Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 14:56

La présentation des cinq candidats de la liste Front de Gauche "Agissons ensemble pour défendre nos communes et nos territoires" s’est faite devant la presse ce mardi 10 septembre à 11 h.

Autour des cinq candidats, dont le tête de liste Gaëtan LEVITRE, étaient présents Arnaud LEVITRE, élu d’Alizay et directeur de campagne, Jean-Luc LECOMTE, conseiller régional et secrétaire départemental du Parti communiste, ainsi que Marcel LARMANOU, conseiller général.

Les candidats sont revenus sur les raisons d’être de cette liste : porter un message clair au Sénat en faveur du maintien de la commune et du département comme maillons essentiels de la démocratie de proximité et pour leur rôle social et économique sur les territoires.

La liste Front de Gauche sera la seule de toutes les listes à dénoncer la réforme territoriale en cours et la politique d’austérité qui va coûter 11 milliards d’euros aux collectivités locales.

Ces deux sujets, portés par le gouvernement actuel, donc par les candidats socialistes, sont comparables aux choix politiques portés par la droite, UMP et UDI confondus, donc par les trois sénateurs actuels.

Andrée OGER a rappelé les énormes difficultés que rencontrent nombre d'habitants de nos communes et l'impossibilité pour les maires à répondre aux demandes, notamment du fait des réductions budgétaires et des transferts de charge venant de l'Etat que subissent les collectivités territoriales.

Elle a dénoncé avec véhémence les propos injustes contre les chômeurs quand 20 % des potentiels bénéficiaires du RSA ne déposent pas de demandes, tant ils sont noyés sous les difficultés, et quand 1 chômeur sur 2 ne bénéficie d'aucune indemnité !

En face, chaque année, ce sont 60 à 100 milliards d'euros qui fuient la France pour des paradis fiscaux : de quoi largement combler de nombreux déficits sociaux et investir dans le développement durable et l'économie réelle !

La liste Front de Gauche menée par Gaëtan LEVITRE se place clairement pour un virage politique à gauche, faisant de la Finance l’adversaire, pour une juste redistribution des énormes richesses produites en France vers la population, via les salaires, retraites et minima sociaux, et via les services publics.

Gaëtan LEVITRE, Andrée OGER, Valéry BEURIOT, Laurence CHAPELLE et Anthony AUGER, entendent être la voix des communes et des territoires de l’Eure, pour défendre leur place au sein de la République, et des eurois qui ont besoin d’une politique de gauche en rupture avec le consensus libéral des élites qui mène notre économie et notre pays dans le mur.

Rendez-vous est donné sur les territoires aux élus et grands électeurs qui souhaitent rencontrer les candidats :

MARDI 23 SEPTEMBRE 18h30 : GRAVIGNY, salle Lino Ventura (derrière la mairie) ; MERCREDI 24 SEPTEMBRE 18h30 : BRIONNE, salle du conseil municipal, Mairie ; VENDREDI 26 SEPTEMBRE 18h30 : ALIZAY, Salle Andrée Chedid (Bibliothèque municipale)

IMGP6893.JPG

P.-S.

Les candidats de la liste "Agissons ensemble pour défendre nos communes et nos territoires" présentée par le Front de Gauche :
- Gaëtan LEVITRE, maire d’Alizay et conseiller général de Pont de l’Arche ;
- Andrée OGER, conseillère générale de Saint André, maire honoraire de Croth ;
- Valéry BEURIOT, maire-adjoint de Brionne ;
- Laurence CHAPELLE, responsable syndicale, élue d’Evreux de 2008 à 2014 ;
- Anthony AUGER, conseiller municipal de Gisors.

Directeur de campagne : Arnaud LEVITRE Trésorier : Didier COURBOT

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 09:41

Gaëtan LEVITRE, maire d'Alizay, mènera la liste du Front de Gauche. Andrée OGER est numéro deux.

Le dimanche 28 septembre prochain, les Grands Electeurs du département désigneront les 3 représentants des collectivités locales euroises qui représenteront notre département au Sénat.

Ces Grands électeurs sont les conseillers régionaux, les conseillers généraux et les délégués des communes désignés le 20 juin dernier.

Ce vote est important car, actuellement, la majorité de gauche ne tient que par le vote des élus communistes et républicains. Cela permet d'avoir un Sénat qui refuse de se courber devant les exigences libérales du gouvernement.

Ainsi, sur la réforme territoriale, qui va affaiblir nos communes et faire disparaître nos départements, le Sénat est en pointe pour contrer ce projet.

