Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 09:20

On savait que Bruno Le Maire avait choisi Evreux pour sa proximité de Paris.

Celui qui n'a jamais habité Evreux car vivant dans les beaux quartiers parisiens, se félicite dans cette interview de Pascal Clark, sur France Inter, d'être "locataire à Evreux mais propriétaire au pays basque, c’est beaucoup plus agréable". (à voir en fin d'interview, à partir de 7 minutes et 12 secondes)

Et bien, merci à nouveau pour les habitants de l'Eure, particulièrement ceux d'Evreux !

Après Jean-Louis Debré, voilà à nouveau un responsable national UMP qui utilise notre département pour sa carrière politique nationale ! Rien à faire des difficultés des eurois en termes d'emploi, de transport, de logement ou d'accès à la santé !

Bruno Le Maire a décidé de ne pas se présenter à la mairie d'Evreux. En off, il se posait cyniquement la question auprès de responsables politiques eurois de savoir pourquoi il viendrait "s'enterrer à Evreux" ?

Si notre département est un trou perdu, une tombe où s'enterrer, nous invitons monsieur Le Maire a laissé son poste de député à un couillon du cru qui croit, lui, avec sincérité, à l'avenir de ce territoire et aux intérêts de ses habitants !

Il pourra à loisir profiter de son logement au pays basque, auprès de sa comparse Michèle Alliot-Marie.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 08:46

La semaine dernière, les salariés du magasin de culture Chapitre.com à Evreux, ont appris la mauvaise nouvelle : la fermeture de leur magasin.

Les magasins de musique et de films ne sont pas légions sur Evreux. A ce titre, le magasin Chapitre.com, rue de la Harpe, fait office de référence, en proposant également des livres et des jeux vidéos. Beaucoup continuent à l'appeler, le Forum, du nom de l'ancienne enseigne, même si, à mon humble avis, le magasin connaissait un certain appauvrissement de l'offre musicale depuis plus d'un an.

Difficile d'y trouver des albums anciens ou des artistes peu côtés dans les médias commerciaux ces derniers temps !

En tout cas, le coup est lourd pour le centre-ville ! Ne restera bientôt plus que les grandes surfaces, en l'occurence surtout Carrefour et Cora, pour trouver DVD et CD ! Autant dire que l'appauvrissement de l'offre culturelle sera encore plus grand, ces deux enseignes se limitants aux dernières nouveautés les plus commerciales. Peu de chances d'y trouver de nouveaux artistes ou de la musique chinoise !...

La fermeture du magasin Chapitre d'Evreux est liée à un vaste plan social qui doit entrainer le licenciement de 171 salariés sur les 1 200 du groupe et la fermeture de 11 magasins, Lyon, Nancy Saint-Sébastien, Narbonne, Grenoble, Calais, Cannes, Boulogne-sur-Mer et Dax, Toulouse, Colmart et Belfort. Et, bien évidemment, Evreux.

Chapitre.com a été racheté il y a deux ans par un fonds de pension américain (Najafi companies). On voit le résultat !

La situation de l'enseigne Chapitre.com rappelle celle du groupe Virgin, en redressement judiciaire depuis janvier. Les offres de reprises concernent au mieux 11 des 26 magasins Virgin de France et les 960 salariés français se font de mourron. On les comprend !

Derrière ces deux dossiers, se pose quand même la question de l'offre culturelle en France, qu'il s'agisse de musique, de films, de livres ou même, quelque part, de presse écrite.

Peut-on considérer la culture comme un simple objet commercial ?

Le souci de la fermeture de magasins spécialisés, déjà entamée avec la fermeture des magasins indépendants, c'est que ne restent que des grandes enseignes de la distribution qui se limitent au service minimu dans le domaine, service minimum qui rime avec profit maximum. Ne sont proposés que des "œuvres" rentables rapidement : tant pis pour les artistes méconnus ou spécialisés (musiques "ethniques", artsites underground, films d'art et d'essai, livres spécialisés, philosophiques,...) !

Pas besoin non plus d'accuser le téléchargement quand des études montrent que les plus gros téléchargeurs de musique sont ceux qui achètent également le plus de CD !

La question finale est bien celle de l'offre, de sa diversité, de son accessibilité en termes d'écoute publique et de prix.

Peut-être que les médias publiques devraient faire un peu plus d'éffort pour diffuser des artistes différents des médias commerciaux ? Et peut-être que réduire le prix des livres,  CD et DVD, permettrait d'accroître la fréquentation des magasins spécialisés ? Un CD à 20 €, c'est 130 € ! On est loin des cassettes à 40 francs des années 98-99 ! D'autant plus qu'un CD coûte moins d'un euro à la fabrication.

Bref ! Derrière le destin des salariés de Chapitre.com, que nous soutenons, se pose la question de l'accès à la culture.

Un sujet sommes toute assez politique.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 09:13

Malgré la pluie, une soixantaine de personnes ont participé à un rassemblement anti-Front National hier à Evreux.

