Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 09:44

A entendre nos médias, la réforme des retraites est morte. Faux !

On chercherait à endormir les salariés que l'on ne s'y prendrait pas autrement ! A entendre plusieurs journalistes, le gouvernement aurait finalement abandonné l'idée d'une grande réforme des retraites pour de simples petites mesures, sans conséquence, et qui feraient presque consensus si on les écoutait.

Sauf que le gouvernement entend bien appliquer des mesures qui vont modifier le système actuel de retraites, une modification qui va dans le même sens que les réformes précédentes, notamment celles de Sarkozy et Fillon que le PS avait pourtant ouvertement combattu à l'époque !

S'agissait-il d'une double discours ou s'agit-il aujourd'hui d'une nouvelle lâcheté à s'opposer au monde de la finance ?

En tout état de cause, le gouvernement socialiste-écologiste annonce un nouvel allongement de la durée de cotisation à 43 ans ! Il s'agit là d'un nouveau recul social qui va entrainer, soit un départ en retraite à plus de 67 ans pour tous les jeunes salariés diplômés, soit une baisse généralisée des pensions versées aux futurs retraités qui désireront partir avant d'avoir 43 années de cotisations ! En même temps, c'est un non-sens économique qui privera des dizaines de milliers de jeunes d'emplois en prologeant l'activité professionnelle de salariés âgés.

Le PS et ses alliés radicaux et écologistes rajoutent une pelletée de terre sur la tombe de la retraite à 60 ans.

parallèlement, une "légère" hausse des cotisations vieillesse est annoncée. Sauf que 0,3 % de plus, pour un salarié payé au SMIC, c'est déjà 4,5 euros par mois ! Et, évidemment plus pour celui qui gagne plus que le SMIC !

C'est autant d'argent en moins après les hausses des loyers, de l'énergie, du carburant et, en janvier, de la TVA, et ensuite, ce sera l'arrivée d'une nouvelle taxe carbone qui va pénaliser plus lourdement ceux qui ne peuvent investir dans une isolation de qualité ou dans une voiture neuve !

A chaque fois, c'est vers le monde salarié que se tourne les gouvernements ! Jamais vers le monde du Capital, spéculateurs et grosses fortunes !

Pire ! Le gouvernement Hollande - Ayrault, après avoir offert 20 milliards de cadeaux fiscaux aux entreprises (les grosses en priorité) en septembre dernier, parle déjà de transférer une partie des cotisations familiales et maladies "vers d'autres sources de financement" !

En clair, on va encore alléger la contribution patronale aux efforts de la société en faveur de la famille et de la santé de la population !

Et qui va payer ? Devinez !

Les médias parlent déjà de hausses de la CSG, qui touche directement les salariés, ou de la TVA, qui touche indistinctement tous les consommateurs, donc qui fait payer de la mêm façon, le riche et le pauvre !

Décidément, cette majorité socialiste n'a plus de gauche que le nom ! Sa politique est désormais clairement dans le camp du capital, celui de la droite !

Ils en sont à un point de schizophrénie politique qui les mène à se féliciter de la hausse du chômage !

Dans un communiqué daté d'hier, le secrétaire national socialiste au travail et à l'emploi, Jean-Marc Germain s'émerveille devant "l'inflexion de la courbe du chômage" en juillet en se félicitant de l'arrivée de "seulement" de 7 100 chômeurs supplémentaires par mois depuis mois soit, selon lui, "quatre fois et demi moins qu'en début d'année" !

Contrairement aux messages trompeurs des journalistes, notamment le "spécialiste" autoproclamé de l'éco sur BFM, il y a encore de bonnes raisons de manifester contre cette réforme des retraites le 10 septembre, à l'appel des syndicats qui n'ont pas baissé leur froc devant le MEDEF et le gouvernement.

Les communistes, avec leurs partenaires du Front de gauche, seront là pour exiger de revenir sur les réformes des retraites successives afin de revenir à une retraite à 60 ans, à taux plein, et pour 37,5 années de cotisation.

Beaucoup de militants socialistes et d'élus dénoncent également cette réforme. De quoi constituer un front uni face au gouvernement et pour les élections à venir.

Une majorité de français avait espéré un changement en votant Hollande et PS en 2012.

Il y a toujours en France une gauche politique qui ne renonce pas au progrès social et à affronter  le capital et la finance. C'est ce que nous porterons comme message le 10 septembre et lors des prochaines élections de 2014, afin de rassembler ceux qui, à l'échelon communal comme européen, ont choisi de s'opposer au libéralisme.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 09:35

Un peu de poésie.

Solidaire


Pourquoi j’essaie d’être communiste ?

Parce que l’on ne perd rien à essayer
Parce que ce n’est plus branché
Parce que l’avenir n’a pas la mémoire courte
Parce que l’archaïsme d’aujourd’hui est la mode de demain
Parce que Mmes Parisot et Merkel ne le sont pas
Parce que Alberti, Neruda, Nienmeyer, Picasso, Enrique, l’ont été
Parce que "cela n’empêche pas Nicolas que la commune n’est pas morte"
Parce qu’ils sont de moins en moins
Parce que les anticommunistes les haïssent
Parce que les profits capitalistes sont de plus en plus
Parce que ils n’ont globalement pas renoncé à la lutte des classes
Parce que lorsque j’entends Vals j’ai mal à Jaurès
Parce que le stalinisme n’invalide pas la beauté du geste
Parce que les staliniens ont tué beaucoup de communistes
Parce que les communistes ont engagé leur autocritique
Parce qu’ils la poursuivent sur l’ enfantement de l’horreur
Parce que pendant un siècle ils ont empêché la bourgeoisie de dormir
Parce que lorsqu’ils sont faibles les marchés dansent
Parce qu’ils se sont souvent trompés
Parce qu’ils ont toujours eu les mêmes en face
Parce qu’ils s’obstinent à contre-marées
Parce que "L’Humanité" n’a pas effacé la classe ouvrière
Parce que j’aime les étoiles lorsqu’on les nomme
Parce qu’à table un petit rouge ne me suffit pas
Parce que des millions "d’ ex" ont voulu l’être
Parce qu’ils sont pour la socialisation des secteurs clés de l’économie
Parce qu’ils ne prônent pas la nationalisation des serrures
Parce que je crois que le Che, un homme nouveau, a existé
Parce qu’il nous a placé la barre et les clous très hauts
Parce que la "non intervention" fut une coalition anti-rouges
Parce que le maire socialo de mon bled appela les CRS contre les prolos
Parce qu’il est difficile de devenir ministre et de rester communiste
Parce que le parti rackette ses élus
Parce que l’"Armée rouge" n’eut que vingt millions de morts
Parce que les Américains débarquèrent pour nous libérer des communistes
Parce qu’il y a beaucoup d’odeurs et de bruits à la fête de "L’Huma"
Parce que je veux vivre d’autres temps
Parce que je veux respirer l’odeur des bleus de travail
Parce que celle des promoteurs de l’anticommuniste sent le CAC40
Parce qu’heureux qui communiste a lutté toute une vie
Parce que la feuille de coca est sacrée
Et la Palestine massacrée.