Avec une politique d'austérité mise en place pour permettre d'accroître les cadeaux aux grandes entreprises, via le pacte de Responsabilité notamment, les collectivités locales vont connaître rapidement de sérieuses difficultés puisque ce sont 15 milliards d'euros de coupe budgétaire qui sont attendus ! Ce seront les habitants de nos communes, communautés de communes, départements et régions qui subiront les conséquences de ces coupes budgétaires. Soit il faudra supprimer des subventions ou des services, soit il faudra les rendre payant !

Comme en 2008, Andrée OGER a accepté d'être candidate à ces élections sénatoriales sur la liste Front de Gauche intitulée "Agissons ensemble pour défendre nos communes et nos territoires".

A la différence de 2008, il s'agit d'un scrutin de liste à la proportionnelle. Andrée OGER y figure en deuxième position derrière Gaëtan LEVITRE, maire d'Alizay et conseiller général, bien connu pour son engagement autour de l'emploi industriel (M-real, Bosch, Bonna Sabla,...).

En 2008, Andrée OGER et son suppléant, Christian JUTEL, avaient obtenu près de 20 % des voix.

Dans le contexte actuel d'effondrement idéologique du Parti socialiste, confronté à une dérive libérale de son élite, le recours pour les élus de gauche et les élus attachés à la survie de leurs communes et de leur département, c'est la liste "Agissons ensemble pour défendre nos communes et nos territoires" !

Toutes les autres listes, de droite comme de gauche, soutiennent des réformes territoriales qui condamnent la démocratie locale et les services publics de proximité !

Le 28 septembre, il est possible de renouveler le résultat de 2008, voire même de l'amplifier, pour envoyer un senateur de gauche au Sénat !


Les candidats de la liste "Agissons ensemble pour défendre nos communes et nos territoires" présentée par le Front de Gauche :

- Gaëtan LEVITRE, maire d’Alizay et conseiller général de Pont de l’Arche ;

- Andrée OGER, conseillère générale de Saint André, maire honoraire de Croth ;

- Valéry BEURIOT, maire-adjoint de Brionne ;

- Laurence CHAPELLE, responsable syndicale, ancienne élue d’Evreux ;

- Anthony AUGER, conseiller municipal de Gisors.

 

Directeur de campagne : Arnaud LEVITRE ; Trésorier : Didier COURBOT

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 11:20

Mardi 13 mai, Alizay accueillait un meeting du Front de Gauche centré sur les élections Européennes du dimanche 25 mai.

En invité principal, Jacky Hénin, député européen communiste sortant et tête de liste du Front de Gauche dans notre circonscription (Nord-Ouest).

On pouvait craindre une démobilisation des militants et sympathisants, dans un contexte d'abstention record annoncé ! Le choix d'un soir de semaine rajoutait au challenge !

Pourtant, c'est bien le succès qui a été au rendez-vous avec une salle quasi comble et des participants debout au fond de la salle ! Ce sont au final environ 200 personnes qui sont venues écouter les intervenants de meeting.

L'animateur de la soirée, Arnaud Levitre, conseiller municipal et responsable de la section PCF, a assuré la liaison entre les différents discours portés d'abord par Gaëtan LEvitre, maire d'Alizay et Conseiller général, candidat sur la liste du Front de Gauche, puis les intervenants du Parti de Gauche et d'Ensemble, organisations membres du Front de Gauche, de Yvon Scornet, leader CGT des Pétroplus et candidat, de Laurence Chapelle, responsable syndical et candidate, et, enfin, Jacky Hénin, eurodéputé sortant.

Le discours était offensif, tourné vers la défense de l'emploi industriel, des services publics et contre les politiques d'austérité imposées depuis Bruxelles.

Jacky Hénin, toujours brillant, a porté le message positif d'une gauche radicale qui va marquer des points lors de ces élections dans beaucoup de pays d'Europe. Notre groupe, celui de la Gauche Unitaire Européenne, devrait devenir le troisième groupe parlementaire à Bruxelles.

Autant dire que ceux qui refusent cette Europe des technocrates et des banquiers savent vers qui il faut voter utilement : le Front de Gauche !

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 15:09

Banniere-Jacky-Henin.pngLe PCF et le Front de Gauche organisent un meeting départemental pour les élections européennes le mardi 13 mai à Alizay.

L'abstention s'annonce historique à ses élections européennes du dimanche 25 mai.

Pas de quoi inquiéter le ouvernement et son opposition médiatique officielle (l'UMP et L'UDI-Modem) vu le peu d'énergie qu'ls mettent à dynamiser la campagne. D'ailleurs, choisir le 25 mai pour ces élections, moins de deux mois après les Municipales et dans un mois de mai gruyère, avec des congés scolaires entre les deux, c'était déjà courir à la défaite.

