Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 09:56

Le gouvernement allemand a présenté mercredi 6 mars un rapport très attendu sur la pauvreté dans le pays. Selon ce rapport, l'écart des inégalités sociales s'est accru en Allemagne, et un Allemand sur sept est aujourd'hui menacé de pauvreté. Le fameux "modèle allemand" prend l'eau.

Pauvreté en Allemagne: un rapport embarrassant pour le gouvernement

L'économie se porte bien en Allemagne, où le nombre de chômeurs recule. Et pourtant, un Allemand sur sept est aujourd'hui menacé de pauvreté. En République fédérale, l'écart se creuse entre riches et pauvres.
Les 10% d'Allemands les plus fortunés se partagent 53% de la richesse nationale. Les 50% les plus pauvres ne possèdent que 1% de la richesse du pays, contre 3% voici 10 ans.
Les 548 pages du rapport présenté par la ministre du Travail (disponible ici en allemand) publié ce mercredi 6 mars ont de quoi déranger, surtout en cette période pré-électorale. Raison pour laquelle le ministre de l'Economie Philipp Rösler a sorti le crayon rouge.
L'Allemagne se porte bien, le chômage recule, insiste ainsi le ministre accusé d'avoir cherché à enjoliver les pages du rapport consacrées à la pauvreté. Pour l'association Caritas, les chiffres présentés mercredi sont alarmants, du fait notamment de l'absence d'ascenseur social dans le pays.
Des riches toujours plus riches ? Le crédo du capitalisme.
On comprend que l'Allemagne serve de modèle à ceux qui prône un capitalisme toujours plus libéralisé et qui dénoncent ces archaïques qui refusent de voir la pauvreté s'amplifier en Europe.
Et bien, soit ! Soyons archaïques et combattons cette société qui prive une majorité d'humains de l'essentiel et menace même l'écosystème planétaire pour ne gaver qu'une infime minorité de parvenus !
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 10:10

Travailleurs actifs et travailleurs retraités : occupez-vous de votre avenir ! Sinon, ce seront les libéraux qui s'en occuperont.

Solidaire


La droite s’est occupée des retraites, inspirée par des travaux de « spécialistes » (le COR dont la plupart des prévisions n’ont pas été avérées) impulsés par Jospin. La gauche va s’occuper, s’occupe déjà, des retraités.

Dans le discours et la pratique du capitalisme financier, un retraité, comme un travailleur, à un coût. Oh, pas bien élevé, ce coût ! La retraite moyenne en France est actuellement de 1 100 euros. Avec une disparité considérable – et qui ne cesse de s’aggraver – entre les hommes (1 500 euros) et les femmes (850 euros). C’est encore trop pour les financiers, pour l’Europe, pour les socio-libéraux et les libéro-sociaux qui nous gouvernent.

Une antienne court les rues selon laquelle les retraités seraient moins frappés par « la crise » que les actifs. Or le taux de pauvreté est le même pour les premiers que pour les seconds. Les « experts » prévoient une baisse des retraites de 30% d’ici à 2060. Avec 1,35 cotisant par retraité. Actifs d’aujourd’hui, gare à vous ! Gare, surtout, aux « experts » qui prennent leurs désirs pour des réalités, en particulier lorsqu’ils se lancent dans des prophéties autoréalisatrices.

Le « coût » des retraites représente actuellement moins de 1% du PIB. Cela n’empêche pas nos socio-libéraux de prévoir des cotisations plus fortes, d’augmenter la CSG des retraités (par souci d’« équité » avec celle des actifs, bien sûr) et de désindexer les retraites par rapport à l’inflation. Le discours dominant est que les retraités sont des privilégiés, selon le Conseil d’orientation des retraites, selon la Cour des Comptes du sarkozyste Migaud, des institutions chargées de lancer des ballons d’essai dans une opinion publique qu’il convient d’anesthésier. Point trop tout de même pour que les salariés du privé et ceux du public pensent que l’ennemi, c’est l’Autre, et qu’ils n’aient surtout pas l’idée de s’unir autour de causes communes.

