Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 09:39

Pas si propres les mains du Front National ! L'avocat de Cahuzac est un proche conseiller de Marine Le Pen.

Elle tonnait encore sur tous les médias il y a 24 heures, la furie à son papa.

Hier encore, les médias reprenaient son exigence exagérée de démission du gouvernement et de dissolution de l'Assemblée. Le gouvernement, pourquoi pas ? Mais l'Assemblée ? Quel rapport avec Cahuzac ?... Et pourquoi pas dissoudre les conseils généraux ou le parlement européen pendant qu'on y est ?

Bref ! Hier, La fille Le Pen faisait du Le Pen : "tous pourris sauf Papa, moi et le Front national !".

Aujourd'hui, changement de ton.

Entre hier et aujourd'hui, voilà qu'on apprend que l'avocat de Jérôme Cahuzac, Philippe Peninque, est un proche de Marine Le Pen, l'un de ses conseillers. Par ailleurs, cet avocat est aussi un ancien du groupuscule d'extrême-droite GUD (Groupement Union Défense) basé à l'université parisienne d'Assas et connu pour ses actions violentes et son antisémitisme. Il est aujourd'hui membre de l'organisation Egalité et Réconciliation animée par Alain Soral, autre nationaliste antisémite notoire.

On peut sincèrement se poser des questions.

D'une part, que fait un grand ponte socialiste, ancien député et ministre du budget, avec un avocat du FN, membre d'organisations racistes et antisémites et proche de Marine Le Pen ? On nous parle d'amitiés et d'acitivités communes. Il y a quand même de quoi inquiéter y compris les militants socialistes les plus blasés !

D'autre part, l’avocat Philippe Peninque explique désormais qu'il n'était pas au courant que ce compte en Suisse n'était pas déclaré au fisc français ! Ben voyons ! Prend nous pour des truffes !... Comme si les montages financiers pour faire transiter discrètement l'argent vers un compte numéroté en Suisse, par l'intermédiaire d'une société bancaire, n'étaient pas les outils connus et nécessaires pour pratiquer l'évasion fiscale ?

Enfin, Marine Le Pen se plaint d'une manœuvre politique, d'une opération politique pour salir sa "veste immaculée". Immaculée ? Revoilà la vierge Marie !... Plus sérieusement, l'argument du coup monté, c'est justement l'argument qu'utilisait Cahuzac il y a encore quelques jours !

La fille Le Pen reconnait tout de même que son ami l’avocat Philippe Peninque lui a parlé de ce compte mais seulement hier ! Moi qui croyait qu'entre avocats on ne trahissait jamais les secrets de ses clients ? Pourquoi Peninque aurait-il donc tout déballer 24 heures avant que la presse ne parle de sa proximité avec la maison Le Pen ?...

Celle qui tentait de récupérer politiquement un scandale politique hier se retrouve aujourd'hui dans le même camp que les ripoux qu'elle dénonçait. Position inconfortable qui explique ses colères d'aujourd'hui.

Il n'y a pourtant rien de surprenant à voir ainsi le Front National mêlé à des histoires louches.

N'oublions pas que la famille Le Pen est milliardaire, qu'elle possède un château, que la fille comme son papa sont avocats ! On est loin des ouvriers et des petits artisans que les Le Pen font mine de défendre. Leurs intérêts sont ceux de leur classe sociale, la bourgeoisie.

Et n'oublions pas comment Jean Marie Le Pen a obtenu sa fortune, en gravitant autour de l'héritier des ciments Lambert dont il aura capter l'héritage de manière douteuse.

Et que dire de Catherine Mégret, ex-FN et ex-maire de Vitrolles, condamnée à huit mois de prison avec sursis et un an d'inéligibilité pour avoir envoyé aux frais de la commune plusieurs milliers de lettres appelant à parrainer la candidature de son époux pour l'élection présidentielle de 2002, de Jean-Marie Le Chevallier, ex-maire de Toulon, condamné à 8 mois de prison avec sursis et 15.000 euros d'amende pour détournement de fonds publics et complicité d'abus de confiance, de Daniel Simonpieri, maire de Marignane, condamné à un an de prison avec sursis pour "harcèlement moral", ...

Ce qui sauve le Front National sur le plan juridique, ce n'est pas sa morale exemplaire, c'est son absence des responsabilités locales et nationales ! Le peu d'exemples où le FN a exercé des responsabilités s'est toujours achevé au tribunal !

Prise la main dans le sac de l'affaire Cahuzac, Marine Le Pen pourra désormais s'inclure dans le "Tous pourris !" qu'elle réserve à la classe politique française !

En attendant, on ne compte toujours pas de milliardaires au PCF et on attend encore les juges !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 10:14

Encore une fois, les médias se sont trouvés un sujet en or pour faire du bruit sans aborder les problèmes sociaux et économiques essentiels.

Après des semaines à faire l'apologie du nouveau pape, nos médias français ont trouvé un sujet qui va leur permettre une nouvelle fois de passer sous silence le reste de l'actualité françiase et internationale : le dossier Cahuzac.