Cette abstention n'a pas de quoi effrayer un Front National, qui serait minoré si l'électorat populaire qui vote à gauche habituellement prenait le chemin des urnes.

Ce qui est mal parti compte-tenu d'une campagne morne et de médias qui évitent soigneusement le sujet, préférant diffuser les échanges de caniveau entre PS et UMP, laissant systématiquement le FN conclure les débats.

Les communistes et le Front de Gauche ne sont pas épargnés par ce silence médiatique et l'absence de débat politique sur les grands enjeux de ces élections.

Même si nous ne croyons pas en cette construction européenne, nous militons néanmoins pour l'expression populaire lors de ces élections et pour l'envoi d'eurodéputés qui porteront la voix des travailleurs, du peuple de France, au Parlement européen.

Avec Jacky Hénin, le Front de Gauche et le PCF ont déjà un eurodéputé qui porte fièrement et fortement le message de la gauche radicale à Bruxelles.

De Sealink Calais à M-real Alizay, voilà un eurodéputé qui aura mouillé la chemise sur le terrain pour soutenir les luttes et défendre l'emploi en France !

C'est mardi 13 mai que Jacky Hénin vient porter dans notre département le message de la liste qu'il mène à nouveau aux élections Européennes du dimanche 25 mai.

Au programme, des initiatives publiques sur le département, à Evreux notamment, essentiellement auprès des travailleurs.

Et, mardi 13 mai à 18 h 30, salle des Alisiers à Alizay, Jacky Hénin animera un grand meeting du Front de Gauche.

Les deux candidats eurois seront également présents. Laurence Chapelle, conseillère emploi et responsable syndicale sur Evreux, et Gaëtan Levitre, maire d'Alizay et conseiller général, interviendront à ses côtés.

Nous vous invitons à venir à ce meeting et à relayer l'information autour de vous !

Dans ce silence des médias autour de la campagne des Européennes, particulièrement de la campagne du PCF et du Front de Gauche, c'est à chacun d'entre nous de se faire les relais de la campagne de la gauche radicale et communiste, pour rompre avec l'Europe de l'austérité !


Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 15:58

Je suis très heureuse de présider encore cette année cette assemblée générale du CODERPA de l’Eure qui a réalisé sous la direction éclairée, vigilante et très active de Monsieur Marre puis de Madame Chatel depuis un an, du bon, du très bon travail. Le bureau est très solidaire, il réalise un travail régulier, efficace et que nous apprécions tous.

Les divers exemplaires de notre journal « Présence » en témoignent. Ils montrent aussi, à l’envie, que les diverses commissions fonctionnent bien et régulièrement. Félicitations à leurs Présidents ainsi qu’à tous leurs membres

J'ai le plaisir de vous présenter notre nouvelle secrétaire,  Madame Carine CORREA, embauchée récemment par le Conseil Général et mise à notre disposition à mi-temps. Je ne doute pas qu'elle mettra toute sa compétence et tout son talent à notre disposition. Elle remplace Véronique Paparis, qui après un long moment de maladie, a pris un autre poste où je lui souhaite toute la réussite possible.

Le Conseil Général a aussi chargé un cadre de haut niveau,Madame Sylvie Foucaud de nous accompagner Tout est en place pour continuer notre travail fructueux

Et du travail, il y en a!

Une année a passé depuis notre dernière Assemblée générale et  beaucoup de choses ont bougé dans notre pays, des bonnes : un peu et des très inquiétantes : beaucoup.

Le Coderpa, organisation représentative des personnes retraitées se doit de réagir et de faire connaître ses positions. Il doit s'exprimer sur les réformes envisagées comme sur les réformes en cours

Depuis plusieurs mois les retraites sont pratiquement bloquées alors que les cotisations sociales ont augmentées. Nous avons perdu du pouvoir d'achat

Les économies sur la sécurité sociale sont très durement ressenties par les retraités: un certain nombre d'entre nous renoncent à se soigner. J'ai rencontré récemment une dame d'Ezy qui a besoin d'une opération de la cataracte. Son médecin la dirige  vers une clinique et là on lui demande en suppléments d'honoraires 150 € pour une IRM, 50 € pour l'anesthésiste et 180€ pour chaque œil opéré! Comment faire avec ses 800€ e de retraite….

La loi sur la dépendance, tant attendue, est annoncée. Qu'y trouvera-t-on?  Assez peu de moyens supplémentaires j'en ai peur même si les intentions affichées sont bonnes. Il restera encore beaucoup trop de personnes renonçant à de l'aide à domicile parce que n'ayant pas les moyens de régler le reste à charge.

