui et non.

Pour les Verts, la dernière campagne des européennes a montré l'évolution politique de ce mouvement autrefois progressiste vers un discours prônant l'intégration européenne forcée et l'application d'une politique écologique brutale pour les consommateurs mais conciliante pour les entreprises. La position des Verts lors du référendum sur le Traité Constituonnel Européen et le revirement idéologique de Bové en sont des symptômes anciens (relire : Avec Europe-Ecologie, Daniel Con-Bandit fait basculer les Verts à droite  ).

Leur rapprochement avec l'UMP est donc dans la logique des choses puisqu'ils sont d'accord sur l'essentiel : le cadre politique et économique ultralibéral dans lequel doivent fonctionner la France et l'Europe.

Pour le MODEM et le PS, c'est le goût amer de la défaite aux européennes qui entraîne un sauve-qui-peut général. Néanmoins, le rapprochement est aussi idéologique : le PS n'a nullement remis en cause ses choix sociaux-libéraux des dernières décennies. Le poids de personnalités comme DSK, directeur du FMI, ou de Ségolène Royal, admiratrice de Tony Blair, illustrent cette acceptation du système capitaliste mondialisé au sein de l'appareil socialiste. Les centristes, pro-européens convaincus, sont favorables à toutes les mesures de libéralisation de l'économie et du marché du travail décidées au niveau européen et national.

Pour ce qui de l'intégration du MPF de Villiers au sein de l'appareil UMP, c'est aussi une évolution logique tant le discours sécuritaire, anti-immigré et libéral est au coeur de l'idéologie de la droite actuelle.

De ce fait, on voit des Verts qui penchent vers une droite de plus en plus à droite et un centre-gauche qui se rapproche du centre-droit. Comme en Italie sous Berlusconi (relire : Dérive à l'italienne pour la droite française  ).

Et la gauche dans tout ça ?

Les seuls qui ne font pas dans le mélange des couleurs, ce sont les forces qui se sont rassemblées en Juin dernier, à l'occasion des élections européennes, au sein du Front de Gauche.

Qu'ils s'agissent des anciens PS du Parti de Gauche (JL Mélanchon) ou des anciens NPA de la Gauche Unitaire (C Piquet), une même volonté d'ancrer leur action dans une dynamique sociale et unitaire anime ces organisations.

Les communistes ont réaffirmé également leur engagement à promouvoir une alternative crédible à gauche, en rupture avec vingt ans de libéralisme. La Fête de l'Humanité sera le premier cadre d'une discussion franche et ouverte sur les objectifs et la méthode.

Ensuite, ce seront les adhérents du Parti communiste qui auront le délicat devoir de trancher les orientations de leur parti.

Même si certains rêvent d'une recomposition à l'italienne, où les repères politiques seraient volontairement flouttés pour égarer les salariés, les communistes et de nombreuses forces à gauche continuent de vouloir servir l'intérêt populaire et les valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité actuellement mises à mal. A gauche, l'espoir est là !

S'il ne doit en rester qu'une, la couleur qui ne sera diluera pas sera la couleur rouge !
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 08:32

Simple "piste de travail" ou décision déjà arbitrée ? Une augmentation de 25% du forfait hospitalier (actuellement de 16 euros) et d’une nouvelle mesure de déremboursement sont bien envisagées

Forfait Hospitalier : Une hausse de 25% et de nouveaux déremboursements

Le gouvernement qui prépare le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2010, présenté en octobre au Parlement, envisage d’augmenter de 16 à 20 euros le forfait hospitalier. Autre hypothèse avancée par le Journal du Dimanche, la baisse de remboursement des médicaments à "prescription médicale facultative", c’est-à-dire disponibles sans ordonnance mais qui peuvent être partiellement remboursés s’ils sont prescrits par un médecin (paracétamol, aspirine notamment). Ils ne seraient plus remboursés qu’à 15% au lieu de 35% actuellement.

Le gouvernement écarte donc toujours une réforme du financement de la Sécurité sociale qui permettrait de couvrir les besoins sanitaires et sociaux. Les pistes envisagées risquent de provoquer un nouveau recul de la couverture sociale. Ces deux mesures feraient peser sur les assurés, notamment sur les plus modestes, une nouvelle menace quant à l’accès aux soins.

