Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 08:45

La campagne présidentielle est-elle déjà commencée ? La crise est-elle finie ?
Pendant que les salariés de Continental sont invités à partir bosser en Tunisie à moins que le SMIC local, la France d'en haut est passée à autre chose et réfléchit déjà à la succession de Nicolas Sarkozy. Indécent.

La déconnexion entre le peuple français et ses "élites" se poursuit. Pendant que des millions de salariés et d'artisans se demandent comment ils vont boucler leurs fins de mois ou s'ils auront encore un travail en fin d'année, médias et politiciens n'ont rien trouver de mieux que de se lancer dans des débats dignes de l'empire byzantin sur le successeur potentiel à l'empereur en place.

Ce n'était donc pas du flan, de la méthode Coué ? Beaucoup dans les hautes sphères de la société n'ont pas compris le message sorti des urnes au soir des Régionales.
Les 50 % d'abstention et le vote sanction contre le gouvernement en place aurais dû sonner comme une alarme pour que nos médias et que les deux partis politiques qui se partagent alternativement le pouvoir comprennent que leur éloignement des problèmes concrets des français avait fini par lasser les électeurs.

Et pourtant. Loin de susciter des débats autour d'une nouvelle citoyenneté ou autour de solutions alternatives pour sortir le peuple de la crise capitaliste, médias, UMP et PS ont repris le ronron politicien habituel.

En une semaine, voilà qu'on nous sort des sondages pour savoir qui serait le meilleur candidat social-démocrate en 2012, Strauss-Kahn, Aubry ou Royal, pour connaître les intentions de vote pour des candidats non déclarés ou pour savoir si Fillon ferait mieux que Sarkozy au second tour d'une élection dont le premier tour n'a pas encore eu lieu.

Et si le second tour opposait Besancenot et Marie-Georges Buffet, qui l'emporterait ? Je dis ça parce que, quitte à faire de la politique fiction, autant avoir une question qui peut intéresser au delà des rangs de l'UMP et du PS....

Vraiment ! Les médias se lamentent sur la baisse du lectorat de la presse écrite et sur la moindre fréquentation des journaux télévisés. C'est sûr qu'avec des sondages surréalistes comme ceux-là, la majorité des français doit préférer les mots-croisés des programmes télé que la télé elle-même !

Car, pendant que ces messieurs les journalistes prennent le Champagne avec l'élite de l'UMP et du PS pour tirer des plans sur la comète, le chômage monte, les salaires bloquent et l'inquiétude grandit quant à l'avenir pour une grande majorité de la population de ce pays.

Le dernier scandale en date est celui des emblématiques Continental.

Licenciés officiellement depuis janvier, les 1 100 salariés picards du géant allemand du pneu devaient bénéficier d'un Plan Social ambitieux et contraignant pour l'entreprise : au moins 80 % des salariés devaient retrouver un emploi à un salaire correspondant au minimum à 80 % de leur ancien salaire, soit 1 400 à 1 500 €.
Loin de répondre à ses obligations légales, Continental propose 60 postes en 3 x 8 en Tunisie pour un salaire de 137 € brut mensuel, tellement inférieur au SMIC tunisien que même les salariés locaux n'en veulent pas !

On se souvient pourtant des prises de position dures du gouvernement et de Sarkozy sur ce dossier. L'usine pouvait être reprise par un concurrent mais Continental refuse pour ne pas laisser un outil de production à ce concurrent, preuve qu'il considérait la proposition (donc le site) viable.

Médias et partisans du status quo politique font tout pour écoeurer les citoyens du débat politique.
Les salariés, artisans et commerçants ne doivent surtout pas s'intéresser aux décisions prises dans les cabinets ministériels et dans les salons feutrés des assemblées.
Plutôt que poser la question des causes de la crise, de la répartition des richesses, d'un contrôle démocratique sur l'utilisation de l'argent public, les partisans du capitalisme mondialisé jouent la diversion en nous sortant avec deux ans d'avance la question des présidentielles.

Pas sûr que les français se passionnent deux ans pour ce sujet et qu'ils en oublient leurs inquiétudes quotidiennes, le chômage, les factures et les services publics en décomposition !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 08:44
Ni pause, ni changement de politique. Les choses sont claires à droite ; Fillon à ainsi confirmer les propos de Sarkozy dans un entretien au Journal du Dimanche de cette semaine. Nous voilà prévenus.

Pour paraphraser le regretté Coluche, "la dictature, c'est Ferme ta gueule ! La démocratie, c'est Cause toujours" ! La droite illustre parfaitement cette pensée depuis près de deux ans. Le désaveu des électeurs les 14 et 21 mars derniers n'a rien changé à la donne.

Dès 2007, Sarkozy viole le suffrage universel en faisant ratifier par le Parlement (droite et une partie du PS) la constitution européenne pourtant très largement rejetée par le peuple français souverain deux ans auparavant. Et on vient donner des leçons de démocratie à des pays étrangers ensuite ?