Jean Ortiz

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 10:11

Titre un peu violent pour une situation qui risque à tout moment de dégénérer pour le plus grand malheur de ceux que l'on affirme publiquement vouloir secourir : les civils syriens.

Les informations semblent confirmer l'inimaginable : des armes chimiques ont bien été utilisées en Syrie, dans la banlieue sud de Damas.

D'office, tout ce que la planète compte d'alliés de la première erreur de l'opposition armée au gouvernement syrien s'est mis à accuser l'armée syrienne et le gouvernement de Bachar El Assad.

Des preuves ? Pour l'instant aucunes !

Les documents et témoignages diffusés dans les médias ont tous la même source : l'opposition au régime syrien.

Construire un dossier d'accusation sur la seule foi d'un camps est loin d'être source de vérité et de justice.

Et si c'étaient des éléments de l'opposition qui s'étaient servi de gaz de combats ? La question n'est pas stupide, certains groupes islamistes revendiquaient détenir des stocks de gaz de combats par vidéo le 10 juin dernier.

Une attaque au gaz contraire aux intérêts du gouvernement syrien

D'autre part, si des victimes semblent avoir effectivement été victimes de ces gaz, selon Médecins Sans Frontières, les documents vidéos, les conditions matérielles et météorologiques, le contexte et les victimes dans les deux camps indiquent plutôt une provocation reprise ensuite pour la propagande en faveur des "rebelles".

D'une part, comme nous le disions dans un précédent article, les vidéos sont douteuses : des secouristes qui se protègent avec de simples mouchoirs alors que les gaz de combat pénètrent aussi par la peau ; des images ne montrant quasiment que des enfants pleurants ; des masques à oxygène pour soigner les blessés ; ... on est loin des conséquences d'une réelle attaque au gaz et des symptômes effroyables de ces produits sur la peau, les nerfs, les poumos, les yeux !

Ces vidéos sentent la propagande à plein nez ! D'autant que ceux qui filment ne semblent pas incommodés !...

Les conditions matérielles et météorologiques sont aussi douteuses, car le bombardement se passe à quelques dizaines de kilomètres de Damas, un jour de vent, c'est-à-dire dans des conditions qui risqueraient d'entrainer des dispersions dangereuses en direction du centre névralgique du pouvoir en place ! Quitte à balancer du gaz, pourquoi le faire si près de son propre camp ?

Le contexte éest également défavorable à une utilisation de gaz par l'armée syrienne, avec une opposition armée en difficultés sur de nombreux fronts depuis la chute de Homs et de Qusseir. C'est notamment le cas sur les fronts autour de Damas, dans la Ghouta, où les rebelles ont du mal à recevoir de l'approvisionnement et où l'armée venait de lancer une grande attaque ! Pourquoi utiliser les gaz maintenant alors que le régime syrien a repris l'avantage sur le terrain ?

D'autre part, la présence à Damas de la commission d'enquête de l'ONU, venue étudier les précédentes accusations d'utilisation de gaz de combat, aurait dû pousser l'armée syrienne à ne pas utiliser de gaz en leur présence, s'ils en avaient eu un moment l'intention ! C'est comme commettre un délit devant la police quand on est suspecté dans d'autres affaires ! Stupide, non ?

Enfin, du côté des victimes, même si l'armée ne s'en vante pas, certaines d'entre elles viennent de ses rangs. On peut toujours accuser l'armée d'avoir elle-même gazé ses troupes, mais là, ça tourne au complotisme le plus échevelé !...

Bref ! La situation n'est pas claire et des éléments extrémistes de l'opposition, qui disposent de stocks de gaz, auraient eu finalement beaucoup d'intérêts à balancer des gaz sur des populations civiles qui ne leur sont pas forcément favorables, histoire de donner un argument à leurs "alliés" étrangers, en mal de motifs pour intervenir eux-mêmes en Syrie.

Un nouvel Iraq, une nouvelle Libye

C'est sur l'emballement de certains gouvernements que pèsent les plus lourds soupçons !

Gaz ou pas gaz, personne n'est encore capable de dire d'où vient l'attaque !

Pourtant, il n'aura pas fallu longtemps pour que certains gouvernements s'emballent, accusent Damas et menacent d'intervenir directement contre le gouvernement syrien. Sans preuves, donc.

Comme par hasard, tous ces gouvernements sont ceux qui financent et arment publiquement les rebelles syriens, notamment les bataillons islamistes étrangers : Qatar, Arabie Saoudite et Turquie.

A leur côté, on trouve des gouvernements occidentaux qui, depuis 2011 et quelle que soit la dérive et la radicalisation subie par la rébellion, continuent de vouloir renverser le régime de Bachar El Assad, France et Grande-Bretagne en tête.

C'est avec effarement que l'on entend désormais le ministre des Affaires étranges de notre pays, Laurent Fabius, défendre des positions intenables pour une intervention militaire sans l'accord de l'ONU et sans accord de la communauté internationale ! On est loin d'un Villepin tenant tête à Colin Powell et aux Etats-Unis à la veille de la guerre du Golfe !

Celui qui risque d'entraîner notre pays dans une aventure militaire sans avenir, coûteuse et dangereuse pour tout le Moyen-Orient, se rend-t-il compte des dangers qu'il fait courir pour les civils syriens ou couvre-t-il des intérêts qui ne sont pas ceux des syriens ni ceux des français ?