Ce n'est pas que le mensonge de l'ex-ministre socialiste du budget, Jérôme Cahuzac, sur la fraude fiscale que représente l'existence d'un compte en Suisse soit un sujet secondaire. Bien au contraire ! Mais, une nouvelle fois, nos médias en font trois tonnes, monopolisant toute leur énergie et toute l'attention du public sur un seul sujet, le même pour tous.

La réaction des communistes a été claire, par le biais du porte-parole du PCF, Olivier Dartigolles. Il n'y a aucune justification aux actes de l'ancien ministre socialiste. De la part d'un élu et responsable politique d'un parti de gauche, se rendre coupable de fraude fiscale est particulièrement immoral. Prendre la responsabilité d'un ministère en charge de la lutte contre l'évasion fiscale aggrave les faits. Le mensonge, dans cette débandade morale, est presque secondaire.

Inutile d'épiloguer sur ce triste personnage ! Son exclusion du PS vient naturellement punir le fautif.

On aimerait bien qu'il en soit de même pour d'autres responsables socialistes qui trainent de belles casseroles. On pourrait citer les cas Guérini ou Kucheida...

Malgré l'importance du scandale, faut-il monopoliser les colonnes de la presse, les journaux télévisés ou radiodiffusés avec ce seul sujet ? N-y a t-il pas en France d'autres actualités dignes d'intérêt ?

A l'heure où les Pétroplus voient à nouveau s'éclaircir leur avenir et que les salariés de Goodyear ont brillament reconduit leur soutien à une CGT porteuse d'un projet de coopérative ouvrière, il serait bon de faire le point sur le dossier de l'emploi industriel, des défis actuels et des propositions contradictoires qu'avancent les différentes forces politiques pour sortir de la crise.

Et, à une semaine de l'ouverture des débats sur l'Accord National Interprofessionnel à l'Assemblée nationale, ne serait-il pas intéressant d'aborder le contenu de cet accord et les raisons des oppositions qui se développent à gauche, depuis le Parti communiste jusqu'aux rangs même du Parti socialiste ? Et pourquoi CGT, FO, FSU ou Sud-Solidaires, syndicats majoritaires, sont -ils opposés également à cet accord ?

Vous n'en entendrez pas parler dans les médias. Il est vrai qu'un consensus existe entre le patronat, le gouvernement et la droite sur ce dossier. Un peu comme sur le Traité de Maastricht en 1992 ou sur le Traité Constitutionnel Européen en 2005. Il ne faut surtout pas réveiller le peuple français !...

C'est tout juste si les médias abordent le sujet et lâchent, du bout des lèvres, la journée d'action organisée mardi 9 avril par la CGT, FO et Sud-Solidaires. France Info, radio publique, parlait même de la CGT et de FO qui "envisagent" une journée d'action. Envisagent ? Comme si le fait n'était pas sûr ? Manipulation !...

Cahuzac illustre peut-être à merveille cette gauche qui confond intérêts personnels et responsabilités publiques.

Ce qui est sûr, et ce qu'illustre ce scandale, c'est que le peuple doit être fortement associé aux processus de décision politiques, tout comme les salariés doivent avoir leur mot à dire sur la gestion de leur entreprise.

Ce sont deux idées fortes que défend le Parti communiste avec le Front de Gauche, au travers d'une nouvelle démocratie, avec notre proposition de VIème République, et d'une proposition de loi pour des droits nouveaux pour les salariés dans les entreprises.

Pour l'actualité et le dossier de l'Accord National Interprofessionnel, nos députés défendront 4 500 amendements pour réduire les dégâts liés à l'ANI si celui-ci passait.

Aux travailleurs de faire pression sur leurs députés pour que ceux-si entendent enfin la pression populaire.

Rendez-vous le mardi 9 avril, partout en France, pour manifester contre cet accord.

En attendant de chasser les Cahuzac de la politique française et d'obtenir de nouveaux droits démocratiques, au niveau politique comme dans l'entreprise.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 10:09

Un à un, le gouvernement socialiste-écologiste trahit ses engagements de campagne.

Il faut être aveugle pour ne pas percevoir que les politiques d'austérité que mènent les gouvernements successifs depuis la conversion de Mittérand à la rigueur en 1983, conduisent notre pays dans une régression économique et sociale sans fin. Et pourtant, le gouvernement actuel, issu des présidentielles 2012, accélèrent encore les politiques d'austérité !

Loin des promesses de campagne, François Hollande et sa majorité socialiste-écologiste appliquent depuis leur arrivée au pouvoir une politique qui ressemble étrangement à celle de la majorité précédente, UMP-centristes. De quoi donner de l'eau à la droite qui peut se moquer des socialistes et parler de "conversion au réalisme".

Sauf que la "gauche" socialiste n'a pas été élue pour ça ! Où est le changement annoncé avec tambours et trompettes par les socialistes et leurs alliés radicaux et écologistes en mai et juin dernier ?