En 2009, plusieurs grandes manifestations populaires ont réuni jusqu'à trois millions de personnes dans les rues et malgré un soutien dans l'opinion publique de près de 75 %, le gouvernement de droite n'a aucunement infléchi sa politique économique en faveur de l'immense majorité de la population.

En octobre, ce sont plus de 2,3 millions de citoyens qui ont participé à la votation citoyenne sur l'avenir de La Poste. Alors que la modification constitutionnelle imposée par Sarkozy lui-même stipule que deux millions de citoyens peuvent exiger un référendum, la droite s'est empressée de nier toute validité à cette consultation. Encore une fois, la droite a montré le peu de cas qu'elle fait de l'opinion publique.

Et après les élections régionales où seul un quart des suffrages exprimés (13 % des inscrits) se sont portés sur les listes gouvernementales, la droite assume ses choix et annonce qu'elle continuera sa politique contre vents et marées. Encore une fois, la démocratie est bafouée par la droite !

Fillon, chef de main de Sarkozy a donc bien confirmé qu'il ne toucherait pas à sa politique, affirmant qu'arrêter les réformes, c'était risquer de perdre les fruits d'une croissance qui revient ! Croissance des bénéfices et des salaires des grands patrons sans doute ?
Donc, on ne touche pas au rythme ni au fonds des réformes, retraites comprises. On ne touche pas non plus au bouclier fiscal. C'est la solidarité financière en période de crise ?

La morale de tout ceci, c'est qu'aujourd'hui, il ne peut y avoir inflexion de la politique gouvernementale que par une mobilisation sociale d'ampleur et par le développement d'une alternative politique clairement en rupture avec le capitalisme. C'est la peur du communisme qui a poussé la bourgeoisie a laché des acquis sociaux à la fin du XIXème siècle, pendant le Front Populaire ou à la Libération !

Plus que jamais, en cette période de lutte des classes aiguisée, les travailleurs ont besoin de partir à l'offensive. Le parti communiste sert à cela, défendre et promouvoir les intérêts politiques de la classe ouvrière.

A l'approche d'un congrès intermédiaire du PCF en juin 2010, les sympathisants communistes ont la possibilité d'exprimer leurs souhaits pour l'avenir du communisme en France. Profitez-en !
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 09:04
J'avais entendu parlé du scandale autour de l'affiche du dernier album de Damien Saez. Scandale qui m'avait énervé tant je ne vois pas sur quoi reposent les critiques ?

Arnaud Mouillard, sur son blog, donne une opinion éclairée et personnelle de cette "histoire"  (http://hern.over-blog.com/).

Personnellement, je ne connais pas bien l'oeuvre de Damien Saez. Cependant, cette affiche dénonce à mon avis parfaitement l'utilisation abusive du corps de la femme comme argument publicitaire jouant sur les pulsions sexuellles et, de manière générale, cette frénésie de tout concevoir, y compris les rapports humains, à travers le regard de la consommation.

Curieux que personne ne s'élève contre l'utilisation du corps de la femme pour vendre des cachous, des jus de fruits ou une voiture allemande !

Je vous laisse juges du côté choquant de cette "image". Et comme le dernier clip de Damien Saez s'avère percutant, vous avez droit au clip !

Damien-Saez---j-accuse.jpg


Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 10:11
12 % d'augmentation de salaire c'est possible !

C'est ce qu'ont obtenu 60 % des salariés de la Finance en 2009.
46 % ont par ailleurs obtenu des bonus pour 2009 supérieurs à ceux de 2008, avant la crise !

Pourquoi pas vous ?

Mieux, le PDG de Thalès, Jean-Luc Vigneron, a obtenu le triplement de sa rémunération : + 200 % !
Chez Thalès, si vous êtes cadre-dirigeant, vous pourrez bénéficier de stocks-options et d'actions gratuites en plus de vos augmentations de salaires. Qu'est-ce qu'on se gave ! ...

Puisque la Bourse remonte et que les dividendes pleuvent, c'est que de l'argent, il y en a.

D'ailleurs, le Produit Intérieur Brut (PIB, valeur totale de la production interne de biens et services) de la France est en hausse continue d'année en année :

PIB année 2000 : 1 441 372 millions d'euros
PIB année 2008 : 1 950 085 millions d'euros
PIB année 2009 (chiffre estimé) : 1 966 000 millions d'euros ! En hausse !

A noter, que le PIB français est le sixième du monde après les Etats-Unis, le Japon, la Chine, l'Allemagne et la Grande-Bretagne et devant l'Italie, la Russie et le Brésil. Un pays qui crée beaucoup de richesses !

Par emploi, le PIB français connait la même évolution :

PIB par emploi en 2000 : 59 716 €
PIB par emploi en 2008 : 75 691 €

Jolies hausses du PIB total et par emploi, n'est-ce pas ?
Jolies hausses de salaires pour les hauts-cadres dirigeants, n'est-ce pas ?

Et les dividendes des actionnaires qui montent également !