Parmi les interventionnistes, certains parlent d'interventions qui ne renverserait pas le gouvernement syrien actuel : des bombardements ciblés pour affaiblir l'ramée syrienne, donc ? On va nous vendre le monstrueux mensonge des "frappes chirurgicales" dont on sait ce qu'elles ont coûtés en vie en Iraq !

Quand bien même cette intervention viserait à faire tomber le régime syrien, combien de morts civils cela entrainerait-il ? Quel pouvoir serait mis en place en Syrie ? Organiserait-on des "élections libres" auxquels ne pourraient pas participer les partisans d'Assad (Comme ça, sûr qu'ils seront "minoritaires" !) mais dont les islamistes les plus radicaux pourraient être les grands vainqueurs ?

Les expériences irakiennes et libyennes sont pourtant là pour nous montrer qu'il n'y a pas de solutions favorables aux peuples de ces régions passant par la guerre : Irak et Libye, deux puissances économiques de la Région, laïques et développées économiquement, sont désormais des pays en ruine, livrées au gangstérisme et au terrorisme. De démocratie, il n'en est plus question !

Et que feront les soutiens internationaux au pouvoir syrie en cas d'intervention militaire occidentale ? C'est le cas de la Russie, de l'Iran et de la Chine, notamment. La Russie, présente en Syrie via le port de Tartous, a déjà décidé d'envoyer une partie de sa flotte de guerre et l'Iran a menacé explicitement de ripostes ! Même les irakiens, notamment les kurdes, sont en passe de basculer du côté d'Assad !...

Ni la Syrie, ni les peuples du Moyen-Orient n'ont à gagner d'une intervention occidentale, comme l'ont prouvé les exemples irakiens et libyens !

Le peuple français non plus ne sortira pas gagnant d'une intervention militaire qui coûtera des sommes astronomiques au budget de l'état et provoquera un renforcement de la haine inter-ethnique et de l'extrémisme religieux au Moyen-Orient.

Au lieu de jeter de l'huile sur le feu au Moyen-Orient, pour des intérêts qui sont loin d'être ceux des peuples concernés, le gouvernement français, Laurent Fabius en tête, devrait jouer l'apaisement et la justice, renoncer à soutenir des rebelles de plus en plus fanatiques et prôner de véritables négociations de paix qui permettent aux rebelles modérés comme au gouvernement actuel de trouver un accord permettant l'arrêt des hostilités et un renforcement démocratique du pays, en écartant les éléments salafistes qui aujourd'hui profitent du chaos syrien pour étendre leur noir projet.

La solution en Syrie ne passera pas par des bombes françaises mais par le peuple syrien lui-même, libéré des pressions et des intérêts étrangers.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 10:48

Fausses évidences et nouveau recul social : voilà ce que nous promet le gouvernement socialiste-écologiste !

On a l'impression de revivre les débuts du mouvements social de 2009 contre la réforme des retraites menée par Sarkozy et Fillon. Entre deux, les têtes ont changé mais les solutions préconisées sont les mêmes !

En mai et juin 2012, lorsque les électeurs français ont choisi François Hollande et le Parti socialiste, ils ont voulu exprimer la volonté de rompre avec les années Sarkozy et la politique menée par l'UMP et ses alliés centristes. Toute la campagne du candidat Hollande s'est faite justement sur le slogan du "changement". Le candidat Hollande n'avait-il pas, d'ailleurs, dénoncé son adversaire, la finance, lors d'un discours devenu le pivot de sa campagne ?

Les communistes et leurs partenaires du Front de gauche ont mené campagne pour un autre candidat, Jean-Luc Mélenchon, en alertant les électeurs sur la faiblesse du programme socialiste et sur un discours double, dur pour la finance en France, beaucoup plus nuancé à l'étranger, notamment lors d'un passage à la City britannique où le candidat Hollande annonçait qu'il n'était pas "dangereux" ! Un aveu qui prend toute sa force aujourd'hui !

En 14 mois, le mirage s'est complètement évanoui. Derrière les masques de "changement", de rupture, apparait un gouvernement qui continue la politique de la droite, multipliant les cadeaux aux plus riches, les exonérations pour les grosses entreprises (20 milliards d'euros !), la politique guerrière à l'étranger (Mali, Syrie), la casse du Code du travail (Accord National Interprofessionnel) et, désormais, une attaque nouvelle contre le droit à la retraite.

Où sont les avancées sociales ? Doit-on mettre dans la colonne "progrès" le seul "mariage pour tous", qui, fianlement, ne va pas bouleverser le quotiden des travailleurs ?

Quelle misère !

Comme le rappelait un communiqué du PCF, il y a dix jours, les "fausses évidences de Michel Sapin" sur l'allongement de l'espérance de vie ne tiennent pas la route deux minutes quand on y réfléchit !

D'une part, parce que cette espérance de vie ne progresse que lentement et de manière très inégale selon les catégories sociales. Si l'on va par là, ce qu'il faut regarder, c'est l'espérance de vie en "bonne santé", c'est-à-dire sans gros handicap, et là, on se rend compte que cette espérance de vie n'est plus que de 62 ans et qu'elle ... régresse depuis 2008 !

D'autre part, parce que faire travailler plus longtemps les salariés âgés, on le dit à chaque réforme, c'est retirer du marché du travail des dizaines de milliers de postes qui échappent ainsi aux jeunes en recherche d'emplois !

Reculer l'âge de départ en retraite, c'est priver les salariés âgés d'une retraite bien méritée et mettre en difficulté les jeunes qui cherchent un emploi stable ! Où est l'intérêt ?

L'intérêt, c'est que, chômage des séniors aidant, les pensions de retraite des nouveaux retraités sont beaucoup moins élevées que ce qu'elles devraient être !

Par ailleurs, les annonces de hausse de la CSG constituent aussi une mauvaise annonce : la CSG va d'abord concerner les salariés qui seront donc, à nouveau, ceux à qui ont demande le plus gros effort pour financer les retraites !

Pendant ce temps là, la Bourse de Paris finissait vendredi une huitième semaine de hausse consécutive.

