Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 11:26

Un proche de Marine Le Pen mis en examen pour financement illégal de campagnes électorales du FN !

Frédéric Chatillon a été mis en examen, notamment pour "escroquerie", "faux et usage de faux", "abus de biens sociaux" et "blanchiment d'abus de biens sociaux", a indiqué jeudi à l'AFP une source judiciaire.

Frédéric Chatillon est un ancien responsable du GUD (Groupement Union Défense), une structure qui se définit comme syndicat étudiant à l'université de Paris Assas notamment mais qui est avant tout un groupe violent d'extrême-droite, bien connu sur les campus franciliens pour ses attaques armés contre les militants progressistes et pour son discours nauséabon.

L'enquête porte sur les relations en la société de Frédéric Chatillon, Riwal, et le "micro-parti" de Marine Le Pen : Jeanne.

Ce système de micro-parti est bien connu pour servir de pompe à finance pour des leaders politiques, permettant aux partis officiels de cacher certains financements ou certaines dépenses.

Cette affaire vient plomber tout le beau discours d'un Front National qui se présente toujours comme différent des autres partis, comme honnête et pur.

Certes, ce n'est pas la première fois que des histoires salissent le Front National, mais, pour la première fois, ce ne sont pas des candidats locaux du FN qui sont en cause mais le mouvement au niveau national et un proche de Marine Le Pen.

On voit déjà le FN et certains de ses sympathisants aveugles crier au traditionnel "complot".

Que ne les entend t-on pas dire la même chose sur Bygmalion et Nicolas Sarkozy ? Après tout, toute proportion gardée, c'est le même type de dossier !

Il n'y a rien d'étonnant à voir le Front National faire trempette dans les mêmes marigots douteux des financements électoraux que d'autres partis : la montée en puissance du FN nécessite des fonds et attise l'intérêt économique de certains.

Définitivement, Jean-Marie peut le dire : tous pourris ! Le FN compris !

Il serait temps que le peuple rejette ces mouvements politiques qui depuis 1940 (l'extrême-droite) à aujourd'hui passent leur temps à promettre monts et merveilles au peuple de France mais qui font l'exact contraire dès qu'ils accèdent au pouvoir !

Dans l'Histoire, et même si cela ne plait pas aux médias actuels, seul le passage au pouvoir du Parti communiste a amené des progrès sociaux au peuple de France. On pourrait citer les grandes nationalisations de l'après-guerre, la création de la Sécu et du statut du fonctionnaire.

De parti anti-système, il n'y en a qu'un : le Parti communiste. C'est aujourd'hui le seul parti à prôner une rupture avec le système social et économique actuel.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 13:32

Une croissance économique trop faible par rapport à la croissance démographique, voilà comment France 2 explique la montée du chômage !

On se demande comment des générations d'énarques ont pu passer à côté d'une explication aussi simple ? Si le chômage monte, c'est parce que les Français font trop d'enfants !

Selon François Lenglet, journaliste économique de France 2, c'est parce que la croissance économique serait trop faible par rapport à la croissance démographique que la situation économique se dégraderait (voir ici : http://www.francetvinfo.fr/economie/croissance/video-l-evolution-de-la-croissance-francaise_809795.html).

Dans un direct sur le plateau du Journal Télévisé de 20 heures, ce mercredi 28 janvier, le journaliste excuse complètement l'économie, les politiques des entreprises et celles des gouvernements successifs dans la hausse continue du chômage ces dernières années.

Selon lui, il faut regarder la richesse nationale comme un gateau. Ce gateau grossit au rythme de la croissance économique, celle du PIB (Produit Intérieur Brut). Or, la croissance est faible donc le gateau ne grossit pas vite, au contraire de la démographie française. Conclusion : un gateau à partager avec plus de monde, cela fait des parts plus petites. CQFD !

En écoutant ce reportage, j'étais stupéfait devant tant de bétise !

Exit la crise capitaliste mondiale ! Exit les délocalisations, les importations à bas coup ! Exit les bas salaires et l'austérité qui freinent la consommation ! Exit la concentration des richesses dans les mains des actionnaires !...

Tout repose donc sur une natalité trop importante ?

Déjà, parlons chiffres.

La croissance française s'est élevée à 0,4 % en 2014 pour une croissance démographique de 275 000 habitants soit + 0,41 %  en une année.

Avec deux chiffres identiques, on peut dire que le gateau français a grandi autant que la population nationale. Les parts ne se sont pas réduites ! Pourtant le chômage continue à monter !

D'ailleurs, l'Allemagne connait un grave problème de renouvellement des générations, cela entraine un vieillissement de la population qui inquiète largement les économistes et les politiques outre-Rhin. A croire M. Lenglet, moins de bébés et moins de jeunes, cela devrait favoriser l'emploi ?