Le salarié français n'est pas rentable ? Il ne mérite pas d'augmentation ?
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 09:17
Fin 2008, Jean-Hugues Matelly, un chef d’escadron de gendarmerie, avait « osé » critiquer le rapprochement de la police et de la gendarmerie, au sein du ministère de l’Intérieur, dans un article de presse. Accusé de "manquement grave" à son obligation de réserve, le voilà radié par un décret signé de Sarkozy.

Voilà un événement peu banal et symptomatique de l'époque que nous vivons !

Jean-Hugues Matelly, commandant de gendarmerie en Picardie est également chercheur au CNRS. Critique vis-à-vis du rapprochement police-gendarmerie, il avait détaillé fin 2008 ses arguments dans un article de presse, cosigné avec un autre chercheur civil. Jean-Hugues Matelly avait ensuite réitéré les critiques contenues dans l'étude, intitulée «La gendarmerie enterrée dans l'indifférence générale», sur une radio nationale.

Bien que considérée comme non polémique, c'est cette prise de position qui lui vaut la radiation.

Une première historique. Selon Maître David Dassa-Le Deist, son avocat, « dans l'histoire de l'armée française, aucun officier n'a jamais été radié des cadres pour une question de liberté d'expression ». Voilà, c'est fait !

Sur notre canton, les difficultés de notre gendarmerie s'agrandissent d'année en année, à Ivry-la-Bataille notamment : baisse des effectifs, manque de moyens, charge de travail administrative en hausse, ... Croiser un gendarme dans nos campagnes devient un exploit. Sauf pour verbaliser les automobilistes.

Avec une situtation humaine et professionnelle qui se dégrade, les causes de mécontentements s'accumulent.

Le rapprochement police-gendarmerie complète le tableau. La présence de deux corps de maintien de l'ordre indépendants l'un de l'autre constituait une certaine garantie pour la démocratie. Avec ce rapprochement, les situations différentes des deux corps, l'un "civil", l'autre militaire, créent des distorsions évidentes dans le fonctionnement et les droits des agents qui les composent.

Mais la gendarmerie, c'est l'armée et, au sein de "la Grande Muette", le silence est d'or. Obligation de réserve oblige.

Jusqu'où les gendarmes sont-ils tenus à ce droit de réserve ? Peut-on être gendarme et citoyen ? Peut-on être gendarme et avoir des états d'âme, pire, des revendications ?

Le cas Matelly est doublement édifiant.
D'une part, parce qu'il s'agit également d'un chercheur du CNRS et, qu'à ce titre, il n'a aucune obligation de réserve.
D'autre part, parce que la sanction est extraordinairement sévère.

C'est là que cette radiation devient symptomatique d'une époque où vous devez vous taire, baissez la tête, faire le gros dos, sous peine de perdre votre emploi.
En exprimant ouvertement ce que beaucoup de gendarmes refusent, le rapprochement police-gendarmerie, Jean-Hugues Matelly est devenu gênant. Une sorte de délégué du personnel un peu trop remuant qu'il faut virer à tout prix, sous couvert d'une "faute lourde" inventée ou manipulée.

Le commandant Matelly devient l'un des premiers cas français d'interdit professionnel pour délit d'opinion. La démocratie prend un sacré coup de vieux avec Nicolas Sarkozy !

Espérons que le Conseil d'Etat accèdera au recours contre sa radiation qu'il vient de déposer !
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 09:43
"Je vous ai compris !" . La petite phrase du général De Gaulle sur la question algérienne pourrait être reprise pour notre petit caporal au lendemein des Régionales. La question est : qui a t-il compris ?

On croyait pourtant que le vote avait été clair dimanche 14 puis dimanche 21 mars ?

Deux événements ont marqué ce scrutin des Régionales : une forte abstention et un vote très majoritaire pour la gauche.

Avec une abstention de presque 49 % au second tour, le principal enseignement est le recul pris par les citoyens sur la vie politique de notre pays.
Alors que plus de 60 % d'entre eux, selon différents sondages, rejettent la politique gouvernementale, cette abstention peut s'interpréter comme le constat, de la part d'un citoyen sur deux, d'une absence d'alternative à une politique qu'ils contestent. Près d'un électeur sur deux n'adhère pas au programme de la droite mais n'adhère pas non plus aux propositions de la gauche ou aux thèses de l'extrème-droite.

Pour ceux qui se sont déplacés, le choix a été clair avec 54 % des voix pour la gauche contre seulement 35 % pour la droite au pouvoir.
Pour les électeurs votants, le rejet de la majorité gouvernementale est clair. On retrouve d'ailleurs dans ce scrutin les proportions de satisfaits de la politique de Sarkozy et Fillon que présentent les sondages d'opinion (environ 33 %).

En résumé : un électeur sur deux ne se retrouve pas dans l'offre politique française actuelle et, pour ceux qui font un choix, c''est la gauche qui l'emporte largement.

En totale contradiction avec ce résultat, Nicoals Sarkozy a donc décidé de droitiser son discours et sa politique.