L'argent de la spéculation continue de croître. Le chômage, la baisse de production et l'annonce d'une recherche de nouveaux financements pour les retraites, tout cela n'inquiète absolument pas un monde de la finance qui se sait épargné, voire même qui profite de cette crise pour augmenter ses prélèvements de richesses sur la production nationale.

Pour le PCF et les communistes, il ne peut y avoir de réforme des retraites efficace et progressiste sans faire appel à la participation financière du Capital, de la spéculation, sans une politique volontaire de création d'emplois productifs et sans hausse des salaires. Trois canaux qui permettront d'augmenter fortement les financements des retraites sans pénaliser les travailleurs.

Plus de 2 000 militants et élus socialistes ont fait le choix, eux aussi, de s'opposer à ce projet de réforme.

Le mois de septembre sera à coup sûr le creuset d'un rassemblement de ceux qui ont porté, à gauche, la volonté d'une rupture avec les politiques de droite menées ces vingt dernières années.

Une majorité existe pour une politique de gauche progressiste, c'est ce qu'on voulu les français l'an dernier !

Alors, rassemblons-nous, déjà dans la rue le 10 septembre, mais ensuite politiquement, pour exprimer le rejet de ce nouveau projet de droite !

Se rassembler, c'est la finalité du Front de Gauche ! Nous serons porteurs d'un large rassemblement des militants du changement, dans le mouvement social et ensuite, aux élections municipales et européennes de 2014, avec ceux, au sein du peuple, qui veulent une véritable rupture, y compris au PS.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
24 août 2013 6 24 /08 /août /2013 08:43

Nous reprenons ici une brève de l'agence russe RIA-Novosti qui s'appuie sur un article du journal britannique "The Times".

10 000 étrangers se battent dans les rangs islamistes contre l'armée et le pouvoir syrien. Voilà qui contrebalance largement les quelques milliers de libanais du Hezbollah qui combattent contre les islamistes wahabites et takfiristes au côté de l'armée syrienne !

Il est malheureusement incroyable que ces infos ne percent pas en France ! Aucun média français ne relaie non plus les menaces d'intervention des kurdes irakiens après le massacre récent de 400 kurdes syriens par les "rebelles" islamistes dans les régions kurdes de Syrie ou les massacres de civils alaouites sur la région côtières de Lattaquié ces dernières semaines.

Par contre, les médias français ont repris telle quelle et sans précaution une information émanant de l'OSDH (Officie Syrien des Droits de l'Homme), organisatioon pro-rebelle et proche des Frères musulmans, selon laquelle le gouvernement syrien aurait usé de gaz de combat contre des civils dans la banlieue de Damas. Un crime qui serait plutôt surprenant et stupide alors que une commission d'enquête de l'ONU venait justement d'arriver pour étudier les précédents cas d'utilisation de gaz contre les civils, notamment en mars dernier à Khan -al Assal, près d'Alep,... par les rebelles ! Par ailleurs, on se demande pourquoi la Syrie utiliserait maintenant des gaz de combat alors que l'armée régulière syrienne a désormais l'avantage militaire dans la banlieue de Damas ?

Comme par hasard, l'info a été relayée immédiatement sur les médias qataris, saoudiens et turcs, liés aux rebelles et aux islamistes de Syrie, avant d'être reprise aussi sec par les médias européens.

Cette guerre entraîne des exactions dans les deux camps. Ce n'est pas une raison pour prendre pour argent comptant toute info provenant des organisations rebelles ! La guerre médiatique est aussi une arme. On le sait depuis le Viêt-Nam !

Le parti pris des médias français, à la remorque du gouvernement et des monarchies islamistes du Golfe, pour la rébellion syrienne contre le pouvoir officiel mène à l'aveuglement.

C'est bien pour cela qu'aucun chiffre ne perle sur le nombre de français partis en Syrie mener le Djihad !

"Gouverner, c'est prévoir" disait Emile de Girardin. Que prévoit notre gouvernement avec une telle attitude sur le dossier syrien ? 

Il y a malheureusement belle lurette que le printemps syrien de 2011 a été détourné de ses objectifs sociaux et démocratiques par une instrumentalisation étrangère qui s'appuie sur les mouvements islamistes les plus violents et criminels pour détruire un état un peu trop indépendant, à l'instar des interventions étrangères en Iraq et en Libye.

Solidaire


Près de 10.000 ressortissants étrangers, dont 150 Britanniques, combattent dans les rangs des anti-Assad en Syrie, rapporte mardi le journal Times citant une source proche du renseignement américain.

"Parmi les combattants étrangers figurent plusieurs centaines d'Européens, des sunnites pour la plupart, venus en Syrie pour participer à la guerre", indique la source du quotidien.

Le "contingent européen" compte jusqu'à 150 ressortissants britanniques, ainsi que des personnes originaires de l'Irak et de la république russe de Tchétchénie.

Toujours d'après le Times, le dénommé Front al-Nusra, principal groupe de combattants anti-Assad liés à la nébuleuse terroriste Al-Qaida, est composé en majeure partie de Syriens dirigés par un certain Abou Mohamed al-Golani.

Dans le même temps, il existe dans le pays un autre groupe terroriste, Jaish al-Muhajirin wal Ansar, composé principalement d'étrangers et dirigé par Abou Omar, ressortissant tchétchène ayant combattu les forces fédérales russes dans le Caucase du Nord.

"Ce groupe compte parmi ses membres des Irakiens, des Saoudiens, des Libyens, des Marocains, des Tunisiens, ainsi que des ressortissants de plusieurs pays européens", a fait savoir la source du Times.

Auparavant, le directeur du Service fédéral de sécurité (FSB) Alexandre Bortnikov a déclaré qu'environ 200 Russes combattaient dans les rangs des anti-Assad en Syrie.

Ria Novosti

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 09:23

« Les Grecs, ces fainéants », ce préjugé solidement ancré dans les têtes, relayé par les médias dominants afin de faire passer la politique de casse sociale sans précédent orchestrée par l'UE, se révèle pourtant à l'analyse un mensonge éhonté.