La fille du fondateur du Front National, Jean-Marie Le Pen est venue hier inauguré dans la capitale de l'Eure le local de campagne du candidat permanent du Front National aux élections locales (municipales, cantonales, législatives, régionales), Emmanuel Camoin.

Selon Paris-Normandie (nous n'étions pas sur place !), 200 personnes participaient à cette réunion. 200 personnes mais pas 200 eurois si l'on considère les nombreux véhicules immatriculés dans d'autres départements garés à proximité et l'important (et peu sympathique) service d'ordre qui bloquait l'entrée de la salle Jules Janin et qui encadrait la réunion.

Ce sont d'ailleurs quelques jeunes au crâne rasé dans un véhicule venant du Calvados qui sont venus jouer la provocation place du Miroir d'eau, lors du rassemblement anti-FN.

C'est que, face à la venue de l'héritière Le Pen, les communistes avaient appelé à un rassemblement républicain, histoire de rappeler la longue tradition démocratique de la ville et son esprit de résistance face à l'extrême-droite. L'hommage au résistant Pierre Sémard, fusillé à la prison d'Evreux en mars 1942, en est une belle et triste illustration.

Rapidement, d'autres forces se sont associées à l'appel du PCF, NPA en tête, mais aussi Gauche Unitaire, Parti de gauche, Ligue des Droits de l'Homme, UD CGT et même le Parti socialiste !

Ce sont une soixantaine de personnes qui ont bravé la pluie pour se rassembler sur Evreux, à un horaire compliqué pour tous les salariés (17 h 30) notamment ceux  qui travaillent et vivent hors Evreux.

Militants communistes et jeunes communistes (une bonne vingtaine) et militants NPA (une quinzaine) composaient le gros du rassemblement.

FN : un parti anti-républicain et anti-ouvrier

Pour tous, le Front National n'est pas le parti "en dehors du système" qu'il revendique, c'est avant tout un parti d'extrême-droite, c'est à dire un parti dont le programme est politiquement à droite avec une composante extrémiste, que l'on retrouve dans ses propos cultivant la haine des étrangers, des syndicats et des institutions républicaines.

On ne saura rappeler les propos particulièrement agressifs de Le Pen lors du mouvement contre la réforme des retraites, en 2007 (c'est pas vieux !) qui voulait "envoyer l'armée... contre les casseurs" que représentaient les manifestants !

Le changement de stratégie du FN, avec un discours d'apparence sociale, ne cache pas en fait des positions réelles toujours favorables au capitalisme. Mais un capitalisme replié sur la France et sur le petit patronat, haine de l'étranger oblige !

C'est ainsi que sur le dossier actuel de l'Accord National Interprofessionnel, le FN tient d'un côté un discours opposé à cet accord mais rejette en même temps les forces syndicales qui le combattent. Marine Le Pen et ses sbires mettent dans le même sac tous les syndicats, signataires et non signataires, une falsification des faits qui ne peut que désarmer la riposte des travailleurs.

Sur le fonds du dossier, d'ailleurs, l'opposition du FN n'est pas si claire puisque Marine Le Pen déforme le contenu du texte en affirmant que seules les grosses entreprises bénéficieraient de cet accord, histoire de dédouaner le petit patronat. Or, si les représentants des artisans (UPA) et des PME (CGPME) ont signé, c'est qu'ils sont aussi gagnants que les représentants "généralistes" du patronat (MEDEF) dans ce dossier !

Antisocial, le FN est pour la suppression du SMIC, par exemple.

Antisocial, le FN est pour faire perdre leurs possibiltés d'action aux syndicats de travailleurs. C'est un classique de l'extrême-droite, cette haine des syndicats vus comme des organisations "marxistes" qui organiseraient la lutte des classes ! D'ailleurs, les ancêtres du FN, sous le régime de Vichy du maréchal Pétain, avaient supprimé les syndicats et organisé des "corporations" réunissant, par métier, les salariés et... leurs patrons !

D'extrême-droite, le Front National le reste encore, quoiqu'en dise la fille de l'ancien OAS Le Pen !

Entre un discours toujours violemment anti-immigrés, une participation active au mouvement anti-mariage pour tous main dans la main avec les catholiques intégristes et l'extrême-droite néo-nazie des Identitaires, autant de données permanentes de ce mouvement qui le positionnent sur l'aile anti-républicaine de l'extrême-droite. Ce n'est pas pour rien que Jean-Marie Le Pen parle régulièrement de "Ripou-blique" !...

Par ailleurs, le FN continue de fricoter au niveau européen avec tout ce que compte le continent de partis néo-fascistes et néo-nazis. Je ne parle pas seulement du bal néonazi autrichien où s'est rendue Marine Le Pen il y a quelque mois mais bien des organisations et partis européens comme le Jobbik hongrois, ouvertement antisémite, anti-rom et doté d'une milice portant la tenue et les insignes des combattants pronazis des années 40. De la même façon, début janvier lors de la manifestation contre le mariage pour tous, on notait la présence du britannique Nick Griffin, dirigeant du British national Party, et député européen, dans le cortège du Front national. Ce type est un négationniste notoire, condamné par la justice anglaise.

