Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 09:48

Je ne résiste pas à l'élan général de commenter la condamnation de Jérôme Kerviel.

Non pas que j'ai de la sympathie pour lui : après tout, il s'agit d'une petite main du monde de la finance, un trader comme il en existe des milliers et qui spécule sans aucune moralité ni aucun regard pour les vies de salariés que son travail détruit.

C'est bien là que le bât blesse et que se situe mon intérêt pour ce procès.

Jérôme Kerviel est un symbole. Le symbole d'un système capitaliste qui s'est emballé, ivre de bénéfices faciles par des outils de spéculation complètement déconnectés des réalités matérielles qu'ils sont sensés financer.

L'effondrement de cette bulle spéculative en 2008, via les subprimes puis le crédit, a provoqué la crise sociale que nous connaissons actuellement.

Oui, Jérôme Kerviel a sa part de responsabilité ! Comme le dealer de quartier, comme l'homme de main du truand ou comme le gardien de camps de prisonniers politiques.

Kerviel est un rouage, un exécutant zélé qui a bien profité des avantages du système, sans broncher. Mais ce n'est qu'un rouage, qu'un exécutant zélé... !

Kerviel est l'arbre qui cache la forêt et sert de victime expiatoire. C'est le dindon de la farce, le fusible, le soldat qu'on sacrifie sur le champ de bataille pour sauver l'état-major.

Car, derrière Kerviel, il y a le système qui l'a généré. Comment gober cette histoire de trader qui spécule avec des dizaines de milliards d'euros, bien au delà des plafonds officiellement autorisés, sans que personne dans sa hiérarchie ne se rende compte de rien ? Quel est d'ailleurs ce système qui crée des machines à spéculer, des traders jouant avec des millions, des dizaines de millions d'euros pour l'unique bénéfice de quelques gros actionnaires ?

Et la question que chacun se pose : est-ce que cela pourra se reproduire ?

La réponse est malheureusement OUI. Elle est oui dans le futur mais elle est oui aujourd'hui même : rappelez-vous des millions d'euros de primes attribuées par BNP-Paribas à ses traders fin 2009 !

Le bla-bla des gouvernants, Sarkozy en tête, sur la moralisation du capitalisme n'a servi qu'à endormir des peuples effarés par ce système pourri, plongés dans la crise et, pour certains, dans la misère pour sauver les immenses richesses de quelques centaines de milliers de grandes fortunes à travers la planète.

Pour convaincre le peuple que le système a changé, que la spéculation c'est fini, il ne faut pas sauver le soldat Kerviel. Bien au contraire.

Sauf que beaucoup de nos concitoyens sont pour le moins dubitatifs. La lourdeur de l'amende pour Kerviel (4,5 milliards d'euros) dépasse tellement toute logique qu'elle jette un discrédit sur une condamnation pourtant méritée.

Le symbole Kerviel est condamné. La Société Générale et le monde de la finance capitaliste pensent ainsi s'en tirer. Jusqu'au prochain scandale, la prochaine catastrophe financière.

Le capitalisme ne s'est pas moralisé depuis 2008. Il n'a même pas fait l'effort de changer un tant soit peu. Il a repris ses affaires, à grand frais pour le contribuable, et tente même de profiter de l'occasion créée par la crise qu'il a lui même générée pour reprendre aux peuples une part des acquis sociaux qu'il avait dû céder depuis 50 ans.

Au delà du cas Kerviel, c'est bien du capitalisme dont il faudrait faire le procès.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 08:46

Loin d'être abattus, les sénateurs du groupe communiste (CRC) ont annoncé ce week-end dans un communiqué "une âpre bataille" sur le projet de réforme des retraites avec le dépôt de "600 amendements" sur le texte dont l'examen débute demain au Sénat
Retraites : Les sénateurs communistes ont déposé 600 amendements Ils indiquent que "fortement mobilisés en séance", "ils multiplieront les interventions pour souligner l'injustice profonde du projet Sarkozy-Woerth".
"Les sénateurs du groupe CRC-SPG ont pris toutes les dispositions pour que le débat au Sénat sur les retraites ne soit pas tronqué comme à l'Assemblée nationale", ajoutent-ils.
Ils entendent par le biais de leurs amendements "proposer une vraie alternative pour une réforme en faveur des salariés et non pas contre eux" avec comme "coeur de ces propositions, la taxation des revenus du capital".
"L'objectif du groupe CRC-SPG est simple : la retraite à 60 ans à taux plein pour tous, en allant chercher l'argent où il est : sur les marchés financiers" ajoutent-ils.

Après la bataille à l'Assemblée nationale et le dépôt d'un projet de loi alternatif par les députés communistes et républicains, les élus communistes poursuivent la bataille au Sénat.

On voit là tout l'intérêt d'élus offensifs pour porter les revendications populaires dans ces assemblées de notables. Mais les élus ne font pas tout : c'est surtout la pression de la rue qui fera la différence !

 

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 08:55

Malgré la façade rigide apparente du gouvernement, la droite doute.

Sarkozy et Fillon plongent dans les sondages. Sarkozy atteind même des records d'impopularité. La dérive droitière de l'UMP inquiète une partie de l'électorat de droite qui n'apprécie pas forcément l'adhésion du gouvernement aux thèses du Front National ; le vote négatif de certains députés UMP lors du débat sur la perte de nationalité en est un exemple.

Sur la question des retraites, comme plus généralement sur la politique économique et fiscale du gouvernement, la population française rejette clairement les choix idéologiques libéraux qui sont faits.

Sans parler des affaires, notamment autour d'Eric Woerth, de l'isolement de la France au sein de la communauté internationale et, surtout, des chiffres du chômage et de la misère qui atteignent des sommets.

En clair, la position de la droite française est intenable ; le gouvernement et Nicoals Sarkozy le savent.

La peur d'un embrasement social

Ce que ne veut surtout pas voir le gouvernement, c'est un mouvement social de grande ampleur.

La communication gouvernementale joue donc sur deux stratégies : tenir une position ferme et minorer la mobilisation sociale actuelle (d'où les chiffres délirants des préfectures de police pour les manifestations du 23 septembre).

Pourtant, entre 66 et 70 % des français soutiennent le mouvement social ! La majorité et le droit, c'est l'expression du peuple souverain ! L'UMP de Sarkozy et le Nouveau Centre de Hervé Morin n'ont plus de légitimité : les résultats de leurs listes aux dernières élections régionales l'ont prouvé !

La réforme des retraites est en débat au Sénat. Par la suite, elle nécessitera des décrets d'application. Cela nous laisse deux temps forts institutionnels de lutte contre cette réforme. L'exemple du CPE en 2006, voté par le Parlement et retiré sous pression de la foule, prouve que rien n'est perdu si le peuple se mobilise !