Réaction du groupe communiste et du parti de gauche du Sénat (CRC-PG) :

L’augmentation de 25% du forfait hospitalier - la plus forte jamais connue – aurait pour effet, si elle était maintenue, de peser sur les malades, notamment sur les plus fragiles au plan médical et économique. Pourtant, on sait déjà, à l’occasion d’une étude menée par les associations de malades sur les conséquences des franchises médicales, que plus d’un tiers des français renoncent aux soins ou hiérarchisent entre ceux qui leur paraissent urgents et ceux qui semblent pouvoir attendre.

En réalité, cette décision apparaît, à l’heure où le gouvernement entend diminuer une nouvelle fois les cotisations sociales en les remplacant partiellement par la taxe carbonne, comme un impôt pesant sur les malades.

Ce mode de financement de notre protection sociale, assis sur le modèle assurentiel, est contraire à l’esprit du Conseil National de la Résistance, qui, au sortir de la guerre a su inventer un modèle unique au monde, reposant sur la solidarité. Progressivement, loi après loi, le Gouvernement déconstruit ce modèle social, et espère transférer la majorité des dépenses de santé de la sécurité sociale vers les mutuelles complémentaires, comme l’atteste par ailleurs l’impôt sur les mutuelles levé l’an dernier à l’occasion du PLFSS pour 2009.

Mais ce transfert vers les mutuelles repose en réalité sur les capacités financières des françaises et des français eux-mêmes à payer leurs mutuelles. Encore une fois, ce seront les français les plus modestes, ceux qui n’ont pas de mutuelle, qui subiront les effets néfastes d’une mesure reposant plus sur les capacités contributives de chacun, que sur la solidarité nationale entre les malades et les biens portants.

Les Sénatrices et Sénateurs du groupe CRC-SPG s’opposeront à toutes tentatives législatives allant dans ce sens.

Commentaire :

Cette nouvelle attaque de la droite contre nos acquis sociaux va dégrader encore un peu plus l'offre de soin déjà mal en point dans notre pays.

Raison de plus pour retrouver le chemin de la mobilisation sociale !

Sur les questions de santé, les communistes de l'Eure répondent présents. Samedi 12 septembre, sur le stand de l'Eure à la Fête de l'Humanité, aura lieu un débat sur la situation de la santé en Normandie à 17 h 30 avec des responsables des comités de défense des hôpitaux publics de l'Eure, un responsable syndical des urgentistes et un député de Seine-Maritime.

Ne laissons pas une minorité de nantis spéculer sur la santé des dizaines de millions de salariés que nous sommes !

Solidaire
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 11:23
Des millions d’enfants et d’adolescents retrouvent aujourd’hui le chemin de l’école. Je tiens à souhaiter à chacun d’eux, ainsi qu’aux personnels de l’Education nationale, une excellente nouvelle année scolaire.


On le sait, cette rentrée s’annonce très difficile. Avec 60 000 enseignants en moins dans les classes depuis 2003, les classes seront encore plus chargées... et le temps disponible de chaque enseignant pour suivre chaque enfant plus réduit.


Derrière les beaux discours, la réalité est là : la droite organise la pénurie de cours et d’enseignants quitte à sacrifier l’avenir du plus grand nombre. C’est un véritable scandale. Comment alors ne pas partager l’inquiétude des parents qui se demandent si leur enfant aura demain toutes les connaissances, les diplômes, les qualifications ouvrant l’accès aux emplois de son choix ?


Face au choix de l’appauvrissement de l’Education nationale et de sa soumission aux principes libéraux de la marchandisation du savoir et de la concurrence entre établissements, il y a urgence à imposer un autre chemin pour l’école. Un chemin visant la construction de chaque individu, son épanouissement, l’éducation de son esprit critique, son insertion dans le monde professionnel : c’est bien la réussite de tous et toutes que nous devons viser.