Le contexte aujourd’hui est celui de pertes de pouvoir d’achat déjà programmées. Le blocage des tranches du barème de l’impôt sur le revenu, décidé par Sarkozy pour 2012 (sur les revenus 2011) a été maintenu par Hollande. Les pensions ayant été revalorisées de 1,8% à compter du 1er avril 2012, cette augmentation entraînera une augmentation de l’impôt de 2% et plus s’il y a changement de tranche. Concernant la CACA (Contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie), les retraités imposables seront soumis à un prélèvement supplémentaire de 0,3% sur le montant de leur pension, cette contribution permettant de réduire le déficit de la protection sociale. Elle sera ensuite affectée au financement de la prise en charge de la perte d’autonomie. Concernant cette dernière, Marisol Touraine a été claire : il faudra « aider les aidants », c’est-à-dire (presque) tout déléguer aux familles alors que, dans l’esprit des fondateurs de la Sécurité sociale, les prestations d’aide à l’autonomie doivent être financées par l’Assurance maladie dans le cadre de la SS.

Dans l’esprit de nos gouvernants, le pensions ne seront plus revalorisées. Depuis 1993, la loi stipule que le montant des retraites du régime général est indexé sur l’évolution des prix à la consommation. Les négociations en cours pour les retraites complémentaires AGIRC et ARRCO laissent entrevoir des perspectives de non revalorisation ou de sous-revalorisation : 1% de moins que l’inflation, par exemple, ou même la désindexation. Le ministre Cahuzac a déclaré qu’un accord de ce type des partenaires sociaux sur les retraites complémentaires « serait un élément très important et qu’on ne pourrait pas ne pas en tenir compte. » Le patron Charles Begbeider estime que « revenir sur cette indexation est loin d’être une proposition iconoclaste puisque certains de nos voisins l’ont déjà appliquée. » Outre l’augmentation de la CSG, les « niches fiscales » dont jouissent les retraités devraient disparaître, comme l’abattement de 10% (ce qui rapporterait 2,7 milliards d’euros) et la majoration de pension pour les parents de 3 enfants (gain : 800 millions d’euros).

Le dernier rapport de la Cour des Comptes désigne les retraités comme cible privilégiée. Pour Marisol Touraine, les retraités ne sont pas « intouchables ». Pas même les 4 millions qui touchent le minimum contributif et dont le nombre augmente chaque année ? Pas même les 5 millions de retraités qui touchent entre 800 et 1 100 euros par mois ? Pas même ces retraités qui doivent travailler tout en percevant une pension et dont le nombre a triplé ces six dernières années au grand bonheur du patronat car ils ont de l’expérience et induisent des « charges » sociales légères ? Pas même tous ces retraités qui demandent de l’aide aux Centres communaux d’action sociale ? Pas même les 10% de retraités qui ont recours aux organisations caritatives pour se nourrir (Secours populaire, Restos du cœur etc.) ?

Bernard Gensane

http://bernard-gensane.over-blog.com/

Rédigé avec l’aide de camarades de la FSU et de la CGT.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 10:50

Le journal financier « les Echos » propriété du multimilliardaire B. Arnault écrit le 26 février dernier : « Les liquidités accumulées par les sociétés européennes sont trois fois et demie plus  importantes qu’il y a dix ans ».  En France, à elles seules, 10 entreprises du CAC 40 disposent de près de 75 milliards d’euros. Cette somme représente près du quart du budget national.

Voici cette liste :

Total : 13 milliards,16- Renault 11,18- EADS 10,09- France télécom 8,32- Vinci 7,26- EDF 5,65- Véolia 5,25 Sanofi 5,03- Carrefour 4,41- Arcelor Mittal – 3,87

 Soit au total : près de 75 milliards

C’est pourtant à ces grandes entreprises capitalistes que le gouvernement socialiste fait d’énormes cadeaux, fiscaux et sociaux. Le patronat pleure que la rentabilité des entreprises diminue, relayé en cela par des « experts » qui sont ses porte-voix. Le gouvernement paie. Les grands groupes du CAC40 bénéficient d’un taux d’imposition qui coûtera 20 milliards d’euros à l’Etat. Ce sont les peuples qui paient la « crise » du capitalisme avec le concours des gouvernements qu’ils soient de gauche ou de droite.

Que faire de tout cet argent ?

Pour eux la réponse est simple. Investir dans les pays dit émergents à fort taux de rentabilité, augmenter les dividendes, racheter leurs propres actions,

Le journaliste des « Echos » cite le milliardaire américain W. Buffet qui vient de racheter le ketchup Heinz pour 28 milliards de dollars : « C’est aujourd’hui que les places se prennent ». Dans tous les cas  les actionnaires  seront gagnants

Il est possible de faire autrement.