D'ailleurs les statistiques sont formelles là-dessus: les emplois à domicile ont diminué de plus de 6% en un an alors que les besoins sont immenses. Chômeurs supplémentaires  d'un coté et personnes âgées en difficultés de l'autre. Est-ce raisonnable? Où est le bon sens?

Je crois qu'il faut prendre notre sort en mains et exiger ce dont nous avons besoin. Il me semblerait normal que tous les CODERPA de France et de Navarre établissent une espèce de cahier des charges listant nos exigences.

Et comme je suis en charge,  au niveau du département, j’ai quelques idées sur ce sujet.

Si vous avez un cancer ou une grippe, c’est la solidarité nationale qui prend en charge vos frais médicaux au travers de la SS . Mais si vous devenez dépendant pour cause de vieillesse, ce sera la famille et le département qui devront régler la note. Cela aboutit à de grandes inégalités suivant, bien sur, les revenus de la personne, de sa famille ou…du département. Or, notre République est basée sur l’idée d’égalité de traitement, il faut trouver des solutions nationales, les mêmes pour tous.

Et si le financement doit être national, la mise en application sur le terrain doit continuer à être confiée aux  collectivités de proximité, les départements qui ont des contacts étroits avec les CCAS des communes et avec les organismes de soins et qui ont montré leur compétence en ce domaine.

Par ailleurs on ne traite pas le handicap de la même façon, suivant qu'il intervient avant ou après l'âge de la retraite. Je le répète partout

Je m'explique : si vous devenez sourd à 58ans, votre appareil auditif (autour de 300 € pour les 2 oreilles) vous sera à peu près totalement remboursé  par la SS votre mutuelle, la PCH, , ou le fonds de compensation mais si vous avez plus de 60ans vous n'aurez que la SS et la mutuelle, ce qui laissera environ 2000 € à votre charge. Est-ce juste? Sommes-nous en République? Et que fait-on de la notion d'égalité écrite sur tous les frontons de nos mairies ?

Je vais vous faire une confidence, je tiens permanence dans mon canton 2 fois par semaine, j'y rencontre beaucoup de gens en difficultés: logement pour les jeunes aux ressources modestes mais aussi beaucoup de femmes seules, retraitées avec des revenus de misère.

C'est qu'en France le plus grand nombre des retraites pour les hommes s'établit à 1200 €,  ce n'est déjà pas beaucoup mais pour les femmes c'est 800 € car souvent, elles n'ont pas une carrière complète ou n'ont pas été déclarées. Beaucoup n'ont qu'une réversion. Comment vivre avec ça? Comment payer un loyer, se chauffer, se soigner correctement?

Il faut nous faire entendre! Nous sommes des citoyens utiles, respectables et devons être entendu.

Le CODERPA de l’Eure, notre Coderpa, effectue un travail de proximité intéressant : il visite des maisons de retraite, organise des réunions de réflexion sur des questions de société, il travaille en bonne intelligence et en confiance avec le CG.

Mais on nous prépare une réforme totale des Coderpa qui deviendraient des conseils départementaux de la citoyenneté et de l'autonomie, organismes lourds présidés par le Président du CG. Alors qu'on envisage la disparition des départements! Où est la cohérence?

Nous en reparlerons car là aussi, il faudrait que les Coderpas se prononcent

Dans notre département, nous consacrons plus de la moitié du budget de fonctionnement à l'aide sociale, en gros un peu plus de 250 millions d'€ dont 1a moitié soit 125 millions d'euros va aux personnes âgées et personnes présentant un handicap

N’oubliez pas que c’est nous qui payons l’APA remboursée par l’état seulement  ’à hauteur de 28% (c’était 50% à l’origine), c’est nous qui payons la prestation de compensation pour les personnes présentant un handicap, enfants ou adultes C’est nous qui payons le RSA, l'insertion, l'hébergement des personnes âgées ou handicapées etc etc.

Nous essayons d'appliquer l'APA au mieux et les dépenses concernant ce secteur sont passées de 22 millions d’euros en 2004 à plus de 40 millions cette année. L’état participe, lui, toujours pour à peu près la même somme qui ne représente plus que 28% de notre dépense alors que c'était 50% à l'origine

Oui, il y a du pain sur la planche et voilà donc des sujets de réflexion et de travail que je me permets de vous suggérer. Nous avons des responsabilités à prendre. Nous ne nous laisserons pas faire et tant que nous serons capables de nous  révolter contre les injustices, nous montrerons que nous sommes restés actifs et jeunes. N'est-ce pas?