Pour cela, l’école doit redevenir une priorité pour notre société ; des moyens conséquents doivent être mobilisés pour lutter contre les inégalités scolaires : 150 000 enseignants et 45 000 personnels d’encadrement doivent être recrutés en cinq ans ; un fonds national contre les inégalités scolaires doit être mis en place pour assurer la réussite de tous et toutes.


C’est le sens de la bataille que les communistes lancent pour cette rentrée, aux côtés des enseignants et des parents d’élèves, pour changer l’école et en faire l’affaire de chacun d’entre-nous.


Marie-George Buffet

députée, secrétaire nationale du PCF

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 08:51

Vendredi 11 septembre s'ouvrira la nouvelle édition de la Fête de l'Huma, au parc du Bourget.

L'édition 2008 avait battu des records d'affluence avec près de 600 000 visiteurs.

Cette nouvelle édition s'annonce de la même veine avec de nombreux concerts.

Rien que la journée du vendredi, avec les concerts de Cocoon, Keziah Jones et Manu Chao, devrait faire le plein.
Samedi, ce sont Maxime Le Forestier, Les Wampas, Arthur H, The Kooks et Deep Purple qui animeront la scène principale de la Fête de l'Humanité.
Dimanche, changement d'ambiance avec la 2ème symphonie de Rachmaninov par l’Orchestre Français des Jeunes / Radio France, Julien Clerc puis Mellino, chanteur des Négresses vertes, groupe emblématique des années 80.

La Fête de l'Huma, ce sont aussi des dizaines de concerts sur les scènes Jazz, Zeb'Rock ou Pays du Nord, sans compter les groupes et chanteurs présents sur certains stands ou, enfin, les bandas qui égaient les allées de l'Espace Midi.

Cette grande fête est avant tout populaire. On est loin de Neuilly, du XVIème arrondissement des Rolex et du bling-bling ! L'Huma, c'est la fraternité, l'égalité et la solidarité par delà les générations, les sexes et les origines ethniques.

Sur la Fête, vous trouverez des stands de nombreux pays du monde, depuis l'Irlande ou l'Allemagne jusqu'au Vénézuela, la Chine ou l'Afrique du Sud. Vous trouverez aussi des stands d'associations de lutte contre le SIDA, contre la pauvreté, contre le racisme, et des espaces consacrés aux livres avec des dizaines d'écrivains, connus et à connaître,...

Enfin, l'Huma s'est un journal qui assume ses choix politiques, communistes. La Fête est aussi l'occasion de rencontres, de discussions spontanées ou de débats organisés sur les centaines de stands des départements et communes de France.

Les communistes de l'Eure vous accueilleront sur leurs 5 stands : stand départemental de l'Eure, stand d'Evreux, stand de Pont de l'Arche - Val-de-Reuil, stand Risle-Charentonne et stand de Vernon.

Autour d'un verre, de cochon grillé (Pont de l'Arche), d'une part de tarte (Evreux), pendant la tombola (Risle-Charentonne), lors d'une dégustation de "Noyau de Vernon" (Vernon) ou simplement en passant, venez discuter avec les communistes de votre coin !

Ah oui !...

Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, chez les cocos on se tutoie !


Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 09:09
Seize ministres et secrétaires d’État en exercice ont répondu à l’invitation de Laurence Parisot.

Eux aussi recherchent sans doute des mondes nouveaux.

On notera également la présence du président du groupe UMP à l’Assemblée, Jean-François Copé, d’un vice-président de la Commission européenne Jacques Barrot, d’un ancien premier ministre UMP Alain Juppé et de l’inévitable conseiller spécial du président, Henri Guaino.
Côté anciens ministres, les socialistes Laurent Fabius, Hubert Védrine et Michel Rocard complètent la galerie. Jacques Voisin (CFTC), Bernard Van Craeynest (CGC) et Jean-Claude Mailly (FO) sont également de la partie.

Cherie Blair, la femme de l’ancien premier ministre britannique, l’ancien président polonais Lech Walesa, la présidente de la Lituanie Dalia Grybauskaité, l’ancien otage Clara Rojas et le président du patronat russe comptent parmi les invités étrangers.