Il y a un peu plus d'un an, l'institut de sondage américain Pew Research Center réalisait un sondage révélant que, pour quasiment tous les Européens : les Allemands sont ceux qui travaillent le plus et les Grecs ceux qui travaillent le moins en Europe. Seuls les grecs n'étaient pas de cet avis !

La réalité contredit les idées reçues. Selon les chiffres publiés par l'OCDE ceux qui dans l'Union européenne ont le plus travaillé dans l'année 2012 sont … justement les Grecs avec 2 032 h par an.

En dernière place, on retrouve les Hollandais avec 1 379 heures par an et avant-derniers les Allemands avec 1 413 heures par an de travail.

La moyenne des pays de l'OCDE se trouve à 1 776 heures. Seuls les Mexicains (2 250) et les Chiliens (2 047) travaillent plus que les Grecs parmi les 36 pays de l'OCDE.

Les employés grecs travaillent donc en moyenne 40% de plus que les Allemands.

Certains analystes ont cherché à relativiser les chiffres en insistant sur le poids des travailleurs indépendants en Grèce, ou sur le développement massif du temps partiel en Allemagne.

Toutefois, même en éliminant ce type de travailleurs du calcul, le temps de travail reste encore bien supérieur en Grèce. Comme si, d'aillerus, le temps partiel n'existait pas en Grèce ?...

Une des raisons mises en avant pour expliquer ce différentiel résulte notamment par le recours plus important côté Allemand aux congés maternité, maladie et aux vacances. Quatre semaines de plus en moyenne que pour les Grecs.

Les différences de productivité entre travailleurs Grecs et travailleurs Allemands interpellent, d'une part sur les mécanismes différenciés de l'extraction de la plus-value (la richesse produite par le travailleur et qui va rémunérer le capital, les actionnaires). D'autre part sur le processus de spécialisation inégale imposée par la division internationale du travail, organisée ici par l'UE (à l'Allemagne la production et les exportations, aux pays du sud le tourisme).

Ces chiffres battent en brèche les caricatures et permettent de chercher les véritables raisons derrière l'attaque subie par les travailleurs grecs dans le processus d'intégration européenne : intensifier l'exploitation des travailleurs de tous les pays européens.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 09:45

Trois affaires judiciaires agitent l'actualité mondiale. Leur traitement par les médias est loin d'être neutre.

Bradley Manning, Edward Snowden aux Etats-Unis, Bo Xilai et son épouse en Chine, voilà trois dossiers judiciaires importants que nos médias traitent selon une grille de lecture assez politique.

D'un côté les Etats-Unis, pays qui défend la "Liberté" (économique !) à travers le monde, et qui ne peut être que juste. De l'autre, la Chine, communiste et totalitaire, dont la justice est donc, forcément, condamnable.

Voilà qui résume l'analyse médiatique des faits concernant les grands dossiers juridiques actuels. La réalité est pourtant beaucoup moins simple.

Pour commencer, il y a le dossier Bo Xilai en Chine.

Les journaux télévisés abordent le dossier sous un biais politique, sous entendant presque qu'il s'agirait d'un règlement de compte ou que cet ancien haut responsable régional du PC chinois serait victime d'un procès politique. un gentil opposant, donc. Rares sont les infos sur les accusations portées contre Bo Xilai et encore plus rares les dossiers sur le fonds de ce procès, les autres accusés, les preuves,...

Il faut reconnaître qu'en ce domaine, la justice chinoise n'a pas une réputation de neutralité exemplaire. Les accusations contre Bo Xilai, vues d'ici, sont donc sujettes à caution.

Pourtant, si les accusations de détournements de fonds et de corruption à son égard et contre son fils, Bo Guagua, par des hommes d'affaires déjà condamnés, nécessitent d'être prouvées, nos médias oublient de préciser que l'épouse de Bo Xilai, Gu Kailai, a été reconnue coupable du meurtre d'un britannique en août 2012 et qu'il est accusé d'avoir voulu bloquer l'enquête. Une accusation crédible car bien "humaine", celle de vouloir protéger son épouse et, de fait, sa réputation.

On ne saura peut-être pas si ces accusations sont fondées ou non.

Mais, pour nos médias, le problème n'est pas la justice dans ce dossier. C'est plutôt d'illustrer le caractère impitoyable de la justice chinoise, justice considérée d'office aux ordres du régime.

Pourtant, pour celui qui lit les actualités, la justice chinoise n'épargne pas les politiques chinois, élus ou responsables du Parti communiste. Des accusations de corruption et des condamnations tombent régulièrement.

Faut-il forcément voir derrière ces procès la main du totalitarisme ou, alors, une réelle volonté de la justice chinoise de lutter contre la corruption ?

Il semble bien que les médias occidentaux aient définitivement tranché pour la première vision, quel que soit le dossier.

A l'inverse, le traitement des dossiers Edward Snowden et Bradley Manning qui concernent le pouvoir américain, armée, NSA, CIA et Maison Blanche, est beaucoup plus factuel, neutre, voire insipide.

Sans rentrer dans les détails, rappelons tout de même que Edward Snowden est celui qui a révélé l'ampleur du système d'espionnage mis en place par les organismes secrets américains à l'encontre non seulement des citoyens des Etats-Unis mais aussi des citoyens du monde entier ! La collusion entre les services secrets et les monopoles privés américains de l'internet (dont Google) a de quoi mettre en colère tout citoyen effrayé par le développement d'un appareil d'état secret qui échappe au contrôle des citoyens. Et nos journalistes, sensés défendre la liberté d'expression et d'opinion, restent muets sur le fonds du dossier ?

C'est ainsi que l'épisode moscovite du dossier Snowden, lorsque celui-ci a dû rester plusieurs semaines dans l'enceinte de l'aéroport de Moscou, a été traité sur le plan de la querelle diplomatique Etats-unis / Russie. Comme si le dossier ne concernait pas les citoyens français ?

Le Washington Post vient d'ailleurs de publier un article prouvant que la National Security Agency (NSA) a enfreint les règles de confidentialité ou outrepassé son autorité légale des milliers de fois chaque année depuis que le Congrès a accordé à l’agence de nouveaux pouvoirs élargis en 2008, selon un audit interne et d’autres documents top-secret.