Amitiés néonazis à l'International mais discours plus mesuré en France : le FN tente de camoufler son identité d'extrême-droite derrière un masque social.

Mais comme extrême-droite ne rime pas avec honnêteté, les affaires de comptes en Suisse et d'évasion fiscale rattrapent actuellement le FN, par le biais d'un proche conseiller de la fille Le Pen dans l'affaire Cahuzac et par le père Le Pen directement.

Gageons que si bientôt des données précises sur le compte en Suisse de Jean-marie Le Pen sortent dans la presse, le FN parlera de complot ! Comme d'habitude...

Pour les communistes, comme pour tous les républicains, il est important de maintenir la cohésion sociale du peuple français, sa capacité de vivre-ensemble, non seulement pour la cohérence de notre Nation, mais aussi pour pouvoir répondre de manière coordonner et efficace aux menaces qu font peser les politiques capitalistes sur les droits sociaux et le niveau de vie des français.

Manif-anti-Le-Pen-100413---1.JPG

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 14:12

A l'appel des syndicats CGT, FO et Solidaires, 137 rassemblements étaient organisés en France contre l'Accord nationl interprofessionnel (ANI).

Alors que l'Assemblée nationale étudie le texte qui transfèrera dans la loi l'Accord National Interprofessionnel signé par le patronat et des organisations syndicales minoritaires, l'opposition continue de s'exprimer et d'exiger l'abandon de ce texte.

C'est qu'il est toujours possible de mettre en échec un texte qui est considéré par beaucoup comme une capitulation de syndicats et du gouvernement face aux exigences du patronat.

A vrai dire, cet accord, validé par un gouvernement socialiste, aurait entrainé une mobilisation sociale puissante et générale si c'était Sarkozy qui l'avait proposé l'an dernier !

En une année, l'espoir qui était né chez de nombreux citoyens, notamment chez les ouvriers et les employés, avec la perspective d'une victoire socialiste, cet espoir est retombé.

Pire ! La colère qui gronde actuellement chez les travailleurs se transforme en rejet de la politique, en repli sur soi, plutôt qu'en colère et en volonté de changer les choses !

C'est du pain béni pour une extrême-droite qui n'a pas trop a forcé le trait pour mettre droite et gauche dans le même panier et pour lancer son fameux "Tous pourris !". C'est bien la démission de la gauche à changer les choses qui ouvre un boulevard à l'extrême-droite ! D'autant plus que l'affaire Cahuzac vient parachever la déqualification de ce gouvernement : à la déqualification économique et sociale, après un an de social-libéralisme, s'ajoute désormais une déqualification morale. Le FN tente de surfer sur ce rejet, lui qui est impliqué dans l'affaire Cahuzac par le biais d'un proche de Marine Le Pen !

Pourtant, il existe toujours une gauche qui refuse de courber l'échine devant le capitalisme, une gauche qui nie le pragmatisme qui mène à l'austérité et revendique haut et fort sa volonté de changer le monde. Cette gauche, c'est celle qui s'est construite autour du Parti communiste français et du Front de Gauche, celle qui a amené 11 % des électeurs français, 4 millions de personnes, à choisir Jean-Luc Mélenchon plutôt que François Hollande aux Présidentielles 2012 pour porter les couleurs de la gauche !

Et même si seuls 500 travailleurs ont répondu présent ce matin à Evreux pour rejeter une fois encore l'ANI, si seulement une poignée de députés de gauche rejoint les députés communistes qui se battent contre cet accord au Parlement, les communistes et leurs élus étaient présents ce matin encore dans le cortège syndical contre l'ANI.

Une autre solution existe, une politique qui fait le choix de l'humain d'abord, qui refuse de faire payer aux travailleurs une crise dont ils ne sont pas responsables. C'est cette alternative que portent le PCF et le Front de Gauche.

La bataille contre l'Accord National Interprofessionnel est loin d'être perdue.

Mettre en échec cet accord, c'est ouvrir la porte vers une remise en cause complète de la capitulation de certains devant les exigences du patronat et du monde de la finance.

Manif-contre-l-ANI---Evreux---9-avril-2013----13-.JPG

Manif-contre-l-ANI---Evreux---9-avril-2013----15-.JPG

Avec notre nouveau secrétaire départemental, Jean-Luc Lecomte,

ce sont près d'une trentaine de militants communistes qui étaient présents

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 10:04

Nouvelle stratégie, nouvelle direction départementale et nouveau secrétaire départemental au PCF de l'Eure.

Un beau soleil et une température clémente auguraient un bon congrès départemental ce samedi 9 mars. Des décisions stratégiques et une nouvelle direction rajeunie sont sorties de quatre heures d'échanges.

Les communistes eurois aiment bien faire les choses à leur rythme. Alors que la plupart des fédérations départementales ont mené de front la préparation du congrès national et le renouvellement de leur direction départementale, les communistes de l'Eure ont souhaité dissocié la partie "congrès national" de la partie départementale.

Et pour cause ! Cette année voyait le départ de notre secrétaire départemental, Christian Jutel, après de longues années de bons et loyaux services au service des travailleurs eurois et des communistes.