L'analyse simpliste de France 2, en mettant de côté les facteurs économiques du chômage, disculpe complètement les responsabilités d'un système économique poussé aux limites de sa logique.

France 2 omet complètement quelques vérités, comme l'augmentation chaque année du nombre de millionnaires en France, preuve que certains voient leur part du gateau augmenter bien trop vite. Ils sont aujourd'hui 2,44 millions tout de même !

Par ailleurs, la part moyenne du gateau français se situe à 314 000 dollars selon le Crédit suisse, soit la 6ème place mondiale. 314 000 dollars, c'est plus de 370 000 euros par ménage ! Une moyenne déjà importante et qui cache de fortes disparités comme on le voit avec un nombre réduit de millionnaires en France.

François Lenglet va même plus loin en expliquant qu'il faudra s'habituer à une croissance nulle à l'avenir ! En clair : "serrez-vous la ceinture ! L'avenir est sombre !".

En diffusant ce genre de reportages erronés, France 2 contribue à détourner le débat politique des vraies questions, celles autour des moteurs de la création de richesses et celles qui concernent la répartition inégalitaire de ces richesses en France. France 2 contribue également à imposer l'idée d'une fatalité dans cette situation au travers d'une croissance que l'on ne reverrait jamais, selon son journaliste.

Bien au contraire, comme l'a prouvé Syriza dimanche dernier, le destin n'est pas joué si les peuples se réveillent !

Notre pays, sixième pays le plus riche au monde, a des ressources et de l'avenir à condition que s'achèvent ces politiques libérales qui bradent notre économie aux marchés financiers et qui imposent de l'austérité au peuple pour que s'enrichissent une minorité de gros actionnaires et de spéculateurs.

La natalité et la démographie française ne sont en rien responsables de la hausse du chômage !

Le coût du capital qui ponctionne les richesses produites par les salariés français au profit des marchés financiers est à remettre en cause si l'on souhaite que reviennent les investissements productifs et les emplois.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 11:24

Avec 36,34 % à Syriza et 5,47 % au KKE, les Grecs ont clairement exprimé leur volonté de rupture avec les politiques d'austérité et la soumission à l'Europe libérale.

On peut effectivement parler de claque.

C'est d'abord une claque à la classe politique grecque, aux deux partis ultra-dominant depuis les années 70, la droite de Nouvelle Démocratie (ND) et la social-démocratie du PASOK. Ces deux forces connaissent des revers importants, la ND à 27,81 % (- 2,42 % sur juin 2012) et le PASOK à 4,68 % (- 7,60 %). On est loin des 40 % que pesaient ces deux partis il y a encore 10 ans !

C'est ensuite et principalement une claque au libéralisme et à l'austérité imposés à ce petit pays depuis la grande crise capitaliste des années 2008/2009 !

Même si nos médias et nos chefs de gouvernements tentent d'accabler le peuple grec, lui attribuant la responsabilité de la dette qu'il est sommé de rembourser, la réalité c'est que ce sont les banques et les gouvernements successifs qui ont profité des années de croissance pour dilapider les richesses du pays. C'est ce qui explique l'effondrement des deux forces politiques qui se sont succédées au pouvoir durant trente ans, en Grèce comme ailleurs, la droite et la sociale-démocratie.

La France connait le même sort : Nicolas Sarkozy n'a t-il pas alourdit la dette de la France de 600 milliards d'euros rien que renflouer les banques françaises, engluées dans leurs spéculations hasardeuses ?

En votant Syriza et KKE, le peuple grec à signifier son renvoi à la classe politique grecque, celle qui s'est soumise à Bruxelles et aux banquiers européens (BCE) et mondiaux (FMI).

Le peuple grec à signifier du même coup sa volonté de rompre avec des politiques d'austérité extrêmement dure qui ont enfoncé une grande partie de ce peuple dans la misère et le chômage.

C'est bien sa volonté de rompre avec l'austérité et de refuser de payer la dette grecque actuelle qui ont permis à Syriza de s'imposer lors de ces élections.

Les premières mesures, en faveur de hausse des pensions de retraite et d'arrêt des processus de privatisation de deux entreprises majeures de ce pays (l'électricité publique et le Port du Pirée) vont en ce sens.

Certains, à commencer par les communistes du KKE, considèrent le programme de Syriza irréaliste car ne rompant pas avec l'Europe. L'Histoire montrera ce qu'il en est.

En tout cas, c'est la première fois en Europe qu'un peuple reprend son destin en main face au discours dominant qui lui imposait jusque là des politiques et des dirigeants au service de la finance mondiale et de la haute bourgeoisie nationale.

Ce succès flagrant ne souffre aucune contestation des commentateurs politiques en France.

Cela a amené certains à tenter une récupération politique digne du retournement de veste le plus brutal : c'est le cas du PS et du FN.