Ne nous laissons pas confisquer un acquis social aussi vital que le droit à la retraite ! Nous le regretterons un jour et nos enfants après nous.

Tous dans la rue demain samedi 2 octobre !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 13:36
01 – Ain

10h30-Bourg en Bresse, départ du Champ de Foire

10h00-Belley, devant la mairie

02 – Aisne

10h00-Soissons, place de la République

10h00-Chauny, place de la mairie

10h00-Villers-Cotterêts, place Aristide Briand

10h00-St Quentin, place Carnot

10h00-Hirson, Maison des travailleurs

10h30-Laon, pont de Vaux 1

5h00-Château-Thierry, place Paul Doumer

03 - Allier

10h00-Moulins, devant le lycée Banville

15h00-Montluçon, place Jean Dormois

15h00-Vichy, place de la Poste

04 – Alpes Hte Provence

11h00-Digne, place Gal de Gaulle

11h00-Manosque, porte Saunerie

05 – Hautes Alpes

10h30-Gap, rond point de l’Europe

10h30-Briançon, place d’armes

06 – Alpes Maritimes 10h00-Nice, gare Sncf
07 – Ardèche

10h30-Privas, préfecture

14h00-Aubenas, rond point Ponson Moulon

10h00-Annonay, Champ de mars

10h00-Le Cheylard

08 – Ardennes 10h30-Charleville, place Ducale
09 – Ariège 9h45-St Jean du Falga, rond point CC Leclerc
10 – Aube

10h30-Troyes, rue de la République

10h30-Bar sur Aube, place du marché

11 – Aude

10h30-Carcassonne, portail des jacobins

10h30-Narbonne, médiathèque

12 – Aveyron

10h00-Rodez, jardin public

10H00-Décazeville, jardin public

10h00-Villefranche, devant la mairie

10h00-Millau, place de la gare

10h00-St Affrique, jardin public

13 – Bouches du Rhône 14h30-Marseille, place Castellane
14 - Calvados

10h00-Lisieux, place François Mitterrand

14h30-Caen, place St Pierre

15 – Cantal

14h30-Aurillac, place du 8 Mai (le Prisme)

10h00-St Flour, allées Pompidou

16 – Charente 10h00-Angoulême, gare
17 – Charente Maritime

10h30-La Rochelle, place de Verdun

10h30-Saintes, palais de Justice 

10h30-Rochefort, place Colbert

18 – Cher

10h30-St Amand, place Jean Girault

10h30-Vierzon, forum République

11h00-La Guerche, place du Gal de Gaulle

14h30-Bourges, place Sereaucourt

19 – Corrèze

10h00-Brive, Espace des 3 provinces

10h00-Tulle, place Albert Faucher, quartier de Souilhac

2A – Corse du Sud

10h00-Ajaccio, Carrefour - Préfecture 

18h00-Porto Vecchio, 4 chemins

2B – Haute Corse

10h00-Bastia, Palais de Justice

21 – Côte d’Or

10h00-Montbard, place Gambetta

10h00-Beaune, porte St Nicolas

14h30-Dijon, place de la Libération

22 – Côtes d’Armor

10h30-St Brieuc, place de la Liberté

10h30-Guingamp, devant l’échiquier, place du champ au Roy

10h30-Lannion, parking de la poste

10h30-Dinan, esplanade de la résistance - mairie

23 – Creuse

10h00-Guéret, devant la Chambre de Commerce

10h00-La Souterraine, devant le lycée

24 – Dordogne

10h00-Périgueux, palais de justice

10h30-Bergerac, palais de justice

10h00-Sarlat, place grande Rigaudie

25 – Doubs

10h30-Besançon, place de la révolution

10h30-Pontarlier, place d’Arçon

14h00-Montbéliard, champ de foire

26 – Drôme

10h00-Valence, départ du Champ de Mars

10h00-Montélimar, devant le théâtre

27 –Eure 10h30-Evreux, pré du Bel Ebat
28 – Eure et Loir 19h00-Chartres, place de Halles
29 – Finistère

14h30-Morlaix, place de la mairie  

14h30-Brest, Place de la liberté

14h30-Quimper, place de la résistance  

14h30-Quimperlé, place de Coat Kaer  

14h30-Carhaix

30 – Gard

10h00-Bagnols sur Cèze, devant la poste

10h00-Beaucaire, à la passerelle du canal

10h30-Le Vigan, devant la mairie

11h00-Uzès, esplanade

14h00-Nîmes, place St Charles

14h00-Villeneuve les Avignon, gare centrale

15h00-Alès, place de la mairie

31 – Haute Garonne

10h00-Toulouse, place St Cyprien

10h00-St Gaudens, place Jean Jaurès

32 – Gers 10h00-Auch, patte d’oie
33 – Gironde

10h00-Arcachon, sous préfecture

10h30-Blaye, place des Cônes

14h00-Bordeaux, Jardin public

34 – Hérault

10h00- Béziers, Bourse du travail

10h30-Bédarieux, place de la mairie

11h00-Balaruc, pavillon Sévigné

13h30- Montpellier, Rives du Lez,

35 – Ille et Vilaine

10h00-Rennes, avenue janvier

10h00-Redon, sous préfecture

10h30-Fougères, sous préfecture

10h30-St Malo, ancienne gare

10h30-Vitré, place de la gare

36 – Indre

10h00-Châteauroux, place de la République

10h00-Issoudun, place du Sacré Cœur

37 – Indre et Loire 15h00-Tours, place de la liberté
38 – Isère

14h30-Grenoble, cours Jean Jaurès

10h00-Bourgoin, parking Diederichs

10h00-La Tour du Pin, gare Sncf

10h00-Rousillon, place de la République

39 – Jura

10h00-Dôle

10h00-Lons le Saunier

10h00-St Claude

40 – Landes 10h30-Dax, Bd des Sports (stade)
41 – Loir et Cher 14h30-Blois, parc des expositions
42- Loire

10h00-St. Etienne, bourse du travail

10h15-Roanne, Bourse du travail

43 – Haute Loire

10h30-Puy en Velay, place du Breuil

10h30- Brioude, place de Paris

44 – Loire Atlantique

15h00-Nantes, CHU

15h00-St Nazaire, place de l’Amérique Latine

15h00-Châteaubriand, place de la mairie

15h00-Ancenis, station Esso

45 – Loiret

14h30-Orléans, place du Martroi

14h30-Montargis, place du Patis

14h30-Gien, place de la Victoire

46 – Lot

10h00-Cahors, place de Gaulle

10h00-Figeac, lycée Champollion

47 – Lot et Garonne

9h30-Marmande, esplanade de Maré

10h00-Agen, place de la préfecture

48 – Lozère 10h00- Mende, cour de la Chicanette
49 – Maine et Loire

10h00-Angers, place Leclerc

10h00-Cholet, place Travot

10h00-Saumur, avenue du Gal de Gaulle (entre les 2 ponts)

