Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • Andrée OGER, conseillère départementale communiste de Saint André de l'Eure
  • : Andrée OGER est maire honoraire de Croth, conseillère départementale de Saint André de l'Eure et chevalier de la Légion d'Honneur.
  • Contact

Rendez-vous

Fête de l'Huma 2016

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 septembre
Parc du Bourget
3 jours : 35 €
    

   ------------------------------ 

 

Salaires et pensions à la traîne, prix et loyers en hausse, profits et actionnaires qui explosent...

 

Front Uni 

contre la vie chère !

   

Campagne de pétition lancée par le PCF

pour exiger de meilleurs salaires, une hausse des minimas sociaux,

 pour exiger des baisses de TVA, un blocage des prix et des loyers

pour taxer les profits et le grandes fortunes
  

Demandez la pétition !

Signez la en ligne sur le site de la Fédération euroise du PCF : www.27.pcf.fr !

Participez au rassemblement devant Bercy (ministère des finances), vendredi 3 juin à 15 h !

Campagne contre la vie chère - affiche PCF 2011
------------------------------------------------
Contre la privatisation de La Poste !

Les communistes adhèrent au Comité Départemental de Défense de La Poste
(cliquez sur l'image !)  


- - - - - - - - - - - - - -

 
 
------------------------------------------------
CRISE : que proposent les communistes ?







 

"Sarkozy a été élu par des pauvres qui se lèvent tôt pour aller faire la fête avec des riches qui se couchent tard".
-------------------------------------------
 Des idées, des vidéos, des sondages sur le site www.sortirdelacrise.tv 
 
-------------------------------------------------
ADN-r--sistance.jpg


 

 














 


ensemble-2.jpg
 

Recherche

Texte libre

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB. 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

 

-------------------------

 

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste.
La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique »

 

Karl MARX 

 

-------------------------

Nouvelles permanences d'Andrée OGER :

 

 

 

Vous pouvez prendre rendez-vous avec Andrée OGER en contactant son secrétariat au 02.32.31.96.25

 

- Mairie de Saint André : les lundis de 17 h à 19 h

- Salle des Fêtes d'Ezy-sur-Eure: les vendredis de 17 h à 19 h

 

-------------------------------------------------------

Dernier tract des communistes
du sud de l'Eure

 (cliquer sur l'image)

 

  Tract St André Septembre 2013 - Recto

 Tract St André Septembre 2013 - Verso

 

 

 ----------------------------------------------------

----------------------------------------

Nouille2.jpeg


----------------------------------------------



 

 

1)

  

 

1)      

         

 

Ebuzzing - Top des blogs - Société

9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 08:59

C’est Carla del Ponte, membre de la Commission d'enquête de l'ONU sur les violations des droits de l'homme en Syrie, qui l’affirme. Elle se base sur un faisceau de témoignages recueillis qui lui semblent probant, même si elle concède ne pas disposer de preuve formelle 