On notera aussi le traitement médiatique complaisant et important de cette université d'été. L'occasion pour Laurence Parisot de botter en touche sur la question des sommes faramineuses que touchent les dirigeants d'entreprises : "ce n'est pas eux qui sont la cause de la crise !" Ben voyons ! C'est de la faute des salariés ?

Dans ce marigot patronal, il n'est pas étonnant de voir autant de représentants de la droite. Plus triste est la présence de représentants syndicaux ou socialistes.

Le congrès de la CGT est prévu en fin d'année. Il est fort probable que les médias ne seront pas aussi présents ! Au service de grands groupes capitalistes, il est aussi fortement probable que le ton sera plus incisif, critique pour ne pas dire assassin.

Pour s'en convaincre, il n'est qu'à voir le traitement médiatique de l'université d'été du PCF (28-29-30 août dernier). Vous n'en avez pas entendu parler ? Tiens ! Tiens !...
Pourtant, ce sont 500 militants, cadres et élus, qui ont participé à ces trois jours. Et le PCF est le troisième parti de France en terme d'élus (députés, sénateurs, députés européens, conseillers généraux, régionaux et municipaux), membre d'exécutifs régionaux qui seront à renouveler en 2010.

Dans le débat politique "démocratique" français, les médias nationaux font un formidable travail d'écrémage en faveur des forces dominantes. Espérons que les journalistes auront leurs récompenses !
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 08:48
« Je n’accepterai pas de hausses des impôts et des taxes qui réduiraient le pouvoir d’achat des Français. Car notre objectif, c’est de leur rendre du pouvoir d’achat et non de leur en prendre. »

Qui a fait cette promesse il y a quelques mois ? Nicolas Sarkozy bien sûr !

Promesse passée à la trappe, avec la création d’une « taxe carbone » pesant sur les ménages, qui sera inscrite dans la loi de finances 2010. Le taux de cette taxe devrait se situer dans une fourchette de 14 à 20 euros par tonne de CO2 émise, selon la secrétaire d’État à l’Écologie et vernonnaise d'adoption, Chantal Jouanno. Ce qui porterait le poids de cet impôt vert à 300 euros par foyer et par an.

Les défenseurs de cette taxe clament haut et fort qu'elle a été lancée pour stimuler les français à faire des économies d'énergies.

Mais comment consommer moins d'essence quand on habite à Saint André ou Jumelles et que l'on doit aller travailler à Evreux ou à Dreux ? Y-a t-il une alternative ? Et pareil dès que l'on veut aller faire ses courses ou aller voir son médecin !

Ce nouvel impôt, puisqu'il faut appeler un chat un chat, va toucher d'abord les classes populaires et les populations rurales. Pourquoi dit-on cela ?

L'objectif de taxer les familles selon leur consommation énergétique a pour but d'inciter ces familles à investir dans des voitures plus propres et à mieux isoler leurs logements. Et c'est bien le terme "investir" qui pose problème !

Comment changer de voitures quand on a déjà du mal à faire entretenir la sienne ? Surtout que ces voitures propres sont en général de grosses cylindrées (berlines et autres) donc très chères à l'achat.
Comment financer de lourds travux d'isolation pour des familles qui sont déjà coincées financièrement ? Et que faire pour réduire sa facture fioul quand on est en chauffage collectif ?

Evidemment, ceux qui ont déjà fait ces travaux dans leurs maisons ou leurs résidences secondaires et qui roulent avec des voitures hybrides (genre Prius) seront avantagés.

Le blabla du gouvernement sur la redistribution des 2 milliards d'euros annuels de cette taxe en faveur des plus pauvres n'engage que ceux qui y croit. Tous les fiscalistes intérrogés depuis des semaines sur le sujet s'arrachent les cheveux pour trouver un système qui permettrait de redistribuer ces prélèvements : la tâche est impossible !

Après le dimanche qui va devenir un jour de travail comme les autres, après la hausse spectaculaire des tarfis EDF validée par le gouvernement, après la suppression de milliers de postes d'enseignants et de fonctionnaires qui va dégrader le niveau des services publics de proximité, l'Etat lance un nouvel impôt qui pèsera lourd sur le revenu des ménages modestes.