Il est vrai qu'il est difficile de mener une politique foncièrement différente de celle de la droite quand on met comme préalable le respect de règles de rigueur financières et budgétaires dictées par une Europe au service des marchés financiers et par des agences de notation nord-américaines qui en sont les commissaires politiques ! La signature du traité européen Sarkozy-Merkel instituant la règle d'or de l'austérité en est un signe clair.

En quelques mois, le gouvernement Hollande-Ayrault a accordé 20 milliards d'allègements fiscaux aux entreprises tout en annonçant des augmentations de taxes, notamment sur les retraites. Rien n'est fait pour lutter contre les licenciements financiers et défendre l'emploi industriel et les bas salaires se sont juste vus attribuer une honteuse aumône de quelques centimes avec l'augmentation du SMIC en début d'été 2012.

Actuellement, c'est l'Accord national interprofessionnel (ANI) qui représente une nouvelle capitulation gouvernementale face aux exigences patronales avec l'appui de syndicats malheureusement accoutumés à avancer en reculant.

Et voilà désormais que François Hollande, le président, trahit de nouveau François Hollande, le candidat, sur le dossier des retraites cette fois-ci ! Alors que le candidat Hollande affirmait en décembre 2011 que "augmenter les durées de cotisations des retraites, c'est une mesure injuste", le président Hollande affirme lui, le 28 mars dernier à la télévision que "Il va falloir avoir des durées de cotisation plus longues. Ça, ça sera l'objet de la négociation avec les partenaires sociaux" ! Comptons sur la CFDT pour valider cette reculade !

Quelle déballonade ! On est loin des discours du candidat Hollande et du respect des 10 millions d'électeurs qui ont confié le pouvoir à la gauche en attendant un véritable changement !
Les 4 millions d'électeurs qui ont préféré Jean-Luc Mélenchon au pâle François Hollande au premier tour de l'élection présidentielle ne se sont pas trompés ! A eux la mission de se mobiliser et d'entrainer avec eux les millions d'électeurs socialistes et les millions de travailleurs qui ne se reconnaissent pas dans la politique actuelle !

C'est à eux, au côté des militants communistes et du Front de Gauche, de prendre les devants de la contestation populaire !

Il est temps de réagir. La hausse continue du chômage et la baisse historique du pouvoir d'achat "officiel", la première en trente ans, sont des signes d'alarme. Attendre encore, c'est être sûrs que la situation sera pire demain !

Regardons l'exemple chypriote : depuis des mois, le gouvernement communiste du président sortant Dimitris Krystofias refusait le plan de rigueur de l'Europe et du FMI. Sous la pression européenne et avec l'aide des socialistes chypriotes, c'est le candidat de droite qui a remporté la présidentielle du 24 février dernier. Sans le rempart communiste, le président de droite tout juste élu accepte les diktats européens et taxe scandaleusement les comptes en banque des travailleurs chypriotes !

La France n'est pas à l'abri ! De durcissements en durcissements, la politique d'austérité française tend vers les situations greques, espagnoles ou chypriotes.

Le 9 avril prochain, une journée nationale d'action contre l'ANI, l'Accord national interprofessionnel, est organisée par les syndicats CGT, FO et Sud-Solidaires. Les communistes y seront.

Déjà des milliers de militants socialistes ont signé un appel de rejet de cet accord. Il est possible de faire reculer le gouvernement sur ce point !

Plus largement, la majorité de français qui a conduit Hollande à l'Elysée s'affirme déçue par la politique actuelle du gouvernement socialiste mais ne regrette pas Sarkozy, comme le montre un sondage paru la semaine dernière.

C'est donc au peuple, celui qui a mené François Hollande et les socialistes au pouvoir d'exiger le respect de leurs engagements ! Les communistes, leurs élus, continueront de défendre les intérêts des travailleurs contre ceux de la finance.

Au côté des syndicats CGT, FO et Sud-Solidaires de l'Eure, nous vous invitons à manifester :

Mardi 9 avril 2013

Bourse du Travail d'Evreux

Rue de l'ardèche dès 9 h 30

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 10:10

Travailleurs actifs et travailleurs retraités : occupez-vous de votre avenir ! Sinon, ce seront les libéraux qui s'en occuperont.

Solidaire


La droite s’est occupée des retraites, inspirée par des travaux de « spécialistes » (le COR dont la plupart des prévisions n’ont pas été avérées) impulsés par Jospin. La gauche va s’occuper, s’occupe déjà, des retraités.

Dans le discours et la pratique du capitalisme financier, un retraité, comme un travailleur, à un coût. Oh, pas bien élevé, ce coût ! La retraite moyenne en France est actuellement de 1 100 euros. Avec une disparité considérable – et qui ne cesse de s’aggraver – entre les hommes (1 500 euros) et les femmes (850 euros). C’est encore trop pour les financiers, pour l’Europe, pour les socio-libéraux et les libéro-sociaux qui nous gouvernent.

Une antienne court les rues selon laquelle les retraités seraient moins frappés par « la crise » que les actifs. Or le taux de pauvreté est le même pour les premiers que pour les seconds. Les « experts » prévoient une baisse des retraites de 30% d’ici à 2060. Avec 1,35 cotisant par retraité. Actifs d’aujourd’hui, gare à vous ! Gare, surtout, aux « experts » qui prennent leurs désirs pour des réalités, en particulier lorsqu’ils se lancent dans des prophéties autoréalisatrices.