Après un premier congrès à Vernon, dans le quartier des Boutardes, le 26 janvier dernier, ce sont 8 délégués eurois qui ont participé au congrès national d'Aubervilliers du 7 au 10 février dernier.

Cette fois-ci, c'est un autre quartier populaire, celui de La Madeleine à Evreux qui a accueilli le congrès "local" des communistes eurois.

57 délégués des 9 sections locales se sont retrouvés pour échanger et décider de la stratégie du Parti communiste à l'issue de son congrès national. Deux délégués de la section Eure Sud (St André, Damville, Nonancourt) ont participé aux travaux.

La défense de l'emploi industriel, les dossiers de la santé, de l'éducation, des transports, la lutte contre l'austérité, pour le droit de vote des résidants étrangers aux élections locales, l'internationalisme, autant de thèmes, d'axes sur lesquels les communistes du département ont souhaité particulièrement travailler.

L'organisation interne de notre Fédération, avec le retour de travail en commissions et le nouvel exécutif départemental, a conclu la réflexion départementale.

Renouvellement de près d'un tiers du Comité départemental et rajeunissement de ses membres avec l'entrée de militants de 20 / 30 ans, le parti communiste évolue pour mieux s'adapter à sa réalité militante et à la sociologie de la population euroise.

Notre camarade Eric Ruiz et notre ancienne candidate aux Législatives Sandrine Cocagne font partie de ce nouveau Comité départemental.

A l'issue de ce congrès, c'est notre conseiller régional, maire-adjoint de VErnon, Jean-Luc Lecomte, qui prend la charge de secrétaire départemental pour les années à venir. Bon courage à lui !

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 10:32

Un premier signal au gouvernement : 200 000 travailleurs ont manifesté hier contre l'Accord National Interprofessionnel signé par le Medef et des syndicats minoritaires.

Le gouvernement ferait bien de réagir dans le bon sens.

Hier, ce sont 200 000 travailleurs, essentiellement du secteur privé, qui ont participé aux 100 rassemblements organisés en France à l'appel de la CGT, de FO, de la FSU et de Solidaires contre l'accord sur la flexibilisation de l'emploi que doit voter le Parlement à la demande du gouvernement Hollande - Ayrault.

Le gouvernement ferait bien de réagir car, si les manifestants contre le mariage pour tous étaient en très grande majorité issus des rangs de la droite et de l'extrême-droite, ceux qui refusent l'accord ANI sont, pour la plupart, des électeurs de gauche.

Avec un taux déjà historiquement bas de bonnes opinions dans les sondages (30 %), François Hollande peut-il se permettre de continuer à mener une politique qui déçoit les milieux populaires et les attentes de l'électorat de gauche ?

Après l'insulte aux travailleurs faite avec la ridicule augmentation du SMIC en juillet dernier, les 20 milliards de cadeaux fiscaux aux entreprises en septembre, l'annonce d'une nouvelle taxation des pensions de retraite puis des allocations familiales et l'insulte aux enseignants avec l'absence de concertation sur la réforme de l'éducation en cours, c'est une véritable politique de droite que mène actuellement le gouvernement socialiste-écologiste et radical et sa majorité parlementaire.

Cela ne durera pas. Comme en Allemagne avec le SPD, puis en Espagne ou en Grèce, les partis socialistes qui se sont alignés sur les positions euro-libérales pour appliquer des politiques d'austérité attendues par les marchés financiers, ces partis se sont tous plantés économiquement et ont sombré électoralement. Le peuple français semble déjà montrer des signes de colère face à cette majorité. Les élections européennes et municipales de 2014 pourraient être douloureuses pour le Parti socialiste et ses alliés écologistes.

Dans l'Eure, la manifestation ébroïcienne a rassemblé près de 1 000 manifestants, en grande majorité du secteur privé. La CGT représentait le gros des manifestants suivie de Force Ouvrière, en nombre, de Solidaires et de la FSU.

Politiquement, beaucoup de camarades du Parti communiste avaient fait le déplacement, d'Evreux, bien sûr, mais aussi d'Alizay, de Brionne, de Gisors, de Vernon ou du sud de l'Eure. Nos camarades du Parti de Gauche, le NPA et Lutte Ouvrière étaient également présents.

La manifestation d'Evreux a parcouru les artères de la ville durant deux heures et s'est arrêtée devant la Préfecture.

Les cinq député eurois, dont deux sont socialistes, seraient bien inspirés d'écouter les exigences de la base. L'Eure ne fera pas exception à la règle nationale au moment de voter en 2014 et en 2015.

Pour leur part, les communistes eurois vont accentuer leur présence militante dans les semaines à venir, notamment autour des thèmes de l'alternative à l'austérité et de l'école.

Les communistes du sud de l'Eure en discuteront d'ailleurs ce soir en mairie de Saint André dans le cadre de leur assemblée préparatoire au congrès départemental d'orientation de samedi prochain.