Ne serait-on pas en face d'un scandale d'état au niveau du Watergate, pour le moins ?

L'absence de réactions de nos journalistes sur ce dossier, qui en parlent avec moins de passion que de l'arrivée du beau temps, a de quoi effrayer !

Dans le cas de Bradley Manning, le traitement médiatique français est identique.

Bradley manning a eu un courage extraordinaire, celui de s'élever contre les crimes commis par des soldats des Etats-Unis en Iraq et en Afghanistan, crimes couverts par l'armée et par le gouvernement nord-américain. Il a osé transmettre à Wikileaks des documents top-secret sur ces crimes.

Pour cela, il vient d'être condamner à 35 ans de prison et a été renvoyé de l'armée pour "deshonneur".

Qui en a entendu parler en France ? Ne faudrait-il pas prendre partie pour ce soldat dont le seul tort est d'avoir refusé de renier les idéaux de liberté et de droits de l'Homme dont se targuent les Etats-Unis ?

Autant les révélations d'Edward Snowden font penser à la mise en place d'un abominable système de Big Brother comme dans "1984", le livre de George Orwell, autant le dossier Manning fait penser à l'affaire Dreyfus, un procès politique qui doit servir d'exemple.

Dans ces différents dossiers judiciaires, le traitement des médias français dénote d'une vision du monde assez dramatiquement caricaturale.

D'un côté, la Chine où la justice est forcément partiale et où tout condamné est presque vu de manière sympathique, car broyé par un régime totalitaire, selon cette lecture du monde.

De l'autre côté, des Etats-Unis qui multiplient depuis toujours les crimes et délits sur la planète (Ne citons que les barbaries que furent Hiroshima et Nagasaki ou l'usage du gaz Orange au Viêt-Nam) mais qui bénéficient toujours d'un regard bienveillant et d'excuses, même lorsque l'on parle d'un système juridique connu pour être inégalitaire socialement et racialement.

A leur façon, les médias français relaient sur le traitement des dossiers judiciaires internationaux une vision politique du monde qui épargne au maximum les gouvernements qui dominent la scène capitaliste internationale et leurs alliés mais condamne par avance les pays dont les systèmes politiques ou les gouvernements ne s'alignent pas sur le modèle capitaliste mondialisé.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
21 août 2013 3 21 /08 /août /2013 09:19

La CIA a publié en mars dernier un rapport sur l'évolution mondiale en 2020 et au delà. Libéral.

Hormi ses actions de destabilisation des régimes ennemis et de surveillance des régimes alliés, la CIA fait aussi dans l'anticipation.

En mars dernier, un rapport sortait où l'agence américaine menait un exercice de politique fiction sur l'évolution du monde à l'horizon 2020 et au delà.

Mondialisation

Sans surprise, les grands traits de ce rapport font la part belle à un monde mondialisé, c'est-à-dire à un monde où le capitalisme libéralisé aura continué d'étendre son emprise. L'agence d'espionnage US considère que grâce à la mondialisation, la création mondiale de richesses devrait être supérieure en 2020 de 80 % par rapport ce qu’elle est aujourd’hui.

Le seul bémol affiché, c'est que cette croissance ne serait pas uniforme mondialement. En dehors de l'Afrique subsaharienne (= au sud du Sahara) qui, une nouvelle fois, ne bénéficierait pas du développement mondial (malgré ses richesses en matières premières !).

Par contre, l'étude ne dit pas dans les poches de qui iraient ces "nouvelles richesses" ? En système libéralisé, il y a fort à parier que ces richesses continueront de s'accumuler dans les mains des détenteurs de capitaux, dans le haut de la pyramide sociale. C'est la situation que nous vivons dans le monde capitaliste depuis l'avènement du libéralisme dans les années 80 (Reagan aux Etats-Unis, Thatcher aux Etats-Unis).

Quand la Chine s'éveillera... et l'Inde également

Le deuxième aspect de cette étude, c'est la montée en puissance de la Chine et de l'Inde.

Les "experts" de la CIA ne prennent pas trop de risques là dessus. Il ne faut pas être devin, voire même être complètement idiot, pour ne pas voir que la Chine, en premier lieu, mais aussi l'Inde, connaissent un développement économique insolent au regard de la récession qui frappe l'Europe et les actuelles grandes puissances capitalistes !

La Chine, par exemple, après avoir assuré son industrialisation en fabricant du bas de gamme durant des décennies, a développé une industrie de qualité qui lui a permis de faire croître une classe moyenne de près de 400 millions de membres aujourd'hui. Les objectifs du dernier congrès du Parti communiste chinois sont désormais d'assurer une économie tournée vers la consommation intérieure (et plus seulement vers l'export) mais aussi de protéger l'environnement.

Chine et Inde, avec leur développement et leur puissance démographique (plus d'1 milliard d'habitants chacun)) passeraient logiquement devant les pays européens en termes de puissance économique et financière.

Derrière eux, la CIA voient poindre le Brésil (sans surprise) mais aussi l'Indonésie.

Une instabilité mondiale poussant aux conflits religieux et militaires

La CIA n'étant pas à un paradoxe près, elle considère que cette croissance économique liée à la mondialisation va mener à un monde beaucoup plus instable.

Sans les armes du marxisme-léninisme, il est sûr que les "experts" étasuniens ont du mal à critiquer une mondialisation libérale qui se fait sur le dos des peuples, réduisant la démocratie (c'est eux qui l'écrivent !) et les souverainetés populaires à des vestiges soumis aux volontés des marchés (via internet et les délocalisations).

La CIA reconnait que cette mondialisation va pénaliser les classes moyennes européennes (c'est déjà le cas !) et va entrainer une montée des extrémismes nationalistes et religieux, provoquant des reculs démocratiques dans le Monde et une instabilité régionale qui pourrait mener à des conflits armés.

Evidemment, la CIA préconise le renforcement du rôle de gendarme du monde des Etats-Unis considérés comme seuls capables,d’ici à 2020, de s'opposer réellement aux mouvements terroristes et à pouvoir maintenir ou rétablir la paix dans les endroits les plus dangereux de la planète. Ben voyons ! Et pourquoi pas laisser ce rôle à la Chine ou à l'Inde ? Nouvelle ére, nouvelles règles, non ?...