Le « coût » des retraites représente actuellement moins de 1% du PIB. Cela n’empêche pas nos socio-libéraux de prévoir des cotisations plus fortes, d’augmenter la CSG des retraités (par souci d’« équité » avec celle des actifs, bien sûr) et de désindexer les retraites par rapport à l’inflation. Le discours dominant est que les retraités sont des privilégiés, selon le Conseil d’orientation des retraites, selon la Cour des Comptes du sarkozyste Migaud, des institutions chargées de lancer des ballons d’essai dans une opinion publique qu’il convient d’anesthésier. Point trop tout de même pour que les salariés du privé et ceux du public pensent que l’ennemi, c’est l’Autre, et qu’ils n’aient surtout pas l’idée de s’unir autour de causes communes.

Le contexte aujourd’hui est celui de pertes de pouvoir d’achat déjà programmées. Le blocage des tranches du barème de l’impôt sur le revenu, décidé par Sarkozy pour 2012 (sur les revenus 2011) a été maintenu par Hollande. Les pensions ayant été revalorisées de 1,8% à compter du 1er avril 2012, cette augmentation entraînera une augmentation de l’impôt de 2% et plus s’il y a changement de tranche. Concernant la CACA (Contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie), les retraités imposables seront soumis à un prélèvement supplémentaire de 0,3% sur le montant de leur pension, cette contribution permettant de réduire le déficit de la protection sociale. Elle sera ensuite affectée au financement de la prise en charge de la perte d’autonomie. Concernant cette dernière, Marisol Touraine a été claire : il faudra « aider les aidants », c’est-à-dire (presque) tout déléguer aux familles alors que, dans l’esprit des fondateurs de la Sécurité sociale, les prestations d’aide à l’autonomie doivent être financées par l’Assurance maladie dans le cadre de la SS.

Dans l’esprit de nos gouvernants, le pensions ne seront plus revalorisées. Depuis 1993, la loi stipule que le montant des retraites du régime général est indexé sur l’évolution des prix à la consommation. Les négociations en cours pour les retraites complémentaires AGIRC et ARRCO laissent entrevoir des perspectives de non revalorisation ou de sous-revalorisation : 1% de moins que l’inflation, par exemple, ou même la désindexation. Le ministre Cahuzac a déclaré qu’un accord de ce type des partenaires sociaux sur les retraites complémentaires « serait un élément très important et qu’on ne pourrait pas ne pas en tenir compte. » Le patron Charles Begbeider estime que « revenir sur cette indexation est loin d’être une proposition iconoclaste puisque certains de nos voisins l’ont déjà appliquée. » Outre l’augmentation de la CSG, les « niches fiscales » dont jouissent les retraités devraient disparaître, comme l’abattement de 10% (ce qui rapporterait 2,7 milliards d’euros) et la majoration de pension pour les parents de 3 enfants (gain : 800 millions d’euros).

Le dernier rapport de la Cour des Comptes désigne les retraités comme cible privilégiée. Pour Marisol Touraine, les retraités ne sont pas « intouchables ». Pas même les 4 millions qui touchent le minimum contributif et dont le nombre augmente chaque année ? Pas même les 5 millions de retraités qui touchent entre 800 et 1 100 euros par mois ? Pas même ces retraités qui doivent travailler tout en percevant une pension et dont le nombre a triplé ces six dernières années au grand bonheur du patronat car ils ont de l’expérience et induisent des « charges » sociales légères ? Pas même tous ces retraités qui demandent de l’aide aux Centres communaux d’action sociale ? Pas même les 10% de retraités qui ont recours aux organisations caritatives pour se nourrir (Secours populaire, Restos du cœur etc.) ?

Bernard Gensane

http://bernard-gensane.over-blog.com/

Rédigé avec l’aide de camarades de la FSU et de la CGT.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 10:50

Le journal financier « les Echos » propriété du multimilliardaire B. Arnault écrit le 26 février dernier : « Les liquidités accumulées par les sociétés européennes sont trois fois et demie plus  importantes qu’il y a dix ans ».  En France, à elles seules, 10 entreprises du CAC 40 disposent de près de 75 milliards d’euros. Cette somme représente près du quart du budget national.

Voici cette liste :

Total : 13 milliards,16- Renault 11,18- EADS 10,09- France télécom 8,32- Vinci 7,26- EDF 5,65- Véolia 5,25 Sanofi 5,03- Carrefour 4,41- Arcelor Mittal – 3,87

 Soit au total : près de 75 milliards

C’est pourtant à ces grandes entreprises capitalistes que le gouvernement socialiste fait d’énormes cadeaux, fiscaux et sociaux. Le patronat pleure que la rentabilité des entreprises diminue, relayé en cela par des « experts » qui sont ses porte-voix. Le gouvernement paie. Les grands groupes du CAC40 bénéficient d’un taux d’imposition qui coûtera 20 milliards d’euros à l’Etat. Ce sont les peuples qui paient la « crise » du capitalisme avec le concours des gouvernements qu’ils soient de gauche ou de droite.