Déjà, lors de la soirée électorale, plusieurs annonces laissaient entendre que le gouvernement ne changerait pas de ligne politique. Seul le rythme des réformes pourrait éventuellement ralentir. Râté !

Avec le mini-changement dans l'équipe Fillon, c'est évidemment un message à destination de l'UMP qui a été envoyé avec des nouveaux arrivants chiraquiens et villepinistes. Comme à l'armée, l'UMP fait bloc autour de son chef.
A tel point que le parti satellite de l'UMP, le Nouveau Centre de notre chef de guerre eurois Hervé Morin, se sent mis de côté. Sans parler des sous-satellites des transfuges du PS comme la Gauche Moderne !

Hier, Nicolas Sarkozy, depuis l'île d'Elbe depuis l'Elysée, a précisé son message en direction du patronat et de l'électorat de droite.
Il a bien insisté sur le maintien du cap libéral de sa politique : "Nous devons continuer les réformes. Arrêter maintenant, ce serait ruiner les efforts accomplis". Et tant pis pour les futurs licenciés et les futurs chômeurs en fin de droit !
Sur la remise en cause de la retraite à 60 ans et sur la casse de notre système de retraite, il indique qu'il emploiera la technique habituelle : précipitation et faux débat : "Je ne passerai pas en force",  "mais je vous promets qu'avant six mois les mesures nécessaires et justes seront adoptées".
Et pour son électorat de droite démobilisé, il lance des signaux en direction des agriculteurs, en annonçant qu'il défendra une PAC qu'il a abandonné avec son ministre Le Maire depuis 2007, et à destination des vieux qui ont peur de se faire agresser dans leur campagne, en annonçant encore plus de fermeté contre l'absentéisme scolaire et la burqa.

Bref ! La technique de la blitzkrieg continue.

Sarkozy a fait le choix d'accélérer le rythme de ses attaques contre le modèle social français pour empêcher toute réaction du monde du travail et détruire tout ce qu'il peut avant les présidentielles de 2012.

Il espère peut-être ainsi trouver un poste d'avocat ou de consultant juridique au MEDEF ou à la Banque Centrale Européenne pour service rendu au patronat en cas de défaite en 2012 ?

Pour les quelques travailleurs qui croyaient benoîtement que la démocratie c'est le respect du choix des électeurs, les voilà éclairés.
Nous n'aurons d'autres choix, pour défendre nos intérêts contre ceux des spéculateurs, que de hausser le ton syndicalement et politiquement.
D'un Front de Gauche électoral, c'est désormais vers un nouveau Front Populaire social que nous devons nous orienter.
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 09:27
Quelle baffe !

Avec un maigre 35,37 % nationalement, l'alliance UMP - Nouveau Centre obtient un score historiquement bas pour une majorité gouvernementale et pour une alliance qui regroupe l'essentiel de la droite parlementaire.

En Haute-Normandie, la liste Le Maire / Morin obtient seulement 30,70 % et 34,49 % dans l'Eure. Pour une liste qui comprend deux ministres du gouvernement, le désaveu est évident.

Quelques responsables UMP, notamment villepinistes, ont reconnu la lourde défaite de leur camp mais, rapidement, c'est la langue de bois politicienne qui a repris le dessus au sein de l'UMP.

Comme les trois petits singes, le gouvernement et sa majorité jouent les sourds, muets et aveugles au vote des français.

Pour eux, il n'y a pas sanction de la politique gouvernementale. Tout juste reconnaissent-ils peut-être des "inquiétudes", du "désarroi",  des "réformes trop nombreuses et mal comprises" ... Certains vont même jusqu'à mettre sur le dos des présidents de Région sortants la forte abstention ! Culottés !

Le fait est que, avec 48,78 % d'abstention et 35,37 % des exprimés, seuls 18 % des électeurs inscrits ont apporté leur soutien aux listes de la majorité gouvernementale. Moins d'un électeur sur cinq.
Avec l'implication énorme du gouvernement (11 ministres dont 8 en têtes de liste), l'omniprésence de Fillon, du chef de l'UMP Xavier Bertrand et les apparitions de Nicolas Sarkozy, difficile pourtant de se nier l'absence de soutien à la majorité.

Ceci étant, le taux d'abstention élevé a de quoi inquiété ceux, qui comme nous, souhaitent que les citoyens se réapproprient le champs politique.
Même si 51,22 % d'électeurs ont été votés au second tour contre 46,33 % au premier, peut-on se contenter d'une démocratie où seuls la moitié des citoyens s'expriment ?

Il est vrai que lors du référendum sur le traité Constitutionnel Européeen, le 28 mai 2005, la participation avait été largement supérieure avec 69,3 % (54,7 % de NON). On sait ce qu'il est advenu du choix des français par la suite.
Nicolas Sarkozy avec sa ratification parlementaire du Traité de Lisbonne (que seul le groupe communiste a rejeté) a une grande responsabilité dans le discrédit mis sur le suffrage universel.