La droite s'assume et veut faire payer aux salariés et à leurs familles les conséquences des spéculations hasardeuses s'une caste de riches. Ce qu'on appelle une politique de classe.

Si on veut réellement réduire la consommation énergétique de la France, il n'est pas besoin de nouvel impôt !
Développer la recherche sur les moteurs automobiles économes, réduire le trafic routier en développant le ferroutage et le transport fluvial, relocaliser les productions qui peuvent être faites en France, investir de l'argent dans la rénovation des parcs publics de logement,... voilà quelques pistes proposées par les communistes lors de leur université d'été à Vieux-Boucau, dans les Landes, ce week-end.

Au moins, les journalistes parisiens ont sagement appliquées les consignes de Sarkozy en terme de réduction de l'utilisation de la voiture car il n'y en avait pas beaucoup lors de cette université d'été ! Ou bien s'est une conséquence des compressions d'effectifs chez eux aussi : La Rochelle, c'est quand même moins loin !
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 08:37

Marie-George Buffet, secrétaire nationale du PCF, a rejeté fermement toute idée d'alliance de son parti avec le MoDem de François Bayrou, et estimé que le débat sur les primaires à gauche ne pouvait mener qu'à une "impasse".

Pas d'alliance PCF-MoDem ni de primaire !

Vincent Peillon (PS) a salué samedi dernier à Marseille le "commencement" du rassemblement "écologique, socialiste et démocratique" en vue de 2012, lors des "premiers ateliers d'été" de son courant, L'Espoir à gauche, aux côtés de Daniel Cohn-Bendit (Europe-Écologie), Marielle de Sarnez (MoDem), Christiane Taubira (PRG) et Robert Hue, ancien leader du PCF. "À cette alliance du PCF au MoDem, vous pouvez barrer PCF", a déclaré la numéro un communiste, lors d'une visite sur le futur site de la Fête de L'Humanité, dont la 74e édition aura lieu du 11 au 13 septembre à La Courneuve (Seine-Saint-Denis).

"Les communistes ne prendront pas ce chemin de la défaite pour la gauche", a ajouté la députée de Seine-Saint-Denis. "L'idée peut apparaître séduisante. Si on fait bêtement l'addition des pourcentages, on peut croire que cela fait une majorité", a-t-elle commenté. Mais "sur quel projet, quelle politique" les électeurs pourraient-ils "se mobiliser", s'interroge-t-elle, déplorant ces "politiques sociales libérales, centro-sociales ou libérales", "respectueuses de la libre concurrence en Europe et du tout marchand dans le monde".

Par ailleurs, les primaires à gauche, proposées par des socialistes, constituent également une "impasse", selon Marie-George Buffet. "Ces primaires, c'est le choix d'organiser toute la vie politique en fonction de la seule élection présidentielle et, donc, des seules logiques présidentialistes", a-t-elle argué, y voyant un "renoncement face à la droite". Or, pour "battre la droite", il faut "rassembler une majorité à gauche sur des solutions, un projet, des réponses prenant de front les attentes et les grandes questions de notre temps", a-t-elle affirmé, appelant à "poursuivre et élargir" le Front de gauche "jusqu'à créer les conditions d'une majorité politique et populaire dans les régions" aux régionales de mars prochain.

Commentaires :

Comme nous le disions déjà dans un article précédent ( 
Navrant spectacle à gauche  ), la question des alliances ne se pose que dans le cadre d'un PROGRAMME POLITIQUE discuté et défini en préalable.

Dans le cas du MODEM, ses origines politiques (l'UDF giscardienne), ses orientations libérales et en faveur de l'intégration européenne, et le bilan politique de ses principaux dirigeants, à commencer par François Bayrou (ancien ministre sous Chirac), tout cela fait de ce parti un parti de droite avec lequel les communistes n'ont rien à faire !

Quant aux "primaires", le concept ne sert qu'à une bipolarisation et une pipolisation poussée de la politique en faveur, évidemment, des personnalités les plus artificiellement médiatiques.