Syrie : Les rebelles, soutenues par la CIA, les islamistes, l'UE, Laurent Fabius, le PS, auraient utilisés du gaz sarin"Selon les témoignages que nous avons recueillis, les rebelles ont utilisé des armes chimiques, faisant usage de gaz sarin", a déclaré formellement Carla del Ponte, dans une interview à la radio suisse italienne dans la nuit de dimanche à lundi. "Nos enquêtes devront encore être approfondies, vérifiées et confirmées à travers de nouveaux témoignages, mais selon ce que nous avons pu établir jusqu'à présent, pour le moment ce sont les opposants au régime qui ont utilisé le gaz sarin".
Carla del Ponte, qui est également l'ancien procureur du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY). Elle a expliqué que les recherches de la Commission d'enquête de l'ONU, qui doit présenter ses observations aux prochaines sessions du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU en juin, étaient loin d'être terminées. Elle a par ailleurs précisé que les enquêtes en cours pourraient aussi établir si le gouvernement de Bachar al-Assad a aussi utilisé ou non ce genre d'armes chimiques.
Elle ne précise pas non plus quel groupe de rebelles aurait utilisé cette arme interdite. Ni qui en seraient les victimes. Les opposants à Assad sont profondément divisés. La démission d’Ahmed Moaz Al Khatib en est le plus récent signe. Le Front al-Nosra a fait allégeance à al-Qaida et gagne en puissance avec l’afflux de djihadistes étrangers, et ne reconnait pas l’agglomérat hétéroclite de l’Armée Syrienne Libre. En fond également, la lutte d’influence entre le Qatar et l’Arabie saoudite pour le contrôle du CNS et de certains groupes armés.
Le flou des armes chimiques
A en croire les déclarations d’Obama ces derniers jours, Assad aurait également utilisé du gaz sarin contre l’opposition. Si le régime en a des stocks, leur utilisation est contestée, notamment en Turquie. Selon le GlobalPost, des médecins turcs auraient ainsi pratiqué des analyses de sang sur 13 supposées victimes d'arme chimique n’ont pas trouvé de trace de gaz sarin. Ces Syriens ont été tués dans le village de Saraqeb le 29 avril dernier, il y aurait eu de la « poudre blanche » lors de l’attaque. Des témoignages indiquaient que ces personnes avaient été victimes de vomissements et de difficultés respiratoires avant de succomber.
L'OTAN va t-elle bombarder les rebelles ?
On se souvient des violentes déclarations de Geoges Walker Obama et des dirigeants français contre le gouvernement syrien en cas d'utilisation de gaz contre ses opposants.
Maintenant que l'ONU fait la démonstration que ce sont, au contraire, nos amis rebelles et islamistes, qui utilisent des gaz de combat, va t-on voir l'OTAN, les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne intervenir contre les rebelles ?
Et bien non !
Intervention israélienne ? Sous quel mandat ?
D'ailleurs, l'intervention aérienne de l'armée israélienne contre des installations de recherche syriennes n'a pas pu se faire sans le feu vert de Washnigton et l'accord tacite des européens !
300 personnes sont mortes, dont une trentaine de militaires et le reste de civils, dans un bombardement en zone urbaine d'une armée contre un pays voisin alors qu'il n'y a pas de conflit armé entre eux et qu'il n'y a aucun mandat de l'ONU qui autorise Israël à bombarder Damas !
N'est-on pas intervenu en Iraq pour moins que ça ?
Décidément, chaque jour qui passe démontre que la guerre qui défigure chaque jour la Syrie est bien une guerre organisée et soutenue de l'étranger contre un gouvernement syrien, largement criticable peut-être, mais qui a surtout le défaut de déplaire aux Etats-Unis et à Israël, pour son exigence de voir appliquées les résolutions de l'ONU sur la Palestine et le Golan, et aux monarchies islamistes du Golfe pour son attachement à la laïcité.
Après l'Iraq et la Libye, la Syrie est victime de sa position non alignée, c'est-à-dire indépendante des Etats-Unis.
La France doit arrêter de soutenir une rébellion en Syrie dont on sait désormais qu'elle est sous contrôle étranger, qu'elle prône un djihad qui nous explose déjà à la figure au Mali, et qui utilise des gaz de combats.
Nota :
Le sarin est un puissant gaz neurotoxique découvert à la veille de la Seconde Guerre mondiale en Allemagne et utilisé dans le métro de Tokyo en 1995. Outre son inhalation, le simple contact avec la peau de ce gaz bloque la transmission de l'influx nerveux et entraîne la mort par arrêt cardio-respiratoire. La dose létale est d'un demi-milligramme pour un adulte. Il est inodore et invisible. Les victimes se plaignent d'abord de maux de tête violents et présentent des pupilles dilatées. Surviennent ensuite convulsions, arrêts respiratoires et coma précédant la mort. Il peut être utilisé en aérosol, notamment à partir de l'explosion de munitions mais peut également servir à empoisonner l'eau ou la nourriture.
http://www.humanite.fr/monde/syrie-des-rebelles-auraient-utilises-sur-gaz-sarin-537526
Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 10:49

Vendre des actions détenues par l'Etat dans d'anciens services publics va t-il renforcer la position de l'état dans ces entreprises ?

Il faut bien reconnaître une chose à se gouvernement : sa fidélité à ses engagements. Ceux en direction des marchés financiers.

Voilà désormais que Harlem Désir annonce que l'Etat va vendre une partie de ses actions dans le capital de plusieurs grosses entreprises, Renault et France télécom, notamment.

"Céder des actifs, ce n'est pas forcément privatiser. En l'occurrence, il n'y aura pas de privatisation" selon Harlem Désir ! Nous prend t-on pour des idiots ? Ces entreprises sont déjà privatisées ! L'Etat n'est plus aujourd'hui l'actionnaire majoritaire dans ces entreprises. Il ne détient par exemple que 15 % du capital de Renault. Suffisament pour avoir un droit de regard sur la gestion de l'entreprise... à condition d'y ouvrir sa gueule, évidemment ! Ce qui est loin d'être le cas, on le voit chez Renault et sa stratégie de suppressions d'emplois en france et de délocalisation au Maroc !

A moins que l'état n'agisse dans ces entreprises que comme un parasite actionnaire, uniquement intéressé par les dividendes qu'il touche de ses actions ?

Si l'on en croit Harlem Désir, la présence de l'Etat dans ces entreprises aurait un impact important. Il affirme ainsi : "Heureusement que l'Etat est là pour influer sur les choix d'investissement !"

En dehors du bémol que l'on peut mettre sur cette affirmation, comme le montre le cas de Renault, on se demande vraiment si les dirigeants socialistes sont à côté de la plaque ou s'ils nous croient vraiment idiots ? Car, si la présence de l'Etat au capital de ces entreprises à une importance, pourquoi la réduire ?...

Vendre des participations de l'Etat dans ces entreprises ne ferait qu'y affaiblir la parole de l'Etat !

On pourrait voir ça comme un point de vue libéral anti-état digne de l'UMP ou des Républicains nord-américains. Mais, harlement Désir justifie ce choix différemment. Pour lui, diminuer la présence de l'état dans ces grandes entreprises stratégiques, a pour objectif "d'utiliser la recette de la vente de parts dans certaines sociétés industrielles pour investir dans de grands plans d'avenir : le numérique, la transition écologique" !

Deux choses :

- à force de diminuer les recettes de l'Etat en multipliant les cadeaux fiscaux aux entreprises, le gouvernement est obligé de brader le patrimoine de la Nation auprès des spéculateurs pour faire rentrer des sous. Un peu comme une famille qui vendrait ses meubles ou une partie de sa toiture pour refaire les peintures ;

- si l'idée est d'investir dans le numérique, pourquoi se priver de France télécom ? Si l'idée est d'investir dans la transition énergétique, pourquoi abandonner Renault et le secteur automobile à l'heure où la fin des carburants fossiles est annoncée ?