Au PS, nombre de responsables sont venus exprimer leur "joie" devant ce résultat grec, se félicitant, à l'image de Bruno Leroux, que "la France ne sera plus seule à vouloir réorienter l'Europe désormais". Quelle farce !

Les copains grecs du PS ont connu un effondrement brutal en quelques années, passant de 44 % à moins de 5 % désormais à cause de leur alignement sur Bruxelles et des politiques antisociales qu'ils ont appliqués dès 2009-2010.

Si au moins le PS français menait une politique différente du PASOK grec ? Mais non. Le PS français est lui aussi aligné sur Bruxelles, sur le libéralisme économique et sur l'application stricte de l'austérité en France.

Rien à voir avec Syriza !

De son côté, autant par opportunisme politique que pour ne veut subir la même trajectoire que l'extrême-droite grecque, Marine Le Pen et le FN tentent eux aussi de se faire passer pour des partenaires de Syriza.

En Grèce, le peuple lui a fini par rejeter l'extrême-droite, d'abord représentée pr le LA.OS il y a cinq ans, par les néo-nazis d'Aube dorée aujourd'hui. Après  une poussée électorale importante, l'extrême droite subit un effondrement brutal car les électeurs comprennent que ce courant idéologique n'est pas une alternative au système mais son allié radical.

Pour surfer sur les élections grecques, Marine Le Pen tente de récupérer Syriza, faisant du combat de la gauche radicale grecque contre l'austérité et l'Europe, un point d'accord avec le FN.

Quel retournement de veste alors que le FN appelait à sortir la Grèce de l'Europe il y a encore quelques temps !

La réalité est bien plus simple : Syriza fait partie du Parti de la Gauche Européenne auquel appartient le Parti Communiste Français et que préside son secrétaire national, Pierre Laurent. Au niveau du parlement européen, nos eurodéputés siègent ensemble dans le même groupe, celui de la Gauche Unitaire Européenne.

Il n'est qu'à souhaiter que le peuple français prenne exemple sur le peuple grec et, qu'après le rejet massif des partis de l'austérité que nous connaissons actuellement, il se tourne vers la gauche radicale, celle qui refuse catégoriquement l'austérité, une gauche radicale qui s'ncarne aujourd'hui au travers du Front de Gauche et du Parti communiste.

Dès mars prochain, avec les élections départementales, les Français pourront choisir la voie de la sortie de crise en votant pour les candidats Front de Gauche, Andrée Oger et Serge Masson pour ce qui concerne le canton de Saint André.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 16:35

4 millions de Français ont manifesté contre la protection sociale après l'attentat anti-Charlie selon Bruno Le Maire.

Mieux qu'un sondage ou qu'une élection ! Bruno Le Maire semble savoir pourquoi tant de citoyens ont manifesté les jours qui ont suivi les attentats contre Charlie Hebdo, à Montrouge et à l'Hyper-Casher : les Français veulent plus de sécurité !

Curieusement, mes camarades et moi-même, comme beaucoup de citoyens que nous avons rencontré, nous manifestions pour exprimer notre solidarité avec les victimes des attentats et pour affirmer, haut et fort, que le terrorisme et la haine n'auraient pas le dernier mot en France.

Si certains ont applaudi les forces de l'ordre, cela signifie t-il que les manifestants voulaient que l'on se sépare de dizaines de milliers de fonctionnaires pour embaucher autant de policiers ? C'est ce que semble avoir compris le député de l'Eure !

Il faut croire que sa défaite à l'élection de vizir de l'UMP et son ralliement à Nicolas Sarkozy ont dû lui perturber le raisonnement !

Sur BFM TV ce week end, le voilà donc qui annonce que la sécurité est devenue la première priorité des Français et que, par conséquent, il va falloir en finir avec "l'état social" pour financer cette sécurité tant attendue.

Le rêve américain de Georges Bush sera t-il transposé en France par l'UMP ?

C'est en tout cas le projet sous tendu par les propos de Bruno Le Maire : plus de flics et moins pour la protection sociale des citoyens. Ce sont ses amis des assurances et du secteur de la finance qui doivent jubiler !

A aucun moment il ne remet en cause les politiques extérieures de la France qui mettent le pays entier en position difficile face à des peuples qui en ont marre que l'Occident leur impose sa version de la civilisation à coup de bombes sur la tête !

En une dizaine d'années, nos aventures guerrières au côté des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne auront mis plusieurs pays arabes à feu et à sang, favorisant le développement de mouvements djihadistes armés qui, aujourd'hui, veulent en découdre avec nous : Afghanistan, Iraq, Libye, Mali, Syrie,...

De Chirac à Hollande en passant par Sarkozy, c'est l'Union nationale pour aller renverser des régimes laïcs en armant et en formant des milices rebelles sous influence islamiste. La démocratie sert d'excuse à des règlements de compte au profit de quelques multinationales qui profitent ensuite des richesses de ces pays : le pétrole libyen et le pétrole syrien, aux mains de l'Etat Islamique, se vend par millions de barils tous les jours ! Qui l'achète ?