La politique, ce n'est pas chercher celui qui a le plus beau sourire pour décrocher des postes au profit des petits copains.

La politique, c'est un débat d'idées, une confrontation de points de vue et une prise de conscience collective des intérêts à défendre pour le bien commun.

C'est pour ces raisons que les communistes préfèrent mettre en avant leurs valeurs et leurs idées plutôt que choisir leurs porte-parole en fonction de sa bonne bouille ou de ses belles gambettes.

Solidaire
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 08:53
C'est le grand concours que nous organisons aujourd'hui : "cherchez l'intrus !"

Parmi la liste de quatre données économiques qui suivent, quel est la donnée qui cloche ?

- Bourse de Paris : elle est en hausse de 14 % depuis le début de l'année ; rappelons que l'inflation tourne autour de 0,4 % annuel et que le Livret A rapporte 1,25 % ;

- Bénéfices : le secteur bancaire va mieux, merci pour lui ! On a déjà beaucoup parlé ces derniers jours de BNP-Paribas mais il y en a d'autres pour qui les affaires vont bien comme le Crédit Agricole, Dexia (qui menaçait de couler il y a quelques mois) et même des industries qui licencient genre Alcatel-Lucent (voir en bas de page) ;

- Tarifs EDF : l'entreprise EDF, entreprise privatisée, doit encore passer par l'Etat pour augmenter ses tarifs jusqu'en 2010 (après : elle fera ce qu'elle voudra !) ; sous couvert d'une augmentation "moyenne" de 2,3 % de ses tarifs au 15 août, EDF cache en réalité une flambée des tarifs pour ses "petits" clients ; près de 3,5 millions de particuliers ou petits professionnels vont connaître des hausses de tarifs supérieures à 10%, tandis que pour 1,5 million de clients, la facture augmentera de plus de 15% ; rappelons que cette hausse ne concerne que ces 6 prochains mois et que l'inflation sur l'année est estimée à 0,4 % ;

- Chômage : près de 10 000 salariés ont rejoint la première entreprise de France durant le mois de juillet ! On estime à 639 000 le nombre de nouveaux chômeurs en France sur 2009 ce qui ferait passer le taux de chômage au dessus des 10 % ; ce chiffre serait de 16 % aux Etats-Unis ; il y a actuellement en France 3,8 millions de chômeurs, toutes catégories confondues (+ 19 % en un an !).


A peine lancé, ce concours connait un premier succès d'estime puisque nous avons déjà une première candidate, Christine L., ministre (Paris), qui nous a déclaré : "malgré le ralentissement des pertes d'emplois depuis plusieurs mois, la tendance à la dégradation du marché du travail n'est pas terminée" et "devrait encore se poursuivre pendant quelques trimestres".

Autre indice : "Les plans sociaux ne se concrétisent pas encore", les salariés "vont recevoir une lettre de licenciement à la fin de l'été ou à l'automne et c'est à ce moment-là qu'ils s'inscriront au chômage", a observé mercredi François Chérèque (CFDT).

Avec Sarkozy, effectivement, "tout est possible" ! Même voir un gouvernement annoncé que la dégradation de l'économie est moins pire qu'il y a deux mois et donc que les choses vont plus mal mais moins vite donc que c'est mieux. C'est d'ailleurs pour cela que l'Etat montre l'exemple et réduit le nombre de fonctionnaires (sauf pour la Police !).

On attend pour l'an 20 012 les effets du plan de relance tant vanté par Sarkozy.


Citations de la rubrique "Finances" de Orange :
* Crédit Agricole : la banque a fait part d'un produit net bancaire en forte hausse (+ 17,1 %) au premier semestre 2009 par rapport au premier semestre 2008, avec une accélération de la tendance au deuxième trimestre. Il atteint ainsi 8,62 MdsE sur le semestre, contre 7,36 MdsE un an plus tôt. Lors du deuxième trimestre, il s'est élevé à 4,56 MdsE (+40,3%).
* Dexia a enregistré des progrès significatifs à tous les niveaux de son plan de transformation. Tous les métiers sont rentables au 2e trimestre 2009. Le résultat net part du groupe s'établit à 283 ME au 2e trimestre 2009, en hausse de 13 % par rapport au 1er trimestre 2009.
*Le titre Alcatel-Lucent s'est envolé ce mercredi de 11,85% à 2,757 Euros et s'est affiché comme la plus forte hausse des valeurs du CAC40. De gros contrats viennent de tomber.
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 08:33
Hier, s'est jouée au théâtre de l'Elysée une pièce de boulevard intitulée "Faites banquer le cocu !".