10h00-Segré, place du port

50 – Manche

10h30-Cherbourg, place de la mairie

10h30-Coutances, mairie

10h30-Granville, centre ville

14h30-Avranches, mairie

14h30-St Lô, mairie

51 – Marne

10h00-Chalon, maison des syndicats

10h00-Epernay, 10 place Carnot

10h00-Vitry, rue Lucien Herr

10h00-Ste Menehould, parking du Super U

10h00-Reims, maison des syndicats

52 – Haute Marne

8h00-Nogent, devant le congrès des Maires

10h30-St Dizier, devant la mairie

11h00-Chaumont, place de la mairie

53 – Mayenne 10h00-Laval, place de la préfecture
54 – Meurthe et Moselle

10h00-Toul, place ronde

14h30-Nancy, place Dombasle

14h30-Longwy, place Leclerc

55 – Meuse 14h30-Bar le Duc, gare Sncf
56 – Morbihan

10h00-Lorient, place de la mairie

10h00-Vannes, la Rabine

10h00-Pontivy, La Plaine

10h30-Belle-Ile, l’embarcadère

11h00-Groix, les halles

57 – Moselle

10h30- Metz départ devant le Centre Pompidou

10h30- Thionville départ devant la Sous-préfecture

10h30- Forbach départ devant la Mairie

10h30- Sarrebourg départ devant la Mairie

58 – Nièvre

14h30-Nevers, devant la gare

14h30-Cosne sur Loire, devant la Poste

59 – Nord

9h30-Douai, place d’Armes

14h30-Lille, porte de Paris

14h30-Maubeuge, espace Rive Gauche, Mail de la Sambre

14h30-Cambrai, devant la sous préfecture

14h30-Valenciennes, devant le musée Watteau

15h00-Dunkerque, place Jean Bart

60 – Oise

10h00-Chantilly, Place de la Gare  

10h30-Beauvais, Place du Jeu de Paume  

10h00-Compiègne, Cours Guynemer  

61 – Orne

10h00-Flers, place du marché

10h00-L’Aigle

10h00-Argentan

14h00-Alençon, conseil général

62 – Pas de Calais

9h30-Boulogne, Quai Gambetta

9h30-St Omer, Bourse du travail

10h00-Bruay, Porte Nord

10h00-Lens, place du Cantin

14h30-Calais, place Crèvecoeur

63 – Puy de Dôme

10h00-Clermont-Ferrand, place Delille

10h00-Issoire, place de la montagne

10h00-Ambert, sous préfecture

64 – Pyr. Atlantiques

10h30-Pau, place Clémenceau

10h30-Bayonne, place de la mairie

65 – Hautes Pyrénées 10h00-Tarbes, bourse du travail
66 – Pyr. Orientales 10h00-Perpignan, place de Catalogne
67 – Bas Rhin 14h30-Strasbourg, place de la république
68 – Haut Rhin 14h30-Mulhouse, place de la Bourse
69 – Rhône

10h30-Villefranche, place du promenoir

14h00-Lyon, place Jean Jaurès

70 – Haute Saône

14h00-Vesoul, place Renet

14h00-Gray, quai Mavia

71 – Saône et Loire

10h00-Chalon, maison des syndicats

10h00-Macon, place Genèves

10h00-Le Creusot, l’Alto

10h00-Montceau, place de la mairie

10h00-Paray le Monial, place de la mairie

15h00-Autun

72 – Sarthe 14h30-Le Mans, place du marché de Pontlieue
73 - Savoie

10h00-Chambéry, place Caffe

10h00-St Jean de Maurienne, place du champ de foire

14h30 Albertville, Mât olympique (prés patinoire)

74 – Haute Savoie

14h00-Annecy, préfecture

14h00-Bonneville, Mairie

14h00-Thonon, place de l’Etoile

75 - Paris 14h30-Paris, République/Bastille/Nation
76 – Seine Mar.

10h00-Fécamp, devant l’hôtel de ville

14h00-Dieppe, devant la gare

14h00-Rouen, cours Clemenceau

15h00-Le Havre, espace Coty

77 – Seine et Marne 14h30-Paris, République/Bastille/Nation
78 – Yvelines 14h30-Paris, République/Bastille/Nation
79 – Deux Sèvres

10h30-Niort, place de la Brèche

10h30-Parthenay, esplanade palais des congrès

10h30-Thouars, place Lavault

Bressuire

80 – Somme

10h00-Doullens, hôtel de ville

10h00-Friville-Escarbotin, place Jean Jaurès

14h30-Amiens, maison de la culture

14h30-Abbeville, hôtel de ville

81 – Tarn

10h00-Albi, place du Vigan

10h00-Castres, Sous-préfecture  

82 – Tarn et Garonne 10h30-Montauban, esplanade des fontaines
83 – Var

10h30-Draguignan, sous-préfecture

14h30-Toulon, place de la Liberté

84 – Vaucluse 14h00-Avignon, gare centre Sncf
85 – Vendée

10h00-Fontenay le comte, sous préfecture

10h30-La Roche sur Yon, place Napoléon

86 – Vienne

10h00-Châtellerault, manufacture (musée auto)

10h30-Poitiers, promenade des cours

87 – Haute Vienne

10h00-St Junien, bourse du travail

10h00-St Yrieix la perche, place de la Nation

14h30-Limoges, place de la République

88 – Vosges 14h30-Epinal, Gare
89 – Yonne

10h00-Auxerre, place de l’Arquebuse

10h00-Sens, place du marché

90 – Ter. de Belfort

14h00-Belfort, Maison du peuple 

 

 

 

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 08:31

Le taux de croissance. L'Indicateur avec un grand I. Positif et le gouvernement se gargarise de "ses" résultats sur le plan économique. Sauf que près de 4 600 000 salariés sont privés d'emploi ! Un dégât collatéral ?

La droite passe son temps à vanter les mérites de sa politique, qui aurait sauvé l'humanité de la banqueroute, fin 2008, et à mettre en avant le retour de la croissance.

Pour nous qui sommes plus près du bas de l'échelle sociale que de son sommet, le point de vue est quand même moins flatteur. Soit nous n'avons pas les mêmes chiffres avec le gouvernement, soit nous ne regardons pas les mêmes indicateurs ? En fait, il y a un peu des deux.