Voilà donc un gouvernement qui s'affirme de gauche et qui a été élu en multipliant les menaces à l'encontre de la finance. Malheureusement, depuis, les mesures prises vont à l'inverse des promesses électorales et ne servent que les intérêts de la finance, du patronat et des plus riches.

Comment continuer à affirmer que l'on sert les intérêts de la Nation et du peuple quand on fait l'inverse ?

C'est l'exercice difficile auquel s'est adonné Harlem Désir : tenter de montrer que la vente de parts sociales de l'Etat dans des entreprises stratégiques est un bienfait pour notre économie et pour l'emploi quand il ne s'agit, au final, que d'un nouveau bradage des biens de la Nation pour financer, officiellement, des projets qui auraient pu l'être si l'on n'avait pas, à nouveau, donner des avantages fiscaux aux grandes entreprises.

Après l'exemple de "nationalisation départementale" qu'a été la papeterie M-real d'Alizay et alors que se multiplient les appels pour nationaliser Pétroplus ou Florange, le gouvernement socialiste fait le choix inverse, celui de privatiser un peu plus d'anciennes entreprises publiques.

La ligne politique entre droite et parti socialiste disparait chaque jour un peu plus et le fossé entre les travailleurs et les cadres socialistes, lui, s'agrandit sans fin.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 08:49

Quoi qu'en pense le militant UMP Manuel Valls, le Front de Gauche a réussi son pari en réunissant au delà des 100 000 manifestants attendus !

180 000 manifestants ont répondu à l'appel du Front de gauche et du Parti communiste ce dimanche à Paris. C'est beaucoup mieux que les 100 000 manifestants espérés !

180 000 manifestants et quelques centaines d'eurois, au moins 200, venus grâce aux 4 cars affrêtés par le PCF de l'Eure, par le train et en covoiturage.

Même si la Préfecture de Paris, comme d'habitude, bidonne les chiffres pour complaire à son ministre de tutelle, ce sont bien nos estimations qui sont les bonnes ! Le nombre de cars, les trains spéciaux, les billets groupés, le covoiturage, sans compter les manifestants venus par leurs propres moyens, les 30 000 manifestants annoncés par la Préfecture frisent le ridicule, comme sous l'ère Sarkozy !

Sous le soleil de mai, les manifestants présents arboraient essentiellement la couleur rouge, celle de la révolte et de l'espoir ! Rouge de colère contre un gouvernement socialiste qui prend le relai de la droite pour appliquer une austérité qui enfonce le peuple de France dans le chômage et la précarité, rouge de colère contre une majorité socialiste qui vote un Accord national interprofessionnel minoritaire et qui sape le Code du travail, rouge d'espoir avec une mobilisation populaire comme celle de ce 5 mai, rouge d'espoir avec la solidité des propositions du PCF et du Front de Gauche.

Le rouge, c'est aussi celui des drapeaux ! Ceux du PCF et de la Jeunesse Communiste, très majoritaires dans ce cortège. Mais aussi, évidemment, ceux du Front de Gauche et de ses partenaires, depuis le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, en passant par la Gauche Unitaire, le Parti Communiste des ouvriers de France ou la FASE.

Et, à côté de ce cortège Front de Gauche, NPA et Lutte Ouvrière, eux aussi présents pour dénoncer la politique gouvernementale et appeler à l'unité des travailleurs.

Oui, le rouge de la révolte et de l'espoir était présent. Il voisinait aussi le drapeau tricolore, celui de la Nation et du peuple de France, pour rappeler notre exigence d'une Sixième République qui offre aux travailleurs un cadre pour défendre leurs acquis sociaux, le droit au travail, à la Santé, à l'Education.

On est loin des campagnes haineuses et racistes du Front National, n'en déplaise à un Manuel Valls prêt à toutes les comparaisons pour se dédouaner de ses responsabilités et de celles de son gouvernement dans l'échec économique et politique de sa majorité !

Que le ministre de l'intérieur de François Hollande, ancien collègue d'un Cahuzac, se pose des questions sur la montée du Front National, lui qui est si prompt à chasser le Rrom mais beaucoup moins pressé d'attraper le patron voyou ou le fraudeur fiscal !

Même si cela ne plait pas chez certains partisans du social-libéralisme, il y a bien en France une gauche combative, une gauche qui ne renie pas ses engagements électoraux, une gauche qui refuse de plier devant les exigences du capital et de la finance !

Le PCF et le Front de Gauche ont réussi leur pari : mobiliser plus de 100 000 manifestants pour montrer, non seulement au gouvernement, mais aussi au peuple de France, qu'il existe une alternative à gauche, une alternative qui refuse l'austérité et qui veut redonner sa place au peuple.

Manif Bastille 5 mai 2013 - 6

Manif Bastille 5 mai 2013 - 3

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 08:50

Associé et gérant de Platinium Gestion, société spécialisée en gestion de portefeuilles boursiers, Olivier Delamarche est interviewer sur BFM Business. Autant dire qu'on est entre personnes qui connaissent bien et défendent le capitalisme.

L'interview que nous vous présentons est d'autant plus intéressante pour cela.

Quand un spécialiste et défenseur du système dénonce les manipulations d'infos autour des chiffres économiques, il devient plus évident que nos journalistes et nos pseudo-économistes attittrés des médias, ne font finalement que colporter de la propagande nécessaire pour faire croire que la crise s'amenuise.