Dans le rôle du cocu : le peuple français.
Le chef de famille est joué par Nicolas Sarkozy, par ailleurs metteur en scène de la pièce.
Baudouin Prot, PDG de BNP-Paribas, est l'amant manipulateur.
François Fillon et Christine Lagarde complètent le casting en tant que maître d'hôtel et femme de chambre
.

Beaucoup de critiques culturels ont accidentellement classé cette pièce dans la catégorie "drame social", prenant au premier degré l'humour et le cynisme des dialogues et de la mise en scène.

Il s'agit pourtant bien d'un spectacle de boulevard où le chef de famille trompe le peuple français par des amours inavouées avec son amant, le milieu bancaire et financier. Au cours du spectacle, les portes claquent, les amants jouent des scènes pitoyablement mélodramatiques d'engueulades et de rodomontades mais, finalement, ils sont d'accord sur tout et c'est finalement le cocu qui est le dindon de la farce.

On le voit, un spectacle moralement douteux où le metteur en scène, comme les acteurs, se moquent de la crédulité du public. Ce qui est triste, c'est de voir nos grands médias, pourtant moqueurs quant il s'agit de la troupe amateur du théâtre de Solférino, considérer cette pièce comme un chef d'oeuvre du néoréalisme social français !

Car, qui peut croire une seconde à ce scénario improbable ?

D'une part, le mari trompeur verse 360 milliards d'euros à son amant pour "éponger ses dettes" et "relancer l'économie". Bon ! C'est déjà douteux. Mais : que devient cet argent ? N'importe quelle famille qui ferait un tel chèque demanderait des comptes ! Non ?

Ensuite, on apprend que l'amant n'est finalement pas si endetté que ça et distribue des centaines de millions d'euros de dividendes aux membres de sa famille.

Puis, l'amant s'apprête à distribuer 1 milliard d'euros à son petit personnel, celui qui est sensé l'avoir plongé dans les dettes ? Evidemment, le peuple trompé s'étonne et demande des explications. C'est là que se déroule la partie la plus improbable de ce vaudeville.

Vous n'allez pas me croire ! Après les traditionnels portes qui claquent, amant dans le placard et tutti quanti, la pièce est sensée se terminer sur une scène de réconciliation où l'amant annonce au peuple cocu qu'il ne distribuera finalement "que" 500 millions d'euros au lieu d'un milliard et qu'il veut bien faire des efforts de moralité à condition que tous les amants du monde fassent pareil lors du grand sommet des pays de cocus, le G 20.

Une conclusion à dormir debout

Si j'étais le peuple cocu, je n'aurais jamais avalé ce genre de happy end !

500 millions au lieu d'un milliard : une victoire ?
La moralisation des maris-présidents trompeurs et de leurs amants financiers lors d'une grande cérémonie ? C'est du Walt Disney !

Définitivement, le spectale qui s'est joué hier au théâtre de l'Elysée est une navrante pochade de boulevard, un scénario bancal avec une conclusion même pas bonne pour un spectacle de Guignol. Un spectacle à 360 milliards d'euros pour l'Etat : une subvention un peu chère pour un si mauvais théâtre subventionné !

Notre avis pour le public : refuser de payer pour ce spectacle et reportez-vous sur les histoires vraies à base de fraternité et de solidarité lors du grand festival populaire qu'est la Fête de l'Humanité.

La Fête de l'Humanité, c'est 18 € par personne et c'est gratuit pour les moins de 15 ans.
Le vaudeville de l'Elysée revient à 6 000 € par français et ne rapporte qu'aux actionnaires des banques.

A vous de choisir.
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article