L’argent existe. Cette première liste en fait la démonstration. Nous en publierons d’autres.

Il est possible d’augmenter les salaires, d’investir en France, de créer des emplois, de garantir le financement de la protection sociale. Pour cela une seule condition : S’attaquer à la dictature du capital.

Le capital ne partage pas. Seule la lutte permet de lui arracher la satisfaction des besoins des travailleurs et du peuple.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 09:52

Connu pourtant depuis longtemps, l'emprisonnement d'enfants palestiniens par les autorités israéliennes sort enfin de l'ombre grâce à l'organisme des Nations Unies en charge de la protection de l'enfance, l'UNICEF.

Des centaines d'enfants palestiniens sont victimes chaque année de «mauvais traitement systématique» dans le système de détention militaire israélien, affirme ce rapport de l'Unicef.

«Le mauvais traitement des enfants palestiniens dans le système de détention militaire israélien apparaît répandu, systématique et institutionnalisé», conclut l'Unicef (Fonds des Nations unies pour l'enfance) dans son rapport.

La représentante de l'Unicef dans les Territoires palestiniens, Jean Gough, a précisé lors d'une conférence de presse à Jérusalem qu'à la fin janvier «31 enfants de moins de 16 ans et 233 enfants au total» se trouvaient actuellement dans cette situation, soulignant que ces statistiques ne couvraient que la Cisjordanie occupée, sous administration militaire. Reste les enfants de Gaza !

«Des enfants ne devraient pas être en prison», a-t-elle rappelé, «si un enfant doit, pour quelque raison que ce soit, être placé en détention, cela devrait être en conformité avec les normes internationales et la Convention des droits de l'enfant». Il est vrai que cela fait longtemps qu'Israël s'assoit sur les conventions internationales et les décisions de l'ONU concernant le peuple palestinien, la colonisation de la Cisjordanie, la souveraineté du Liban ou l'occupation du Golan syrien.

Yeux bandés mains liées

«Chaque année, environ 700 enfants palestiniens de 12 à 17 ans, en grande majorité des garçons, sont arrêtés, interrogés et détenus par l'armée, la police et les agents de sécurité israéliens», selon le rapport.

«Israël est le seul endroit au monde où un enfant arrêté est systématiquement traduit devant un tribunal militaire. Cela n'existe dans d'autres pays qu'à titre d'exception», a expliqué Jean-Nicolas Beuze, conseiller régional de l'Unicef pour la protection de l'enfance.

Parmi les «mauvais traitements», le rapport mentionne «l'arrestation d'enfants chez eux entre minuit et 5 heures par des soldats lourdement armés, le fait de leur bander les yeux et de leur lier les mains par des attaches en plastique», ainsi que «les aveux forcés, l'absence d'accès à un avocat ou à des membres de la famille pendant l'interrogatoire».

Les mineurs palestiniens de 13 ans ou moins encourent des peines allant jusqu'à six mois de prison ! Mais, à partir de 14 ans, ils peuvent être condamnés jusqu'à 10 ans pour jet de pierre, délit pour lequel ils sont généralement poursuivis, voire 20 ans si la cible est un véhicule en mouvement, indique l'Unicef.

Et quelle peine encoure un soldat israélien s'il tue un civil palestinien, comme cela arrive régulièrement, ou s'il tue des citoyens étrangers, turcs notamment, lors de l'arraisonnement dans les eaux internationales d'une flotille de la paix venue apporter des vivres et des médicaments à la population assiégée de Gaza ? ? Rien !

Collaboration d'Israël ? Mon oeil !

Israël a affirmé avoir collaboré à l'élaboration du rapport et s'est engagé à en «étudier les conclusions pour œuvrer à les appliquer en coopération avec l'Unicef dont nous apprécions et respectons le travail», selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

«L'Unicef a salué les améliorations ces dernières années du traitement des mineurs palestiniens, à la fois en détention et dans les procédures juridiques à l'intérieur du système de justice militaire israélien», relève-t-il. Le rapport préconise une série de mesures, estimant qu'«appliquer ces recommandations est possible, comme le montre le fait que les autorités israéliennes ont annoncé quelques changements positifs ces deux dernières années».

Il cite à cet égard le relèvement en 2011 de la majorité légale de 16 à 18 ans pour les Palestiniens de Cisjordanie, qui n'exempte pourtant pas les plus de 13 ans de condamnations aussi lourdes que les adultes, ainsi que deux décisions militaires de 2012 raccourcissant le délai de présentation à un juge.