Lecture partisane des chiffres du chômage

Prenons les chiffres du chômage. Les chiffres officiels.

Les chiffres de l'INSEE précisent que la catégorie A enregistre 2 693 000 inscrits en août soit + 0,6 % en 1 mois et + 4,9 % en 1 an. Un résultat mauvais à lui tout seul. La catégorie A, ce sont les chômeurs privés d'emplois. Complètement.

Car à ces chômeurs "complets", il faut rajouter ceux qui continuent de chercher un emploi mais qui travaillent à temps partiels (voire à temps très partiels) et les chômeurs âgés dispensés d'emplois. Cela fait tout de même 1 896 000 personnes supplémentaires, en baisse de 0,1 % sur 1 mois mais en hausse de 17 % sur 1 an ! Une paille.

Au total, ce sont donc 4 588 000 chômeurs que comptait la France en août 2010, soit une hausse de 0,3 % en 1 mois et de 9,6 % en 1 an. En Haute Normandie, cette hausse mensuelle est de 0,5 %.

Alors, effectivement, du côté du gouvernement on peut se taper sur le ventre en vantant le retour de la croissance. Rendez-vous compte, ma brave dame, + 1,4 % prévus sur 2010 ! La réalité, c'est que le chômage aujourd'hui concerne près de 4,6 millions de salariés et que la situation se dégrade continuellement !

Séniors au chômage ou séniors en retraite ?

Ce qui est intéressant, du côté de ces chiffres, c'est que Laurent Wauquiez, secrétaire d'état à quelque chose, se vantait le mois dernier du bon taux d'emploi des séniors puisque 60 % d'entre eux seraient en activité contre moins de 55 % en 2007. Un chiffre fort surprenant vu l'explosion du chômage global. Surprenant mais pas inexplicable ; les séniors dispensés de recherche d'emploi (au delà de 58,5 ans) ne sont plus comptés comme chômeurs et basculent donc dans la catégorie "actifs" ! Joli tour de passe-passe, non ? Or, ils sont 617 000 dans ce cas en août, 1,2 % de plus que le mois précédent et 28,2 % de plus qu'en août 2009 !

En clair, le nombre de chômeurs âgés dispensés de recherche d'emploi a explosé en une année ce qui a permis de faire augmenter artificiellement le taux d'emploi des plus de 55 ans de plus de 5 points.

En plein débat sur les retraites, camoufler la réalité du chômage des salariés âgés est une nécessité pour le pouvoir ! Comment justifier le recul à 62 puis 67 ans de l'âge légal de départ en retraite quand près d'un salariés sur deux est au chômage une fois passé 55 ans ? En faussant les chiffres du chômage des séniors, pardi !

Le gouvernement et la droite tentent de faire oublier la réalité de la crise économique. Une crise qui touche d'abord les actifs, salariés, artisans ou agriculteurs, par le biais de la baisse d'activité ou de la hausse des prélèvements fiscaux ou sociaux. Pendant ce temps, dividendes des sociétés, rachats et expansions d'entreprises, valeurs des actions en Bourse, hausse des très hauts salaires se multiplient.

On comprend mieux l'empressement du gouvernement à pointer du doigt les gens du voyage quand tous les chiffres montrent que les délinquants sociaux et les criminels économiques sont plutôt en haut de l'échelle sociale, dans les beaux quartiers et aux manettes des grandes entreprises et de l'Etat.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 08:42

Petite liste non exhaustive des catégories de français qui auraient des raisons de manifester :

 

- les futurs retraités, bien sûr, qu'ils aient de 20 à 60 ans, pour le report annoncé de l'âge de départ, les ponctions faites sur les seuls revenus du travail et les diminutions des pensions de retraites qu'entrainera le départ à 65 ans pour ceux qui n'auront pas de carrières "complètes" pour cause d'études longues, de chômage ou de maternités ;

- les futurs mariés et futurs pacsés, pour la décision gouvernementale de supprimer l'une des rares mesures fiscales qui bénéficiait à tous, pas seulement aux riches ;

- les salariés, avec emploi, bientôt privés d'emploi ou au chômage, pour toute la politique anti-sociale menée conjointement par la droite et le MEDEF depuis des décennies et, perticulièrement, depuis la crise capitaliste ;

- les personnes hospitalisées, celles qui le seront bientôt, leurs parents et le personnel médical pour la casse de l'hôpital publique en cours, par asphyxie budgétaire, par manque de personnel et par des mesures administratives de fermetures de blocs opératoires, de maternité ou de services d'urgence de nuit ;

- les jeunes, pour le monde que la droite et le capital leur prépare, plein de chômage, de précarité, sans retraite assurée ;

- les lycéens, les étudiants et les personnels de l'Education Nationale, pour le travail de sape de l'enseignement publique qui entraine des réformes inapplicables, des suppressions continues de postes d'enseignants et de personnels ATOSS dans les établissements du secondaire et du supérieur ;

- les fonctionnaires, pour les insultes dont ils sont constamment victimes, pour la remise en cause du statut de fonctionnaire territorial en cours, pour les dizaines de milliers de suppressions de postes annuels, pour les salaires bloqués, pour l'alignement de leur régime de pension sur celui du privé alors que les bases de calcul sont largement défavorables dans le Public ;

- les élus locaux, leurs fonctionnaires et la population pour la réforme territoriale en cours qui va faire transformer les communes et les départements en institutions fantômes, sans pouvoir véritable, au profit de superstructures incontrôlables par la population ;

- les paysans et salariés de l'agriculture, pour les réformes de la PAC, pour les lois LME et LRE, lois "Leclerc" qui les soumettent au diktat de la distribution et des gros monopoles de l'agroalimentaire ;

- les femmes, les jeunes et les immigrés, méprisés par ce pouvoir.

 

Cela fait du monde. Cela fait largement plus de 3 millions !

Peut-être ne serons-nous pas tous dans la rue aujourd'hui, la précarité de l'emploi et les bas salaires freinent beaucoup d'entre nous !

Mais nous sommes tous dans le même bâteau, dans ce Titanic que les officiers de bord mènent au naufrage et dont ne réchapperont que les passagers de première classe ! Ceux qui boivent du Champagne sur leurs yachts en regardant la population des classes inférieures se noyer.

Car effectivement, il s'agit bien d'une question de classes, comme sur le Titanic !

La droite, UMP et Nouveau Centre, de messieurs Morin et Le Maire dans l'Eure, cette droite mène une politique de classe au nom des nantis et du patronat.