Logiquement, l'ONU est dénigrée.

Le monde en quatre scenarii

Après cette petite propsective, la CIA en arrive à proposer 4 évolutions différentes du monde :

  • Le premier scénario est intitulé « Davos world » (le "monde de Davos", vous savez ? Le forum annuel qui réunit quelques chefs d'état et beaucoup de grands patrons pour diriger le monde !) : c’est un scenario où la croissance, le développement et la démocratie l’emportent sur tout le reste et où la pauvreté, la misère et la violence ont de moins en moins de place ; c’est le scénario optimiste par excellence ;
  • Le second scénario est intitulé : « Pax americana » : dans ce scénario, les Etats Unis accentuent leur rôle de gendarme du monde et éteignent l’un après l’autre les incendies qui naissent ici et là ; on voit ce que ça donne en Afghanistan, en Iraq ou en Libye !
  • Le troisième scénario est intitulé : « A new califate » : dans ce scénario, les musulmans constituent une vraie puissance mondiale capable de rivaliser avec l’Occident considéré comme un ennemi ; la CIA oublie au passage la Chine et l'Inde dont ils vantaient la montaient en puissance ?
  • Le quatrième scénario est intitulé : « Cycle for fear » ; dans ce scénario, les mesures de sécurité sont poussées à un tel point dans le monde qu chacun se demande s’il ne vit pas dans un monde digne d’Orwell ! Les dernières infos de l'affaire Snowden, le réseau PRISM,... tout cela nous incite à considérer ce scénario comme déjà commencé !

Le rapport indique que ces 4 scénarios ne sont pas exclusifs et qu’ils peuvent interférer les uns avec les autres. Du boulot pour Hollywood !

Un monde parfait ?

La CIA propose avec ce rapport une lecture finalement assez conventionnelle et libérale du monde, où le capitalisme triomphant mènera à une croissance économique idéalisée dont ne bénéficieront finalement que les couches aisées de la société. Le reste de la population (90 % des humains, en clair) en sera réduit à voir lui échapper son destin, la démocratie ne contrôlant plus l'économie, et poussant vers le repli nationaliste et religieux.

Le monde deviendrait de plus en plus instable et les Etats-unis deviendront encore plus les super-gendarmes du monde, par essence gentils et désintéressés. Dans ce monde, le contrôle des citoyens deviendra nécessaire, d'où la mise en place actuelle des réseaux de surveillance d'internet et des communications téléphoniques.

Et les peuples dans tout ça ?

Ce qu'oublie le rapport de la CIA, ce sont tout bonnement les citoyens, les "gens", les travailleurs !

Dans ce rapport, finalement, les individus sont passifs et c'est le capitalisme, les marchés, qui évoluent et entrainent avec eux l'évolution des sociétés et des rapports entre états.

Et si les peuples ne se laissaient pas faire ?

A l'image des révolutions égyptiennes et tunisiennes en cours, les peuples sont capables de se rebeller contre leurs dictatures pro-occidentales (Moubarak et Ben Ali) puis de contester les régimes islamistes qui les remplacent.

A l'image de la Grèce ou de l'Espagne, nos "vieilles" démocraties en régression peuvent encore connaître des réactions populaires contre l'effondrement des pactes démocratiques et sociaux qui permettaient d'assurer la survie des travailleurs.

A l'image du Vénézuéla, de la Bolivie et d'autres pays sud-américains, certains pays finissent par avoir à leur tête des gouvernements qui contestent le libéralisme mondialisé et conçoivent les rapports mondiaux sous une optique "socialiste" de coopération entre les peuples, au bénéfice des populations.

Le rapport de la CIA n'envisage nullement une victoire des peuples contre le libéralisme dans aucun de ces cas de figure pourtant actuels !

Impregnée de culture américaine libérale et individualiste, la CIA omet complètement la force du collectif, le mouvement populaire et, tout bonnement, la lutte des classes. Seul le "marché" donc les capitaux ferait l'Histoire !

Un monde hors-sol

Autre oubli de taille, l'environnement.

Le monde disséqué par la CIA ne connait pas de crise écologique, de réchauffement climatique, de pollutions, de manque de ressources énergétiques.

La manière d'analyser le monde de la CIA est complètement centré sur le monde des affaires, oubliant la planète et ses habitants. C'est une vision "hors-sol", abstraite, où seuls les marchés sont actifs, sans limites géographiques, énergétiques et environnementales, avec des populations passives et des gouvernements soumis aux marchés.

Pour la CIA, toutes les conséquences de ce monde ultra-libéralisé seraient une violence exacerbée entre les humains, entre les peuples et les états. A aucun moment la CIA n'envisage que les peuples ou leurs gouvernements ne s'élèvent contre le système capitaliste lui-même, pour le calmer ou pour le renverser !

Le monde d'après 2020, selon la CIA, c'est un western hollywoodien où règne la loi du plus fort, du plus riche, où chacun doit se débrouiller seul et où les Etats-Unis reprennent le rôle du shérif.

Cette apologie de l'individualisme et du libéralisme que véhiculaient les westerns se retrouve finalement dans ce rapport de la CIA sur le monde après 2020, où aucun scénario n'envisage une rupture avec la dynamique de mondialisation néolibérale entamée dans les années 80 et dont on mesure quotidiennement les dégâts, socialement et écologiquement.

Heureusement, ce n'est pas la CIA qui fait l'Histoire, ni même les marchés financiers, mais bien les peuples !

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 09:52

La Fête de l'Humanité se tiendra le vendredi 14, le samedi 15 et le dimanche 16 septembre au Parc du Bourget en Seine-Saint-Denis.

IMGP5785Plus que quelques week-end avant que ne débute la plus grande fête populaire de France ! L'an passé, ce sont 650 000 visiteurs qui ont parcouru les allées de la Fête.

La vignette d'entrée est au prix de 21 € uniquement auprès des militants communistes ! Profitez-en !

Les habitués dont nous sommes ont les fourmis dans les jambes. Pendant trois jours, ce seront des centaines de stands qui s'ouvriront aux visiteurs offrant toute la palette de boissons et de plats que peut proposer une fête française et internationaliste, depuis les crêpes jusqu'aux plats africains ou créoles, en passant par les fruits de mer, un boeuf bourguignon ou un couscous.

