Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 14:42

Loin des présentations partiales des médias, dignes de la pire des propagandes, le Venezuela de Nicolas Maduro est confrontée à une situation comparable à celle qui précédât le coup d'Etat contre le président chilien, Salvador Allende, en 1973.

Ce week-end, les médias français annonçaient qu'une poignée de militaires avait tenté de prendre d'assaut une base militaire proche de Caracas. Une information qui pouvait laisser penser à une fracture au sein de l'armée bolivarienne malgré l'étrangeté de l'information : en effet, comment une quarantaine de militaires pouvait-elle penser pouvoir vaincre une caserne entière ? Selon les autorités vénézuéliennes, il s'agirait en fait de civils se faisant passer pour des militaires, une version plus crédible que celle présentée par les journalistes français. L'objectif de ces civils était, sans nul doute, de pousser à la rébellion d'autres militaires, des vrais, ce coup-ci !

Cette attaque, après des semaines d'émeutes violentes, fait partie d'une longue liste d'événements successifs dont la logique et le timing rappelle les événements qui ont précédé le coup d'état du général Pinochet, au Chili, et l'assassinat du président socialiste Salvador Allende, le 11 septembre 1973.

Au Venezuela comme au Chili, les élections ont amené au pouvoir des chefs d'état progressistes, portant une politique sociale, basée sur une nationalisation des principales industries : le pétrole au Venezuela, le cuivre au Chili.

Dans ces deux pays, bien évidemment, ces nationalisations et les politiques redistributives qui se sont mises en place, ont fortement touché les intérêts des classes dominantes et des multinationales minières, notamment nord-américaines.

L"Histoire du Chili nous a montré l'éventail des mesures et des actions que peuvent mettre en place les possédants, aidés des Etats-Unis et de leurs alliés, pour créer un contexte de crise économique et sociale, favorable à la montée d'un mécontentement populaire : création de pénuries en produits de base, grève des transporteurs, manifestations médiatisées d'une "opposition" interne issue des beaux quartiers, etc.

Le Venezuela d'aujourd'hui vit un scénario comparable, avec les moyens de communication d'aujourd'hui. On peut reprendre les actions mise en oeuvre sous Allende par le patronat et la bourgeoisie au Chili et les transposer à ce que connait aujourd'hui le Venezuela de Maduro.

Mondialisation médiatique oblige, pour camoufler la réalité aux populations européennes, nos médias (privés pour leur immense majorité) véhiculent l'idée d'une contestation majoritaire, confrontée à la répression d'un gouvernement minoritaire.

Bien évidemment, c'est faire peu de cas de la réalité des faits ! Nos médias ne parlent jamais des rassemblements massifs en faveur du gouvernement, comme récemment, les centaines de milliers de citoyens qui ont accompagné les députés de la nouvelle assemblée constituante. Nos médias ne parlent jamais des assassinats de responsables politiques du camp chaviste, ni de ceux des policiers ou contre-manifestants favorables au gouvernement ! Seuls une poignée de forces politiques (communistes, insoumis,...) présentent une analyse proche du camp progressiste vénézuélien sur la pénurie organisée par les grands groupes privés de distribution et les industriels !

Même la présentation de Nicolas Maduro tend désormais à le glisser dans la catégorie des dictateurs méchants : les dictateurs gentils étant pourtant légion dans le camp occidental comme dans le Golfe, aux Philippines, ou en Afrique !

La manipulation des faits, pour présenter le Venezuela comme une dictature, va jusqu'à taire la réalité sur les médias locaux, télévisions, radios et journaux, qui sont dans leur immense majorité aux mains des groupes privés qui dénoncent le pouvoir en place et organisent les manifestations ! C'est cette réalité qui a mené à la création de Telesur par Hugo Chavez : apporter une vision favorable au mouvement bolivarien dans un océan de médias favorables au camp capitaliste.

Aujourd'hui, la fiabilité de l'armée vénézuélienne limite les risques de coup d'état dans ce pays.

Le chaos intérieurs et les menaces extérieures des puissances capitalistes, des Etats-Unis et de l'Union européenne surtout, semblent les armes que veulent employer les partisans du retour en arrière pour ramener au pouvoir au Venezuela une oligarchie favorable au libéralisme et aux intérêts des multinationales.

Les communistes et les progressistes doivent assurer publiquement et fortement leur soutien au peuple vénézuélien dans ce contexte dangereux pour ses droits démocratiques et sociaux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article

commentaires