En fait, tous ceux qui ne sont pas dans les classes supérieures ont de bonnes raisons de se battre contre les choix politiques actuels. Le mieux serait de le faire ensemble.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 16:04

Après l'énorme mobilisation du mardi 7 septembre, la droite sarkozyste a passé en force au Parlement la loi de réforme des retraites. Elle compte ainsi décourager toute opposition à sa politique.

Bien au contraire, c'est le moment de se mobiliser encore plus !

Comme l'a démontré la mobilisation contre le CPE, une loi votée peut être retirée ! De plus, la loi doit passer devant le Sénat.

Désavoué par la rue et par les sondages, dérivant vers un régime autoritaire et xénophobe, impliqué dans un certain nombres d'affaires, ce gouvernement n'est plus légitime. Au peuple de s'exprimer !

A Evreux, rendez-vous à 14 h devant la Gare SNCF, bd Gambetta.

Cortège du PCF : face à la Gare, devant l'Hôtel de l'Ouest.


 

Manifs, actions et rassemblements du 23 septembre 2010 :

 

  • (01) Bourg-en-Bresse: 14h30, Champ de foire
  • (01) Belley : 17h30, mairie.
  • (02) Hirson : 14h30, devant Valeo, rue de Charleville.
  • (02) Saint-Quentin : 17h, place Lafayette.
  • (02) Soissons : 17h, place de la République.
  • (02) Château Thierry : 11h, place Paul Doumer.
  • (02) Chauny : 15h, Mairie.
  • (02) Hirson : 17h, Maison des travailleurs.
  • (02) Laon : 15h30, devant l'Union Locale CGT.
  • (02) Villers-Cotterets : 15h30, devant l'Union Locale CGT
  • (03) Montluçon : 15h, place Jean Dormoy (Place Saint Paul).
  • (03) Moulins : 15h, devant le Lycée Banville.
  • (03) Vichy : 15h, Place de la Poste.
  • (05) Briançon : 11h, Grand Boucle.
  • (05) Gap : 10h30, rond-point du Cèdre.
  • (06) Nice : 10h, Place Masséna.
  • (06) Grasse : 18h00, Cours Honoré Cresp.
  • (06) Toulon : 10h00, place de la Liberté.
  • (06) Draguignan : 10h30, devant la sous-préfecture.
  • (07) Privas : 10h30, Préfecture.
  • (07) Annonay : 10h, Usine Faya.
  • (07) Aubenas : 14h, rond-point Ponson-Moulon.
  • (07) Le Cheylard : 10h, Mairie.
  • (08) Charleville-Mézières : 14 h, parc des Expositions.
  • (09) Foix : 10h, en haut des allées de Villote.
  • (10) Troyes : 13h30, Place de l'Hôtel de Ville.
  • (10) Romilly :16h30, salle François Mitterrand.
  • (11) Carcassonne : 10h00, Square André Chénier.
  • (11) Narbonne : 14h00, au théâtre Pont de l'Avenir.
  • (12) Rodez : 14h30, Bourran.
  • (13) Marseille : 10h30, Vieux-Port.
  • (13) Arles : 10h30, Place de la République.
  • (14) Caen : 10h, place Saint Pierre.
  • (14) Lisieux : 10h30, place François Mitterrand
  • (14) Vire : 17h, porte de l’horloge.
  • (15) Aurillac : 10h30, place des Carmes.
  • (15) Saint Flour : 17h30, allées Pompidou.
  • (16) Angoulème : 10h00, Gare.
  • (17) La Rochelle : 14h30, 14h30, Place de Verdun.
  • (17) Jonzac : 16h00, rendez-vous au jardin public.
  • (17) Rochefort : 10h30, place Colbert.
  • (17) Saintes : 10h30, devant le palais de Justice.
  • (18) Bourges : 10h30, place Séraucourt.
  • (18) Vierzon  : 10h30, Forum République.
  • (18) St Florent : 10h30, place de la République.
  • (18) St Amand : 10h30, place Jean Giraud.
  • (18) La Guerche : 11h00, place du Général de Gaulle.
  • (19) Brive : 10h00, Place Thiers.
  • (19) Pompadour : 14h30, Place du Château.
  • (19) Tulle : 15h00, La Gare.
  • (19) Ussel : 15h00, Place de la République. 
  • (2A) Ajaccio : 10h00, Cours Prince Imperial - Carrefour.
  • (2A) Porto Vecchio : 10h30, place de la Mairie.
  • (2B) Bastia : 10h, Palais de Justice.
  • (21) Dijon : 14h30, Place de la Libération.
  • (21) Beaune : 10h30, Porte Saint Nicolas.
  • (21) Montbard : 17h00, Place Gambetta.
  • (22) Saint-Brieuc : 10h30, Place de la Liberté.
  • (22) Guingamp: 10h30, Place du Champ au Roy.
  • (22) Dinan : 11h30, Esplanade de la Résistance, devant la mairie.
  • (22) Lannion : 11h00, Place de la poste.
  • (23) Guéret : 14h30, Gare routière.
  • (23) Aubusson : 10h00, Sous-préfecture.
  • (23) Boussac : 10h00, route du Stade.
  • (23) La Souterraine : 10h00, rond-point de la Gendarmerie.
  • (24) Périgueux : 17h30, palais de justice.
  • (24) Bergerac : 17h30, palais de justice.
  • (24) Sarlat : 17h30, place de la grande Rigaudie.
  • (25) Besançon : 14h, Place de la Révolution.
  • (25) Montbéliard : 14h, rond-point du Mc Do.
  • (25) Pontarlier : 17h30, Place d'Arçon.
  • (26) Valence : 14h30, Champ de Mars.
  • (26) Montélimar : 14h30, départ Théâtre.
  • (27) Evreux : 14 h, Gare SNCF.
  • (28) Chartres : 10h00, Place des Epards.
  • (28) Nogent-le-Rotrou : 17h30, Place du 11 août.
  • (29) Brest : 10h30, Place de la Liberté.
  • (29) Quimper : 10h30, Place de la Résistance.
  • (29) Morlaix : 10h30, Place Jean Charter, près Leclerc et stade.
  • (29) Quimperlé : 10h30, Coat Ker.
  • (30) Nîmes : 15 h, Préfecture.
  • (30) Alès : 10 h, devant le lycée Jean-Baptiste Dumas.
  • (30) Bagnols sur Cèze  : 10 h,  devant La Poste (Boulevard Gambetta).
  • (30) Le Vigan : 10 h, devant La Poste.
  • (30) Uzès : 10 h,Esplanade.
  • (31) Saint-Gaudens : 15h, Place Jean-Jaurès.
  • (31) Toulouse : 9h30, place Saint-Cyprien.
  • (32) Auch : 10h, devant le siège de l'UMP.
  • (33) Bordeaux : 11h, allées de Tourny.
  • (33) Libourne : 17h30, square du 15ème Dragon.
  • (34) Montpellier : 15H00, Bords du Lez .
  • (34) Béziers : 10h00, Bourse du Travail.
  • (34) Sète : 10h00, Mairie.
  • (35) Rennes : 11h, avenue Janvier.
  • (35) Redon : 17h, Sous-Préfecture.
  • (35) Saint-Malo : 11h, place de l'ancienne gare.
  • (35) Fougères : 17h30 devant la sous-Préfecture.
  • (36) Châteauroux : 10h, Place de la République
  • (37) Tours : 10h, Place de la Liberté.
  • (38) Grenoble : 10h, place Jean Jaurès.
  • (38) Bourgoin : 10h, parking Diederich.
  • (38) Roussillon : 10h, place de la République.
  • (38) Tour du Pin : 10h, gare Sncf.
  • (38) Vienne : 14h30, Champs de Mars.
  • (39) Dôle : 10h00, avenue de Lahr.
  • (39) Saint Claude: 10h00, Sous-Préfecture.
  • (39) Lons-le-Saunier : 14h30 , place de la Liberté.
  • (40) Mont-de-Marsan : 10h30, devant les Arènes. 
  • (41) Blois : 14h30, Parc des Expositions. 