Que faire de tout cet argent ?

Pour eux la réponse est simple. Investir dans les pays dit émergents à fort taux de rentabilité, augmenter les dividendes, racheter leurs propres actions,

Le journaliste des « Echos » cite le milliardaire américain W. Buffet qui vient de racheter le ketchup Heinz pour 28 milliards de dollars : « C’est aujourd’hui que les places se prennent ». Dans tous les cas  les actionnaires  seront gagnants

Il est possible de faire autrement.

L’argent existe. Cette première liste en fait la démonstration. Nous en publierons d’autres.

Il est possible d’augmenter les salaires, d’investir en France, de créer des emplois, de garantir le financement de la protection sociale. Pour cela une seule condition : S’attaquer à la dictature du capital.

Le capital ne partage pas. Seule la lutte permet de lui arracher la satisfaction des besoins des travailleurs et du peuple.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 13:59

La France comptait 65,8 millions d'habitants au 1er janvier 2013, selon les dernières données démographiques de l'Insee. Tour d'horizon.

Population

La population de la France est de 65,8 millions d'habitants dont 63,7 en métropole et 1,9 million dans les départements d'outre-mer (DOM). Mayotte, devenu DOM à partir du 31 mars 2011, compte 0,2 million d'habitants.

La population résidant en France, hors Mayotte, a augmenté de 0,47% entre le 1er janvier 2012 et le 1er janvier 2013, pour atteindre 65,586 millions de personnes, soit +300.000 personnes.

Sur les trente dernières années, la population a progressé de près de 9,7 millions de personnes, soit +17,3%.

 
 

La France concentre 13% de la population de l'Union européenne, elle est au deuxième rang derrière l'Allemagne. On y a compté 822.000 naissances en 2012 mais 571.000 décès. Le solde naturel s'élève donc à +251.000 personnes alors que le solde migratoire (les arrivées moins les départs) atteint +54.000 personnes.

Commentaire : ces chiffres démentent donc le délire d'extrême-droite sur l'arrivée massive d'une immigration de "peuplement" avec une croissance démographique due à 85 % à la natalité ! Parmi les nouveaux immigrants en France, nationalités et religions sont tellement diverses qu'il devient irrationnel d'y voir une quelconque logique en dehors de celle de gens qui fuient la misère de leur pays (Europe de l'est, Afrique noire, Asie, Maghreb) ou qui viennent pour raisons familiales ou professionnelles (Europe occidentale, Amérique du nord,...).

Fécondité

La fécondité est de 2,01 enfants par femme (en âge d'avoir des enfants) en 2012, comme en 2011.

Au sein de l'Union européenne, le taux de fécondité reste le plus élevé en Irlande (2,05 en 2011) et la France arrive en deuxième position.

La fécondité des femmes plus âgées augmente : 6,6 enfants pour 100 femmes de 35 à 39 ans contre 5,2 enfants en 2002.

Avec 4,8% des naissances, la contribution des femmes de 40 ans ou plus à la natalité reste modérée. Leur fécondité augmente mais reste faible (0,8 enfant pour 100 femmes de cet âge contre 0,6 en 2002)

L'âge moyen des mères à l'accouchement est de 30,1 ans, soit une hausse de 0,7 an en dix ans.

Le taux de mortalité infantile reste stable à 3,5 pour 1.000.

Commentaire : la politique familiale française continue de montrer son intérêt pour assurer le renouvellement des générations et, donc, le dynamisme économique et social futur de notre pays (pensons aux retraites !). Est-ce une raison pour tout foutre en l'air en imposant les allocations familiales ? Et que dire du manque de crèches et de la déscolarisation des enfants de moins de trois ans !

Mariages

En 2012, 241.000 mariages ont été célébrés (236.826 en 2011). Il s'agit de la première année de hausse significative après une baisse quasi-continue depuis l'an 2000.

Commentaire : avec le mariage pour tous, les chiffres vont certainement monter ! En tout cas, quoi qu'en disait les culs bénis de droite, le PACS n'a pas "détruit la famille" !

Espérance de vie, vieillissement

L'espérance de vie (à la naissance) stagne pour les hommes à 78,4 ans et diminue de deux mois pour les femmes, à 84,8 ans.

Les personnes âgées de 65 ans et plus (11,5 millions) représentent 17,5% de la population contre 17,1% en 2011 et 16,1% il y a dix ans.

Les moins de 20 ans sont 16 millions (24,7%, stable).

Commentaire : cette baisse de l'espérance de vie des femmes est notamment due à la hausse nette du nombre de cas de cancers des poumons (qui rattrape les statistiques masculines) : merci le tabagisme ! Plus généralement, la dégradation du système de soin français, mis à mal par plusieurs décennies de saignées dans les effectifs, de fermetures d'hôpitaux et de déremboursement de médicaments et de soins, et des conditions environnementales qui se dégradent (Où en est l'Europe avec REACH d'ailleurs ?) n'ont pas fini d'influer négativement sur l'espérance de vie en France ! Le recul de l'âge de départ en retraite va certainement jouer en défaveur des salariés. Ce ne sera pas le cas des rentiers, genre Bettencourt, qui n'ont jamais bossé de leur vie !