Maintien inquiétant et manipulations autour du score du FN

Autre fait important, le retour du Front National.

Un retour d'abord médiatique avant d'être électoral.

En effet, le parti fasciste recueillait 3 564 000 voix au premier tour des Régionales de 2004 et 3 200 000 voix au second tour.
Cette année, le FN a recueilli 2 224 000 voix au premier tour et 1 943 000 au second tour.

Entre 2004 et 2010, aux Régionales, le FN a perdu 1 300 000 voix, au premier comme au deuxième tour !

En pourcentage, la baisse est évidente : 14,70 % au premier tour de 2004 et 11,42 % en 2010.

Le Front National perd des élus et passe de 156 conseillers régionaux en 2004 à 118 en 2010.

Mais la manipulation est là. Elle n'est pas du seul chef du Front National ; les médias aussi jouent la carte du FN.
Que n'entend-on pas les journalistes annoncer un FN à 18 % au second tour des Régionales ! 18 % peut-être dans les Régions où il  se maintient mais à peine 9,17 % nationalement.

Loin de moi l'idée de nier la présence du vote FN et le danger qui menace la démocratie et la cohésion nationale avec la présence récurrente d'un parti raciste et communautariste !

Cependant, la surexposition positive du score du FN fait penser à une volonté délibérer de jouer cette carte-ci au profit d'un système, le capitalisme, que l'extrême-droite a toujours servi de manière exemplaire : nazisme, fascisme italien, franquisme espagnol, salazarisme portugais, dictatures sud-américaines,...
Les actions et déclarations gouvernementales sur l'immigration, la délinquance, l'identité nationale ont bien préparé le lit à la semence brune depuis 2007.

Jamais les peuples n'ont gagné quoi que ce soit à la montée d'un fascisme dans leur pays !
Jamais les bourgeoisies n'ont souffert un tant soit peu de la présence d'un régime autoritaire de droite, bien au contraire !

L'extrême-droite n'est en rien différente sur le fond politique, économique et social de la droite traditionnelle, conservatrice ou catholique. C'est une version dure et radicale de cette droite.

L'entrée en lice du Front de Gauche

De l'autre côté de la barricade, l'émergence du Front de Gauche au premier tour a permis l'élection de conseillers régionaux un peu partout en France. Un pari risqué pris par le PCF qui s'était présenté en 2004 dans quasiment toutes les Régions avec le PS dès le premier tour.

Pour l'instant, difficile de connaître avec précision le nombre de conseillers régionaux Front de Gauche, et avec eux, de conseillers régionaux communistes. Les chiffres donnés par le Ministère de l'intérieur ne le précisent pas.

Deux éléments quand même : le très bon score du FdG en limousin et les résultats du FdG en Haute-Normandie.

Avec 19,1 % des voix au second tour, l'alliance Front de Gauche et NPA en Limousin réussit à accroître de manière importante son audience du premier tour avec 20 000 voix supplémentaires et 6 % de plus !
La preuve qu'une gauche combative peut rassembler largement et marquer le paysage politique.

En Haute-Normandie, après les 8,39 % de la liste Gauche Combative menée par Sébastien Jumel, ce sont 6 conseillers régionaux Front de Gauche qui siègeront à la Région : 1 dans l'Eure (Jean-Luc Lecomte) et 5 en Seine-Maritime (Noël Levillain, Céline Brulin, Julien Dugnol, Michèle Ernis et Christian Gauthier).

Au final, cette élection restera marqué par une abstention qui montre le désintérêt grandissant de la population face à la classe politique actuelle, FN compris, et par la montée en puissance relative d'une force de la gauche radicale, le Front de Gauche.

Maintenant, la bataille politique pour une alternative au capitalisme se poursuit.
Premier rendez-vous demain avec la journée d'action des syndicats. Rendez-vous demain à 14 h 30 au Parc du Bel Ebat !
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 10:02
Sujet que je m'étais promis de ne pas aborder mais l'actualité tourne à la farce dramatique.

Après le coup du policier annoncé mort par le gouvernement, c'est ce matin la vidéo de supermarché montrant des terroristes de l'ETA qui est en cause.

Déjà, il était surprenant d'imaginer des terroristes faire tranquillement leurs courses en groupe dans un hypermarché avec vidéosurveillance. Le minimum, pour ce genre de bande, c'est d'être discret, non ?
Et, voilà qu'on apprend ce matin que ces terroristes basques sont, en fait, des pompiers catalans en vacances ! !...
Ce sont les familles des pompiers et les pompiers eux-mêmes qui ont prévenu les autorités espagnoles qui faisaient diffuser ces images partout en Espagne, à la demande des autorités françaises.

On résume : l'annonce de la mort d'un policier heureusement bien vivant et, maintenant, la diffusion d'une vidéo présentant des pompiers en vacances comme de dangereux terroristes.

Y-a pas un gros problème ?