Et ici en France, Bruno Le Maire a t-il des propositions pour éviter que des jeunes, d'origine musulmane ou même chrétienne, ne finissent dans les griffes de prédicateurs radicaux qui les endoctrinent et les envoient se former au djihad en Syrie, au Yémen ou en Afghanistan ? Non.

Mettre des policiers tous les 3 mètres ne règlera pas les causes de la radicalisation religieuse d'une partie de notre jeunesse. Cette solution n'arrêtera même pas les attentats : malgré les moyens colossaux de la NSA et de la CIA, personne n'a pu empêcher les attentats du 11 septembre 2011 contre le World Trade Center !

Supprimer encore des fonctionnaires et des budgets sociaux ne fera qu'affaiblir un peu plus la présence quotidienne de l'Etat dans certains quartiers, dans beaucoup de villages. Cela ne fera qu'enfoncer un peu plus dans la misère des familles entiers, isolées dans des ghettos sociaux, qui deviendront un peu plus des zones où la délinquance ne sera pour beaucoup que la seule alternative au chômage et à la misère !

En mettant des policiers partout, la droite veut donner l'apparence de la fermeté et de l'initiative en faveur du droit et de l'ordre.

Elle cache ainsi les vraies causes d'une misère, sociale et culturelle, qui pousse certains vers la délinquance et le terrorisme : la crise du système économique capitaliste, engagé depuis trente ans dans une course effrénée à la concentration des richesses dans les mains cupides des gros actionnaires et des financiers.

Briser les ghettos sociaux en redonnant de l'espoir et du travail bien payé aux jeunes des quartiers, rompre avec les politiques étrangères d'affrontement au profit de politiques de coopération entre nations, voilà les deux seules voies qui permettront de stopper le cycle infernal de la violence qui prdomine actuellement !

Bruno Le Maire, en prônant la matraque plutôt que la solidarité, souffle sur les braises d'une haine sociale qui grandit sur le terreau de la ségrégation sociale. Suivre ses idées, c'est mener la France vers une société à l'américaine, où les très riches vivent dans des quartiers ultra sécurisés, loin des pauvres et des classes moyennes.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 14:54

Le parti s’est retrouvé isolé, ces derniers jours, marqué par les outrances 
de Jean-Marie Le Pen en pleine marche républicaine. Et cherche à rebondir

Effacer le 11 janvier 
de l’agenda FN
La séquence qui s’achève a été difficile pour le FN, comme à chaque fois que les Français se rassemblent, ça ne fait pas les affaires du Front national.

Après le maigre meeting devant ses troupes militantes à Beaucaire, loin d’un rassemblement républicain, le parti de Marine Le Pen tente de ne pas être largué par le vaste mouvement de ­dimanche. Sa présidente retenue ailleurs, le responsable parisien Wallerand de Saint-Just s’est contenté d’un dépôt de gerbe devant la préfecture de police, rendant ainsi hommage aux seules victimes policières. « Dans le fond, notre mise à l’écart est un hommage qui nous est rendu. Nos concitoyens auront l’occasion de manifester leur opinion dans les urnes », se contorsionne de son côté Jean-Marie Le Pen, dans sa posture antisystème habituelle.

Le ­président d’honneur du FN a passé son week-end à tenter d’exister, en programmant une conférence de presse annonçant sa candidature aux régionales en Paca, justement le jour où des millions de Français défilaient sans lui. Sur les réseaux sociaux, en pleine prise d’otages, vendredi, il publiait des affiches montrant sa fille Marine Le Pen avec le slogan : « Keep calm and vote Le Pen » (Restez calmes et votez Le Pen).

Instrumentaliser la peur de l’autre : du pur Le Pen

De quoi agacer le vice-président du Front national, Florian Philippot, qui a affirmé sans ambages, hier, que Jean-Marie Le Pen était « inoffensif pour tout le monde aujourd’hui ». « Tous ces gens marchent avec la pancarte “Je suis Charlie”, alors qu’en fait ce sont des ­charlots qui sont responsables de la décadence de la France », a encore déclaré, dimanche, le cofondateur du parti, Le Pen, qui dit : « Je ne suis pas Charlie » et « Je suis Charlie Martel », un slogan ­décliné désormais en sweat-shirt par la frange identitaire ? « C’est du Jean-Marie Le Pen, balaye Philippot. Ce n’est pas cela qui me choque. » Wallerand de Saint-Just lui-même voit, dans ces déclarations de Le Pen père, « encore une démonstration de ce que Jean-Marie Le Pen ne comprend pas bien la société française ­actuelle, très compassionnelle et médiatique. Cette espèce de jeu de mots peut choquer, donc moi, je ne le fais pas car je fais de la politique ». Simple compassion temporaire, veut croire Wallerand de Saint-Just. Car il lui était impossible de boycotter la journée – ce boycott serait de toute façon passé inaperçu.