  • (41) Vendôme : 10h30, Place de la Liberté.
  • (41) Romorantin : 10h30, sous-préfecture.
  • (42) Saint Etienne : 10h15, départ gare de Châteauroux. 
  • (42) Roanne : 10h15, Bourse du Travail. 
  • (43) Puy-en-Velay : 10h30, Place Cadelade.
  • (44) Nantes : 14h30, CHU.
  • (44) Ancenis : 14h30, RD 723 - station Esso.
  • (44) Chateaubriant : 14h30, Place de la Mairie
  • (44) Saint Nazaire : 14h30, Place de l'Amérique Latine.
  • (45) Orléans : 10h30, Place du Martroi.
  • (45) Montargis : 10h30, Place du Pâtis.
  • (45) Gien : 10h30, Place de la Victoire.
  • (46) Cahors : 14h30, place Mittérand.
  • (46) Biars-sur-Cere: 10h30, parking gare et Poste.
  • (46) Figeac : 14h30, devant le lycée Champollion.
  • (47) Agen : 10h00, Place de la Préfecture.
  • (47) Marmande : 14h30, Esplanade de Maré.
  • (48) Mende : 10h00, place de la Chicanette.
  • (49) Angers : 10h30, place Leclerc.
  • (49) Cholet : 10h30, place Travot .
  • (49) Saumur : 10h30, place de la Mairie.
  • (49) Segré : 17h00, place du Port.
  • (50) Cherbourg : 10h30, place Napoléon.
  • (50) St Lô : 10h30, plage verte.
  • (50) Avranches : 14h30, place de la mairie
  • (50) Coutances : 10h30, place de la mairie
  • (50) Granville : 10h30, Calvaire.
  • (51) Reims : 10h00, Maison des syndicats, 15 bd de la Paix.
  • (51) Chalon : 10h00, Maison des syndicats.
  • (51) Epernay : 10h00, place Carnot.
  • (51) Montmirail : 10h00, devant Axon.
  • (51) Saint Ménehould : 10h00, devant Super U.
  • (51) Sézanne : 10h00, Maison des syndicats
  • (51) Vitry : 10h00, rue Lucien Herr.
  • (52) Saint-Dizier : 17h30, salle Aragon..
  • (52) Chamont : 17h00, Mairie.
  • (53) Laval : 10 h, Place de la Cathédrale.
  • (54) Nancy : 14h, place Stanislas.
  • (54) Longwy : 14h30, place Darche.
  • (55) Bar-le-Duc : 10h, parking du 8 mai 1945.
  • (55) Verdun : 14h30, gare SNCF. 
  • (56) Lorient: 10h00, Maison des syndicats.
  • (56) Vannes : 10h00, La Rabine.
  • (56) Pontivy : 10h30,  La Plaine.
  • (56) Belle Ile, L'Embarcadère.
  • (57) Metz : 14h30, place de la Gare
  • (58) Nevers : 16h, Bourse du Travail.
  • (58) Cosne : 16h, La Poste.
  • (59) Lille : 14h30, Porte de Paris.
  • (59) Armentières : 9h30, place Jules Guesde.
  • (59) Cambrai : 15h00, Hôtel de Ville.
  • (59) Denain : 10h00, devant
  • (59) Douais : 9h30, place d'Armes.
  • (59) Maubeuge : 9h30, rive gauche, mail de la Sambre..
  • (59) Dunkerque : 15h00, Place Jean Bart.
  • (59) Valenciennes : 10h00, place d'Armes.
  • (60) Beauvais : 14h30, Place du Jeu de Paume.
  • (60) Creil : 10h00, place Carnot
  • (60) Compiègne : 10h00, Cours Guynemer.
  • (61) Alençon : 11h00, rond-point du Lycée Alain..
  • (61) Argentan : 15h, Place Général Leclerc. 
  • (61) Flers : 17h, Place du marché.
  • (61) L'Aigle : 17h30, Place de la mairie.
  • (61) Mortagne-au-Perche : 17h30, devant la mairie. 
  • (62) Arras : 10h, place de la gare.
  • (62) Calais : 9h00, place de la mairie.
  • (62) Boulogne : 9h30, Quai Gambetta.
  • (62) Béthune : 9h00, place de la mairie.
  • (62) Bruay-Labuissière : 8h30, Parc de la Porte Nord.
  • (62) Lens : 14h30, place du Cantin.
  • (63) Clermont-Ferrand : 10h00, Place du 1er mai.
  • (63) Issoire : 17h00, Place de la Montagne.
  • (64) Bayonne : 10h30, Place Sainte-Ursule.
  • (64) Pau : 10h30, Place de Verdun.
  • (65) Tarbes : 10h00, Bourse du Travail.
  • (66) Perpignan : 10h00, Place Catalogne.
  • (67) Strasbourg : 14h30, rue de la 1ère Armée.
  • (68) Colmar : 11h00, devant la Préfecture.
  • (68) Mulhouse : 16h30, place de la Bourse.
  • (69) Lyon : 10h30, place Ambroise Courtois (Métro Lumière). 
  • (69) Villefranche : 17h00, Place du Promenoir.
  • (70) Vesoul : 14h00, Place Renet.
  • (71) Chalon : 15h, maison des syndicats.
  • (71) Macon : 15h, Place Genèves.
  • (71) Le Creusot : 15h, l'Alto.
  • (71) Montceau : 15h, place de la Mairie.
  • (71) Paray-le-Monial : 15h, place de la Mairie.
  • (72) Le Mans : 9h30, palais des Congrès.
  • (73) Chambéry : 14h30, Place Caffe (Préfecture).
  • (73) Albertville : 14h30, Place de la Sous-Préfecture.
  • (73) Saint Jean de Maurienne : 14h30, Place du champs de foire.
  • (74) Annecy : 14h30, Préfecture.
  • (75) Paris : 13h, Bastille.
  • (76) Rouen : 10h, Cours Clemenceau
  • (76) Le Havre : 10h, Franklin. 
  • (76) Dieppe : 10h, devant la gare
  • (76) Eu : 10h, place guillaume le Conquérant.
  • (76) Fécamp : 14h30, maison des syndicats.
  • (76) Lillebonne: 16h30, théâtre Romain.
  • (79) Niort : 11h30, place de la Brèche.
  • (79) Bressuire : 17h30, place Saint Jacques.
  • (79) Thouars : 11h00, place Lavault.
  • (80) Doullens : 17h30, devant l'Hôtel de ville.
  • (80) Amiens : 14h30, Maison de la culture.
  • (80) Abbeville : 15h00, Place de l'Hôtel de Ville.
  • (80) Doullens : 17h30, Place de la Mairie.
  • (80) Friville-Escarbotin : 14h30, Place Jean Jaurès. 
  • (80) Ham : 14h30, place du Château d'eau.
  • (81) Albi : 14h30, Place du Vigan.
  • (81) Castres : 16h30, Sous-Préfecture.
  • (82) Montauban : 14h30, départ devant la Gare.
  • (83) Toulon : 10h, place de la Liberté.
  • (83) Draguignan : 10h30, sous-préfecture.
  • (84) Avignon : 10h00, porte de l'Oulle.
  • (85) La Roche sur Yon : 14h00, Place Napoléon. 
  • (85) Fontenay-le-Comte : 10h00, place de Verdun.
  • (86) Poitiers : 10h00, Stade Rebeillaud.
  • (86) Chatellerault : 10h00, place de l'Europe.
  • (87) Limoges : 10h00, Place de la République.
  • (87) St Léonard de Noblat : 17h00, Place de la République.
  • (87) Saint Yrieix : 17h00, Place de la Nation.
  • (88) Epinal : 14h30, Préfecture.
  • (89) Auxerre : 15h00, Maison des syndicats.
  • (89) Sens : 10h00, Place du marché couvert.
  • (89) St Florentin : 10h00, Port.
  • (90) Belfort : 10h00, maison du Peuple.
  • (974) Saint-Denis (Réunion) : 9 h, petit marché.
  • (974) Saint-Pierre (Réunion) : 9 h, devant la gare routière. 
  • (971) Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) : 8h30, devant la Mairie. 
  • (972) Fort-de-France (Martinique) : 8h30, Maison des Syndicats (jardin Desclieux).
  • (976) Mayotte - Mamoudzou : 8h30, Esplanade de l’office du tourisme.
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 08:41