En gros, sous la pression internationale, Israël a dû assouplir les lourdes peines appliquées à des enfants mais reste encore aujourd'hui le pays qui envoie devant des tribunaux militaires des enfants pour jets de pierre et leur inflige des traitements inhumains.

Belle démocratie ! Il est vrai que nos "démocraties" occidentales soutiennent également dans la région d'autres régimes aux pratiques moyen-âgeuses comme les monarchies islamistes d'Arabie Saoudite, du Qatar ou de Bahreïn.

L'agence de l'ONU appelle Israël à s'assurer que les mineurs arrêtés et leur famille soient informés des motifs de leur détention ainsi que de leurs droits dans leur langue et à limiter au "strict nécessaire" (!) les arrestations nocturnes des mineurs et le fait de les immobiliser. L'Unicef recommande aussi de faciliter et d'accélérer l'accès des mineurs à un avocat et à leur famille, exigeant leur présence pendant les interrogatoires.

Depuis plus de 60 ans désormais, Israël bénéficie de passe-droits inouïs pour appliquer une politique expansionniste et ségrégationniste qui l'amène à violer régulièrement les droits de l'Homme, les frontières de ses voisins et les décisions de la communauté internationale. Son statut d'allié fidèle des Etats-Unis n'autorise pas tout !

Les communistes français continuent d'être solidaires de la cause palestinienne et exigent que Israël se conforme au droit international, seul moyen pour débloquer une situation tendue au Moyen-Orient et seule solution pour garantir à terme la coexistence pacifique des peuples israéliens et palestiniens.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 13:59

La France comptait 65,8 millions d'habitants au 1er janvier 2013, selon les dernières données démographiques de l'Insee. Tour d'horizon.

Population

La population de la France est de 65,8 millions d'habitants dont 63,7 en métropole et 1,9 million dans les départements d'outre-mer (DOM). Mayotte, devenu DOM à partir du 31 mars 2011, compte 0,2 million d'habitants.

La population résidant en France, hors Mayotte, a augmenté de 0,47% entre le 1er janvier 2012 et le 1er janvier 2013, pour atteindre 65,586 millions de personnes, soit +300.000 personnes.

Sur les trente dernières années, la population a progressé de près de 9,7 millions de personnes, soit +17,3%.

 
 

La France concentre 13% de la population de l'Union européenne, elle est au deuxième rang derrière l'Allemagne. On y a compté 822.000 naissances en 2012 mais 571.000 décès. Le solde naturel s'élève donc à +251.000 personnes alors que le solde migratoire (les arrivées moins les départs) atteint +54.000 personnes.

Commentaire : ces chiffres démentent donc le délire d'extrême-droite sur l'arrivée massive d'une immigration de "peuplement" avec une croissance démographique due à 85 % à la natalité ! Parmi les nouveaux immigrants en France, nationalités et religions sont tellement diverses qu'il devient irrationnel d'y voir une quelconque logique en dehors de celle de gens qui fuient la misère de leur pays (Europe de l'est, Afrique noire, Asie, Maghreb) ou qui viennent pour raisons familiales ou professionnelles (Europe occidentale, Amérique du nord,...).

Fécondité

La fécondité est de 2,01 enfants par femme (en âge d'avoir des enfants) en 2012, comme en 2011.

Au sein de l'Union européenne, le taux de fécondité reste le plus élevé en Irlande (2,05 en 2011) et la France arrive en deuxième position.

La fécondité des femmes plus âgées augmente : 6,6 enfants pour 100 femmes de 35 à 39 ans contre 5,2 enfants en 2002.

Avec 4,8% des naissances, la contribution des femmes de 40 ans ou plus à la natalité reste modérée. Leur fécondité augmente mais reste faible (0,8 enfant pour 100 femmes de cet âge contre 0,6 en 2002)

L'âge moyen des mères à l'accouchement est de 30,1 ans, soit une hausse de 0,7 an en dix ans.

Le taux de mortalité infantile reste stable à 3,5 pour 1.000.

Commentaire : la politique familiale française continue de montrer son intérêt pour assurer le renouvellement des générations et, donc, le dynamisme économique et social futur de notre pays (pensons aux retraites !). Est-ce une raison pour tout foutre en l'air en imposant les allocations familiales ? Et que dire du manque de crèches et de la déscolarisation des enfants de moins de trois ans !