La démographie d'un pays est le reflet de sa situation sanitaire et sociale. Le suivi de son évolution est un bon indicateur de l'évolution de cette situation sanitaire et sociale.

Avec une natalité toujours forte, la France possède encore aujourd'hui des atouts qui permettent aux couples d'envisager facilement la conception d'un enfant. Cela ne sera pas le cas si la misère continue de progresser, si le gouvernement touche aux allocations familiales pour faire des économies sur le dos des familles, et si le projet de réforme du congé parental arrive à son terme.

L'espérance de vie en stagnation pour les hommes et en régression pour les femmes est une première historique !

C'est le signe d'une société française qui ne progresse plus socialement et sanitairement.

Espérons que la France de 2012 ne suive pas l'exemple de la Russie post-soviétique où la natalité a chuté et où l'espérance de vie a régressé de 10 ans en une génération !

En démographie aussi, le progrès ne se décrète pas ! Il se conquiert par la lutte !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 10:57

Dans le domaine de l’exploitation de la précarité, il y a des championnes comme :

 - Manpower : CA en France 4,4 milliards (+12,5% 2011/2010) 61 millions de profits (+68% 2011/2010),

- Adecco : CA 6 milliards (+10% 2011/2010) 220 Millions de profits,

- Randstadt : CA 16,2 milliards (monde) bénéfice net France 169 millions, comme quoi la précarité est un marché intéressant pour le capital !!

des résultats 2012.

- Unilever (The Lipton) qui ferme son usine en France, CA 51,3 milliards  (+7%), bénéfice net 4,9 milliards

- Novartis (pharmacie) 7,2 millions de bénéfice net (+4%)

- Sanofi (pharmacie) qui a supprimé 2000 emplois, CA 34,950 millions, résultat net 8,2 millions,

- L’Oréal CA 22,5 milliards, résultat net 3 milliards

- Lagardère CA 7,3 milliards

- LVMH  CA 6 milliards résultat net 3,42 milliards

- Alcatel qui supprime des emplois, ferme des sites CA 14,4 milliards résultat net 1,1 milliard

- Dassault Système (logiciels) CA 2,4 milliards 501 millions de résultat net.

Fin 2011, les entreprises cotées en bourse en Europe disposaient de 750 milliards de cash (argent disponible). C’est du jamais vu depuis vingt ans note Le Figaro.

Ce n’est pas tout, ces énormes profits alimentent la spéculation, mais rémunèrent les actionnaires. Quelques exemples pour l’année 2012 :

- Total qui augmente les prix des carburants, a versé à ses actionnaires 5,25 milliards,

- Sanofi qui a supprimé 2000 emplois 4,31 milliards,

- GDF Suez qui augmente le gaz 3,75 milliards

- France Télécom qui augmente ses tarifs et supprime des emplois 3,72 milliards

- EDF qui augmente l’électricité 2,12 milliards,

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 09:47

N'en déplaise à la plupart des commentateurs des médias, défenseurs zélés du marché et d'une Europe décrédibilisée, Hugo Chavez ne pouvait pas être qualifié de dictateur : son élection et ses deux réélections ont été reconnues par les organisations internationales comme légitimes et démocratiques.
On peut toujours argumenter sur tel ou tel aspect de son discours, mais quel dirigeant politique occidental peut se vanter de réélections chaque fois plus faciles et de majorités parlementaires reconduites largement ? La dernière élection au Vénézuéla date d'il y a quelques mois seulement et même son adversaire de droite a reconnu la validité de ce scrutin !
Qui sont ces commentateurs pour traiter de dictature un pays ou même l'opposition reconnait sa défaite ?...

A l'inverse, hugo Chavez a bien été victime d'un coup d'état en avril 2002. Il aura fallu 48 heures pour que la population vénézuélienne et les forces armées et policières fidèles à la démocratie fassent capoter un coup d'état dont on sait désormais qu'il était orchestré depuis 9 mois par l'intermédiaire de l'ambassade des Etats-Unis, avec l'aide dela hiérarchie catholique, du patronat, notamment des dirigeants de PDVSA (la compagnie pétrolière, nationalisée ensuite), d'une partie de la hiérarchie militaire, des médias privés (appartenant évidemment à des groupes privés) et des forces de l'opposition. Si les meneurs ont été logiquement arrêtés, médias privés et partis d'opposition n'ont pas été enterdits par la suite : étrange dictature, non ?