Le "bout du tunnel" annoncé par Giscard en pleine crise pétrolière des années 70 est loin d'arriver ! En tout cas, pour les salariés et les retraités !


A voir et à entendre :

Olivier Delamarche : "Le Japon c'est mort, c'est cuit, c'est fini" ; "le chômage baisse aux Etats-Unis, c'est faux ! C'est archi-faux !".

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 09:24

Caricaturer des affiches et slogans de mai 68, du PCF ou de l'UNICEF va t-il changer quelque chose au rejet par les français des manifestations contre le mariage pour tous ?

Il y a d'évidence des choses plus graves en France que de pérorer sur le mariage pour tous. Certains font mine de ne pas le comprendre.

Alors que les politiques libérales parachèvent la destruction de notre tissu industriel, de notre système social et de notre Code du travail, c'est sur un sujet désormais dépassé que se concentrent les milieux les plus conservateurs et réactionnaires.

Le Parti socialiste et son candidat Hollande l'avait annoncé. Ils l'ont fait, pour une fois.

La loi autorisant le mariage pour tous, hétéro comme homosexuels, a été déposée au Parlement, longuement débattue, trop longuement, et votée majoritairement par les parlementaires, députés et sénateurs.

Annoncée, présentée et votée démocratiquement, voilà en résumé l'histoire de cette loi sur le mariage pour tous.

Fin des débats.

Le dernier sondage Ifop (pour le quotidien Métro) montre que cette loi est toujours soutenue par 53 % des personnes interrogées. L'idée est donc admise.

D'ailleurs, le même sondage indique que 67 % des français souhaitent que cessent les manifestations des opposants à cette loi... votée, rappelons-le !

La situation est donc claire : la loi a été annoncée pendant la campagne, votée par une majorité de parlementaires, au delà des rangs de la majorité socialiste-écologiste-radicale, et les français souhaitent que les opposants tournent la page.

Et pourtant, les organisateurs des manifestations anti-mariage pour tous entendent poursuivre leur mouvement. Avec quel objectif puisque, concrètement, il ne semble plus jouable de faire machine arrière ?

Certes, les opposants au mariage pour tous arrivent encore à mobiliser leurs troupes dans les beaux quartiers, entre familles catholiques traditionnalistes et militants politiques de la droite conservatrice (UMP, PCD) à la droite extrémiste (FN, Identitaires, GUD,...). Mais cela ne fait ni une majorité ni un mouvement social !

C'est que la plupart des français, ceux des milieux populaires, ouvriers, employés, fonctionnaires, se contrefichent du mariage pour tous ! Ce qui compte pour beaucoup de français, c'est de savoir s'ils auront encore un emploi demain, s'ils pourront payer leurs factures, financer les études de leurs enfants, avoir une retraite décente ?...

On ne comprend pas l'isolement intellectuel des néo-conservateurs autour de leur égérie médiatique, Frigide Barjot (la bien nommée !), et les dernières provocations en date de la part des animateurs de ce mouvement ?

Après le détournement de plusieurs slogans et affiches de Mai 68 vers des versions socialement et politiquement opposées, voilà qu'apparaissent des affiches détournant le matériel politique du PCF et les campagnes publiques de l'UNICEF, l'ONG des Nations-Unies en charge de l'enfance !

Rien de surprenant de la part des néoconservateurs puisqu'on avait déjà vu le Front National reprendre des slogans et des thèmes de gauche (sur la défense des retraites ou de l'emploi industriel, par exemple), histoire de semer la confusion dans les esprits.

La question qui revent encore une fois, c'est de savoir quel objectif poursuivent ces opposants au mariage pour tous ?

Puisque le sujet semble plié au Parlement et dans l'esprit des gens, il semble bien que les mouvements politiques qui se cachent derrière ce mouvement cherchent désormais à tirer des bénéfices politiques d'un état d'agitation sociale permanent. L'opposition à la loi devient la justification à une présence médiatique et politique permanente, entre coup médiatique pour certains, et volonté de destabiliser la République pour d'autres.

On se croirait au Vénézuéla, où la droite, battue légalement aux Présidentielles, entretient un climat d'agitation et de protestation permanent. La droite vénézuélienne, appuyée publiquement par les Etats-Unis, souhaite entrainer la chute du gouvernement légalement élu.

Certains éléments de l'extrême-droite française ne se cachent pas de vouloir faire la même chose ici. Espérons que la droite parlementaire française finisse par comprendre qu'elle joue avec le diable !

Ce qui est également regrettable, c'est que le gouvernement et la majorité socialiste ont fait de ce débat un emblème, un symbole, du quinquennat Hollande, au moment où la politique gouvernementale libérale est très majoritairement décriée par le peuple français, particulièrement dans l'électorat qui a mené cette majorité au pouvoir !

De fait, ce débat a monopoliser l'attention des français, via les médias, pendant que d'autres questions passaient au second plan, comme la signature de l'Accord National Interprofessionnel ou les nouvelles annonces de restrictions budgétaires. Avec Hollande et son gouvernement, ce sont bien des mesures économiques dans la continuité de celles prises sous Sarkozy qui se succèdent !

Finalement, tout ce brouhaha autour du mariage pour tous a des avantages pour beaucoup de monde : le gouvernement, qui peut appliquer des recettes économiques de droite sans que les médias n'en parlent, la droite et l'extrême-droite, qui font leur spectacle d'opposition de droite sans avoir à critiquer la politique économique du gouvernement, et le patronat, qui bénéficie des mesures gouvernementales en toute quiétude.