Mariages

En 2012, 241.000 mariages ont été célébrés (236.826 en 2011). Il s'agit de la première année de hausse significative après une baisse quasi-continue depuis l'an 2000.

Commentaire : avec le mariage pour tous, les chiffres vont certainement monter ! En tout cas, quoi qu'en disait les culs bénis de droite, le PACS n'a pas "détruit la famille" !

Espérance de vie, vieillissement

L'espérance de vie (à la naissance) stagne pour les hommes à 78,4 ans et diminue de deux mois pour les femmes, à 84,8 ans.

Les personnes âgées de 65 ans et plus (11,5 millions) représentent 17,5% de la population contre 17,1% en 2011 et 16,1% il y a dix ans.

Les moins de 20 ans sont 16 millions (24,7%, stable).

Commentaire : cette baisse de l'espérance de vie des femmes est notamment due à la hausse nette du nombre de cas de cancers des poumons (qui rattrape les statistiques masculines) : merci le tabagisme ! Plus généralement, la dégradation du système de soin français, mis à mal par plusieurs décennies de saignées dans les effectifs, de fermetures d'hôpitaux et de déremboursement de médicaments et de soins, et des conditions environnementales qui se dégradent (Où en est l'Europe avec REACH d'ailleurs ?) n'ont pas fini d'influer négativement sur l'espérance de vie en France ! Le recul de l'âge de départ en retraite va certainement jouer en défaveur des salariés. Ce ne sera pas le cas des rentiers, genre Bettencourt, qui n'ont jamais bossé de leur vie !

La démographie d'un pays est le reflet de sa situation sanitaire et sociale. Le suivi de son évolution est un bon indicateur de l'évolution de cette situation sanitaire et sociale.

Avec une natalité toujours forte, la France possède encore aujourd'hui des atouts qui permettent aux couples d'envisager facilement la conception d'un enfant. Cela ne sera pas le cas si la misère continue de progresser, si le gouvernement touche aux allocations familiales pour faire des économies sur le dos des familles, et si le projet de réforme du congé parental arrive à son terme.

L'espérance de vie en stagnation pour les hommes et en régression pour les femmes est une première historique !

C'est le signe d'une société française qui ne progresse plus socialement et sanitairement.

Espérons que la France de 2012 ne suive pas l'exemple de la Russie post-soviétique où la natalité a chuté et où l'espérance de vie a régressé de 10 ans en une génération !

En démographie aussi, le progrès ne se décrète pas ! Il se conquiert par la lutte !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 10:57

Dans le domaine de l’exploitation de la précarité, il y a des championnes comme :

 - Manpower : CA en France 4,4 milliards (+12,5% 2011/2010) 61 millions de profits (+68% 2011/2010),

- Adecco : CA 6 milliards (+10% 2011/2010) 220 Millions de profits,

- Randstadt : CA 16,2 milliards (monde) bénéfice net France 169 millions, comme quoi la précarité est un marché intéressant pour le capital !!

des résultats 2012.

- Unilever (The Lipton) qui ferme son usine en France, CA 51,3 milliards  (+7%), bénéfice net 4,9 milliards

- Novartis (pharmacie) 7,2 millions de bénéfice net (+4%)

- Sanofi (pharmacie) qui a supprimé 2000 emplois, CA 34,950 millions, résultat net 8,2 millions,

- L’Oréal CA 22,5 milliards, résultat net 3 milliards

- Lagardère CA 7,3 milliards

- LVMH  CA 6 milliards résultat net 3,42 milliards

- Alcatel qui supprime des emplois, ferme des sites CA 14,4 milliards résultat net 1,1 milliard

- Dassault Système (logiciels) CA 2,4 milliards 501 millions de résultat net.

Fin 2011, les entreprises cotées en bourse en Europe disposaient de 750 milliards de cash (argent disponible). C’est du jamais vu depuis vingt ans note Le Figaro.

Ce n’est pas tout, ces énormes profits alimentent la spéculation, mais rémunèrent les actionnaires. Quelques exemples pour l’année 2012 :

- Total qui augmente les prix des carburants, a versé à ses actionnaires 5,25 milliards,

- Sanofi qui a supprimé 2000 emplois 4,31 milliards,

- GDF Suez qui augmente le gaz 3,75 milliards

- France Télécom qui augmente ses tarifs et supprime des emplois 3,72 milliards

- EDF qui augmente l’électricité 2,12 milliards,

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 10:32

Pompé sur le site "Les mots ont un sens" (ça faisait longtemps !), cet article montre brièvement comment la justice américaine "s'adapte" aux accusés et a protégé les banquiers responsables de la crise financière pour ne pas "destabiliser l'économie".