Trois jours aussi pour discuter de manière spontanée ou lors de débats organisés ici ou là sur des sujets qui vont du sport à la culture, des retraites à la crise égyptienne, de la situation hospitalière à la solidarité avec la Palestine.

La Fête de l'Huma se sont aussi des espaces théâtre et sports, avec des activités, des expositions et un village du livre qui regroupe des dizaines d'éditeurs et des centaines d'écrivains.

Et puis, la Fête de l'Huma c'est avant tout trois scènes principales, la "Grande scène" qui peut accueillir des dizaines de milliers de spectateurs, la scène "Zebrock", pour des concerts plus intimistes, et la scène Hum'Ah'Jazz pour les amateurs.

Mais le moindre stand devient parfois une salle de concert, au gré des invitations faites à des artistes et groupes locaux.

Côté têtes d'affiches, la Fête de l'Humanité 2013 va à nouveau présenter une programmation riche, française et étrangère.

IMGP5797Entre M (Mathieu Chédid), Tryo, Zebda, Sanseverino, Féfé ou l'Orchestre National de France, il y en aura pour tous les goûts du côté des artistes français de l'édition 2013 !

Avec Archive, Asaf Avidan, Staff Benda Bilili ou Empire Dust, la programmation internationale est tout aussi variée !

A vrai dire, trois jours c'est finalement trop court !

En tout cas, pour les eurois ce qu'il ne faut pas râter, c'est l'espace Normandie qui s'organise cette année et qui regroupera les 5 stands de l'Eure, les stands de Seine-Maritime et le stand de la Manche en un seul endroit, avenue Pablo Picasso. Pour les jeunes, les Jeunes communistes hauts-normands auront leur stand.

Pour tout renseignement et pour vos vignettes, contactez-nous !

Pour cela, cliquez sur la rubrique "contact" en bas de ce blog, écrivez-nous à pcf-eure-sud@orange.fr ou téléphonez au 02.32.39.46.82

IMGP5700

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 10:42

Jean-Luc Mélenchon considère Manuel Valls contaminé par l'extrême-droite. David Assouline demande au PCF de dénoncer ses propos.

Dans une interview au Journal Du Dimanche, Jean-Luc Mélenchon n'y va pas de main morte, comme d'habitude en taclant le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, qu'il considère "contaminé" par Marine Le Pen puis François Hollande, accusé d'avoir "plongé notre pays dans la déprime" avant d'affirmer que "Cet homme nous enlève le goût du futur".

Les propos de JL Mélenchon ont cette vertu de provoquer le débat.

C'est David Assouline, porte-parole du Parti socialiste qui s'est offusqué pour son parti des accusations de Jean-Luc Mélenchon.

Pour le responsable socialiste, ces propos montreraient que Mélenchon n'a qu'un ennemi : les socialistes. Mélenchon briserait le "débat démocratique" et ferait dans la "dérive politique", rien que ça !

Et le responsable socialiste d'espérer que le le PCF "se dissociera de ces propos et de ces outrances". Un vœu qui sonne comme un ordre dans une intervention où les élections municipales et la "nécessaire union de la gauche" sont brandis comme des arguments ou... des menaces.

Manque de bol ! Les communistes ne sont pas toujours d'accord avec le ton et la méthode de Jean-Luc Mélenchon mais, sur le fond, ils partagent cette fois-ci entièrement le point de vue de l'ancien candidat à l'élection présidentielle (11,1 % des voix, quand même !).

Comme l'a rappellé sur BFM-TV le porte-parole du PCF, Olivier Dartigolles, "l'outrance" était "plutôt du côté du ministre de l'Intérieur, parce que l'été de Manuel Valls est un été funeste, à la fois pour la gauche et pour la République".  Il a rappelé les propos de M. Valls "sur le voile à l'université, comme si c'était la préoccupation des Français" mais aussi "la manière dont il tente de dynamiter la loi pénale proposée par Christiane Taubira".

On pourrait rappeler également la fascination de Manuel Valls pour la chasse au Rroms façon Hortefeux.

C'est vrai que, là dessus, l'action de Manuel Valls ne brille pas par la différence comparée à l'action du gouvernement UMP précédent !

Pour ce qui est de l'action de François Hollande, et de son gouvernement (Il n'est pas seul dans l'affaire !), comment effectivement ne pas être d'accord avec les propos de Mélenchon ?

Quelqu'un voit-il depuis plus d'un an une politique différente par rapport à celle de Sarkozy ? Voit-on objectivement les choses changer sur le terrain ? Hollande s'est-il attaqué à la finance comme il le proposait lors de la campagne des Présidentielles ? Où en est-on en matière d'emploi ?...

Le gouvernement Ayrault en est réduit à faire un séminaire sur la France de 2025 pour annoncer le "bout du tunnel" ! Même eux n'y croit pas !

Là dessus, pas de désaccord non plus avec le PCF comme le précise Olivier Dartigolles pour qui "Jean-Luc (Mélenchon) dit aujourd'hui ce que le peuple de gauche ressent, c'est-à-dire une exaspération, une déception immense" par rapport à François Hollande et au gouvernement.

D'ailleurs, sur les annonces faites par le PS et le gouvernement au sujet des retraites, les communistes et leurs partenaires du Front de Gauche se retrouveront une fois de plus en opposition avec Hollande et son gouvernement dès septembre. Les communistes seront d'ailleurs le 10 septembre dans la rue au côté des centrales syndicales qui protestent contre une nouvelle remise en cause du droit à la retraite.

Comme avec l'Accord National Interprofessionnel qui a torpillé le Code du travail et fait ses premières victimes, le gouvernement socialiste de François Hollande mène sur les retraites une offensive qui fait le bonheur du patronat, comme l'a fait précédemment la droite et Sarkozy.

Les communistes veulent bien changer de discours sur le PS et sur François Hollande !

Encore faudrait-il que les socialistes mènent la politique qui les a fait élire et cesse donc de se soumettre à un "réalisme" qui n'est rien d'autre qu'une pauvre excuse pour obéir aux exigences du patronat et de la finance !

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article