Mais, pour faire parler de lui, le mouvement d'opposition au mariage pour tous est désormais condamner à aller toujours plus loin dans la provocation face à une population qui souhaite passer à autre chose.

Les néo-conservateurs français ont fait leur choix en s'attaquant à ceux qui, en France, représentent les intérêts des travailleurs et qui sont les seuls à proposer une rupture avec les politiques libérales des trente dernières années : les communistes et le Front de Gauche. C'est la reconnaissance du vice à la vertu.

Pendant que la droite française mobilise contre les droits des homosexuels, la vraie gauche française mobilisera dimanche contre l'austérité et le libéralisme et en faveur d'une politique au service du peuple français et non de la finance.

Il y aura dimanche, ceux qui divisent les français sur des questions secondaires, la droite, et ceux qui rassemblent les français sur des questions essentielles, le PCF et le Front de Gauche.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 09:19

78 % des français seraient pour un gouvernement d'Union nationale selon un sondage publié par "Le Journal du Dimanche".

Pas moins de 78 % des sondés sont favorables à la formation d'un gouvernement d'union nationale issu des partis de gauche et de droite représentés au parlement dans ce sondage paru dimanche dernier. C'est à droite qu'on défend le plus cette idée selon ce sondage, très largement à l'UMP (89 %) mais aussi au FN (79 %).

Voilà un sondage qui ne correspond à rien et dont les résultats sont pour le moins suspects !

Faut-il rappeler qu'un gouvernement d'Union nationale n'existe que lorsque la survie de la Nation est en jeu, par exemple en période de guerre ? Poser la question aujourd'hui c'est supposé que nous sommes en guerre. En guerre contre qui ? Le sondage ne le dit pas.

Ce qui est amusant, c'est de voir les contradictions de ce sondage.

Ainsi, que 79 % des électeurs FN appellent de leur vœu un gouvernement qui réunirait l'UMP, les centristes, les écolos, le Parti socialiste et (soyons fous !) le Parti communiste, cela sonne mal ! En votant pour un parti qui passe son temps à jouer la vierge effarouchée contre un système politique qu'il juge corrompu, les électeurs frontistes feraient dans la schizophrénie en désirant voir tous les partis gouverner ensembles !...

Autre grande contradiction, l'intérêt même de ce gouvernement.

Puisque la France n'est pas directement menacée par une armée ennemi, on imagine que ce sondage visait l'idée d'un gouvernement d'union nationale face à la crise ?

Si c'est le cas, on aurait 80 % des français favorables à un gouvernement qu'ils sont seulement 50 % à estimer qu'il serait plus efficace pour combattre le chômage. Ils sont 49 % à appliquer le même raisonnement à la lutte contre la dette publique et les déficits et 45 % contre le pouvoir d'achat.

Bref ! 80 % des français seraient favorables à un gouvernement qu'ils jugent par avance majoritairement pas plus efficace sur les grandes questions économiques que les gouvernements de gauche ou de droite précédents ?

J'ose imaginer que dans l'esprit des sondés,il s'agissait surtout de déclarer leur ras-le-bol d'une classe politique qui tient des beaux discours en période électorale mais qui mène une politique qui tourne le dos aux aspirations populaires dès qu'elle accède au pouvoir.

Il y a possiblement aussi une certaine colère face à une opposition qui passe son temps à dénigrer ce que fait le gouvernement en place bien que ce soit dans la continuité de ce qu'elle faisait elle-même lorsqu'elle était au pouvoir.

Dans l'absolu, que donnerait un gouvernement d'Union nationale ?

Sans prendre de risques, je peux déjà vous dire que le Parti communiste tout comme le Front de gauche refuseraient de rentrer dans un gouvernement majoritairement contrôlé par le Parti socialiste et l'UMP, gouvernement qui se verrait alors renforcé des centristes (de droite), voire pire ! Du FN !

Ce gouvernement d'Union nationale rassemblerait donc des forces politiques qui mènent depuis des décennies des politiques qui vont toutes dans le même sens : intégration européenne, rigueur budgétaire, privatisations, réduction des avantages sociaux et des protections sociales des travailleurs, diminution des taxes et impôts sur les entreprises,...

En résumé, ce gouvernement d'Union nationale rassemblerait des forces qui appliquent depuis des décennies des politiques libérales et pro-européennes. De ce fait, ce gouvernement d'Union nationale mènerait logiquement des politiques libérales et pro-européennes ! CQFD !

La question posée par ce sondage est en réalité une fausse bonne question.

L'essentiel n'est pas de savoir si toutes les forces politiques doivent se rassembler au sein d'un même gouvernement mais bien de savoir si les politiques mises en œuvre depuis trentes ans apportent des solutions aux difficultés des français et à notre pays ou s'il existe des alternatives ?

Pour les communistes, bien entendu, avant de poser la question de savoir avec qui nous devons gouverner, il faut se demander quels choix politiques, quelles orientations vont être prises par le nouveau pouvoir ?

C'est tout le sens du Front de gauche que les communistes ont lancé fin 2008, en plein effondrement capitaliste !

Le Front de gauche vise au rassemblement de toutes les forces, politiques, syndicales, associatives ou simples particuliers, qui considèrent qu'il faut arrêter ces politiques libérales appliquées depuis trente ans et faire le choix d'investir dans l'Humain, dans l'emploi et les salaires.