"Licence to kill" / "Permis de tuer", comme on dit dans James Bond.

De là à dire que c'est aussi ce qui est arrivé en France et ailleurs en Europe...

Quand on voit l'Islande refuser de rembourser sa dette aux banques privées (scandale IceSave notamment) et les médias français passer l'info sous silence et quand on réfléchit à l'absence d'enquête ou de reportage sur les causes de la crise financière dans nos médias, pourtant friands de magazines d'enquête, on peut légitimement affirmer que les milieux financiers français et européens ont été protégés par le système (politique et médiatique).

C'est sûr qu'il vaut mieux faire des reportages sur les "nouveaux délinquants de la route" et sur "la fraude aux prestations sociales" ! Pendant que les petites gens se foutent sur la gueule, ils n'emmerdent pas les possédants !

Solidaire


"The untouchables", le reportage de la chaîne publique américaine PBS pose la question à mille milliards de dollars : pourquoi aucun responsable de la crise financière n'a encore été trainé en justice ?

 

Untouchables : le théorème du too-big-to-jail

Pourtant, les preuves de malversations en tous genres ne manquent pas. Un indice, cette interview du procureur général adjoint du ministère de la justice US, Lanny Breuer, en charge des affaires criminelles (transcript via zerohedge) :

- Martin Smith (réalisateur) : Vous avez fait un discours devant le Barreau de New York. Et dans ce discours, vous avez dit que la crainte des conséquences de poursuites judiciaires impliquant une grande institution financière vous faisait perdre le sommeil.

- Lanny Breuer: Oui.

- Martin Smith: Est-ce vraiment le travail d'un procureur, de se soucier d'autre chose que de rechercher la justice ?

- Lanny Breuer: Eh bien, je pense que je suis à la recherche de la justice. Et je pense que l'entière responsabilité de ce ministère est de rechercher la justice. Mais sur des cas concrets, je pense - comme tous les procureurs du pays - étant responsables, que nous devons discuter avec les régulateurs et avec les experts, parce que si je porte plainte contre l'institution A, cette plainte peut engendrer de grosses conséquences économiques [...] c'est un facteur que nous devons connaître et comprendre.

Pour résumer, avant de formuler  une accusation criminelle contre une personne, physique ou morale, il faut s'assurer que sa mise en cause n'aura pas de conséquences déstabilisantes pour l'économie ! C'est propre, c'est net...

Un théorème mis à exécution à moult reprises : pour les banquiers responsables de la crise financière, mais aussi pour l'affaire de blanchiment d'argent sale par HSBC, ou encore par la CEJ qui a joyeusement couvert les collusions entre la BCE et Goldman Sachs, etc.

Selon que vous serez puissant ou misérable...

 

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 10:03

Lors des dernières élections législatives le Parti communiste aurait gagné face au parti Russie Unie. Ces conclusions figurent dans une étude réalisée par le Centre pour la gouvernance d'analyse des problèmes et de design (Blog Nicolas Maury)
 Russie: les communistes auraient gagné les législatives de 2011 (rapport)

Les résultats des élections législatives russes de 2011 ont été falsifiés, le parti Russie uni étant resté au pouvoir bien qu'il ait recueilli moins de suffrages que le Parti communiste, annonce mercredi le quotidien RBC daily citant le rapport d'un "groupe d'experts" dirigé par le PDG des Chemins de fer russes Vladimir Iakounine.
Les experts ont déclaré avoir traité les données officielles de la Commission électorale centrale à l'aide de méthodes mathématiques. Au terme de l'étude, il s'est avéré que Russie unie n'a pas remporté l'élection. Son résultat réel oscille entre 20 et 25% des voix, contre 25 à 30% exprimés en faveur du Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF). Le parti Russie Juste est arrivé en troisième position, affirment les auteurs du rapport.
Quant à la dernière élection présidentielle, elle a réellement été remportée par Vladimir Poutine. Le rapport précise toutefois que ce dernier a recueilli 52% des voix et non 63,6% comme cela a été officiellement annoncé. Le chef du KPRF Guennadi Ziouganov s'est classé deuxième avec 20% des suffrages officiellement.
Vadim Soloviev , membre du Comité central du Parti communiste en conversation avec RBC a salué l'étude comme un coup médiatique en faveur du «Front populaire». Dans ce cas, M. Soloviev annonce que le Parti communiste avait sous évalué l'ampleur des fraudes lors des élections à la Douma.
Le Parti communiste, premier parti en Russie ? Voilà qui va clouer le bec à ceux qui affirment que ce sont les citoyens russes qui ont souhaité tourner la page du socialisme.
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 09:47