Surfant sur le sentiment antimusulman à ­travers la dénonciation de l’islam radical, le parti n’a pas condamné les attaques visant ces derniers jours des mosquées. Tous les ingrédients, violence, peur de l’islam, sont réunis là, à portée de Marine Le Pen. Il lui reste juste à effacer un certain dimanche de son agenda.

http://www.humanite.fr/effacer-le-11-janvier-de-lagenda-fn-562390
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 10:40

A ceux qui veulent rendre neutre, insipide, "consensuelle", l'image de Charlie Hebdo, voici une interview de Charb, directeur de la publication de Charlie. Elle date du 7 juin dernier.

13_wolinski_classe_ouvriere.jpgAvec lui, d'autres membres de l'équipe étaient proches du parti communiste, à l'image d'un Wolinski qui avait réalisé une très belle affiche pour la Fête de l'Humanité (ci-dessus) ou de Tignous, qui collabora à l'Humanité Dimanche et à la revue "Révolution".

Charlie-Hebdo, poil-à-gratter du système, Charlie Hebdo qui vomissait les religions et l'extrême-droite, FN en tête, Charlie Hebdo est la tête de pont, le vaisseau amiral, la grande gueule de la liberté d'expression dans ce pays.

Et comme tout journal satyrique, ça faisait des fois rires jaunes ou pas rires du tout les coincés du cerveau, les fous de dieu de toutes les religions, les tenants de la défense de la race aryenne et autres paranoïaque de l'invasion immigrée.

Et même à gauche, même chez nous, l'humour iconoclaste de Charlie Hebdo nous laissait parfois dans le doute.

Charlie HEbdo reprend sa parution mercredi prochain.

Longue vie à Charlie Hebdo !

Puisse l'équipe de survivants emboîter le pas de ceux qui ont quitté involontairement le bateau et continuer à emmerder la bienpensance et les bonnes manières de la dictature molle que nous subissons actuellement !

Solidaire

 

 

 


CHARB, le dessinateur et directeur de la publication de Charlie Hebdo était l'invité, le 7 juin 2014, de la fête de l'Humanité, aux Argoulets, où il était venu débattre sur le Front national. Interview

 

Charlie Hebdo/CHARB : « j'ai quasiment toujours voté communiste »
Qu'est-ce qui vous amène à la fête de l'Humanité à Toulouse ?

J'ai une vraie proximité avec l'Humanité, d'abord parce que je dessine depuis longtemps déjà dans l'édition du dimanche et aussi en semaine, en plus de Charlie Hebdo. Je suis proche des idées défendues ici et je connais bien Roselyne de la librairie de La Renaissance qui fait un boulot formidable. J'ai répondu avec plaisir à l'invitation pour débattre notamment sur le Front national.

Le communisme est-il encore une idée neuve ?

Oui, bien sûr, je rêve de l'Union soviétique de l'Union européenne. Pas sur le modèle qui a fait faillite à l'Est, évidemment. Mais je crois que le communisme est une solution à la crise. J'en vois pas d'autres. Je manque peut-être d'imagination, mais j'ai quasiment toujours voté communiste. J'ai juste failli prendre ma carte au Parti socialiste quand j'étais au lycée. Il faut dire que dans ma famille, on était plutôt PS.

Charlie Hebdo s'est beaucoup investi dans le débat sur les caricatures de Mahomet, comment analysez-vous le phénomène jihadiste prégnant à Toulouse ?

Personne ne conteste le phénomène de ces jeunes qui partent pour le Jihad, c'est une réalité et il y a un vrai danger. Mais je crois que le risque est surévalué et qu'ils ne sont pas si nombreux. On fait beaucoup plus de bruit autour de ce risque-là que sur le nombre de tués à la Kalachnikov, à Marseille. Il ne faut pas avoir peur plus que de raison. Il faut faire attention à l'aspect médiatique, car à force de raconter qu'ils sont puissants, ils vont finir par l'être. Les médias peuvent conforter le phénomène et renforcer dans leur détermination des individus qui sont d'abord isolés. Heureusement, pour une fois on ne fait pas l'amalgame entre ces jihadistes et les musulmans.

Comment voyez-vous l'avenir de la presse, notamment satirique ?

C'est catastrophique. La crise s'est rajoutée aux problèmes qui existaient déjà avant. Je ne vois pas comment la presse papier peut s'en sortir, d'autant que la situation du réseau de distribution se dégrade très vite. Paradoxalement, à Charlie Hebdo et dans la presse satirique en général, on est plus protégés, parce qu'on est sur une niche où il y a peu de concurrence. Mais on vit difficilement, on a pas de réserve. On va proposer une formule sur le net, mais ça ne compensera pas la baisse du papier.

Un message pour cette fête ?