Avec le Front de Gauche, le parti communiste souhaite rassembler massivement tous ceux qui refusent les politiques d'austérité et les reculs sociaux qu'imposent les classes possédantes via la pression des marchés sur des gouvernements acquis à leur cause ou incapables de les affronter.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 11:15

Le Congrès départemental du Parti communiste français a décidé de lancer une grande campagne sur l'éducation avec l'exigence de l'ouverture d'un lycée en Vallée d'Eure comme première revendication.

Les communistes du sud du département ont largement porté, avec Andrée OGER, le projet de construction d'un lycée en Vallée d'Eure ces vingt dernières années. Cette nécessité, pour nos jeunes, a été reprise maintes fois ces dernières années, aux Régionales de 2010 comme aux Législatives de 2012, pour ne citer que ces deux dernières campagnes.

A l'occasion de leur Congrès départemental, samedi 26 janvier à Vernon, la cinquantaine de délégués venus de tous le département a souhaité lancer une grande campagne en faveur de l'éducation au niveau départemental et régional.

C'est que le situation devient urgente !

Base de la République et clé pour l'avenir de nos enfants, l'école a énormément souffert ces dernières années, particulièrement sous l'ère Sarkozy-Le Maire avec la destruction de dizaines de milliers d'emplois au Ministère de l'Education Nationale et la fermeture de milliers de classes d'écoles, dans le primaire, ainsi que la dégradation des conditions d'accueil dans nos collèges et lycées. Nos cantons du sud de l'Eure ont beaucoup souffert de cette saignée !

Mais, après le collège, c'est pire encore pour nos jeunes !

Condamnés à aller sur Evreux, ce sont entre une heure et demi et deux heures de bus qui attendent ceux qui habitent en Vallée d'Eure à l'aller et autant au retour ! Entre 3 heures et 4 heures de bus qui viennent se rajouter aux heures de classes ! Et qui viennent en moins des heures de devoirs, de loisir et de vie de famille ! !...

On comprend mieux le taux d'échec énorme de nos collégiens quand ils arrivent en Lycée ! On le comprend mais on ne peut l'accepter !

Il reste la solution Dreux pour certains. Solution qui n'en est pas une car Dreux n'est pas non plus à côté et les lycéens du Drouaisis suffisent à remplir les lycées de la ville.

Pour l'avenir de nos jeunes, il est donc de plus en plus incontournable d'obtenir de la Région la construction d'un lycée en vallée d'Eure, pour accueillir tous les lycéens de la vallée, Eure-et-Loir compris, ainsi que ceux des communes du plateau qui sont proches.

Cette exigence sera portée haut et fort par les communistes eurois, notamment ceux du sud de l'Eure, soyez-en sûrs !

Le Lycée en Vallée d'Eure va servir de fer de lance d'une campagne plus large pour la défense et la promotion de l'éducation nationale et de l'école publique au niveau départemental.

Les communistes vont ainsi porter les revendications des enseignants, des parents d'élèves et des élèves eux-mêmes sur la question de l'enseignement technique et de la formation professionnelle. On assiste depuis quelques temps à de véritables sabrages dans les formations professionnelles : Vernon, Dieppe, l'AFPA,... les conflits sont nombreux dans notre région.

Pour les communistes, il est inconcevable et contradictoire de mettre en péril des formations professionnalisantes et de qualité au moment où le gouvernement fait de l'emploi des jeunes sa priorité. Ou il y a double discours ?

La formation professionnelle et continue est du ressort de la Région, comme la construction du Lycée en Vallée d'Eure. La campagne pour l'éducation des communistes aura un interlocuteur identifié !

Avec nos camarades du PCF 76, des initiatives sont déjà planifiées sur l'enseignement professionnel. A suivre.

Mais, au delà, les communistes entendent bien être les relais des enseignants et des enfants dans les débats en cours sur les rythmes scolaires.

Une précipitation qui oublierait la réalité de l'accueil et de l'encadrement des enfants serait catastrophique et contre-productive. Ecouter ceux qui connaissent les enfants au quotidien et réfléchir à un aménagement du temps d'école qui n'entraine pas un appauvrissement des enseignements, voilà qui est essentiel pour nous.

Pierre angulaire de la République, l'Education est une priorité pour les communistes.

2013 sera l'année d'une grande campagne en faveur d'une Education publique, de qualité, laïque et gratuite de la part des communistes eurois et normands. Contactez-nous ! Aidez-nous !

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 11:03

C'est fait ! Trois ans de lutte des salariés de la papeterie d'Alizay s'achèvent avec le rachat du site par le groupe thaïlandais Double A.

Il en aura fallu des actions, des expertises et des réunions à l'initiative des salariés, de leurs syndicats et du collectif de soutien mené par le maire et conseiller général communiste Gaëtan Levitre pour qu'on en arrive à la journée d'hier !

Dès 14 h, nous étions environ 150, dont une quarantaine de militants et d'élus communistes, à attendre devant la papeterie l'arrivée d'Arnaud Montebourg, venu spécialement de Paris pour "parrainer" le rachat de la papeterie d'Alizay.

Malgré l'important dispositif policier qui a transformé cette victoire ouvrière en côterie d'élus, ne boudons pas notre joie et notre soulagement face à cette victoire !