Quand on vous dit que nous n'avons encore rien vu ! Nouvelle démonstration avec François Baroin, ci-devant ministre du budget qui étudie un moyen de ponctionner fiscalement les jeunes mariés et jeunes pacsés. Sans honte.

La droite au pouvoir est pleine d'idées pour épuiser les ressources des salariés sans jamais piocher dans les ressources des plus riches.

Dernière idée en date : s'attaquer à "l'avantage fiscal" dont bénéficient les couples qui se marient opu qui se pacsent.

Côté avantage fiscal, de quoi s'agit-il ? Tout simplement de l'application de la loi sur les Impôts qui fait qu'une personne célibataire doit faire sa propre déclaration d'impôt mais que si cette personne se marie ou se pacse, elle doit faire une déclaration commune avec son époux (épouse) ou partenaire de PACS. L'application de cette règle permettait à des dizaines de milliers de couples chaque année de faire trois déclarations d'impôts (deux comme célibataires et un comme couple) pour un même revenu fiscal, ce qui faisait automatiquement baisser de tranche d'imposition donc payer moins d'impôts.

La proposition de la droite ? Obliger les couples à choisir soit les deux déclararations séparées, soit la déclaration en tant que couple.

Bien placée dans l'année, cette règle permettait à de jeunes couples d'économiser quelques centaines d'euros leur première année de mariage. Des sous bienvenus pour de jeunes couples souvent sans patrimoine.

Mais ce maigre avantage qui profite à tous est bien trop grand aux yeux des libéraux de l'UMP !

Le gouvernement a donc décider de faire tomber cet "avantage fiscal", cette Bastille de privilège !

Rendez-vous compte ! L'Etat pourra ainsi gratter quelques centaines de millions d'euros dans la poche des salariés !

Il ne s'agit pas d'avantages fiscaux ni de niches fiscales mais de l'appplication simple du Code des Impôts, je le rappelle.

Et il n'est toujours pas question de s'attaquer aux vrais avantages fiscaux, ceux qui coûtent des milliards d'euros à la Nation et qui concernent seulement quelques milliers de foyers fiscaux, les mêmes chaque année : bouclier fiscal, dégrèvement pour achats d'actions, parachutes dorés, stock-options, niches fiscales, ...

D'annonces en mesures, la droite redistribue les cartes fiscales en France :

- d'un côté, elle allège les charges financières sur le Capital : suppression de la Taxe Professionnelle, allègements de charges sociales, bouclier fiscal,.. ;

- d'un autre côté, elle alourdit la fiscalité et les charges sur les ménages et les simples salariés : financement des retraites, remise en cause des "niches fiscales" populaires, hausses des tarifs de l'électricité et du gaz, hausse de la TVA sur les "Box", diminution des prises en charge de la Sécu (répercutées par les mutuelles), blocage des salaires des fonctionnaires, baisse des prestations du Service Public,...

Entre l'annonce il y a quelques jours des chiffres 2009 du Bouclier fiscal et l'annonce de cette mesure, chacun peut mesurer l'écart existant entre une petite clique de nantis extrêmement riches et l'immense majorité de la population, soumise aux aléas d'une crise sans fin et imposer de plus en plus lourdement.

L'Etat et son gouvernement sont au service des classes dominantes, nantis, actionnaires et grands patrons.

En dessous, notre faiblesse individuelle est compensée par la force du nombre et la réalité de l'économie, produite par les travailleurs que nous sommes et consommée par les consommateurs que nous sommes également.

Nous avons avec nous la légitimité du nombre et la force de notre solidarité.