Alors Bon courage à tous

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 10:48

Plus que quelques jours avant le premier tour des élections municipales, dimanche 23 mars.

Les élections municipales sont-elles des élections locales, à enjeux locaux, ou des élections à valeur nationale ? Un peu des deux.

D'abord, l'élection municipale, c'est le choix des élus qui gèreront nos communes pour les six ans à venir. On peut être se sentir apolitique ou "sans étiquette" dans cette élection mais, la réalité vous rattrape car il devient difficile de gérer nos communes avec les difficultés que rencontrent nos concitoyens, personnes âgées à faibles ressources, jeunes sans emploi, salariés qui peinent à joindre les deux bouts, etc. En même temps, l'Etat sert les vis des collectivités et les budgets deviennent difficiles à boucler. Des choix s'imposent et la "neutralité" devient théorique quand il faut trouver de nouvelles ressources ou réduire des dépenses !

L'élection municipale de dimanche, ce sera aussi le choix des délégués qui représenteront nos communes dans les communautés de communes ou les communautés d'agglomération. Un choix important car le poids et les responsabilité des intercommunalités grandit d'années en années. Même si ce n'est pas dit comme ça, on sait très bien que Bruxelles et nos gouvernements successifs cherchent à étrangler les communes et à les remplacer, à terme, par ces intercommunalités.

Dans ce contexte local tendu, économiquement et fiscalement, les élections municipales prennent une tournure politique nationale.

Comment vos élus vont-ils aborder les restrictions budgétaires annoncées par le gouvernement ? 1,5 milliards de moins aux collectivités territoriales, ce sont autant d'argent qu'il faudra économiser dans les budgets des communes, des intercommunalités et des départements !

Vos futurs élus vont ils baisser la tête et "faire avec" ? Vont-ils réduire le personnel communal ? Réduire les subventions aux associations ? Réduire les investissements ?...

Ou bien allez-vous avoir des élus combatifs, qui gèreront au mieux des intérêts des habitants leur budget mais exigeront nationalement une autre politique ? En clair : moins d'austérité !

Et puis, à l'automne, ce sera le renouvellement des sénateurs. Le poids des communes rurales est important dans ce scrutin. Pour qui voteront les représentants de votre commune ? Pour la droite ? Le PS ? Le FN ? Le PCF et le Front de Gauche ?...
Rien que pour cela, la neutralité des élus communaux n'existe pas ! Le Sénat a une "couleur" politique et les élus ruraux votent majoritairement à droite. Sans étiquette ?...

Alors, pour le choix du programme comme pour le positionnement vis-à-vis du gouvernement, mieux vaut choisir des candidats qui auront un positionnement clair, progressiste, favorable aux classes populaires et moyennes.

Sur le canton de Saint André, il y a beaucoup de communes où seule une liste se présente. Là, le choix est forcément réduit, dirait Lapalisse.

Ailleurs, plusieurs listes se présentent, où, dans des petites communes, des candidatures isolées.

Je vous invite à juger le bilan des équipes, leur comportement avec les habitants, les associations, et à choisir celles qui représenteront le mieux votre commune.

Par exemple, sur Saint André, face à la liste menée par Serge Masson, maire sortant, se présente une liste qui, si elle ne le dit pas clairement, représente quand même la droite locale. Voter pour la liste menée par Serge Masson correspond au choix le plus intéressant pour les andrésiens, compte-tenu du travail effectué par l'équipe sortante sur le logement et les équipements communaux.

On pourrait revenir sur la commune de Croth, dont la maire, non contente d'avoir fermer la permanence d'Andrée OGER, a eu de nombreux démêlés avec ses administrés (notamment sur l'antenne de téléphonie mobile). Une deuxième liste, composée de personnes connues sur la commune, se présente. C'est peut-être une bonne alternative ?

Ailleurs dans le département, notamment sur des communes de grande taille, le choix est quelque part plus simple car les listes assument leur positionnement politique.

Le PCF, ses partenaires du Front de Gauche et des personnalités locales ont monté des listes sur Alizay, Bernay, Brionne, Etrépagny, Evreux, Gisors, Gravigny, Igoville, Louviers et Vernon.

Sur d'autres communes, des communistes se présentent sur des listes d'union, comme à Charleval, Pont-Audemer ou Val-de-Reuil. Parfois, nos camarades sont candidats libres, comme à Garancières ou Grosley-sur-Risle.

Nous ne pouvons que vous conseiller de choisir ses candidats.