Sans refaire l'histoire de cette lutte, souvenons-nous qu'il y a trois ans, nous n'étions pas très nombreux au côté des salariés à défendre l'idée que cet outil industriel avait un avenir et une place dans le bassin de l'Andelle !

Au côté des salariés et de leurs syndicats CGT et CGC, il n'y avait guère que la mairie d'Alizay, son maire et les communistes de la section PCF Eure-Seine pour s'accrocher à l'espoir d'un avenir industriel pour ce site.

Avec Gaëtan Levitre, le comité de soutien a trouvé un animateur combatif et convaincant qui a réussi à fédérer rapidement les maires et élus du canton, toutes couleurs politiques confondus.

Il a fallu ensuite que les salariés y croient. Pour cela, le soutien extérieur était vital et le PCF n'a pas ménagé sa peine pour cela, faisant venir ses élus européens (Jacky Hénin, dès 2009 !), nationaux (André Chassaigne) et régionaux (Sébastien Jumel, Jean-Luc Lecomte, de tous les combats !)

Seul le NPA a été autant présent ! Il faut le noter.

Avec conviction, un travail de réflexion sur l'avenir du site a permis de monter un dossier en béton qui prouvait que cette bataille avait un sens économique et que c'était bien le propriétaire finlandais qui refusait de céder un site rentable à un potentiel concurrent.

De là est née, par la voix de l'eurodéputé communiste Jacky Hénin, la proposition d'une loi permettant de préempter une entreprise viable si des repreneux existent et que le propriétaire refuse de vendre. Une loi "M-real" que s'était engagé à faire voter François Hollande lors de la campagne présidentielle. Encore un engagement dont on attend la réalisation !

Ensuite, avec les salariés, leurs syndicats et le comité de soutien, il aura fallu aller frapper aux portes des ministères, celui de l'agriculture (du temps de Bruno Le Maire), aux portes de la Préfecture, à Evreux, de la sous-préfecture, aux Andelys. Deux marches pour l'emploi sur le secteur, plusieurs blocages de ronds-points, des opérations péages gratuits dès potron-minet et une invasion du salon des maires auront permis de fracturer la chape de plomb médiatique qui couvrait ce dossier.

2011 - 2 nov - J Hénin - M-real et divers (13)

Jacky Hénin et Gaëtan Levitre devant les salariés de M-real
2 novembre 2011

A la Région, à l'Assemblée nationale, dans les meetings du Front de Gauche pour les Régionales de 2010, les Cantonales de 2011, la Présidentielle et les Législatives de 2012, on a vu, on a entendu parler des "M-real" grâce aux élus communistes.

Mais c'est à l'assemblée départementale, grâce à l'abnégation de Gaëtan Levitre et l'appui de ses collègues communistes, que l'avancée principale aura été acquise.

Là aussi, il aura fallu vaincre le fatalisme ambiant, convaincre de la viabilité du site et du rôle que pouvait, que devait prendre le Département sur ce dossier. Jusqu'à ce que la collectivité départementale décide, par la voix de son président, Jean-Louis Destans, de prendre la main.

Hier, c'était ainsi la conclusion de mois de travail des services départementaux, des notaires et de mois de négociations entre le vendeur finlandais (M-real) et l'acheteur thaïlandais (Aa) par l'entremise diplomatique du Conseil général et de son président.

20 millions d'euros ont été mis sur la table par le CG 27 via l'Etablissement Public Foncier de Normandie qui a racheté le site aux finlandais avant de le revendre une heure plus tard aux thaïlandais.

C'était donc hier, sous les yeux des médias, sur le site de la papeterie à Alizay.

On regrettera juste que le Président Jean Louis Destans est "omis" de citer dans son discours le conseiller général et maire de la commune, principal artisan politique de cette longue lutte, Gaëtan Levitre. Un "oubli" d'autant plus facheux qu'il a remercié Alain Le Vern, président d'une Région Haute-Normandie qui a toujours refusé de s'investir dans ce dossier.

L'esprit de chapelle a repris le dessus avec cette victoire que certains tentent de s'attribuer.

L'important est ailleurs.

Nous savons qu'à l'échelon local, ce sont 250 emplois industriels qui vont renaître de leurs cendres sur ce site papetier dans le courant de l'année, un véritable exploit et un ballon d'oxygène pour les sous-traitants et les commerces locaux.

Et, à l'échelon national, cette lutte doit servir d'exemple, à la fois pour ceux qui se battent actuellement pour leurs emplois, que ce soit chez Petroplus, Arcelor-Florange, PSA ou Renault, mais également pour valider l'idée que les pouvoirs publics peuvent agir concrètement pour l'emploi. C'est une question de volonté politique !

Nous ne saurions que trop recommander à nos deux députés socialistes départementaux de se faire les défenseurs de la Loi "M-real" pour que rapidement d'autres salariés puissent sauver leur entreprise et leurs emplois !