Oui, un message d'espoir. Je veux dire aux gens que la contestation la colère, les critiques contre les élites sont légitimes. Le problème, c'est quand ils votent FN au lieu de voter PC. Ce que je ne comprends pas, c'est qu'on a le droit de critiquer l'idéologie et les politiques du FN, mais pas les électeurs. Ils souffrent sans doute, sont malheureux, d'accord, mais pour moi, ce sont des salauds. La spécificité du vote FN, c'est que c'est d'abord un vote raciste anti-immigrés. Sinon, ils voteraient à gauche...

La Dépêche du Midi - le 7 juin 2014
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 10:09

L'effarement et le dégoût, ce sont les deux sentiments qu'ont ressenti beaucoup d'entre nous à la nouvelle de l'attentat qui a visé le journal satitique Charlie-Hebdo hier.

Le coeur a parlé hier et des dizaines de milliers de citoyens se sont quasiment spontanément rassemblé partout en France pour exprimer leur solidarité envers les vitimes et dénoncer le terrorisme.

Nous étions plusieurs communistes du secteur de Saint André hier soir parmi les 300 participants au rassemblement organisé devant la mairie d'Evreux. Une mobilisation qui a surpris tout le monde mais qui fait chaud au coeur.

Non la France n'est pas abattu ! Non le terrorisme ne nous empêchera pas de penser et de parler !

Vaincre le terrorisme, c'est certes arrêter les coupables et leurs soutiens, mais c'est aussi mettre en échec la peur, la "terreur" que tentent d'instiller ces sinistres personnages dans nos esprits.

Le terrorisme tente de briser la démocratie, de pousser les Etats vers des régimes policiers, de briser les liens sociaux en dressant des murs entre communautés au travers de la peur, du rejet.

Nous devons faire échouer également les peurs que tente d'imposer le terrorisme et, au contraire, montrer à la face du monde notre cohésion, notre solidarité nationale.

L'extrêmisme basé sur la haine et la peur ou sur la religion mène toujours au drame, à la dictature et aux massacres de masse. Il s'appelle Fascisme ou nazisme en Occident, djihadisme en terres d'Islam, épuration ethnique ou colonisation.

Le meilleur moyen de rendre hommage aux victimes de Charlie et de refuser le terrorisme, c'est de continuer notre mode de vie, et de regarder l'autre, l'étranger, avec fraternité.

Repost 0
Published by Solidarité - dans En France
commenter cet article
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 13:15

Syriza. Ce nom fait l'actualité.

La Grèce se retrouve à nouveau appelée aux urnes le 25 janvier prochain.

Dans l'incapacité de se trouver un président, le Parlement grec a été dissous. La faute à Syriza disent en coeur nos commentateurs officiels des médias officiels.

Syriza, rappelez-vous ! C'est la coalition grecque de forces de la gauche radicale. Une sorte de Front de Gauche avec moins de communistes. Le Parti communiste grec (KKE) refuse en effet de s'allier à Syriza. On y reviendra.

En fait, ce n'est pas Syriza qui pose problème à l'Europe. C'est le peuple grec !

Depuis l'éclatement de la crise capitaliste, en 2008, avec l'effondrement de la bulle spéculative immobilière, le monde s'est rendu compte de la fragilité du château de carte économique construit par les banques et les bourses pour enrichir au maximum les spéculteurs financiers. Hedge Funds, crédits toxiques,... des termes apparus par les médias, causées par le secteur financier et payées par les contribuables, les peuples.

En effet, depuis la crise de 2008 et les menaces d'effondrement du système bancaire mondial, c'est à un tour de vis généralisé sur les politiques sociales et les salaires auquel on a assisté partout en Europe !

Les grands médias et les grands décideurs économiques et politiques ont réussi à nous faire oublier que cette crise que l'on nous demande de payer à coup "d'efforts", c'est le capitalisme lui-même qui en est la cause !

Le peuple grec, vivant dans un pays sans grandes ressources autres que le tourisme, a pris la crise plein fouet et c'est le peuple grec qui éponge depuis.

Pour éviter de trop mouiller les décideurs économiques grecs dans la purge qu'a connu le pays, l'Europe a mi en place un système de gouvernement extérieur, étranger, avec le FMI et la Banque Mondiale. Une façon pour les grands patrons grecs, les armateurs, et certains politiciens de se dédouaner sur l'Europe.

Mais le peuple grec en a marre. Il a compris depuis bien longtemps qu'il n'est ni responsable de la crise ni même de la dette du pays !

En 6 ans de purges, c'est le peuple grec qui a laminé électoralement les deux grandes forces politiques du pays, la "gauche" socialiste (PASOK) et la droite (Nouvelle Démocratie). De 80 % à elles deux, ces forces repésentent aujourd'hui à peine 30 % de l'électorat. Un désaveu majoritaire et clair.