Dès jeudi prochain, nous aurons la possibilité de faire une vraie démonstration de force et de motivation au gouvernement et à la droite. Emparons-nous de la rue ! Prenons la parole !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 09:08

Lu sur le très décalé (vers la gauche) blog de Jean-Pierre Martin, un petit cadre dans une grosse boiboite.

 


 

"C'est purement et simplement du chantage. Nous avons assisté à un racket social". Le PDG de Continental France ne décolère pas après le coup de force de lundi. Les organisations syndicales ont en effet "forcé" les actionnaires de Continental réunis en assemblée générale extraordinaire, à se prononcer par référendum sur leur Plan de Sauvegarde des Profits. Un plan approuvé à 52% qui prévoit une réduction des dividendes du titre et des profits du groupe contre une augmentation générale des salaires. "C'était ça ou la fermeture de tous les sites et donc la mort du groupe" affirme le représentant de l'intersyndicale "les salariés de Continental ne pouvaient plus continuer dans ces conditions. Je pense que les actionnaires ont choisi la voie de la raison".

Ça passe son temps à geindre et ça se pavane en voiture de sport


Malgré tout, la direction de Continental ne désarme pas. Jugeant cette consultation "illégale", elle déplore le machiavélisme du procédé. "Les syndicats ont menti aux actionnaires. Quand je les entends dire que les salariés sont exsangues, c'est une imposture! Vous savez on vit très bien en France avec le SMIC". En visite sur le parking de l'usine de Foix, le président du conseil de surveillance a invité les journalistes à admirer "les mégane et les laguna flambant neuves de ces pauvres miséreux". Avant d'ajouter : "Quand on est au bord de la ruine, on ne dépense autant d'argent pour tuner sa voiture. Regardez moi ce becquet arrière. Et j'en connais même qui ont des écrans plats!"
Au Medef, c'est la résignation qui prévaut. "Vous savez, ce n'est pas la première consultation du genre. Bien souvent les patrons sont mis devant le fait accompli. On vous demande d'abord de geler vos bonus, de supprimer votre retraite chapeau et votre golden parachute. Puis c'est les stock options, les profits, etc....c'est sans fin" soupire Laurence Parisot. La cause de ce désastre? "La mondialisation" s'exclame la patronne des patrons. "La mondialisation du syndicalisme est un frein à la compétitivité et à la croissance. Les grèves sont internationales dorénavant. Nous n'avons plus aucune marge de manœuvre. Notre capital pèse peu face à leur force de travail".

A France Télécom, les syndicats ont des moyens de pression un peu limites


Alors comment lutter face à ce nouveau péril rouge? "L'espoir c'est la conquête spatiale et la vie extraterrestre. Quand on pourra délocaliser la production sur Pluton, ils feront moins les malins les prolos!".

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 09:01

"Français : il faut vous serrer la ceinture !" "La France vit au dessus de ses moyens." "Les caisses de l'Etat sont vides." "On vit plus longtemps donc on doit travailler plus longtemps." "C'est la crise !"....

Que de mensonges et de propagande pour convaincre la population de la fatalité des réformes en cours !

Qui au gouvernement nous explique comment la dette de l'Etat en est arrivée là ? Depuis 1995, c'est la droite qui est au pouvoir (Chirac, deux fois, puis Sarkozy) hormi la parenthèse Jospin en premier ministre. C'est donc à la droite que nous devons l'explosion de la dette de l'Etat.

Les nombreux cadeaux fiscaux aux entreprises sont sans effets notables sur l'emploi mais, par contre, ont permis aux plus grosses l'explosion de leurs bénéfices et des stratégies de rachat.

Les 260 milliards d'euros d'argent public déversés dans les banques et la finance fin 2008 ont permis aux banques de verser de nouveaux des primes à leurs traders et de juteux dividendes à leurs actionnaires mais elles trainent toujours autant des pieds pour faciliter l'accès au crédit aux particuliers comme aux PME.

Mais ce qui symboliquement choque le plus, c'est le maintien de ce bouclier fiscal qui permet aux plus riches de nos contribuables d'échapper à leur devoir de solidarité nationale !

Pour 2009, ce sont 18 764 contribuables extrêmement aisés qui ont bénéficié d'un remboursement par le Trésor Public dans le cadre du Bouclier fiscal. Ces contribuables se sont partagés la coquette somme de 678,99 millions d'euros.

En clair, l'Etat a pioché dans les poches des modestes salariés que nous sommes pour reverser près de 700 millions d'euros à moins de 20 000 très riches contribuables !

Parmi ces bénéficiaires du Bouclier fiscal, les 1 169 contribuables les plus fortunés ont empoché un chèque du Trésor de 362 126 euros chacun. Ceux-là se sont partagé 423,32 millions d'euros, soit plus de 62 % de l'enveloppe totale.

Purement et simplement scandaleux !

Rappelez-vous l'information sur Liliane Bettencourt et son chèque de 30 000 000 d'euros l'an passé au titre du Bouclier Fiscal ! Elle qui bénéficie de deux comptes cachés en Suisse abritant 78 millions d'euros.

"Travailler plus pour gagner plus" nous disait le candidat Sarkozy ? Mais Liliane Bettencourt n'a JAMAIS TRAVAILLE de sa vie ! Et la droite attise les rancoeurs contre les "assistés" qui touche un RSA de 500 €, contre des Roms qui vivent sans eau ni électricité dans des caravanes insalubres, contre des enseignants et des infirmières qui mettront 1 000 ans pour gagner ce chèque de ristourne octroyé à Liliane Bettencourt ?

La droite attise la haine de classe pour détourner l'attention de la population sur la réalité politique et économique de ce pays.

Oui, en France, il y a des nantis !

Oui, en France, il y a des personnes qui vivent au crochet de la société, sans travailler !

Ces gens sont tranquillement planqués derrière des sociétés, des holdings, des comptes bancaires, en France ou dans des paradis fiscaux, protégés par un système économique et politique mis en place par eux et pour eux : le capitalisme.

La droite est clairement l'outil politique au service de cette classe surprotégée et sur-favorisée.

Bouclier, paquet et niches fiscales, avec les allègements de charges sont parmi les outils ceux qui traduisent le plus visiblement l'injustice de ce système qui fait reposer tous les efforts financiers et économiques sur ceux qui travaillent.

Ne sombrons pas dans l'apathie, le dépit ou l'abattement !

N'attendons aucune aide de ce gouvernement et comme le dit l'Internationale : "Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes !".

Le 23 septembre, et ensuite, exprimons notre colère contre ce système qui pille notre travail et veut reprendre des conquêtes sociales vieilles de 60 ans !

Repost 0
Published by Andrée Oger - dans En France
commenter cet article