Un gouvernement d'Union nationale ? Pourquoi pas ! A condition que son objectif soit de s'opposer aux diktats des marchés financiers et des spéculateurs boursiers pour défendre les intérêts économiques de notre nation et des travailleurs, de France et du monde.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 08:32

L'effondrement socialiste dans les sondages va t-il finir par infléchir les décisions politiques de Hollande et de sa majorité ?

23 % il y a quelques jours, seulement 19 % hier, François Hollande ne ferait qu'un modeste score à l'élection présidentielle si celle-ci avait lieu aujourd'hui ! Il est loin le score de 28,63 % du 22 avril 2012 !

Pire ! Dans le deuxième sondage, publié par le Figaro, Marine Le Pen passerait largement devant le candidat socialiste avec 23 % d'intention de vote contre 17,90 % réalisés l'an dernier !

On sait ce qu'il en est des sondages, réalisés à chaud, hors de toute campagne présidentielle, avec les doutes et des électeurs qui se décident parfois au dernier moment.

Mais, tout de même !

Va t-on revivre en 2017 le cauchemar de 2002, avec un second tour opposant la droite et l'extrême-droite ?

Alors que s'annonce un budget de misère, avec de nouvelles économies dans les services de l'Etat, donc moins de services publics, et que le gouvernement continue d'appuyer une loi de flexi-sécurité de l'emploi qui valide un Accord National Interprofessionnel rejeté par les syndicats majoritaires français, CGT et FO en tête, on ne voit pas ce qui montre un signe de gauchissement de la politique gouvernementale ?

Pourtant, les communistes ont proposé à l'Assemblée nationale une loi d'amnistie des militants condamnés sous Sarkozy dans le cadre d'actions sociales. Bien que votée au Sénat, cette proposition de loi a été balayée par le gouvernement et la majorité socialiste et radicale de "gôche" à l'Assemblée la semaine dernière.

Reste la proposition de loi sur la réquisition des sites rentables, déposée aujourd'hui par quelques députés socialistes.

Cette proposition est faussement attribuée au candidat Hollande, alors en campagne à Florange. Dans la réalité, cette proposition émane du député communiste européen Jacky Hénin, en 2009, sur le site M-real d'Alizay. Reprise par les communistes eurois, le maire communiste d'Alizay Gaëtan Levitre en tête, et l'intersyndicale de la papeterie, c'est cette proposition qui aura amené au rachat du site papetier eurois par le Conseil général.

Au delà de cette querelle de filiation, il faudra veiller au contenu de la loi, qu'elle ne soit pas juste une loi de décoration, symbolique mais inapplicable !

Avec cette loi, va t-on enfin voir ce gouvernement socialiste et sa majorité modifier en profondeur leur politique ?

L'aile gauche du PS rue dans les brancards, tout comme la base électorale du Parti socialiste. Certains, au sommet du PS, s'en font le relai, comme le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, par sincérité ou non.

L'effondrement électoral du Parti socialiste dans les sondages s'accompagne d'intentions de vote en faveur de Jean-Luc Mélenchon qui confirment les résultats du premier tour de 2012.

Avec 11 à 12 % dans les sondages, le candidat 2012 du Front de gauche améliorerait un peu son score de l'an passé, 11,10 %.

Et cela alors que les médias taisent nos propositions et nos actions ! On est loin de la couverture médiatique assurée à Marine Le Pen. On est loin bombardement d'infos et de reportages sur la première Manif anti mariage pour tous alors que le PCF et le Front de gauche organisent dimanche 5 mai, un rassemblement massif à Paris qui devrait réunir plusieurs dizaines de milliers de manifestants contre l'austérité !

Vaincre la collusion des partisans de l'austérité, en politique et dans le monde de l'entreprise, groupes médiatiques compris, n'est pas une mince affaire !

Pourtant, même en Europe des gouvernements commencent à reculer sur l'austérité et à préférer la carte de la relance ! Aux Pays-Bas et en Italie, notamment.

Lors de son discours d’investiture Enrico Letta le nouveau président du conseil italien a déclaré avant-hier que « l’Italie se meurt à cause de l’austérité » et que « les politiques en faveur de la relance ne peuvent plus attendre ».

Aux Pays-Bas, c'est une véritable pause dans l'austérité que vient de décider le gouvernement avec le gel des coupes budgétaires prévues en 2013, pour 4,3 milliards d'euros !

En avril 2012, plus de 4 000 000 de travailleurs ont fait le choix de la candidature de Jean-Luc Mélenchon au titre du Front de Gauche. Aujourd'hui, les sondages confirment ces résultats.

Pour le Parti socialiste et François Hollande, c'est la débâcle et la fuite des électeurs, notamment ceux des milieux populaires, vers l'abstention... au mieux.

Si le PS ne veut pas faire revivre au peuple français un nouveau 21 avril 2002, il doit comprendre et analyser les attentes populaires, comprendre ce que d'autres comprennent,é conomistes et responsables politiques européens, que la crise se nourrie de l'austérité et du libéralisme.

Changer de politique, relancer l'économie et l'emploi industriel, c'est possible !

A nous tous de faire passer le message auprès des responsables socialistes !