Le système a bien tenté de valoriser d'autres forces, quitte à réveiller les démons du passé, avec l'extrême-droite néo-nazie de Aube Dorée. Cette technique est utilisée partout, en France y compris.

Aube dorée stagne électoralement, entre 5 et 6 %.

Les autres forces du système ont du mal à remonter la pente. La droite peine à atteindre les 25 % d'intentions de vote et le PASOK traine dans les profondeurs avec 3 à 6 % d'intention de vote maximum !

Les grecs se sont tournés vers la gauche, notamment la gauche radicale.

Si le PC grec (KKE) reste constant autour des 5 à 8 % d'intentions de vote, Syriza capitaliserait 27 à 30 % des voix, devenant la première force parlementaire.

Malgré ce vote, il sera difficile de monter une majorité stable pour la gauche radicale grecque. Le jeu des alliances risque d'atténuer la radicalité du message de Syriza.

Mais, côté message, Syriza n'est pas l'épouvantail que l'on nous présente à longueur d'antenne en France !

Seul le KKE veut sortir de l'Euro et de l'Europe. C'est le point de rupture entre communistes et gauche radicale : peut-on faire autrement en restant en Europe ?

Syriza le croit et veut, notamment, renégocier la dette.

Il est amusant de voir comment l'extrême-droite française, proche d'Aube Dorée au parlement de Bruxelles, joue auprès des Français la carte Syriza avec la complaisance des médias.

Si la volonté de brouiller politiquement les pistes sur son positionnement de droite dure existe, le FN cherche avant tout à récupérer l'image de vilain trublion de l'Europe de la gauche radicale grecque. C'est son fonds de commerce actuel.

Sauf que Syriza, au niveau politique, est membre du Parti de la Gauche Européenne, présidé par Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, et est membre du même groupe de parlementaires européens que les députés Front de Gauche !

L'équivalent de Syriza, en France, ce serait donc clairement le Front de Gauche !

Les médias le savent. Le FN aussi.

En tentant de diaboliser en France la gauche radicale grecque et en cherchant à brouiller son positionnement politique, les forces au service du capital en France, médias et partis politiques, FN compris, veulent une nouvelle fois cacher aux électeurs français qu'il existe une alternative aux politiques libérales ou national-conservatrices.

La voie prise par le peuple grec, au travers de Syriza, ressemble à celles prises par les peuples sud-américains qui ont cherché avant lui à récupérer le contrôle de leurs destins, de leurs richesses nationales.

L'Histoire dira où mènera l'expérience grecque. En tout cas, elle ne mènera nullement au chaos et ancore moins vers un pouvoir autoritaire de droite, à l'image de tout régime d'extrême-droite.

Si les Français doivent retenir quelque chose des événements en cours en Grèce, c'est qu'ils ont la force et le nombre capable de changer l'Histoire, de renverser les idéologies du fatalisme et de l'austérité, pour aider à l'émergence de forces nouvelles, porteuses de rupture avec les dogmes libéraux et la soumission au monde de la finance.

Comme en Grèce avec SYRIZA, les Français peuvent dire stop à l'austérité et aux reculs sociaux en choisissant le Parti communiste et le Front de Gauche, partenaires au niveau européen de Syriza.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 09:20

Bonjour à tous,

Je suis très heureuse de vous présenter mes vœux pour l’année 2015 qui commence, vœux traditionnels de santé, de bonheur et de réussite.

 J’ai cherché ce que je pouvais vous souhaiter de plus original et, avec un brin de malice, j’ai eu envie de vous souhaiter de bien profiter d’un petit week- end dans un bel hôtel parisien  à… 25 000€  la nuit !  

 Je dis bien  25 000€ ! c’est ce que la plupart d’entre nous gagne en 1 an et demi voire 2 ans. Une somme pareille dépensée pour une seule nuitée. On croit rêver !

Comme j’étais quand même un peu étonnée devant ce chiffre incroyable, j’ai regardé les offres de cadeaux pour noël et j’ai trouvé :

 

  • une robe de grand couturier pour 75 000 euros,

  • une vareuse d’homme avec des boutons en or massif pour 60 000 €

  • ou encore un vélo plaqué or pour les plus sportifs d’entre vous !

Je m’arrête là mais je me dis que, quand même, il y a des gens immensément riches qui peuvent s’offrir tout cela et le reste alors que, dans le même temps, dans la rue,  5 personnes meurent de froid faute de toit, dans notre pays.

Qu’il y ait des gens riches , même très riches ne me gênerait pas… si, à coté, il y avait simplement du travail pour tout le monde, et un travail avec un  salaire convenable, permettant de vivre dignement, c’est à dire de pouvoir de loger, se chauffer, se soigner, se cultiver. Vivre quoi !