N'en déplaise à la plupart des commentateurs des médias, défenseurs zélés du marché et d'une Europe décrédibilisée, Hugo Chavez ne pouvait pas être qualifié de dictateur : son élection et ses deux réélections ont été reconnues par les organisations internationales comme légitimes et démocratiques.
On peut toujours argumenter sur tel ou tel aspect de son discours, mais quel dirigeant politique occidental peut se vanter de réélections chaque fois plus faciles et de majorités parlementaires reconduites largement ? La dernière élection au Vénézuéla date d'il y a quelques mois seulement et même son adversaire de droite a reconnu la validité de ce scrutin !
Qui sont ces commentateurs pour traiter de dictature un pays ou même l'opposition reconnait sa défaite ?...

A l'inverse, hugo Chavez a bien été victime d'un coup d'état en avril 2002. Il aura fallu 48 heures pour que la population vénézuélienne et les forces armées et policières fidèles à la démocratie fassent capoter un coup d'état dont on sait désormais qu'il était orchestré depuis 9 mois par l'intermédiaire de l'ambassade des Etats-Unis, avec l'aide dela hiérarchie catholique, du patronat, notamment des dirigeants de PDVSA (la compagnie pétrolière, nationalisée ensuite), d'une partie de la hiérarchie militaire, des médias privés (appartenant évidemment à des groupes privés) et des forces de l'opposition. Si les meneurs ont été logiquement arrêtés, médias privés et partis d'opposition n'ont pas été enterdits par la suite : étrange dictature, non ?

Il s'agit bien d'un discours idéologique des commentateurs français : que le petit peuple français ne regarde surtout pas ce qu'il se passe en Amérique du Sud (le Vénézuéla n'est pas seul !) et qu'il ne se demande pas pourquoi les vénézuéliens ont réussi à reprendre le contrôle de leurs principales industries, de leurs banques et on réussi à faire reculer largement la pauvreté et l'analphabétisme quand notre belle Europe, notre grande Europe, modèle des modèles, s'enfonce dans la "crise", le chômage et l'appauvrissement général ?...
Qu'on me dise où est le débat démocratique en France quand tous les journalistes et tous les "experts" politiques et économiques passent leur temps à affirmer que la crise est mondiale (ce qui est faux, vu la croissance chinoise ou sud américaine, par exemple), qu'il n'y a aucune alternative à la rigueur, à la dérégulation sociale et à la mondialisation de l'économie de marché ? Quand les quelques courageux, du PCF ou du Front de gauche notamment, qui tentent d'argumenter le contraire sont privés d'antenne, traités de populistes ou appelés à la "raison" et au pragmatisme comme si c'étaient des fous ?
De fait, la réussite du Vénézuéla et l'arrivée au pouvoir en Amérique latine de gouvernements progressistes, pour certains ouvertement anti-impérialistes et basant leur politique sur des nationalisations d'entreprises occidentales venues se gaver sur ces peuples (Vénézuéla, Bolivie, Equateur, Nicaragua), tout cela faisait un contre-point négatif à la propagande actuelle qui tente de décourager les français et les européens d'exiger d'autres politiques économiques que les saignées actuellement en cours.
Il fallait donc salir l'image de celui qui incarne le plus ce mouvement progressiste latino-américain : Hugo Chavez.
C'est à ce point évident que l'on n'entend jamais nos grands "experts" s'exprimer sur l'état de la "démocratie" dans les monarchies islamistes de la péninsule arabique, dans la monarchie rétrograde et colonisatrice du Sahara Occidental qu'est le Maroc ou même, pour rester en Amérique du Sud, dans le pays du narcotrafic et des escadrons de la mort qu'est la Colombie ?

Eric RUIZ, Comité départemental du PCF 27

venezuela_obseques-chavez.jpg

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 10:32

C'était en février dernier. Une revue de presse grecque réalisée par l'Ambassade de France démontrait la terrible cruauté de la politique mise en œuvre par le gouvernement grec, sur ordre de la Troïka (Europe, Banque Centrale Européenne, FMI).