Ce premier mai, à 10 h 30 au Pré du Bel-Ebat à Evreux et dimanche 5 mai, à 13 h 30 à la Bastille à paris, nous pourrons faire entendre notre voie, celle d'une gauche combative, qui ne se résigne pas, et qui refuse une alternative entre deux libéralismes, celui d'une droite européiste ou celui d'une droite nationaliste.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 11:10

Un rapide historique du 1er mai et du muguet pour rappeler le sens de cette date et de ce symbole.

Il m'est apparu que certaines personnes, pourtant expérimentée, croyaient sincèrement que seul le FN manifestait le 1er mai ! ! Quelle erreur historique !

Vous verrez dans ce résumé que le 1er mai est avant tout une date historique du mouvement ouvrier à l'origine d'une journée mondiale de mobilisation des travailleurs, à l'appel de leurs syndicats, pour des revendications sociales fortes et des avancées sociales. De ce fait, le 1er mai est une date progressiste, pour ne pas dire révolutionnaire !

On est loin du cortège nationaliste et conservateur de la famille Le Pen, draînant catholiques intégristes et radicaux néo-nazis (GUD, Identitaires, Oeuvre française) autour du mythe de Jeanne d'Arc, mythe religieux autant que royaliste.

Le 1er mai du FN est plus à rechercher dans la Fête du travail de Pétain que dans le mouvement social ! C'est celui d'une France repliée sur une image d'Epinal, à la fois catholique, "blanche" et conservatrice, où patrons et ouvriers sont mains dans la main.

Le 1er mai des syndicats, c'est aussi celui des communistes, c'est un premier mai de luttes sociales, de revendications pour une autre société, débarassée de l'exploitation capitaliste.

Deux mondes bien différents.

Rendez-vous à Evreux

Mercredi 1er mai

10 h 30

Pré du Bel-Ebat

Pour combattre l'austérité et l'Accord national Interprofessionnel

Solidaire


Un peu d'Histoire :

Tout commence en 1886, à Chicago. Les travailleurs passent alors 14 à 16 heures par jour, 6 jours par semaine, sur leur machine.

Le 1er mai, jour du renouvèlement des contrats de travail, une grande manifestation est organisée par les syndicats, rassemblant 200 000 salariés sur la revendication d’une journée de travail de 8 h. Le lendemain, les manifestants sont  340 000. La police tire dans la foule tuant 6 manifestants et en blessant une cinquantaine.
Le 20 juin 1889, le congrès de la 2ème Internationale  décide d’organiser tous les ans à la même date, une grande manifestation ouvrière pour la journée des 8 heures. Le 1er mai sera symboliquement retenue.
Le 1er mai 1891, en France, à Fourmiesdans le Nord, l’armée, chargée d’encadrer la manifestation, tire sans aucune raison sur les manifestants, faisant 10 morts, dont 8 de moins de 21 ans (âge de la majorité, alors) et une ouvrière, Marie Blondeau. Elle deviendra le symbole de cette manifestation et de la répression aveugle et
injustifiée. On portera une
fleur d’églantine à la boutonnière lors des 1er mai en son souvenir.
En 1907, la fleur d’églantine sera remplacée par le brin de muguet, symbole du renouveau.
En 1940, le régime de Pétain dissout les syndicats et monte des corporations regroupant patrons et travailleurs, comme si nous avions les mêmes intérêts. Dans cette même optique idéologique, la journée mondiale des travailleurs devient "Fête du travail", selon le tryptique fasciste "Travail-Famille-Patrie" qui voit inventer la "Fête des mères" (la Famille traditionaliste !).
A la Libération, c’est un communiste, alors ministre du travail, Ambroise Croizat, qui mettra en place, en 1947, un jour férié et payé, tel qu’il apparait dans notre code du travail.
Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 09:19

Les chiffres affolants du chômage en France et en Europe vont-ils finir par provoquer un changement de politique dans les pays de l'Union européenne ? Probablement non.

3 224 600 travailleurs privés d'emplois, 5 034 000 si on compte les salariés en CDD, Intérim ou temps partiel à la recherche de CDI à temps plein. Et les plans sociaux qui s'annoncent dans les grands groupes comme les mauvaises prévisions de croissance ne vont pas améliorer les chiffres dans les mois à venir !

La droite peut mettre ce résultat sur le dos de la gauche.

Effectivement, la situation évolue dans le mauvais sens depuis un an, autant sur le plan de l'emploi que sur le plan financier ou de la réglementation sociale.

Cependant, c'est oublier le bilan désastreux de la droite sous Chirac et Sarkozy !

Et c'est également oublier que les chiffres du chômage sont mauvais également partout en Europe ! Et seulement en Europe !

Car, peu de médias nous informent des chiffres du chômage dans cette Union européenne qui devait apporter richesse et bonheur à ses citoyens ! En fait de richesses, c'est surtout pour les quelques milliers de riches familles européennes de la grande bourgeoisie qu'elles se sont accumulées !

Pour les travailleurs européens, c'est autre chose ! L'ouverture des frontières à leur "concurrence libre et non faussée" a entrainé l'effondrement des emplois industriels et des emplois stables, y compris (ou, plutôt, surtout) dans le tertiaire, le commerce de détail en tête.

26 millions de travailleurs européens sont officiellement au chômage. Il faut leur ajouter 11 millions de travailleurs privés d'emplois mais qui ne recherchent rien et, surtout, 43 millions de travailleurs qui occupent des emplois à temps partiels !

Dans cette dernière catégorie, selon les pays, ce sont entre un quart et deux tiers des salariés à temps partiels qui se déclarent à la recherche d'un temps complet.