L'hirondelle ne fait pas le printemps ! Ce n'est pas en cherchant à bénéficier de l'image victorieuse du sauvetage de la papeterie d'Alizay que ce gouvernement et sa majorité effaceront des mois d'erreurs politiques et de décisions défavorables aux travailleurs ! C'est en changeant profondément leur ligne politique !

Fidèles à leurs idéaux et à leur stratégie, les communistes dans l'Eure comme partout en France, vont continuer de combattre l'idéologie de la fatalité et du renoncement qui empêchent d'autres combats victorieux, d'autres "M-real".

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 10:56

Hier jeudi, Xavier Compain, responsable national du PCF aux questions agricoles et forestières, était dans l'Eure, à la rencontre des salariés de la papeterie d'Alizay et de l'industrie des produits phytosanitaires.

Notre camarade Eric RUIZ, membre de la Commission nationale Pêche-Agriculture-Forêt, accompagnait Xavier Compain. Voici l'article qu'il nous a fait parvenir :

"L'année 2013 sera marquante à plus d'un titre pour tous ceux qui se préoccupe de l'avenir industriel, agricole et alimentaire de notre pays et de notre région. Entre la réouverture de la papeterie d'Alizay (ex M-real), les élections aux Chambres d'agriculture (31 janvier) et la réforme de la Politique Agricole Commune au niveau européen (juin), le calendrier 2013 est chargé.

On ne peut séparer ces questions de choix du modèle agricole ou de relance d'une filière papetière des questions d'environnement, de souveraineté alimentaire pour l'Europe, et des questions d'emplois industriels.

Au sein du Parti communiste, comme chez beaucoup de français, les questions agricoles semblent éloignées et n'intéressent pas beaucoup. C'est une erreur que la Commission nationale à laquelle j'appartiens essaie de dissiper depuis trois ans avec un certain succès au sein du PCF.

Si certains ne voient dans la forêt ou l'agriculture que des espaces naturels d'où toute activité humaine doit être proscrite, les communistes voient eux des secteurs vitaux pour chaque être humain, pour l'alimentation, le chauffage et la santé, des secteurs qui doivent concilier l'emploi et l'environnement.

On oublie souvent que l'agriculture est un secteur économique dont dépendent des centaines de milliers d'emplois en France ! Je ne veux pas parler seulement des paysans et des ouvriers agricoles, ni même des salariés des coopératives et des négoces, des sucreries euroises ou des linières. Je veux parler plus largement des emplois industriels, dans les entreprises de l'amont comme de l'aval.

Dans l'Eure, ces entreprises s'appellent Socopa (Le Neubourg), Brossard-Saveurs de France (Le Neubourg), Cluizel (Damville), Grand Marnier (Aubevoye), Syngenta (St Pierre la Garenne), Nufarm (Gaillon), Scotts France (Bourth), Yabon (Verneuil) ou Boursin (Pacy). Et, dans la filière bois, il y a bien évidemment la papeterie d'Alizay !

Ce sont plusieurs milliers d'emplois qui sont liés à l'industrie agricole et agroalimentaire dans l'Eure.

La visite dans l'Eure de Xavier Compain, ce jeudi 10 janvier, s'inscrit dans le cadre de la réflexion du Parti communiste français autour de ses propositions pour soutenir des filières bois et agricoles qui conjuguent emploi, environnement et revenu pour tous leurs acteurs. 100113---X-Compain---papeterie-Alizay-Eure--1-.JPG

Xavier Compain, au centre,
entouré des responsables syndicaux de la papeterie M-real et d'Arnaud Levitre

La première visite s'est déroulée à la papeterie d'Alizay, papeterie qui reprendra son activité d'ici quelques semaines après trois ans de lutte des salariés, soutenus fortement par les communistes du canton, notamment le maire d'Alizay et conseiller général, Gaëtan Levitre.

Pour que vive cette papeterie, il va lui falloir du bois. Du temps de la fabrication de pâte à papier, c'était 1 million de tonnes de bois que consommait annuellement la papeterie ! 30 % de la production normande sans compter le bois extérieur à la région, de Bourgogne notamment.

Avec la chaudière biomasse, il va falloir garantir les approvisionnements en bois à un moment où les industriels s'inquiètent à l'échelon national d'une pénurie de bois d'ici 15 ou 20 ans. Or, produire du bois, c'est réfléchir à 30 ans !

On voit la difficulté et le Parti communiste souhaite être dans le concret et dans l'utile en agissant en amont en faveur de cette filière ! Il serait nécessaire de renforcer la place de l'Office National des Forêts, qui a beaucoup souffert sous Sarkozy. De même, le démantèlement du frêt SNCF (en Bourgogne comme à St Etienne du Rouvray) est un souci pour l'acheminement du bois.

La deuxième rencontre s'est déroulée sur Gaillon, aves des salariés de la filière de production phytopharmaceutique. Le secteur de Gaillon possède deux usines de production appartenant aux groupes Syngenta et Nufarm et employant 250 salariés directs (hors sous traitants).

Les communistes, au sein du Front de Gauche, préparent un atelier législatif qui se tiendra au Sénat au printemps sur la question des produits phytosanitaires (les "pesticides").