Vous connaissez nos positions. Vous savez que nous ferons tout pour défendre l'avenir de nos communes, la démocratie locale, défendre le logement social et les services publics, éviter les hausses d'impôts que d'autres imposent.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 09:45

Malgré une actualité sociale toujours occultée dans les médias, 800 manifestants à Evreux et 260 000 nationalement ont rejeté le Pacte de responsabilité proposé par le gouvernement pour le compte du MEDEF.

A vrai dire, les raisons de manifester hier étaient nombreuses. Si le Pacte de responsabilité et ses 35 milliards d'allègements de cotisations sociales supplémentaires pour les entreprises, sans aucune contrepartie, occupait le devant des revendications, d'autres sujets tout aussi importants faisaient partis des thèmes de la journée : le refus du blocage des pensions de retraite complémentaire, la défense des services publics et, plus généralement, le rejet des politiques d'austérité qui justifient toutes ces attaques contre les salariés.

La difficulté des syndicats a mobilisé massivement, à la hauteur des enjeux, est réelle. Elle tient autant à une certaine désillusion entretenue par les médias, certains syndicats et partis politiques, qu'à une forme de désintérêt, là aussi entretenu par des médias qui passent ces sujets sociaux, pourtant majeurs, en arrière plan d'une actualité où même les résultats sportifs sont plus prioritaires que l'emploi et les salaires !

Malgré tout, ce sont quand même 260 000 salariés qui sont descendus dans les rues de France, au sein de 140 cortèges, pour exprimer leur désacoord sur ces questions !

Dans l'Eure, ce sont 800 personnes qui ont défilé deux heures durant dans les rues d'Evreux. On est loin des foules du mouvement contre la Réforme Sarkozy-Fillon des retraites, mais bien au dessus de la précédente mobilisation de février !

FO et CGT se partageaient l'essentiel du cortège, complété syndicalement par les enseignants de la FSU et les militants des syndicats SUD et Solidaires.

Politiquement, le Parti communiste était clairement présent, avec une trentaine de militants clairement identifiés, dont plusieurs têtes de listes et candidats aux Municipales d'Evreux (Thierry Desfresnes), Vernon (Jean-Luc Lecomte), Louviers (Claudine Dutheil), Brionne (Gérard Grimault) ou Etrépagny (Danielle Bonnette). Pour le Front de Gauche, on notait la présence notamment de candidats à BErnay, dont le tête de liste Pascal Didtsch.

NPA et Lutte Ouvrière complétaient un tableau politique bien évidemment abandonné par les autres formations politiques, toutes acquises à l'austérité.

Comme le rappelait Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, dans la manifestation parisienne, les élections municipales du dimanche 23 mars doivent être l'occasion de sanctionner les politiques d'austérité et de choisir des candidats qui défendront les communes et les politiques de solidarité et de services publics face à des budgets en baisse imposés par le gouvernement.

  Manif-18-mars-2014---Evreux---Austerite---pacte-de-respon.jpg

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 10:38

La fermeture de la librairie Chapitre ne nous satisfait pas !

Les salariés de Chapitre à Evreux occupent leurs locaux depuis quelques jours. C'est aussi le cas, à l'appel des syndicats, dans les 23 librairies du groupe dont on annonce la fermeture.

La fermeture de ces librairies, le 10 février dernier, a entrainé le licenciement du personnel. 434 salariés sont concernés en France. L'objectif pour les victimes, c'est d'obtenir des indemnités de licenciements supérieures aux maigres sommes prévues par la loi.

La direction de Chapitre a beau dire qu'elle n'a plus de sous, c'est à la maison mère, Actissia, d'assumer !

Actissia, c'est aussi France-Loisirs et Chapitre.com (qui continue).

A ce titre, les salariés de la librairie qui travaillaient pour France Loisirs à Evreux seront-ils repris dans la nouvelle boutique ? Rien n'est moins sûr !

Autant pour les salariés licenciés que pour la disparition du seul vrai point de culture d'Evreux (Livres, CD, DVD et jeux), les communistes de tout le département déplorent cette fermeture !

Thierry Desfresnes, candidat PCF de rassemblement à gauche à l'élection municipale d'Evreux, ira aujourd'hui à la rencontre des salariés d'Evreux qui occupent les locaux.

Gageons que les communistes et leurs alliés, s'ils obtiennent le mandat de la mairie de 30 mars prochain, auront à coeur de trouver un nouvel occupant pour ces locaux.

Comme le prouve la Fête de l'Humanité, au Bourget comme à Rouen, la culture est une préoccupation majeure des communistes. Question d'émancipation populaire !

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 08:56

Ce jeudi 6 février, à 14 heures à Evreux, il sera question d'emploi, de salaires, de protection sociale, de retraite.