Le chômage en Europe s'est accompagné d'un appauvrissement généralisé des salariés. La course à la "rentabilité" s'est transformée en compétition entre salariés européens, d'abord, puis entre salariés européens et salariés du Tiers-Monde. Tout cela au grand bénéfice des entreprises et de leurs actionnaires !

On voit le résultat dans une industrie comme le textile !

En quelques décennies, le Bengladesh est devenu le deuxième producteur mondial de vêtements. Pour des marques occidentales, depuis Kiabi, Mango, Zara et des marques de grands magasins, Carrefour, Ikéa,...

Il y a quelques jours, on apprenait l'effondrement d'un immeuble "clandestin" de huit étages (Très clandestin, 8 étages !) et la mort de plusieurs centaines de salariés, souvent des femmes. Il y a quelques mois, c'était un incendie dans un atelier qui brûlait vifs des dizaines de salariés dans un autre atelier bengladeshi.

C'est ça leur "concurrence libre et non faussée" ! Un monde où les salariés vivent avec des paies de misère, dans des ateliers sans sécurité, risquant leur vie et leur santé pour nourrir leur famille.

Les chiffres du chômage en France et en Europe, comme ceux qui montrent une tragique montée de la misère dans nos pays "développés" illustrent une société capitaliste qui broie ses citoyens pour la compétitivité de ses entreprises privés donc l'intérêt d'une minorité de gros actionnaires et de hauts cadres d'entreprise.

Et si on changeait de modèle ?

La misère et le chômage sont les conséquences d'une politique de course à la rentabilité : changer les objectifs du modèle économique, en plaçant en priorités la satisfaction des besoins humains et le respect de l'environnement, c'est viser le plein emploi et des salaires corrects.

Ceci n'et pas une utopie, c'est ce qu'on appelle une société socialiste !

C'est ce modèle économique que bâtissent les vénézuéliens actuellement, avec succès contre le chômage et la misère.

Un modèle économique pour lequel les communistes français veulent ajouter un modèle politique nouveau, moderne et démocratique. Une sixième République sociale.

Repost 0
Published by Solidaire - dans En France
commenter cet article
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 08:43

Il y a quelques mois, nous reprenions sur ce blog cette info affligeante du site lesmotsontunsens sur cette erreur de calcul à la base d'une interprétation erronée des conséquences d'une politique d'austérité sur la croissance. Erronée et catastrophique pour des millions de salariés et leurs familles !

Et voici que ce sont "experts" d'Harvard et du FMi qui en reconnaissent une autre... tout aussi lamentable et grave de conséquences !

Seulement, aucun politicien ni aucun économiste patenté ne change son discours à la vue de telles.. bévues !

C'est que derrière ces justifications (erronées, donc) de l'austérité, les raisons réelles ne sont pas de sauver nos économies mais bien de sauver les économies des actionnaires et des banquiers !

Solidaire


Erreurs de calcul du FMI - austérité

A l'automne dernier, deux économistes en chef du FMI (Fonds monétaire international) ont reconnu la première boulette. Dans un moment d'égarement, sans doute, ils ont simplement sous-estimé l'impact négatif des politiques d'austérité sur la croissance. Pour faire bref, les meilleurs économistes du monde pensaient que pour chaque euro économisé par l'Etat, le produit intérieur brut (PIB) ne chuterait "que" de 0.5 euro. Las, maintenant, on estime ce facteur compris entre 0,9 et 1,7 point. C'est à dire que l'austérité est tout bonnement... une erreur grotesque !

Du FMI au RMI...

Rebelote (et dix de der ?). En 2010, deux éminents professeurs d'économie de Harvard, Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, anciens chefs économistes du FMI, avaient publié des travaux qui ne laissaient pas la moindre place au doute : quand un pays laisse filer sa dette publique au-delà des 90% du PIB, une récession s'ensuit irrémédiablement (-0.1% de croissance en moyenne). Publiée en plein coeur de la crise, cette étude a été abondamment commentée et utilisée politiquement pour justifier les mesures d'austérité les plus violentes.

Des économistes EXCELlents...

Problème. Une poignée d'étudiants de l’Université Amherst du Massachusetts a tenté de reproduire les calculs. En vain. Ils en ont donc informé leurs enseignants, et tout ce beau monde s'est mis à chercher la faille... Patatras ! Les renommés économistes se sont juste trompés dans la sélection des cellules Excel pris en compte dans les calculs : ils ont oublié 5 pays (Australie, Autriche, Belgique, Canada et Danemark). Re-patatras ! En réintégrant les données de ces 5 contrées (en deux ou trois clicks), il s'avère que, plutôt qu'une récession, les états s'endettant à plus de 90% de leur PIB vivent en fait par la suite une période de croissance de l'ordre de 2.2% ! C'est à dire que l'austérité est tout bonnement... une erreur grotesque (bis repetita) !

Sans parler de la BCE qui s'escrime depuis des lustres à combattre l'inflation... dans le vide.

L'austérité est morte ! Vive l'austérité... !?

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

Après une erreur flagrante du FMI, reconnue en octobre dernier, c'est au tour de deux éminents professeurs d'économie de Harvard, et anciens chefs économistes du FMI, d'admettre une boulette déflagrante dans leurs calculs... ils ont sélectionné de mauvaises cellules dans leur tableau Excel. C'est ballot !

Repost 0
Published by Solidaire - dans Dans le Monde
commenter cet article