Dans cette revue de presse, il est dit que l’ensemble de la presse se réfère au taux record de chômage qui a atteint 27% en novembre selon les données de l'office national des statistiques (ELSTAT), ainsi qu’au taux élevé de récession qui a atteint 6,45% en 2012. Un recul de la création grecque de richesses qui atteind 25 % en 4 ans !

Le journal Kathimerini note que plus de 50% de la totalité des chômeurs (1.350.181 personnes) sont entrés au chômage les trois dernières années, ce qui prouve que ni la réduction du salaire minimum, ni la réduction spectaculaire du revenu moyen, ni la suppression des conventions sectorielles n’ont pu conduire à l’augmentation du nombre de recrutements et au renforcement de l’esprit d’entreprise.

Depuis 2010, le nombre de chômeurs a augmenté de 647.449 personnes en Grèce ! Une véritable saignée.

D'ailleurs, le taux de chômage le plus élevé est enregistré chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans (61,7%), mais le problème est aussi grave chez les tranches d'âges les plus productives (entre 25 et 44 ans) où ce taux est de 47,85%. Le taux de chômage des femmes est de 31,1% contre 24% pour les hommes. En clair, les catégories qui représentent l'avenir du pays sont à plus de 50 % au chômage en Grèce. Un grec sur deux a des difficultés pour payer ses factures !

La Grèce vit un véritable génocide économique dont elle pourra difficilement se relevée.

Ces taux record annulent tout espoir de confirmation des prévisions du gouvernement et de la troïka pour un taux de chômage aux alentours de 14,8% en 2012, souligne le journal Kathimerini. Prévisions ou promesses bidons ?

A l'inverse, sous le titre « prévision-cauchemar » Ta Nea note que le Centre des recherches

économiques (KEPE) prévoit que le taux de chômage s’élèvera à 30% en 2013. Cela correspond à une nouvelle dégradation du marché de l'emploi !

 

Mais la presse hellénique ne rejette pas pour autant l'austérité actuelle. Plusieurs journaux (Ta Nea, Ethnos) font état du "retard" accusé dans la mise en oeuvre de la mesure prévoyant la mise en disponibilité de 25.000 fonctionnaires en 2013.

Ta Nea parle à la une de « naufrage » susceptible de conduire à des licenciements. Pour sa part Ethnos 

note que « l’inertie du gouvernement fait resurgir le cauchemar des licenciements » 

estimant que la troïka pourrait exiger des licenciements immédiats. C'est sûr que dans une Grèce en profonde récession et où sévit un chômage de masse, 25 000 chômeurs de plus ne dérangent pas cette presse au moins des puissances financières du pays (comme chez nous !).

 

 

 

 

 

 

Les grecs doivent-ils espérer un geste de l'Europe ? du FMI ?... Plusieurs journaux (Kathimerini, Ta Nea, Ethnos, Eleftheros Typos) reprennent les propos tenus le 17 février par le directeur des relations extérieures du FMI, M. Gerry Rice, qui a rejeté l’éventualité d’une renégociation du programme grec. En clair : la politique menée provoque l'effondrement économique et social du pays mais il faut continuer.

 En clair, cette revue de presse grecque montre que le peuple grec ne doit pas espérer de l'aide de la part d'un gouvernement de coalition droite-socialiste réduit au rôle de marionnettes des banquiers et spéculateurs, encore moins d'une Europe qui vient de décider de réduire l'aide alimentaire aux plus démunis de 500 à 200 millions d'euros.

Les grecs ont bien compris qu'ils ne devaient compter que sur leurs forces.

 25 % font déjà confiance à Syriza (le" Front de Gauche" grec) dans les sondages et 6 % aux communistes (KKE), signe de la défiance dans un système politique corrompu et au service unique des classes possédantes. 10 % suivraient les néo-nazis d'Aube Dorée, autre signe de l'état de pourriture dans laquelle se trouve la "démocratie" en Grèce.

 Prenons garde qu'en France ne passent des politiques identiques, certes sous forme homéopathique, mais avec des résultats identiques !

 Déjà, les cadeaux aux entreprises et l'enfermement idéologique dans le culte du remboursement coûte que coûte de la dette publique s'ajoutent aux taxes et blocage de salaires.

 A nous de changer la politique si le gouvernement ne le décide pas de lui-même !

 

 
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article