A l'appel de la CGT, une journée nationale de mobilisation interprofessionnelle est organisée pour, une nouvelle fois, faire revenir sur le devant de l'actualité les thèmes majeurs des emplois, des salaires, des retraites et de la protection sociale.

Si la droite radicale et les religieux tentent d'occuper la rue ces derniers temps autour de thèmes sociétaux, pour catalyser le mécontentement populaire autour d'exigences rétrogrades, les travailleurs et leurs syndicats doivent ramener les questions majeures au centre de l'actualité : doit-on continuer en France à appliquer une politique d'austérité dont l'inefficacité est prouvée autant en termes de réduction des déficits budgétaires que de croissance économique ?

Les communistes, qui ont soutenu la candidature de Jean-Luc Mélenchon aux Présidentielles 2012, dans le cadre du Front de Gauche répondent NON : assez d'austérité ! Non aux cadeaux fiscaux aux grandes entreprises et à une TVA en hausse pour les salariés ! Oui à une relance par l'emploi stable et la hausse des salaires et pensions !

Nous serons donc au côté des militants et salariés qui seront en grève, à côté de ceux qui manifesteront !

Peuple de France ! Face aux promesses non tenues, relève la tête et exprime-toi !

Tous dans la rue ce jeudi !

Rendez-vous à 14 heures à Evreux,

devant la Bourse du Travail, rue de l'Ardèche

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 12:02

Lundi 3 février, l'assemblée du Conseil général donnait son avis sur la nouvelle carte des cantons qui entrera en vigueur pour les élections de l'an prochain.

Elle n'a fait que donner son avis puisque c'est, au final, le ministère qui est le maître des coups de ciseaux qui dessinent les nouveaux cantons eurois.

Les communistes se sont opposés nationalement au nouveau mode de scrutin qui va se mettre en place, une usine à gaz qui réorganise les cantons sur le schéma des intercommunalités. Une organisation qui préfigure la disparition pure et simple des départements voulue par l'Europe et par les partis aveuglément pro-européens, de droite comme de gauche.

Le PCF a refusé aussi ce mode de scrutin car il continue de favoriser le bipartisme (UMP / PS) avec ses grandes circonscriptions alors que les communistes ont toujours revendiqué leur préférence pour le système proportionnel qui permet aux forces politiques d'être TOUTES représentées en fonction de leur poids politique.

Logiquement, au niveau départemental, les 4 conseillers généraux communistes ont suivi l'avis général des communistes et ont voté contre cette carte. Un vote symbolique, de toute façon, puisque l'Etat décide pour les eurois !

Comme les élus UMP ont voté contre pour des raisons moins démocratiques mais politiciennes et qu'une élue de la majorité (Anne Mansouret) a également voter contre, l'assemblée départementale a donc, finalement, exprimé son rejet de cette nouvelle carte cantonale par 23 voix contre 18 et 2 abstentions (Jean-Luc Récher et Jean-Pierre Flambard).

Vous trouverez ici la déclaration de vote d'Andrée Oger.

Solidaire


De presque toutes les interventions que nous avons entendues il ressort que le système avec lequel nous avons été élus ne donnait plus satisfaction.

Dans notre département, par exemple, certains cantons avaient moins de 5000 habitants alors que d’autres frôlaient les 30 000. Ce n’était objectivement pas juste puisque nous avions tous ici une voix. Certains Eurois étaient donc sous représentés même si leur Conseiller général était de grande valeur.

Il fallait donc trouver un mode de scrutin plus juste, plus représentatif et la notion de proportionnelle vient immédiatement à l’esprit car c’est indiscutablement le mode de scrutin le plus équitable et qui permet la parité.

On me dit que cela aurait fait entrer dans notre assemblée des gens dont on ne veut pas ! Mais est-il juste de combattre des courants de pensée en jouant sur le mode d’élection ?

Est-ce le but d’une loi électorale que d’éliminer telle ou telle fraction de la population ? Je ne le crois pas même si cela s’est fait couramment dans l’histoire.

Il est plus normal, plus démocratique de promouvoir une politique qui réponde vraiment aux besoins des gens, de s’attaquer aux idées et de démontrer combien elles sont dangereuses et à quoi elles conduisent. Ce n’est pas le choix qui a été fait et je le regrette

On a donc refusé toute proportionnelle pour les élections  au conseil départemental, alors qu’on l’a admis peu ou prou pour d’autres élections. On aurait pu, quand même, réfléchir à un scrutin proportionnel par circonscriptions par exemple ou au moins pour les villes. Il faut regarder le découpage d’Evreux, qui perdure pour telle rue, tel trottoir vous élirez tel conseiller départemental, pour l’autre trottoir un autre. Comment les gens peuvent-ils s’y reconnaître ? Quel sens cela a-t-il ?