Comment assurer une transition écologique en agriculture sans sacrifier l'emploi et le revenu des paysans ? Comment faire évoluer les pratiques paysannes et contrôler les modes de production et l'utilisation des pesticides sans que les firmes multinationales qui les produisent ne choisissent d'accentuer leurs délocalisations pour aller produire dans des conditions écologiques et sociales désastreuses leurs molécules dans des pays moins réglementés ?

Cette rencontre aura permis d'échanger les points de vue, de comprendre les attentes et les difficultés des salariés de la filière, de prendre date pour cet atelier législatif du printemps.

Pour le PCF, la transition écologique ne signifie pas fermer les usines et interdire du jour au lendemain l'utilisation de molécules chimiques, mais bien créer les conditions législatives et économiques, le cadre réglementaire, qui permette à l'agriculture et à l'industrie de s'adapter dans des délais brefs mais tenables aux nouvelles exigences environnementales et sanitaires exigées par les consommateurs et par les connaissances actuelles de la toxicité de ces produits.

Forêt et agriculture sont à la croisée de nombreuses questions majeures pour nos sociétés :

  • des questions environnementales, concernant la biodiversité et les pratiques culturales ou la transition énergétique vers des énergies renouvelables,
  • des questions sanitaires, concernant la qualité des produits et leur impact sur la santé,
  • des questions économiques, concernant la survie des filières, les coûts de production et les prix d'achat par les consommateurs, le revenu des acteurs de la filière,
  • des questions d'emplois, au sein des filières (production, conseil, contrôle, transformation,...) et des sous-traitant,
  • des questions d'aménagement du territoire, forêt et agriculture étant les seuls domaines économiques permettant de structurer les territoires ruraux et semi-ruraux, en dehors des services publics .

Cette journée de rencontres sur le terrain eurois est loin d'être isolée, le PCF rencontrant depuis des années les paysans, les forestiers, les syndicats de salariés de l'agriculture comme de la forêt, les chercheurs de l'INRA ou du CNRS, les associations spécialisées, etc.

Rencontrer, faire se rencontrer, échanger et produire des réflexions cohérentes et réalistes, c'est pour nous la meilleur démarche pour être utiles et efficaces, au bénéfice des filières, de ceux qui y travaillent, mais aussi du bénéfice du développement durable.

Ce qui sortira de ces réflexions et de ces rencontres, comme par exemple l'atelier législatif du printemps, servira de plan d'action national pour le parti communiste et ses élus, localement, nationalement ou au niveau européen.

Anticiper et réfléchir à l'avenir, c'est le rôle d'un parti politique conséquent !

Allier développement économique et préservation de l'environnement et de la santé, c'est une particularité du parti communiste !"

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 11:16

C’est officiel depuis ce matin !

La papeterie d’Alizay va voir son activité industrielle repartir !

L’annonce en a été faite ce matin par le président du Conseil général car c’est le département qui a joué le rôle de facilitateur dans ce dossier, entre le vendeur et les deux repreneurs, les salariés, le comité de défense, la Préfecture et l'état.

C’est la victoire de trois ans de luttes des salariés et de leur syndicats avec l’aide du Comité de défense et de développement animé par Gaëtan Levitre, maire et conseiller général communiste d’Alizay.

Il aura fallu batailler ferme pour vaincre les réticences et le fatalisme des élus et institutions sur ce dossier.

Là dessus, comme l'a rappelé Gaëtan Levitre, les communistes et les salariés ont été bien seuls à y croire au début de la lutte il y a trois ans.

Aujourd’hui, le dossier de la papeterie d’Alizay trouve une issue positive avec la reprise de la papeterie par le groupe thaïlandais AA et l’ouverture d’une chaudière biomasse par le groupe français Néoen (ex-Powéo).

250 emplois seront recréés sur ce site à court terme !

La particularité de ce dossier, c’est que la transaction entre le vendeur et les repreneurs passe par un rachat temporaire par un établissement public, l’Etablissement Public Foncier de Normandie : une "nationalisation" en quelque sorte.

Gaëtan Levitre, conseiller général du canton et principal animateur politique du comité de défense, s’est "félicité de cette victoire" lors de la session du Conseil général de ce matin, lundi 10 décembre, et a relevé que "l’exemple de M-real pouvait servir pour d’autres luttes où le terme de nationalisation a été avancé", par le ministre Arnaud Montebourg comme par des élus de droite comme de gauche. Nous voulons parler d’Arcellor-Mittal à Florange, bien évidemment.

L’idée de nationalisation temporaire avance !

François Hollande, durant la campagne présidentielle, s’était engagé à faire voter la "Loi M-real" qui permettrait une expropriation temporaire d’un site industriel qui a un repreneur viable si le propriétaire du site refuse de vendre.

Avec justesse, Gaëtan Levitre a redemandé ce matin, publiquement, que François Hollande tienne ses engagements et fasse rapidement voter cette loi.

Rendez-vous est donné par Gaëtan Levitre :

Jeudi 20 décembre

18 h

Salle des Fêtes d’Alizay

pour fêter cette victoire et accompagner les salariés sur leurs postes de travail.


Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article