Deux solutions : soit il s'agit de couacs et, dans ce cas, on ne peut être qu'inquiets sur le croisement des infos au sommet de l'Etat et sur l'efficacité de nos services antiterroristes, soit il s'agit d'une manipulation politique à la veille du second tour des Régionales pour jouer sur la fibre sécuritaire et montrer l'efficacité du pouvoir.

Dans les deux cas, ces informations pourraient être risibles si les événements qui y sont liés n'étaient pas dramatiques.
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 09:56
Deux jours après le second tour des élections Régionales, la bataille contre la politique de casse sociale mené pour le patronat par la droite se poursuit dans la rue.

Mardi 23 mars, près de 140 manifestations sont organisées en France dans le cadre d'une journée d'action convoquée par cinq centrales syndicales françaises (CGT, CFDT, FSU, UNSA et Solidaires). Il y en a forcément une près de chez vous !

Comme au Portugal, en Espagne, en Grèce ou en Italie, c'est notre mobilisation qui fera reculer le gouvernement et permettra d'inverser les priorités politiques.

A Evreux, rendez-vous à 14 h 30 au Parc du Bel-Ebat, devant la salle Omnisport.

Cortège du PCF : à l'angle du Boulevard de la Buffardière.


Manifs, actions et rassemblements du 23 mars 2010 :