Deuxième reproche à l’ancien mode de scrutin, il n’était pas paritaire. C’est indiscutable !

Regardons notre assemblée : aucun ouvrier en activité, très peu de salariés, pas de jeunes, pas de Français d’origine étrangère,  beaucoup de professions libérales, de fonctionnaires, de retraités. Ce n’est vraiment pas très représentatif de notre société. 

Mais ce manque de représentativité là ne gène apparemment personne ! Je le regrette.

C’est le manque de parité homme/femme qui gène et qu’il faut combattre. Je ne suis pas contre car il est vrai que dans cet hémicycle, nous ne sommes que 5 femmes sur 43 élus! Et je remercie vivement le Président de notre Assemblée d’avoir proposé aux  4 femmes de sa majorité des postes de  Vice Présidentes montrant ainsi sa considération à notre égard !

Bien sur que je défends la notion de parité hommes/femmes !

Elue depuis 1965, j’en ai connu des attaques, des propos inadmissibles dans ce domaine, Et dans cette assemblée j’ai été la seule femme pendant 3ans . Il m’arrivait de dire peu modestement au Président de l’époque qu’à moi toute seule, je représentais  la moitié de sa population départementale et que je devais être écoutée !

Il fallait donc modifier les choses pour que les femmes aient leur juste place et on a inventé un système, unique au monde, que personne, je crois, ne nous copiera : le scrutin binominal paritaire majoritaire à deux tours, rien que le nom est indigeste.

2 candidats par canton avec leurs suppléants sans changer de façon importante le nombre d’élus départementaux. Il fallait aussi réduire le nombre des cantons et revoir leur contour. Un redécoupage, même fait dans les meilleures intentions, prête inévitablement à la critique, bien sûr. Et voilà que fleurissent les accusations de découpage orienté, voire  de charcutage. Je ne suivrai pas bien entendu ces affirmations.

Mais je m’inquiète… comme beaucoup des femmes que j’ai rencontrées et qui se posent des questions : cette parité obligatoire, elle est  un peu condescendante, un peu humiliante…. Sommes-nous des êtres fragiles qu’il faut  protéger ?

Nous nous demandons si nous serons sollicitées, si nous serons  choisies comme candidates parce que nous sommes  capables ou parce qu’il faut une femme absolument ?

Chacune de nous va se poser la question. Car si on nous considère comme capables pourquoi ne nous a-ton pas contactées plus tôt ? Quand il n’était pas obligatoire d’avoir des femmes sur les listes ? C’est une question angoissante, je vous assure.

Il aurait fallu pour le moins que ces mesures soient transitoires pour que vienne  le temps où il n’y aura plus besoin de quota, où les choses se feront naturellement dans l’intérêt des populations.

Ce système où il y aura des listes de 4 noms va obliger à passer par  les formations  politiques. Nous ne sommes plus à l’époque de la candidature individuelle d’une personnalité locale qui s’est fait connaître par son activité, son dévouement, ses compétences.

Ça aussi c’est un peu dommage.

Je crois qu’on pouvait trouver d’autres solutions moins tarabiscotées, plus justes. D’autant que l’écart entre le canton le moins peuplé  et le plus peuplé est encore dans la proportion de 1 à 1,5 . La loi pouvait faire mieux.

Voilà pourquoi  j’avoue qu’au moment d’indiquer quel sera mon vote, je suis ennuyée. Je ne peux approuver un système qui ne donne aucune part à la proportionnelle, je suis réservée sur cette parité obligatoire, je suis éberluée par un mode de scrutin abracadabrant.

Mais je peine à mêler ma voix à celles d’élus appartenant à un parti dont certains membres ont déposé un amendement  demandant le déremboursement de l’IVG, je répugne  à mêler ma voix à celles de certains membres d’un parti qui défilait hier sur des mots d’ordre plus que rétrogrades à l’égard des femmes.

Il est évident que ce projet qu’on nous soumet aujourd’hui est dans le droit fil des projets que préparait le gouvernement Sarkozy et qui rassemblait, contre lui, à l’époque, toute la gauche.

Ce n’est pas moi ni mes amis qui avons changé, c’est la droite qui critique aujourd’hui ce qu’elle défendait hier, c’est une partie de la gauche qui défend aujourd’hui ce qu’elle attaquait hier.

En conscience et après avoir longuement réfléchi, je voterai contre ce projet qui nous est soumis.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article