Il s'agit bien d'un discours idéologique des commentateurs français : que le petit peuple français ne regarde surtout pas ce qu'il se passe en Amérique du Sud (le Vénézuéla n'est pas seul !) et qu'il ne se demande pas pourquoi les vénézuéliens ont réussi à reprendre le contrôle de leurs principales industries, de leurs banques et on réussi à faire reculer largement la pauvreté et l'analphabétisme quand notre belle Europe, notre grande Europe, modèle des modèles, s'enfonce dans la "crise", le chômage et l'appauvrissement général ?...
Qu'on me dise où est le débat démocratique en France quand tous les journalistes et tous les "experts" politiques et économiques passent leur temps à affirmer que la crise est mondiale (ce qui est faux, vu la croissance chinoise ou sud américaine, par exemple), qu'il n'y a aucune alternative à la rigueur, à la dérégulation sociale et à la mondialisation de l'économie de marché ? Quand les quelques courageux, du PCF ou du Front de gauche notamment, qui tentent d'argumenter le contraire sont privés d'antenne, traités de populistes ou appelés à la "raison" et au pragmatisme comme si c'étaient des fous ?
De fait, la réussite du Vénézuéla et l'arrivée au pouvoir en Amérique latine de gouvernements progressistes, pour certains ouvertement anti-impérialistes et basant leur politique sur des nationalisations d'entreprises occidentales venues se gaver sur ces peuples (Vénézuéla, Bolivie, Equateur, Nicaragua), tout cela faisait un contre-point négatif à la propagande actuelle qui tente de décourager les français et les européens d'exiger d'autres politiques économiques que les saignées actuellement en cours.
Il fallait donc salir l'image de celui qui incarne le plus ce mouvement progressiste latino-américain : Hugo Chavez.
C'est à ce point évident que l'on n'entend jamais nos grands "experts" s'exprimer sur l'état de la "démocratie" dans les monarchies islamistes de la péninsule arabique, dans la monarchie rétrograde et colonisatrice du Sahara Occidental qu'est le Maroc ou même, pour rester en Amérique du Sud, dans le pays du narcotrafic et des escadrons de la mort qu'est la Colombie ?

Eric RUIZ, Comité départemental du PCF 27

venezuela_obseques-chavez.jpg

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 10:42

A l'heure où les libéraux continuent de prôner une baisse du nombre de fonctionnaires et la disparition des communes, cet épisode neigeux nous rappelle toute l'importance des services publics, notamment en zones rurales.

Météo France, service public, avait prévenu depuis quelques jours déjà : la neige allait faire un retour tardif mais violent dans le nord ouest de la France. Les services de la météorologie nationale ne se sont pas trompés.

Il fallait être sourd aux actualités pour ne pas le savoir.

Malheureusement, dans une société désormais piégée par la nécessité de se déplacer, neige et verglas entrainent rapidement des difficultés autant pour l'économie que pour chacun d'entre nous !

Entre les camions de transport de marchandises, les cars scolaires, les voitures de particuliers allant à leur travail ou faire leurs courses, ce sont chaque jour des dizaines de milliers de véhicules qui circulent sur les routes euroises. La nécessité de se déplacer, l'imprudence de certains, et hop ! C'est le chaos !

Saluons les efforts des services départementaux des routes qui ont réussi, malgré des chutes de neige continues et un trafic routier permanent, a maintenir accessibles les grands axes du réseau routier départemental !

Merci aux équipes communales, maires, adjoints et personnels communaux, qui dégagent les axes secondaires, nettoient les trottoirs !

Merci à la solidarité des agriculteurs et au partenariat entre la profession et le Conseil général pour le coup de main de nos paysans envers les naufragés de la route !

Merci aux pompiers, aux gendarmes, aux agents des routes, aux personnels d'ERDF (ex-EDF) pour leur travail difficile pour secourir, épauler, orienter les eurois, de jour comme de nuit !

Merci aux mairies, comme celles de Chavigny-Bailleul et Moisville, pas loin d'ici, qui ont porté assistance aux routiers !

Tous ces mercis, vous le noterez rapidement, vont à des services et des personnels de la sphère publique.

Certains prônent contre vents et marées la poursuite de la saignée dans les effectifs de la fonction publique comme l'a mené durant cinq ans la droite sous Nicolas Sarkozy.

Avec la nouvelle loi de décentralisation qui s'annonce et la volonté gouvernementale de diminuer de plusieurs milliards d'euros les financements aux communes et aux départements, c'est aussi toute cette proximité qui est menacée. Qu'adviendra t-il de la solidarité organisée par nos départements et nos communes quand ceux-ci seront réduits à des coquilles vides, sans moyens et sans financements ?

De la même façon, la réduction des effectifs des anciens monopoles publics, France Télécom (Orange), La Poste ou EDF (ErDF), rend de plus en plus aléatoire la qualité du travail effectué au point que ces entreprises sous-traitent désormais une partie de leurs activités à des entreprises privées qui n'ont pas une vision philanthropique de leur activité, on l'imagine. Et on ne parle pas des tarifs qui ses ont envolés !

Il y a du bon dans ces épisodes climatiques difficiles : ils nous rappellent qu'une société ne peut fonctionner sans solidarité.

Qu'il s'agisse d'une solidarité spontanée, entre personnes, entre voisins, entre automobilistes, ou d'une solidarité organisée, publique, à l'échelon communal, départemental ou national, c'est bien en se serrant les coudes, en se tendant la main, que l'on peut surpasser les épreuves.