  • (01) Bourg-en-Bresse: 14h30, Champ de foire
  • (01) Belley : 17h, mairie.
  • (02) Hirson : 14h30, devant Valeo, rue de Charleville.
  • (02) Saint-Quentin : 15h, Hôtel de Ville
  • (02) Soissons : 15h, parc St-Pierre
  • (02) Château Thierry : 17h30, place Paul Doumer.
  • (03) Montluçon : 15h, place Jean Dormoy (Place Saint Paul).
  • (03) Moulins : 15h, Préfecture.
  • (03) Vichy : 15h, Place Jean Epinat.
  • (05) Gap : 11h, Esplanade Auguste Muret (devant l’Hôpital).
  • (06) Nice : 10h, Place Masséna.
  • (08) Charleville-Mézières : 10 h, devant la Préfecture. Manifestation jusqu'à la Place Ducale.
  • (09) Pamiers : 14h, devant l'usine Aubert-Duval.
  • (10) Troyes : 14h00, Place Jean Jaurès.
  • (11) Carcassonne : 15h30, Square André Chénier.
  • (11) Narbonne : 14h30, devant la médiathèque.
  • (12) Rodez : 15 h, Jardin public.
  • (13) Marseille : 10h30, Vieux-Port.
  • (14) Caen : 10h, place Saint Pierre.
  • (15) Aurillac : 10h30, place de la Paix vers le siège du Medef et la préfecture.
  • (16) Angoulème : 10 h, Gare.
  • (17) La Rochelle : 10h00, Devant la gare.
  • (17) Rochefort : 10h00, Place Colbert.
  • (17) Saintes : 10h00, Palais de Justice.
  • (18) Bourges : 10h30, place Séraucourt.
  • (18) Vierzon  : 10h30, Forum République.
  • (18) St Florent : 10h30, place de la République.
  • (18) St Amand : 10h30, place Carrée (place de la République).
  • (18) La Guerche : 11 h, place du Général de Gaulle.
  • (19) Brive : 10h, Place Thiers.
  • (19) Tulle : 15h, La Gare.
  • (19) Ussel : 15h, Place de la République. 
  • (20) Ajaccio : 10 h, Place Abbatucci-Préfécture.
  • (21) Dijon : 15h, Place de la Libération.
  • (21) Montbard : 16h30, Place Gambetta.
  • (22) Saint-Brieuc : 10h30, Place de la Liberté.
  • (22) Lannion : 11h30, Place de la poste.
  • (24) Périgueux : 11h00, palais de justice.
  • (24) Bergerac : 18h00, palais de justice.
  • (24) Sarlat : 15h00, place de la grande Rigaudie.
  • (25) Besançon : 10h, Place de la Révolution.
  • (26) Valence: 14h30, Champ de Mars.
  • (27) Evreux : 14 h 30, Parc du Bel-Ebat.
  • (29) Brest : 10h30, Place de la Liberté.
  • (29) Quimper : 10h30, Place de la Résistance.
  • (29) Morlaix : 10h30, Place de la Mairie.
  • (29) Quimperlé : Coat Ker.
  • (30) Nîmes : 15 h, Maison Carrée.
  • (31) Saint-Gaudens: 15 h, Place J. Jaurès.
  • (31) Toulouse : 14 h, place Arnaut Bernard.
  • (34) Montpellier : 14H30, Bords du Lez .
  • (35) Rennes : 11 h, Place de la gare.
  • (35) Redon : 11h, Sous-Préfecture.
  • (35) Saint-Malo : 11h, place de l'ancienne gare.
  • (35) Fougères : 17h30 devant la sous-Préfecture.
  • (36) Châteauroux : 10h, Place de la République
  • (37) Tours : 10h, Place de la Liberté.
  • (38) Grenoble : 10h, gare Sncf/Alsace-Lorraine.
  • (39) Dôle : 10h00, place Barberousse.
  • (39) Lons : 15h00 , place de la liberté.
  • (40) Mont-de-Marsan : 10h30, Place de la caserne Bosquet. 
  • (43) Puy-en-Velay : 10h, Place Cadelade.
  • (44) Nantes : 10 h 30, Place du Commerce.
  • (45) Orléans : 10h30, Place du Martroi.
  • (45) Montargis : 10h30, Place du Pâtis.
  • (45) Gien : 10h30, Place de la Victoire.
  • (46) Cahors : 15 h, place Ch. De GAULLE
  • (46) Figeac : 15 h, devant le lycée.
  • (47) Agen : 14 h 30, Place de la Préfecture.
  • (48) Mende : 16h00, place de la Chicanette.
  • (49) Angers : 10 h 30, place Leclerc.
  • (49) Cholet : 10 h 30, place Travot .
  • (49) Saumur : 10 h 30, place de la Mairie.
  • (49) Segré : 17 h, place du Port.
  • (50) Cherbourg : 10h30, place de la mairie.
  • (50) St Lô : 10h30, place de la mairie.
  • (50) Granville : 10 h, cours Jouinville.
  • (51) Reims : 10h00, Maison des syndicats, 15 bd de la Paix.
  • (52) Saint-Dizier : 17h00, Mairie.
  • (52) Chamont : 16h30, marché couvert.
  • (53) Laval : 14 h, Préfecture.
  • (54) Nancy : 14 h 30, place Stanislas.
  • (55) Bar-le-Duc : 10h30, Place de la gare.
  • (55) Verdun : 16h
  • (56) Lorient: 10h30, Maison des syndicats.
  • (56) Vannes : 10h30, La Rabine.
  • (56) Pontivy : 10h30,  La Plaine.
  • (56) Belle Ile, Le Palais.
  • (57) Metz : 15 h, place de la Gare
  • (58) Nevers : 16 h 30, Bourse du Travail.
  • (59) Dunkerque : 15h, Place Jean Bart.
  • (59) Lille : 14h30, Porte de Paris.
  • (59) Maubeuge : 10 heures devant la Chambre Patronale (Route de Ferrière). Un bus est prévu pour se rendre à la Manif de Lille.
  • (59) Saint-Amand : 8h, devant l'entreprise Delos. Bus pour se rendre à la Manif de Lille.
  • (60) Beauvais : 14h, rassemblement Place du Jeu de Paume.
  • (61) Alençon : 10h30, rond point avenue du Maréchal Leclerc (Route du Mans).
  • (61) Argentan : 10h, Place Leclerc. 
  • (61) Flers : 17h, Place du marché.
  • (61) L'Aigle : 17h30, Place de la mairie.
  • (62) Calais : 9h
  • (62) Boulogne : 9h30, Quai Gambetta
  • (62) Bus au départ d'Isbergues, Lens, Béthune, Bruay et Douvrin pour manifestation à Lille.
  • (63) Clermond-Ferrant : 10h, Place des Carmes, manifestation vers la Préfecture ;15h, rassemblement devant le siège du Medef.
  • (64) Bayonne : 10h30, Place Sainte-Ursule.
  • (64) Pau : 10h30, Place de Verdun.
  • (65) Tarbes : 10h30, Bourse du Travail.
  • (66) Perpignan : 10 h 30, Place Catalogne.
  • (67) Strasbourg : 14h30, place de la Bourse.
  • (68) Colmar : 13 h 00, devant la Préfecture.
  • (68) Mulhouse : 16h30, place de la Bourse.
  • (69) Lyon : 18h30, 10h30, place Jean Macé. 
  • (69) Villefranche : 17h, Place du Promenoir.
  • (70) Vesoul : 10h30, Place du marché.
  • (71) Chalon : 15h, maison des syndicats.
  • (72) Le Mans : 9h30, Maison des associations.
  • (73) Chambéry : 15h, Place de La Sasson.
  • (74) Annecy : 14h30, Préfecture.
  • (75) Paris : 14h, République en direction de Nation via Bastille.
  • (76) Rouen : 10h, Cours Clemenceau
  • (76) Le Havre : 10 h, Franklin. 
  • (76) Dieppe : 10h30, devant la gare
  • (77) Torcy : 11h00, Sous-Préfecture.
  • (79) Niort : 11h30, place de la Brèche.
  • (79) Thouars : 11h30, devant le théâtre.
  • (80) Doullens : 11h, devant l'Hôtel de ville.
  • (80) Amiens : 14h30, Maison de la culture.
  • (80) Abbeville : 17h30, Place Max Lejeune.
  • (80) Doullens : 11h, Place de la Mairie.
  • (80) VIMEU : 15h30, Zone des 3 F (Feuquières en Vimeu).
  • (80) Moreuil : 12h, Barbecue Revendicatif (devant Kalon).
  • (81) Albi : 14h30, Place du Viga.
  • (82) Montauban : 15h, Esplanade des Fontaines.
  • (83) Toulon : 10h place de la Liberté.
  • (83) Draguignan : 10h30, sous-préfecture.
  • (84) Avignon : 10h30, Rond point Gare centre.
  • (85) La Roche sur Yon : 14h30, Place Napoléon.
  • (86) Poitiers : 14h30, Promenade des cours.
  • (87) Limoges : 10h, Place de la République.
  • (88) Epinal : 14h, Préfecture.
  • (89) Auxerre : 15h, Maison des syndicats.
  • (93) Aubervilliers : manifestation dans les rues d'Aubervilliers, 9h, au départ du métro Quatre Chemins.
  • (97) Saint-Denis (Réunion) : 9h, parking du Petit Marché.
  • (971) Pointe-à-Pitre : 9 h, Rectorat vers le site des Abymes
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 10:18