Je sais que ce n’est pas le cas et nous avons tous, dans nos familles, un jeune à le recherche d’un vrai emploi qui ne peut se loger convenablement, une personne qui retarde la visite chez son médecin parce qu’elle ne peut avancer l’argent de la consultation, une autre plus ou moins  âgée qui ne change pas ses lunettes  faute de moyens et on connaît tous quelqu’un qui n’ose avouer qu’il se passe d’appareil auditif pour des raisons financières.

Au cours de mes permanences je rencontre tous ces gens là et j’ai honte pour mon pays de voir s’y côtoyer tant de richesses et tant de misères.

Tant bien que mal nous essayons, nous les gens de terrain, de remédier à cela mais nous n’avons pas le pouvoir de mieux répartir les richesses qui sont le fruit du travail, de notre travail.

Alors les mairies et leurs CCAS apportent avec discrétion des aides aux familles les plus en difficultés. Les associations comme les restos du cœur ou le secours catholique fournissent de la nourriture. Et chaque année le nombre des demandeurs est en augmentation.

Ce n’est pourtant pas facile d’aller demander de quoi se nourrir. Tout le monde a sa dignité Je le sais car quand je le propose à certains, ils me répondent «  ah non je n’irai pas mendier. » je leur parle alors non pas de mendicité mais de solidarité.

Le département remplit aussi sa mission en matière d’aide sociale. Il est d’ailleurs le chef de file de l’aide sociale et celui de l’Eure entend jouer un rôle moteur dans ce domaine comme dans d’autres. Pour cela il faut des moyens même si l’état réduit considérablement ses dotations financières.

Nous avons donc géré avec rigueur. Nous avons même demandé à être notés par les agences de notation, celles qui notent les gouvernements. Elles nous ont classé parmi les 3 départements les mieux gérés de France.

Je le dis avec modestie, j'en suis fière car je suis responsable au titre de l'aide aux personnes âgées et aux personnes présentant un handicap, de quelques 160 millions d'euros.

Cette bonne gestion nous permet, sans augmentation d’impôts, d’augmenter le budget d’aide sociale pour répondre aux besoins grandissants (il y a presque 13 000 RSA) et, pour 2015 nous avons pu maintenir l’aide aux communes et même légèrement augmenter le niveau de nos investissements.

Grâce à l’aide à domicile en direction des personnes dépendantes que nous organisons et que nous payons pour une grande part, des emplois ont été créés.

Nous entendons continuer aussi de jouer notre rôle dans le domaine économique.

Et ceci pour plusieurs raisons : d'abord pour répondre aux besoins de la population : écoles, restaurants scolaires, salles d'activités, voirie, etc. Tout cela est indispensable.

Deuxième raison d’investir,  préparer l’avenir et j’illustre mon propos en rappelant que le Conseil Général de l’Eure, en liaison avec les communautés de communes qui le souhaitent, est en train de réaliser la pose de la fibre optique pour que toutes les communes puissent avoir le très haut débit internet. Cela est indispensable si on veut que des entreprises se créent chez nous et que nous soyons prêts pour un éventuel redémarrage de notre économie.

Mais j’aurais pu citer comme autres investissements indispensables : les constructions de collèges qui se succèdent depuis quelques années dans ce département pour rattraper un retard certain dans ce domaine. Après avoir restructuré le collège d’Ezy, nous travaillons sur l’agrandissement du collège de Saint André.  L’éducation, ça c’est l’avenir.

Troisième raison encore le maintien de l’emploi, autant que faire se peut. J’étais, l’autre semaine à la cérémonie des vœux chez Eurovia, une des grosses entreprises de notre canton. Et je puis vous assurer que la direction tout comme le personnel sont attentifs aux budgets des collectivités locales  et du Conseil Général en particulier. Nous pesons lourd dans l’économie et contribuons à maintenir des emplois non délocalisables dans des domaines très variés comme la voirie, la construction ou  la fibre optique.

Alors, pour vous,  pas de nuitées à 25 000€, pas de robes à 70 000€, pas de vélo plaqué or, mais une vie quotidienne moins difficile pour tous avec l’assurance d’un avenir serein en particulier pour nos jeunes.

Voilà ce que je voulais rappeler en formant des voeux bien sincères pour que l'année 2015 soit une année de réussite et de bonheur et voit renaître l'espoir d'un avenir meilleur.

Repost 0
Published by Solidaire - dans Autour du canton
commenter cet article
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 01:40

Tous nos vœux de santé et de bonheur à vous et à vos proches !

Puisse 2015 marquer le retour d'une gauche offensive en France, capable d'impulser le changement de politique auquel aspirent tant de nos compatriotes !

Les élections départementales, en mars, et les élections régionales, à l'automne, permettront de mesurer la capacité de réaction des électeurs. Les luttes, sociales et politiques, celles des travailleurs en général.

Encore une fois, bonne année à tous de la part d'Andrée OGER et des communistes de Saint André et de son canton !

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le département
commenter cet article