Si l'on ne peut rien au niveau de la météo, il n'en n'est pas de même au niveau des choix économiques et politiques.

Cette solidarité dont nous sommes capables face aux éléments météorologiques, mobilisons-là aussi au quotidien, dans la société, auprès de ceux qui sont en difficulté sociale, de ceux que l'on rejette à cause de leurs origines ou de leurs maladies ou handicaps !

Cette solidarité, mobilisons-la aussi en politique, face à ceux qui montrent du doigt d'autres catégories sociales en difficulté ou en luttes, ouvriers, précaires, immigrés, enseignants, personnels hospitaliers, salariés en lutte pour sauver leurs emplois,... ! Ensemble, si nous sommes solidaires, nous avons la force du nombre et nous sommes les créateurs des richesses de ce pays.

Face aux événements climatiques comme à la crise, c'est par l'intervention de la force publique et la solidarité de chacun que nous pourrons surpasser les épreuves.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 10:15

"La Femme est le prolétaire de l'Homme". Karl MARX.

C'est aujourd'hui la Journée internationale pour les Droits des Femmes, à tort appelée "Journée de la Femme", comme si le reste de l'année était réservé aux hommes ?

Il ne s'agit pas seulement d'une simplification du langage, d'un raccourci, mais bien d'un enrobage pour faire oublier le sens profond de cette journée, la lutte pour la reconnaissance de la femme dans nos sociétés. C'est dans le même sens que Philippe Pétain, en 1940, a transformé en jour férié le 1er mai, en le rebaptisant "Fête du Travail", alors qu'il s'agissait à la base d'une journée internationale de lutte à l'initiative des mouvements "socialistes" (dans le sens de révolutionnaires) appelée jusque là "Fête des Travailleurs". Fêter les travailleurs et leur lutte pour l'émancipation, ce n'est pas fêter le travail dans le cadre fasciste du tryptique "Travail-Famille-Patrie" !

Dans le même sens, le combat pour l'émancipation de la femme ne peut être isolé du combat pour la libération de l'Humanité toute entière.

On le voit bien dans les contradictions des révolutions du "Printemps arabe" : les désirs de liberté et d'égalité des peuples se trouvent confrontées aux vélléités réactionnaires de l'islamisme politique qui réprime en même temps les droits démocratiques et les droits des femmes.

C'est pourquoi, les communistes sont au côté des femmes qui se battent partout à travers le monde pour leurs droits, qu'il s'agisse des femmes tunisiennes, marocaines, égyptiennes, maliennes ou libyennes, mais aussi des femmes palestiniennes ou kurdes, dans leurs combats pour le droit de leurs peuples à l'existence et à la liberté.

En France, le combat pour les droits des femmes est loin d'être terminé. Il prend la forme d'un combat contre les violences faites aux femmes, au sein du foyer ou à l'extérieur, contre les inégalités salariales et professionnelles, dont on connait l'importance, pour le droit à maîtriser sa sexualité, sournoisement menacé, et pour une parité acceptée et non pas imposée en politique.

Ici aussi, ce combat passe par un changement profond de notre société, dans ses mentalités comme dans son organisation sociale.

L'éducation, dès le plus jeune âge, comme l'application ferme de la loi doivent permettre de réduire le sexisme et les violences conjugales et sexuelles comme elles doivent également permettre de réduire d'autres formes d'exclusions et d'archaïsmes intellectuels, ceux concernant les handicapés, les immigrés ou les citoyens en situation d'exclusion sociale.

Le combat syndical et politique pour la reconnaissance des diplômes et des compétences professionnelles, loin de la casse du Code du Travail qui continue avec l'Accord National Interprofessionnel, ce combat réduira aussi les inégalités salariales entre hommes et femmes ainsi que les déqualifications dont sont victimes les femmes au sein des entreprises.

La défense d'un service public de santé de qualité et accessible à tous, partout sur le territoire, ainsi que la défense du droit au remboursement intégral des médicaments et des soins, permettront parallèlement de maintenir le droit des femmes à la maîtrise de leur sexualité, droit acquis de haute lutte et remis en cause par le prix croissant du coût des méthodes contraceptives et par la fermeture de centre d'IVG, en même temps que les maternités et hôpitaux de proximité.

Enfin, ce changement de mentalité général et la prise de conscience collective que l'émancipation des femmes, 52 % des citoyens de ce pays, est un élément incontournable du progrès humain pour tous, suffiront à imposer une présence plus importante des femmes aux responsabilités politiques, sans cette triste réglementation sur la parité qui n'est qu'un palliatif malheureux à un mal plus profond.

Comme le disait Karl Marx, "la femme est le prolétaire de l'homme". Libérer l'homme de sa condition de prolétaire, l'émanciper d'un travail qui l'exploite pour en faire un homme libre et maître de son destin, cela ne peut pas se faire si lui-même regarde la moitié de l'humanité comme inférieure à lui et dépendante de son bon vouloir.

Le combat pour le Droit des Femmes n'est pas un combat féministe, c'est le combat de tous pour les Droits de l'Humanité !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article