Jean Ferrat, le poète, le chanteur, le compagnon de route du PCF est mort, il est décédé samedi 13 mars à l’âge de 79 ans des suites « d’une longue maladie ».


C’était un poète, un humaniste et un communiste, un homme indivisible comme le disait de lui-même le poète Pablo Neruda.  Jean Ferrat  a interprété Aragon,  de cette voix presque trop musicale dont il se moquait en se comparant à Tino Rossi, mais  il a voulu d’abord servir avec modestie  le grand Aragon… Et la rue s’est approprié le poète et a fredonné « que serais-je sans toi? » sur l’air dans lequel Ferrat avait enchassé les mots.  Il lui consacre deux albums en 1974 et 1995. Mais il n’a pas fait que servir Aragon, et d’autres, il était était l’auteur-interprète et compositeur de quelque 200 chansons qui le font lui-même être un grand poète.


 
Il était né le 26 décembre 1930 à Vaucresson (Hauts-de-Seine), il s’appelait Jean Tenenbaum, il avait  11 ans lorsque son père, juif venant de Russie, a été déporté, ce sera la nuit et le brouillard sans retour: « ils étaient vingt et cent… . L’enfant est sauvé grâce à des militants communistes, ce qu’il n’oubliera jamais. A la Libération, il ne poursuit pas ses études pour aider sa famille, et devient aide-chimiste jusqu’en 1954, date à laquelle il passe ses premières auditions dans des cabarets parisiens.


 Dès le début des années 60, Jean Ferrat choisit d’interpréter des textes engagés, comme « Nuit et Brouillard » (1963), non diffusée par les radios, puis « Potemkine » (1965), interdite d’antenne. Il sera de nombreuses fois mis au placard par la télévision qui ne tolère pas ses engagements. Là encore son destin semble tissé dans la même trame que celui d’Aragon - que l’on disait être Aurélien aux liens, pour marquer sa totale fidélité à ses engagements aux côté du peuple, de son peuple de France, et au parti qui en sauvait l’honneur- Jean Tenenbaum de surcroît c’était  la vie du petit enfant juif… Il dira néanmoins ce qu’il pense au parti, comme a su le faire Aragon ainsi sa  chanson « Camarade » qui dénonce l’invasion russe de Prague en 1968 ou celle où il dénonce l’expression « le bilan globalement positif », sans jamais pourtant rompre le lien.

1968, c’est aussi le moment où il compose cet admirable poème « Ma France » celle dont monsieur Thiers a dit qu’on la fusille.


Il vivait en Ardèche, son épouse Christine Sèvres s’était éteinte en 1981, un de ses derniers passages à la télévision fut en 2003 chez Michel Drucker à l’émission vivement Dimanche, mais c’était pour défendre la chanson contre l’industrie du disque et les dangers qui pesaient contre la création. 

 Il avait un merveilleux sourire, lumineux et plein de retenue, à son image.  C’était  un   »promeneur solitaire » dans sa chère montagne d’Ardèche , rien de moins mélancolique que ce village d’Antraigue où il moquait « son sacré félicien »… Son bonheur, – il portait en lui une sorte de plénitude traversée parfois de cris de révolte comme un orage- était d’être loin de toutes les fausses valeurs et les corruptions… Les médias l’avaient souvent frappé d’interdit mais il en souriait dans sa moustache , s’en félicitant presque puisque quoique fassent les trompettes de la renommée médiatiques, jamais un seul coeur n’oubliait qu’il était là, chaleureux comme une flambée de bois de châtaignier…


Danielle Bleitrach


Nuit et Brouillard Jean Ferrat (Paroles) 03:30 –  youtube.com
Pour ne pas oublier le passé et ne pas le revivre dans le futur. Mise en garde: Certaines images peuvent choquées un public sensible.

Jean FERRAT chante ARAGON aimer à perdre la raison 02:34 

Ferrat chante Potemkine 02:50 –
La scène de la rébellion du Cuirassé Potemkine sur la chanson de Jean Ferrat « Potemkine » 

Jean FerratMa France 03:32 – youtube
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article